Quand le test ne permet pas de conclure...

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Rianne » sam. 16 mars 2019 23:29

@Cacahuete Merci pour le partage. Bon courage à toi pour la suite. Et puis tu sais y'a rien de si "super" à être surdoué, c'est pas un concourt qu'on a réussi et un super pouvoir qu'on obtient. Maintenant tu sais juste un peu plus qui tu es ou pas, comme tout ceux qui ont passé le test.

Cacahuete
Messages : 12
Enregistré le : mer. 28 nov. 2018 20:49
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Cacahuete » lun. 18 mars 2019 22:40

Bonsoir Rianne
Désolée de ne te répondre que maintenant mais les journées sont trop courtes pour tout faire et il faut bien que je bosse un peu de temps en temps !
Je ne cherche pas à tout prix à être HP mais dans la mesure où je cumule plusieurs difficultés rencontrées par de nombreux HPI , finalement je m étais dit que si tout cela pouvait s expliquer du fait de la douance , et bien ça m aurait apaisé.
Ce n est pas le cas. Tant pis je vais continuer à creuser car je déteste ne pas comprendre 😤
En tout cas merci de m avoir écrit 😀

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Rianne » mar. 19 mars 2019 16:48

Cacahuete a écrit :
lun. 18 mars 2019 22:40
Bonsoir Rianne
Désolée de ne te répondre que maintenant mais les journées sont trop courtes pour tout faire et il faut bien que je bosse un peu de temps en temps !
Je ne cherche pas à tout prix à être HP mais dans la mesure où je cumule plusieurs difficultés rencontrées par de nombreux HPI , finalement je m étais dit que si tout cela pouvait s expliquer du fait de la douance , et bien ça m aurait apaisé.
Ce n est pas le cas. Tant pis je vais continuer à creuser car je déteste ne pas comprendre 😤
En tout cas merci de m avoir écrit 😀
En fait on a les mêmes problèmes que tout le monde je crois ^^
Enfin je vois pas ce qui peut être différent ou spé aux HPI...

Line
Messages : 32
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 22:07
Présentation : viewtopic.php?t=9798#p285377
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Line » dim. 19 mai 2019 16:06

Bonjour,

Je souhaite apporter mon témoignage car je suis également dans ce cas avec des résultats hétérogènes allant de la moyenne au haut potentiel en passant par la moyenne forte.
J'ai même des résultats hétérogènes entre subtests.
Mais malgré un qi invalide j'ai quand même, contrairement à ce que je craignais eu des réponses sur mon fonctionnement.
Bilan: qi hétérogène=profil atypique.
Donc si profil atypique, profil différent, je me sens donc légitimité de me sentir différente, je me dis, ah oui, je me sens différente depuis toujours mais c'est normal puisque j'ai un fonctionnement différent.
Donc finalement, la finalité du test n'est pas un qi mais une information sur notre fonctionnement et même si le qi n'est pas valable ben le test nous apprend quand même quelque chose sur nous même.

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 508
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Fish » dim. 19 mai 2019 22:03

Je te conseilles de lire le sujet sur le QI hétérogène:
viewtopic.php?f=42&t=389

Tu y liras entre autre que les profils hétérogènes représentent environ 50% des surdoués. C'est loin d'être atypique. Ca n'est pas vraiment un argument de différence, mais c'est plutôt rassurant.

Surrendipity
Messages : 6
Enregistré le : mar. 14 mai 2019 10:43
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Surrendipity » mar. 21 mai 2019 14:06

Coucou,

Mon expérience est super similaire à la tienne !

Après avoir vu une psychiatre pendant quelque temps, cette dernier m'a vraiment conseillé de passer le WAIS. Ce que j'ai fait ! j'étais hyper angoissée ce n'était vraiment pas simple.

Mes résultats sont hyper hétérogènes :
131 en ICV
80 en IRP
91 en IMT
94 en IVT

Très forte probabilité de troubles dys : dyspraxie, dyscalculie + TDA à confirmer qui explique ces résultats.

Le fait est que du coup impossible de dire si je suis hpi ou pas (même si ma psychiatre en reste persuadée).

bref, la psychologue qui m'a fait passer le test m'a parlé du troubles asperger. je ne m'y reconnais pas du tout mais bon. en tout cas je comprends très bien que ça soit compliqué pour toi !

