A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Heidoji
Messages : 26
Enregistré le : mer. 17 janv. 2018 09:32
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Heidoji » jeu. 11 oct. 2018 06:42

Bonjour,

Tout d'abord, je vous trouve tous très courageux d'avoir pu affronter un psychologue pour passer le test en admettant avec aplomb votre douance. J'en fut incapable, et j'ai du recourir à un subterfuge envers moi-même pour m'y contraindre ...
  • Contexte
En découvrant la douance, je pensais avoir trouvé le terme qui me caractérisait. J'en ai parlé à une amie qui m'a confirmé ma pensée. J'ai, donc, commencé à m’intéresser au sujet, tout en me rendant compte que je ne correspondait à aucune des caractéristiques ... Pas intelligent, pas hyperémotif, pas d'intuition, pas d'empathie, pas d’hypermnésie, pas de texte avec de jolies lettres colorées ...

Pour cette tentative d'usurpation d’identité, je fus déféré devant le parquet pour prétention aggravée. Le procureur se constitua un solide dossier, et la partie civile se retrouva juste avec les yeux pour pleurer. Comme le jugement final ne fit aucun doute, je signa des aveux à ma décharge. Cependant, peu de temps après, l'affaire pris une nouvelle tournure et le dossier fut rouvert au moment ou un nouvel élément fut versée au dossier. Ce fut, en effet, la naissance de mon fils qui présenta des caractéristiques non avérées de douance.

S'ensuit une longue procédure ou les parties se déchaînèrent pour obtenir gain de cause. Finalement, pour départager les deux parties, le juge demanda la venue d'un expert :
  • Premier expertise


L’incapacité de l’inculpé à exprimer clairement son point de vue lors des séances préliminaires conduit la psychologue à demander un suivi psychologique au sujet de problèmes existentielles. Il est à noter que ce suivi amènera la psychologue à se positionner sur la possibilité d'un douance.

  • Deuxième contact
Ma deuxième tentative s’inscrit dans une autre démarche, après l’échec de la première, celui d'un test de personnalité pour pouvoir dépasser l'horizon qui me contient, et d'infirmer ces allégations de douance à mon encontre.
Apres avoir collecter des adresses de psychologue auprès du référent régionale, que je remercie au passage, j'envoie un mail expliquant ma démarche. S'ensuit un entretien téléphonique ou j’espère que cette psychologue conforteras mon désir de normalité. Malheureusement, elle n'abondera pas dans mon sens.

Néanmoins, rendez-vous est pris pour me donner encore une chance de la convaincre.
  • Anamnèse
Le premier rendez-vous se passe bien puisque nous abordons pas, d’emblée, la question de la douance ...

En rentrant dans son office, il n'y a pas de place évidente ou s’asseoir. Il y a deux fauteuils, un canapé, et un bureau avec deux chaises. Je choisis le canapé.

Je parle de mon enfance et de mon envol de chez mes parents vers l’indépendance. En parlant, j'ai le sourire, j’apprécie cet exercice. Elle me questionne, demande des précisions. Petit à petit, ses questions se focalisent sur certains événements de mon enfance, je commence à me rendre compte, au fil de mes réponses, de la problématique qu'elle cherche à cerner, me laissant entrevoir l’énormité de mon problème. Elle me demandera, au moment de partir, si tout va bien, si je ne suis pas sujet à la dépression ... Petit commentaire qui me convainc du sérieux du problème qui m’amène à consulter.

Elle finira par parler du test psychométrique. Je lui réplique que ce test n'est pas essentiel pour moi, que seul le test de personnalité m'importe, que je souhaite un score proche de 100, de la normalité ... Je suis au bord des larmes.
  • Test psychométrique
En attendant la psychologue, je me répète - méthode Coué - que je dois passer ce test juste pour me révéler, rien d'autre.

Dans le cabinet, le bureau est compartimenté. Pas d'ordinateur, juste des feuilles et un cahier cache derrière un paravent fait de boite de rangement. Devant moi, rien ...
Je suis calme, je n’accorde pas une grande importance au résultat de ce test. C'est juste pour en apprendre plus sur moi, pour m'aider à m'engager dans une voie qui me permet de vivre une vie ordinaire ... du moins, le pensais-je ...

Je lui demande de me dire quand chaque test est chronométré, et puis, le test commence.

Elle sort des cubes, 6 - puis 9 - et un classeur avec des figures à reproduire. Le dernier, par sa présentation, me troublera légèrement. Ce test est bonifié par sa vitesse d’exécution. Au cours du test, mes bras tremblent. Mon implication me surprends.

