Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 77
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Loupiotte » jeu. 8 nov. 2018 22:09

Vaste titre car je ne savais pas comment intituler ce sujet :

Je suis encore tombée sur un article qui parlait du braconnage de deux espèces en voie d'extinction (ici le tigre et le rhinocéros) car leurs griffes, os et moustaches dans un cas et leur corne dans l'autre auraient des vertus aphrodisiaques dans la médecine traditionnelle chinoise...

Et, du coup, je viens de me faire la réflexion qu'à chaque fois qu'un animal était braconné à cause d'une demande des Chinois, c'était pour ses vertus aphrodisiaques... Pourquoi ?
Je veux dire, ça aurait pu être dans un cas pour des vertus de longévité, dans un autre pour la tonification du cœur, du foie, ou je ne sais quoi encore... Et bien non. A chaque fois, on peut lire que ce sont les effets aphrodisiaques qui sont recherchés... Quelqu'un saurait-il pourquoi ?

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 696
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Pataboul » jeu. 8 nov. 2018 22:12

ben!! c'est bien connu que les asiatiques en ont une petite... Avec la mondialisation ils doivent complexer un peu. :grin: :huhu:
:tmi:

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 77
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Loupiotte » jeu. 8 nov. 2018 22:16

:rofl: Évidemment que j'y ai pensé ! Mais ça ne me semble pas être une raison valable ^^ Et puis, mince, on a trouvé mieux depuis que les écailles de pangolin ou les moustaches du tigre !

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 696
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Pataboul » jeu. 8 nov. 2018 23:29

C'est vrai qu'il y a mieux. On devrait leur envoyer du viagra gratos pour sauver les espèces menacées!

Franchement, je me demande si cette "raison à la con" ne serait pas au moins en partie la bonne... Mais une réponse plus sérieuse et argumentée est bienvenue, vu que ta question est sérieuse elle-même.

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 77
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Loupiotte » ven. 9 nov. 2018 14:06

Oui, le "pire" c'est que ma question est sérieuse ! Je me demandais si derrière ça, ce n'était pas un moyen d'impressionner ses hôtes quand on est un millionnaire chinois. "Eh ! T'as vu mes moustaches de tigre aphrodisiaques ?" "Ahah ! Mais moi j'ai carrément les os !" "Non mais les gars, laissez tomber, moi j'utilise de la corne de rhinocéros !"... Et hop, tu étales du même coup ta richesse (et ton influence car il faut arriver à se les procurer) devant tes voisins... Bon, il se peut fortement que cette hypothèse soit du délire complet ^^
Ou alors, c'est uniquement sur le plan culturel que ça se joue, mais dans ce cas, je ne comprends pas très bien et j'aimerais bien des explications...

Miss souris
Messages : 1420
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Miss souris » ven. 9 nov. 2018 15:16

Euh ... c'est magique parce que c'est rare ? C'est magique parce que je m'approprie la force de l'animal en le mangeant ? (encore que. Dur comme le rhino, je vois bien l'intérêt, mais rapide comme le tigre ...:) )

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 77
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Loupiotte » ven. 9 nov. 2018 15:29

Miss souris a écrit :
ven. 9 nov. 2018 15:16
(encore que. Dur comme le rhino, je vois bien l'intérêt, mais rapide comme le tigre ...:) )

:rofl: J'ai tellement ri !

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 696
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Pataboul » ven. 9 nov. 2018 15:53

:huhu:
Et puis la moustache de tigre, comme symbole phallique!! :grin:

Faute de réponse, au moins on rigole bien!

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 696
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Pataboul » dim. 11 nov. 2018 03:22

Ophiocordyceps sinensis, un champignon parasite de chenilles que l'on trouve dans les hauteurs de l'Himalaya est lui aussi victime de son succès contemporain dans la médecine traditionnelle chinoise. Là encore parmi les vertus qui lui sont associées figure l'aphrodisiaque.
wikipédia a écrit :Ophiocordyceps sinensis a des activités pharmacologiques reconnues, de nombreuses publications récentes traitent de ses propriétés. Ce champignon a un large spectre d'action, il agit sur le métabolisme énergétique, a une activité antioxydante, détoxifiante rénale, agit sur le système endocrinien, a un effet vaso dilatateur sur le système cardiovasculaire, a été utilisé pour soigner des patients atteints de cancer du poumon, de la gorge et de leucémies, et a un effet immunosuppresseur. Plusieurs produits naturels actifs en ont été extraits comme la cordycépine ou l'ophiocordine.
Au moins ce produit là est efficace. A quel point? Aphrodisiaque? Allez savoir...

