Et SI le test disait non...

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 547
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Fish » dim. 6 janv. 2019 01:06

Ce n'est pas qu'un avis personnel, mais un fait officiel. Si les tests de Mensa ont bien une base psychométrique, ils restent limités par le principe même des tests papier-crayons sur table. L'association précise sur son propre site qu'il ne s'agit pas de tests de QI. Ils n'évaluent que certaines dimensions de l'intelligence, et en n'utilisant que certains canaux de perception. Il semble, mais ce n'est pas un info qui résulte d'une étude scientifique, que les limites soient particulièrement importantes pour les profils hétérogènes.

Line
Messages : 32
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 22:07
Présentation : viewtopic.php?t=9798#p285377
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 29

Re: Et SI le test disait non...

Message par Line » dim. 6 janv. 2019 22:15

Alors, moi, en fait, j'ai très peur que le test dise non.
Pas parce que je pense que c'est un atout ou un "plus" d'être HP, mais si effectivement je suis HP, cela me donnera des clés sur la compréhension de moi même.
Dans ce cas, j'aurais des réponses sur moi même, certaines situations auront des raisons de s'être passé ainsi, tandis que, si le test dit non, j'ai peur de rester avec mes questions et incompréhensions sur moi même.

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1393
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Et SI le test disait non...

Message par Unesoprano » dim. 6 janv. 2019 22:25

Si je puis me permettre, si le test dit non, cela répond déjà à une question. Et heureusement, on peut entrer dans un processus d’introspection et de compréhension de soi sans être HP. Et je connais des HP qui n’ont jamais pris ce chemin!! Tout est possible : passer le test est un début, le reste, c’est un chemin. :ensoleillé: :tourne:
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire

Avatar du membre
pandamonium
Messages : 110
Enregistré le : jeu. 30 août 2018 17:37
Présentation : banzaï!
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: Et SI le test disait non...

Message par pandamonium » lun. 25 févr. 2019 10:51

Unesoprano a écrit :
dim. 6 janv. 2019 22:25
passer le test est un début, le reste, c’est un chemin. :ensoleillé: :tourne:
C'est joliment formulé.

Mariesand
Messages : 24
Enregistré le : jeu. 21 févr. 2019 11:17
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Et SI le test disait non...

Message par Mariesand » jeu. 28 mars 2019 12:00

Bonjour à tous,

Pour ma part, c'est mon médecin généraliste qui ma émis l'hypothèse de... (voir ma présentation si cela peut vous éclairer davantage ! ;) )
J'ai très peur de passer ces tests (comme beaucoup ici d'ailleurs)
Pour plusieurs raisons,
la première, parce que je ne me sens pas intelligente, ni plus ni moins que les autres, et que le simple fait de demander de passer ce test me fait rougir de honte... (je me prends pour qui ?) et rien que d'imaginer être face à ce psy (pourtant j'ai l'habitude, j'en ai vu plus d'un !!), j'ai peur de me ridiculiser, de ne pas être à la hauteur, de passer pour celle qui ose prétendre que.., etc...
La deuxième, c'est que je sais par expérience, lors de ma scolarité, que lorsque je ne trouve pas, ou que ça me semble compliqué et me demande des efforts, je peux tout envoyer balader et me bloquer totalement (me fermer comme une huître, pleurer, etc), tellement je peux avoir honte de me trouver aussi minable, je m'en veux et me confine dans "t'es trop nulle de toute façon", et ça j'ai beaucoup de mal à le gérer !
La troisième découle de la deuxième... c'est que si ce test est négatif, j'aurais toutes les raisons du monde pour continuer l'autoflagellation (symbolique!) que je m'inflige depuis... 53 ans !! mon estime de moi est très basse et étant perfectionniste, je mets la barre tellement haute que je suis sure de ne jamais l'atteindre ce qui me donne toujours une bonne raison de me trouver incapable..... (qu'est-ce qu'on peut être compliqués ! :doh: )
Et la quatrième, c'est que même si ce résultat était positif et que j'avais 130 par exemple, je suis certaine que je trouverai le moyen de me dire que c'est pas terrible, et que j'aurais pu avoir 140.... (bah vi c'est jamais assez !)

le dilemme étant que d'un coté, ce test répondrait à beaucoup de mes questionnements, m’éclairerait quant à ma personnalité, mes ressentis, mes travers, mes comportements parfois incompréhensibles et un champ des possibles qui pourrait m'autoriser à retrouver un peu de confiance en moi.
De l'autre, j'ai peur que ce test ne soit pas à la hauteur de mes attentes et me cantonne dans mon insatisfaction permanente...

C'est pas simple tout ça !

Mariesand

Avatar du membre
Holi
Messages : 621
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Et SI le test disait non...

Message par Holi » jeu. 28 mars 2019 12:28

Beaucoup de ce que tu écris fait écho pour moi... Non ça n'est pas simple et la peur est sans doute le pire des freins.

Lors de l'évocation d'une possible douance par ma psy ça a été un cataclysme, il y a eu la boulimie frénétique d'informations, les allers retours "oui c'est peut être possible" "non ça ne peut être moi" incessants, j'ai tout remué de la cave au plafond de mon "moi" pour essayer de savoir, et à un moment donné je n'ai plus pu supporter l'incertitude. N'importe quel résultat valait mieux que cette obsession, il fallait juste que je me retrouve dans ces tests, que le résultat quel qu'il soit me ressemble pour que je puisse me l'approprier.

On en revient à notre échange sur un autre fil, il faut que cela soit le bon moment et que l'on soit prêt à se rencontrer et à essayer de s'accepter pour ce que l'on est, pas plus, mais pas moins non plus :clin:
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

Avatar du membre
Laurène Bancale
Messages : 61
Enregistré le : mer. 20 févr. 2019 13:03
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: Et SI le test disait non...

Message par Laurène Bancale » jeu. 28 mars 2019 12:59

Mariesand a écrit :
jeu. 28 mars 2019 12:00
Et la quatrième, c'est que même si ce résultat était positif et que j'avais 130 par exemple, je suis certaine que je trouverai le moyen de me dire que c'est pas terrible, et que j'aurais pu avoir 140.... (bah vi c'est jamais assez !)
Celle-ci, j'aurais pu l'écrire :huhu:

Je suis pour ma part dans un cas assez similaire au tien, dans la mesure où l'hypothèse de la douance m'a été suggérée par un professionnel (une psychologue, dans mon cas). C'était il y a deux ans.
Au-delà des questions de coût financier important, je pense que ce qui m'a empêché de passer le test depuis tout ce temps, c'est la peur de le "rater".

La performance intellectuelle a toujours été compliquée émotionnellement pour moi : au collège, par exemple, j'avais presque toujours de bonnes notes et, quand j'avais "uniquement" 15, ma mère me demandait immédiatement pourquoi j'avais perdu des points... Dans un autre registre, mon père m'a toujours traitée d'égal à égale lors des débats intellectuels, même lorsque j'étais enfant. Je me souviens d'une scène de vacances de mes 12 ans où ma tante essayait de me réconforter parce que je m'étais mise à pleurer après qu'il m'ait poussée dans mes retranchements dans une discussion (sur je ne sais plus trop quoi, d'ailleurs, je crois que c'était un truc sur la construction européenne).
De manière générale, malgré de régulières félicitations du corps enseignant, j'ai toujours eu l'impression de n'être "pas assez" intelligente, et je me suis toujours méprisée pour cela. Ça n'a pas facilité mes relations avec les autres, cela dit, puisque, lorsque je rencontrais quelqu'un que je percevais comme "moins intelligent" (mesure pifomètrique, de la société Pifomètrica© :emo: ), je ne pouvais m'empêcher de ressentir du mépris pour lui également. Puisque, si moi j'étais au niveau 5 alors qu'il fallait être au niveau 10 et que j'étais une grosse nulle pour ça, alors comment considérer quelqu'un qui était au niveau 2 ou 3 ? Et, en même temps, je me méprisais de le mépriser car, vraiment, il fallait être une personne terriblement mesquine et mauvaise pour mépriser les gens comme ça...
Bref, je digresse largement mais, oui, voilà, être intelligente, à tort ou à raison (sans doute beaucoup à tort), est une chose importante pour moi.

C'est pour cela que je retarde la passation de la WAIS. Parce que je sens que je ne suis pas prête à être satisfaite d'un score inférieur à 130.

D'autant que, si j'essaie de m'auto-placer sur la courbe de Gauss, j'aurais plutôt tendance à me mettre quelque-part autour de 120. Et je commence à me dire que ce n'est pas "si mal", et que ça correspond plutôt à mon évaluation subjective de "moi parmi les autres" (ceci est encore une mesure pifomètrique, de la société Pifomètrica© :emo: :emo: ). Et, si ça se trouve, le score sera même moindre, et je pourrais me dire que, effectivement, j'étais vraiment une sale bêcheuse :lol:
Je commence tout doucement à accepter que ce n'est pas un concours, avec une maman fictive qui viendrait me traiter comme l'Être élue en me jetant des poignées de riz à rayures blanches et noires en bavant devant ma magnificence cérébrale, mais simplement un outil d'évaluation cognitive qui pourrait me fournir des renseignements utiles sur mon fonctionnement, quel que soit le résultat. Mais mes impressions et affects varient beaucoup selon les jours. L'attente me semble donc préférable pour le moment.
"La meilleure philosophie, relativement au monde, est d'allier, à son égard, le sarcasme de la gaieté avec l'indulgence du mépris."
Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées.

Mariesand
Messages : 24
Enregistré le : jeu. 21 févr. 2019 11:17
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Et SI le test disait non...

Message par Mariesand » jeu. 28 mars 2019 14:04

Holi a écrit :
jeu. 28 mars 2019 12:28
Lors de l'évocation d'une possible douance par ma psy ça a été un cataclysme, il y a eu la boulimie frénétique d'informations, les allers retours "oui c'est peut être possible" "non ça ne peut être moi" incessants, j'ai tout remué de la cave au plafond de mon "moi" pour essayer de savoir, et à un moment donné je n'ai plus pu supporter l'incertitude. N'importe quel résultat valait mieux que cette obsession, il fallait juste que je me retrouve dans ces tests, que le résultat quel qu'il soit me ressemble pour que je puisse me l'approprier.
J'en suis là, totalement.... ma psy m'a dit en souriant que c'était obsessionnel, et oui ça l'est, j'ai lu des livres, lu des articles, lu des discussions sur des forums, je m'étudie, comment je pense ? je scrute mon hypersensibilité, j'ai découvert ma synesthésie et je passe aussi du doute à l'éventualité, de la colère contre moi (mais n'importe quoi, comment tu peux penser ça de toi ?!!) à une possibilité (quand même... il y a beaucoup de choses qui vont dans ce sens). Ça me travaille beaucoup et ça me fait peur à la fois.

De plus, un peu comme toi Laurène Bancale, j'ai eu un père cassant, rabaissant et mettant toujours la pression, estimant que tout ce que je faisais n'était jamais assez, ni assez bien.... donc autant dire que j'ai été à bonne école en ce qui concerne l'exigence ! et ça n'aide pas....

Mais je sais aussi que je ne trouverai pas MES réponses en fouillant sur le net ou dans mes bouquins, et que j'aurai besoin de franchir le pas.
Actuellement je suis sous traitement antidep et lamictal afin de retrouver le sommeil et me cooliser un peu :lol: , alors forcément ça me casse un peu et je ne pense pas que ce soit salutaire pour passer le test en ce moment.
Et puis je dois faire dépister mon fils cadet (mon fils aîné est surdoué et dépisté à l'age de 10 ans, il en a aujourd'hui 27) et financièrement je ne pourrais pas tout faire pour l'instant !
Alors je continue à naviguer.....

Mariesand

Avatar du membre
Youpla
Messages : 419
Enregistré le : sam. 8 déc. 2018 00:50
Présentation : boum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Et SI le test disait non...

Message par Youpla » jeu. 28 mars 2019 23:41

@Mariesand
En te lisant sur ce fil, je change un peu de cheval de bataille (par rapport à ce que j'ai pu te dire sur ta présentation).
Sans doute qu'il y a de meilleurs moments pour passer le test (financièrement parlant, puisque ton fils cadet doit le passer, médicalement parlant, au vu de ton traitement actuel).
Mais à part ça, un test ça reste un test.

Grosso modo, t'as 2 options :
T'as au-dessus de 130, ça rebooste ton ego (pour un temps en tous cas) mais si tu as de profonds problèmes d'estime de soi, ça ne suffira pas. Il te faudra travailler dessus.

T'as en-dessous de 130, j'imagine que tu reçois une petite "claque" en mode "je te l'avais bien dit, que tu as été prétentieuse d'avoir pu imaginer ça !".
Mais au fond, ça ne change pas qui tu es.
Au vu de ce que je lis de toi, tu ne sembles pas être bête.
Avant ou après test, tu resteras une personne intelligente, sensible, synesthète (wahou la synesthésie, trop bizarre ce truc !) etc.

@Mariesand et @Laurène Bancale :
Le coup de la pression de la performance, je connais !
Mais si vous arrivez à trouver un psy qui est bienveillant (ça devrait être le cas de tous hein) et qui connaît le domaine de la douance, il devrait pouvoir nuancer des résultats si un stress est trop important et qu'il gêne le bon déroulement de la passation.
Par exemple, si on pleure, ça doit être pris en compte !!!
Donc pas trop d'inquiétudes à ce sujet.
Si un ou plusieurs items sont foirés par peur de mal faire, eh ben c'est pas grave, on les relativise et pis c'est tout, c'est un éclairage à avoir pour l'interprétation du test (et accessoirement, ça en dit encore beaucoup sur son fonctionnement psychologique...).
Et si ce n'est pas interprétable et ben, ça voudra dire qu'il y a un autre travail plus urgent à faire autour de ça.
De l'ordre de l'acceptation du droit à l'erreur, rabaisser la barre des exigences à des choses pas trop perchées dans les étoiles (ah c'est beau les étoiles !), enfin bref, ce genre de trucs.
Je comprends tout ce que vous dites parce que je le vis (alors que j'ai passé le test !).
Ca ne règle pas mes problèmes d'estime. Même si je ne me sens pas totalement idiote, j'ai toujours ce complexe de ne rien savoir par rapport aux autres (pas que les surdoués), bon et puis ici, c'est particulièrement prononcé tout de même !
Mais j'ai décidé de m'en foutre (enfin j'essaie), d'oser m'exprimer même si je dis des conneries.
A mon sens, c'est pas si grave de dire des conneries, tant qu'on est capable de rester dans la discussion et de revenir sur ce qu'on a pu dire comme conneries !
Surtout, ça permet de forger son opinion, si ce n'est de la créer...
Alors vive l'humilité ! Vive l'erreur ! Vive la connerie humaine ! :cheers:
Oups, je crois que je suis allée un peu trop loin...

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Rianne » ven. 29 mars 2019 11:18

C'est marrant d'aborder ce "test" comme un examen à note.
Je ne me suis pas une seule fois posé la question de la performance ni avant ni après, j'ai juste réfléchit à mes réactions possibles en fonction du résultat et évidemment comme je le savais au fond de moi, j'ai réagit complétement différemment de ce que j'avais pu imaginer (j'ai juste pas su quoi dire ou comment réagir).
Et pour le coup dans ce test, il n'y a pas de piège, tu sais ou pas. Pas de trucs ou tu savais mais t'as pas osé ... donc la performance est inexistante et heureusement pcq sinon ca ne donnerait pas d'indice sur qui on est.
Bref essayez de ne pas vous mettre trop la pression, il n'y a pas de quoi mais ne passez pas le test si vous êtes pas prêt à vous connaitre un peu plus (il faut être prêt à accepter le bilan quel qu'il soit) et si financièrement vous êtes un peu juste car selon le résultat ça peut, je pense, être compliqué :)
Mais ce n'est que mon avis.

Avatar du membre
Youpla
Messages : 419
Enregistré le : sam. 8 déc. 2018 00:50
Présentation : boum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Et SI le test disait non...

Message par Youpla » ven. 29 mars 2019 15:37

Je ne suis pas d'accord avec toi Rianne sur le fait qu'il n'y a pas de performance au test.
Ce n'est pas parce que toi tu l'as vécu sereinement et que tu ne te mets pas de pression de performance, que c'est le cas pour tout le monde.
Non, ce n'est pas forcément, "tu sais" ou "tu sais pas", le stress, la peur de dire une bêtise et du coup, ne pas répondre, ou même répondre une ânerie le plus vite possible pour "en finir", ça existe.
Je l'ai fait (par peur de l'erreur en arithmétique par exemple) et d'autres ici ont déjà témoigné la même chose...

Et à mon sens, le test ne donne pas d'indice vraiment sur qui on est mais sur un fonctionnement cognitif à un instant t.
Cette "photo" à cet instant t, peut-être que ça peut souligner un trop grand manque de confiance en soi aussi.
Donc, même dans ce cas, le test finalement n'est pas totalement foiré puisqu'il dit quelque chose mais pas forcément sur le plan qu'on attendait...

Dans tous les cas, on peut commencer un travail sur cette angoisse de performance sans faire de test, c'est un chemin oh combien enrichissant et salvateur !

Mariesand
Messages : 24
Enregistré le : jeu. 21 févr. 2019 11:17
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Et SI le test disait non...

Message par Mariesand » mer. 10 avr. 2019 09:32

Merci en tous cas pour vos réponse,
@Youpla je sais que tu as raison, faut juste que ça rentre !
Je crois que mauvaise estime de soi + père cassant et rabaissant = ne facilite pas le fait de prendre confiance en soi pour passer ces tests.
mais si je perds mes moyens, et bien ce sera tout simplement révélateur de qui je suis.
La psy que j'ai eu au tel pour prendre rdv pour mon fils a l'air très douce, et dans un bafouillage stupide, j'ai réussi à lui demander si elle faisait les tests pour adultes aussi, je crois qu'elle a bien compris que ça me perturbait beaucoup donc on verra bien comment tout cela évoluera....

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1393
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Et SI le test disait non...

Message par Unesoprano » mer. 10 avr. 2019 10:05

Mariesand a écrit :
mer. 10 avr. 2019 09:32

mais si je perds mes moyens, et bien ce sera tout simplement révélateur de qui je suis.
Il me semble que c’est plutôt : mais si je perds mes moyens, et bien ce sera tout simplement révélateur d’une émotion perturbatrice ou d’une difficulté que j’ai à rester paisible lors du test, à ne pas avoir le trac... il me semble que c’est plutôt de l’ordre de comment je me comporte en situation de stress que de l’être. :clin:
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Rianne » mer. 10 avr. 2019 10:43

Youpla a écrit :
ven. 29 mars 2019 15:37
Je ne suis pas d'accord avec toi Rianne sur le fait qu'il n'y a pas de performance au test.
Ce n'est pas parce que toi tu l'as vécu sereinement et que tu ne te mets pas de pression de performance, que c'est le cas pour tout le monde.
Non, ce n'est pas forcément, "tu sais" ou "tu sais pas", le stress, la peur de dire une bêtise et du coup, ne pas répondre, ou même répondre une ânerie le plus vite possible pour "en finir", ça existe.
Je l'ai fait (par peur de l'erreur en arithmétique par exemple) et d'autres ici ont déjà témoigné la même chose...

Et à mon sens, le test ne donne pas d'indice vraiment sur qui on est mais sur un fonctionnement cognitif à un instant t.
Cette "photo" à cet instant t, peut-être que ça peut souligner un trop grand manque de confiance en soi aussi.
Donc, même dans ce cas, le test finalement n'est pas totalement foiré puisqu'il dit quelque chose mais pas forcément sur le plan qu'on attendait...

Dans tous les cas, on peut commencer un travail sur cette angoisse de performance sans faire de test, c'est un chemin oh combien enrichissant et salvateur !
Excuse moi je n'avais pas vu ton message :)
J'entends par performance, le sens issu de l'entrainement pour un résultat optimal, pas juste le résultat obtenu. On s'est peut être pas compris sur le terme.
Je ne l'ai pas vécu sereinement ne sachant pas du tout a quoi m'attendre mais une fois commencé et après quelques minutes ou la pression doit redescendre, bha c'est assez ... évident ou non. Je n'y ai pas vu de challenge particulier, pas de moment où je me suis dit ah je savais mais... non c'est très basique, y'a pas de pièges, pas de manipulation, c'est un test assez droit.

C'est en ca que je dis qu'il n'y a pas de performance, pas de bonne et mauvaise réponse, pas de bon et mauvais résultats et franchement faire 4/5 points de plus ca changera strictement rien.
Après je ne dis pas qu'il n'y a pas de bon et mauvais moment pour le passer, ni de facteurs inhibiteur aux capacités (médicaments, murge la veille même si ca ressemble a un acte manqué pour le coup,...).

Mais si on regarde les témoignages sur le forum (dont le topic de Fu sur le plafond), on voit que malgré le stress général, beaucoup (la majorité ? ) ont touché des plafonds et trouvé ca globalement simple. Cette impression est d'ailleurs intéressante, la plupart des HPI avec qui j'ai discuté ont trouvé le test simple (pour pas dire plus), voir presque une escroquerie (pas étonnant de douter après) mais qu'en pensent ceux qui n'ont pas été diag HPI ? Ca serait intéressant de savoir si il y a un décalage d'appréciation sur la difficulté (et j'ai honnêtement du mal à l'envisager même si je comprends que ca doit être le cas).

Avatar du membre
Holi
Messages : 621
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Et SI le test disait non...

Message par Holi » mer. 10 avr. 2019 13:00

Mariesand a écrit :
mer. 10 avr. 2019 09:32
mais si je perds mes moyens, et bien ce sera tout simplement révélateur de qui je suis.
Oui tu as raison. Quand j'ai passé le bilan j'ai clairement perdu mes moyens sur certains tests, et me suis trouvé mauvaise aussi sur certains, mais comme je l'aurais été dans la même situation dans la vie... Du coup je me suis dit que quel que soit le résultat il me ressemblerait et c'était important que je m'y retrouve, ça m'a aidé à l'accepter. :clin:
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

cherubim
Messages : 440
Enregistré le : lun. 12 mars 2018 10:26
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic ... 38#p270338
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : tout près d'ici...
Âge : 42

Re: Et SI le test disait non...

Message par cherubim » mer. 10 avr. 2019 13:48

@Rianne : Pour répondre à ta question, je n'ai pas été diagnostiquée surdouée, et j'ai trouvé ce test facile en apparence seulement.
Edit: Pour ceux qui n'ont pas passé le test, ne lisez pas ce qui va suivre.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Donc le test est simple, dans le sens de clair, facile à comprendre, transparent donc. Mais les tâches demandées ne sont pas forcément faciles à exécuter pour tout le monde.
Cela me fait penser à une question que j'ai toujours voulu poser: quelle est la différence entre une personne avec un bas QI parce que ses facultés intellectuelles sont basses, et une personne avec un bas QI parce qu'elle a une dyslexie, dysgraphie, voire dyspraxie, même légère, ce que je soupçonne dans mon cas?
Les gens qui ont des très bas QI ne sont-ils pas des gens qui souffrent de handicaps divers? Et si tous ces handicaps pouvaient être "rééduqués", ne pourraient-ils pas devenir des gens à très haut QI?
Le monde entier est un théâtre,
Et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs;
Ils ont leurs entrées et leurs sorties,
Et un homme dans le cours de sa vie joue différents rôles… William Shakespeare, (Comme il vous plaira)

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Rianne » mer. 10 avr. 2019 14:41

@Cherubim : ok merci pour le retour :) On est donc d'accord sur la simplicité du test même si ca mets en évidence nos faiblesses dans certains domaines.

Je ne sais pas répondre a ta question. Il faut déjà définir ce que c'est un QI bas ? <90 ? pcq certains entendent QI bas qd on est inférieur à 130... uhmuhm...
Je suis pas sur qu'une dys chez un HPI le fait tomber à moins de 90 par exemple.
En plus c'est pas un objectif de vie d'être HPI, c'est pas comme réussir sa vie ou partir vivre à l'étranger, tu l'es ou pas grosso modo. Donc si t'es HPI avec un dys, bha t'es HPI. Si t'es pas HPI avec un dys, bha même sans le dys tu ne l'es pas et ca c'est un peu le boulot du psy de le déterminer me semble t il.
Ne serait ce pas un peu comme quelqu'un ayant des pb de dos et qui est courbé mais qui mesure 1m90, il reste quelqu'un de grand non ? :) (et donc de manière objective c'est mesurable et le test + psy permet de faire cette mesure pour le QI dans la grande majorité des cas, je crois)
Mais bon je suis pas le mieux placé pour répondre à ca et y'a certainement des spécialistes de la douance qui peuvent t'éclairer.

Différente
Messages : 278
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: Et SI le test disait non...

Message par Différente » mer. 10 avr. 2019 14:56

Rianne a écrit :
mer. 10 avr. 2019 10:43
Mais si on regarde les témoignages sur le forum (dont le topic de Fu sur le plafond), on voit que malgré le stress général, beaucoup (la majorité ? ) ont touché des plafonds et trouvé ca globalement simple. Cette impression est d'ailleurs intéressante, la plupart des HPI avec qui j'ai discuté ont trouvé le test simple (pour pas dire plus), voir presque une escroquerie (pas étonnant de douter après) mais qu'en pensent ceux qui n'ont pas été diag HPI ?
Trouver le test facile, c'est quelque chose que je ne comprendrais jamais. Pour moi cela revient à dire qu'un devoir de mathématiques est super simple parce qu'on a eu 5/5 au premier exercice et 4/4 au troisième alors que la note finale n'est que de 15/20 par exemple. A mes yeux, seule une personne décrochant un 20/20 sans difficultés peut prétendre avoir trouvé ce devoir facile. Cela m'a déjà amené à une discussion tumultueuse, que je ne souhaite pas réitérer, je dis simplement que je bloque là dessus.

Quant à aller jusqu'à penser que le test est une escroquerie, il faut comprendre une chose : bon nombre d'entre vous possède des aptitudes hors de la norme dans le domaine verbal qui se traduisent par un ICV très élevé et des plafonds mais cela ne veut pas dire que c'est le cas pour tout le monde, loin de là. J'ai obtenu des scores moyens en Vocabulaire, Information et Compréhension (12) pourtant j'étais au maximum de mes capacités. A l'inverse, j'ai pratiquement plafonné à l'IRP parce que justement j'ai des aptitudes dans ce domaine dont j'ai conscience depuis très longtemps. A quelques secondes je plafonnais aux Cubes et il me manquait juste la dernière réponse aux Puzzles. Ce potentiel hors de la norme est peut être moins flagrant/tangible pour ce qui touche le verbal, ce qui fait probablement que vous ne vous en rendez pas compte.

Petite parenthèse qui me tient à cœur depuis bien longtemps, je la pose là : pour l''IVT je bous devant mon écran les 3/4 du temps quand il en est question. Je lis très souvent qu'il ne sert à rien et/ou qu'il est chuté à cause du perfectionnisme des surdoués, voire carrément que les subtests Codes et Symboles sont débiles. Je suis perfectionniste et cela ne m'a pas empêché d'obtenir respectivement (17) et (16). Codes m'a permis de comprendre que j'avais une vitesse d’exécution bien plus élevée que la norme (et encore ma main ne suivait pas mes pensées) et Symboles a mis en exergue une mémoire photographique et une discrimination visuelle très efficaces. Croyez moi, cela m'a fait un bien fou de mettre ces aptitudes en avant. Je comprends mieux certaines choses, je suis plus patiente et moins en colère : ce ne sont pas les autres qui sont lents dans certaines tâches mais moi qui suis plus rapide.
(T)HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12691
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Et SI le test disait non...

Message par TourneLune » mer. 10 avr. 2019 15:00

Bah à QI de 90, on est juste dans la norme hein.... HQI c'est 130 donc la logique voudrait que Bas QI (même si c'est pas si simple) ce soit 70...
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Rianne » mer. 10 avr. 2019 15:17

TourneLune a écrit :
mer. 10 avr. 2019 15:00
Bah à QI de 90, on est juste dans la norme hein.... HQI c'est 130 donc la logique voudrait que Bas QI (même si c'est pas si simple) ce soit 70...
J'ai pas osé descendre plus bas pour rester dans la norme, pcq j'ai supposé que l'emploi de bas QI dans ce cas n'impliquait pas une déficience cognitive.

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Rianne » mer. 10 avr. 2019 15:23

Différente a écrit :
mer. 10 avr. 2019 14:56
Petite parenthèse qui me tient à cœur depuis bien longtemps, je la pose là : pour l''IVT je bous devant mon écran les 3/4 du temps quand il en est question. Je lis très souvent qu'il ne sert à rien et/ou qu'il est chuté à cause du perfectionnisme des surdoués, voire carrément que les subtests Codes et Symboles sont débiles. Je suis perfectionniste et cela ne m'a pas empêché d'obtenir respectivement (17) et (16). Codes m'a permis de comprendre que j'avais une vitesse d’exécution bien plus élevée que la norme (et encore ma main ne suivait pas mes pensées) et Symboles a mis en exergue une mémoire photographique et une discrimination visuelle très efficaces. Croyez moi, cela m'a fait un bien fou de mettre ces aptitudes en avant. Je comprends mieux certaines choses, je suis plus patiente et moins en colère : ce ne sont pas les autres qui sont lents dans certaines tâches mais moi qui suis plus rapide.
Moi aussi cette assertion m'énerve :p


oups double post.

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 547
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Fish » mer. 10 avr. 2019 17:35

Différente, ce n'est probablement pas ton intention, mais quand je lis ton post plus haut, je le trouve égocentrique. En gros, si je comprends bien le fond de ton argumentation:
- j'ai trouvé le test difficile, donc je ne vois pas comment d'autres peuvent l'avoir trouvé facile;
- c'est pas parce que "vous" avez un ICV élevé et un IRP plus faible que c'est le cas pour tout le monde
- par contre j'ai cartonné en IVT, je ne supporte pas que d'autres personnes affirment avoir chuté à ce test
Et tout ça avec un ton assez agressif, et une volonté de fermer la discussion après ton passage qui n'est pas vraiment l'esprit d'un forum.

Sans aucune méchanceté de ma part, j'ai le sentiment que tu construits de manière totalement artificielle un mépris des autres vis à vis de toi, et de ton profil. Et après tu ressens le besoin de contre-attaquer... Vu de l'extérieur, c'est surprenant: "mais pourquoi elle s'énerve toute seule comme ça ?"

Pour reprendre les points que tu as abordé:
- il n'y a aucune raison que ton ressenti du test soit partagé par tout le monde;
- les gens qui ont trouvé le test facile ont le droit de le dire. Il n'y a rien à "comprendre". Il y a à accepter que d'autres personnes aient un ressenti différent du tien. Sur un forum de surdoués, ce n'est pas étonnant que pas mal de membres trouvent le test facile.
- réciproquement, tu as le droit de dire que tu as trouvé l'IVT facile, sans qu'un membre qui aurait chuté sur ces subtests se sente insulté.
- il y a peut-être des profils plus fréquents que d'autres (genre ICV > IRP, ou encore IVT plus bas que le reste), mais rien ne suggère que les profils les plus fréquents soient les plus valables, ou que ceux qui auraient d'autres profils seraient moins surdoués, ou je ne sais pas trop quoi d'autre. C'est là dessus précisément que tu te chauffes la tête pour rien. Il y a bien des discussions sur la représentativité des subtests dans l'identification de la douance, mais il me semble que les réponses remettaient cause cette hiérarchie.
- il y a plein de gens qui ne voient pas l'intérêt des subtests liés à l'IVT. Leur intérêt clinique n'est pas immédiat pour un néophyte. C'est normal que cette question revienne souvent. On a de nombreuse fois répondu que, si, ces subtests sont bel et bien pertinents dans un bilan psychométrique, même si la variabilité des performances tend à diverger avec les hauts QI.

Je ne sais pas pourquoi tu te créées ce sentiment d'infériorité, mais je crois qu'il faut que tu travailles un peu sur toi, là.

Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 905
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : un bout de moi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : en haut de la tour Eiffel, juste à côté.
Âge : 41

Re: Et SI le test disait non...

Message par Bulle d'o » mer. 10 avr. 2019 18:49

ah mince, quand j'ai vu le "si" souligné @Fish , j'ai cru qu'on pouvait cliquer sur le lien d'une discussion qui en parlait et ......non, en fait.... de l'intérêt des subtests IVT... car moi, j'ai chuté, bien chuté... Mais j'ai du coup compris une chose évidente, jamais, jamais comprise auparavant... Rien que ça, c'était cool.
Et sinon, donc pour rebondir sur le premier sujet du topic, même si la charge émotionnelle que l'on met malgré soi dans le passage de ce test, même si l'on se projette dans la pyramide de Maslow dans la socialisation bienveillante auprès de tiers plutôt doués, même si l'on aimerait que ça règle beaucoup de choses et réécrive le passé, même si l'on a envie de donner la réponse "42" comme réponse à tout (et elle l'est, hein!), ce test est une photo qu'il faut prendre le temps de décortiquer.

On verra dans un premier temps le tableau général, sous la forme d'un chiffre qui nous situe dans un rang ou dans un autre. Ensuite, on y voit les nuances et si on a de la chance, on y voit sa portée et les ajustements que l'on peut avoir sur cette base. Une carte. Combien de fois ai-je dit "mais si seulement j'avais un plan?". Ben voilà, c'est un plan, après il faut apprendre à le lire.

Et je crois (aujourd'hui, hein, c'est facile) qu'entre rage de "mais à quoi ça sert bon sang puisque ça sert à rien..." et "oh comme j'aurais pu être si..." dans le cas d'une image + ou bien entre dépit du "je savais bien que je me la pétais" et "pauvre de moi, même un test n'arrive pas à me comprendre ni me définir", dans les deux cas, on se détache de cette première image. On lit, on relit, on distance, on examine ce que veut dire le fait même des capacités que l'on a, qu'elles semblent +++ ou juste +/-. Et on finit par en extraire quelque chose de cohérent et là, on arrive à l'équilibre initial, la compréhension technico-psychique, parfois, que l'on est venu chercher en tout premier lieu.

Pour reprendre sur la question du handicap, lié à des fonctions cognitives atrophiées par accidents de la vie ou encore par supposés acquis de naissance, je n'ai pas observé de récupération de potentiel intellectuel. Par contre, j'ai vu des personnes si acharnées à recouvrer leur autonomie, à pouvoir se situer dans une réussite qui leur convenait à minima, si entourées de gens qu'elles aimaient, et portées par une sorte de souffle de vie, qu'elles pouvaient transférer une compétence d'un aspect "cognitif" vers un autre (exemple : repères spatiaux vers mémoires). Outre la "compensation du handicap", au sens même administratif, régit par une organisation sociale en France qui consiste à soutenir ces écarts que subissent ces personnes dans la capacité de se situer en société, j'ai pu voir des "compensations du handicap", réalisées par des personnes avec un handicap - globalisé psychique - et parfois avec handicap cognitif, par elles mêmes, à force de :
répétitions, de stéréorépétitions/stéréotypies "volontaires" de mouvements pour les intégrer quand la mémoire fait défaut, de permettre
- en devant à chaque fois faire une étape mentale de "demander à ma tête de demander à mon cerveau d'activer ma jambe..." - d'activer des zones ne semblant plus répondre. Et cela, j'aurais tendance à le rassembler sous la forme de "waahoooo, quel courage et persévérance!".

Sans vouloir être démagogue, je crois qu'il est bon de se rappeler dans notre microcosme, que le factuel d'un haut potentiel intellectuel ou d'un fort potentiel intellectuel - si l'on n'est pas identifié dans le QI dans lequel on pensait être - ne dit pas forcément la capacité que l'on aura d'abord de l'utiliser. Dans ce sens, même si le débat reste ouvert, je trouve la notion de "potentiel" très juste.
Et ensuite, on n'aura pas forcément, sous prétexte de validation de diag +, l'opportunité de le déployer,du fait d'un contexte, du fait de freins qui nous sont inhérents.... car nous sommes tant de choses, avec ce QI qui est le nôtre mais tant d'autres choses. Et je trouve que ces personnes en privation de cela, en sont un joli exemple. Ils exploitent, pour un bon nombre, ils exploitent jusqu'au bout du bout... (ou parfois dépriment de ne pouvoir le faire aussi....).

C'est un avis, comme un autre... :) Mais si cela vous permettait un peu moins de tension dans l'attente ou dans le "a posteriori", j’aurais été ravie de contribuer .
"Je ne communique pas mes jugements, je ne suis pas un donneur de leçons, l'observation du monde ne suscite chez moi qu'un dialogue intérieur, un interminable dialogue avec moi-même."

Les désorientés (2012) de Amin Maalouf

Avatar du membre
Miss souris
Messages : 2282
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Et SI le test disait non...

Message par Miss souris » mer. 10 avr. 2019 18:51

Hors-sujet
même erreur de clic sur le si...pour moi ... on est conditionnées, @Bulle d'o ...:)

Différente
Messages : 278
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: Et SI le test disait non...

Message par Différente » mer. 10 avr. 2019 22:43

Fish a écrit :
mer. 10 avr. 2019 17:35
Différente, ce n'est probablement pas ton intention, mais quand je lis ton post plus haut, je le trouve égocentrique. En gros, si je comprends bien le fond de ton argumentation:
- j'ai trouvé le test difficile, donc je ne vois pas comment d'autres peuvent l'avoir trouvé facile;
- c'est pas parce que "vous" avez un ICV élevé et un IRP plus faible que c'est le cas pour tout le monde
- par contre j'ai cartonné en IVT, je ne supporte pas que d'autres personnes affirment avoir chuté à ce test
Et tout ça avec un ton assez agressif, et une volonté de fermer la discussion après ton passage qui n'est pas vraiment l'esprit d'un forum.

Sans aucune méchanceté de ma part, j'ai le sentiment que tu construits de manière totalement artificielle un mépris des autres vis à vis de toi, et de ton profil. Et après tu ressens le besoin de contre-attaquer... Vu de l'extérieur, c'est surprenant: "mais pourquoi elle s'énerve toute seule comme ça ?" [...]

Je ne sais pas pourquoi tu te créées ce sentiment d'infériorité, mais je crois qu'il faut que tu travailles un peu sur toi, là.

Je ne comprends pas. :pale:

Effectivement, ce n'est ABSOLUMENT pas ce que je voulais dire et encore moins l'image que je voulais donner. Je n'ai pas pensé une seule seconde que mon message pouvait être pris de cette manière. D'ailleurs je ne suis pas du tout énervée. Tu te trompes à mon égard. Je pense surtout que j'ai un GROS problème de communication, ce n'est pas la première fois que cela m'arrive, notamment sur le forum. Si tu veux supprimer le message en question cela me dérange pas le moins du monde.
(T)HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Répondre