Nous sommes le Mer 13 Déc 2017 19:41


Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.

Modérateur: Bradeck

Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Truc » Mer 20 Aoû 2014 09:59

Je n'ai pas trouvé de topic pouvant parler de ça. J'espère ne pas être passée à côté d'un article existant. Auquel cas je m'en excuse et laisse le soin aux modérateurs de me punir (mais vous n'aurez pas de cookies...)

Voila. Étant actuellement en plein tiraillement pour franchir le pas et me faire diagnostiquer, et ayant déjà eu des rencontres avec des psys dans mon enfance qui n'ont pas semblé être interpellés par quoi que ce soit, je suis "relativement" (COMPLÉTEMENT) perdue...

Dans un coin de ma tête réside la possibilité que je puisse être surdouée. Quand je vous lis, quand je me renseigne, je me retrouve en beaucoup de personnes diagnostiquées. Évidemment, cette ressemblance me met encore plus mal à l'aise, j'ai peur que mon inconscient simule cette ressemblance dans un espoir de l'être aussi. Alors j'essaie de me raisonner, de me convaincre que non, je me fais franchement des films, c'est juste agréable de vous lire et de parler avec vous, mais faut pas déconner, moi, surdouée, pfffff (avec des postillons) !

Alors voila, je pense passer le test (oui, avec le bide qui se tape une session de trampoline, les frissons tout partout et la gorge qui semble remplie de ciment) mais... j'ai pas mal peur de voir la réalité en face.
Je pense que face au sentiment de bienêtre quand je me reconnais en vous, j'ai tout bonnement la frousse qu'on me dise "non, vous ne l'êtes pas".

Mise en situation : (avec flou visuel et petit son de cloche)
Bon, ok. La bébête ne fait pas partie des 10 % de la population à laquelle elle croyait stupidement appartenir.
Quelle prétentieuse tout de même. Mais, il ne faut pas de laisser abattre.
La réponse n'étant pas celle à laquelle je m'attendais, je ne vais quand même pas me figer et rester bloquée comme une tartuffe par la déception du diagnostique.
Soit, je ne suis pas surdouée.
J'ai passé tellement de temps à comprendre ce qui avait une chance de me caractériser et je me sentais si près du but que je déchante un peu, mais quelque chose me dit que la réponse n'est pourtant pas loin.

Alors, au final, je suis quoi ?
Puisqu'indéniablement, j'ai un fonctionnement différent de la plupart des gens. Il y a des choses qui ne collent pas.
Pourquoi me suis-je retrouvée en vous si je ne suis pas surdouée ?
Je suis hypersensible (pour ça au moins, je suis diagnostiquée), un peu allumée, j'aime réfléchir à toute berzingue, j'aime l'art, débattre, je connais très souvent le résultat d'un événement avant même de savoir comment l'expliquer (par exemple, mise en place d'une expo, conférence, etc), j'aime plutôt être seule, et j'adore manger des trucs qui puent (j'ai lu Melle Rose l'écrire quelque part même si bon, j'pense que ça n'a aucun rapport).

Que peut-on être si on est pas surdoué mais qu'on se reconnaît vraiment dans l'énoncé ?
Y'a-t-il des pathologies ou des traits psychologiques qui peuvent se rapprocher de la douance ?
Parce que je voudrais bien appréhender le non sans me casser la margoulette et ne pas me résigner à "subir" un peu le bronx dans mon cervelas sans essayer de suivre d'éventuelles autres pistes.

Merci beaucoup d'avance.
Truc
 

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Zyghna » Mer 20 Aoû 2014 10:36

J'ai fusionné ton sujet avec celui là Eloa puisqu'il regroupe les différentes problématiques que tu évoques. Je t'invite à aller lire les sujets sur l'effet Barnum, mais également celui sur les soi-disantes listes de caractéristiques.

Enfin, tu peux aussi simplement avoir certaines caractéristiques sans avoir un fonctionnement de surdoué. La douance n'est en aucun cas une pathologie, elle permet d'expliquer un fonctionnement de pensée, voire un certain décalage. Après, c'est un travail à faire avec le psy car chaque cas est unique.

(et les surdoués ne représentent pas 10% de la population, mais plutôt 2% et des poussières)
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Truc » Mer 20 Aoû 2014 10:49

Zyghna a écrit:J'ai fusionné ton sujet avec celui là Eloa puisqu'il regroupe les différentes problématiques que tu évoques. Je t'invite à aller lire les sujets sur l'effet Barnum, mais également celui sur les soi-disantes listes de caractéristiques.

Enfin, tu peux aussi simplement avoir certaines caractéristiques sans avoir un fonctionnement de surdoué. La douance n'est en aucun cas une pathologie, elle permet d'expliquer un fonctionnement de pensée, voire un certain décalage. Après, c'est un travail à faire avec le psy car chaque cas est unique.