Line
Messages : 32
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 22:07
Présentation : viewtopic.php?t=9798#p285377
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Line » mar. 21 mai 2019 18:28

Surrendipity a écrit :
mar. 21 mai 2019 14:06
la psychologue qui m'a fait passer le test m'a parlé du troubles asperger. je ne m'y reconnais pas du tout mais bon. en tout cas je comprends très bien que ça soit compliqué pour toi !
Coucou,

Moi aussi ma psy m'a parlé de troubles Asperger ou de traits autistiques de haut niveau.
Il est vrai que j'ai certaines similitudes avec ces traits.
Je vais certainement passer les tests avec ma psy vers la rentrée et selon les résultats je prendrai rdv au C.R.A, le centre de ressources de l'autisme.

Avatar du membre
Orphée
Messages : 43
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 20:53
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7389.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Orphée » mar. 21 mai 2019 19:58

Bonjour,

Petite question : qu'est-ce qui a amené vos psy à vous parler de ce trouble ?

Est-ce que grâce à la wais il peut y avoir orientation/suspicion d'asperger en fonction des résultats ?

Surrendipity
Messages : 6
Enregistré le : mar. 14 mai 2019 10:43
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Surrendipity » mer. 22 mai 2019 09:17

Bonjour,

Dans mon cas, c'est le long entretien en amont du test qui lui a mis la puce à l'oreille. J'ai mentionné qu'enfant j'étais plutot solitaire, vivant dans un monde imaginaire très très riche et essayant, le moins possible, de me reconnecter à la réalité. J'ai mentionné mes passions dévorantes : enfant j'étais passionnée d'animaux (en fonction des périodes cela a été : les chiens, les chevaux, les félins), j'ai expliqué que je m’intéressais déjà à l'élevage, la génétique, l'anatomie, les comportements de ces derniers. Je lisais énormément de romans également (4/5 par mois environ). Je ne parlais que de mes passions, tout le temps, j'essayais d'apprendre les races de chien et de chevaux à mon frère, leurs caractéristiques etc. J'ai également expliqué que j'étais une enfant hypersensible, qui avait peur de tout, très très angoissée par la mort au point de faire de grosses crises d'angoisse. Puis j'ai également parlé de mon hyperesthésie actuelle (très sensible aux bruits, aux odeurs, peau très très sensible etc...), de ma difficulté à comprendre certains implicites et de mon incapacité à parler de "petites choses" (small talk), de toujours vouloir se lancer directement dans des conversations profondes.

Elle m'a dit à ce moment la que ça lui faisait fortement penser à un syndrome d'asperger. voila ! :)

Line
Messages : 32
Enregistré le : dim. 30 déc. 2018 22:07
Présentation : viewtopic.php?t=9798#p285377
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Line » mer. 22 mai 2019 20:08

Orphée a écrit :
mar. 21 mai 2019 19:58
Petite question : qu'est-ce qui a amené vos psy à vous parler de ce trouble ?
Bonjour,

Pour moi, la psy a commencé à avoir des doutes dès l'entretien pour l'anamnèse par rapport à mon parcours scolaire chaotique dès la maternelle.

Puis le test l'a conforté dans sa suspicion au vu des résultats très hétérogènes.

Puis enfin lors de la restitution, à laquelle je suis allée avec ma mère. Elle nous a posé des questions et sur mon compte rendu elle a marqué possibilité de traits autistiques ou SA, et que ce ne serait pas incohérent que je passe des tests de dépistage de l'autisme.

Avatar du membre
Orphée
Messages : 43
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 20:53
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7389.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Orphée » mer. 22 mai 2019 20:59

D'accors je te remercie :)

Je suis preneuse de d'autres témoignages s'il y en a :)

En ligne
Avatar du membre
Pascalita
Messages : 945
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : Un coup d'œil sous l'écorce
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Pascalita » jeu. 23 mai 2019 08:44

@Orphée : il y a des topics qui abordent le syndrome d'Asperger...

Avatar du membre
Mlle-Qui
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 2 mai 2019 09:54
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Mlle-Qui » mer. 12 juin 2019 08:59

Me voici dans ce topic ou je ne pensais sincèrement pas atterrir !!

J'avais en tête que mon bilan serait hétérogène... Allez savoir pourquoi :think:
Il s'avère qu'il est homogène. Dans la moyenne supérieur même. Mais pas assez haut pour être confirmé "HP" !