Puis, le jeu des similitudes, elle m’énonce deux mots, et il faut trouver le rapports entre les deux. Les mots ne sont pas compliqués, et l'ensemble est amusant mais trop court
Ensuite, l’épreuve consiste à se souvenir de nombres, et les énumérer. Je donne des suites de nombres, je sais que je me trompe, mais la psychologue ne laisse rien paraître, ce qui me trouble.
Première épreuve écrite, Symbole, en écrivant j'ai l'impression que l'air se densifie, que mes gestes ralentissent. Malgré tout, les deux minutes passent trop vite, m’empêchant de terminer la dernière réponse.

Après l’épreuve écrite, un nouveau classeur avec des matrices, pas de chronomètre, je prends mon temps, j'analyse les matrices à voix haute. Puis, sur la dernière, je ne trouve pas une solution logique. La psychologue s'impatiente, et me demande une réponse. Je lui montre ma réponse, en expliquant que je ne sais pas l'expliquer. Elle m’affirme que c'est la bonne réponse, et que parfois, il faut laisser l'intuition choisir. Néanmoins, j'ai l'impression d'avoir triché.

De nouveau, une épreuve verbale, le vocabulaire, elle me demande des synonymes pour chaque mot énoncé. Parfois, c'est impossible de donner un synonyme qui correspond exactement au mot donnée, je complète mes réponses en expliquant pourquoi ce n'est pas un bon synonyme, je donne ensuite, une définition du mot ... Cet épreuve m'amuse également. nous parlons de Camus, aussi, pour souligner une définition, en débordant sur le sujet ... Parfois, elle me recentre sur l'exercice, demandant plus de concision dans la réponse.

Pour l’arithmétique, les calculs sont simples, et je pense que je réponds rapidement.
Dernier épreuve verbale pour la partie obligatoire, Information, je trouve les questions faciles mais l'ensemble de l’épreuve est trop court également
Pour le puzzle, je réponds après un soliloque sur mes réflexions.
Enfin le code, même impression de lenteur, incapable de mémoriser correctement le code, je n’arrive pas à finir la dernière ligne.

J'ai eu droit à deux subsets facultatifs, Compréhension et Balance. Pour Compréhension, dont les questions sont sur le comportement sociale, j'ai eu du mal à répondre franchement au question, ayant un réflexe pour donner la réponse entendue.

Le tout a pris 2 heures, je ne suis pas vraiment fatigué à l'issue du test, juste un relâchement du au stress, malgré tout. J'ai trouvé le test facile, un peu trop, avec l'impression qu'il ne va pas assez loin dans la difficulté. Remettant en question sa pertinence.

En sortant, la psychologue me dis de ne pas m’inquiéter, que j'ai 'surperformé' ... Jusqu'au jour de la restitution, je doute quand même de ma performance
  • Test de personnalité
Les deux test projectifs que j'ai passé sont le TAT et Rorschach. Ces tests furent bénéfiques parce qu'ils ont mis en lumière les constatations mises à jour par l’anamnèse. Les révélations que je fais sur moi sont importantes malgré l'impression d'avoir, inconsciemment, occultés certaines éléments de réponses. Ce que la psychologue remarquera et notera dans son compte-rendu.

J'avoue avoir été impressionné par la pertinence de l’interprétation des réponses fournies
  • Test psychométrique Junior
Mon fils de 5 ans a aussi passé le test. Ce qui fut une bonne chose, parce que cela a mis en évidence des lacunes dans la compréhension du français, qui n'est pas sa langue maternelle. En effet, il doit passer par sa langue maternelle pour traduire sa pensée en français. Ce problème de compréhension qui est en contradiction totale avec les dires de notre entourage ou de ses maîtresses.

Néanmoins, sa douance ne fait plus de doute et devra être réévalue après résolution de ses problèmes de compréhension. Cela nous permet d’appréhender la suite de ses études et d'orienter nos efforts pour l'aider à trouver sa voie. Je suis heureux de pouvoir l'aider.
  • Restitution
Le point qui me semble le plus important dans cette restitution, est la conclusion des tests de personnalité. Cela va me permettre de dépasser, comme je l'ai déjà dis, mon horizon actuel, et de tendre vers une plus grande normalité dans mes relations avec autrui, et, avec mon affect.

Concernant le test WAIS IV, je dois dire que mes 'notes' m'ont déçu. Ce qui est paradoxal vu que je ne me sens pas spécialement intelligent et que mon résultat final, me semble être une grande imposture. En me faisant penser que, finalement, les différences de notes entre écart types doivent être minimes, et, par conséquent, dépendante du niveau de préparation lors de la passation.

