La Parentalité

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar de l’utilisateur
Jue
Messages : 249
Inscription : mar. 5 juin 2012 14:00
Profil : Bilan -
Test : WAIS

Re: La Parentalité

Message par Jue »

Hors-sujet
Fabs le vaurien a écrit :Pour ma part, je crois dur comme fer à l'instinct maternel et paternel. Qu'il soit intellectuel ou somatique, il reste propre à chacun au gré de son histoire de vie et il n'y a pas lieu de vouloir le provoquer, l'impulser.
Bien que je comprenne le principe et les procédés qui y mènent, j'avoue être toujours énormément troublé dès qu'il s'agit de parentalité et/ou de désir d'enfant. Je me sens tellement étranger à ces choses-là que je n'arrive tout simplement pas à les saisir. C'est un peu comme les gens qui s'émerveillent devant un enfant - bien sûr, je joue le jeux et je fais semblant, j'ai pas envie de passer pour un monstre - mais c'est quelque chose que je ne ressens tout simplement pas. En règle général, je dirais même que les petits enfants me font peur : je ne les comprends pas, je ne sais pas comment interpréter leurs réactions et je les trouve bruyant (je suis très sensible au bruit). Mais comment expliquer ça aux gens sans passer pour un psychopathe ?
"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions."
Confucius

Avatar de l’utilisateur
Coccinelle
Chirurgien ès Poulet
Messages : 1965
Inscription : jeu. 30 juin 2011 18:05
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/toc-toc-toc-t568.html]ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 45

Ancien Membre de l'équipe

Re: La Parentalité

Message par Coccinelle »

Jue, je crois que ce qu'a voulu dire Fabs, c'est que l'instinctarrive lorsque l'enfant est là et que c'est le sien. L'envie d'enfant n'a rien à voir avec l'instinct maternel ou paternel.

Après je peux comprendre ce que tu dis sur les enfants, le fait qu'ils soient bruyants ...c'est en tant que parent le plus dur pour moi. Personne n'est obligé d'aimer le remue ménage que fait un enfant. Je crois aussi que si tu tentes d'expliquer aux autres (notamment aux parents de ces enfants) qu'ils te dérangent (je parle pas des gosses qui braillent dans le train ou au restau) mais d'enfants d'amis qui jouent bruyament chez eux alors que tu y es invités ou un truc du genre, effectivement les parents risquent de ne pas apprécier. Non pas parce qu'ils n'ont pas conscience que le bruit est gênant, mais plus parce que accepter une invitation chez des amis parents de jeunes enfants, c'est aussi accepter leur parentalité, et leurs enfants pour ce qu'ils sont c'est à dire des enfants futurs adultes en devenir, qui ne sont pas de mini adultes.

En fait je parle de ça parce que c'est une reflexion que je me suis faite très récemment, avant je m'excusais du bruit, bordel, colère, pleurs de mes enfants, par peur de gêner le bon déroulement de la réunion amicale (ou familiale), maintenant, je me dis "puis merde, ils font du bruit, ils s'expriment, ils peuvent parfois agacer, mais ce sont des enfants, je vais pas m'excuser d'avoir enfanter, ni les excuser d'être des enfants qui testent les limites et de nouveaux comportement. Si on m'invite avec eux, c'est avec ce qu'ils sont, politesse étant naturellement de mise, sinon on m'invite sans eux.

Avatar de l’utilisateur
Jue
Messages : 249
Inscription : mar. 5 juin 2012 14:00
Profil : Bilan -
Test : WAIS

Re: La Parentalité

Message par Jue »

Coccinelle a écrit :Jue, je crois que ce qu'a voulu dire Fabs, c'est que l'instinct arrive lorsque l'enfant est là et que c'est le sien. L'envie d'enfant n'a rien à voir avec l'instinct maternel ou paternel.
D'accord je vois. Effectivement, je n'en ressens pas le besoin (d'avoir des enfants) et du coup l'instinct paternel, je suppose que je ne le comprendrais pas tant que je ne l'aurais pas vécu.
Coccinelle a écrit :Je crois aussi que si tu tentes d'expliquer aux autres (notamment aux parents de ces enfants) qu'ils te dérangent (je parle pas des gosses qui braillent dans le train ou au restau) mais d'enfants d'amis qui jouent bruyamment chez eux alors que tu y es invité ou un truc du genre, effectivement les parents risquent de ne pas apprécier.
Oula ! Je me garderais bien de faire une chose pareille : je comprends parfaitement que les enfants soient comme cela et ça ne me viendrait même pas à l'esprit "d'exiger" de la part de mes amis quoique ce soit à ce niveau-là. Le problème est que ça me fait un "parasitage" supplémentaire à gérer, et des fois ça m'épuise et mes amis ne saisissent pas trop pourquoi j'ai d'un coup l'air ailleurs ni pourquoi je n'arrive tout simplement plus à me concentrer sur leurs conversations.
"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions."
Confucius

melelise
Messages : 122
Inscription : lun. 20 févr. 2012 17:31
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: La Parentalité

Message par melelise »

