Chronique du sexisme ordinaire

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?
Avatar du membre
Pataboul
Messages : 700
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Pataboul » sam. 13 oct. 2018 23:34

Hors-sujet
C'est très abusif à mon avis ce que tu dis des "lois générales de la médecine". Je crois qu'il y en a malheureusement bien peu et que nos biologies personnelles sont pleines d'exceptions et de variations. Nombre de symptôme correspondent à diverses pathologies, nombre de pathologies s'expriment différemment selon les cas, et les réactions aux traitement sont elles aussi variables même quand le diagnostic est bon et même quand le patient guérit.
De plus on ne peut pas souvent isoler totalement un phénomène particulier de l'ensemble de l'organisme vivant, et même de son écosystème, contrairement à ce que l'on fait en physique. Les lois physiques ne sont pas absolues non plus quand on les applique à un système complexe en interaction avec un environnement, mais les marges d'erreur sont plus fines de plusieurs ordres de grandeur. C'est peut-être même ce qui fait que physique, chimie et mathématiques sont qualifiées de sciences dures contrairement au reste.

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3389
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Grabote » dim. 14 oct. 2018 09:00

D'où l'importance des sciences humaines et de la sociologie en particulier, qui sont plutôt récentes et pas tellement au goût du pouvoir en place. Elles permettent, par des études "scientifiques" qualitatives et quantitatives d'objectiver notamment les rapports de dominations. Sans elles, nous ne pourrions pas avoir ces discussions, nous en resterions au simple rapport de force pour imposer notre vision issue de notre seule expérience personnelle. Edit: rapport de force qui pencherait inévitablement en faveur des personnes privilégiées ...
Défendons-les !
lady space a écrit :
sam. 13 oct. 2018 16:21
se placer au centre naturellement, calmement, sans subterfuge ni peur, à juste exprimer un point de vue (ou toute autre chose, peu importe). Mais ça s'apprend, ça aussi, avec pas mal d'entraînement.
C'est ce qu'on appelle l'assertivité non ?
Oui, ça s'apprend ! En tant que femme, nous devons bien souvent déconstruire une partie de notre éducation pour acquérir de nouvelles compétences plus adaptées à nos aspirations.

J'enchaine sur une de mes dernières découvertes dans ce domaine, ça va surement vous paraître ... évident, mais je ne me l'étais jamais formulé aussi clairement avec toutes les conséquences que cela implique.
Bref, quand on est conditionnée à être le second rôle, ben, on intériorise en même temps qu'on a absolument besoin de quelqu'un qui joue le premier rôle pour exister pleinement.

Personnellement j'ai mis un temps fou à décider de devenir le premier rôle dans ma vie.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
sanders
Pseudo Violet
Messages : 2653
Enregistré le : jeu. 4 oct. 2012 08:04
Présentation : Bon ben ... Bon bain ...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Syndrome Lisa Simpson
Âge : 49

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par sanders » dim. 14 oct. 2018 11:27

Armie a écrit :
sam. 13 oct. 2018 20:10
...
En gros c'est le même phénomène: penser connaître le réel grâce à l'analyse de son cas particulier.
...
Merci Armie pour cette synthèse qui me parle. Je suis quotidiennement, même si je tente d'essayer éventuellement de l'éviter, dans ce travers ordinaire.


Rapports contés des râtés qu'on porte :
Image

Une pièce écrite par deux femmes qui ont subi sexisme et violences et ont décidé d'en dire publiquement, théâtralement et poétiquement quelque chose.

J'ai vu cette pièce hier soir, dans une petite grange aménagée en salle de spectacle. Nous étions environs 300 personnes, une majorité d'hommes.

J'ai trouvé ça plutôt abordable pour tout public, pas de misérabilisme ni d’extrémisme même si le politiquement correct n'est pas du tout au rendez-vous et même si par ailleurs les infos sur le site peuvent dire des trucs qui grattent.

Si ça passe près de chez vous et que le sujet vous intéresse, je pense que c'est une pièce à aller voir. Ici, c'était à prix libre.
C'est du théâtre amateur par la compagnie des oubliettes.

Il y a, en plus de l'expérience de ces deux femmes des reprises (infos citées ici ou là sur le forum) mises en scène, comme le consentement vu par la tasse de thé http://www.youtube.com/watch?v=S-50iVx_yxU ou les chiffres sur les violences sexuelles faites aux femmes.




Le point de vue est celui de deux femmes qui ont subi des violences ordinaires et pas ordinaires faites par des hommes, elles l'annoncent dès le début.
Cette pièce ne parle pas de toutes les violences sexuelles, elle n'est pas impartiale, ce n'est pas une analyse sociologique.
A la fin, il y a la possibilité de parler avec elles, de leur poser des questions, d'avoir de la documentation ...
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)

Miss souris
Messages : 1420
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Miss souris » dim. 14 oct. 2018 12:06

Super Sanders ! Je voulais justement passer l'animation " cup or tea" dans des classes de quatrième, et j'ai même pas besoin de farfouiller, tu me la redonnes... l'alignement des planètes est impeccable !...

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2315
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 36

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Napirisha » dim. 14 oct. 2018 13:19

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3389
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Grabote » dim. 14 oct. 2018 15:23

Ma fille s'est vu offrir un ordi par le conseil général pour son entrée au lysée.
Elle allume le truc et une voix féminine suave se présente , je m'appelle "Cortona", ok, on rigole , présentation du truc blablabla,
et elle conclue avec le même ton suave je cite " Je suis impatiente à commencer à vous rendre service " 8o
Alors là, ça ne me fait plus du tout rigoler, je pense aux milliers d'adolescent-es qui ont entendu ça et ça me fait :@
Ou alors, je veux un ordi dont je peux programmer le genre et entendre la même chose d'une vois suave masculine ! :blond:
Mais ça risque de poser des gros problèmes aux jeunes adultes dont chaque genre s'attendra à être servi avec impatience par l'autre ... :lol:
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3389
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Grabote » mer. 14 nov. 2018 10:45

Émission passionnante avec un homme féministe, érudit et amusant , un vrai régal quand on s'intéresse au sujet :
La langue a t'elle un sexe ?
Les chemins de la philosophie sur france culture avec Bernard Cerquiglini, linguiste, professeur de linguistique à Paris VII, membre de l’Oulipo, ancien recteur de l’agence universitaire de la Francophonie
Auteur de Le Ministre est enceinte ou la grande querelle de la féminisation des noms aux éditions du Seuil.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Répondre