Nous sommes le Dim 26 Fév 2017 10:56


A quand remonte votre sentiment de décalage, de différence..

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.

Modérateur: Zyghna

A quand remonte votre sentiment de décalage, de différence..

Messagepar pixelvois » Sam 4 Fév 2012 13:15

Comme je viens de l'écrire dans le topic douance et solitude :
En fait, je ne sais plus si j'ai fait mienne une solitude induite par ce sentiment de de différence, d'incompréhension, ou si c'était déjà un réel besoin viscéral d'être seul : d'aussi loin que je me souvienne ( dès 5, 6 ans ) j'ai ressenti ce décalage...


Et vous : à quand remonte votre sentiment de décalage, de différence, d'incompréhension ?
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )
Avatar de l’utilisateur
pixelvois
Papa Ours
 
Messages: 5157
Images: 124
Âge: 45
Enregistré le: Dim 27 Nov 2011 10:50
Localisation: planète Mars en navet rond
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Fraises » Sam 4 Fév 2012 14:25

pixelvois a écrit:
Et vous : à quand remonte votre sentiment de décalage, de différence, d'incompréhension ?


A toujours mon capitaine :D1 !

Non, plus sérieusement :
Enfant, je me sentais seule... Mais je renvoie cela à ma vie de l'époque, mes parents, tout ça.
En fait, j'ai souvent été seule et ai vécu dans une bulle où j'avais tous mes repères... Je me sentais différente, mais je ne pensais pas l'être à ce point-là.

Jusqu'à il y a trois ans lorsque le train de ma vie a changé de rail conjugalement parlant.... Là, c'était la cata! J'ai compris à quel point je suis à part... Me confrontant tous les jours à un monde qui marche "noramlement" (selon les normes de la société d'une façon globale), j'ai compris que : non, non, je ne suis pas comme eux... Mais qui suis-je alors ?
Et là... et malgré mes 15 ans d'introspection et travail sur moi, j'ai dû recommencer, ou continuer mais sous un autre angle.

J'ai un peu pris une claque quand même. Je fatigue beaucoup mon entourage par ce décalage, et ils ont du mal à me comprendre. Heureusement que j'ai une bonne dose de patience pour expliquer les choses avec un argumentaire que je change à chaque fois.... Mais c'est pas évident, non.

Aujourd'hui, j'accepte ce décalage et cette différence. C'est ma vérité. Je SUIS comme ça. Je vis avec et j'essaye de la rendre "lisible" à mon entourage... Mais il faut avouer qu'un électron libre, sauvage et qui s'ennuie, est difficile à apprivoiser... :D
Fraises
 

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar pixelvois » Sam 4 Fév 2012 14:42

Mûres a écrit:A toujours mon capitaine :D1 !

Oui, forcément, j'imagine que tout le monde ici peut répondre comme ça ;) merci d'avoir précisé !

Mais il faut avouer qu'un électron libre, sauvage et qui s'ennuie, est difficile à apprivoiser... :D

Ouaip... à part pour l'ennui : il faudrait ouvrir un topic à ce sujet à l'occaz'... c'est un idée qui reviens pas mal dans les messages du forum, et bizarrement, autant je l'ai beaucoup connu enfant, mais pour ainsi dire plus du tout aujourd'hui ( ou ais-je su si bien l'apprivoisé que je ne le distingue plus ? )...
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )
Avatar de l’utilisateur
pixelvois
Papa Ours
 
Messages: 5157
Images: 124
Âge: 45
Enregistré le: Dim 27 Nov 2011 10:50
Localisation: planète Mars en navet rond
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Fraises » Sam 4 Fév 2012 14:52

pixelvois a écrit:
Mûres a écrit:A toujours mon capitaine :D1 !

Oui, forcément, j'imagine que tout le monde ici peut répondre comme ça ;) merci d'avoir précisé !


Pas forcément ! Mais moi j'ai aimé utiliser cette phrase pour le plaisir verbal et la chute avec "mon capitaine"... etc. :D

pixelvois a écrit:
Mais il faut avouer qu'un électron libre, sauvage et qui s'ennuie, est difficile à apprivoiser... :D

Ouaip... à part pour l'ennui : il faudrait ouvrir un topic à ce sujet à l'occaz'... c'est un idée qui reviens pas mal dans les messages du forum, et bizarrement, autant je l'ai beaucoup connu enfant, mais pour ainsi dire plus du tout aujourd'hui ( ou ais-je su si bien l'apprivoisé que je ne le distingue plus ? )...


Il y a déjà un topic sur l'ennui : Survivor de la temporalité vide : histoire d'ennui.
Fraises
 

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar pixelvois » Sam 4 Fév 2012 14:57

merci pour le lien...
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )
Avatar de l’utilisateur
pixelvois
Papa Ours
 
Messages: 5157
Images: 124
Âge: 45
Enregistré le: Dim 27 Nov 2011 10:50
Localisation: planète Mars en navet rond
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar caoua » Sam 4 Fév 2012 15:22

merci d'offrir un espace pour parler de soi.

Avant tout, je pense que les moments de solitude sont vitaux pour tout le monde, afin de se laisser un espace où nous puissions nous retrouver avec soi.

Je pense aussi que tout le monde doit plus ou moins ressentir une différence vis à vis d'autrui car, et heureusement, nous sommes tous différents dans le sens où nous ressentons plus ou moins différemment, suivant les personnes, une chose commune.

