[QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12609
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

[QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par TourneLune » lun. 11 févr. 2019 14:52

Bonjour à tous,
pouvez-vous m'expliquer pourquoi dès que je discute avec des gens du forum, on se découvre tous des problèmes avec le téléphone. En tant que grande handicapée du coup de fil, j'aurais bien aimé savoir POURQUOI j'ai tendance à me pourrir la vie juste pour pas passer un coup de fil?? Vous avez des idées?
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 711
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : un bout de moi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : en haut de la tour Eiffel, juste à côté.
Âge : 41

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Bulle d'o » lun. 11 févr. 2019 14:56

parce que l'immédiateté d'un coup de fil n'est pas assez profond en temps pour traduire autre chose que la banalité alors que l'écrit, qui donne un tout petit peu plus de place au fait de pouvoir poser les mots, donne un confort bien évident. Et l'on peut mettre du tipex ou bien effacer la dernière phrase et se reprendre...
Et puis le téléphone vient à nous, sans qu'on n'ait rien demandé alors que le forum, on y va de plein gré...

alors entre "besoin de maîtrise" et "perfectionnisme", bonjour le tableau psy que je viens de faire , mouhahahaaaaaa. Voilà pour moi :)
"BOUM! - Il y'a comme un défaut... - Attends, je vais chercher un seau d'eau", Placid et Muzo

dani
Messages : 835
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par dani » lun. 11 févr. 2019 15:06

Pour toi je sais pas, mais moi je déteste faire ça car on n'arrive jamais à atteindre la personne du premier coup, ça prend toujours beaucoup plus de temps que prévu (pour les rdv etc.) et ça demande un effort (chercher le numéro, toussa). Pour les téléphones aux amis, j'ai peur de déranger, car en fait j'ai horreur de recevoir un coup de fil à l'improviste, je me sens envahie. Et on se dit rarement des choses importantes au téléphone, pour moi c'est une perte de temps, ça ne sert pas à grand chose et souvent ça dure trop longtemps (sauf si c'est un téléphone avec quelqu'un de très proche avec qui on parle aussi souvent en "réel", là le téléphone entretient la relation). Ou alors on se reçoit des messages hyper importants et on se sent tout con pour répondre de manière appropriée, manque trop le non verbal corporel.

Mais je ne supporte pas non plus le répondeur : du coup faut rappeler la personne, j'ai pas le choix. J'ai horreur de ne pas avoir le choix. du coup il est désactivé.

Ce que j'apprécie c'est le sms qui me demande quand on peut s'appeler. ça me laisse le choix, je n'ai pas mon territoire envahi, c'est le bon entre deux. Et la discussion est beaucoup plus riche


EDIT : Bulle d'O, c'est assez proche de ce que tu dis …. tant pis, je laisse mon post :)
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12609
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par TourneLune » lun. 11 févr. 2019 15:08

Ben ça à la rigueur ça se comprend mais quand c'est un moyen efficace de faire, je suppose que tu n'as pas de soucis? Moi si, grave...
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

dani
Messages : 835
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par dani » lun. 11 févr. 2019 15:16

TourneLune a écrit :
lun. 11 févr. 2019 15:08
Ben ça à la rigueur ça se comprend mais quand c'est un moyen efficace de faire, je suppose que tu n'as pas de soucis? Moi si, grave...
Ben ça dépend ce que tu veux dire par "efficacité" … faut vraiment que ce soit urgentissime-importantissime (et là j'ai un seuil de tolérance très très élevé :D ) . Il peut se passer une-deux semaines sans que je fasse le moindre téléphone (j'en reçois au boulot, mais je n'en fait jamais, j'envoie un mail ou je passe au bureau du collègue), presque tout passe par l'écrit (réseaux sociaux, sms, mail)
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12609
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par TourneLune » lun. 11 févr. 2019 15:18

Ben au-delà d'un certain seuil de pression je finis par y arriver mais je suis capable de me casser drôlement la tête et les pieds pour ne pas le faire, donc c'est pas juste une histoire d'efficacité. C'est pas juste histoire de préférer l'écrit à l'oral.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Fu
Messages : 703
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Fu » lun. 11 févr. 2019 15:26