Elle me détaillé les notes des différentes épreuves :

ICV : 149
Informations : 19
Similitudes : 19
Vocabulaires : 17
Compréhension : 16 - Ne compte pas dans le calcul

IRP : 136
Cube : 17
Matrices : 15
Puzzles visuels : 16
Balances : 17 - Ne compte pas dans le calcul

IMT : 117
Mémoire des chiffres : 12
Arithmétiques : 14

IVT : 137
Code : 16
Symboles : 17

QIT : 146
IAG : 150

Pour l’épreuve de mémorisation, elle me dit qu'entre chaque épreuve, je ne vide pas complètement ma mémoire, et que certains nombre de l'exercice précédent s'invitent dans l'exercice suivant.

Même si ma douance ne semble pas faire de doute pour ma psychologue, mon QI est hétérogène. D'apres ce que j'ai pu lire, cela signifie que le QIT n'est pas significatif. Mon IMT 'faible' étant compensé par un IVT plus élevé. Ces notes me semblent, encore maintenant, abstraites, et ne semble ne refléter aucune réalité me concernant. Le percentile m'a permis d'appréhender le résultat.

Mon sentiment sur le test est le caractère volatile du résultat sur les extrémités. La perte de points est extrêmement rapide (Matrices - 1 fautes, Arithmétique : 2 réponses données hors temps), et la question de la pertinence du résultat s'en ressent. Néanmoins, ne connaissant pas la méthodologie permettant le calcul du score final, peut-être que cette perte de point est minorée dans le calcul final.
  • Digestion
Aujourd'hui, j'ai encore beaucoup de mal à me représenter comme quelqu'un ayant une certaine intelligence, couplé à une certaine vélocité. Je cherche mes mots quand je parle, j'oublie souvent, je réponds souvent à coté de la plaque ... Je pense, également, que la différence d'une ou deux bonnes réponses peuvent avoir un impact considérable sur le résultat ...

Le travail de la psychologue a été extraordinaire, me donnant des pistes - l'EMDR - pour résoudre mes problèmes d'affect pour m'assurer une certaine normalité dans mes relations avec le monde et avec moi-même. Par contre, le fait d’être THQI semble me contraindre à une certaine exclusion - source ici et ici, en espérant, que mon résultat soit surévaluer, et, par conséquent, pouvoir tendre vers une 'QI idéal' ...

Après relecture, je tiens à signaler que mon attitude ne se veut pas pédante, au contraire. Je comprends aussi que je dénigre le test parce que je n'accepte pas encore ses conséquences. Comme déjà insinué dans ce texte, je ne me réjouis pas de ce résultat que je considère comme un fardeau. Finalement, je souhaite vivre simplement, normalement, pour pouvoir me considérer l’égal d'autrui, même si cette dissolution dans cette masse m'effraie.

Bonne journée / soirée à vous

PS : Merci de m'avoir lu malgré la longueur du texte
PSS : J’apprécie les interventions faites par chacun sur ce forum, et, j'admire et j'envie la facilité et l’aisance que certains déploient dans la pertinence de leur réponse. Merci pour ces petits moments de plaisir.

Avatar du membre
lady space
Messages : 2009
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par lady space » jeu. 11 oct. 2018 14:54

Merci pour ce témoignage fort sympathique. J'aime bien ta manière de décrire ton vécu intérieur en analogie au monde juridique.

Maintenant, il n'y a plus qu'à renvoyer ton avocat du diable vers sa propre imposture et à embaucher un défenseur de la légitimité retrouvée (ou à trouver, c'est selon). ;)

Petite question (presque) hors sujet : qu'est-ce qui te fait penser que les interventions que tu lis sur ce forum ont été rédigées avec "facilité et aisance ... déployées dans la pertinence des réponses" ? À l'écran, on ne voit que le résultat, mais on ne peut pas savoir combien de temps et d'effort quelqu'un a pu investir pour produire ledit résultat.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Heidoji
Messages : 26
Enregistré le : mer. 17 janv. 2018 09:32
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Heidoji » jeu. 11 oct. 2018 22:11

Cet analogie est le reflet du vécu. Concernant la partie adversaire, elle n'a fait que son travail. Maintenant, plus de débat, plus d'empoignade, cela me fatigue. je penche plus pour un centre de réinsertion, si tout de fois, cela est possible.

Pour les interventions, tu as raison, je ne vois que le résultat final, sans considération pour le travail effectué, tel une oeuvre exposée. Néanmoins, je me régale en lisant la pertinence des réponses et le rhétorique lors des échanges, avec une pointe d'envie.

Merci pour ton message, ce n'est pas évident de s'exposer à la vue des autres, surtout cette partie-la ...

Avatar du membre
Swinn
Messages : 111
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 53

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Swinn » ven. 12 oct. 2018 00:05

J'ai vécu aujourd'hui une journée empreinte d'une haute fébrilité intellectuelle.
J'ai lu l'intégralité des 37 pages de ce fil.

Ayant découvert tellement d'expériences si particulières et pourtant parfois si étonnamment semblables c'est à moi de vous raconter mon test.