D'arriver à se catégoriser est quelque part rassurant, mais cela peut enfermer aussi.

Ça peut avoir l'air "con" ce que je raconte et m'en excuse d'avance. Mais c'est ainsi que je perçois les choses.
caoua
 
Messages: 103
Enregistré le: Ven 23 Déc 2011 14:15
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Aïnoa » Sam 4 Fév 2012 15:38

Je vais copier Mûres, désolée, mais depuis toujours.
Aussi loin que remontent mes souvenirs.

Pendant toute ma scolarité, mais avec un sentiment de décalage, de solitude différent selon les phases.
A l'école maternelle je ne jouais pas avec mes camarades, leurs jeux ne m'intéressaient pas.
A l'école primaire, je me sentais différente, plus intelligente que les autres à ce moment-là :oops:
Au collège, déménagement donc changement de collège... exclusion de la part des autres élèves, je n'ai jamais su exactement pourquoi. 2 ans passés vraiment toute seule. Puis certaines personnes sont venues vers moi, mais je préférais rester seule, pour moins souffrir, me couper de ce monde qui me rejetait. Sentiment de ne pas avoir de place, de ne pas appartenir à cette société. Alors que je me contorsionnais tant bien que mal pour essayer de rentrer dans leur moule.
Au lycée, ennui, j'attends que ça passe...
Puis les études, décalage entre les très bonnes remarques que j'ai en stage et les notes très hétéroclites aux exams. Je savais bien mes cours, mais pas moyen de rentrer dans leur moule, de restituer les connaissances comme ils l'attendent. Fatiguant. Déprimant. Mais pourquoi je suis si bête? alors qu'en pratique tout se passait bien.

Mûres a écrit:Je me sentais différente, mais je ne pensais pas l'être à ce point-là.


Je reprends ta phrase Mûres, parce que j'aurai pu l'écrire aussi ;)

Et encore maintenant, je me sens différente, et même différente de vous (je sais, on l'est tous différent ;) )
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Zyghna » Sam 4 Fév 2012 15:51

Sentiment de décalage qui remonte aussi à la petite enfance. Mes parents ont beaucoup déménagé quand j'étais en maternelle (et avant) et comme j'étais totalement asociale, je ne jouais pas avec les autres enfants. Arrivée au primaire, et installation durable en Bretagne, j'ai compris que je ne partageais rien en commun avec les autres enfants, et cette impression ne s'est jamais estompée.
Ce n'est pas seulement l'impression de ne pas faire partir d'un groupe, c'est surtout le fait de constater qu'on ne pense absolument pas comme eux, que notre conception de la vie, des choses, diffère du tout au tout.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6682
Âge: 38
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar pixelvois » Sam 4 Fév 2012 16:08

caoua a écrit:les moments de solitude sont vitaux pour tout le monde, afin de se laisser un espace où nous puissions nous retrouver avec soi.

J'en suis intimement persuadé depuis fort longtemps ( une des rares choses dont je ne doute quasiment pas : on sait jamais quand même, hein ;) )
heureusement, nous sommes tous différents

Bien sûr... disons que, nous autres, nous avons un sentiment de différence exacerbée ;)
D'arriver à se catégoriser est quelque part rassurant, mais cela peut enfermer aussi.

Tout à fait...
Ça peut avoir l'air "con" ce que je raconte et m'en excuse d'avance. Mais c'est ainsi que je perçois les choses.

Puisque c'est ainsi que tu perçois les choses, inutile de t'en excuser ;) d'autant plus que ça m'a l'air plutôt juste ce que tu fais remarquer...

[hr]
Aïnoa a écrit:Je vais copier Mûres, désolée, mais depuis toujours.
Aussi loin que remontent mes souvenirs.

Y'a pas à être désolée, puisque comme Mûres, ça ne t'empêche pas de développer :-)
Pendant toute ma scolarité, mais avec un sentiment de décalage, de solitude différent selon les phases.
A l'école maternelle je ne jouais pas avec mes camarades, leurs jeux ne m'intéressaient pas.

+1, mais moins que le désintérêt, c'était une timidité extrême qui me bridait ( et peut-être déjà un décalage pas encore conscient ? )
A l'école primaire, je me sentais différente, plus intelligente que les autres à ce moment-là :oops:

Aussi. Mais je n'avais pas encore vraiment commencé mon complexe de "sous-périorité" ( cf. topic du complexe de sous-périorité ), tout au plus je commençais mon complexe d'infériorité, mon manque de confiance en moi...
Au collège, ( ... ) Au lycée

J'ai commencé à vaguement trouver une astuce pour rentrer en contact avec les autres : le dessin...
Et encore maintenant, je me sens différente, et même différente de vous (je sais, on l'est tous différent ;) )

+1 :D

[hr]
Zyghna a écrit:Sentiment de décalage qui remonte aussi à la petite enfance. Mes parents ont beaucoup déménagé ( ... ) et comme j'étais totalement asociale, je ne jouais pas avec les autres enfants. Arrivée au primaire ( ... ) j'ai compris que je ne partageais rien en commun avec les autres enfants, et cette impression ne s'est jamais estompée.
Ce n'est pas seulement l'impression de ne pas faire partir d'un groupe, c'est surtout le fait de constater qu'on ne pense absolument pas comme eux, que notre conception de la vie, des choses, diffère du tout au tout.