C'est un sujet qui me touche particulièrement. Le désir d'enfant a toujours été là pour moi, en toile de fond. Pas au premier plan pendant longtemps, j'ai adoré profiter de mon couple tranquillou avant de me décider.
Et quand je me suis sentie prête, rien ne s'est passé simplement. En bref on a eu droit au parcours du combattant, 5 ans pour y arriver, examens, pma, 4 fiv... espoirs et echecs, de la colère, une énorme frustration, des larmes. Et la peur indicible qu'au bout il y ait un deuil impossible à faire. C'est pas le sujet mais bon ça a surement joué sur la suite dans mon cas. Finalement j'ai tout envoyé ballader, mon corps ne pouvait plus, ma tête non plus. pour le couple c'était pas top, un désir d'enfant qui monte en mayonnaise comme ça ça bouffe tout. Et puis, après un an de pause, on a retenté, et c'était la bonne.
Alors là j'ai vécu une grossesse super, du coup j'ai adoré. J'étais un ventre, je contemplais ce miracle benoîtement. J'avais gagné finalement. Sauf qu'en cours de route, j'ai du tellement me focaliser sur le fait de tomber enceinte, que j'ai du oublier que c'était que le début, qu'au bout il avait un bébé!
Et quand il est arrivé ça a été compliqué. Je l'ai aimé tout de suite (ouf) , mais je me suis sentie toute petite. Incapable. Nulle. Même l'allaitement a été super compliqué à mettre en place, les infirmières me dissuadaient, et apres tout ça et une cesarienne en prime pour moi c'était devenu une fixette. J'ai finalement réussi. Mais j'avais aucune confiance en moi, aucun instinct, chaque mini conseil prodigué me plongeait dans des hésitations insolubles. C'est pas très clair ce que j'écris, pour illustrer, par exemple nous avions choisi de faire dormir notre fils dans notre chambre, et si quelqu'un me disait oh après ça va être compliqué de le faire dormir dans sa chambre, tu verras. réaction numéro un épidermique (non mais pis quoi encore je fais ce que veux) mais effet kiss cool numéro 2 des remises en question permanentes incessantes (est-ce que je fais bien). La moindre remarque me faisais me questionner sur tout ce que je faisais.
confiance et moral dans les chaussettes, et une grande solitude, aussi. Pas de famille, les copines qui bossent, le mari qui part tot et rentre tard, une maison en pleine cambrousse. Un congé parental de 6 mois, j'ai cru devenir dingue.
Et puis mon bébé, c'était pas vraiment le nourisson genre poupée corolle de mes jeux d'enfant. Un bébé ça mange ça dort, ah oui? ben non, ça a une volonté de fer, aussi.
Bon je sais plus ou je veux en venir, disons que j'étais effondrée à l'intérieur, je me sentais super mal, j'étais épuisée. Un bon baby blues (non, Johnny il a le blues).
On dit qu'a la naissance d'un enfant, il y a remaniement psychique chez la mère. ça a été corsé chez moi. Plein de trucs m'ont pété à la figure, des trucs de l'enfance en partie. Et puis je crois que le côté maternel chez moi est fragile, que je me suis construite sur autre chose. Me sentir aussi fragile alors que je me revais grande, sereine, c'était horrible.
Le pire c'est que ça ne se voyait pas, ce désarroi. Quand je disais à mon mari "je n'y arrive pas, je m'en sors pas".
Il me répondait mais si regarde tu t'en sors bien. A force de ça ça a été de mieux en mieux, enfin là c'est très résumé mais disons que quand je regarde en arrière, c'est vrai que finalement, je m'en sors bien, que retrospectivement je ne regrette pas mes choix. Et que plus mon fils grandit plus je reprends confiance.
C'est à la suite de ça que je me suis mise en quête de ce qui clochait chez moi. je me suis d'abord tournée vers la psychiatrie qui ne m'a rien apporté à part des emmerdes, puis j'ai entamé une psychanalyse, c'est pas la panacée mais vis à vis de mon fils ca m'a beaucoup aidé à retrouver confiance, je me rends compte qu'en fait, je me pose des questions mais que souvent finalement ce que je lui dis (à mon fils), ou mes réactions sont saines. Cet espace avec cette dame m'a permis de deverser beaucoup de choses, mais aussi d'exposer des riens de la vie quotidienne et d'avoir un éclairage sans jugement. Il faut dire que la dame, avant d'être psychanalyste, était gyneco obstétricienne. J'ai beau lui dire régulièrement que je suis folle, elle me réponds que je suis très équilibrée au contraire. ça me fait du bien de la croire. Ce qui ne m'empêche pas de me repenser folle quand je passe sa porte, mais bon...
Finalement je me sens bien mieux maintenant, j'ai un super petit garçon plein de vie, il est pas de tout repos maisje préfère ça. Bien sûr je me pose encore des questions. je doute, je me demande si j'en fais pas un enfant roi (forcement vu notre parcours c'est ce que tout le monde a l'air de penser mais bon), je me demande le contraire aussi (suis-je trop dure parfois?). bon je crois que ça s'arretera jamais vraiment, ça doit être ça la parentalité.