(et les surdoués ne représentent pas 10% de la population, mais plutôt 2% et des poussières)

J'ai déjà vu les liens que tu m'as conseillé mais je n'y ai pas trouvé de réponses.
Et je sais que la douance n'est pas une pathologie, je voulais savoir si certaines pathologies pouvaient donner l'impression de la douance. L'effet Barnum répondait à ça, j'étais juste curieuse de savoir s'il y avait autre chose.
Truc
 

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Zyghna » Mer 20 Aoû 2014 11:07

Que je sache aucune pathologie n'augmente ton intelligence ou n'optimise la façon dont le cerveau traite les données.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Mlle Rose » Mer 20 Aoû 2014 11:17

Je crois que je vois ce que veut dire Eola et c'est une question assez récurrente chez les nouveaux, l'intelligence ça ne se voit pas spécialement, du moins comme ça c'est difficile à objectiver (et pour s'auto-évaluer sur ce plan, bonjour..). Alors que regarder des listes de caractéristiques c'est assez simple, d'où beaucoup de désillusions pour ceux qui s'enferment longtemps dans cette idée sans vérifier par le test et qui tombent de haut le jour où on infirme l'hypothèse.


On peut réfléchir à un sujet qui aiderait ces nouveaux à y voir clair peut-être en partant des questionnements de base d'Eola.
Qu'est-ce qui peut faire croire à cette hypothèse ? Et si c'est pas ça pourquoi j'y ai cru et qu'est-ce que ça peut être d'autre (dans l'hypothèse où je me sens mal, ptèt qu'il y a un truc qui déconne), ou est-ce qu'il existe d'autres types de personnalités comme ça (en dehors de la pathologie) ?
Etc..

Il me semble qu'il y a un topic sur hypersensible mais pas surdoué. Et puis des trucs du Dr Vandamme sur le site où elle parle des confusions avec des pathos psy, mais dans l'autre sens. C'est à creuser.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Zyghna » Mer 20 Aoû 2014 12:03

En fait la littérature traitant de douance aborde le sujet dans le sens inverse (les diagnostics posés à tord car méconnaissance de la douance, ou les pathologies exacerbées par la douance).
Concernant l'hypersensibilité, il y a effectivement des topics qui en parlent, dans le cadre de la douance, ou en dehors de ce cadre. L'hypersensiblité devient pathologie quand elle devient hyperesthésie (la notion de souffrance ressentie permet de les distinguer l'une de l'autre).

Certains traits autistiques peuvent également prêter à confusion, d'où l'importance dans ce cas d'effectuer les démarches auprès d'un CRA.

Le problème c'est que les possibilités sont nombreuses et qu'il faudrait que ceux qui n'ont pas été diagnostiqués surdoués viennent faire des retours d'expérience sur les pistes qu'ils ont été amenés à suivre.
On peut toujours réfléchir aux éventuelles pistes qui reviennent de manière récurrente et à leurs possibles explications.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Mlle Rose » Mer 20 Aoû 2014 13:29

Zyghna a écrit: L'hypersensiblité devient pathologie quand elle devient hyperesthésie (la notion de souffrance ressentie permet de les distinguer l'une de l'autre).

L'hyperesthésie peut aussi ne pas provoquer de souffrance, et l'hypersensibilité dans le sens "trop sensible aux émotions" oui par contre, du coup je suis un chouilla pas dac avec cette phrase ^^.

Zyghna a écrit:Le problème c'est que les possibilités sont nombreuses et qu'il faudrait que ceux qui n'ont pas été diagnostiqués surdoués viennent faire des retours d'expérience sur les pistes qu'ils ont été amenés à suivre.
On peut toujours réfléchir aux éventuelles pistes qui reviennent de manière récurrente et à leurs possibles explications.

Oui, et documenter un peu le truc :-)

Mais du coup là on sera plus vraiment dans le sujet et c'est mieux d'en faire un autre. On redécoupe ? :vgeek: :P :wasntme:
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Zyghna » Mer 20 Aoû 2014 14:11

Effectivement j'oubliais le facteur psychologique de la souffrance qui est loin d'être négligeable.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Sphax » Mer 20 Aoû 2014 15:00

Je ne parle que d'un avis perso ici mais comme j'ai beaucoup réfléchi à la question, pour moi d'abord puis pour les gens du forum puisque effectivement c'est un questionnement qui revient souvent avant le test ou après un diag -, voilà mon ressenti sur la question.

Pour commencer, les livres parlent des surdoués avec des caractéristiques et tout le reste comme si on pouvait les définir uniquement par ce qu'ils sont. Or il ne faut jamais oublier qu'être surdoué c'est surtout par rapport à une norme, en comparaison avec les autres personnes et donc finalement assez lié à l'environnement. En tant que surdoué je ne me suis jamais senti aussi normal que dans ma famille ou avec mes amis (où les surdoués ne sont pas très rares et le niveau de QI probablement plus proche du mien que de la norme) alors que mes différences et ces caractéristiques dont on parle me sautent aux yeux quand je suis dans un contexte qu'on appellera "moins intellectuellement favorisé".
Donc j'imagine que la sensation d'être surdoué sera aussi très variable d'un individu à l'autre en fonction de son environnement (familial, amical, professionnel, etc.) et qu'une personne à 120-125 donc non-surdouée mais dans un environnement de QI moins élevé pourra se sentir plus différente et peut-être se reconnaître plus dans la description des surdoués qu'une personne qui dépasse allègrement la barre des 130 mais vit dans un environnement au QI plus élevé.