Si on regarde juste les résultats comme ça, bah voilà, il est clair que je ne suis pas haut potentiel.
Et pourtant, le compte rendu et l'entretien de restitution disent que oui.

Je vous explique, après le test ma psy m'a donné 2 tests de personnalités à faire également. En analysant ces tests, plus l'anamnèse, plus les (nombreux) mails que je lui ai envoyé, elle m'a expliqué (et écrit dans le compte rendu) que j'avais bien un profil atypique.

Elle décrit aussi une dyssynchronie interne, et une inhibition intellectuelle. Rien que ça !!!

J'ai un gros travail à faire sur moi visiblement, et je ne sais par où commencer. Elle pense que j'ai bien du potentiel, mais bien trop bloquée émotionnellement pour l'exprimer, pour être vraiment moi même.

Le chemin va être long....
Dans la nuit qui m'environne, dans les ténèbres qui m'enserrent
Je loue les Dieux qui me donnent, une âme, à la fois noble et fière...

Avatar du membre
Mlle-Qui
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 2 mai 2019 09:54
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Mlle-Qui » jeu. 13 juin 2019 05:58

2 jours après la restitution, je me sens en colère contre moi !! Je me suis sabotée toute seule. Je connaissais les réponses, mais tellement peur de me tromper ou de dire des conneries que je me freine... bonjour la confiance en soi.
J'avais besoin d'un chiffre, mais je sais qu'il n'est pas représentatif de mes capacités. J'ai plus qu'à attendre pour pouvoir le repasser, si d'ici là ça me tient toujours à cœur.
Je sais que je vaut plus qu'un 114 !
Dans la nuit qui m'environne, dans les ténèbres qui m'enserrent
Je loue les Dieux qui me donnent, une âme, à la fois noble et fière...

En ligne
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 945
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Unesoprano » jeu. 13 juin 2019 06:51

Mlle-Qui a écrit :
jeu. 13 juin 2019 05:58
Je sais que je vaut plus qu'un 114 !
Je comprends parfaitement ta colère contre toi de n’avoir pas passé ce test « au mieux », (au mieux selon tes critères, d’ailleurs). Néanmoins, cela fait partie justement de son intérêt : ce qu’il peut mettre en lumière comme difficultés, et donc points potentiels de travail sur soi révélés. Ce qui est pointé, dyssynchronie et inhibition intellectuelle est quand même fort intéressant comme angle pour débuter un travail sur soi et son histoire, me semble-t-il.

Je suis étonnée par deux phrases dans tes deux dernières interventions : « le chemin va être long » et « je vaux plus qu’un 114 ». Pour moi cela rejoint le « besoin d’appartenance » qui devrait venir de l’extérieur afin de te permettre de te comprendre et/ou accepter tes différences et/ou difficultés relationnelles dans ta présentation. Comme s’il fallait un « plus » (le chiffre du QI) pour accepter des « moins » : les difficultés relationnelles que tu décris. J’entends un peu (et j’espère ne pas être blessante) au travers de ces mots, une colère surtout contre le fait, effectivement, qu’il va falloir te mettre en marche vers toi-même et que c’est inconfortable. C’est compréhensible, mais c’est par ce chemin que tu pourras résorber des inconforts plus importants que tu pointais lors de ta présentation.

Pourquoi le chemin vers un toi-même plus en phase de ce que tu peux être serait-il long?
Et quand bien même, ne crois-tu pas qu’on en apprend et qu’on porte une capacité à évoluer toute sa vie?
Nous portons tous des zones de nous-mêmes qui peuvent nous demander un travail sur soi au long cours, et alors???
Pourquoi se résumer à un chiffre?
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2577
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 36

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Napirisha » jeu. 13 juin 2019 07:33

Je comprends ta réaction, surtout si peu de temps après les résultats. C'est une photo à un instant t, et elle ne reflète pas que tes capacités intellectuelles, mais aussi tes réactions au contexte, ton état du moment. Ce n'est pas "saboté", même si ça révèle des choses dont tu te serais peut-être bien passée. (Mais dont tu avais déjà un peu conscience, sans doute ?)
En tout cas, le chiffre, c'est l'évaluation d'une performance, au moment où tu as passé ce test, ce n'est en rien ce que tu vaux. Et si j'ai bien compris, l'entretien de restitution confirme que c'était tout à fait cohérent de ta part de chercher dans cette direction. Pour la suite, est ce que la psy t'as suggéré des pistes pour un accompagnement ou un travail sur toi, si tu en ressens le besoin ?
Prends ton temps pour digérer ça :hug:
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Mlle-Qui
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 2 mai 2019 09:54
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Mlle-Qui » jeu. 13 juin 2019 08:22

