Difficultés avec les implicites?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Avatar de l’utilisateur
Klr
Messages : 15
Inscription : sam. 28 nov. 2020 17:21
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10927
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Klr »

Bonjour,
Je déterre un peu le sujet, car je me suis posé la question récemment de cette notion d’implicite. J’ai bien lu tous les commentaires, et pour moi, il y a une donné d’implicite qui manque à l’appel.
L’implicite verbal, de langage, d’énoncé peuvent certes parfois causer des incompréhensions. Personnellement c’est dans l’enfance que ça m’a compliqué la vie, exemple « trouver x », ce genre de choses, qui ma faisaient souvent passer pour une idiote.
Bref, bien que je sois adulte et qu’avec le temps je me sois upgradée, j’ai parfois encore 2-3 couacs.
Mais pour moi, là n’est pas le problème.
J’ai beaucoup plus de mal avec les implicites émotionnels. Je ne sais même pas si cette notion existe vraiment mais j’ai choisi de l’appeler comme ça et je vais m’expliquer.
Ces implicites-là seraient plutôt liés avec les actions d’une personne, et que de ces actions découleraient quelque chose à comprendre, par déduction.
Je n’ai aucun mal à exprimer mes émotions, et je les transmets, j’en informe les autres lorsque cela s’avère nécessaire. Je n’ai aucun mal à « capter » les gens non plus je pense, et j’ai de bonnes relations sociales en général. Je suis généralement entourée d’amis-es assez explicites aussi, à plus ou moins haute dose.
Mais parfois, je suis complètement à coté de la plaque.
Par exemple, j’entretenais une relation de camaraderie avec une copine, on ne rentrait pas dans des sujets très intimes, on faisait partie du même groupe de meufs qui organisait des soirées. Un jour, elle m’annonce que nous sommes amies, à mon grand étonnement. Oui, elle a du mal à parler de choses intimes, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’éprouve pas de sentiments pour moi. Nous nous sommes donc adaptées l’une à l’autre, et nous avons un peu plus développé notre amitié.
Ça n’est qu’à partir du moment où elle m’a dit « nous sommes amies » que j’ai compris que nous l’étions. Tou ça pour dire que si on ne m’exprime pas clairement ses sentiments, je ne les vois pas.
Idem pour les relations amoureuses. J’étais avec un homme, et au bout de 6 mois, un soir autour d’un dîner en amoureux, il me donne le double des clefs de son appartement. Je n’ai pas très bien accueilli cette démonstration d’amour. Je n’avais pas besoin de ses clefs puisque je n’avais aucune envie de venir chez lui s’il n’était pas là. Je trouvais ça complètement disproportionné, je n’avais pas envie d’aller si vite, c’était le sentiment amoureux qui nous réunissait, pas les clefs d’un appartement.
Mais ce que ça voulait dire pour lui c’était tout simplement « je t’aime » et qu’il était bien trop réservé pour me le dire tout simplement. Il ne voulait pas m’enchaîner, ni rien m’imposer. Je ne vous raconte pas la soirée la m.... que nous avons passée, lui qui était persuadée que j’allais comprendre ce que ça voulait dire. J’ai du m’excuser, le rassurer, bref.
Ça, c’était il y a presque dix ans.
Aujourd’hui, je suis un peu dans les mêmes galères. L’homme avec qui je sors est À FOND dans l’implicite. En gros, il me montre qu’il est amoureux, mais il a beaucoup de mal à le dire. Et moi, quand il me le montre, je ne le capte pas. Je dois toujours débriefer avec une amie (qui a m’a bien comprise) pour qu’elle m’explique. Et je commence à comprendre petit à petit les implicites émotionnels, ou implicites factuels (que je différencie des implicites verbaux longuement discutés plus haut)
Et le vieil adage « l’amour/l’amitié/la reconnaissance, ça ne se dit pas ça se montre », ou un truc dans le genre, et bien personnellement, encore aujourd’hui, je le capte bien mieux si c’est tout simplement dit.