En voilà un sujet qui me fait plaisir, je ne savais pas que nous étions nombreux ici dans ce cas. Je n'ai pas de réponse, plutôt des suggestions qui recoupent ce qui a déjà été proposé plus haut. Les raisons qui me sont venues à l'esprit, et qui sont peut-être complètement à côté de la plaque :
  • Comme Dani, je n'aime pas les appels impromptus, et je crains de déranger en appelant à l'improviste, sans compter que les sonneries sont désagréables ;
  • Le téléphone mobilise une main ou deux, à moins de se tortiller le cou, donc l'appel me monopolise, je m'ennuie et je n'aime pas ça ;
  • La qualité du son est très médiocre sur un téléphone, on est sur de vieux standards ;
  • Je n'aime pas les répondeurs et ne les utilise pas (en tant qu'appelant ou appelé) ;
  • On tombe de plus en plus souvent sur des voix enregistrées qui nous demandent de dire « voiture, oui, chaussette, mardi » ou d'appuyer sur 4, 3, 3, 2, 5, 1 et # ;
  • On est en contact direct avec un être vivant mais on n'a plus qu'un seul sens pour communiquer.
Récemment, je me suis rendu compte que je n'avais pas de problème à faire un appel Skype (ou autre plateforme passant par Internet), avec un bon casque et un bon micro. Ça élimine certains problèmes comme la monopolisation, la mauvaise qualité du son, les répondeurs et les machines à questions. Même au niveau dérangement (imaginé ou réel) on limite la casse puisqu'un ordinateur éteint ne fera pas de bruit et si, au contraire, la personne est dessus, alors on capte son attention sans trop la sortir de son occupation.

fu

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12609
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par TourneLune » lun. 11 févr. 2019 15:31

Pour l'instant j'ai mis l'essentiel de mes difficultés ( parfois carrément handicapantes) sur ce point là: "On est en contact direct avec un être vivant mais on n'a plus qu'un seul sens pour communiquer. "
Mais ça me semble quand même pas vraiment jsutifier le caca dans lequel je me mets parfois... ( c'est bien, non, créer un sujet pour éviter de passer ce putain de coup de fil de merde :lol: Bon allez, j'ai du rangement à faire à la place aussi :D)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Pataboul
Patamobile
Messages : 904
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Pataboul » lun. 11 févr. 2019 16:44

Je crois que ce qui me paralyse dans ces cas là, c'est de devoir rencontrer quelqu'un d'un seul coup, paf, et sans visuel. Ouais, le côté n'avoir plus qu'un sens, y'a pas mal de ça, mais je crois que c'est surtout de se retrouver sans transition en présence de quelqu'un sans avoir eu le temps de s'approcher, de découvrir les environs, le contexte, souvent sans savoir qui c'est. Déjà qu'irl j'ai tendance à éviter les inconnus, parfois, voir souvent...

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Louise » lun. 11 févr. 2019 16:56

Chez moi c'est très identifié : 1/ j'ai une vraie anxiété sociale quand il s'agit de prendre contact avec quelqu'un que je ne connais pas, même appeler pour commander une pizza, ça me fait chier (ça ne me génère pas autant de stress qu'un appel type entretien téléphonique pour un job _ le cauchemar, mais c'est pas anodin non plus), 2/ je discrimine mal les sons, donc ça me demande une énorme concentration, je pense qu'inconsciemment, je lis sur les lèvres et recontextualise un max et "comble" les trous de mon attention auditive déficiente 3/ Je déteste ne pas avoir accès au non-verbal. Et oh, j'allais oublier un point HYPER important : 4/ je suis déficiente en communication expressive orale. Je ne finis pas mes phrases, ou alors dans un gargouillis, je me coupe en plein milieu d'un mot pour replacer le contexte, je n'ai aucune spontanéité pour rebondir si je ne connais pas la personne et qu'elle me surprend...
Donc le téléphone c'est quand même ma modalité réceptive déficiente doublée de ma modalité expressive déficiente, et ça, chez une control freak introvertie, c'est assez combo gagnant.

