TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1823
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Bradeck » lun. 22 oct. 2018 12:25

A la fois c'est bien, je trouve, comme evolution
En même temps, l'acquis on peut lutter contre, voire se transformer, c'est une des beautés de l'être humain. Et je l'ai fait pour certaines choses, par exemple contre l'optimisme debordant qui faisait que je prenais tous les projets. C'etait pas bien dans ma vie pro, alors j'ai evolué Pour d'autres choses, et je me suis dit non, je reste comme ca.
Mais quand c'est neurologiques, ben tu ne peux pas, et il faut contourner. C'est tout de même intéressant de savoir ce genre de limites.

C'est ça qui est pénible je trouve. Il faut parvenir à se situer soi-même sur un spectre, et savoir renoncer à modifier certaines choses sans être sûr qu'en fait on pourrait les modifier.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

dani
Messages : 688
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par dani » lun. 22 oct. 2018 16:19

Bradeck a écrit :
lun. 22 oct. 2018 12:25
C'est ça qui est pénible je trouve. Il faut parvenir à se situer soi-même sur un spectre, et savoir renoncer à modifier certaines choses sans être sûr qu'en fait on pourrait les modifier.
oui, je comprends tout à fait, mon fils aîné est dans un questionnement qui n'est pas si différent. Il pourtant passé un bilan neuropsy qui a juste mis en évidence une difficulté avec sa mémoire à court terme (donc pas de TDAH ou TDA), et pourtant là il s'est crashé sur le test d'attention (tout à fait normal dans le bilan neuropsy) dans des tests psychotechniques pour entrer dans une formation qui lui tient à coeur. Là du coup il va retourner chez une autre neuropsy avec les résultats de son bilan et de ces tests pour savoir si ça vaut la peine de persévérer et repasser les tests l'année prochaine, ou si il peut progresser en se préparant spécifiquement.

Tout ça pour te dire que quelqu'un qui pourrait t'aider à faire le point sur tes questions c'est un neuropsy autre que celui qui t'a diagnostiqué ton TDA

Sinon, sans entrer dans une médication, il y a des suppléments alimentaires qui semblent intéressants et sans effets indésirables (oméga 3 et Phosphatidylserine). Moi j'en ai pris à une époque, et j'en ai eu un bon bénéfice sur mes difficultés attentionnelles. Depuis, je fais un peu plus attention à mon alimentation et j'ai cessé cet apport (moyennement onéreux, et c'est bien sûr sans garantie, mais ça vaut la peine d'essayer)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23495677

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21807480

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23312676

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20523044


Puis il y a aussi l'intérêt du mindfulness :

C'est une étude exploratoire, mais l'intérêt d'une séance de 10mn de minfulness montre des résultats intéressants (et ça confirme mon impression personnelle... je m'y suis remise cette semaine après l'arrêt tout l'été de mes séances, et je vois déjà l'effet favorable sur mes capacités d'attention qui s'étaient péjorées ces dernières semaines en raison de surchage de boulot + émotions dans vie perso) (ça ne coûte rien, tu trouves ce qu'il faut sur youtube, mais perso j'ai investi dans un CD de Christophe André qui a fait des sessions de mindfulness de durée variable, et j'aime sa voix)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30127731

Et comme je l'ai mis dans le post précédent, des séances d'EMDR pourraient être très intéressantes aussi (mais c'est vite onéreux c'est vrai) : ça permettrait en allant chez un psy qui pratique l'EMDR de faire émerger et de travailler les dimensions plus émotionnelles relatives à tes blocages, et de pouvoir ainsi lever des trucs qui ne seraient pas juste liées à un problème de fonctionnement cérébral mais qui peuvent l’impacter quand même

Maintenant, tout dépend de ta motivation à régler le problème ou pas.

Mais si j'ose me permettre, vu ton parcours et tes capacités, je ne pense pas que ton TDA soit insurmontable au point de te faire renoncer à quoi que ce soit qui soit important pour toi :rock:
Il faut avoir moins peur de l'intelligence artificielle que de la stupidité naturelle - Joël de Rosnay

Simplet
Messages : 21
Enregistré le : mar. 17 juil. 2018 23:37
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Simplet » ven. 26 oct. 2018 21:41

Est-ce que vous m'autoriseriez, en tout bien, tout honneur, à vous faire un calin, tous ?

J'avais, je m'en rends compte maintenant, de vraies difficultés d'attention petite. J'ai passé mon bilan récemment, et c'est un vrai point qui ressort.

De me reconnaitre autant dans vos descriptions... Je vais lire les différentes sources que vous mentionnez (en papillonnant et faisant autre chose en même temps et sans doute en conservant 1 ou 2 onglets "à lire plus tard" que je ne lirai jamais...), mais merci.

(oh, et je ne suis pas impulsive. J'ai un tempérament russe, c'est différent.)