Merci beaucoup pour vos réponses.
C'est vrai que comme je l'expliquais dans ma présentation, je n'ai jamais appartenu à un groupe quelconque et c'est un manque étrange. Je ne me suffit pas à moi même visiblement, c'est très perturbant. Je ne comprend pas vraiment pourquoi j'ai besoin de ce "plus" pour me sentir légitime. C'est d'ailleurs un point que ma psy a soulevé, je ne me sens pas légitime dans presque tout ce que je dis ou fais.
Alors oui le chemin va être long !
Parce que déjà j'ai pas envie de m'y engager. J'ai peur de ce que je vais trouver. Je croyais avoir vécu une vie ordinaire, avec ses lots d'emmerdes. Mais ces lots en question m'ont laissé des traces apparemment, et j'ai pas envie de replonger dans mon passé, j'ai assez souffert comme ça.
Je croyais que c'était derrière moi et je m'aperçois que je me suis menti. C'est dur !!

C'est surtout ça finalement qui me met en colère, c'est pas tant le chiffre... c'est ce qu'il y a autour...

En effet l'entretien de restitution m'éclaire sur mon fonctionnement atypique. La psy me laisser digérer et la recontacter quand je serai prête à entamer le processus de "guérison" :rrmiaou:
Elle m'a proposé comme 1er exercice de m'écrire une lettre à moi même.... :sweat:
Dans la nuit qui m'environne, dans les ténèbres qui m'enserrent
Je loue les Dieux qui me donnent, une âme, à la fois noble et fière...

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12591
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par TourneLune » jeu. 13 juin 2019 08:39

114 de QI, c'est quand même dans les 20% les plus hauts, à la louche.... Se reprocher de ne valoir que ça, c'est quand même drôlement rude envers soi-même.... Je te souhaite de trouver le chemin qui te permettra de t'accepte sans avoir besoin de se mettre des objectifs super élevés...
Bon courage, tu as déjà de belles portes ouvertes devant toi pour explorer des pistes ;)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Mlle-Qui
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 2 mai 2019 09:54
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Mlle-Qui » jeu. 13 juin 2019 08:47

Merci TournLune... mon bilan a révélé aussi une sacré exigence envers moi même tiens :worried: les habitudes ont la vie dure :$
Je sais que 114 c'est pas rien, mais je sais aussi que j'avais la capacités de faire "mieux".
Toute ma scolarité, il était écrit sur mes bulletins "peut mieux faire".... mon bilan reflète tout à fait ce que je fais depuis des années, me reposer sur mes acquis, et bien évidemment un gros manque de confiance en soi...
En tout cas merci à vous de me répondre, je me sens moi seule et surtout ça m'aide à relativiser !
Dans la nuit qui m'environne, dans les ténèbres qui m'enserrent
Je loue les Dieux qui me donnent, une âme, à la fois noble et fière...

En ligne
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 945
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Unesoprano » jeu. 13 juin 2019 09:06

Il y a peut-être une confusion entre ce qui a été demandé/remarqué/exigé dans la scolarité et le résultat du test. Ce n’est pas une évaluation scolaire, mais une photo qui peut permettre de mieux appréhender ses points faibles (et fort) cognitifs et/ou psychologiques afin de pouvoir exploiter au mieux nos possibles. (Ou alors je n’ai rien compris au test que je vais passer le mois prochain). Cela me semble réellement des situations différentes. La psychologue n’est pas un professeur.

La confiance en soi s'agrandit et se forme par ailleurs en osant explorer en dehors de sa zone de confiance. Avec de la bienveillance pour nos hésitations, erreurs ou confusions, découvertes... C’est plutôt chouette !