Du coup, pour les coups de fil importants, je les pré-rédige avant de les passer pour structurer au max ... (et ça, c'est clairement une stratégie de personne avec TSA, j'y reviens souvent ces temps ci, mais j'ai entendu une jeune aspie décrire très précisément cette angoisse du téléphone, dans ces mêmes termes d'indices non-verbaux non accessibles, donc la phobie du téléphone, j'ai classé ça dans "traits autistiques")

Avatar du membre
Swinn
Messages : 886
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Swinn » lun. 11 févr. 2019 17:29

Je ne suis pas un fan du téléphone non plus, mais si je ne téléphone pas beaucoup, ce n' est pas que je n' aime pas cela mais que je n' ai pas tellement de monde à qui téléphoner.
Peut être simplement que le téléphone mobilise une énergie importante que ne mobilise pas le sms que personnellement je préfère.
Au téléphone, les contraintes sociales y sont plus fortes, il faut saluer, prendre des news en donner, lancer la conversation, l' entretenir, éventuellement remercier pour finir et saluer ensuite.
Beaucoup de choses alors que seul le motif de l' appel finalement est important, pas l' enrobage social qui l' entoure.
Cela représente pas mal d' énergie perdue alors que le sms est bien plus direct, moins gourmand en énergie et en temps, et surtout il est facile de différer la réponse d' un message dont on a déjà pris connaissance, ce qui n' est pas le cas avec le téléphone.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran

Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 711
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : un bout de moi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : en haut de la tour Eiffel, juste à côté.
Âge : 41

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Bulle d'o » lun. 11 févr. 2019 17:41

rohhhh lalaaaa, je me dis que la prochaine fois qu'on me dit "mais, enfin, pourquoi tu réponds pas à ton téléphone!", je vais me fendre d'un "tu peux pas comprendre, question cognitive!" pffffffff, j'adore! Ca serait injuste et incompréhensible, hors contexte, j'aime encore plus.

@Dani, assurément, il y a plusieurs fois où l'on se ressemble, ce que je perçois en tout cas. :)
"BOUM! - Il y'a comme un défaut... - Attends, je vais chercher un seau d'eau", Placid et Muzo

Avatar du membre
Holi
Messages : 463
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Holi » lun. 11 févr. 2019 17:49

Moi je me rapproche de ce que disaient Pataboul et Louise je trouve ça brutal, je n'ai pas le temps ni la possibilité de savoir à qui je parle, je ne vois pas dans quelles conditions la personne me répond, je ne la vois pas... Et ça me stresse.
Du coup j'ai toujours l'impression de devoir faire vite, je cherche à être hyper concise et il me semble que mon ton doit paraître sec, désagréable.
J'ai du mal à dire tout ce que j'avais prévu je me dépêche et j'en oublie. Je ne supporte pas les blancs sans savoir à quoi ils correspondent.
C'est donc un moment désagréable que je repousse autant que je peux.
Il semble donc que le problème soit bien de n'avoir qu'une voix inconnue pour toute information ce qui est grandement insuffisant.
Par contre pour papoter avec une copine là ça peut durer longtemps, très longtemps...
La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut l'atteindre coûte que coûte.
Marie Curie

Miss souris
Messages : 2102
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Miss souris » lun. 11 févr. 2019 17:57

Alors... plusieurs trucs en vrac : trouille pas possible des coups de fil " fonctionnels" : prise de rendez vous, contacts avec les hotlines... Ça me crée une grosse appréhension, et là je vois l'idée. Je n'ai pas du tout envie d'expliquer la situation problème à des gens qui ne vont pas comprendre, des conversations qui vont être lentes ( mention spéciale aux hotlines et à leur texte premâché, bonjour Mme Souris, je me permets de vous demander si votre ordinateur est branché Mme Souris...) ou qui vont me poser un casse tête ( pas de rendez vous avant six mois, quel jour serez vous libre dans six mois, Mme Souris ?)
Pour ces coups de fil absurdes, je peux reculer l'échéance pendant des mois, y compris au mépris de ma santé.