+1
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )
Avatar de l’utilisateur
pixelvois
Papa Ours
 
Messages: 5157
Images: 124
Âge: 45
Enregistré le: Dim 27 Nov 2011 10:50
Localisation: planète Mars en navet rond
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Fraises » Sam 4 Fév 2012 16:13

J'aime ton topic Pixel' :-)

Je reviendrai plus tard pour poster ; il y a des choses qui m'intéressent dans ce que vous dites... (Là, je me lève d'une "sorte de sieste" où je ne dormais pas et j'ai toujours sommeil..... :drunk: + le gazouillis infini de ma fille qui empêche toute concentration........ :sweat: )
Fraises
 

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar soazic » Sam 4 Fév 2012 18:08

interessant vos impressions
alors ici le décalage, c'était d'abord à la maison. Je n'avais pas vraiment d'interlocuteur, du coup j'ai rapidement investi la lecture et l'imaginaire, à l'école par contre, en primaire du moins, j'ai eu une ou deux copines qui je pense était aussi zebrées. Bonne élève ces années là donc des instits bienveillants.
Au collège, le fossé s'est creusé, décalage, décalage, appelée intello, essayant de s'adapter mais bon bien asociale. néanmoins deux amies (jumelles) avec lesquelles une forte amitié s'est nouée.
Après, on colmate, on fait ce qu'on peut. Avec pour pensée récurrente: je n'ai pas les codes, je ne suis pas adaptée à ce monde, comment font ils...
Aujourd'hui, je flaire mes pairs...
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 981
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar caoua » Sam 4 Fév 2012 18:17

Pour ma part, l'important est de bien me connaitre, dans le sens de me voir réellement tel que je suis et non ce que je peut fantasmer inconsciemment ou imaginer à mon propos. M'arrêter aux faits, prendre garde aux interprétations.
Ainsi, mieux je me connais, plus la confiance se développe, et moins se sentiment de décalage est perturbant.
Pour me connaitre, il me faut me "confronter", agir, mais chez moi, cela n'est vraiment pas évident.
Et vous, avez vous des difficultés "d'actionnage" ?

Pixelvois, comme tu le dis, ça a l'air juste ce dont je faisais remarqué, et je pense que c'est parce que ce sont des choses que j'ai pu constater chez moi.
De me laisser des moments de solitude m'apporte du bien être.
Lorsque je m'enferme dans des catégories, cela se traduit par des émissions par ma personne, de paroles péremptoires, et donc produisent de l'enfermement.
Je te remercie de me comprendre puisque rare sont les personnes qui me comprennent.
caoua
 
Messages: 103
Enregistré le: Ven 23 Déc 2011 14:15
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar rouzejp » Sam 4 Fév 2012 18:27

Pour moi aussi, c'est depuis presque toujours !
Je trouve le terme "décalage" excellent, j'ai "toujours" ressenti cette sensation (qui souvent m'a fait souffrir) d'être à côté. Pas les mêmes points d’intérêts, pas les mêmes pensées, pas... Pour moi la réponse a été de faire d'une grande partie de ma vie un rôle de composition. J'étais par exemple le "comique" spécialiste de la blague à deux balles ! Auprès de mes amours passés je jouais un rôle essayant d'être ce qu'elles auraient voulues que je sois (enfin, ce que je croyais). Une seule m'a percée à jour (la seule HPI ;) ), elle fait partie de mes immenses regrets et tristesses :(
Le plus dur avec le décalage, c'est sans doute dans le milieu pro, j'en ai parlé dans un autre fil de discussion, cela a conduit à la dépression. Ce décalage est d'autant plus fort dans un milieu "fonctionnaire" où le grade est le graal pour beaucoup ! Bon je m'écarte de l'objet chronologique... Et celame fait penser à autre chose et je vais de ce pas ouvrir un autre sujet :)
Avatar de l’utilisateur
rouzejp
 
Messages: 373
Enregistré le: Mar 8 Nov 2011 01:09
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Fraises » Sam 4 Fév 2012 21:53

Aïnoa a écrit:A l'école maternelle je ne jouais pas avec mes camarades, leurs jeux ne m'intéressaient pas.


Pixelvois a écrit:mais moins que le désintérêt, c'était une timidité extrême qui me bridait ( et peut-être déjà un décalage pas encore conscient ? )


Je me trouve dans ce que vous dites. Je ne jouais jamais avec mes camarades; j'étais seule. J'avais une seule copine.
J'étais effectivement quelqu'un de très timide. J'ai pris conscience de ma timidité à 16 ans grâce à un oncle. J'ai décidé de lui faire la guerre, et j'ai réussi à me débarrasser de 80% de ma timidité.... Bref.

Pendant longtemps, j'ai cru qu'elle m'empêchait d'être. Mais quand j'ai réussi à être, simplement, après l'avoir vaincue, il m'est resté cet énorme sentiment d'être à part... Par contre, il faut signaler que dans mon cas mon père m'a élevée d'une façon totalement différente et à l'opposé de la société dans laquelle je vivais. Donc, j'attribuais mon décalage à l'éducation de mon père et la formation intellectuelle qu'il m'a donnée.

Seulement, non.

