Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Avatar du membre
Pascalita
Messages : 706
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : Un coup d'œil sous l'écorce
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Message par Pascalita » dim. 12 août 2018 14:38

Je viens de le finir... et de le recommencer.

Premières impressions : c'est riche et foisonnant, ouvre plein de portes dans plein de directions, engage à réfléchir par soi-même, ne serait-ce que pour appréhender les concepts et les propositions (je trouve, tout comme O'Rêve, que c'est une lecture ardue), suscite chez moi bien plus d'échos que les autres livres que j'ai lus sur le sujet, et suscite surtout cette fantastique impression qu'il y a de la profondeur, des choses à creuser - et qu'il y a peut-être enfin assez de profondeur pour correspondre à mes propres profondeurs (je ne sais pas si c'est très clair, là... 8o ).

Je ne dirai rien sur les liens avec la psychanalyse, étant donné que mes connaissances sur le sujet sont au ras des pâquerettes et que je serais bien incapable donc d'analyser cet aspect. Ma lecture est naïve sur ce plan-là, mais il ne me semble pas avoir raté quoi que ce soit de la pensée des auteurs pour cette raison. Au contraire, j'ai l'impression d'avoir compris correctement les termes qu'ils emploient et qui ressortissent du lexique psychanalytique. Je vais tout de même creuser ça un peu, histoire d'être sûre que ce n'est pas juste une impression !

Je le recommence donc, le carnet et le stylo à la main, pour approfondir ces premières impressions et suivre les pistes.
Et du coup, puisque j'ai stylo et carnet à la main, je propose d'en faire un résumé pour la bibliothèque d'AS - si personne d'autre ne s'y est encore attelé.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12052
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Message par TourneLune » mer. 15 août 2018 06:04

Avec plaisir!!
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Kliban
Messages : 296
Enregistré le : mar. 15 oct. 2013 18:15
Présentation : bah !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 48
Contact :

Re: Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Message par Kliban » mer. 15 août 2018 13:55

C'est un bouquin écrit par un philosophe de formation (c'est beaucoup Tinoco qui est à la plume), par ailleurs psychanalyste. Il est donc conceptuellement dense et peut poser des difficulté si on n'est pas déjà rompu à ce genre de lectures. Mais je crois intéressant de s'y accrocher.

Il a l'énorme avantage de ne pas présupposer de savoir spécifique, et de ne pas s'appuyer sur le jargon ou la syntaxe de la psychanalyse - l'orientation psychanalytique y est extrêmement faible, et tient surtout à la façon de concevoir l'individu comme être en transformation, requis de se positionner tant face aux questions fondamentales (sidérantes, disent les auteurs) indissociables du fait d'être humain, que face à la loi (entendre par là l'ensemble des normes, intériorisées ou non, proposées explicitement ou non par les groupes dans lesquels on se trouve : famille, pairs, cultures, etc.).

J'ai été très longtemps gêné par l'opposition "typique"/"surdouée" qui est fondatrice des thèses de l'ouvrage, une gêne motivée avant tout de m'y reconnaître de façon écrasante dans la description des comportements "typiques"
► Afficher le texte
C'est d'ailleurs précisément cela qui m'a empêché, pendant des années, de considérer l'option douance comme devant être explorée : je ne convenais pas au tableau clinique vulgarisé qu'on en trouvait ici et là. Du coup, la lecture des premiers chapitres du livre m'a très profondément intéressé : elle donnait une forme (la typicité) à l'écart que je sentais et continue de sentir, dans ma fréquentation des surdoués. Il y avait là une hypothèse à creuser : que signifiait pour moi de ne me sentir totalement à l'aise ni avec les typiques, ni avec les surdoués (plus à l'aise avec les seconds, cela dit) ? Le bouquin ne m'en disait rien.

De précisions que j'ai obtenu des auteurs mêmes, cette opposition est de toute façon à prendre 1. comme une hypothèse de travail permettant de rendre compte de certains phénomènes qu'on rencontre en domaine de douance et 2. certainement pas comme décrivant jamais des individus (nonobstant, je trouve, de nombreux passages où, par de malheureux raccourcis syntaxiques, c'est précisément ce qu'on peut entendre) mais des traits comportementaux que l'on retrouve dans tout individu, avec une prévalence de tel ou tel. De la même façon, les surdoués ne sont pas requis de la même façon par les questions sidérantes - manifestement, la mort l'est pour les auteurs, qui est pour moi pour l'instant un non-problème : moi, ce serait plutôt la solitude essentielle...

Rien de tout ceci ne résolvait mon problème, mais me permettait de continuer à lire de façon un brin plus apaisée. Je suis passé d'une forme d'agacement fasciné à un réel intérêt. Il y a beaucoup de bouquins sur les surdoués, mais celui-ci est, pour ce qui me concerne, parmi les plus stimulants et riches que j'aie rencontrés - en tout cas celui qui a le plus de chance, une fois lu, de ne pas être remisé aux "à vendre" de ma bibliothèque. Ses hypothèses sont originales et puissantes, son argumentation solide (et évidemment objet de discussions potentielles), et sa largeur de vue assez inégalée dans la littérature sur le sujet. (J'aime aussi beaucoup le Gauvrit ou la belle synthèse de Cuche & Brasseur, à l'autre bout du spectre, mais cela flatte le scientifique, et n'a, pour ce qui me concerne, que bien moins de force pour au regard des dynamiques de création de sens m'aidant à mener ma chtite vie - puisque j'ai laborieusement fini par découvrir qu'une explication ne me suffisait pas à résoudre les pourquoi :D ).