Quand je dois transmettre un message par téléphone, je m'en répète les grandes lignes dans ma tête avant. Après la répétition générale, je peux y aller. C'est coûteux mais possible.

Cela dit rencontrer des inconnus en vrai ne m'est pas généralement une partie de plaisir...

Je vois là dedans une peur de l'inconnu, de l'incompréhension, et relierais ça à mon côté contrôlons tout, on ne sait jamais...

Mais je constate aussi que pour téléphoner à des amis, ça me pose problème aussi...je reste à côté de mon mari qui blague, je suis la conversation, je joue à deviner la moitié que je n'entends pas, j'y participe régulièrement, tout va très bien...sauf que s'il me propose de me passer son interlocuteur là c'est reblanc, et repanique... J'ai peur de ne pas savoir quoi dire dans cette conversation. ( Peut être parce qu'elle m'est imposée, peut être parce que sans voir la personne je ne peux pas trouver de quoi lui parler..?)
Quand des copines veulent me parler, ou ma sœur, j'ai remarqué qu'en prenant rendez-vous ( je prétexte le manque de temps par texto, mais c'est plus de l'énergie qui manque..) et en me préparant psychologiquement ça va mieux et que je peux passer un bon moment. ( Auquel j'ai ensuite beaucoup de mal à mettre fin...un blanc, pouf, une autre idée, blabla, un blanc, pouf, encore une idée...ça peut durer très longtemps.)

Je me relis, et je me dis ma pauvre fille, t'es pas sortie de l'auberge...mais je me sens tout soudain moins seule. Faisons un club !

Avatar du membre
Nelle
Messages : 1546
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 13:05
Présentation : Par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : En bas, tout en bas, à gauche
Âge : 45

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Nelle » lun. 11 févr. 2019 18:26

Il m'est arrivé de perdre des jours, voire des semaines :1cache: dans des démarches administratives, parce que je n'arrivais pas à décrocher mon téléphone.
Je me retrouve assez dans ce qui a été dit par les uns et les autres, essentiellement dans des coups de fils à des inconnus. J'arrive plus facilement à me raisonner quand il s'agit de personnes connues, ou déjà appelées.

Peut-être peut-on faire le parallèle avec les notions de distance (publique, sociale, personnelle, intime, de E.T.Hall, si je me souviens bien ?) : si je décroche mon combiné, instantanément je rentre dans la sphère intime de l'autre, donc forcément, l'autre y est aussi, dans ma sphère intime, et là, c'est le drame, car il n'y a eu aucune préparation, on a direct la voix de l'autre collée sur son oreille, c'est violent tout de même ! On peut avoir l'impression d'agresser tout autant que celle d'être potentiellement agressé(e).
Du coup l'échange peut être biaisé, s'il manque à l'un ou l'autre des interlocuteurs une étape dans son mode de communication habituel, ce qui peut engendrer : peur, appréhension, malentendus, oublis de l'essentiel, bégaiements, raccrochages précoces (si, si !!)
L'unique solution a été systématiquement d'attendre le dernier moment. C'est l'urgence, le fameux "au pied du mur, y'a que là que je suis la plus efficace" qui déclenche l'appel...
si si, les couleurs parlent

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3859
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par madeleine » lun. 11 févr. 2019 18:39

On paye où sa cotisation à ce club ?
Derrière la peur de déranger, de bafouiller, et toutes celles déjà évoquées, il y a bien sûr pour moi la peur des gens. Tous les gens, y compris ceux que je connais bien, très bien, la peur du mal que n'importe qui peut me faire, sans même le savoir. Il n'y a que les autres humains qui peuvent vous faire mal, non ?
Il y a sans doute un rapport un peu "étranger" aux autres qui a des points communs avec celui des personnes avec autisme. Un rapport au monde qui ne parvient pas à se simplifier en confiance.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Grabote » lun. 11 févr. 2019 19:04

J'en suis !
Je peux passer une heure au téléphone avec quelques ami-es éloigné-es mais appeler est toujours difficile, alors je parle pas de tous les petits coup de fil pour régler ceci ou cela. Je bénie cette époque dans laquelle je peux envoyer un sms ou un mail à la place et c'est pas une question de connu ou inconnu.
Je sais pas pourquoi exactement, il y'a quelque chose avec la confrontation je crois ...
Comment je peux me compliquer la vie parfois et me stresser comme une tarée pour un p'tit coup de fil à la c.n. Mais comme pour Tourne y'a des bénéfices secondaires, qu'est ce que j'ai pu réaliser comme corvée pour éviter de le passer. :huhu:
Maintenant j'en suis à me dire que j'ai le droit de ne pas être à l'aise avec le téléphone et à refuser de me faire imposer ce mode de communication. Sauf dans certains cas de boulot, on m'appelle, j'écoute le message et je réponds par écrit. :vgeek:
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 1105
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 33

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Dark Vadrouille » lun. 11 févr. 2019 21:36

Je ne suis pas un fan du téléphone, tellement que j'en ai fait mon métier !
Je ne suis pas à l'aise au téléphone, encore ce soir j'étais en ligne avec mon meilleur ami et je ne savais pas quoi dire et pire que tout, je ne savais pas quel ton ni quelle intonation de voix appliquer à la conversation...

Je ne suis déjà pas à l'aise dans une conversation normale que je ne maîtrise mais le téléphone coupe de tellement d'informations, rend les choses si impersonnelles.

Sauf qu'étant du genre à prendre le taureau par les cornes, je travaille dans un domaine commercial pour me forcer à aller vers les gens et depuis 8 ans je suis derrière un téléphone.

Je déteste encore plus les coups de fils car cela me prend la tête toute la journée mais au moins j'ai "appris" à gérer mes appels.
Je peux donc passer d'un appel parfait (la trame étant relativement connue, l'intonation au top, le flot de parole adaptée, le vocabulaire au niveau de l'interlocuteur) à un appel catastrophe ( l'on sent que j'en ai absolument rien à foutre ou je cherche mes mots ou ai des problèmes d'articulations).
Cela reste dans le cadre du boulot, donc c'est relativement maîtrisé car c'est routinier. On me fait souvent la remarque que je suis agréable et dynamique en comparaison de mes divers collègues.

Je me suis aperçu avec le temps, qu'effectivement j'étais fonction de mes humeurs et ma fatigue pour placer ma voix, outil que je gère plutôt pas trop mal j'ai bien conscience de l'effet qu'une voix peut faire sur un interlocuteur, j'en joue lorsque j'en ai la possibilité.

La peur du coup fil me ramène à mon enfance avec ma peur d'aller acheter du pain ou des clopes, ça m'a terrifié pendant des années, trop peur d'entrer en contact avec des inconnus. Aujourd'hui c'est moins présent mais je me suis toujours dit que je déconnais sec à ce niveau ^^

Miss souris
Messages : 2102
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Miss souris » mar. 12 févr. 2019 08:41

ma peur d'aller acheter du pain
: copain ! (et pareil pour mon fils...alors que ma fille s'en fiche. Donc déjà : c'est pas 100 % familial ...)
Autre indice : ma fille se fiche aussi des appels téléphoniques. (Youpie, je délègue...)
Donc il y aurait des gens qui ont peur du boulanger et du téléphone, et d'autre non. On avance... (et je sors.)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Louise » mar. 12 févr. 2019 10:38

Ce qui est dingue aussi, c'est que je me rappelle avoir passé des heures, la nuit, au téléphone (j'avais une ligne à moi dans ma chambre :D) avec ma meilleure copine à débriefer la journée. Et à cette époque là, j'avais pas particulièrement d'anxiété sociale. Donc c'est venu sur le tard, pour ma part, je dirais avec le démarrage de la vie active.

