[QALC] Mais la science, c'est quoi ?

Répondre
Kurai
Messages : 83
Enregistré le : mar. 13 août 2019 16:59
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 28

Coucou,
En fait, je voulais vous demander, mais pour vous, c'est quoi la science ? Parce que je vois que tout le monde parle de méthodologie rigoureuse, de preuves, de s'opposer à des croyances, etc. Sauf que personne ne définit réellement ce que c'est pour lui la science, et je trouve ça intéressant de savoir parmi les scientifiques et les moins scientifiques quelle image on se fait personnellement de la science (et de la comparer avec ce qui a été défini pendant des siècles). C'est un sujet qui revient pas mal en ce moment, y compris avec des thésards qui font pas mal d'amalgames à mon sens, alors je me dis que c'est peut-être moi qui en fais pas mal :lol:

Je précise que je ne tiens pas à une définition formelle, rigoureuse, etc; je me demande juste, si instinctivement on vous demande de définir la science et la décrire le plus simplement du monde sans utiliser les mots du vocabulaire scientifique (donc me dites pas un truc du style "des connaissances prouvées par des méthodes rigoureuses" parce que ca me dit pas ce que sont les "preuves" et les "méthodes rigoureuses" :lol: ), comment vous la définiriez concrètement au quotidien ? Je vais être plus concret: pour vous, que fait un chercheur/scientifique ? Comment vous feriez la différence entre un scientifique et un non-scientifique ?
Avatar du membre
Dova Miku 7
Messages : 53
Enregistré le : mer. 27 déc. 2017 20:34
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9029
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 33

Pour moi c’est l’ensemble de toutes les réponses.
C’est une encyclopédie qui contiendrait tout ce que l’on sais sur tout.
On aurait du commencer à se méfier quand "intello" est devenu une insulte à l'école...
Avatar du membre
Kliban
Messages : 310
Enregistré le : mar. 15 oct. 2013 18:15
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/trois-mots-fleuve-quoi-bonsoir-t4092.html]bah ![/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 50
Contact :

Une scientifique, pour moi, en tant qu’elle se comporte en scientifique, hein, pas qu’elle invoque la science comme un bréviaire de vérité pour raconter nawak sur whatever, c’est quelqu’un qui essaie de rendre raison d’un phénomène (donc de régularités dans un ensemble d’observations, ou d’irrégularités qu’elles manifesteraient au regard d’explication admises) à partir d’observations empiriques maitrisées et de schèmes explicatifs reconnus pour leur capacité à modéliser les phénomènes du champ où elle intervient. Ce faisant, elle peut-être amenée à faire évoluer les règles de la maîtrise expérimentale ou les schèmes explicatifs propre au champ (les deux n’étant d’ailleurs pas décorrélés). Idéalement, elle cherche à faire progresser son champ, à clarifier les explications qu’on donne aux phénomènes dans son champ ou à y intégrer des phénomènes qui en étaient exclus. Elle se méfie des idées préconçues, et les met à l’épreuve de la cohérence interne aux schèmes explicatifs de son domaine (théories) et de toute façon ne reconnaît rien pour acquis qui n’ait des bases empiriques (expérimentales/observationnelles) solides.
Ça c’est l’idéal. Après, elle est prise dans ses croyances propres, qui orientent la façon dont elle interroge son champ, par des instituons diverses qui définissent et modulent les moyens de sa recherche et contraignent ce qui peut être dit ou non, par des jeux statutaires qui limitent sa capacité à être entendue, par des contraintes de laboratoire qui définissent souvent la plus grande partie de son emploi du temps, par des incitations à publier coûte que coûte qui rongent parfois sa capacité à inventer et peuvent mettre à l’épreuve son intégrité morale, par des dynamiques sociologiques complexes et concurrentielles dont la rivalité pas toujours amène n’est pas absente, mais qui connaît aussi des collaborations lumineuses. Et enfin, par une addiction aux joies orgasmiques de la découverte lorsque un fouillis innommable révèle ses régularités en quelques formes simples - ou à la reconnaissance par ses pairs, voire par la société plus généralement.
Je m’émerveille que de la science soit toujours possible avec cela. :D
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Kliban pour son message :
Enuma
Classement : 1%
De main gauche à main droite, le flux des savoirs - en mes nuits, le règne du sans-sommeil - en mon coeur, ah, if only!, le sans-pourquoi des roses.
Avatar du membre
Enuma
Messages : 49
Enregistré le : ven. 4 oct. 2019 13:17
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10390
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 45

La science pour moi c'est comprendre comment fonctionne le monde qui nous entoure, à toutes les échelles. C'est le fait d'accumuler des connaissances.

Un scientifique, selon moi, c'est quelqu'un qui se pose des questions, qui se remet en question, qui ne doit pas être dogmatique, qui est rigoureux dans ses tests et qui devrait être désintéressé. C'est quelqu'un qui cherche à apprendre tout le temps.