pour moi, tout cela tient à ce qu'est essentiellement les auteurs envisagent le surdoué d'un point de bien moins vue clinique que phénoménologique : moins comme un ensemble de symptômes que comme une façon d'être au monde particulière, moins sous l'angle de la recherche d'une adaptation à la société qu'un signe envoyé à la société d'une adaptation qu'elle aurait à trouver de son côté, si elle sait en saisir la chance. Le surdoué, ce n'est donc pas le 130/145/160++, c'est celui ou celle à qui ne sauraient convenir les récits proposés par les groupes pour répondre de façon standardisée aux questions sidérantes (la mort, la souffrance, la solitude, l'amour, etc.), récits essentiels à la cohésion des dits groupes, et qui ne fonctionnent que de s'assortir d'un "c'est comme ça" qu'une réaction typique ne remettra pas en cause, au contraire. Dit autrement : le surdoué est celui qui gère son rapport à la loi en la transgressant.

Au fond, le surdoué cesse ici d'être minoré (au sens de décrit uniquement dans les termes du dominant, tout comme l'enfant mineur ne peut l'être que dans les termes choisis par ses tuteurs) : il reprend la parole en son nom propre et refuse la position d'être à adapter qu'on lui laisse dans la plupart des productions actuelles. Il y a donc bien un versant politique à ce texte (ne serait-il pas militant) : le surdoué est à la fois symptôme de l'absurdité que les groupes tentent de masquer sous des récits collectifs à intérioriser, mais il est aussi leur chance de travailler différemment ces récits et les façon de s'y conformer.

Bref, cela donne bigrement à penser, qu'on soit d'accord ou pas, comme toute synthèse s'essayant à des directions inédites.
De main gauche à main droite, le flux des savoirs - en mes nuits, le règne du sans-sommeil - en mon coeur, ah, if only!, le sans-pourquoi des roses.

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2310
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 36

Re: Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Message par Napirisha » mer. 15 août 2018 21:22

Vos retours me donnent très envie de le lire, merci! (Des que la bibliothèque municipale ouvre, je file l'emprunter)
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Lali
Messages : 65
Enregistré le : lun. 5 nov. 2018 11:36
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9666
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : France
Âge : 55
Contact :

Re: Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Message par Lali » lun. 5 nov. 2018 22:10

Juste un mot pour ajouter que, oui, à mon avis, c'est un livre qui mérite vraiment d'être lu...

Je l'ai trouvé beaucoup plus fouillé que tous ceux que j'avais lu jusque-là...on a le droit de ne pas être d'accord avec certaines choses,
on a le droit de ne pas adhérer à la vision psychanalytique freudienne (pour ma part, je préfère la psychanalyse jungienne)
mais on ne peut nier que l'auteur ouvre des pistes inexplorées et qu'il allie dans son analyse la densité et la profondeur.

Il va beaucoup plus loin que la plupart des ouvrages sur les surdoués et il traite à fond d'un sujet, qui, au final, est absolument central :
"l'écart entre le surdoué et les ###mornopensant###" , l'incompréhension sidérale entre les deux "types" d'êtres et la souffrance qui en résulte.
Là où d'autres ouvrages se contentent de lister les caractéristiques du HP, et s'arrêtent plus ou moins là,
Tinoco essaie, lui, d'en brosser un tableau cohérent...et ça fait du bien .

Je l'ai lu il y a quelques mois et cela m'a éclairée sur pas mal d'aspects de ma vie...
(sur les difficultés rencontrées par rapport aux autres mais aussi par exemple sur les ambiguïtés résultant d'une rencontre entre deux surdoués...) ;)

Franchement... courez l'acheter (ou l'emprunter). :cheers:
Réfléchir c’est difficile, c’est pourquoi la plupart des gens jugent. (Carl Gustav Jung)

Avatar du membre
Pataboul
Messages : 674
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Livre : Les « surdoués » et les autres - penser l'écart

Message par Pataboul » jeu. 6 déc. 2018 22:55

Ayant lu vos retours plutôt positifs, j'ai acheté ce livre, mais... j'accroche pas.
Faut croire que la psychanalyse c'est pas mon truc, même si je n'arrive pas bien à cerner ce que c'est que cette "psychanalyse" et que je ne l'aime pas, entre-autre parce que les psy la pratiquant n'ont pas su me le faire comprendre, ni son intérêt.

Pour ce qui est de ce livre, j'ai commencé la lecture mais l'ai trouvé soporifique, avec plein de mots pour ne pas dire grand chose, et je l'ai laissé de côté un bon moment. J'ai profité de deux séances de salle d'attente pour essayer à nouveau, mais le résultat reste le même, même en lisant en diagonale, je ne saisis pas bien ce que les auteurs essayent de transmettre, ou quand j'ai l'impression d'avoir compris, ça me fait l'effet de "tout ça pour ça".
Je dois aussi ajouter que mon intérêt pour la douance s'est considérablement émoussé depuis le temps ou je découvrais le concept, sans quoi j'aurais sûrement poussé un peu plus ma lecture. J'ai trouvé à cet ouvrage une dimension littéraire, avec de belles et longues formules qui ne me touchent pas. Vu que j'y cherchais à apprendre de nouvelles choses sur le sujet, j'aurais préféré un ton plus direct et factuel.

Voilà, je ne dis pas que c'est un mauvais livre, mais il ne me correspond pas.

Du coup je propose au prochain qui voudrait l'acquérir d'échanger mon exemplaire (quasiment-neuf!) contre un autre livre, sur la douance ou pas.

Répondre