Un jour, à force d'entendre mon ex-époux me poser la question : mais pourquoi tu t'ennuies comme ça ? J'ai fini par faire des recherches sur le sujet... Recherches qui m'ont fait atterrir sur la piste des HP.
Aujourd'hui je sais que j'ai un réel "handicap" pour être avec les autres. Pourtant j'ai une vie de famille car je ne supporte pas physiquement la solitude ; très paradoxal dans mon cas... : j'aime les gens, mais tout à petite dose. Sinon, j'étouffe...
J'ai l'impression d'être comme les papillons : j'arrive jamais à me poser... :D1

Comme je n'ai pas encore fait de test (pour les raisons que j'ai expliquées dans mon topic sur le sujet), je ne peux pas attribuer cela à une éventuelle douance. Par contre, ce dont je suis sûre c'est être différente..
Fraises
 

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Sôsuke (惣右介) » Sam 4 Fév 2012 22:21

Bon pour moi la chose est beaucoup plus complexe à déterminer...

Comme d'autres, j'aurais envie de dire depuis toujours.

Mais étant homo, cette problématique a pris le dessus sur le reste pendant mon enfance et mon adolescence. Donc tout ce qui pourrait être lié à la douance 'ou mon haut potentiel) s'est souvent trouvé relégué au second plan. Sauf en période de replis (mes 14 - 15 ans, époque où je parlais aux arbres).

Seulement, dès que mon problème d'identité sexuelle a été accepté, cet autre décalage a (re)fait surface et parfois de manière obsédante. Et alors que je croyais avoir régler mes problèmes, d'autres sous-jacents ont fait surface. Et le sentiment de décalage a refait surface sous une autre forme.
"Ego sum qui sum."
Avatar de l’utilisateur
Sôsuke (惣右介)
 
Messages: 671
Enregistré le: Sam 28 Jan 2012 11:02
Présentation:
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Joebar » Sam 4 Fév 2012 22:25

en fait, je ne suis pas différent, c'est le reste du monde :D
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.
Avatar de l’utilisateur
Joebar
Chouchou de la maîtresse
 
Messages: 2921
Images: 4
Âge: 40
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 10:31
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ->
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Aïnoa » Dim 5 Fév 2012 00:17

Mûres a écrit:Aujourd'hui je sais que j'ai un réel "handicap" pour être avec les autres. (...) j'aime les gens, mais tout à petite dose. Sinon, j'étouffe...
J'ai l'impression d'être comme les papillons : j'arrive jamais à me poser... :D1


Décidément Mûres, j'aime vraiment beaucoup tes phrases!!! ;)
Pareil, j'aime les gens, mais à petite doses. Et ça dépend desquels... :$

Quant à la timidité, je ne l'étais pas étant petite, mais au collège, début de mon complexe d'infériorité, tout a changé. Depuis les gens me font "peur", je ne vais pas vers eux s'ils ne viennent pas vers moi. S'ils viennent, hop, je rentre dans mon personnage, dans mon "rôle". Et ça passe (à petite dose :-) )
Pourquoi? Sentiment de décalage. Sentiment de ne pas vivre au bon endroit, de ne pas avoir de place, ni le droit d'exister. Donc je fais tapisserie, je me fonds dans le décor.
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Fraises » Dim 5 Fév 2012 00:50

Aïnoa a écrit:
Mûres a écrit:Aujourd'hui je sais que j'ai un réel "handicap" pour être avec les autres. (...) j'aime les gens, mais tout à petite dose. Sinon, j'étouffe...
J'ai l'impression d'être comme les papillons : j'arrive jamais à me poser... :D1


Décidément Mûres, j'aime vraiment beaucoup tes phrases!!! ;)


Contente que mes mots te plaisent ! C'est gentil de le dire comme ça... ! ça fait toujours plaisir... :-)

J'ai la sensation qu'on vit tous des "rôles"... On a de temps en temps envie d'être un peu nous-mêmes...

Santé... :occasion14:
Fraises
 

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar caoua » Dim 5 Fév 2012 09:53

Mûres a écrit:J'ai la sensation qu'on vit tous des "rôles"...


Pour ma part, j'en suis persuadé.
Je l'explique de cette manière :

AVANT PROPOS :
Je part du principe que les humains sont soit névrosés, soit psychotiques. Mais on va parler de la catégorie "névrosés".
Lorsqu'ils sont névrosés, cela peut se traduire par une névrose simplement anodine, voir, à l'autre bout de l'échelle, extrêmement perturbante (dans le cas où la névrose en question est particulièrement développée).

EXPLICATION :
Je pense que nous, la catégorie des névrosés, nous avons un égo (plus ou moins affirmé suivant chacun).
Cet égo ou raisonnement mental, dans notre contexte sociétal, est mis en avant, (par les publicités, les modes, nos consommations, etc...) et de fait, c'est comme si tout était fait pour cet égo, qui au final, c'est lui qui nous gouverne, nous manipule. On s'auto manipule individuellement de manière inconsciente si je puis dire la chose ainsi.

Du coup, tant que l'on s'auto manipule individuellement, je pense que nous ne sommes pas nous même. Nous jouons un rôle d'acteur sociétal. Pour moi, ce rôle d'acteur n'est pas mauvais en soi, puisque je le considère comme un outil qui permet de se protéger des raisonnements mentaux excessifs, malsain, déraisonné, etc... d'autrui.
Ainsi pour voir le plus clair possible dans tout cela, ma personne tente de se découvrir le mieux possible pour ne plus être prisonnier de son égo ou raisonnement mental.

Pour me découvrir, une bonne méthode consiste à me "confronter" (je met entre guillemet car il ne s'agit pas d'une confrontation à proprement parler, et dsl, je n'ai pas le mot juste pour exprimer l'idée) à l'extérieur pour en retirer toujours plus de bénéfices propre à ma personne.