Après, dans la réalité, c'est pas ce qui se passe malheureusement. Surtout la personnalité de certains scientifiques où c'est finalement plus les grandes gueules qui ont le dernier mot, ceux qui ont les dents longues et qui sont carriéristes. Après tout, c'est aussi comme ça que sont recrutés beaucoup de chercheurs actuellement au final.

A ce sujet, il y a un très intéressant essai paru il y a quelques années : http://brunolemaitre.ch/narcissism-science/book/
Un reproche à lui faire, il considère que ça ne touche que les hommes, pas les femmes. Pour ça, je ne suis pas d'accord.
Avatar du membre
O'Rêve
Messages : 784
Enregistré le : mar. 1 avr. 2014 18:56
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Pour moi le scientifique c’est d’abord quelqu’un qui n’a pas de certitudes. C’est quelqu’un qui s’interroge sur le monde qui l’entoure et qui essaie de le comprendre et de l’expliquer.

La science se construit sur des questionnements. Il me semble aussi que dans la science, il y a une recherche de ce qui unit (lois universelles ou communes) mais qui permet aussi de répondre à ce qui différencie. Et puis dans la science il me semble que rien n’est acquis, et que chaque connaissance est révisable à tout instant.
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur O'Rêve pour son message :
Enuma
Classement : 1%
Chris De Nice
Messages : 30
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 10:14
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 51

La science c'est le questionnement du monde.
La méthode scientifique c'est l'ensemble des outils aptes à répondre à ce questionnement.
L'objectif est le savoir.
La communauté scientifique est la garantie que l'objectif n'est jamais perdu de vue par un de ses membres.

L'humain a semble-t'il tendance à faire coller le réel à ses aspirations. Le scientifique n'échappe pas à la règle, il n'est pas un surhomme.
Einstein lui-même n'y a pas échappé (pour qui connait l'histoire de sa constante cosmologique).
Le contrôle par les pairs, l'outil de science le plus important selon moi, est le garde-fou indispensable à la recherche objective du réel.

Et c'est seulement ça selon moi qui différencie la science de tous les autres outils de connaissance et/ou de réflexion au sujet du monde : sa capacité à se débarrasser de la subjectivité de ceux qui la pratiquent.

De quoi relativiser sur les qualités supposées des hommes et femmes de science, même si j'ai le sentiment que c'est un peu mieux qu'ailleurs (décidément, personne n'y échappe).
Chuchumuchu
Messages : 95
Enregistré le : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 26

@Kurai OH NO ! TROP DE QWESHTIONNES !

1. Pour vous c'est quoi la science ? Comment la définiriez-vous concrètement au quotidien ?
C'est ce que font les scientifiques.
2. Que fait un.e chercheur/euse / un.e scientifique ?
De la science.
3. Comment feriez-vous la différence entre un.e scientifique et un.e non-scientifique ?
Le/la premier.e fait de la science, le/la deuxième fait de la non-science.

... :cheers:

Bon ok, plus sérieusement :

1. C'est un ensemble de disciplines qui visent à comprendre notre environnement et notre propre nature, par simple curiosité ou dans l'objectif de nous adapter au mieux à notre environnement et/ou de l'adapter à nos besoins. Cet ensemble de disciplines est également basé sur la reconnaissance de notre faillibilité, c'est pourquoi il est géré par un ensemble de règles qui visent à minimiser nos erreurs et nos biais.
"Concrètement au quotidien", cela veut dire qu'on essaye d'uniformiser ces pratiques de limitation des erreurs, de choisir celles qui ont fait leurs preuves. Ce qui crée un socle sur lequel se basent les sciences dans leur ensemble. On s'attache aussi à catégoriser les différentes sciences afin d'en avoir une compréhension plus fine, ce qui implique une spécialisation des chercheur/euse.s et l'adaptation si nécessaire des pratiques citées plus haut.

2. Un.e chercheur/euse ou un.e scientifique émet une hypothèse ou une théorie, basée sur une (ou des) observation(s), et cherche à déterminer l'inadéquation de celle-ci en la mettant à l'épreuve de l'expérience, en respectant les règles de limitation des erreurs.

3. Cette question est assez vaste : en premier lieu, je vérifierai si son domaine d'étude est considéré comme fiable et légitime, d'après d'autres disciplines scientifiques voisines, par exemple si l'individu "à tester" pratique une médecine alternative, je regarderais si les professionnel.le.s des autres médecines ont émis un avis sur cette pratique. Ensuite, et c'est sûrement le point le plus important, j'observerai si son discours est cohérent et si ses méthodes sont rigoureuses et s'appuient sur les mêmes règles élémentaires que les autres disciplines. Enfin, j'analyserai aussi son contexte : pourquoi pratique-t-il/elle ? A-t-il/elle été déjà épinglé pour un manque de rigueur ?

