Plaisir auditif intense et bref

Le lieu de Culture, comme le titre de la rubrique l'indique. Ici il s'agira d'Oeuvres et d'Auteurs du vaste paysage culturel. Textes, photos, vidéos...
Rappelons que vos propres créations ont leur lieu consacré!
Avatar du membre
cherubim
Messages : 179
Enregistré le : lun. 12 mars 2018 10:26
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : tout près d'ici...
Âge : 41

Re: Plaisir auditif intense et bref

Message par cherubim » lun. 3 déc. 2018 09:11

https://www.youtube.com/watch?v=K-oQ7awSy5Y

Ca marche! Décidément j'apprends plein de trucs sur ce forum! :)
You float in my new pool
Deluxe and delightful

Avatar du membre
Osia
Messages : 249
Enregistré le : lun. 16 janv. 2017 12:02
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 40

Re: Plaisir auditif intense et bref

Message par Osia » sam. 8 déc. 2018 15:09

Moi aussi ;)

Je suis ce post avec intérêt depuis sa création, je trouve le concept tel que défini par IM intéressant parce que je comprends bien (il me semble) l'idée du "plaisir auditif intense et bref". Petit à petit, nous en sommes venus à écouter des morceaux entiers de musiques prenantes ou/et envoutantes, mais ce petit instant d'un morceau que nous attendons avant même d'avoir entendu les premières notes, celui qui "fait" le morceau à nos oreilles, son partage est plus rare ;)
Je ne ferais pas exception: je vais vous partager un morceau qui pour moi est un plaisir auditif intense et long :D (parce que c'est celui que j'écoute là).
Et dans lequel je retrouve les brefs plaisirs qui je pense pourraient être semblables à ceux dont parle IM à l'origine de ce post: un extrait de la bande originale du film Matrix, un grand classique: J'attends la vingt cinquième seconde, ensuite je me promène entre la répétitivité de la musique et l'arrivée de chaque nouveau son jusqu'à 1'45", où je suis réellement agressée (pourtant je m'y attends !) avant de m'échapper à partir de 2'04" par la sensation de vitesse croissante apportée par la musique jusqu'à la troisième minute, où le changement de rythme me permet une échappée par l'unicité du piano. A 4'04", c'est une reprise: on retrouve chaque instrument déjà entendu, la boucle musicale reprend son cours, et m'amène des idées d'"usinages". A 5'58, retour du piano et d'un calme relatif jusqu'à la fin du morceau.

Il a beau être "archi répétitif" ce morceau, j'aime ce côté sursaut, vitesse, liberté et... informatique (bah voui !) qu'il dégage, et il peut durer plus de sept minutes, il est pour moi plein de petits plaisirs auditifs intenses et...
bref :)

Répondre