Je me permets une dernière petite chose: j’ai été interpellée par tes mots : «  je ne me suffit pas à moi-même et c’est perturbant ». Ben heureusement, non? L'échange avec d’autres humains, c’est quand même autrement plus chouette que de soliloquer tout seul dans son coin!!!
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Mlle-Qui
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 2 mai 2019 09:54
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Mlle-Qui » jeu. 13 juin 2019 09:17

Alors j'ai mal tourné ma phrase en fait lol, je voulais dire que je ne me plait pas tel que je suis. La fille hésitante, pas sûr d'elle, qui se pose trop de question, à savoir si elle est bien dans la norme ou pas...
Pour ce qui est de discuter avec d'autres personnes, c'est facile quand je les connais, sinon je ne sais pas entamer une conversation :$

En effet le Wais n'a rien de scolaire, mais je voulais faire le rapprochement en fait entre ma personnalité d'hier et d'aujourd'hui. Je n'ai pas changé !
Dans la nuit qui m'environne, dans les ténèbres qui m'enserrent
Je loue les Dieux qui me donnent, une âme, à la fois noble et fière...

En ligne
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 945
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Unesoprano » jeu. 13 juin 2019 09:55

Je ne suis pas d’accord sur le rapprochement et la question du non-changement.

Le WAIS a donné deux clefs importantes visiblement, clefs qui peuvent expliquer le ressenti des enseignants sur le potentiel qui était en sommeil lors de ta scolarité. Après, les « peut mieux faire » sans connaître les difficultés mises en lumière par le WAIS peuvent avoir engendré une insécurité. Car si toi tu ne trouvais pas la clef pour mieux faire, ben ça devenait compliqué... Tu n’es pas responsable de cet état de fait. L’évolution devenait difficile sans aide. Mais quelque chose a changé puisque tu t’es mis en marche pour chercher un début de solution, chemin qui t’a conduit au WAIS. :)

Édit : [Mais j’ai répondu encore sur une problématique personnelle, peut-être faut-il désormais échanger plutôt sur le profil de MlleQui? Ou déplacer mes réponses? Avec toutes mes excuses en ce cas.]
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
lady space
Messages : 2103
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 55

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par lady space » jeu. 13 juin 2019 13:29

Mlle-Qui a écrit :
mer. 12 juin 2019 08:59
Si on regarde juste les résultats comme ça, bah voilà, il est clair que je ne suis pas haut potentiel.
Et pourtant, le compte rendu et l'entretien de restitution disent que oui.
Je mets peut-être de l'huile sur le feu, mais j'avais envie de souligner que, visiblement, le ou les tests ont permis à ta psy de conclure au haut potentiel, même si le chiffre n'y est pas. C'est donc toi qui classes ton résultat dans la catégorie "non concluant" et même dans celle du "non", contrairement à la psy.

Du coup, je vois une légère contradiction quand tu dis manquer de confiance en soi, tout en rejetant la conclusion de la psy de ton propre chef. :huhu:

Après, je comprends fort bien que ce soit déstabilisant de devoir composer avec un résultat auquel tu ne t'attendais pas, qui a mis en lumière des points que tu croyais résolus. Mais justement, ces résultats peuvent t'apporter un autre éclairage qui te permettra d'en venir à bout cette fois-ci.

Par contre, il est parfaitement illusoire de supposer qu'un chiffre sans appel, genre à 142, t'aurait permis de te plaire comme tu es. Tout au plus, cela aurait réglé une fois pour toutes la question d'être dans la norme ou pas. Et si ta psy te dit que tu as un profil atypique, ça apporte la même réponse, à savoir "non, tu n'es pas dans la norme". Mais la démarche d'apprendre à s'accepter comme on est reste à faire, c'est juste que là, tu disposes d'un élément de plus pour décrire ce que ça veut dire dans ton cas, ce fameux "comme tu es".

Courage ! Tout cela paraît insurmontable tant que c'est encore tout frais. Mais tu verras au fil du temps que c'est plutôt sympa de savoir qu'on a des atouts aussi et d'apprendre à s'en servir. ;)
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Léo
Messages : 603
Enregistré le : lun. 1 avr. 2013 18:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : A l'ouest
Âge : 36

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Léo » jeu. 13 juin 2019 17:17