Un jour, à la fin de l' été j'ai décidé de vouloir connaitre la valeur de mon quotient intellectuel.
Je voulais juste le résultat froid, brut, et clinique d'un simple chiffre de QI.
C'est aussi simple que cela.

C'est devenu brutalement, je ne sais ni comment ni pourquoi, une impérieuse nécessité.
Un matin je suis réveillé avec cette idée fixe, obsessionnelle, qui tournait dans ma tête, comme un air de musique que l'on ne parviens pas à chasser.
Je devais passer ce fameux test de QI

Sur quel critère choisir LA ou LE psy lorsqu'on habite sur Paris ?
Un site ? Un discours ? Un tarif ? aucune idée, il n'y a que l'embarras du choix.
Alors pour faire simple, j'ai choisi ma psy car je lui trouvais la tête de l'emploi.
J'ai aimé sa photo sur son site. Je me souviens m'être dit en la voyant, tiens celle là elle une tête de scientifique, et pas de psy de magazine féminin, c' est elle qu'il me faut.

Téléphone, prise de contact plaisante, présentation, non je ne connais pas les tests mais surtout ne m'en dites rien, rendez-vous dans 3 semaines à 9h, je vous envoie par mail quelques jours avant des petits tests préliminaires à faire, avec plaisir, c' est parfait merci beaucoup et bonne journée.

J' ai vécu les 3 semaines d'attente mollement, à ne presque rien faire entre sport, musique, et dépense d'argent que je ne gagne pas...
J' ai surtout beaucoup lutté contre une sourde et pesante angoisse qui me rongeait l' estomac et me pourrissait le sommeil.

Enfin !
Je me présente au rendez vous fébrile et le cerveau haché menu par l'insomnie de la nuit précédente.
Nous parlons de moi puis des conditions de passages des tests.
Mon état psychique est mauvais mais je décide malgré l'avis du psy de franchir le pas.

C'est parti !
J'échoue au dernier cube, je rate une similitude, je plante une définition, je tente ma chance sur une matrice, je bute sur un calcul, je trébuche sur la mémoire et je ne termine aucun tests de vitesse.
Voila c' est terminé.

Je me suis bien amusé, j'ai bien réfléchi, j'ai bien souffert aussi c'est certain, mais pas tout le temps quand même.

Je quitte le cabinet puis reviens une heure après pour les premiers résultats.
Félicitations vous faites partie des 0,8 % supérieurs avec, regardez, des résultats très très homogènes, vous possédez une belle mécanique intellectuelle.
Ah bon ?
Oui regardez les résultats c' est indéniable.
Merci.

C'est bien, j' ai obtenu ce que je désirais très fort : un beau chiffre de QI
Cela confirme une sensation que j' ai toujours supposée et pour laquelle je suis en droit de légitimement poser un joli mot : je suis surdoué.
Je suis un peu déçu tout de même, le chiffre est honorable mais je m' en veux d' avoir fait certaines erreurs qui m' auraient sans elles permis d' atteindre la dizaine supérieure.
C'est un des drames de ma vie, je ne suis jamais content de ce que j'ai.

Rentré chez moi , je découvre et je m'inscris sur ce forum dont je dévore compulsivement tous les fils.
La sidération, bientôt me tombe dessus comme une masse.
Je prend conscience de l'ampleur que signifie la douance.
Qu' est ce que je vais faire de cela ? Quel gâchis !
Comment vivre maintenant ?

Je suis retourné voir la psy pour le bilan global une semaine après.
Je suis toujours sidéré, comme anesthésié et si une partie de moi est bien contente, l' autre ne s 'est toujours pas remise de se savoir objectivement hors norme sans savoir qu'en faire.

J'ai lu ici quelque part : le premier jour du reste de ta vie. Même si la formule est convenue, je l' aime bien.

J'ai envie de me faire tatouer une représentation symbolique de mon score.

La psy m'a conseillé 2 personnes que je vais voir bientôt.
Tout cela est bien complexe.

Avatar du membre
blue hedgehog
Messages : 59
Enregistré le : jeu. 5 juil. 2018 13:53
Présentation : Coucou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Lux
Âge : 37

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par blue hedgehog » ven. 12 oct. 2018 10:15