=> Se sentir surdoué ca reste pas mal lié au fait de se sentir différent et il faut donc parfois aussi regarder autour de soi.


On avait eu un long débat à un moment à ce sujet et aucune réponse avérée n'avait pu être dégagée, donc là encore plus qu'avant ca n'est que mon avis et ma vision de la question, mais pour moi les caractéristiques dont les livres parlent ne sont pas des éléments qui apparaissent comme par magie vers 130: qui n'existent pas du tout en dessous et qui existent d'un seul coup au dessus. Moi je le vois comme des traits qui vont exister chez plein de gens à niveau plus ou moins important et en plus ou moins grand nombre et être surdoué c'est avoir certains de ces traits à un niveau suffisamment important. Enfin pour être plus juste, si avoir 130 de QI s'accompagne régulièrement d'un certain nombre de caractéristiques, avoir 120-125 s'accompagnera probablement aussi d'un certain nombre de ces caractéristiques mais à un niveau moindre et en moins grand nombre. C'est un peu comme pour la plupart des trucs psys: tout le monde à déjà eu l'impression d'être poursuivi ou qu'on lui voulait du mal, exactement comme un paranoïaque mais un niveau moindre; beaucoup de gens ont une tendance à confondre certaines lettres ou chiffres, exactement comme un dyslexique mais à un niveau moindre. Et comme notre ressenti par rapport à ces caractéristiques est finalement assez dépendant de notre état général du moment autant que des gens que l'on connait, il me semble qu'on peut parfaitement avoir 120 de QI, ne pas être surdoué et pourtant se reconnaitre parfaitement dans un certain nombre de caractéristiques, plus encore qu'une personne qui est surdouée parfois, parce que notre attention se focalise dessus ou que notre situation les rend plus handicapantes.

=> les "caractéristiques de la douance" que l'on retrouve dans les livres sont présentes chez plein de gens pas du tout surdoués, donc plus que leur simple existence c'est leur nombre et leur intensité ( qui doit être estimée par un professionnel neutre vu qu'il est très difficile d'estimer soi-même) qui va pousser vers un diag +.

Et enfin, la définition du surdoué que j'ai retenu (ou possiblement inventé même...) de mes lectures et réflexions sur le sujets c'est qu'être surdoué c'est avoir une intelligence suffisamment importante par rapport à la norme pour avoir des problèmes d'adaptation à cette norme du seul fait de cette intelligence. Ca signifie qu'on peut parfaitement avoir des problèmes d'adaptation à la norme qui sont en grande partie les mêmes que ceux des surdoués et qui ont pour origine principalement l'intelligence sans pour autant être surdoué, puisque pour être surdoué il faut que l'intelligence puisse expliquer à elle seule ces problèmes et pas juste en être principalement à l'origine.
Les problèmes que l'on retrouve dans les caractéristiques des bouquins me semblent toutes pouvoir avoir plusieurs origines, donc on pourrait donc probablement (et théoriquement) les retrouver de la même manière chez un surdoué qui aura 135 de QI et peu d'autres problèmes que chez un non-surdoué qui aura 120-125 de QI et d'autres éléments qui s'y ajouteront pour arriver au résultat observable. La différence de "classification" surdoué ou non surdoué malgré des éléments apparents semblables se justifierait donc dans la cause de ces problèmes et donc dans la manière de les aborder/traiter/gérer (entre autres parce qu'il est impossible de baisser le QI d'une personne, donc on pourrait tenter de faire disparaître un problème chez un non-surdoué en traitant les causes autres que l'intelligence alors que chez un surdoué on aborderait plus la question sous l'angle de comment le gérer et vivre avec sans en souffrir puisque même sans causes autres que l'intelligence le problème demeurerait au moins un peu).

=> plus que les caractéristiques observables multi-origines, c'est le rôle de la seule intelligence dans ces caractéristiques qui fait un surdoué.


Conclusion générale et pour renouer avec le sujet de la discussion: je ne vois pas un non au test (enfin plutôt au diagnostic) comme le fait de n'avoir rien en commun avec les surdoués, rien à apprendre d'un forum ou de livres pour les surdoués ou de s'être complètement trompé, mais juste qu'il faudra s'attarder plus longuement sur d'autres causes possibles et aborder les problèmes sur plusieurs angles dont l'intelligence pourrait bien rester le principal... Et donc il ne faut pas voir le non comme un échec ni le fait qu'on se soit trompé quand on s'est reconnu dans les caractéristiques et dans les autres surdoués ici ou ailleurs.

PS: je dois filer très vite, je suis à la bourre, donc je relis pour les fautes d'orthographes en rentrant. ;-)
Homo Sapiens, merveille de l'univers, dans l'Odyssée je suis juste le meilleur ami du chien.
Aston Villa
Avatar de l’utilisateur
Sphax
gratiné !
 
Messages: 860
Images: 2
Âge: 33
Enregistré le: Lun 18 Nov 2013 01:44
Localisation: Grenoble
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Truc » Mer 20 Aoû 2014 15:12

J'ai trouvé ta réponse super intéressante et rassurante.
Dédramatiser le non et adoucir le rapport au oui, permet de moins s'inquiéter du résultat.