Ahaha, je vous conseille à tous la lecture du "Steak Haché de Damoclès", BD de Fabcaro sur les introvertis, c'est à pleurer de rire. (enfin je vous la conseille, ou pas, elle n'a pas été rééditée, et les exemplaires ne se trouvent que d'occase autour de 50 euros :( et je suis deg) La BD s'appelle le Steak Haché de Damoclès parce que ça mère l'envoie acheter un steak haché, sauf qu'il se trompe, entre dans une boulangerie, et n'ose pas dire qu'il s'est trompé ou ressortir, et du coup, utilise l'argent que sa mère lui a donné pour acheter une baguette et revient chez sa mère.. avec une baguette, et énervé.

Avatar du membre
Holi
Messages : 463
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Holi » mar. 12 févr. 2019 11:05

Moi je n'ai pas de problème avec le boulanger, ni le boucher, ni l'instit de mon fils, ni les gens...
C'est vraiment le téléphone qui me bloque.
Bel effort Dark Vadrouille d'en avoir fait ton métier, avec une maîtrise toute professionnelle.
La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut l'atteindre coûte que coûte.
Marie Curie

Avatar du membre
Armie
Nocturne Rieur
Messages : 667
Enregistré le : jeu. 11 déc. 2014 14:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Armie » mar. 12 févr. 2019 11:57

Pas pour rien qu'on est une communauté de l'écrit, par ici.
Ça aurait été une hotline pour surdoués y aurait jamais eu un seul appel :huhu:

Ma kryptonite professionnelle d'il y a quelques années: appeler une (longue) liste de gens pour les convaincre de m'accorder un entretien d'1h30 pour recueillir leur expertise sur un sujet dont potentiellement ils se foutent (et auquel cas il faut les convaincre que c'est über important). J'en étais rendue à envoyer un courrier avant ("préparez vous je vais vous appeler!...") puis à écrire mon texte. Sisi. "Bonjour je m'appelle Armie et je me permets de vous appeler pour blabla..." :tmi:
Bon par contre c'est vrai qu'à la fin de la liste, c'est de moins en moins coûteux.
► Afficher le texte

Avatar du membre
Jahroo
Messages : 366
Enregistré le : lun. 24 déc. 2018 09:45
Présentation : Salutation!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ici et ailleurs
Âge : 41

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par Jahroo » mar. 12 févr. 2019 12:26

Ah mais moi je l'adore mon téléphone!
Il me sers d'agenda, de calculatrice, je peux utiliser plein d'applis à la con et surtout aller sur internet! J'ai vraiment du mal à m'en passer pour sûr.

Ah la question concernait les appels téléphoniques? C'est vrai que ça que ça peut potentiellement servir à ça aussi.

Désolé, je passe sous un pont là. Biiip biiip biiip ...

Bref, oui j'ai aussi beaucoup de mal. Ça me stress de devoir fonctionner que sur la partie auditive, même si à priori j'ai pas trop de souci de ce côté. J'ai l'impression de devoir me concentrer 10 fois plus. Souvent Je ne sais pas ou poser mon regard aussi.
"J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle." J.Mazarin

Avatar du membre
nemo
Messages : 508
Enregistré le : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : panda
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par nemo » mar. 12 févr. 2019 16:16

Gros handicapé du coup de téléphone également, j'ai identifié les raisons suivantes:
Comme Louise, il y a de l'anxiété sociale avec les gens que je connais peu ou pas. Je peux pas décemment m'enfiler un pack de 6 avant chaque coup de fil...
J'ai de plus toujours un peu peur de déranger et de ne pas respecter des codes qui pourraient exister... Alors quand j'appelle pour un truc précis, j'ai l'angoisse de la première minute où je dois poser le contexte de ma demande sans aucun retour sur l'autre vu que je serais en pleine tirade. Je me sens littéralement à l'aveugle. Et avec cette croyance bien ancrée que je suis toujours à coté de la plaque, plus mon temps de parole s'éternise, plus le stress augmente.
Quand j'ai un premier retour de l'interlocuteur, quand tout va bien, que j'ai été clair et du coup compris, je suis soulagé, et ça va globalement mieux voire bien, sans doute par contraste. À l'inverse, quand ça se passe mal, j'écourte, quitte à rappeler plus tard parce que je suis en panique.
Et puis on m'a tellement dit qu'au téléphone, je donnais envie d'en finir avec la vie...