Si j'en parle ici, c'est parce que je suis tombé sur cet article: https://www.theatlantic.com/science/arc ... le/573607/ [en anglais]
there’s also a huge demand for smaller and cheaper pieces, thanks to China’s booming middle class. The fungus is no longer just a treat for emperors and businessmen; it’s coveted by ordinary people, who are now taking it prophylactically to ward off all kinds of possible ills.
Cet extrait est intéressant, même s'il ne répond pas à la question d'origine. Il fait le lien entre la hausse de la demande et le développement de la classe moyenne chinoise. Et je pense que la pression accentuée ou le maintient du braconnage des espèces dont on parle est en effet lié au développement de la chine et du monde en général. La loi de la jungle du marché...
Il est aussi consommé en occident, vendu par de nombreux sites internets qui surfent sur la vague des compléments alimentaires et médecines alternatives. Un début de preuve d'une certaine efficacité, un peu de marketing, et plein de pognon à se faire qu'importent les conséquences: ce champignon se raréfie et ceux qui le récoltent sont des gens dans la misère qui n'ont "pas le choix". Une situation tellement classique, quelle que soit la ressource dont on parle...




Pour ta question initiale: pourquoi c'est toujours les produits aux supposées vertus aphrodisiaque qui sont ainsi sur-exploités, qu'importent les ravages? Je pense que la réponse est la même que celle à "pourquoi internet c'est 90% de porno?" ou "pourquoi y'a des femmes érotisée sur les pubs pour les yaourts?".
On est le résultat de notre évolution qui a sélectionné nos caractères principalement en fonction de notre capacité à se reproduire. On est des machines à baiser, c'est l'ultime finalité de la plupart de nos comportements, et nos neurones sont pré-cablés en ce sens, surtout côté masculin où la quantité prime sur la qualité (je sais c'est plus subtil que ça, mais des millions de spermatozoïde par jour contre un ovule par mois ça a une grosse influence sur les comportements reproductifs).
De nos jour, la richesse donne un net avantage reproductif, bouclant ce cercle vicieux.

Je ne pense pas avoir besoin de développer plus que ça, ni qu'il faille aller chercher d'autres explications tellement c'est évident. Une évidence un peu triste dans le fumeux fameux pays des "lumières" qui a sacralisé les "droits de l'Homme", et partout où l'homme pense s'être élevé au dessus de sa condition animale en fait...

Miss souris
Messages : 1420
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Miss souris » dim. 11 nov. 2018 08:01

Et tu annonces ça de bon matin sans aucune précaution ...? : :huhu:
Blague à part, il y a peut être en plus dans ton extrait ( parce que tu as très bien résumé la condition humaine, je n'y reviens pas pour le choix/ la motivation des clients) un aspect culturel : médecine chinoise = prophylaxie, médecine préventive. Et hop. Au lieu de se retrouver avec un million de clients, malades et qui se soignent, on en a 600 millions, qui ont de quoi acheter des yaourts des voitures ET se soigner préventivement. Ça change la donne, je crois.

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 77
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Loupiotte » dim. 11 nov. 2018 14:04

C'est sûr qu'un des problèmes avec un pays qui compte un nombre faramineux d'habitants est que, s'ils se mettent à tous vouloir faire la même chose, forcément, ça va détruire la ressource en question ! Et même s'ils ne sont que 2 ou 3% à se mettre à une mode, ça fait quand même 2 ou 3% sur plus d'un milliard de personnes... Si en plus, l'Occident commence à vouloir faire pareil... Un autre exemple : à Jiangxi, ils avaient des lucioles par centaines de milliers... Mais il y a eu une mode qui consistait à avoir des lucioles pour un grand événement (bon après tout pourquoi pas, ça doit être plus propre qu'un lâcher de colombes...), ce qui fait que maintenant, elles sont en voie de disparition...
https://www.courrierinternational.com/a ... du-jiangxi (ok on n'a pas accès à tout l'article mais on comprend déjà les enjeux)

Je suis en partie d'accord avec ce que tu as dit quant à la reproduction... Mais sans aller aussi loin quand même ! (Vraiment ? Internet c'est 90% de porno ??? J'ai peut-être encore un côté un peu naïf...) Surtout que chez l'humain (et qqls autres espèces animales), le sexe a d'autres fonctions que la reproduction pure et simple... Mais ça, c'est encore un autre débat.