Voila donc ma pensée sur le fait que nous vivons tous un/des rôle(s)
caoua
 
Messages: 103
Enregistré le: Ven 23 Déc 2011 14:15
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar pixelvois » Dim 5 Fév 2012 13:49

Mûres a écrit:J'aime ton topic Pixel' :-)

Cool... mais c'est pas le mien : il est à tout le monde ;).

[hr]
soazic a écrit:alors ici le décalage, c'était d'abord à la maison.

Perso, pas décalé à la maison à proprement parler, mais sans doute une part de décalage induit par la vision du monde que j'ai initialement appréhendé au sein d'une famille ( cellule familiale de premier niveau, et plus ou moins dans les niveaux suivants ) baignant dans le milieu artistique / du spectacle...
Au collège, le fossé s'est creusé, décalage, décalage, appelée intello, essayant de s'adapter mais bon bien asociale.

Je préfère parler d'inadaptation sociale ( terme que j'ai retrouvé avec "plaisir" ici ou là dans le forum )...
D'ailleur tu dis aussi :
je n'ai pas les codes, je ne suis pas adaptée à ce monde

;)

[hr]
caoua a écrit:Pour ma part, l'important est de bien me connaitre

Pour la mienne, c'est d'essayer d'être le plus "vrai" possible ( sachant qu'on ne peut éviter de se mentir à soi-même, au moins inconsciemment, ce n'est sans doute pas si éloigné ;) ). :wait: Se référer aussi à la citation de Gides que j'ai comme signature de mes posts. 8)
Pour me connaitre, il me faut me "confronter", agir, mais chez moi, cela n'est vraiment pas évident.
Et vous, avez vous des difficultés "d'actionnage" ?

Je suis bien d'accord avec le terme "confronter" ( je veux dire qu'il me semble bien entendre ce que tu veux dire par là : dans ton post suivant tu précises je met entre guillemet car il ne s'agit pas d'une confrontation à proprement parler, et dsl, je n'ai pas le mot juste pour exprimer l'idée ), et j'ai effectivement le même besoin, avec les mêmes difficultés...
Je te remercie de me comprendre

Y'a pas de quoi ( ou plus joliment, comme on dit dans le sud-ouest : avec plaisir ! ), ce n'est pas un effort ou une démarche, il se trouve que cela entre en résonnance avec ce que je suis ;)

[hr]
rouzejp a écrit:Pour moi la réponse a été de faire d'une grande partie de ma vie un rôle de composition.

Chose que je refuse "mordicus", et ce depuis toujours ( ce jeu de rôle social me dérange excessivement ). Cela rejoint la remarque que je faisais ci-dessus sur le fait d'essayer d'être le plus "vrai" possible, et qui m'a valu un reproche très déstabilisant ( je ne savais, ni quoi, ni comment, répondre, en tout cas comment convaincre ) de la part de ma première vraie petite amie : "tu es pareil quand on est que tous les deux et quand on est avec les autres... j'aimerais te voir toi vraiment quand on est tout seul". Elle ne voyait pas que c'était avec les autres que je n'étais pas différent et non pas avec elle que je n'étais pas "vrai"...

[hr]
Mûres a écrit:j'attribuais mon décalage à l'éducation de mon père et la formation intellectuelle qu'il m'a donnée.

Comme j'ai dit au-dessus, la différence sociale familiale a sans doute eu sa part dans mon sentiment de décalage... mais plutôt inconsciemment. Il me semble en effet, que j'arrivais à faire la part des choses ( notament, parce que certaines branches de la famille m'avaient aussi donné à voir des comportements socialement normaux / normés ), et que je l'ai plus vécu comme une ouverture d'esprit quand à la possibilité d'être socialement différent / plus ou moins "marginal" ( au sens pas tout à fait intégré à la société ).
Comme je n'ai pas encore fait de test (pour les raisons que j'ai expliquées dans mon topic sur le sujet), je ne peux pas attribuer cela à une éventuelle douance. Par contre, ce dont je suis sûre c'est être différente..

Ce dont je suis sûr ( ou quasiment : doute, doute, doute... et s'il n'existe pas, toujours le rapeller, toujours tout remettre en question, même mes certitudes les plus tenaces ;) ) aussi me concernant, et sans avoir attendu d'avoir passé le test pour cela : et pour le coup, si je me dis que cela est peut-être dû à ma douance ( hétérogène, non-certifiée ;) ), je pense qu'il ne faut pas l'attribuer trop vite à cela : on peut sûrement connaître ce sentiment de décalage, d'être différent sans pour autant être HPI...

[hr]
Sôsuke a écrit:Mais étant homo, cette problématique a pris le dessus sur le reste pendant mon enfance et mon adolescence.

Merci de me permettre de rebondir sur ce que je viens de dire, en donnant un exemple... ;)

[hr]
Joebar a écrit:en fait, je ne suis pas différent, c'est le reste du monde :D

:rofl: :rofl: :rofl:

[hr]
Aïnoa a écrit:les gens me font "peur", je ne vais pas vers eux s'ils ne viennent pas vers moi.

+1 ( mais en vérité, et en plus, je crois que j'ai peur de tout en général... :( )
Donc je fais tapisserie, je me fonds dans le décor.

Ouaip. "Pour vivre heureux, vivons caché". Sur le désir d'anonymat, le roman que je suis en train de lire ( @Zil2blé : et où j'ai un peu "calé" dernièrement ;) mais je vais m'y remettre et le finir, c'est sûr ) : Buzz Aldrin - Mais où donc es-tu passé ? de Johan Harstad.

