douance et solitude

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.
Lost again
Messages : 43
Enregistré le : sam. 3 déc. 2016 13:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Neverland
Âge : 48

Re: douance et solitude

Message par Lost again » sam. 4 févr. 2017 13:41

Bonjour,

La solitude est une grande interrogation pour moi ...
Je pense avoir commencé à communiquer à 16 ans hors du cercle familial .. Avant .. J'observais et apprenais , découvrais ..J'ai une bibliothèque incroyable de codes , de conventions, d'expressions..
Je me suis toujours sentie totalement hors de tout et absolument incapable d'aller vers quelqu'un .. ..Timidité et manque de confiance telles que l'approche des autres était un supplice ? Conséquences du HPI ? Autre chose ?

Avec les années j'ai commencé à évoluer et à créer des liens .. Toujours avec des petits groupes restreints , péniblement et après un "tri" sévère des personnes , ne retenant que celles qui me paraissaient assez ouvertes pour, non me comprendre, je n'en demandais pas autant , mais s'intéresser sans juger et surtout sans chercher à comprendre en réalité .. Une acceptation brute et sans réflexion comme un fait acquis .
Bref ..
Ma petite existence a été rythmée de longues années silencieuses et quelques années plutôt sympa avec des discussions jusqu'au bout de la nuit ..Mais elles furent peu nombreuses .. J'ai fait le décompte il y a peu , un truc que je n'avais jamais fait avant .. Je dois compter 6 années de véritable communication amicale lors desquelles j'ai pu être moi en tant que telle ( franchement les plus géniales que j'ai vécues je l'avoue) et environ l'équivalent à faire semblant de à petites doses.. Le reste .. Je suis pourtant capable de communiquer parfaitement , c'est un fait que je pratique tous les jours au boulot .. ..
Je n'en souffre pas , du moins .. Je n'en souffre plus .. C'est un fait que j'ai mis du temps à accepter mais alors que j'entame ma presque troisième année enfermée chez moi ( hors mes sorties pour le boulot ou quelques obligations) , je dois avouer être plutôt très bien .. Heureuse en fait :) .. Il manque un épanouissement "sentimental "mais je le vis plutôt bien finalement .. L'acceptation de la solitude comme une "amie" a été salutaire et a évacué toute souffrance due au manque .. Il faut dire que les réseaux sociaux ou forum comme celui ci ont été d'une grande aide .. Un échange d'idées , limité ou pas, mais donnant une teinte plus légère à la solitude .. Parfois , même , une illusion de vie sociale dont je ne suis pas dupe mais qui comble finalement assez bien mes besoins basiques.. Après , j'ai la chance d'avoir 2 enfants supers qui comprennent et ne jugent pas , qui ont leurs propres différences et épanouissements .. Ils me mettent des coups de pieds pour me pousser de temps en temps voir le monde, préférant à priori mes délires en public mais ils me voient également d'une nature plutôt déconneuse et enjouée ce qui est rassurant et éloigne l'ombre de névroses ou autre truc négatif qui pourrait les inquiéter ..
L'interrogation à présent ,après ce" radio ma vie" qui a dû vous endormir, est de savoir si la solitude est réellement un trait de la douance ..
Il semble que la communication soit plus compliquée car les chances de pouvoir échanger sur des sujets motivants et intéressants seraient limitées.. Je l'ignore ..A mon travail , je vois et parle avec plein de gens très différents , ( amusant pour une sauvage non ? :) ) , je m'adapte parfaitement et même si je m'ennuie vite avec 95 % des personnes ( chiffres totalement idiot en soi et ne revêtant en rien une quelconque statistique que j'aurai véritablement posée hein ) ..,Cela ne gêne pas en soi l'acte de communiquer ..Je dirai même mieux , j'aime et j'admire la vision parfois simple ( j'ai dit simple , pas simpliste) et délicieusement rafraichissante de certains .. J'aimerai parfois ne pas me poser autant de questions et c'est plutôt reposant .. Je ne vois pas en quoi ces personnes sont " moins" intelligentes .. Ils ont une intelligence de la vie et de l'affect qui m'émerveille, moi qui me suis sentie si longtemps amputée...