Mais effectivement, il manque un élément de réponse dans tout ça... Certes, ce qui intéresse, ce sont peut-être les vertus aphrodisiaques mais pourquoi, comme tu le disais aussi, ne pas prendre du viagra tout simplement ? Il y a sans doute autre chose en jeu...

Dis, ton champignon là, il a tellement de propriétés que ça en devient suspect, non ?

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 696
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Pataboul » dim. 11 nov. 2018 16:28

Hors-sujet
Pour les propriétés prétendues, oui, mais il contient réellement des principes actifs et il semble que certaines propriétés soient démontrées (sf extrait de wikipedia plus haut).
Les champignons en général sont des organismes extraordinaires, mal connus, auxquels on découvre de plus en plus de propriétés, vertus, capacités, etc.. depuis que la science essaye de rattraper son retard en ce domaine. Pour certains d'entre eux, la science à déjà prouvé qu'il sont "réellement fantastiques", pour les autres... patience! Si ça t'intéresse j'avais fait un post la dessus, sur la culture de pleurotes mais où j'ai sûrement digressé sur des généralités. Ca m'a passionné fut un temps et ça reste un truc qui m'intéresse, que je suis de loin en attendant que ça me reprenne.

Pour les 90% de porno, je pense que c'est en volume de données, la vidéo ça pèse lourd. Ca se disait quand j'étais plus jeune, ça a peut-être changé un peu, j'en sais rien.

[un peu moins HS] Perso je suis convaincu que si, pour les mâles du moins, ça va très loin l'influence du sexe sur nos comportements. Pour la faire courte, les pros du marketing sont les mieux informés sur ce qui motive profondément les gens, et s'il mettent des seins et des fesses partout c'est pas pour rien. Si on gratte derrière le vernis social, les tabous et qu'on remonte la chaîne de ce qui motive un homme à faire quelque chose d'autre que manger, déféquer et dormir, on retrouve très souvent le sexe comme point de départ. J'ai beau n'avoir aucune affinité avec la psychanalyse, je crois que Freud partageait cet avis et que ce n'est pas le point le plus critiqué de sa pensée.
Je pense aussi que le comportement qui est l'objet de ce topic en est une autre preuve. Tu l'as dit Loupiotte: "ça aurait pu être dans un cas pour des vertus de longévité, dans un autre pour la tonification du cœur, du foie, ou je ne sais quoi encore... Et bien non. A chaque fois, on peut lire que ce sont les effets aphrodisiaques qui sont recherchés."

Bon, parler de sexualité, ça ne me dérange pas, j'ai pas trop de pudeur, de complexes ou de tabous, ça m'amuse souvent, mais je suis sûrement moins obsédé par la chose que la plupart des mecs. Là je sature. Alors j'encourage vous autres qui ne dites rien mais avez sûrement un avis à le partager.

Avatar du membre
Tamiri
Messages : 269
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 21:43
Présentation : Ah? Bon.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Tamiri » dim. 11 nov. 2018 20:37

Alors pour le coup, mon point de vue sur la part de la question qui est liée à la sexualité est aussi radical que consciemment provocateur : la sexualité je vis très bien sans, qu’est-ce qu’ils nous font ch.. à détruire des animaux pour ce truc parfaitement dispensable ? Ils ne pouvaient pas s’en tenir bêtement à leur politique de limitation des naissances ? :devilish:

Plus sérieusement (et pour éviter de continuer à parler de ce que je ne comprends pas), c’est l’aspect écologique qui m’inquiète, en fait.
Or, effectivement, la médecine chinoise est essentiellement prophylactique ; si je me souviens bien, elle a pour deuxième caractéristique d’être au départ un savoir acquis de manière empirique, et c’est son grand âge qui lui confère une certaine efficacité, puisque faute d’être basée sur une connaissance biochimique, elle bénéficie de quelques millénaires d’expérience qui ont permis de sélectionner les remèdes qui marchent selon toute vraisemblance.
Or donc, par un paradoxe apparent, ça fonctionne pour autant que j’en sache, tout en ayant des bases théoriques d’origine fantaisiste, puisqu’il y a par exemple certaines substances sont réputées bénéfique à un organe parce qu’elles lui ressemblent par l’aspect extérieur. C’est absurde mais en l’absence de meilleures bases théoriques, on s’en fout du moment que ça marche.
Du coup, la médecine chinoise est en train de se faire expliquer, après coup, sur le mode de la rétro-ingénierie : quand on applique des méthodes d’origine occidentale aux substances dont on sait déjà empiriquement qu’elles font effet, on découvre le principe actif et on « prouve » rétrospectivement l’efficacité de la pratique médicale. Dans d’autres cas on ne découvre rien et on peut se mettre à chercher du côté de l’effet placebo.
C’est sur ce principe d’étude rétrospective qu’en ce moment, si j’ai bien compris, des gens sont en train de s’appuyer sur la découverte de l’interstitum pour tenter de savoir comment et pourquoi l’accupuncture fonctionne.

Or donc, de deux choses l’une.
Si les substances d’origine animale réputées aphrodisiaques se révèlent vraiment efficaces, ça serait presque mieux car il suffirait peut-être ensuite de synthétiser la ou les molécules incriminées pour pouvoir en produire sans solliciter le milieu naturel. Ça ne supprimerait pas forcément le braconnage, mais au moins pourrait-il y avoir une part de personnes convaincues si un « médicament » de synthèse s’avère à la fois aussi efficace et beaucoup moins cher.
Si au contraire, on ne trouve pas, ou qu’on découvre qu’il n’y a aucun principe actif exploitable et que ça repose donc sur l’effet placebo, là, c’est très ennuyeux parce que la consommation continuera de reposer sur une confiance quasi superstitieuse en les effets du machin, et donc sur l’idée que pour marcher, il faut que ça vienne d’un vrai tigre, d’un vrai rhinocéros, etc... Et donc, j’imagine qu’il se trouvera toujours plus de clients pour ces sottises, surtout en tenant compte du fait que depuis l’assouplissement du contrôle des naissances, ces messieurs ont des raisons de moins de s’abstenir... :cry:

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 696
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Pataboul » lun. 12 nov. 2018 00:36

:D Nan mais toi tu es l'exception qui confirme la règle!! :lol:
Tamiri a écrit :
dim. 11 nov. 2018 20:37
Or donc, de deux choses l’une.
Si les substances d’origine animale réputées aphrodisiaques se révèlent vraiment efficaces, ça serait presque mieux car il suffirait peut-être ensuite de synthétiser la ou les molécules incriminées pour pouvoir en produire sans solliciter le milieu naturel. Ça ne supprimerait pas forcément le braconnage, mais au moins pourrait-il y avoir une part de personnes convaincues si un « médicament » de synthèse s’avère à la fois aussi efficace et beaucoup moins cher.
Si au contraire, on ne trouve pas, ou qu’on découvre qu’il n’y a aucun principe actif exploitable et que ça repose donc sur l’effet placebo, là, c’est très ennuyeux parce que la consommation continuera de reposer sur une confiance quasi superstitieuse en les effets du machin, et donc sur l’idée que pour marcher, il faut que ça vienne d’un vrai tigre, d’un vrai rhinocéros, etc... Et donc, j’imagine qu’il se trouvera toujours plus de clients pour ces sottises, surtout en tenant compte du fait que depuis l’assouplissement du contrôle des naissances, ces messieurs ont des raisons de moins de s’abstenir... :cry:
Il semblerait que la corne de rhinocéros et les os et moustaches de tigre rentrent dans la deuxième catégorie, et le cordyceps dont j'ai parlé plus haut dans la première. Démontrer que la corne de rhino soit de même composition que mes rognures d'ongles (il me semble que c'est fait) ne convainc pas ses consommateurs, ils n'y croyaient pas pour des raisons scientifiques, et de même il n'arrêteront pas d'y croire pour des raisons scientifiques. La disponibilité de substances à l'efficacité prouvée (viagra et consorts) ne semble rien y changer non-plus.
Pour le champignon, en revanche, on a non seulement isolé des principes actifs et démontré certains effets, mais aussi réussi à le mettre en culture. Le cordyceps de culture coûte 100 fois moins cher et est moins toxique (parce qu'il n'y a apparemment pas que de bonnes choses dedans). Malgré tout, ses amateurs traditionnels continuent de lui préférer largement la version sauvage.
Tu parles de "confiance quasi superstitieuse", moi je dirais pire: une "croyance quasi religieuse". Dans les deux cas, c'est extrêmement difficile de luter contre.