Salut la compagnie,
J'ai reçu les résultats de mon test cette semaine. Mardi pour être exacte.
C'est très bizarre, les trucs dont je pensais que je sais bien les faire et aussi que j'aime bien sont finalement ressortis avec des scores moins élevés (relativement) et à ma grande surprise c'est le verbal qui a "cassé la baraque". La psy m'a dit que le test que j'ai effectué, le Wais IV (partie verbale), était là à sa limite, que si ça se trouve mon indice réel pour la partie verbale est au dessus des 150.
Je suis super super étonnée. Je n'en reviens toujours pas, alors que 3 jours ce sont écoulés.
C'est vrai, les questions du test concernant le verbal ne me paraissaient pas difficiles du tout. Mais en fait rien n'était trop trop compliqué, c'est sur que après la xieme répétition de l'exercice de mémoire immédiate j'ai déconnecté et que je n'ai pas un score "parfait", mais je suis sure que dans des conditions idéales, par exemple réellement avoir dormi les 3 jours avant le test, le score serait sans doute meilleur. Et, je ne suis pas très rapide d'une manière générale, je vais plutôt doucement et surement qu'à la va-vite (sauf quand je conduis ou c'est vite et sur :huhu: ). Il parait que ma récente dépression et mon état encore quelque peu fragile de ce côté là, n'aident pas non plus.
Ce qui m'amène à vous parler de cette appréhension de ce stress que j'ai ressenti avant et le jour du test (j'ai fait les 2h en consécutif) mais surtout avant et le jour des résultats. C'est quelque chose de tout à fait irrationnel, j'en étais à ne plus savoir (et je crois que je ne sais toujours pas) si finalement c'est mieux d'être HP ou pas ou plutôtsi c'est mieux de savoir si on est HP ou pas. Après tout, il y a un certain réconfort à se dire qu'on est dans la norme. Mais visiblement la norme ne m'aime pas, je serai toujours "à part", c'est frustrant, je trouve.
J'ai énormément ruminé, fabriqué des scénarios, pensé à m'enfuir etc. Finalement, c'est la curiosité qui la emporté, et finalement aussi, heureusement que le test en lui-même est suffisamment "ludique" que pour être surmontable.
J'étais venu faire un tour sur ce forum au début de l'été pour me faire une idée de ce que peut être la douance, au delà des chiffres et statistiques, je n'ai pas osé trop m'attarder ne me sentant pas "légitime". Maintenant que le test est fait et que le résultat est là, je ne me sens pas plus légitime mais j'ai besoin de nouvelles réponses et quel que part de m'exprimer, et donc, me revoilà.

Merci à tous ceux qui auront pris le temps de me lire et aussi à tous ceux qui font "marcher" cet endroit.
Une bougie offre sa lumière aux alentours, pendant qu'elle se consume. (Proverbe chinois)

Différente
Messages : 224
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 29

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Différente » jeu. 1 nov. 2018 11:50

Swinn a écrit :
ven. 12 oct. 2018 00:05
C'est bien, j' ai obtenu ce que je désirais très fort : un beau chiffre de QI
Cela confirme une sensation que j' ai toujours supposée et pour laquelle je suis en droit de légitimement poser un joli mot : je suis surdoué.
Je suis un peu déçu tout de même, le chiffre est honorable mais je m' en veux d' avoir fait certaines erreurs qui m' auraient sans elles permis d' atteindre la dizaine supérieure.
C'est un des drames de ma vie, je ne suis jamais content de ce que j'ai.
Je suis un peu comme ça aussi.
Je regrette de ne pas avoir fourni les derniers efforts pour grappiller quelques points et atteindre le score désiré...
Ça n'a pas tellement de sens mais c'était important pour moi.
Tu passes la moitié de ta vie à hésiter avant de te décider de quelque chose et le reste du temps t'es pas sur d'avoir pris la bonne décision.

Avatar du membre
W4x
Messages : 3610
Enregistré le : lun. 21 nov. 2011 23:19
Présentation : c'était là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36
Contact :

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par W4x » jeu. 1 nov. 2018 19:00

Justement, ce qu'on perçoit comme des "erreurs" qu'elles soient évitables ou non, ne sont-elles pas dans une certaine mesure partie intégrante de ce que nous sommes ? La question de l'acceptation étant mise à part.
Dans le cadre d'un test de QI la question d'"efforts supplémentaires" me semble assez hors de propos, au sens psychométrique. De deux choses l'une : soit on a traité la passation par dessous la jambe et l'on peut "regretter" d'une certaine façon son résultat, soit on a fait ce qu'il fallait et le résultat est ce qu'il est (merci Captain Obvious). Reste la question du biais d'entraînement, mais si l'on entre dans ce genre de considération, on n'est déjà plus dans l'évaluation objective (ce qui n'est certes pas forcément facile à la base).
Il me semble important de ne pas perdre de vue que le test n'est pas un examen et que son résultat ne change pas qui on est, non ça c'est répété partout :P certes le point qui fait la dizaine de plus change plein de choses aux niveaux esthétique, numérique et narcissique, mais en a-t-on tant besoin que ça au quotidien ? :glasses:
Was zurück bleibt, ist Erinnerung.