Je ne suis pas bien sûr de le formuler correctement mais je trouve qu'il est fondamental d'inclure à la base du principe de science cette idée des biais et erreurs possibles. Je trouve qu'il n'est pas pertinent de dire qu'idéalement un.e scientifique n'a pas de biais, car c'est une impossibilité technique : si un.e scientifique n'avait pas de biais, il/elle ne serait pas humain.e. D'ailleurs même en étant non humain.e on peut avoir des biais. Par exemple il a été démontré que des intelligences artificielles pouvaient montrer des biais, pas parce que leur méthode était faillible, mais plutôt parce que ses "inputs", les données qu'on lui avait inculqué étaient biaisées. Donc ce risque est omniprésent dans la science et c'est pour cela qu'elle comporte intrinsèquement des "gardes-fous".
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)
Kurai
Messages : 83
Enregistré le : mar. 13 août 2019 16:59
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 28

@Kurai OH NO ! TROP DE QWESHTIONNES !

1. Pour vous c'est quoi la science ? Comment la définiriez-vous concrètement au quotidien ?
C'est ce que font les scientifiques.
2. Que fait un.e chercheur/euse / un.e scientifique ?
De la science.
3. Comment feriez-vous la différence entre un.e scientifique et un.e non-scientifique ?
Le/la premier.e fait de la science, le/la deuxième fait de la non-science.
C'est peut-être celle qui répond le plus parfaitement à la consigne du plus "simplement possible" ! :lol:
Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 1327
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 33

Pour moi la science vise à comprendre le monde qui nous entoure en y mêlant des démonstrations vérifiables par le calcul et l'observation et surtout qui y intègre l'honnêteté, à savoir les biais d'échantillonnage par exemple, l'humilité d'une connaissance qui peut être sujet à révision de part notre savoir parcellaire. Elle doit réussir à créer un consensus tout en y laissant le libre arbitre de la réflexion.

Ce doit être à mon sens l'inverse d'un dogme.

Il est assez difficile de parler de science dure, molle, réelle ou non, mes croyances scientifiques étant jeune ne sont plus toujours les mêmes que celles d'aujourd'hui. Tout est sujet à révision, dans la mesure où l'on s'applique une vraie rigueur de réalisation.

Je dirai que je peux considérer certaines expériences scientifiques au sujet du paranormales de scientifiques dans la mesure ou les auteurs de ses recherches admettent eux-mêmes que leurs résultats ne sont pas tangibles, faute de preuves concrètes, la démarche est je trouve juste.

A contrario, bien que réalisées de manières scientifiques, je conspue facilement toute étude dont les biais d'un faible échantillonnage ou autre ne serait pas mis en avant.

Il faut montrer patte blanche dans la quête de connaissance.

Connaissance doit être différent de croyance.
dani
Messages : 1057
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

1. Pour vous c'est quoi la science ? Comment la définiriez-vous concrètement au quotidien ?

C'est une manière d'appréhender le monde et ses multiples questions sur la base d'approches méthodologiques rigoureuses reconnues par les scientifiques. Les approches méthodologiques doivent s'adapter au sujet d'étude : les phénomènes humains nouveaux, qui ne sont pas encore expliqués par une théorie, font souvent d'abord l'objet d'études qualitatives (qui a ses propres outils rigoureux, mais très différents des outils quantitatifs) pour tenter de construire un modèle explicatif qui devra être confirmés par de multiples autres études (aussi bien qualitatives que quantitatives). Les phénomènes de laboratoires sont bien plus faciles à circonscrire que les phénomènes humains (sociologiques, psychologiques, psychosociaux etc). Pour les comprendre, les chercheurs utilisent de plus en plus les "mixed methods", c'est à dire des approches quali et quanti qui permettent de se faire mutuellement écho et qui renforcent la compréhension du phénomène étudié

2. Que fait un.e chercheur/euse / un.e scientifique ?

Il définit 1) la problématique à traiter (souvent, avec des lectures, il découvre que le problème préalable n'est pas le problème essentiel... la littérature scientifique l'aide à définir une question de recherche la plus pertinente possible). 2) il applique des méthodes adaptées à sa question de recherche (donc quanti ou quali selon le phénomène) et effectue des analyses adaptée aussi (choix des stats à utiliser, choix de la méthode d'analyse qualitative la plus adéquate possible).

En principe, surtout en quali, plusieurs chercheurs font l'analyse des données pour limiter les biais de perception. Mais en quanti le choix des stats est aussi à discuter car selon le sujet un type de stats ou l'autre est plus pertinent qu'un autre.

3. Comment feriez-vous la différence entre un.e scientifique et un.e non-scientifique ?

Le premier applique ces principes/ces démarches, le non scientifique ne les applique pas
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)
Répondre