Ton avis me fait réfléchir, mais le propos tenu me permet de voir les choses sous un autre angle ^^
Merci.
Truc
 

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Bradeck » Mer 20 Aoû 2014 16:58

Je passe également en coup de vent. Avant franchir le pas d'aller passer le test, je m'étais fais les même réflexions que Sphax.
En trois phrases: Il est important de rappeler que si la questionposée est bien "Suis-je surdoué", elle n'est que la résultante de pas mal d'autre choses, elle représente une piste de solution, de réponse sur "autre chose". En effet, si l'on en vient à se poser la question, c'est qu'il y a un faisceau d'indices, des comportements, des choses qui nous trottent dans le ciboulot, que nous souhaitons comprendre / gérer / rêgler, et là manière de s'y prendre pourra être différente selon que l'on est surdoué ou non. Ainsi, on est à un aiguillage, avec deux voies, et le test permet de savoir laquelle emprunter. La notion d'échec n'existe pas, ce n'est qu'une réussite car la résultante est un rapport plus ou moins étoffé qui te permet de continuer à mettre un pas devant l'autre sur la bonne voie au lieu de pietiner.

Je rejoins Mlle Rose dans l'idée de faire un sujet là dessus, car en effet, les sujet "effets barnum" et autres "Premières découvertes, attention aux pièges" n'apportent pas de piste pour les questionnements du type de ceux posés par Eloa, qui sont j'en suis convaincu, fréquent. (Enfin bon, Eloa et moi, on est au moins deux à les avoir eu ^^ )
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1769
Images: 10
Âge: 47
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Mlle Rose » Mer 20 Aoû 2014 19:40

Sphax a écrit:=> les "caractéristiques de la douance" que l'on retrouve dans les livres sont présentes chez plein de gens pas du tout surdoués, donc plus que leur simple existence c'est leur nombre et leur intensité ( qui doit être estimée par un professionnel neutre vu qu'il est très difficile d'estimer soi-même) qui va pousser vers un diag +.

Et leur origine aussi pour certaines d'entre elles ; et du coup j'enchaîne sur la suite avec laquelle je ne suis pas tout à fait d'accord.

Sphax a écrit:Et enfin, la définition du surdoué que j'ai retenu (ou possiblement inventé même...) de mes lectures et réflexions sur le sujets c'est qu'être surdoué c'est avoir une intelligence suffisamment importante par rapport à la norme pour avoir [éventuellement] des problèmes d'adaptation à cette norme du seul fait de cette intelligence. Ca signifie qu'on peut parfaitement avoir des problèmes d'adaptation à la norme qui sont en grande partie les mêmes que ceux des surdoués et qui ont pour origine principalement l'intelligence sans pour autant être surdoué, puisque pour être surdoué il faut que l'intelligence puisse expliquer à elle seule ces problèmes et pas juste en être principalement à l'origine.
.


Il me semble que tu confonds "intelligence" et "origine + fonctionnement de l'intelligence".
La douance c'est un ensemble de manifestations qui ont pour origine un fonctionnement cérébral différent (du moins c'est ce que la recherche tend à montrer).
Et dans ces manifestations il y a :
- une intelligence quantitativement (aux tests) et qualitativement (=mode de fonctionnement) différente.
- d'autres caractéristiques qui découlent également de la particularité de la structure.

Exemple :
Si tu as deux fois plus de neurones que la "norme", qu'ils sont organisés avec deux fois plus de connexions, il est normal de traiter plus d'infos en même temps, de manière plus rapide, de faire des liens que d'autres ne feraient pas, de se perdre éventuellement dans tout ça de temps à autres quand t'es naze, d'avoir des perceptions plus aiguisées (hyperesthésie), etc etc.
Certaines de ces caractéristiques neuronales font que les test de QI sont réussis de manière significative par rapport à la norme, ce que tu vas nommer du coup "intelligence", mais ces mêmes caractéristiques produiront également des effets qui peuvent être perçus comme des caractéristiques de personnalité (pseudo-hyperactivité par exemple).

Ce n'est donc pas l'intelligence elle-même qui est à elle seule à l'origine de tout ça, mais la structure, qui crée tout ça DONT l'intelligence.

NB : j'ai fait un petit ajout coloré dans ton texte, parce que les problèmes d'adaptation ne sont pas nécessairement présents.
Pour moi c'est d'ailleurs incohérent : quand on pige, quand on percute, il devrait être facile de s'adapter en toutes circonstances. Chiant certes, mais facile.

Sphax a écrit:Les problèmes que l'on retrouve dans les caractéristiques des bouquins me semblent toutes pouvoir avoir plusieurs origines, donc on pourrait donc probablement (et théoriquement) les retrouver de la même manière chez un surdoué qui aura 135 de QI et peu d'autres problèmes que chez un non-surdoué qui aura 120-125 de QI et d'autres éléments qui s'y ajouteront pour arriver au résultat observable. La différence de "classification" surdoué ou non surdoué malgré des éléments apparents semblables se justifierait donc dans la cause de ces problèmes et donc dans la manière de les aborder/traiter/gérer (entre autres parce qu'il est impossible de baisser le QI d'une personne, donc on pourrait tenter de faire disparaître un problème chez un non-surdoué en traitant les causes autres que l'intelligence alors que chez un surdoué on aborderait plus la question sous l'angle de comment le gérer et vivre avec sans en souffrir puisque même sans causes autres que l'intelligence le problème demeurerait au moins un peu)



Là où le bouzin se complique c'est que dans la littérature, ils ont effectivement comme tu dis mélangé pas mal de caractéristiques pouvant découler directement du fonctionnement cérébral différent avec des caractéristiques de personnalité qui peuvent très bien être liées à autre chose (vécu, construction du psychisme, environnement, etc), sans expliquer.