Avatar du membre
Swinn
Messages : 111
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 53

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Swinn » sam. 3 nov. 2018 00:18

Ces erreurs W4x, je ne le sais que trop, font partie de mon fonctionnement. J'ai raté des questions de difficulté intermédiaire là où je réussissais les simples et les difficiles.
C' est quelque chose de courant chez moi, ce n' est pas pour autant que l'accepte aisément, et ça depuis toujours.
Aussi, malgré le beau chiffre et la surprise de la très grande homogénéité du résultat, j' éprouve un sentiment d'inachevé plus qu'un sentiment d'échec.
Je ne pense pas que j'aurais éprouvé ceci si j'avais échoué que, et uniquement aux questions les plus ardues.

Pour répondre à ta question finale, dont je trouve la formulation un peu condescendante, mon quotidien est aussi et en large partie animé par des sentiments esthétiques et narcissiques qui participent de la restauration de mon estime personnelle.
Alors oui, le baume de la dizaine supérieure, plus et mieux encore, aurait apaisé le feu de quelques vieilles écorchures intimes, c' est pour ça que j'y accorde de l'importance.

C'est peut être un caprice de petit garçon riche que j' expose ici, sans doute cela passera avec le temps, mais aujourd'hui, c'est ainsi que je le pense et que je le vis.

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 370
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Fish » sam. 3 nov. 2018 12:32

Je n'y vois personnellement aucune condescendance, juste une incitation à relativiser ces questions.
Sans aucun mépris, tu manques encore de recul et tu attaches beaucoup trop d'importance aux chiffres. C'est normal au début. Ça s'estompe avec le temps, quand on se rend compte qu'on ne sait pas vraiment relier les chiffres à des capacités dans le monde réel. Que peut-on faire quand on a un QI de 140 qu'une personne avec 110 ne pourrait pas faire ? On n'en sait pas grand chose, seulement quelques corrélations entre QI et réussite scolaire ou job. Si ça se trouve, les capacités cognitives de ces deux personnes sont en fait très proches, et la différence entre 110 et 140 pourrait être infime.

Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 53
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9657
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : en haut de la tour eiffel
Âge : 40

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Bulle d'o » dim. 4 nov. 2018 03:15

je me suis auto-censuré... je voulais vous dire que je n'avais pas passé le test mais que je vais le faire bientôt et je voulais vous raconter l'expérience vécue par la passation de deux tests, par procuration... ceux de mes enfants. Mais en pleine écriture, je ne sais pas... j'ai du appuyer sur une croix pour fermer la fenêtre...
Ca a du être plus fort que moi, je me disais que je n'étais pas à la bonne place en racontant du test qui n'est pas le mien, et pourtant :)

Mye
Messages : 6
Enregistré le : ven. 2 nov. 2018 18:23
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Mye » lun. 5 nov. 2018 00:26

Pour répondre à la question posée : mal, assez mal même... au bord du malaise vagal, transpirante, stressée comme si je repassais le concours de médecine de première année...pfff

Le contexte était particulier : 4 mois après que mon ex-mari m'ait quittée après 13 ans de vie commune et 1 enfant, je commençais à peine ma phase de guérison, plongée dans un questionnement sans fin "mais qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez moi ?!" et parallèlement le fils de 8 ans de mon collègue avait été diagnostiqué 3 mois auparavant. Alors entre une introspection qui tournait en rond et un collègue n'arrêtant pas de me comparer à son fils... j'ai pris mon courage à 2 mains et j'ai appelé une neuropsychologue que l'on m'avait conseillée.

Précautions préalables "ne prenez pas de garde de nuit la veille du test, dormez correctement et ne buvez pas outre mesure". Evidemment, je n'ai ni bu à outrance ni pris de garde. Quant à dormir....

Le jour dit, la dame vient chez moi. J'ai froid, j'ai chaud, je lui dis "vous savez, je ne crois pas que ça soit une bonne idée, je me suis trompée, je n'ai aucun don donc je préfère ne pas vous faire perdre de temps". Elle a souri et m'a dit "asseyez-vous, ça va bien se passer". Tu parles...

Durant l'entretien préalable, je me détends un peu, je parle. Elle sourit toujours "bon, on commence maintenant ?"

Froid, frissons, transpiration... tellement crispée que j'ai les mains moites. On commence avec les tests du langage : je trouve ça simple et même agréable à faire. Elle sourit. C'est trop court, dommage...Le dessin à retranscrire, je m'en sors, les cubes... un enfer. Elle sourit toujours et me dit "on va jouer avec les chiffres". Angoisse totale... je suis une scientifique qui déteste les chiffres, ils s'embrouillent, se mélangent tout le temps et me demandent trop d'effort...j'ai appris plus tard que ça avait un nom en dys-. Bref, ce test-là est catastrophique. Je me rattrape par mal aux tests de vitesse de traitement, ça c'est cooool mais trop court. Puis viennent les tests d'exécution. Pas trop mal... mais je ne me sens pas très bien, je suis fatiguée, j'en ai ma claque d'autant que j'ai l'impression d'être très à la masse. Et elle, elle sourit toujours. Au bout de 2h45.