Mlle-Qui a écrit :
jeu. 13 juin 2019 05:58
2 jours après la restitution, je me sens en colère contre moi !! Je me suis sabotée toute seule. Je connaissais les réponses, mais tellement peur de me tromper ou de dire des conneries que je me freine... bonjour la confiance en soi.
J'avais besoin d'un chiffre, mais je sais qu'il n'est pas représentatif de mes capacités. J'ai plus qu'à attendre pour pouvoir le repasser, si d'ici là ça me tient toujours à cœur.
Je sais que je vaut plus qu'un 114 !
Dans un premier temps, ce que tu dis de toi-même serait à explorer/accueillir comme un résultat à part entière... parce qu'entre le sabotage et le je vaux plus que, tu es dans un jugement critique assez sévère envers toi-même.
La façon dont on envisage le résultat d'un test rejoint le système de notation/performance qui colle à la représentation qu'on se fait de ce qui est bien ou pas bien... On a beau le savoir, c'est dur de s'en départir pour voir autre chose. Aussi, il me semble qu'on surestime trop la valeur d'un chiffre haut dans le sens où l'on y projette ses propres frustrations et désirs de réussite ou réparation d'un état plus complexe... On se dit que plus c'est haut, mieux c'est... et là, c'est vraiment loin d'être "vrai". Cela ne devrait pas avoir valeur de substitution ou d'interprétation sur ce qu'on vaut. On vaut pas un chiffre...

Lorsque j'ai passé mon premier test, à l'adolescence, le chiffre indiqué (pas haut) ne m'ayant pas été expliqué et mes proches n'ayant pas non plus très bien compris l'enjeu plus global d'un tel diagnostic, j'ai déchiré le bilan. Autour de moi, le surdoué était vu comme un être supérieur, bon élève, champion d'échecs, bac à seize ans etc etc... Ce cliché, qui existe, ne peut avoir valeur de vérité pour tous les autres surdoués ou pas surdoués...
Le test que j'ai repassé à l'âge adulte, sans chiffre mais complet et révélateur, je l'ai accueilli au départ avec les mêmes déceptions et puis, j'ai mieux compris, en venant ici entre autres et en continuant le travail avec le psy que non, c'était pas aussi simple. Mes failles, mes tares, mes sabotages (mais aussi ce qui va bien) sont des constructions à part entière sans chiffre mais pas sans valeur dans ce que j'ai à réparer et à faire.

L'autre point qui m'a aidé à relativiser l'enjeu et la valeur d'un chiffre, est que ce test évalue d'abord des compétences/capacités cognitives... Il dit : "ça fonctionne bien" à 100 ou 115 ou 140 et il dit que ça fonctionne moins bien aussi, haut ou bas quand on ne réussit pas certains items...

J'espère que tu trouveras que tu vaux quelque chose qui t'es propre ;)
"Soudain, la jeune fille, le plus tranquillement du monde, entreprit de se curer le nez avec les doigts." Witold Gombrowicz

Avatar du membre
Mlle-Qui
Messages : 38
Enregistré le : jeu. 2 mai 2019 09:54
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Message par Mlle-Qui » ven. 14 juin 2019 09:44

Merci à tous pour vos réponses qui me réconfortent, sincèrement.
Il est clair que je me met la barre très haute, trop haute même. Et pourtant dans ma famille je n'ai pas eu la pression quant à la réussite scolaire ou professionnelle. Mes parents m'ont toujours laisser le choix. Peut être trop le choix finalement... Bref je m'égare.
Unesoprano a écrit :
jeu. 13 juin 2019 09:55
Je ne suis pas d’accord sur le rapprochement et la question du non-changement.

Le WAIS a donné deux clefs importantes visiblement, clefs qui peuvent expliquer le ressenti des enseignants sur le potentiel qui était en sommeil lors de ta scolarité. Après, les « peut mieux faire » sans connaître les difficultés mises en lumière par le WAIS peuvent avoir engendré une insécurité. Car si toi tu ne trouvais pas la clef pour mieux faire, ben ça devenait compliqué... Tu n’es pas responsable de cet état de fait. L’évolution devenait difficile sans aide. Mais quelque chose a changé puisque tu t’es mis en marche pour chercher un début de solution, chemin qui t’a conduit au WAIS. :)
Vu comme ça c'est clair que j'y suis pour rien !! lol A moi aujourd'hui de me donner les moyens de changer (et c'est vrai j'ai déjà commencé du fait de ma démarche pour le bilan)
lady space a écrit :
jeu. 13 juin 2019 13:29

Je mets peut-être de l'huile sur le feu, mais j'avais envie de souligner que, visiblement, le ou les tests ont permis à ta psy de conclure au haut potentiel, même si le chiffre n'y est pas. C'est donc toi qui classes ton résultat dans la catégorie "non concluant" et même dans celle du "non", contrairement à la psy.