Exemple (bis) : une pseudo-hyperactivité en dehors du HQI peut aussi bien avoir pour origine un abus massif de cacacola, que des troubles psycho-affectifs, psycho-moteurs, ou encore qu'une infestation par les vers (je déconne même pas, ça fait partie de mes diagnostics différentiels quand je reçois un patient soupçonné d'hyperactivité :D).

Là où le bouzin est encore plus compliqué c'est qu'on ne peut pas prendre tous les cerveaux du monde et les classer, y'en aurait pas deux pareils. Nous sommes réduits à produire des classifications sur la base à la fois de pistes neuronales et à la fois de ce que l'on observe comme manifestations. Mais ça reste insatisfaisant quand t'aimes les trucs carrés.

Là où je ne te suis pas : quand il y a des problèmes chez une personne surdouée, ce n'est pas, selon moi, directement lié à l'intelligence. C'est lié en partie au vécu et au rapport que l'on entretien avec elle, avec son image, avec ce qu'elle nous fait absorber, face au monde, ET à tous les non-dits autour de ça, tout ce que l'on peut se mettre dans le crâne comme fausses idées sur soi (je suis con, fou, débile, asocial, etc) et tous les comportements inadéquats qu'on peut mettre en place en pensant le gérer au mieux.
Le premier traitement, oui, c'est de poser des mots : "vous n'êtes pas fou, c'est votre cerveau qui fait ça, parce que vous êtes surdoué".
Mais c'est pareil pour une personne non surdouée, les mots apportent la même base de départ, le même soulagement : "j'ai tel truc, maintenant je peux accepter, parce que je vais comprendre, et puis je vais pouvoir bosser dessus pour aller mieux".
La suite, pour la personne surdouée et pour l'autre est tout à fait la même quand il y a un souci de mal-être au départ > recaler son identité, soigner ce qu'il y a à soigner le cas échéant, en toute connaissance de qui l'on est et de pourquoi on ressent ces trucs.
Non ?
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et SI le test disait non...

Messagepar Bradeck » Mer 20 Aoû 2014 19:53

Mlle Rose a écrit:La suite, pour la personne surdouée et pour l'autre est tout à fait la même quand il y a un souci de mal-être au départ > recaler son identité, soigner ce qu'il y a à soigner le cas échéant, en toute connaissance de qui l'on est et de pourquoi on ressent ces trucs.
Non ?


Si... c'est beaucoup plus clair que mon trucs foireux d'aiguillage et de problèmes sous-jacent à cette question: "Suis-je surdoué" :P
Donc j'enfonce le clou, un sujet qui énonce cela clairement pourra peut-être dégoupiller pour certains la question "J'ai trop peur car si jamais le test me dit "non" mon monde va s'écrouler. Bah non ballot (c'est affectueux, hein...), la suite est la même que le diag soit "+" ou "-".
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1769
Images: 10
Âge: 47
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Mlle Rose » Mer 20 Aoû 2014 20:38

Bon, alors du coup on a redivisé.

On vous propose une chose puisqu'on sent plein de trucs qui bouillonnent chez vous : faire de ce topic un travail collaboratif visant à élaborer en commun un tableau final avec :
- d'un côté les caractéristiques diverses véhiculées par la littérature comme étant associées à la douance.
- de l'autre diverses autres explications pour chacune d'entre elles hormis celle de la douance.

Il faudrait simplement un ou deux volontaires (au pif : Eola et Bradeck ? :P) pour centraliser et former le tableau, et des gens qui se cassent un peu le pompon pour lister et noter ça ici.
Un peu de discipline aussi pour qu'on évite de partir trop dans le HS ^^
Et puis quelques recherches pour trouver les autres explications avec des sources (y'a pas mal de professionnels dans divers domaines de compétences et notamment qui ont des bases en psycho, neuropsycho, médecine etc qui peuvent aider).

Il semble que ça répondrait à la question d'Eola et que ce serait un bon truc pour les nouveaux.

C'est une simple suggestion.

On peut aussi par la suite prendre le truc dans l'autre sens et lister ce que l'on connaît des recherches en neurosciences et des différences objectivées sur le plan cérébral pour dresser une liste de conséquences et manifestations "normales" d'un tel fonctionnement. En revanche, ça, ça demande plus de boulot de recherche, et on aboutira à quelque chose de plus spéculatif.

Vous en dites quoi ?
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Cyrielle » Mer 20 Aoû 2014 21:49

Tous les commentaires ici partent du postulat que le fait d'être surdoué nous caractériserait entièrement... et je ne suis pas d'accord avec ça !
Et le titre du sujet sous-entend que si l'on est pas surdoué, on craint de n'être rien... ce qui me pose problème.