Avatar du membre
O'Rêve
Messages : 439
Enregistré le : mar. 1 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/reve-t4816.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: [QALC]Pourquoi autant de phobiques du téléphone par ici

Message par O'Rêve » mer. 13 févr. 2019 00:35

Tout comme vous !

Entre les appels reçus et les appels passés, les appels avec des inconnus ou ceux avec des familiers...ben c’est pas pour les mêmes raisons, mais c’est bien rarement un moment privilégié ou un plaisir partagé.

Le téléphone qui sonne… et c’est une petite montée de stress : cœur qui se met à battre en mode légèrement accéléré. Petit mouvement de panique avec les premières pensées : « Oh là là, qui appelle ? (presque sensation de danger ; alerte alerte, les clignotants passent au orange !» )
Premier élan : voir quel est le numéro affiché et si l’appelant fait partie des contacts enregistrés.

Les appels inconnus/masqués…lassée des intrusions et démarchages inopinés et non souhaités, en guise de réponse et bien justement n’y répondre quasiment jamais. Et si c’est un autre cas de figure, un message important, le répondeur sauve la mise en faisant son métier.

Les interlocuteurs(trices) envahissant(e)s et/ou de mauvaise foi, dont il est devenu prudent de se méfier : laisser sonner sans décrocher ; les messages laissés sur répondeur ou les textos déposés suite à l’appel non décroché ouvrent l’opportunité d’évaluer des intentions qui pourraient être dissimulées.

Celles et ceux dont les appels finissent par lasser : ceux qui téléphonent pour te laisser ensuite poireauter au double appel (toujours urgent ou plus important que celui qui vous est destiné).
Et aussi ces autres appels qui sont donnés chaque semaine avec une angoissante régularité; l’appel routinier, teinté de banalités.

Y’a les appelants et pis y’a les appelés. Ces appels, où c’est moi qui appuie sur « Appeler ». Arffff ! Ben c’est pas plus réjouissant. Et les quelques coups de fil passés dans le mois, on peut les compter. Le forfait 2 heures, il est rarement totalement consommé.

Y’a l’appel vers certains familiers, où quand t’appelle (et c’est tout le temps toi qu’appelle) et ben t’as toujours les mêmes premiers mots qui viennent s’engluer : Ah salut, tiens c’est marrant parce que justement j’avais prévu de t’appeler!
Ahahah ! Télépathie routinière, simultanéités en mode on la refait….Ben oui tiens c’est marrant….la même personne, chaque fois que tu l’appelles, le dit-même jour, elle aussi elle pensait t’appeler. Tu sais c’est le scénario en boucle, la scène que tu crois que tu l’as déjà vécu, et oui en faite tu l’a vraiment déjà vécu…alors tu te dis : soit l’autre il a une mémoire de merde (il se rappelle pas que chaque fois qu’il t’a au bout de fil, il te répète et répète cette même phrase pourrie), soit il est traversé à chaque fois par une étrange mauvaise fois…mouahahaha !

Y’a les appels obligés : un rendez-vous à bloquer, un truc à régler, une réponse à donner et là y’a besoin de se mettre un joli coup de pied…

Y’a l’appel à mémé, ben quand t’as raccroché, t’as envie de pleurer.

Et puis quand même, il y a les quelques appels qui font du bien.
Y'a l'appel où t'as juste envie d'entendre la voix de quelqu'un qui te manque, qui est loin, ou juste parce que tu en as besoin et quand tu l'entends et ben ça fait juste du bien.
Et y'a l'appel de l'intimité, celui où la disponibilité, l’authenticité et la bienveillance sont entremêlés. Souvent ils font suite à quelques textos où chaque interlocuteur a pris soin de délimiter l’espace temps à octroyer à ce moment partagé.
Que j’appelle ou que je sois appelée, ce sont des instants qui ressourcent, où une fois qu’on a raccroché on se sent « énergisé ». Mais leur point commun, c'est la rareté...et pour les autres coup de fil, ben moi aussi je me sens handicapée.

Répondre