Du coup, je vois une légère contradiction quand tu dis manquer de confiance en soi, tout en rejetant la conclusion de la psy de ton propre chef. :huhu:
En fait la psy n'a pas affirmé ni infirmé le haut potentiel, sur mon bilan c'est bien noté. Il est écrit dans le compte rendu "profil atypique" et elle me l'a dit oralement aussi. Elle voit en moi un haut potentiel mais ne peut pas le rendre officiel...
C'est vrai que je pourrais me dire enfin "ah bah voila, tu n'es pas bizarre tu es bien différente !" mais le score ne me permet pas de me sentir légitime. Ca c'est le travail que je dois faire sur l'estime de soi !!!
Léo a écrit :
jeu. 13 juin 2019 17:17

Dans un premier temps, ce que tu dis de toi-même serait à explorer/accueillir comme un résultat à part entière... parce qu'entre le sabotage et le je vaux plus que, tu es dans un jugement critique assez sévère envers toi-même.
La façon dont on envisage le résultat d'un test rejoint le système de notation/performance qui colle à la représentation qu'on se fait de ce qui est bien ou pas bien... On a beau le savoir, c'est dur de s'en départir pour voir autre chose. Aussi, il me semble qu'on surestime trop la valeur d'un chiffre haut dans le sens où l'on y projette ses propres frustrations et désirs de réussite ou réparation d'un état plus complexe... On se dit que plus c'est haut, mieux c'est... et là, c'est vraiment loin d'être "vrai". Cela ne devrait pas avoir valeur de substitution ou d'interprétation sur ce qu'on vaut. On vaut pas un chiffre...
Oui je confirme je suis très sévère envers moi même. Je suis mon 1er juge et je ne me laisse aucune marge de manœuvre niveau erreur. Je m'en aperçois souvent après coup, mais mon exigence prend toujours le dessus.
Léo a écrit :
jeu. 13 juin 2019 17:17

Lorsque j'ai passé mon premier test, à l'adolescence, le chiffre indiqué (pas haut) ne m'ayant pas été expliqué et mes proches n'ayant pas non plus très bien compris l'enjeu plus global d'un tel diagnostic, j'ai déchiré le bilan. Autour de moi, le surdoué était vu comme un être supérieur, bon élève, champion d'échecs, bac à seize ans etc etc... Ce cliché, qui existe, ne peut avoir valeur de vérité pour tous les autres surdoués ou pas surdoués...
Le test que j'ai repassé à l'âge adulte, sans chiffre mais complet et révélateur, je l'ai accueilli au départ avec les mêmes déceptions et puis, j'ai mieux compris, en venant ici entre autres et en continuant le travail avec le psy que non, c'était pas aussi simple. Mes failles, mes tares, mes sabotages (mais aussi ce qui va bien) sont des constructions à part entière sans chiffre mais pas sans valeur dans ce que j'ai à réparer et à faire.

L'autre point qui m'a aidé à relativiser l'enjeu et la valeur d'un chiffre, est que ce test évalue d'abord des compétences/capacités cognitives... Il dit : "ça fonctionne bien" à 100 ou 115 ou 140 et il dit que ça fonctionne moins bien aussi, haut ou bas quand on ne réussit pas certains items...
Au départ je me disais que peu importe le résultat, j'allais en savoir plus sur moi et c'est le plus important. Mais dans le fond je m'attendais pas à avoir autant de problème ! C'est ce qui me fait peur comme je l'ai dit plus haut. Replonger dans tout ça pour m'accepter comme je suis et me sentir légitime... c'est très angoissant.

Mais je vais surmonter tout ça, pour moi d'abord, puis pour mes enfants (qui semble suivre le chemin du haut potentiel...)

En tout cas merci à tous pour vos messages et votre soutien.
Je ne vais pas polluer le topic, si j'ai besoin de vous j'irai dans ma présentation, promis :rock:

Suite par là ;) viewtopic.php?f=9&t=10101&p=298167#p302273 :f:
Dans la nuit qui m'environne, dans les ténèbres qui m'enserrent
Je loue les Dieux qui me donnent, une âme, à la fois noble et fière...

Répondre