Effet placebo pour le HP ?

Répondre
Avatar du membre
Akitaro
Messages : 13
Enregistré le : lun. 2 juil. 2018 11:17
Profil : En questionnement
Test : NON

Effet placebo pour le HP ?

Message par Akitaro » ven. 6 juil. 2018 21:42

Qu en pensez-vous ?
Un ou une psychologue peuvent ils utiliser le terme haut potentiel pour stimuler ou encourager un ou une patiente non tester même si il/elle pense que la personne n est pas HP. Une méthode qui serait basé sur l effet placebo.

tatianaphil

Re: Effet placebo?

Message par tatianaphil » ven. 6 juil. 2018 22:19

La question sous-entend donc que la personne aurait été testé et que le(a) psychologue lui mentirait consciemment sur son 'diagnostic' ? Ce serait une faute professionnelle assez grave je pense.

Si cela concerne un patient non-testé (employer le mot pendant un suivi, y faire référence, ...), la fin de la question n'est pas vraiment correcte : "même s'ils ne sont pas HP" (le patient peut l'être, finalement). La question est alors plutôt de savoir si "Un ou une psychologue peut-il/elle utiliser le terme haut potentiel pour stimuler ou encourager un(e) patient(e) même s'il/elle (le/la psychologue) "a la forte conviction" que le(a) patient(e) ne l'est pas.

Avatar du membre
Akitaro
Messages : 13
Enregistré le : lun. 2 juil. 2018 11:17
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Effet placebo?

Message par Akitaro » ven. 6 juil. 2018 22:35

Effectivement ta formulation est plus pertinente
Correction effectuée merci😉

dani
Messages : 688
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: Effet placebo?

Message par dani » sam. 7 juil. 2018 13:53

Déontologiquement ce serait très grave !!

Et quel intérêt ??

Je ne vois pas en quoi ça « valoriserait » le patient . Ce n’est pas « mieux » d’être HP que de ne pas l’ettrr , sa « valeur » n’a rien à voir avec cet aspect !

Demande toi pourquoi tu te poses cette question ... au fond , c’est surtout ça qui est intéressant pour toi 😊
Il faut avoir moins peur de l'intelligence artificielle que de la stupidité naturelle - Joël de Rosnay

tatianaphil

Re: Effet placebo?

Message par tatianaphil » dim. 8 juil. 2018 20:29

dani a écrit :
sam. 7 juil. 2018 13:53
Ce n’est pas « mieux » d’être HP que de ne pas l’ettrr , sa « valeur » n’a rien à voir avec cet aspect !
Oui, mais pas d'un point de vue non 'HP'. Il n'y a que les HP qui n'ont pas envie de l'être.

dani
Messages : 688
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: Effet placebo?

Message par dani » dim. 8 juil. 2018 21:35

Là on parle d'un psy ... dont le job est d'amener les personnes à retrouver leur bien-être en les accompagnant dans leur travail de développement personnel et introspectif, les aider à mieux se connaître etc. et à se détacher si nécessaire, de certaines valeurs sociales (et là je suis d'accord, être HP est plutôt bien valorisé socialement). Leur faire croire qu'ils sont quelqu'un qu'ils ne sont pas .... c'est aux antipodes du boulot de psy, ça n'a aucun sens.

Ce qui a de la "valeur" c'est de se connaître, s'accepter, s'apprécier tel que l'on est vraiment, réussir à se détacher de ses freins pour identifier et suivre ses élans, trouver son propre chemin, s'y épanouir, développer une certaine paix intérieure etc... le psy est censé me semble-t-il être là pour aider à recentrer le questionnement autour de ce qui est réellement important pour l'individu. Et si la personne est HQI cela peut lui être très utile d'identifier son fonctionnement cognitif, l'impact que cela a sur sa vie etc.... Si elle ne l'est pas (HQI), à part engendrer chez elle de la confusion, je ne vois pas l'intérêt d'une telle information sciemment erronée. Même pire, lui mentir sur ses capacités cognitives, c'est lui dire indirectement qu'elle n'est pas assez bien comme elle est.
Il faut avoir moins peur de l'intelligence artificielle que de la stupidité naturelle - Joël de Rosnay

Avatar du membre
Za
Messages : 2944
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Effet placebo?

Message par Za » lun. 9 juil. 2018 05:49

tatianaphil a écrit :
dim. 8 juil. 2018 20:29
Oui, mais pas d'un point de vue non 'HP'. Il n'y a que les HP qui n'ont pas envie de l'être.
Ah bon ?? Des sources !! :D
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

tatianaphil

Re: Effet placebo?

Message par tatianaphil » lun. 9 juil. 2018 08:42

Za a écrit :
lun. 9 juil. 2018 05:49
Ah bon ?? Des sources !! :D
Pardon !!

Je me suis mal exprimée en étant si catégorique (j'aurai dût ajouter un "lol" car c'était plutôt sur un ton second degré) alors que je voulais juste faire remarquer que dans cette problématique et vu de ce sens, il fallait se positionner comme non hp. Puisque la question porte sur la volonté d'un(e) psy d'utiliser l'éventualité d'une surdouance comme effet placebo auprès d'une personne dont il/elle a la conviction qu'elle n'est pas hp.