Avatar du membre
Fu
Messages : 378
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Fu » lun. 12 nov. 2018 01:13

La question a été posée : pourquoi se préoccuper plus de la sexualité que de la longévité ? Je crois que c'est simplement à cause de l'échelle de temps, et des motivations à court terme qui sont plus efficaces que les motivations à long terme. La longévité, on y pense quand c'est trop tard. C'est pour cela que nous avons souvent des comportements nocifs qui procurent un plaisir immédiat mais peuvent nuire à cette dernière.

Quant à ceux pour qui s'est trop tard, par exemple atteints d'une maladie grave, ils doivent être un échantillon trop restreint par rapport à ceux qui veulent casser des planches avec leur zizi.

Après, est-ce que les chinois ou les asiatiques en général ont un problème avec la sexualité ? Un collègue qui a vécu quelques années au Japon m'a parlé du stress énorme que peuvent vivre les japonais au quotidien, pour différentes raisons, qui peut compliquer la sexualité, allié au fait que euh, hum, la mondialisation a aussi touché la pornographie et qu'il est maintenant facile pour tout un chacun de vérifier, vidéo à l'appui, les bienfondés de certaines études sur la taille du pénis selon les pays (vous pouvez suivre ce lien en toute sécurité au travail, il n'y a rien de graphique ^^). Toujours selon mon collègue, cela va jusqu'au point où, pour la pornographie made in Japan, on recrute maintenant des acteurs aux dimensions fort modestes afin de décomplexer les spectateurs. Je n'ai pas trouvé d'article sur Internet pour soutenir ce propos, mais celui-ci offre une perspective un peu différente, toujours pour le Japon. Sinon j'ai fait une recherche avec « chinois » et « aphrodisiaque » mais inutile de vous dire que je n'ai pas trouvé d'article au milieu des centaines d'adresses de sites retournées. :lol:

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12072
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par TourneLune » lun. 12 nov. 2018 07:15

Et est-ce que c'est pas aussi nos journalistes qui trient l'info?
Parce que, comme l'histoire des lucioles, il me semble qu'il y a bien d'autres dégâts occasionnés par des mouvements de consommation de masse, et pas dirigés tous pour le sexe. Les chinois n'y sont d'ailleurs parfois pour rien, par ex notre attrait soudain pour le rooibos créé des catastrophes un peu plus loin.
Mais comme les chinois nous font peur et le sexe un peu ricaner bah on monte plus facilement celles ci en épingle ..
Et peut être aussi que les gros mammiferes sont des symboles de "puissances" parce qu'ils sont gros mais ce n'est qu'un partie la plus mise en avant dun probleme bien plus global. Pour le reste je suis pas sûre qu'ils soient pires que nous en terme de croyances débiles. Ils sont plus nombreux et peut-etre juste qu'on avait juste pas de tigres et d'éléphants sur le territoire :lol: Quand on les a découverts, on ne leur a semble-t-il pas découvert de vertus aphrodisiaques mais on les a massacrés quand même et c'est pas la faute des chinois si les éléphants sont en voie de disparition mais bien celle des occidentaux.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Fu
Messages : 378
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Fu » lun. 12 nov. 2018 09:47

Je ne connais pas le rooibos mais j'ai entendu la même chose pour le quinoa : les personnes dont c'était la nourriture habituelle s'en voient privées parce que les prix ont flambé à cause de la nouvelle demande.

Avatar du membre
Swinn
Messages : 194
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 53

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Swinn » lun. 12 nov. 2018 12:30

TourneLune a écrit :
lun. 12 nov. 2018 07:15
Quand on les a découverts, on ne leur a semble-t-il pas découvert de vertus aphrodisiaques mais on les a massacrés quand même et c'est pas la faute des chinois si les éléphants sont en voie de disparition mais bien celle des occidentaux.
Absolument !
Les éléphants ont d' abord été massacrés initialement par les occidentaux car on utilisait leurs défenses pour la fabrication de boules de billard.

Avatar du membre
Tamiri
Messages : 269
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 21:43
Présentation : Ah? Bon.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Tamiri » lun. 12 nov. 2018 14:01

Bien-entendu, la part des européens dans la destruction d’espèces est à la fois cruciale et, pour une bonne part, encore moins justifiable - s’agissant en particulier des produits de luxe ou de la chasse de loisirs. Mais sur les espèces incriminées, la question est à prendre en compte hic et nunc : dans le fonctionnement actuel, la contribution européenne à la disparition des éléphants ou des tigres correspond aux délires imbéciles d’une petite proportion de touristes-chasseurs alimentant une économie plus ou moins légale, tandis que la majorité des institutions et des populations européennes penchent en faveur de la protection, si ce n’est pas les actes, au moins la plupart du temps par les paroles.
L’argument d’antériorité ne peut donc pas mener à un raisonnement qui interdirait aux européens actuels de s’offusquer de la quantité d’animaux braconnés actuellement pour cause de médecine chinoise ou toute autre pratique extra-européenne. Et le fait que l’Europe continue d’apporter sa part dans la destruction de l’environnement dans d’autres cas ou vis-à-vis d’autres espèces et d’autres milieux ne rend pas moins réel le braconnage dont il est question ici. La rhétorique « commencez par faire le ménage chez vous avant de donner des leçons aux autres » ne devrait en aucun cas être utilisée pour disculper - or c’est souvent le cas sur la scène internationale. Renvoyer les civilisations dos-à-dos ou comparer responsabilités passées et présentes au risque d’instaurer un esprit de revanche n’est pas, de manière pragmatique, ce qui fera baisser les infractions.

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 77
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Loupiotte » lun. 12 nov. 2018 18:12

J'ai bien aimé ta réponse, @Fu pour le fait qu'on se concentrait plus sur nos problèmes de santé immédiats que sur la longévité par exemple et que cela pourrait expliquer une partie du problème... Évidemment, comme aucun de nous n'a la réponse, on ne saura pas si cela répond à la question mais il est fort probable que ce soit un élément parmi d'autres.

@TourneLune : oui je me suis aussi demandée si ce n'était pas nos médias qui filtraient également en fonction de nos préjugés. Mais je pense que les médias parlent aussi plus facilement de certaines espèces animales (surtout les grands mammifères comme l'éléphant, le tigre, le lion [on se souvient du tollé provoqué par la mort du lion Cecil par un Américain]) que d'autres... Il me semble qu'on parle très peu du massacre d'ânes dans toute l'Afrique (je vous laisse chercher les articles sur internet, je n'en ai pas le cœur) dont la peau est transformée en un produit aux multiples effets bénéfiques pour l'organisme... dont le traitement de l'impuissance ! Mais il est sans doute bien plus vendeur de parler du massacre des éléphants que de celui de l'âne. Et pourtant, les conséquences locales sont dramatiques.

@Tamiri : je suis bien d'accord sur le fait que nous avons le devoir de nous offusquer et dénoncer le comportement des autres quand il y a un abus. Après, ce serait bien qu'on balaie aussi correctement devant notre porte. On est tous d'accord pour protéger les animaux dangereux dans les pays des autres, par contre, chez nous, on a exterminé les deux seules espèces animales potentiellement dangereuses qu'on avait (l'ours et le loup) + la galère pour réintroduire qqls malheureux spécimens... Je simplifie énormément car j'ai bien conscience aussi des pbs liés à leur réintroduction pour les élevages pastoraux notamment.
Fu a écrit :
lun. 12 nov. 2018 09:47
Je ne connais pas le rooibos mais j'ai entendu la même chose pour le quinoa : les personnes dont c'était la nourriture habituelle s'en voient privées parce que les prix ont flambé à cause de la nouvelle demande.
Si on est parti sur la liste des aliments "à la mode" qui provoquent des ravages écologiques, il y en a plein dont l'avocat... Mais c'est tellement bon un avocat :cry:
Hors-sujet
@Pataboul J'ai regardé ton sujet sur les pleurotes... Ca n'a pas l'air si simple que ça cette culture ! Personnellement, j'en suis encore au stade où je vais cueillir moi-même mes champignons en forêt. Mais j'espère qu'on va bientôt découvrir des vertus incroyables au cèpe de bordeaux, car, sans que ce soit mon champignon préféré (je trouve ça même assez vite écœurant), c'est quand même l'un des plus faciles à trouver... Du moins dans ma région !