Je ne sais pas si ça vous parle, si ça vous évoque des choses ça m’intéresse. Longtemps j’ai relié ça au manque de confiance en moi. Mais j’ai une telle assurance par ailleurs (notamment professionnelle) que ça me semblait un peu louche. Je mets certes très longtemps à faire confiance à quelqu’un-e (et c’est lié à des trucs psys plus basiques), mais je n’ai pas une estime de moi si basse. C’est simplement que les relations plus intimes, plus personnelles, ont toujours été pour moi un sujet assez problématique, notamment à cause des cet implicite émotionnel/factuel. Je ne vous raconte même pas les phases de séduction amicale/amoureuse/sociale, souvent assez cocasses, mais pas handicapantes...
Message de la jardinerie :
Attention à ne pas dévoiler des éléments concrets du WAIS (questions, réponses, détails) afin de ne pas introduire plus tard de biais lors de la passation du test par d'autres membres du forum pas encore diagnostiqués

Avatar de l’utilisateur
Holi
Messages : 1766
Inscription : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 57

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Holi »

Oui ça me parle. J'utilise souvent l'expression "ça va sans dite, oui, mais c'est mieux en le disant", parce que "ça va sans dire" suppose que tout le monde a comme une évidence saisi le truc, sauf que en fait non.
Non, je ne saisis pas toujours ce qui semble être une évidence pour d'autres, de la même façon mes évidences ne sautent pas aux yeux de tout le monde...
Il y a ici plusieurs sujets sur les difficultés de communications, verbales, mais pas que.
Je ne sais plus sur quel fil [mention]Pascalita[/mention] évoquait les difficultés qui peuvent surgir quand on n'est pas dans le même mode de communication affectif/ logique, mais on doit aussi sans doute ajouter les références différentes, le vécu, les attentes personnelles, les interprétations et leur lot d'erreurs, etc...
Je pense que les implicites ne peuvent fonctionner que quand on est sur d'être avec un interlocuteur qui a les mêmes bases, les mêmes références et le même feeling, et encore... C'est compliqué pour moi les implicites.
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

Avatar de l’utilisateur
Cléo
Messages : 152
Inscription : mer. 9 déc. 2020 18:23
Présentation : viewtopic.php?p=95903#p95903
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Cléo »

Klr a écrit : dim. 20 déc. 2020 11:33
Aujourd’hui, je suis un peu dans les mêmes galères. L’homme avec qui je sors est À FOND dans l’implicite. En gros, il me montre qu’il est amoureux, mais il a beaucoup de mal à le dire. Et moi, quand il me le montre, je ne le capte pas. Je dois toujours débriefer avec une amie (qui a m’a bien comprise) pour qu’elle m’explique. Et je commence à comprendre petit à petit les implicites émotionnels, ou implicites factuels (que je différencie des implicites verbaux longuement discutés plus haut)
Et le vieil adage « l’amour/l’amitié/la reconnaissance, ça ne se dit pas ça se montre », ou un truc dans le genre, et bien personnellement, encore aujourd’hui, je le capte bien mieux si c’est tout simplement dit.

Je ne sais pas si ça vous parle, si ça vous évoque des choses ça m’intéresse. [/jard]
Oui. J'ai vraiment grand besoin de sous-titres dans les situations de la vie. Un soutènement verbal.

Depuis quelques années j'essaie d'être moins anxieuse quand je manque de ce soutien-là et de me faire confiance. Parce que pour moi c'est aussi un manque de confiance en soi et en sa capacité à recevoir simplement l'autre, tel qu'il se donne.

Je vois également la langue comme un filin qui nous lie et que sans elle il n'y a plus de lien.

Au commencement était le Verbe...et ça s'est arrêté là :D

Avatar de l’utilisateur
Lours
Messages : 16
Inscription : ven. 9 juin 2017 14:48
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/presentations/est-t8963.html]LOURS[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Mother Earth
Âge : 34

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Lours »

Je suis très content et soulagé de vous lire, comme le mentionne Cléo sans appui verbal je vois toujours le verre à moitié vide...

Cela créé de l'incertitude et des situations parfois (très) tendues car la non évocation des sentiments est pour moi un signe de malaise.