Je n'ai pas passé le test en me demandant "suis-je surdouée ?", mais plutôt "est-ce que c'est un QI élevé qui explique certains de mes fonctionnements ?", cette question étant l'un des aspects de la démarche entreprise pour mieux me connaitre, et surtout pour me sentir mieux en société.

Je ne me sens pas "surdouée-et-c'est-tout", ce QI élevé n'est qu'une partie de moi.
Du coup, si le test avait été négatif, j'aurais simplement continué à essayer de mieux me connaitre (c'est aussi ce que je fais avec un résultat positif, car tout n'est pas expliqué !).

Enfin, je suis d'accord avec ceux qui ont écrit ici que l'on peut avoir certaines des caractéristiques des surdoués sans dépasser la "frontière" des 130, et d'autre part que le sentiment d'étrangeté dépend aussi beaucoup du milieu où l'on évolue.
Y'a trop de monde sur les gradins... Le spectacle du monde nous appartient !
Avatar de l’utilisateur
Cyrielle
 
Messages: 1017
Âge: 45
Enregistré le: Mar 24 Sep 2013 19:07
Localisation: Sud-Ouest, entre autres
Présentation: En construction...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Mlle Rose » Mer 20 Aoû 2014 22:16

Ptèt qu'il faudrait changer de titre, parce que je ne crois pas que c'est ce qu'Eola ait voulu dire, ou les autres ensuite (et en tous cas il n'y avait pas un tel postulat dans mes propres propos).
Je ne pense pas qu'ici il y ait beaucoup de gens pour se définir uniquement par leur QI, on est assez relous sur le martelage du contraire un peu partout ici :D
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Aïnoa » Mer 20 Aoû 2014 22:34

Je répondrai directement à ta question Eloa, Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être?
Je te dirais : Toi, unique, superbe!!!!
;)
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Bradeck » Mer 20 Aoû 2014 23:34

Fichtre, des désignés volontaires, ça me rappelle l'école :1cache:
Ceci étant dit, de mon côté pas de problème pour rassembler, mettre en forme et proposer une synthèse, avec Eloa si le cœur lui en dit, sans elle sinon.
Pour la partie "caractéristiques associées aux surdoués", il y a de quoi faire avec les topics ici, les bouquins (moi je n'ai que les bases (JSF, Bost, Gauvri et Kermadec), et la foison de littérature anglo-saxone. Il me faudra certainement de l'aide pour trier le grain de l'ivraie.

Là où je ne serais par contre pas à l'aise c'est la partie "autres explications". Je suis un neuneu en psycho, neuropsycho, etc... Alors voui je pourrais potasser le web, mais si quelqu(es)' un(s) qui ont des bases pouvaient s'y pencher, cela permettrait d'éviter que je tombe dans des poncifs (ben oui, ma source c'est doctissimo :rofl: )

@Cyrielle: Je ne peux parler que pour moi, mais sincèrement non, je ne pense pas que quiconque dans ce sujet parte du prédicat que la douance explique tout.

De ce que je comprends de la problématique du sujet exposée par Eloa (qui n'hésitera pas à m'en coller une, gentiment j'espère, si j'ai tout faux) est : Je me pose des questions sur moi, mon fonctionnement. Un exemple parmi d'autre: je me sens toujours décalé par rapport aux autres, je ne sais même pas l'expliquer, mais je le ressens. Et puis tu creuses le sujet, et pour une raison X ou Y, tu trouves l'hypothèse de la douance. Cette hypothèse, tu la trouves peut-être en parallèle, voire à la suite, d'autres. Puis tu lis, tu te renseignes. Tu en arrives à la question: Suis-je surdoué, et si je ne le suis pas, quel est l'origine de ce ressenti ?
Une fois arrivé sur AS, tu lis les topics sur l'effet Barnum, sur les premiers murmures, etc... mais au final cela ne fait que renforcer le questionnement "Oui ou Non ?", et peut-être l'envie de passer le test. Reste la question: Si cela me dit non, je fais quoi moi avec mes questions sur mon identité ronntudju d'rontudju ?

Je pense qu'il est peut-être un peu plus facile (juste un peu) d'avancer lorsque cela dit "oui" que lorsque cela dit "non". Le "oui" ne te définit pas d'une manière absolue, il n'est qu'un marche pied vers des lectures, des échanges, peut-être une remise en question ou une meilleure compréhension de soi grâce à une certaine littérature, et des gens, ici ou ailleurs, qui peuvent quand même te ramener sur terre avec "Ok, tu es HPI, m'enfin bon, arrêtes de te cacher derrière ce sigle STP".