Je voulais effectivement plus développer et expliquer pourquoi "il me semble que" et que "à mon point de vue" c'est le cas et nuancer ma réponse et finalement j'ai répondu rapidement, ne voulant pas trop m'étaler et pensant que c'était évident.

De ce que j'ai pu lire et aux dires de certains psy, dont celle qui m'a fait passer le test, l'une des très nombreuses caractéristiques qui différencie hp et non hp est que la 'plupart' des hp sont 'bouleversés' (peut-être un autre mot serait plus juste) de l'être. Alors que la 'plupart' des non hp qui pensent à la surdouance, espère l'être (au fond) sans vraiment comprendre les aspects négatifs (puisque ne les vivant pas, finalement).

Ainsi, à mon humble avis, envisager la possibilité de surdouance auprès d'une personne hp et auprès d'une personne non hp, n'aura pas les mêmes effets. Auprès d'un non hp, cela aura sans doute plus d'effet 'valorisant' qu'auprès d'un réel hp.
dani a écrit :
dim. 8 juil. 2018 21:35

Ce qui a de la "valeur" c'est de se connaître, s'accepter, s'apprécier tel que l'on est vraiment, réussir à se détacher de ses freins pour identifier et suivre ses élans, trouver son propre chemin, s'y épanouir, développer une certaine paix intérieure etc... le psy est censé me semble-t-il être là pour aider à recentrer le questionnement autour de ce qui est réellement important pour l'individu. Et si la personne est HQI cela peut lui être très utile d'identifier son fonctionnement cognitif, l'impact que cela a sur sa vie etc.... Si elle ne l'est pas (HQI), à part engendrer chez elle de la confusion, je ne vois pas l'intérêt d'une telle information sciemment erronée. Même pire, lui mentir sur ses capacités cognitives, c'est lui dire indirectement qu'elle n'est pas assez bien comme elle est.
Tout à fait d'accord !

Avatar du membre
cherubim
Messages : 152
Enregistré le : lun. 12 mars 2018 10:26
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : tout près d'ici...
Âge : 41

Re: Effet placebo?

Message par cherubim » lun. 9 juil. 2018 14:13

Je trouve ce sujet très intéressant.
En effet, que cela nous plaise ou non, être HP a quelque chose de valorisant, en apparence et à première vue, entendons-nous bien. D'ailleurs, ceux d'entre-nous qui ressentaient un mal être, qui étaient en recherche, n'ont-ils pas été soulagés, voire rassurés d'apprendre qu'ils étaient surdoués, et pas fous, par exemple? Et ceux d'entre nous qui pensent être surdoués ne sont-ils pas déçus si la réponse est négative? Alors, pensent-ils, j'ai un problème, peut-être suis-je fou/folle?
En ce qui me concerne, j'ai passé la Wais IV et des tests psychologiques chez Cogitoz. Comme il s'est avéré que je n'étais pas surdouée, seul mon indice de compréhension verbale (ICV) étant à 133 et le reste très moyen, mais qu'un suivi psychologique m'était recommandé du fait d'un manque de confiance en moi, je n'ai pas continué mon suivi avec la même psychologue. Cogitoz est, en effet, spécialisé dans les surdoués et ne m'encourageait pas spécialement à poursuivre avec eux. J'ai commencé une thérapie dite "des schémas" avec mon nouveau psy, et dans le but de ne pas orienter trop tôt son diagnostic, je ne lui ai fait prendre connaissance de mon bilan qu'à la 4eme séance.
Et bien, et c'est là que je veux en venir, il a fait clairement référence à mon ICV élevé, à deux reprises, pour tenter de me valoriser. En effet, il me reprochait d'avoir une estime de moi trop basse et d'être trop négative.
La première fois, je lui ai précisé que, d'après la psychologue qui m'avait fait passer le test, l'ICV élevé ne suffisait pas pour conclure à un haut potentiel, car c'est un indice qui reflète majoritairement l'intelligence cristallisée, c'est à dire liée à l'apprentissage. Il m'a répliqué que l'intelligence cristallisée était "une forme d'intelligence".
Malheureusement pour lui, je n'ai pas été dupe de sa ficelle, un peu grosse à mon goût. Cet épisode s'ajoutant au fait que je me sentais souvent jugée par ce psy, et incomprise par-dessus le marché, a mis fin à nos entretiens dès la 6eme séance.
J'en conclus qu'un psy peut essayer de faire croire à son patient qu'il est HP par effet placebo, mais que si ce patient fait preuve d'un tant soit peu de lucidité, cette stratégie est vouée à l'échec. Du moins est-ce ce qui s'est passé pour moi.
Note: A mon humble avis, mon ICV élevé n'est pas que le fruit d'un dur labeur et de mon apprentissage, mais j'avais quelques aptitudes innées que j'ai pu développer. En revanche, mon problème visuospatial était déjà présent dans l'enfance et m'a empêchée de développer d'autres aspects, ce qui explique l'hétérogénéité. Mais cela a déjà été abordé dans un autre sujet.
You float in my new pool
Deluxe and delightful

Répondre