Klr a écrit : dim. 20 déc. 2020 11:33 J’étais avec un homme, et au bout de 6 mois, un soir autour d’un dîner en amoureux, il me donne le double des clefs de son appartement. Je n’ai pas très bien accueilli cette démonstration d’amour. Je n’avais pas besoin de ses clefs puisque je n’avais aucune envie de venir chez lui s’il n’était pas là. Je trouvais ça complètement disproportionné, je n’avais pas envie d’aller si vite, c’était le sentiment amoureux qui nous réunissait, pas les clefs d’un appartement.
J'ai vécu la même situation :D
Et moi très pragmatique : "C'est gentil mais bon ça sert à rien puisque je ne viendrais pas si t'es pas là de toute façon"
Bîm à coté de la plaque!

Avec du recul (et du travail!) je comprends la douche froide de madame :lol:

Avatar de l’utilisateur
Cléo
Messages : 152
Inscription : mer. 9 déc. 2020 18:23
Présentation : viewtopic.php?p=95903#p95903
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Cléo »

Je me demandais si ça avait à voir avec un icv particulièrement haut. Le mien est bien plus haut que les autres indices.

Avatar de l’utilisateur
Lours
Messages : 16
Inscription : ven. 9 juin 2017 14:48
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/presentations/est-t8963.html]LOURS[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Mother Earth
Âge : 34

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Lours »

C’est également mon cas

Avatar de l’utilisateur
Cléo
Messages : 152
Inscription : mer. 9 déc. 2020 18:23
Présentation : viewtopic.php?p=95903#p95903
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Cléo »

Je crois qu'il faut avoir beaucoup investi le langage pour en avoir à ce point besoin comme s'il était de la chair.

SagitariusA
Messages : 14
Inscription : ven. 8 janv. 2021 11:49
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par SagitariusA »

J'ai moi même eu beaucoup de mal à comprendre ce que représentait l'implicite, et donc à savoir si j'étais concernée ou pas.

Mais en me penchant sur la question il me semble que c'est assez lié à la théorie de l'esprit: la capacité d'attribuer à l'autre un état mental et une pensée (par exemple si A se met à hurler, B va penser de A qu'il a mal, et A sait que B va penser ça de lui, et c'est d'ailleurs pour ça qu'il crie - c'est très résumé mais vous trouverez plein de sources intéressantes sur internet).

Alors le problème de compréhension de l'implicite viens du fait que l'émetteur du message va croire, à tord, que le récepteur a exactement le même mode de cognition que lui, et va comprendre son discours, même s'il est lacunaire. L'émetteur néglige que l'autre puisse avoir des références, une expérience, et une façon de conduire sa pensée qui diffère de la sienne.

Si par exemple je vous demande de vous imaginer une flûte, la flûte que j'imagine sera probablement très différente de la vôtre, parce que cette représentation ne prends pas base sur les mêmes expériences.

Or la théorie de l'esprit, pour ce que j'en ai compris, est justement la capacité à anticiper que les représentations, les connaissances et modes de pensée de l'autre peuvent différer des notre, et d'adapter son discours en conséquence.

Or je constate que cette capacité fait défaut à beaucoup de monde (et il m'est arrivé aussi de tomber dans ce piège et de me retrouver dans des disputes insensées).
Les gens s'expriment avec la conviction que tout le monde peu lire dans leur pensée, et ne songent pas un instant que les autres ne sont pas télépathe.

En conséquence de quoi le récepteur va comprendre et répondre selon ses propres représentations, expériences, références. Au mieux, un fabuleux dialogue de sourds va s'instaurer. Au pire, l'émetteur prendra l'autre pour un con, puisqu'il est inenvisageable qu'il ai pu manquer de clarté.

Pour ma part, quand les possibilités d'interprétation sont si vaste que je ne peux pas avoir la certitude d'avoir bien compris ce que vient de dire/faire l'autre, j'ai pris l'habitude de questionner pour demander plus de détails, voir de faire une tête explicitement dubitative :^) afin de faire comprendre à l'autre qu'il n'est pas clair.
Ça m'évite l'option qui consiste à trouver une interprétation à la hâte (et toute la fatigue et l'angoisse que cela suscite), au risque de tomber à côté de la plaque, et de passer pour une idiote : parce que dans ce cas là, ce n'est plus l'autre qui n'est pas clair, c'est vous qui n'avez rien compris.

Et le plus sympathique dans tout ça c'est que cette habitude semble "éduquer" mon entourage, qui prends l'habitude d'être plus explicite dans leurs propos et leurs réactions.