[hr]
Mûres a écrit:J'ai la sensation qu'on vit tous des "rôles"... On a de temps en temps envie d'être un peu nous-mêmes...

Perso, j'ai tout le temps le désir d'être complètement moi-même ! Ce qui ne m'empêche pas de ne pas y parvenir toujours, et de jouer parfois plus ou moins des rôles malgré moi... et comme dit :
caoua a écrit:On s'auto manipule individuellement de manière inconsciente ( ... )
tant que l'on s'auto manipule individuellement, je pense que nous ne sommes pas nous même. Nous jouons un rôle d'acteur sociétal. Pour moi, ce rôle d'acteur n'est pas mauvais en soi, puisque je le considère comme un outil qui permet de se protéger des raisonnements mentaux excessifs, malsain, déraisonné, etc... d'autrui.

... effectivement, le fait de jouer des rôles, de porter des masques, a son utilité. Et ne pas le faire, expose beaucop plus, nous met en position de faiblesse, mais si l'on veut espérer mieux se comprendre soi-même en se "confrontant" aux autres, il faut commencer par être honnête soi ( et avec soi ), afin d'avoir une chance que l'autre soit à son tour honnête avec nous ( pré-requis : qu'il le le soit avec lui-même ), pour que cette "confrontation" soit profitable... en somme, ce que l'on essaye de faire sur ce forum :cheers: , non ?

[hr][offtopic][spoil]
caoua a écrit:Je part du principe que les humains sont soit névrosés, soit psychotiques.

Pierre Desproges a écrit:Je ne suis pas à proprement parler ce qu'on appelle un maniaque.
Simplement j'aime que tout brille et que tout soit bien rangé.
Quand je rentre à la maison, la première chose que je fais, c'est de me servir du thé. Je me verse moi-même le thé, bien au milieu du bol. Le sucre doit être vertical. Sinon, c'est le bordel.
Ensuite je range le bureau, le chien, les gosses et j'astique le ###bipède asthmatique à poils laineux###. J'ai toujours eu des ###babouins nains des marécages###. J'aime beaucoup les ###babouins nains des marécages###, les rayures sont bien parallèles.
J'aime que les choses soient parallèles. Je n'apprécie rien tant que cet instant, trop éphémère, hélas, où ma montre ;i quartz indique 11 h 11.
Parfois j'ai un orgasme jusqu'à 11 h 12.
J'aime que l'on soit à l'heure. Je dois dire que vous m'avez déçu.
Mon ami, le regretté ministre Robert Boulin, et moi-même avions en commun cette obsession de la ponctualité.
Je l'entends encore: "je suis dans les temps, je suis dans les temps..."
Chaque samedi soir, à 22 h 15 précises, je range ma femme dans le lit et je la fais reluire jusqu'à la demie.
Hélas, notre harmonie n'est pas parfaite: c'est une femme qui ne parvient pas toujours à garder les jambes bien parallèles.
Ludiquement parlant, ça me désoblige.
Elle est bordélique, pour tout dire. Notre dernier pique-nique s'est très mal terminé. Elle voulait rentrer sans avoir rangé la clairière, ni plié les papiers gras, ni même ma tante Emma, qui est paraplégique, et qui par conséquent ne peut se plier toute seule.
J'avais beau la supplier: « Suzanne, ne pars pas encore. »
Ne me quitte pas.
Il faut tout plier.
Tout peut se plier.
Tu t'enfuis déjà...
Que voulez-vous, j'aime l'ordre. C'est un besoin de clarifier les choses dans ma pauvre tête de perturbé congénital.
Pensez: je suis dyslexique : je confonds les « t » et les « f « . C'est chianf. En plus, je suis gaucher contrariant. C'est plus fort que moi, il faut que j'emmer.de les droitiers.
Et ce ne sont là que les moindres de mes tares. Il y a plus grave.
[highlight=#ffff80]Je suis névrosé et psychotique.[/highlight] Ce sont deux désordres extrêmement perturbant quand ils cohabitent, pour reprendre le cri d'amour du crapaud.
Savez-vous seulement quelle différence il y a entre un psychotique et un névrosé?
Un psychotique, c'est quelqu'un qui croit dur comme fer que 2 et 2 font 5, et qui en est pleinement satisfait. Un névrosé, c'est quelqu'un qui sait pertinemment que 2 et 2 font 4, et ça le rend malade.
Eh bien moi, qui suis à la fois psychotique et névrosé, je suis tour à tour très content que 2 et 2 fassent 4, ou déçu, terriblement déçu, que 2 et 2 fassent 5. Un jour je me réjouis que les quadrilatères aient quatre côtés, le lendemain je me désole à l'idée que les triangles n'en ont que deux.
J'en ai parlé à mon psy.
Il m'a conseillé de tenter une expérience de thérapie de groupe.
Au départ, je n'étais pas très chaud. D'abord, je trouve ce genre d'exhibitions publiques tout à fait impudiques. Je suis un garçon très pudique. C'est une qualité que je partage avec mon ami Michel Droit. Un homme qui ne va jamais aux toilettes sans éteindre la lumière... Quelquefois, il s'essuie la figure, et les gens disent qu'il a mauvaise haleine. Mais ce sont des mauvaises langues.
Et puis, c'est cher, les thérapies de groupe. Or, mon argent aussi, j'aime qu'il soit bien rangé. On évalue ma fortune actuelle à 1 111 111 francs, c'est un bon chiffre, et je m'y tiendrai, aussi vrai que 2 et 2 font... (l'air désespéré) ... 4.
Alors bon, mon psy m'a dit: "Mais non, pauvre enculé (nous sommes très liés), mais non, ça ne te coûtera rien. Au contraire. Pour la thérapie de groupe, donne-toi en spectacle. C'est toi qui seras payé."
C'est pourquoi, Mesdames et Messieurs, je vous ai priés de venir tous ici ce soir pour me regarder faire mon intéressant.
Bonsoir.
[/spoil][/offtopic]
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )
Avatar de l’utilisateur
pixelvois
Papa Ours
 