Alors que le non te laisse avec tes questions, un gros "au revoir, et bonne chance, hein". Le "oui" t'a donné des pistes de réflexion que le "non" t'as fermé. Et si tu t'étais un peu persuadé, comme on le voit sur certaines présentations de "en questionnement" de "si c'est pas ça, c'est que je suis dingue", même la petite phrase "le fou n'as pas conscience de l'être" n'aide pas à stopper le questionnement :P

Donc si un sujet permettait de dégoupiller cette dynamique qui :
1/ Peut faire croire à certains que l'annonce d'un "diag +" est la panacée qui mène au nirvana en 30 seconde chrono
2/ Peut faire croire que l'annonce d'un "diag -" va les pousser à aller au fond du bayou pour pleurer toute la misère du monde
3/ Donner des pistes qui peuvent aider au recalage sur son identité (NB: juste de l'info, de la matière à réflexion), et d'ailleurs quelque soit le diagnostique, juste en disant plus que les simples phrases du type : "Ces caractéristiques ne sont pas la marque des fabriques des surdoués, mais peuvent faire pour ces derniers parti du panorama". Et bien si on pouvait parler d'autres panoramas, cela pourrait alimenter la réflexion avant et / ou post test. (Houla, je ne suis pas sûr d'être bien clair...)

C'est à débattre, bien sûr.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1769
Images: 10
Âge: 47
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Zyghna » Jeu 21 Aoû 2014 06:48

Tatousaisi Bradeck. Et rassure toi, tu ne feras pas le boulot tout seul, et même avec Eloa on vous aidera dans la réflexion et dans l'acquisition des sources, mais autant mettre cette belle énergie à profit ;)
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Mlle Rose » Jeu 21 Aoû 2014 08:06

:rock: Sisi t'es bien clair, nikel !
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Truc » Jeu 21 Aoû 2014 08:37

Bradeck : c'est exactement ça ! T'es trop fort. ^^

Pour ce qui est de travailler sur un tableau, l'idée ne me dérangerait pas du tout, mais je ne pense pas en connaître assez sur le sujet de la douance ni même avoir lu assez de livres pour être bien capable de tout dissocier et ne pas faire d'erreurs. En gros, je ne pense pas trop être la mieux placée pour en parler ni pour savoir faire le tri. :/

Ceci dit, j'ai beaucoup réfléchis suite à ce topic depuis hier et il en ressort plusieurs choses :
-Je suis vachement plus sereine en ce qui concerne un éventuel diag- puisque rien ne m'empêchera de continuer à me chercher, je le ferai juste autrement (en harcelant ma psy par exemple ou en me convertissant à une religion chelou... j'sais pas encore très bien).
- Je resterai vous parler de ce que ça fait d'être un diag- puisqu'il semble vous manquer des témoignages ^^
A vrai dire, plus ça va et moins le "résultat" m'importe. Je me sens bien parmi vous, comprise et stimulée. Pour une fois, je ne me sens pas bizarre ou différente, j'me sens "normale" ^^ Alors même si le diagnostique est négatif, je me sens à ma place ici.
Truc
 

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Mlle Rose » Jeu 21 Aoû 2014 08:42

Justement, tu es l'une des mieux placées au moins pour la première partie du taf ! Parce que ces listes, ce que tu en as retenu, la porte d'entrée vers cette hypothèse c'est tout frais !
Les regards neufs c'est bien, nous, nous avons de vieux regards crasseux :D
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar *Za* » Jeu 21 Aoû 2014 08:56

Eloa a écrit:-Je suis vachement plus sereine en ce qui concerne un éventuel diag- puisque rien ne m'empêchera de continuer à me chercher, je le ferai juste autrement (en harcelant ma psy par exemple ou en me convertissant à une religion chelou... j'sais pas encore très bien).

:D

Très belle idée ce topic ! Pour tous ceux qui sont en recherche ici, ou plus globalement sur internet, ça me semble pouvoir représenter une bouffée d'air frais.
Bon courage !
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2731
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar red » Jeu 21 Aoû 2014 11:01

Salut.

Pour répondre à ta question: "si on est finalement pas surdoué, que peut-on être?"

Un être humain, simplement, que l'on soit surdoué ou non. Pourquoi voir autre chose?

Je comprends le besoin d'appartenance au groupe, il est naturel et très important. Et puis il est sûr que cette démarche de passer le test pour savoir si notre façon de penser, que nous pensons parfois étrange, parfois malsaine ou encore pathologique pour d'autres, est au final normale et même caractéristique d'une certaine partie de la population, cela rassure, c'est vrai. Il faut-être honnête.

Mais surdoué, pas surdoué, normo ceci, turbo cela...tout cela ne sont que des catégories pour séparer les hommes et correspond à l'air du temps. C'est une sorte de suite logique d'une société rationalisée et industrialisée ou tout devient mesuré et mesurable parfois jusqu’à outrance voir jusqu'au ridicule à coup de chiffres, de stats etc (Cf La société du risque de BECK). Cela correspond d'une certaine manière à une tendance à vouloir "spécialiser" l'homme dans un monde ou la vertu ultime est le travail (cf De la division du travail social de DURKHEIM).