Pour conclure, ce n'est pas forcément ses propres compétences qu'il faut questionner face à la difficulté de comprendre l'implicite, mais plutôt les capacités de l'autre en matière de théorie de l'esprit.

Avatar de l’utilisateur
Miss souris
Messages : 3344
Inscription : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 49

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Miss souris »

Ce que tu dis rejoint un fil qui parlait de se comprendre, qui doit se trouver quelque part pas loin.

Avatar de l’utilisateur
Holi
Messages : 1766
Inscription : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 57

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Holi »

C'est le fil auquel tu pensais [mention]Miss souris[/mention]?
viewtopic.php?p=291273#p291273
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

Avatar de l’utilisateur
Miss souris
Messages : 3344
Inscription : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 49

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Miss souris »

Exactement ! Merci, [mention]Holi[/mention] .

SagitariusA
Messages : 14
Inscription : ven. 8 janv. 2021 11:49
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par SagitariusA »

Ah j'aurais donc fait un HS? :worried:

Avatar de l’utilisateur
Miss souris
Messages : 3344
Inscription : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 49

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Miss souris »

Ah non, du tout. Je voulais juste rapprocher ton intervention d'une conversation qui me paraissait avoir des atomes crochus avec elle. ( en cas de hors sujet, les jardiniers- les petits hommes verts du forum- déplacent et rangent un peu, pour qu'on retrouve nos affaires quand on en a besoin. Cest bien pratique...😇)

Avatar de l’utilisateur
Klr
Messages : 15
Inscription : sam. 28 nov. 2020 17:21
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10927
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Klr »

Bonjour,
Sans aller dans la théorie de l’esprit, je voulais surtout faire un arrêt sur l’émotionnel. A et B qui discutent ou échangent ne peuvent pas avoir exactement le même fonctionnement émotionnel, ni savoir en parler « objectivement » (par exemple, pendant de nombreuses années, je traduisais ma tristesse par de le colère, très difficile pour l’autre en face de comprendre). Et dans mon esprit (😉), l’émotionnel est quasiment toujours implicite, on ne peut clairement pas passer son temps à décortiquer nos émotions. Alors dans une relation à 2, ou plus, ça relève du vortex pour moi.
Là où les choses se compliquent, c’est qu’au lieu d’exprimer un truc de type « je t’aime / je ne t’aime plus / je me pose des questions / je vais mal / je ne me sens pas écouté-e » ETC ETC, nous sommes nombreux-ses à prendre des chemins tortueux (par orgueil, timidité, ignorance, ...) pour exprimer nos émotions, si toutefois on a capté ce qu’il est en train de se passer en nous. Et souvent, face à une personne, je me perds dans un abîme d’interprétations, et ensuite je fonctionne par élimination, puis anticipation, je ne vous raconte pas le temps que j’y passe 😂. Mais je me soigne!
Et oui, j’ai un icv très haut, mais du coup, ça ne devrait pas être plus simple? Pfffff, ou alors l’icv n’a pas de sens si on ne l’associe pas à un ici (indice de compréhension implicite) ;)

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2484
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 48

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par Judith »

Klr a écrit : dim. 17 janv. 2021 10:11 Et oui, j’ai un icv très haut, mais du coup, ça ne devrait pas être plus simple?
Normalement, la bonne maîtrise du langage aide à penser, à identifier et formuler nos propres émotions et celles d'autrui, ainsi qu'à y apporter de la nuance : la fureur n'est pas la même chose que l'agacement par exemple, et c'est important de savoir faire la différence chez soi-même et chez les autres. Mais pour tout ce qui relève du non verbal dans l'expression des émotions (gestes, larmes, mouvements faciaux, etc.) c'est sans doute peu utile. J'aime bien ton idée d'ICI : on pourrait placer cet outil dans une hypothétique échelle de l'intelligence émotionnelle ou de l'intelligence sociale, mais je crois que tous les psychologues ne seraient pas d'accord. :D

Avatar de l’utilisateur
InMedio
Grille pain
Messages : 567
Inscription : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049] C'est ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 27

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par InMedio »

Après vous avoir lues il y a quelques jours avec intérêt, la question a fait du chemin chez moi et je me permets de vous livrer ma vision.

