Hésiter à consulter et passer des tests

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Différente
Messages : 225
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 29

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Différente » jeu. 13 sept. 2018 18:45

Détrompe toi, moi le diagnostic positif est venu troublé mon équilibre, cela fera deux ans en fin d'année et je commence doucement à accepter tout ça. C'est aller trop vite, trois mois entre les premiers murmures et les résultats. J'avais envie d'entendre que je l'étais mais je n'y étais pas préparée. Dans tous les cas, quelques que soient les résultats du test, ils peuvent être troublants... La question c'est plutôt de savoir si tu préfères rester dans le doute ou savoir une bonne fois pour toute pour avancer.

Bon courage
« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » (Pierre Desproges)

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 96
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 47

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Unesoprano » jeu. 22 nov. 2018 12:48

Merci pour ce fil et également pour d’autres échanges et témoignages qui me permettent de bien avancer sur ma réflexion.

J’ai 47 ans et 25 ans de thérapie et recherches diverses personnelles afin de me sentir mieux avec moi-même et c’est vrai que j’ai trouvé avec le temps des réponses et des systèmes pour vivre plus agréablement avec moi-même. Je ne crois pas que le test me permettra d’aller vers un mieux-être et l’idée d’être cataloguée un peu plus m’agace. Comme, de plus, je ne suis pas du genre à avancer par comparaison avec l’autre, ma foi, qu’en faire alors? J’en discuterai néanmoins avec le médecin qui a soulevé cette question et que je vois demain. Et je reste très à l'écoute de vos réponses et témoignages.

Quelle que soit celle-ci, ma « différence » est assumée : mes amis l'apprécient, d’autres en sont agacés, je sais faire désormais avec sans me sentir déstabilisée ou rejetée trop souvent. Et si je suis blessée, je soigne. Quand je suis dans des situations où je soulève une problématique qui gêne tout le monde, que cela soit parce que cela les met face à un manque de compétence personnelle, ou une analyse de situation qu’ils n’avaient pas vu, ou encore une vision des conséquences à longs termes qu’ils avaient évité ou bien d’une lâcheté ordinaire à avancer ou régler le problème, je sais désormais reconnaître que le problème est chez eux (selon mon code de valeur à moi). J’ai appris et admis que cette « capacité » faisait partie de moi. Alors il faut ne pas insister, lâcher-prise, se détendre, ne pas chercher à démontrer que j’ai raison de soulever ces problèmes, ne pas m’imposer non plus systématiquement d’essayer de les résoudre, et ainsi je suis moins rejetée ou face à de la gêne voire plus. Surtout que d’avoir raison (quand cela se révèle avec le temps) ne permet pas plus une reconnaissance qu’il était bon de le dire. Le premier psychiatre qui avait soulevé la question de mon intelligence me disait souvent « arrêtez de faire pour les manques des autres ». Ce qui était extrêmement judicieux par rapport à mon histoire et également pour avoir de meilleurs rapports, mieux vivre avec les autres. Combien de fois ai-je entendu « tu te prends bien la tête! » Et bien oui. Et avec le temps, il me semble le faire désormais à meilleur escient 😉 si je puis dire.

Je pense avoir trouvé certaines réponses qui me correspondent, j’ai choisi de mettre mes actes en cohérence avec mes paroles, j’essaye d’être en équilibre avec mes plus et mes moins, mes doutes et ce que j’ai pu trouver sur ma route. Je ne sais pas ce que m’apporterai de connaître mon ou mes chiffres et comment j’ai pu compenser ou pas par certaines de mes possibilités. N’hésitez pas à répondre : les « je » ne soient pas l’expression d’un égocentrisme mais plutôt d’un ego mieux centré. :)
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Galou666
Messages : 13
Enregistré le : ven. 16 nov. 2018 12:09
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Galou666 » jeu. 22 nov. 2018 15:39

J'admire ton travail (?) qui t'a permis de trouver ton équilibre Unesoprano.

Après je pense effectivement que le "je" est important pour le trouver. Si tu l'as trouvé, qu'est ce que changerai un test finalement ?
Moi je prends cela comme une clef (pour continuer notre discussion), la bonne qui ouvrirait une nouvelle/meilleure/autre compréhension.