Si ta manière de penser te permet d' exprimer des qualités qui mettent en valeur ton humanisme, te permet de comprendre les gens ou te permet d'exprimer des points de vue originaux d'un point de vue analytique, alors laisse tout cela s'exprimer et tire-en profit sans pour autant chercher à mettre un nom scientifique dessus.
Nom scientifique qui plus est qui n'est que le fruit d'un consensus de groupes ( en Belgique tu peux être considéré surdoué si un seul de tes quotient dépasse 125, en France 130 au QIT, d'autres expliquent que tu peux dépasser 130 sans être surdoué, certains ont une explication génétique, d'autres culturalisme bla bla bla...) Tout cela est très fluctuant et est loin d’être fixé et bien arrêté. Et encore, nous ne parlons ici que des points de vues occidentaux.
Sans compter que, pour terminer, surdoué est loin de signifier plus humain, plus intelligent, plus compréhensif. L'imaginaire collectif fait en sorte qu'on y voit une sorte de classe supérieure d'individus. En fait, on peut se rendre compte, que ça n'est pas le cas quand on observe les HP ( fréquentations, forums etc) qu'il y a autant de cons chez les HP qu'ailleurs. Pas plus, ni moins mais autant.

Tu te poses des questions sur toi même, tu cherches à comprendre, tu t'interroges: c'est déjà selon moi très positif.

Au plaisir de te lire.
La pensée complexe est accessible à tous dès lors qu'elle est expliquée avec simplicité.
red
 
Messages: 84
Âge: 36
Enregistré le: Mer 5 Mar 2014 23:57
Localisation: Le sud
Présentation: presentations/nouveau-t4717.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?

Messagepar Bradeck » Jeu 21 Aoû 2014 12:12

@Zygnha et Mlle Rose: Merki, pour une fois que j'ai compris un truc :D

@Eloa: Je peux avoir un cookie alors ???
Comme dit Mlle Rose: Bien sûr que tu es bien placée. Justement, tu te poses toute ces questions. Là dans ta petite caboche, il doit y avoir tout plein de choses qui tournent en rond, certaines faisant pencher la balance vers le "je suis surdoué", d'autre vers le "je ne suis pas surdoué".
Essaye de les poser, tu sais la fameuse méthode: Je prends une feuille de papier, et je fais une colonne plus, une colonne moins. Ce n'est pas pour t'auto-diagnostiquer, mais pour poser ces caractéristiques qui pour l'instant selon toi sont dans la balance (en fait, les colonnes, on s'en fiche hein).
Moi je ne suis pas trop bien placé, car en fait ces questions, je me les ait suis posé, certes, mais bien 15 minutes avant de chercher un psy pour passer le test, et euh... je ne m'en souviens plus trop en fait (l'âge tu sais.... enfin, tu verras :devil:).
Après, des "experts" (je blague, c'était juste pour placer un lien vers la vidéo) personnes aux yeux crasseux vont faire le tri. Par exemple, même si cela me fends le cœur, on devra enlever "aime les trucs qui puent, oui, même les fromages" de la liste.

Après, on engrange également les réflexions des autres, on synthétise, on soumet à l'avis de la population, et si validé un joli sujet apparaitra quelque part qui n'aura plus tout les échanges de réflexion que va contenir ce sujet-ci (restons positif !).

@Red: Bien sûr que quelque soit le diagnostique nous sommes et restons un être humain, et comme nous sommes arrivé ici, nous pourrions même dire un être humain qui se cherche. Ceci dit, il y a par ici plein de sujets qui nous aident à avancer dans cette réflexion. Je ne crois pas que l'idée ici soit de mettre les gens dans des cases, mais de les aider à cheminer. Je ne suis là que depuis très récemment, mais pour avoir parcouru pas mal de présentations, on ne peut que constater que pas mal n'osent pas passer le test. Si ce n'est "que" par peur de voir leur "monde" s'écrouler s'il est négatif, alors ils sont enlisé dans leur cheminement. Si un petit topic peut les aider à se désembourber (qu'ils aillent ensuite passer le test ou non est une autre histoire, personnelle celle là), mais qu'ils remettent un pas devant l'autre sur le chemin de la connaissance de soi au lieu d'être paralysé par un énorme doute... je pense que c'est utile.

@Aux gens des précédents groupes de travail: On s'y prends comment ? On doit faire un topic dédié quelque part ? On garde celui-là (mais alors changeons le titre avec peut-être quelque chose comme "Étude/Travaux sur les questionnements pré-test")
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1769
Images: 10
Âge: 47
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Là où l'on (se) pose des questions

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soit ?
par Petit Pingouin » Jeu 18 Juil 2013 13:58

Réponses: 23

Vues: 4323

Dernier message par zwip Voir le dernier message
Mar 18 Mar 2014 09:46
Peut-on être touché par la douance sans l'être ?
par pounee » Dim 20 Sep 2015 04:15

Réponses: 16

Vues: 2306

Dernier message par Kirmas Voir le dernier message
Jeu 24 Aoû 2017 17:48
Et si finalement, j'étais le reflet...de l'autre (??)
1, 2par Dell » Jeu 8 Déc 2011 14:37

Réponses: 41

Vues: 6175

Dernier message par Riffifi Voir le dernier message
Mer 24 Avr 2013 21:12
Peut-on être Hypersensible et non doué?
par Frandyrosa » Mer 12 Juin 2013 22:24

Réponses: 20

Vues: 21537

Dernier message par Lelaelig Voir le dernier message
Sam 6 Juil 2013 13:48
être surdoué, bienveillant, mais intolérant
1, 2par Opening » Lun 3 Juil 2017 20:22

Réponses: 42

Vues: 1937

Dernier message par PointBlanc Voir le dernier message
Sam 15 Juil 2017 08:23

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités