Le Bore-Out

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar du membre
Jean-Louis
Messages : 23
Enregistré le : ven. 1 juin 2018 08:50
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9375
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Le Bore-Out

Message par Jean-Louis » mar. 19 juin 2018 08:38

J’ai changé de travail il y a 10 mois. Je l’ai exercé pendant 5 ans et demi. Il était très technique et très réglementaire (je suis fonctionnaire d’état), et les 3 premières années c’était super. Il y avait beaucoup de choses à faire, à voir dans toutes les directions. En bout de 2 ans j’avais fait le tour, on va dire du travail quotidien, de la base, des 90% que l’on rencontrait le plus. J’ai commencé à creuser certaines problématiques, je me mettais un mois ou 2 à fond sur un sujet qui était mal maitrisé. Je rédigeais des notes que je faisais suivre à ma hiérarchie. Je devenais une espèce de spécialiste du mouton à 5 pattes. J’en savais plus que la plupart de mes collègues et chefs. Moi, ça me plaisait énormément. Je me suis rendu compte au bout de quelques temps que ma hiérarchie s’en tamponnait complétement. Je m’en foutais et je continuais. Vu que je maitrisais bien, j’ai aussi participé à la rédaction d’un sujet de concours.

Et puis un jour grosse groooosssssse lassitude, j’avais beaucoup creusé, pondu plein de notes que personne ne lisait. Je ne trouvais plus rien à creuser ou je me suis lasser de creuser. J’ai commencé à m’ennuyer comme jamais. Je faisais mon travail (en gros ça me prenais certaine semaines pas plus d’une demi-journée). Et le reste du temps, je zonais sur internet. Et même des fois je m’ennuyais tellement que je travaillais. Je me gardais du travail à faire pour les moments ou j’étais au maximum de l’emmerdement. Seules les échéances et la contrainte du temps pouvaient me faire travailler. J’attendais la dernière minute pour que la pression soit suffisante pour me pousser à travailler. Je passais mes journées, apathique, dans mon bureau à surfer mollement sur internet, je jouais aussi à des jeux en Flash. Même ça au bout d’un moment je m’en suis lassé. J’avais honte aussi, je ne suis pas trop mal payé et je me disais : « Tu as vu combien tu es payé et tu ne fous rien de tes journée, et après tu vas te plaindre qu’on critique toujours les fonctionnaires ? ». Ça a été ça pendant 2 ans, plus rien à apprendre, des journées d’une longueur sans nom. J’ai essayé sans succès de bouger sur des postes qui m’intéressaient. Puis j’ai fini par postuler sur n’importe quoi, pour changer. J’avais l’impression vers la fin de régresser intellectuellement de me légumifier, de me zombifier. L’horreur. Plus rien pour stimuler le cerveau. Ça commençait à sérieusement m’attaquer le moral. Il fallait partir sur du complètement nouveau. Ce que j’ai fait il y a 10 mois. Le poste est beaucoup moins technique, et là, je recommence à m’ennuyer…

Répondre