Je crois qu'il faut à cela ajouter l'impact qui me semble primordial, du vécu . Les frustrations, la confiance en soi , la colère , la sérénité, etc , sont, à mon sens , le fruit de notre enfance et de nos expériences passées plus ou moins anciennes .. Les récentes études montrent si j'ai bien compris que les enfants HPI n'on à priori pas d'inaptitudes particulières pour vivre en harmonie avec leur entourage dans le sens du retrait , de la dépression, de l'échec scolaire etc ....
La solitude tout au plus permet elle de réfléchir plus tranquillement , encore qu'en ce qui me concerne , en tant "qu'obsessionnelle ", je suis capable de m'isoler totalement au milieu d'une dizaine de personnes faisant la fête si une question me donne matière à réflexion.. Cela a donné des situations plutôt amusantes d'ailleurs ..
Bref , solitude et douance peut être mais pas que .. Mais surtout .. Solitude positive finalement .. :D :D :D
"l'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites"
A. Camus

Avatar du membre
Sky
Messages : 94
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 23:51
Présentation : Par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Lorraine
Âge : 31

Re: douance et solitude

Message par Sky » jeu. 14 juin 2018 11:56

Je me permet de déterrer le sujet parce que je me sens un peu perdue face à la solitude ces derniers temps.

Je ne sais pas comment je me sens par rapport à la solitude, parce que parfois mon ressenti change, parce que parfois j'aimerais autre chose, mais qu'en même temps, je me sens bien incapable de définir cette "autre chose".

Je parle de mes amitiés dans le spoiler qui suis, c'est un peu long et peut être pas très pertinent ou intéressant, je sais pas, d'où le spoiler.
► Afficher le texte
Tout ça pour dire quoi. Pour dire que je suis passée de "pas vraiment d'amies ou copines" à "une meilleure amie à la fois" pour finir avec "plus d'ami-e-s du tout". Pendant des années je m'en foutais. Et d'une certaine manière, je m'en fous toujours. C'est très ambivalent.

D'un côté, j'aime la solitude. J'ai besoin de solitude. J'ai besoin de calme, j'ai besoin de silence. Je n'aime pas voir beaucoup de monde, contrairement à avant (et ce changement me pose d'ailleurs question tellement je suis passée d'un extrême à un autre...). J'aime être seule chez moi, avec mon chat, sur mon ordi, à jouer, à lire, peu importe.
Mais ça fait aussi quelques mois que je sens cette solitude peser. J'ai ma famille à 10 minutes en voiture (mais bon en ce moment, c'est la guerre...), j'ai mon compagnon qui fait aussi office d'ami pour le coup, qui rentre à la maison tous les week end et y'a sa fille avec qui je m'entends bien (19 ans) mais que je ne peux pas considérer comme une amie, même si on a des discussions très intéressantes sur pas mal de sujets. Et voilà. C'est tout.

Je n'ai plus d'ami-e-s, et je ne sais pas m'en faire. Et je ne sais pas où trouver des gens qui soit 1. fonctionnent comme moi, 2. sont capables de comprendre et d'accepter mon fonctionnement.
Et pourtant, mon fonctionnement je le trouve plutôt simple. J'ai pas besoin de voir les gens que je considère comme des ami-e-s tout le temps. J'ai pas besoin de sortir en ville ou au restau pour boire un coup ou manger et les voir en même temps. On peut très bien faire ça chez nous. Je ne comprends pas ce besoin qu'on les gens à faire ça. Moi j'aime pas ça, pire, ça m'angoisse (et ça ne s'arrange pas avec les années). Et traîner en ville ça ne m'intéresse pas, enfin, traîner pour traîner. J'aime pas faire les boutiques plus que ça (j'aime bien les fringues, mais devoir aller en ville ça me coupe l'envie d'en chercher), je n'aime pas spécialement la foule, c'est bruyant, ça pue la pollution, faut prendre le bus. J'aime pas ça. Si je dois sortir en ville, il me faut une bonne raison. Ce qui fait que pour le coup si on veut me voir... faut venir me voir quoi... :/

J'aime bien voir les gens que j'apprécie, mais j'ai pas besoin de les voir toutes les semaines, ni de leur parler tous les jours. Je peux rester des semaines sans donner ni avoir de nouvelles, et ne pas m'en offusquer pour autant (à condition que la personne en face ne soit pas juste là pour profiter, évidemment). Je peux ne pas avoir de nouvelles de mes ami-e-s pendant un moment et être parfaitement capable de les écouter si ils/elles ont un problème et besoin d'en parler.

Les gens me fatiguent, dans le sens physique du terme, les interactions sociales me fatiguent, de plus en plus. Et comme je suis hypersensible et pas mal empathique, j'ai aussi tendance à m'enfermer chez moi pour limiter les impacts que ça peut avoir. Mais du coup, je me suis un peu prise au piège aussi.