J'ai deux relations avec l'implicite, à l'exact opposé l'une de l'autre. D'abord avec les relations de longue date (ma famille, mes vieux amis) l'implicite va très vite, à fond même. Je suis dans les premiers à rechercher les plaisirs que la vitesse de transmission de l'information par l'implicite procure.

Cependant, mettez-moi dans un cercle d'amis solide qui n'est pas le mien et je sombre. Aucune information implicite ne me parvient correctement : toute interprétation que je fais est plus ou moins horriblement déformée par mon filtre et pas celui de ce cercle d'amis qui n'est pas le mien. Le malaise arrive à une vitesse ahurissante dans ce cas-là.
Depuis peu, j'observe ce phénomène d'incompréhension aussi avec ma copine dans plusieurs situations : moi avec ses amis, elle avec les miens, et nous deux l'un avec l'autre.
Empiriquement, j'en conclus pour l'instant que ma façon de ne pas comprendre les implicites à partir du moment où ils ont été construits sans moi ne m'est pas propre ou n'est pas nécessairement imputable à ma douance (puisque ma copine n'a pas passé de test), mais aussi que je suis capable d'observer ce décalage depuis que j'ose fréquenter des personnes extérieures à mes solides relations de longue date. Ça m'a permis de remarquer qu'il y avait des implicites construits en commun dans chaque "cercle" (chaque interrelation, "groupe de connaissances", si vous voulez) mais qu'ils sont fortement clivants et exclusifs : on n'arrive pas comme un fleur parmi des amis de 15 ans en les comprenant d'un claquement de doigt. C'est le le malaise, qui arrive comme une fleur.

Ensuite avec le malaise et le stress, selon nos personnalités et nos modèles d'attachement, je suppose que chacun fera plus ou moins facilement des sauts aux conclusions (bien souvent erronés).

SagitariusA
Messages : 14
Inscription : ven. 8 janv. 2021 11:49
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Difficultés avec les implicites?

Message par SagitariusA »

Dans ce que tu expliques [mention]InMedio[/mention] , il y a quelque-chose relatif aux "codes sociaux".

Outre les codes "généraux" (dire "bonjour", "merci", tenir la porte et j'en passe), chaque groupe d'affinité développe des codes qui lui sont propres, basé sur des expériences communes.
Par exemple, Jules, en présence de ces amis cinéphiles, n'a pas besoin de dire "tu te souviens ce film que nous avons vu ensemble et où le héro disait..."
Une citation du film, sans plus d'explications ou de contextualisation, suffira : l'autre comprend la référence puisqu'il la partage.
Une personne extérieure à ce groupe d'affinité, qui n'a pas vu le film en question, ou qui a plus facilement tendance à retenir les belles images que les dialogues, ne comprendra rien au sens de cette phrase qui lui semblera sortie de nulle part: il n'a pas les "codes" propre au groupe de Jules.

Ce problème peut se résoudre si l'opportunité est donnée au nouvel arrivant de partager des expériences communes avec le groupe, lui donnant le temps d'acquérir les codes propre à ce groupe, et lui permettant de créer des souvenirs communs, qui pourront faire l'objet de nouvelles "références" constituant de nouveaux "codes".

Pour réduire l'écart, il est de bon ton que le groupe explique ces codes implicites au nouvel arrivant, ou à défaut, que le nouvel arrivant ose poser des questions sur ce qu'il ne comprends pas.

Ma stratégie personnelle consiste en un mélange d'observation et de questions. Bien que j'ai longtemps eu peur d'avoir l'air d'une idiote, j'hésite de moins en moins à questionner: je préfère comprendre et obtenir rapidement les clefs qui me permettront de participer, que de rester une énième fois à n'oser rien dire/faire parce que je n'y comprends rien.
Au final je ne sais pas quel air ça me donne, mais j'en ressors indéniablement plus informée.
Hors-sujet
Le seul problème qui persiste pour ma part, c'est que je manque d'assiduité dans la fréquentation de ces groupes, et que leurs codes évoluent vite: je perds rapidement le fil. C'est tout un travail que de raccrocher les wagons, et bien souvent, la flemme l'emporte, et je laisse les liens s'étioler jusqu'à disparition. Donc si j'ai les bons outils pour m'intégrer, pas dit que je puisse maintenir l'effort indéfiniment.

Répondre