Avatar du membre
Marcustoyski
Messages : 15
Enregistré le : mar. 22 mai 2018 20:38
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Marcustoyski » jeu. 1 nov. 2018 20:39

Bradeck a écrit :
jeu. 27 sept. 2018 00:41
Mais hormis ce HS, alors que la réalité neurologiques du TDAH est prouvée, il me semble important de faire la distinction entre cause endogènes et exogènes.
Contrairement à @Bradeck , je ne pense pas que le TDAH soit une réalité neurologique. Au mieux, on peut dire que les symptômes sont réels (pourquoi en douter?), mais pour ce qui est d'une réalité neurologique étayée par une cause neurologique unique, il y a loin de la coupe aux lèvres. D'ailleurs, si on se fie aux EEG faits par les spécialistes du neurofeedback, il y aurait 3 schémas d'ondes cérébrales type en ce qui a trait au TDAH. Autant dire qu'il y a au moins 3 profils types si on considère que l'EEG constitue une perspective parmi d'autres.

Personnellement, j'ai été diagnostiqué TDAH par un médecin à 2 balles qui m'a fait remplir le questionnaire diagnostique du DSM et m'a prescrit du Concerta. J'en ai pris pendant près de 7 ans sans voir une très grande différence. Les effets "bénéfiques se sont d'ailleurs estompés avec le temps. Il aurait donc fallu augmenter la dose ou changer de médicament. J'ai dit "non merci" et j'ai arrêté d'en prendre. Quand je suis allé voir la neuropsychologue pour passer le WAIS, j'ai demandé à passer des tests de détection pour le TDAH. Conclusion, pas de TDAH selon les tests. Les symptômes seraient possiblement un épiphénomène de la douance. La thérapeute qui me suit et qui est aussi neuropsy pense que malgré ces résultats, il se peut que l'intelligence puisse compenser le trouble d'attention jusqu'à le masquer même lors des tests. Ceci dit, je ne peux rien faire de plus comme test, si ce n'est un IRM fonctionnel (hors de prix) afin de savoir si j'ai un problème au cerveau qui explique mes symptômes. Maintenant, il est vrai que je souffre d'anxiété, mais bon...

https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/ ... biologique
https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/ ... ifferentes
https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/ ... edicaments
https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/ ... -banalises
https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/ ... h-epilogue

Mon avis sur le sujet, c'est qu'on vit dans une société hyper-normée très axée sur la performance et que dès qu'on remet en cause le système, on nous incite gentiment (ou pas), dès notre plus jeune âge à gagner en maturité, prendre sur nous, prendre la vie moins à coeur, penser moins, ne pas trop poser de questions, ne pas trop déranger...bref, se conformer et rentrer dans le rang. Quand on est différent, qu'on a une manière singulière de concevoir l'existence et que les incohérences apparaissent comme un éléphant dans la pièce :elepb: (utiliser l'émoticône :elep1: ...check!) sans que la grande majorité des gens ne semblent en être dérangée, on adapte le débit, on s'ampute de certains questionnements, on ralentit le débit, on réduit à la baisse l'émotion (et l'énergie qui vient avec) pour tenter d'avoir l'air de fonctionner comme tout le monde, d'avoir l'air "normal". Et toute cette énergie qu'on met à se demander si on est adéquat, si notre aspect singulier passe inaperçu, c'est autant d'énergie qu'on utilise pas pour être soi-même à sa façon...et c'est très épuisant! Sans compter que comme on a conclu depuis longtemps que nos questionnements sont trop bizarres pour être pris au sérieux, croyant qu'on risque au mieux la moquerie, au pire l'hôpital psychiatrique, on garde tout en-dedans et ça aussi c'est épuisant. Je pense que nier son fonctionnement naturel pour paraître en adéquation avec ce qui apparaît acceptable finit par être coûteux et se traduit, à terme, par un réel changement de la configuration du cerveau. Je serais curieux de voir l'IRM de cerveaux de surdoués diagnostiqués TDAH.

Grossièrement, je pense qu'on désapprend à fonctionner correctement et que ce n'est pas en boostant son cerveau avec des médicaments bourrés d'effets secondaires, dont l'efficacité et l'innocuité n'ont pas été prouvées, qui augmenteront au passage l'anxiété et qui, par surcroît, perdront de leur efficacité commandant donc une augmentation de la dose, qu'on sera mieux sur le long terme. Je me dis que comme on a désappris à fonctionner naturellement, tenter de réapprendre à le faire est la meilleure approche. Je crois en la neuroplasticité cérébrale et non à la compensation médicamenteuse vendue par Big Pharma. Selon moi, le neurofeedback est la solution toute indiquée et l'approche n'est pas assez vantée. Et ça traite aussi l'anxiété, la dépression et les dépendances. Il y a beaucoup d'études contradictoires, mais il faut admettre que l'utilisation et l'efficacité du méthylphénidate, des amphétamines et des psychotropes ainsi que la signature neurologique du TDAH sont plus que discutables, sans parler des effets secondaires.
"La facilité est le plus beau des dons, à condition de ne jamais s'en servir."
-MIRABEAU-

Répondre