Les rites de passage

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?
Répondre
Avatar du membre
Gail
Messages : 37
Enregistré le : ven. 14 juin 2019 23:08
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10205#p302753
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Vendée
Âge : 37

Les rites de passage

Message par Gail » dim. 6 oct. 2019 23:04

J'avais partagé mon sentiment que notre société manque cruellement de rites de passage sur le fil "A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?"
Comme certains ont eu l'air intéressés, je développe un peu plus.

Je pense qu'en France, particulièrement, et dans de nombreuses sociétés occidentales, les rites de passage ont quasiment disparu, ce qui rend difficile de trouver sa place dans la société. J'imagine qu'aux USA, le bal de promo, le sweet sixteen, la remise des diplômes et le Spring Break, bien que très discutables, permettent d'avoir des comportements adolescents connus et reconnus par la société. Il y a un avant (l'enfance) et un après (l'âge adulte). A travers ma vision frenchy, j'imagine que ça peut aider à mieux trouver sa place, à se sentir un peu moins seule.

Mais peut-être faut-il commencer par développer ce qu'est un rite de passage. Je n'ai pas fait de revue de la littérature exhaustive, j'ai juste utilisé quelques articles disponibles en ligne pour planter le décor.

Définition des rites de passage
Source: Rites de passage et adolescence Jonathan Ahovi et Marie Rose Moro Dans Adolescence 2010/4 (n° 74), pages 861 à 871
https://www.cairn.info/revue-adolescenc ... ge-861.htm

"Ce sont « toutes les séquences cérémonielles qui accompagnent le passage d’une situation à une autre et d’un monde (cosmique ou social) à un autre ».(...) Selon A. Van Gennep, une cérémonie de passage obéit à un schéma constitué de trois moments : séparation, marge, agrégation."
Les rites de passage humains ont comme principal but, même et surtout dans les moments de séparation, d’assurer une union, une agrégation et non une exclusion.


Les rites de passage ont donc pour but de faciliter le passage d'un état à un autre en amplifiant la rupture avec l'état antérieur et l'appartenance au groupe de l'état suivant et en donnant le script de ce passage.

Exemples de rites de passage
- Rites exotiques
Source Global Citizen https://www.globalcitizen.org/fr/conten ... around-th/
Les Masaï: Les Maasai du Kenya et de la Tanzanie ont plusieurs rites de passage qui transportent les garçons à l'âge adulte. Les garçons âgés de 10 à 20 ans sont réunis pour être initiés comme nouveaux «guerriers » de la tribu, placés dans des dizaines de maisons construites pour l'occasion. La nuit avant la cérémonie, les garçons dorment dehors dans la forêt, et à l'aube, ils reviennent pour une journée de chant et de danse. Ils boivent un mélange d'alcool, de sang de vache et de lait, tout en consommant de grandes portions de viande. Après ces festivités, ils sont prêts à être circoncis, ce qui rend officielle leur transformation en homme, guerrier et protecteur. Comme dans d'autres rites de passage, les garçons ne peuvent pas flancher, car cela serait la honte pour leurs familles et montrerait leur manque de bravoure.
Pour les 10 prochaines années, les garçons vont rester au camp des guerriers où ils apprennent diverses compétences. Après la cérémonie marquant leur passage de guerrier à guerrier supérieur, ils ont droit d’épouser la femme de leur choix.


- Rites français du XIXe siècle
Source: Des rites de passage aux « premières fois ». Une expérimentation sans fins [article] Michel Bozon
Agora débats/jeunesses  Année 2002  28  pp. 22-33

La première communion, célébrée vers 12 ou 13 ans, avait une signification profane autant que religieuse. Elle constituait une ritualisation du passage à l'âge pubère, autrement dit de l'enfance à la jeunesse. Le jour de la communion, les filles, habillées de blanc, étaient comme de petites mariées, symbole très clair de la puberté. Quant aux garçons, ils se mettaient à porter des pantalons.

L'article cite aussi le service militaire pour les hommes et le mariage avec les transferts des biens, de la femme "de la maison de son père à celle de son époux" et l'initiation sexuelle de la femme.

Réflexions
Peu à peu, ces derniers rites de passage ont disparu. Avec 30% d'athées et d'agnostiques en France et avec une société volontairement laïque, les rites religieux sont quasiment rentrés dans la sphère privée.

Grossièrement, les rites de passage permettaient de dire: "nous sommes tous passés par là, vous y arriverez et vous serez des nôtres. "
Dans nos sociétés individualistes, ce serait plutôt : " on est tous passés par là, nous faites pas ch** avec vos états d'âme !" Naissance, deuil, adolescence, on est prié de gérer ça vite et bien, et en silence de préférence!

Le plus complexe autour de l'adolescence, ce sont ces injonctions contraires. L'alcool est à la fois encouragé et dénoncé. Les jeunes filles doivent devenir séduisantes, savoir se mettre en valeur, ne pas être "coincées" ou "sainte Nitouche" mais sont priées de ne pas avoir de vie sexuelle avant 17 ou 18 ans. Les jeunes hommes doivent être à l'aise, avoir confiance en eux et enchaîner les conquêtes...tout en étant sensible et respectueux envers la gente féminine.
Il me semble qu'un bon vieux rite de passage permettrait d'établir des repères, au moins pour ceux qui se posent trop de questions...

Dans ma petite vie toute simple, je pense n'avoir vécu qu'un seul rite de passage: la classe de dissection en 2ème année de médecine. Même si de nos jours, il y aurait moyen d'apprendre l'anatomie différemment et qu'il est difficile d'avoir des corps ( Ben oui, on ne peut plus simplement aller les voler la nuit dans les cimetières, comme au XIXe siècle), je pense que ce moment est important. On est coupé du monde, pour vivre une épreuve et, en sortant de là, on fait partie de cette communauté étrange qui côtoie la souffrance, la merde et la mort. A mon avis, ce sentiment d'appartenance aide à gérer le poids de ce qu'on peut vivre en tant que soignant.

De la même façon, les pompiers, les forces de l'ordre ont besoin de cette cohésion, de cette appartenance. C'était le rôle des bizutages, un rite de passage pour intégrer les nouvelles recrues. Malheureusement, les dérives ont jeté le doute sur tout le processus...

Alors faut-il réintroduire quelques rites de passage dans nos fonctionnements? Finalement, le problème ne vient il pas plutôt de la disparition du collectif au profit de l'individu ?

Malheureusement, on a pu voir qu'une agression extérieure est nécessaire et suffisante pour voir renaître une forme de patriotisme. Mais la mémoire du peuple est courte et les agressions des forces de l'ordre et des pompiers ont vite repris.
"Si vous entendez un bruit de sabots, pensez à des chevaux, pas à des zeebres"
Aphorisme médical pour inciter les etudiants zélés à rechercher d'abord les diagnostics les plus fréquents plutôt qu'une maladie rare

Répondre