Messages: 5157
Images: 124
Âge: 45
Enregistré le: Dim 27 Nov 2011 10:50
Localisation: planète Mars en navet rond
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar W4x » Dim 5 Fév 2012 23:52

A toujours aussi... avec des plus et des moins selon les périodes scolaires et amoureuses. J'ai même eu des périodes presque "normales". Mais aussi loin que je me souvienne (vers mes 2 ans... il paraît que c'est tôt?!) j'ai eu cette lucide impression.
Je développerai davantage quand ce sera un peu plus clair dans ma tête^^ :x
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 3013
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar kingubu » Lun 6 Fév 2012 08:23

Comme Jourdain et sa prose. Presque. Non, enfin, c'est flou. Depuis longtemps, on me le disait, un peu au ban à l'école primaire, élève presque brillant au collège, largué au lycée mais apprenant la vie par ailleurs. La différence s'est surtout imposée à moi au début de ma carrière professionnelle, je ne parvenais pas à rentrer dans les cases qu'on m'assignait. Toujours à trouver les trucs qui ne fonctionnaient pas dans l'organisation, à regretter qu'on ne puisse pas faire mieux avec autant de moyens, à m'élever contre l'injustice, bref, à ouvrir ma gueule… Je me suis fait virer de partout (le plus vite en 55 jours… :D ) avant de trouver le moyen de refuser l'évidence de ma différence en devenant maître de mon propre boulot. Là je pouvais râler de tout mon saoûl et j'ai canalisé cette incompétence à rentrer dans les cases prédeterminée en m'investissant dans des activités associatives et syndicales nationales & prenantes, avant de réaliser que là aussi il y avait des cases. J'ai alors cherché le moyen de rendre ma parole légitime (on ne m'écoutait pas bien que j'ai raison le plus souvent, la suite l'a démontré), avant de baisser les bras et de m'enfermer dans ma propre rancœur pour commencer ma mue. Jusqu'au diag de mon fils aîné, ma séparation de la mère de mes enfants et la rencontre avec ma compagne qui elle m'a ouvert les yeux en blaguant jusqu'à me convaincre de passer le test. Banal en somme. Il en reste quoi ? Ben quarante ans d'histoire ç relire. Ça tombe bien, il y a trop de vent pour aller faire du vélo :)
Avatar de l’utilisateur
kingubu
 
Messages: 59
Âge: 47
Enregistré le: Mer 1 Fév 2012 10:07
Localisation: far south
Test: WAIS

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar shunbabyx » Lun 6 Fév 2012 11:56

[align=justify]En ce qui me concerne à partir de la primaire. En gros en CP, j'ai bien vu que les autres me trouvaient bizarre, au CP, j'avais fait une pétition contre la vivisection (que j'ai reprise au collège par la suite), parce que ça me faisait très peur qu'un humain soit capable de torture. Ça a défrayé la chronique (mais j'ai pas bien compris pourquoi) :grattelatete: .

Ensuite, j'ai changé d'école, et ça c'est très mal passé. J'avais pas de copain, et quand je commençais à réussir à en avoir, ils s'en allaient, en me disant que j'étais folle. Je l'ai très mal vécu. Tout le monde m'insultait, notamment le fameux "intello" (parce que j'aimais les livres et les dictionnaires), du coup je n'ai plus parlé à personne. J'ai reçu mes premiers coups (physiques) : coups de poing (un bon vieux bourre pif qui m'a éclaté le nez), des coups de pied, j'avais des bleus partout ... :doh: Mais je n'ai jamais pensé à m'en plaindre auprès d'un adulte :x . Par contre j'ai réussi à garder une copine longtemps mais un jour j'ai cru qu'on me l'avait volée, alors j'ai écris une lettre de menace pour qu'on me la rende. Je me suis faite épinglée par la maîtresse qui a convoqué ma mère. La lettre qui était destinée à la petite fille, auteur, selon moi, du vol de copine, était très ... dérangeante, je lui disais que si elle ne me rendait pas ma copine elle mourrait du sida, son père du cancer et que son frère se ferait tuer à l'armée ... Je me suis fait savater :fouet: .

Après au collège, ça a continué, affublée de surnoms débiles, personne ne voulait s'assoir à coté de moi. Pourtant je n'étais vraiment pas méchante. En français j'avais de très bonnes notes, en bio aussi, mais pour le reste c'était pas la catastrophe, mais pas glorieux non plus, je n'écoutais strictement rien, et rien n'avait d'importance ( " cela m'est aussi égal que cela me soit ou ne me soit pas égal " ). Je me suis réfugiée dans le français et l'écriture, très tôt j'avais commencé un journal (je devais avoir 10 ans). J'y décrivais mes observations des autres, et mes questionnements sur leur comportements, j'ai commencé un fichage des gens ... mais j'écrivais ce que je ressentais aussi.

J'ai bien vu qu'il y avait une différence : les coups ont continué à pleuvoir, coups de poing encore, gifles, humiliations (style bizutage). Je ne réagissais pas. Je n'avais rien à dire. Un jour j'ai décidé, que puisqu'on me faisait si mal, j'allais contrôler tout ça ... Et j'ai commencé l'auto mutilation en me disant que comme ça les autres ne se donneraient plus la peine de m'emmerder. J'ai découvert, totalement par hasard que ça leur faisait peur :devil: . Alors j'ai continué, parce que je me détestais d'être si ratée :oops: , et que en plus de ça j'éprouvais un sentiment de revanche sur les autres de voir leurs mines déconfites devant mes blessures. Je prenais un malin plaisir à les faire saigner en cours, j'ai bien mis la dose histoire qu'on me fiche la paix, que j'ai enfin obtenue en 3ème.

Alors oui on peut dire que le décalage vient de loin ... je crois ... (ou alors c'est une névrose, je sais pas trop en fait )[/align]
shunbabyx
 

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar laetitia » Lun 6 Fév 2012 19:03

A partir de la sixième, j'ai commencé à me sentir "seule en présence d'autres gens"

Par contre, ma différence , depuis le CE1. Mais c'est un peu biaisé car j'ai été testée, j'ai sauté le CP, et ma mère ne parlait que de ça.... je ne pouvais que comprendre que j'étais différente.

Pour la petite histoire, j'ai vraiment compris ce qu'était ma différence à 28 ans. En octobre dernier.
laetitia
 
Messages: 107
Âge: 33
Enregistré le: Lun 3 Oct 2011 19:59
Localisation: Pas très loin de chez Mickey
Test: WISC

Re: A quand remonte votre sentiment de décalage, de différen

Messagepar Maness » Mar 7 Fév 2012 02:09

J'ai eu la chance de grandir dans un petit village dans lequel tous les enfants jouaient ensemble dans la rue. Je me souviens que j'étais "tyrannique" envers les autres car leurs jeux m'ennuyaient et je voulais donc imposer ma façon de jouer et ma vision du monde. Même chose avec mes cousins e cousines... Cela a fonctionné pendant quelques années mais lorsque je suis entrée en CP ma vie a changé.
Les enfants plus âgés m'ont appris à rester à ma place et à me soumettre à leur vision du monde. Selon eux j'étais bizarre, différente... j'ai vécu l'isolement et la solitude. Je cherchais sans cesse à me faire des amis et pour cela il fallait que je soit comme eux....inutile de vous dire à quel point cela était difficile.
J'ai si souvent entendu dire de la bouche de personnes de ma famille "Oh, on sait comment elle est..." supposant que j'étais bizarre. Je ne faisais rien comme les autres et j'étais selon eux chiante (car je parlais tout le temps, j'étais trop curieuse) et folle (ou fofolle..).
Je me suis toujours sentie moins bien que mes cousines, moins intéressante, moins disciplinée, moins soumise et donc moins appréciée par tout le monde....elles étaient si bien formatées et moi, malgré tous mes efforts, j'étais incapable d'être comme elles.
Ce sentiment de décalage a été renforcé par mon arrivée en France en 2001, j'ai changé de culture, de pays, de langue....encore une fois j'étais différente. J'ai dû de nouveau observer les autres pour les imiter...si bien que 3 ans plus tard je parlais si bien le français que personne ne pouvait imaginer, à m'entendre parler, que je n'étais pas française.

J'ai réussi à vivre ainsi (dans une solitude profonde au beau milieu de tous ces gens) jusqu'à mes 27 ans, âge à laquelle la psy, que je voyais pour d'autres raisons, m'a appris que j'étais une adulte surdouée... J'ai commencé à passer en revue tous les moments de ma vie d'enfant, d'ado, mon arrivée en France et ma capacité à intégrer cette langue et cette culture comme si j'étais née ici... j'ai finalement compris et accepté.

Ça va mieux maintenant malgré la solitude...j'essaie d'affirmer ma façon d'être mais j'ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour être heureuse...
Maness
 

Suivante

Retourner vers Là où l'on (se) pose des questions

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
le sentiment de décalage
1, 2par xertux » Jeu 26 Mai 2011 10:05

Réponses: 28

Vus: 3277

Dernier message par Bartemius Voir le dernier message
Jeu 10 Déc 2015 23:32
Décalage et incompréhension parentale : souvenirs
1, 2par Tipiak » Jeu 7 Nov 2013 15:17

Réponses: 39

Vus: 6415

Dernier message par emmanuelle47 Voir le dernier message
Lun 2 Juin 2014 13:36
Quand sortir de l'imaginaire est une souffrance
par Loefen » Mer 14 Oct 2015 15:46

Réponses: 18

Vus: 1270

Dernier message par Spleen Voir le dernier message
Ven 6 Nov 2015 20:42
Notion de temps et d'investissement personnel. Votre avis ?
par Mr Intemporel » Mer 10 Aoû 2016 14:41

Réponses: 4

Vus: 420

Dernier message par Fish Voir le dernier message
Jeu 11 Aoû 2016 09:40
Vivez vous à côté de votre vie?
par forza » Mer 4 Juin 2014 20:19

Réponses: 23

Vus: 3051

Dernier message par Melvill Voir le dernier message
Ven 4 Juil 2014 14:08

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 3 invités