Je ne sais pas comment me sortir de ça. Peut être que je ne sais pas exactement ce que j'attends des gens. Peut être, je sais pas, juste des personnes avec qui parler, qui soient capables d'être aussi intéressés par moi que je peux l'être par eux, des gens capables de conversation autres que la pluie et le beau temps (sauf s'ils sont météorologues, là ça peut m'intéresser :lol: ), capables de se questionner, d'être ouverts d'esprit... Des gens capables de me rendre ce que je donne, en fait. Sans pour autant devenir des sangsues.

J'ai un peu l'impression d'être un monstre en écrivant ça...
Et désolée pour le pavé...

chrissieb63

Re: douance et solitude

Message par chrissieb63 » jeu. 14 juin 2018 20:03

Salut Sky,
Je vais équilibrer ce que tu nommes un pavé et tâcher de faire court.
Et en rajouter dans les propos d'un "monstre". :singe2:

Plus je suis "douée",plus je suis seule.
Plus je suis en accord avec moi-même plus le désert s'intensifie autour de moi.

J'ai 2 téléphones portables qui ne sonnent JAMAIS.
Comme le dit la blague "j'ai pas d'amis". :'(

Mais tout cela ne me pèse pas.
Moi aussi les gens et les interactions sociales me fatiguent.
Surtout en famille, je prends de plus en plus le large, je ne les supporte plus et j'ai renoncé à obtenir un tant soit peu de compréhension et de soutien de leur part.
En outre je "patauge"dans un environnement professionnel très malsain, les gens sont désolants, tous les rapports sont faussés.
Je viens juste d'en sortir, dans la même entreprise mais dans un secteur différent, à une adresse différente.
Et je me demande pourquoi diable je suis restée 7 ANS dans le même service, à subir, à "prendre sur moi"??!!

Je ne pense pas être masochiste mais à force de se dire que c'est pas grave si les autres ne me comprennent pas, que je n'ai qu'à "faire avec"...
Je me suis fait du mal, je n'ai pas pris les bonnes décisions.

Et pour clore un témoignage que je voulais court. ;)

Je vais te dire Sky : "on EST seul" dans la vie, dans l'univers, dans la life, dans son corps, dans son âme, que sais-je...
Même en étant parfois très entouré.
Et le "surdoué" semble le percevoir de manière plus aigue n'est-ce pas??

Bonne soirée :salutm:

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2191
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 36

Re: douance et solitude

Message par Napirisha » jeu. 14 juin 2018 20:31

"Le" surdoué n'existe pas, je pense qu'il y a suffisamment de gens différents les uns des autres sur ce forum pour le montrer :P. Il y a des gens. Qui sont surdoués, ou pas, asociaux, ou pas, qui créent des relations pour la vie, qui s'engueulent, qui aiment la solitude ou les bains de foules, et parfois ce sont les même, à des moments différents de la journée, ou de leur vie... Vraiment, je crois qu'on ne peut pas généraliser, a-t-on vraiment besoin de se créer une petite case de plus?
Alors, lier à la douance le fait que le contact humain nous pèse parfois, est-ce judicieux? Je n'en sais rien. En revanche, je crois qu'il est important de connaître ses limites, et ses désirs, et ce n'est pas forcément un apprentissage évident. J'ai snobé récemment un "événement" de ma boite, 500 personnes, de la musique et tout le tintouin, vraiment je sais que c'est un truc qui me pèse, et je me suis bien mieux portée de ne pas y aller. Il y a quelques années je me serais sentie obligée, et j'aurais passé un moment assez désagréable. Là, j'ai été très contente que mes collègues me racontent le lendemain , je les aime bien, mais pas trop nombreux à la fois.
Après, c'est peut-être une question de rythme, aussi. J'ai l'immense chance d'avoir un réseau amical formidable, des gens curieux, passionnés, marrants, intelligents (je parle pas forcément de douance, là, je ne les ai pas tous fait tester :D ), qui m'apportent énormément. On vit à plusieurs centaines de km les uns des autres, on se voit finalement assez peu souvent. Et quand c'est le cas, en vacances avec eux par exemple, j'ai besoin de temps pour souffler. On est tous un peu asociaux, chacun à notre manière, c'est peut-être pour ça qu'on s'entend si bien. Sky, je te souhaite de rencontrer des gens comme eux un jour :)
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Sky
Messages : 94
Enregistré le : lun. 16 sept. 2013 23:51
Présentation : Par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Lorraine
Âge : 31

Re: douance et solitude

Message par Sky » ven. 15 juin 2018 11:22

Merci pour vos réponses.

J'espère avoir des amis comme les tiens un jour Napirisha. :)

Répondre