[QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Répondre
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13703
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : En Aveyron
Âge : 44

Ancien Membre de l'équipe

[QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Message par TourneLune »

Il arrive régulièrement que je sois témoins de blagues franchement nulles, vulgaires et à arrière gout de sexisme/racisme/homophobie. Elles me laissent totalement de marbre et me font plutôt ressentir de la pitié pour les gens que ça fait rire.
Je me demande toujours, devant ce genre de blagues, pourquoi ça fait rire. Pour moi il faut être très grossier, irrespectueux et bête pour trouver ça drôle.
J'ai un collègue, (très gentil par ailleurs) qui en sort souvent et j'ai toujours pas réussi à comprendre pourquoi ça le faisait rire. J'ai cependant du mal à le classer dans la catégorie "Gros Con" vu l'ensemble de son comportement.
Je ne comprends pas non plus pourquoi il pense que c'est une bonne idée de partager ce genre de chose dans des milieux où c'est pas du tout le ton général. A la rigueur avec ses anciens collègues militaires, pourquoi pas.... Mais avec des gens "normaux"... Je lui ai posé la question, il n'a pas su répondre et en général (avec lui et d'autres) j'écope de la réponse "On peut plus rien dire...." à laquelle j'ai toujours furieusement envie de répondre " Peut-être que c'est juste qu'on est plus obligé de tout supporter, parce que c'est quand même un peu toujours les mêmes qui prennent...".
N'empêche que ça nous a parfois posé quelques problèmes (mineurs) lors de l'accueil de jeunes stagiaires.
Il me semble aussi qu'aujourd'hui on ne peut plus trop faire semblant de ne pas comprendre les relents nauséabonds derrière et le malaise ressenti par pas mal d'auditeurs. Se retrancher derrière un "détends-toi c'est que de l'humour" me semble une défense facile pour ne pas entrer dans la discussion sur le POURQUOI et surtout refuser de changer d'un iota en prenant l'autre en compte.

Alors si quelqu'un a une idée de ce qui fait rire dans ces situations.... C'est une vraie question....
Et vous, où mettez-vous la frontière entre l'humour noir et l'humour dégueulasse qui n'est plus drôle?

Avatar de l’utilisateur
sanders
Pseudo Violet
Messages : 3576
Inscription : jeu. 4 oct. 2012 08:04
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=2721]Bon ben ... Bon bain ...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Syndrome Lisa Simpson
Âge : 55

Ancien Membre de l'équipe

Re: [QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Message par sanders »

Le "problème " avec l'humour c'est que c'est connoté d'avance, si tu fais une blague, ben c'est une blague quoi.
Et donc légèreté oblige, y'a juste à entendre et pas râler si on n'est pas d'accord. Spas grave je rigole
Du coup, il faut que j'ai confiance en la personne qui raconte la blague pour accepter que pour elle c'est réellement une blague même si je ne trouve pas ça drôle.

Parce que parfois non, ce n'est pas une blague au fond mais un jugement méprisant déguisé qui fait rire celle ou celui qui la raconte. Et rire aussi parfois les autres autour, soit parce qu'ils ou elles trouvent ça drôle, soit par effet de groupe (qui est loin, loin d'être anecdotique) et donc sans forcément trouver ça drôle.

Moi, ça m'a toujours questionnée cette manière de communiquer qu'est l'humour (il y a dans les fonds du forum un ou deux sujets là-dessus) et il y a une bonne partie du répertoire qui ne me fait pas du tout rire.
C'est assez subjectif au fond de rire ou pas. C'est assez courant l'humour qui prend une partie de la population (femmes, blondes, belges, gros, grosses, ...) en la mettant en scène dans des rôles le plus souvent sujets à se moquer voire à mépriser (objets sexuels, bêtise, bouffonnerie, ...) puis arrive la chute et "on" se marre.