Avatar du membre
Tamiri
Messages : 269
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 21:43
Présentation : Ah? Bon.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Tamiri » lun. 12 nov. 2018 18:58

Balayer devant notre porte reste un devoir légitime de tout-Un-chacun, quand il s’agit d’analyser nos faiblesses actuelles et d’y remédier. En revanche je m’insurge contre l’idée de responsabilité collective et surtout rétroactive (sur le mode de la repentance et de la contrition, qui n’ont aucun intérêt pragmatique) quant aux actes des générations précédentes. L’extermination des loups ou des ours est massivement le fait d’un courant de pensée aussi vieux que la sédentarisation (celui qui prétendait que certaines espèces étaient « nuisibles ») mais les grandes campagnes d’extermination appartiennent au passé et à l’inverse, les générations actuelles ont imaginé puis formalisé les mesures de protection et de réintroduction. Je ne pense pas qu’il y ait de nos jours une majorité d’européens qui se déclareraient objectivement partisans d’une éradication de ces espèces (ou adversaires résolus de leur réintroduction, c’est la même chose). Qu’il subsiste une frange hostile à la réintroduction de ces animaux pour cause d’intérêts particuliers plus ou moins bien compris, que dans cette frange il y en ait de suffisamment hypocrites pour vouloir protéger des animaux ailleurs mais pas chez eux, ne constitue pas une condamnation collective des européens... Et le fait qu’il existe des superstitieux cyniques en Chine, quelque-soit leur nombre, ne disqualifie pas pour autant les chinois à titre collectif. En substance, je suis persuadé que la « responsabilité collective d’un peuple » est une aberration, rétrospective ou non.

Miss souris
Messages : 1420
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Miss souris » lun. 12 nov. 2018 19:00

Je pensais plus à titre statistique que collectif, en fait...et plus explication que responsabilité. (mais je veux bien entendre que c'est un petit peu proche quand même ...)

Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 533
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Dark Vadrouille » lun. 12 nov. 2018 19:21

Hors-sujet
Il me semblait que le loup avait été réintroduit avec succes, j'aurai mal compris ?

Avatar du membre
Fu
Messages : 378
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par Fu » lun. 12 nov. 2018 19:24

Tamiri a écrit :
lun. 12 nov. 2018 18:58
En revanche je m’insurge contre l’idée de responsabilité collective et surtout rétroactive (sur le mode de la repentance et de la contrition, qui n’ont aucun intérêt pragmatique) quant aux actes des générations précédentes.
C'est un truc auquel je pense souvent. Non, on ne va pas endosser les fautes de nos ancêtres, le coup de naître coupable comme le dit la religion — mais aussi appliqué dans bien des régions du monde, selon la famille, l’ethnie, le lieu de naissance, la richesse des parents — m'a toujours semblé débile. En revanche, tant que l'on jouit des bénéfices des méfaits de nos ancêtres, n'est-on pas complice ? C'est un sujet complexe, et je suis le premier à reconnaître que j'aurais du mal à sacrifier mon niveau de vie sous prétexte que beaucoup de nos acquis reposent sur des actes discutables du passé, comme la mise à sac du continent africain. Pourtant ça me tourmente. Et en même temps, l'Histoire est une longue suite de massacres et d'invasions, bien malin celui qui pourra faire les comptes et dire qui doit quoi et à qui.

Et avant même de considérer la rétroaction, ne faut-il pas s'interroger sur les bénéfices que l'on tire d'actes mauvais qui ont lieu de nos jours, comme le travail d'esclaves enfants (chocolat) ou de tous âges (téléphones portables, industrie textile, etc.) ? Vaste sujet, peut-être hors sujet d'ailleurs.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12072
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Le braconnage, la médecine chinoise et les vertus aphrodisiaques

Message par TourneLune » lun. 12 nov. 2018 19:29

Hors-sujet
Dark Vadrouille a écrit :
lun. 12 nov. 2018 19:21
Hors-sujet
Il me semblait que le loup avait été réintroduit avec succes, j'aurai mal compris ?
Il s'est réintroduit et il est normalement interdit de le chasser non?
Chez nous ça semble être le lynx carrément: https://www.ladepeche.fr/article/2018/1 ... pecte.html
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Répondre