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 73
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Loupiotte » jeu. 22 nov. 2018 22:18

Unesoprano a écrit :
jeu. 22 nov. 2018 12:48
J’ai 47 ans et 25 ans de thérapie et recherches diverses personnelles afin de me sentir mieux avec moi-même et c’est vrai que j’ai trouvé avec le temps des réponses et des systèmes pour vivre plus agréablement avec moi-même. Je ne crois pas que le test me permettra d’aller vers un mieux-être et l’idée d’être cataloguée un peu plus m’agace.
Plusieurs choses m'interpellent dans ton post :)
A mon sens, faire le test, c'est apporter des réponses complémentaires sur qui on est... Quelque soit le résultat. Ce n'est pas seulement un chiffre (et d'ailleurs, est-ce que c'est le score final qui importe tant ?) mais un ensemble d'indications sur notre fonctionnement. Personnellement, c'est lire le détail des résultats qui m'a aidée. Ca m'a permis de connaître mes forces et mes faiblesses. Comme j'étais enfant, j'ai pu savoir sur quoi porter mes efforts et à quoi être vigilante. Et je pense que quelque soit l'âge, ça aide, tout simplement. A mon sens, il s'agit d'une découverte avec soi-même faite de surprises, d'infirmations (ah bon ? Mais je pensais que...), et de confirmations (ah ! Je le savais !)
Deux petites questions : le fait de faire la démarche de s'inscrire sur un forum qui s'appelle "Adulte surdoué", n'est-ce pas déjà reconnaître l'existence de cette case ? Vouloir s'y ranger ? Ou alors vouloir communiquer avec des gens qui rentrent dans cette case ? Cela ne "t'agace" pas, pour reprendre ton verbe ?
Et puis tu utilises le passif "être cataloguée"... Mais par qui ? Finalement c'est toi qui fait la démarche active de passer le test. Ensuite, à part le psy et le médecin (éventuellement) qui saura ? Il n'y a que toi qui pourra t'emparer (ou pas) des réponses apportées. Les résultats du test ne se verront pas sur ta figure dès que tu mettras le pied dehors !

Voilà pour les réactions suscitées par ton message. Je ne sais pas si elles sont pertinentes.

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 96
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 47

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Unesoprano » jeu. 22 nov. 2018 23:11

Plusieurs points m’interpellent dans ta réponse, et je te remercie grandement de celle-ci.

Oui, bien sûr s’inscrire sur un forum comme celui-ci est déjà reconnaître un « quelque chose » et bien sûr le test n’est pas qu’un chiffre. Non, je ne suis pas agacée d’échanger avec d’autres, ici, et heureusement. J’ai été visiblement maladroite et certainement un peu excessive dans mes mots, mal choisis. C.est le résultat également d’une rencontre avec une personne qui brandissait son chiffre de QI avec arrogance et m’expliquait qu’elle réussirait donc en musique grâce à celui-ci à obtenir en 2 ans ce que les autres obtenaient en 10, ce qui m’avait profondément dérangé 😳 et énervé (le temps m’a donné raison ).

Bien sûr le test permet de mieux se connaître et de trouver ou comprendre mieux ses forces et ses faiblesses. Mais je ne suis plus une enfant, et mon parcours avec le test sera nécessairement différent du tien, toi qui a visiblement bénéficié de celui-ci très jeune. Attention, je ne dis pas qu’il me serait nécessairement inutile. Mais la thérapie longue que j.ai faite (ce n’est pas une analyse, elle a pris plusieurs visages, et actuellement je fais de l’EMDR) et mes recherches d'équilibre m’ont structuré. Enfant, on m’a fait sauter une classe. On me prête beaucoup de ressources et j’ai toujours bien rebondi en cas de problème dans ma vie.

Alors ce n’est pas que tout va bien, mais je vais tellement mieux que lorsque j’avais ton âge! Avoir la deuxième moitié de la quarantaine plutôt épanouie et en accord avec soi c’est pas mal et je me demande ce que ce test pourrait apporter de « nécessaire ». On verra demain, et merci de ta réponse, d’avoir pris ce temps pour un échange.
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 73
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Loupiotte » jeu. 22 nov. 2018 23:28

J'avais compris que ce qui t'agaçait, c'était être mise dans une case, pas échanger avec les autres :) Mais c'est moi qui ai mal formulé ma phrase. Je voulais dire : ça ne t'agace pas un forum qui s'appelle "Adulte surdoué"... Mais ta réponse était très claire. Effectivement, si tu te connais déjà bien toi-même et que tout va bien, ce n'est peut-être pas la peine de le passer. Je pense qu'il est plutôt fait pour des personnes qui sont à la recherche de réponses sur leur identité.
Tu nous tiendras au courant de ta décision ?

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 96
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 47

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Message par Unesoprano » sam. 24 nov. 2018 21:54

Bon, et bien hier j’ai bien échangé avec le psychiatre. Nous sommes tombés d’accord sur le fait que passer le test n’était pas une nécessité. Je suis en plein travail Emdr et je commence à bien bénéficier des effets de ce travail. À côté, il y a le travail de pleine conscience que je mène depuis plusieurs années ainsi que certains travaux personnels de journal créatif qui m’aident à mieux me comprendre et à travailler sur mes émotions. Grâce à ces pratiques, de nombreuses lectures et ma thérapie longue, j’ai appris à avancer avec plus d'épanouissement sur ma route et à faire face à certaines problématiques. Un certain équilibre intérieur s’est mis en place, et je pense que le « trop » est l’ennemi du bien. Donc j’en resterais là.
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Répondre