A la fin, elle me dit "alors, ça a été finalement, vous voyez ?" Hein ? Euh... vous êtes sûre ? parce que moi je le sens pas... "je ne suis pas sûre tant que je n'ai pas fait l'analyse globale, mais je peux vous assurer que ça s'est bien passé et que vous avez eu une bonne intuition vous concernant". Gloups...

Trois jours plus tard, elle me rappelle "Il faut que je vous fasse repasser d'autres tests". Quoi ?? ah non, hein, une fois la torture pas deux ! Une sombre affaire de résultats hétérogènes pouvant être causés par des troubles attentionnels. Ah...bon bah si c'est ça allons-y. Et c'est reparti pour une heure de tests. Ce jour-là, je me sentais bien mieux. Chat échaudé avait mieux dormi pour contre-attaquer.

Quinze jours plus tard, l'affaire est bouclée. Voilà, votre QIT n'est pas calculable mais vous êtes HPI. Ah ... Et maintenant ?

C'était il y a presque 1 an, mais c'est une autre histoire...

Bises à tous et merci à ceux qui ont lu jusqu'au bout

PS : c'était assez drôle de raconter tout ça ;)

Avatar du membre
Rolline
Messages : 15
Enregistré le : mar. 31 mai 2016 12:26
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Rolline » mer. 7 nov. 2018 18:58

J'ai passé le test il y a quelques jours. Je suis arrivée stressée et repartie dégoutée.

Cependant, ni la neuropsychologue ni même l'endroit ou cela se déroulait n'était en cause. Le cadre m'a semblé professionnel et relativement confortable.

Non, tout venait de moi, de ma capacité à me mettre une pression incommensurable et de ma volonté de maîtriser le résultat à obtenir en fonction d'objectifs conscients...et puis les choses de la vie aussi...

Premièrement, ce que ce passage de test et les résultats qui en découleraient aller représenter:
- la résolution d'un tabou familial
- la confirmation ou l'infirmation des dires de plusieurs personnes (dont des professionnels du domaine) et de mes propres doutes
- la mise a nu de mon fonctionnement, ou tout du moins d'une partie non négligeable de celui-ci, alors que cela fait 34 ans que je tente de l'atténuer, de le masquer...
- la confrontation avec un contexte me rappelant les périodes scolaires dont je n'ai pas de très bons souvenirs

Pour ce qui est des choses de la vie, le décès de mon grand père quelques jours avant, il ne me semble pas l'avoir mentionné à la neuropsychologue, aller savoir pourquoi...peur que ça soit pris en compte avec le manque de sommeil et le stress...non, il y avait déjà suffisamment "d'excuses" comme ça... en parlant d'excuse, il y en a une autre que je n'avais pas exprimer car je l'ignorais, mais cela provoque pas mal de fatigue surtout au début...

J'ai passé le test par besoin de vérité et après coup, sans aucune mauvaise foi, je pense qu'il y a quand même de sacrées lacunes dans cette évaluation. Néanmoins, je suis plutôt contente d'avoir poussé la porte d'un professionnel pour passer ce fameux test. Je ne suis pas souvent pleinement satisfaite de ce que j’entreprends mais là je suis satisfaite de mon courage... j'ai la sensation d'être le premier de cordée, je ne connaissais pas le chemin, mais j'en avais l'intuition, j'étais épuisée, j'ai trébuché, je me demandais ce que je faisais là, je me suis un peu abîmée mais le passage est à présent sécurisé...

Au delà du bilan de la neuropsychologue, j'entrevois déjà ce à quoi cela va me servir pour compléter l'autoanalyse de ma façon d'être.

Galou666
Messages : 4
Enregistré le : ven. 16 nov. 2018 12:09
Profil : En questionnement
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Galou666 » lun. 19 nov. 2018 14:45

Test passé jeudi dernier, maintenant j'attends les résultats...

J'ai passé un premier entretien fin octobre et j'ai beaucoup parlé de moi, mon enfance, adolescence, mes études, ma vie actuelle, mes choix, ma manière d'aborder les choses... Ce premier entretien a duré une heure. Auparavant j'avais échangé au téléphone avec elle et j'avais osé (qu'est ce que j'ai pu préparé ce premier échange téléphonique) dire que je souhaitais faire un test QI et pour quelles raisons...