Lif quand je lis ton post je me demande ou est cette contrée merveilleuse ou il y a encore cette forme d'entourage bienveillant autour d'une naissance.
Jue je comprends ton problème avec le bruit, mon propre fils me sature vite alors ceux des autres...ou quand ils sont plusieurs à la maison, misère!
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur melelise pour son message :
cactus2002

Avatar de l’utilisateur
LiF
Messages : 448
Inscription : lun. 12 sept. 2011 21:31
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 48

Re: La Parentalité

Message par LiF »

Et bien c'était à Mayotte... et crois moi à côté de ça ya des trucs moins merveilleux :mrgreen:

Tu sais on se dit toujours j'aurais dû et est-ce que j'ai bien fait, et tout le monde a toujours un avis sur tes choix pour tes gosses. J'ai une copine qu'avait l'habitude de répondre, "on verra ce qu'on aura fait chacun avec les gosses qu'on a eu qd ils seront adultes, si vous voulez on comparera, en attendant, je fais c'que j'veux".

Avatar de l’utilisateur
Midget_Jones
Messages : 68
Inscription : dim. 17 juin 2012 10:27
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Localisation : Quelque part entre mon monde et celui des autres
Âge : 38

Re: La Parentalité

Message par Midget_Jones »

Il existe un ouvrage sur l'instinct maternel, très bien fait, et très intéressant à lire, qui s'intéresse à savoir si l'instinct maternel existe ou pas. Une enquête sur archives est faite du Moyen-Age jusqu'au XXè siècle, pour voir comment s'exerce la parentalité à chaque époque, et tenter de comprendre ce qu'est l'instinct maternel :-)

http://www.persee.fr/web/revues/home/pr ... m_9_1_1022

Avatar de l’utilisateur
Zil2blé
Messages : 811
Inscription : ven. 14 oct. 2011 21:00
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/zil-t883.html]ma présentation[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 53

Re: La Parentalité

Message par Zil2blé »

melelise,
Tu décris le questionnement intérieur de beaucoup de parents. Ce qui diffère c'est peut être l'intensité, encore que...
Parles-en à d'autres personnes qui sont sur la même longueur d'onde et tu te sentiras moins folle. C'est plutôt bon pour un enfant non, des parents qui remettent en question leurs choix et qui ne sont pas psychorigides?

melelise
Messages : 122
Inscription : lun. 20 févr. 2012 17:31
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: La Parentalité

Message par melelise »

Hello Zil2blé, oui bien sûr, il vaut mieux sur ce terrain là avoir des doutes que des certitudes à mon sens.
Ce que je voulais faire passer, c'est la difficulté que j'ai eu à me sentir légitime dans mon rôle de mère, et toute l'angoisse que ça a entraîné chez moi, jusqu'a l'épuisement Mon long parcours d'infertilité a sans doute beaucoup joué : parvenir à avoir un enfant était devenu une question centrale et quasiment mon unique objectif, c'est le piège. Quand je me suis sentie si mal après l'arrivée de mon fils, j'ai en plus beaucoup culpabilisé de ne pas nager dans le bonheur.
Par ailleurs, j'ai eu un sentiment qui m'a terrifiée dès que je me suis retrouvée avec mon bébé dans les bras : l'énorme RESPONSABILITE qui me tombait dessus. Et ça s'est vite doublé d'un besoin d'être au clair avec moi-même, je ne sais pas, un besoin de savoir qui je suis vraiment, une envie d'authenticité.
Je vais beaucoup mieux maintenant, mais j'ai peur de cette fragilité qui peut me mettre dans un tel état d'urgence que je ne peux même plus dormir. Donc je tire les fils, je cherche des pistes pour aller vers plus de sérénité et plus d'équilibre, pour comprendre d'ou vient le problème et sinon le régler du moins l'atténuer.

Troglodyte-mimi
Messages : 1119
Inscription : mer. 1 févr. 2017 12:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=8189
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: La Parentalité

Message par Troglodyte-mimi »

Le devenir parent n'est pas un sujet simple, et effectivement, ce n'est pas toujours rose contrairement à ce que l'on nous en dit trop souvent. Ce n'est ni un chemin linéaire ni un chemin lisse, comme le disait Melelise, avoir voulu l'enfant ne protège pas forcément de la difficulté. Il existe, devrais-je dire existait, une application 1000 Jours Blues (financée par l'Etat) qui permet aux parents rencontrant des difficultés d'être entendus et orientés vers l'aide adaptée. Cette application a fait ses preuves, mais malheureusement, elle est aujourd'hui en danger. Comme ce sujet de la difficulté maternelle et surtout de l'aide qu'on peut apporter aux parents qui la rencontre me tiens vraiment très à cœur et qu'il n'y a pas tant que cela d'outils pour orienter les parents, je me permets du coup de rebondir sur ce sujet et de porter à votre connaissance l'existence d'une pétition pour tenter d'en conserver les financements.
Je vous mets ci-dessous le lien qui inclus une explication relativement détaillée et les sources utilisées pour ceux que cela intéresserait allez voir et faites vous votre idée. :-)
Troglo

https://www.change.org/p/le-gouvernemen ... m=copylink

Répondre