Jeudi dernier donc passage du test. La nuit précédente j'ai très mal dormi car j'ai du gérer un choix important le mercredi juste avant. Du coup 4h du matin réveillée et ensuite impossible de me rendormir à cause du stress qui monte. Et si je faisais fausse route, et si je le ratais et si, et si...
Bref étrangement dans le coton dans lequel j'étais le matin, j'ai réussi à me focaliser sur mon travail et j'ai plutôt bien avancé. Midi le stress remonte, j'ai du mal à manger. Départ, elle m'accueille, entre temps je fais des exercices de respiration pour me calmer et ne pas partir en courant.

Bref, elle m'explique la manière dont ça va se passer, me demande mon état d'esprit... Et puis go, j'ai mis un peu moins d'1h30 pour faire l'ensemble du Wais IV et elle a ensuite rajouté 2 subtests.
De manière globale, la psy est restée neutre, mais rassurante, je me suis sentie en confiance. Elle m'a demandée plusieurs fois si je voulais faire une pause, j'ai juste demandé un verre d'eau.
J'ai plutôt passé un bon moment, quand elle m'a demandé si je me sentais capable de faire 2 subtests supplémentaires j'ai approuvé en disant que je trouvais ça sympa. Beaucoup de stress à des moments où j'avais l'impression de bloquer ma réflexion et de ne pas me faire confiance.

Cubes : je stresse comme une malade et finalement tout se passe bien sauf le dernier où je fais un blocage "je suis nulle je peux pas y arriver"
Informations : idem je fais de gros blocage sur certaines réponses, je visualise mais impossible de trouver les mots ou j'ai la réponse mais je me dis que c'est pas la bonne et donc ne la donne pas
Similitudes : là je me sens à l'aise, à des moments elle me demande des précisons
Vocabulaires : mis à part le dernier où j'ai du mal à apporter une définition me satisfaisant cela me semble assez "simple"
Matrices : je suis super à l'aise, ça me semble fluide, sauf que le dernier où elle me demande pourquoi ce choix, je suis incapable de lui expliquer comment je fais. Je sais qu'elle m'observe mais j'essaie de me détendre (genre le prof au dessus de l'épaule)
Puzzles visuels : idem je me sens à l'aise, ça me semble "facile", ça m'amuse (elle me fait la remarque et me dit qu'elle voit que je supprime dès le départ des hypothèses)
Mémoire des chiffres : alors là gros questionnement, je pense ne pas avoir bien réussi, du mal à me focaliser sur cet instant, esprit qui part à droite à gauche, qui se demande quelle est la meilleure technique à déployer, et du coup une retenue hasardeuse des chiffres
Arithmétiques : inquiétude au départ, ayant un passif avec mon père sur les maths et finalement ça aurait pu être pire. Je peste car idem du mal à retenir les nombres donnés, je sens des blocages, mais j'ai la logique de la résolution...
Codes : elle a été impressionnée par ma vitesse et me demande ma technique, car elle voit bien que je ne fais pas appel qu'à ma mémoire (quand je vous dis qu'elle observe). J'essaie de lui expliquer que je lis à 2 niveaux : un global et un précis avec en plus un temps d'avance (c'est absolument pas clair)
Symboles : moins rapide que pour les codes mais j'ai accéléré tout au long de l'exercice et elle l'a noté

Chiffres et lettres : un peu comme la mémoire des chiffres même si à mon sens c'est moins pire. J'essaie une technique différente des chiffres et propose à la fin une technique qui me semble plus aboutie.
Balances : comme les matrices et les puzzles, ça me semble fluide et logique, j'hésite rarement et je ne pense pas avoir fait d'erreur.


A la sortie je me sens en pleine forme, heureuse et fière d'avoir osée... Sur la route je repense aux erreurs et là je redescends : un je ne vois que ça, mais comment as-tu pu louper ça ou ne pas te rappeler de ça... Ou mais bien sûr c'était ça la réponse. J'arrive chez moi et je fais le dernier cube et je me dis que définitivement si j'ai raté ça, si simple, c'est que je n'en suis pas. Ensuite vers 21h je suis juste fatiguée, je sens que mon cerveau a travaillé.

Je lui ai envoyé un SMS vendredi car j'avais oublié de lui dire que j'avais été diagnostiquée dyslexique en CP et que j'avais été accompagnée par une orthophoniste durant 2 ans. Elle m'a remerciée en me disant que c'était le genre d’éléments qui étaient intéressants.


Du coup résultat le 30 novembre, encore 11 jours quoi ça va être définitivement long de patienter

Avatar du membre
Fu
Messages : 332
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Fu » lun. 19 nov. 2018 19:40

À moins que tu ne te plantes complètement sur l'interprétation de tes performances durant ce bilan, on dirait qu'il a été plutôt facile pour toi. Et il est loin de l'être. :)

Répondre