J'aime bien l'autodérision, quand une personne se moque d'elle-même avec humour, je trouve ça classe, ou touchant, ou drôle, ... et une bonne blague dans un groupe, pour moi, c'est quand tout le monde rit.
Si je ne trouve pas ça drôle, la blague n'est pas bonne pour moi. Si je trouve ça dégradant envers une personne ou un groupe et que c'est raconté par un autre groupe et bien j'ai le droit de le dire, ça sort de mon champ d'humour et la personne qui raconte doit accepter que ça ne plaise pas parce que sinon c'est plus de l'humour mais une prise de pouvoir sur ce que je suis en droit de trouver drôle ou pas.

En bref, si la blague fait plof pour moi et bien ça reste une blague si la personne qui raconte accepte que ça n'en soit pas une pour tout le monde et comprend le point de vue d'autrui. Sinon, ça sort du registre.

Il y a un humour de métier aussi, chez les médecins, les militaires, ... pour dédramatiser, prendre du recul, faire tomber la tension, ça n'a de sens que si ça reste en contexte, sinon, ça sort encore du registre.
Pour revenir à Charlie Hebdo, ils avaient et n'ont aucun souci avec la partie de la population qui ne trouve pas leur humour drôle, et la visée pour eux n'est pas la légèreté, au contraire, la visée est éminemment sérieuse et politique.
Les bouffons du roi, les clowns étaient et sont à la fois légers voire grotesques dans leurs manières et discours et très sérieux sur les sujets abordés. On ne peut pas comparer ça à une blague pour moi.
Le premier jour du reste de ma vie : Un jour, J'ai pu observer que la poutre que je voyais dans l'oeil de mon voisin, je l'avais fait devenir paille dans le mien. Alors même que nous buttions sur les mêmes (em)bûches. Depuis, plus rien n'est pareil..

Avatar de l’utilisateur
InMedio
Grille pain
Messages : 1199
Inscription : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049] C'est ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 30

Re: [QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Message par InMedio »

Il y a une question de présupposé de la blague qui doit être connu du public. Certaines blagues convoquent des stéréotypes forts et si on n'a pas les codes, aucune chance de trouver la blague drôle.

Il faut savoir que les blondes sont bêtes, que la fellation c'est mieux que la masturbation, que le sexe des hommes noirs est surdimensionné et que celui des asiatiques est petit, en outre que c'est mieux qu'il soit gros que petit, que les pinceaux qui restent accrochés au plafond ça n'existe pas, et caetera.

Sans quoi la blague qui n'a aucune mise en tension de quoi que ce soit, tombe lamentablement et finit par être, comme disent les jeunes, éclatée au sol.

C'est en somme un humour de références, comme on se lance des citations entre connaisseurs, ou des private jokes : si tu n'en es pas, tant pis pour toi. C'est définitivement excluant et peu rassembleur au delà du cercle déjà acquis des connaisseurs qui auraient de toute façon ri. Il y a peu de prise de risque et c'est un humour léger et fragile, trop difficile à expérimenter avec des gens qu'on connait peu ou pas. En fait il sert à entretenir un entre soi ou à cliver des groupes : nous et eux. Ça peut être utile, mais pas toujours.
Vous ne pouvez pas prouver que quelque chose n'existe pas, mais vous pouvez conclure qu'il n'y aucune raison de penser que ce quelque chose existe.
Richard Monvoisin

Avatar de l’utilisateur
baptiste
Messages : 1136
Inscription : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Bilan +
Test : WISC

Re: [QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Message par baptiste »

J'ai envie de te dire que pour que ça soit une blague, le présupposé est que ça fasse rire ou sourire (même intérieurement) et pour cela le contexte et la connaissance de la personne en face de toi est importante.

Il est probable qu'une blague raciste puisse paraitre hilarante à une personne raciste et totalement pitoyable pour le commun des mortels.

Après ce genre de blague peut avoir pour moi un certain nombre d'autres significations pas forcement conscientes,
- Le besoin d’identifier socialement les personnes qui nous entourent, par exemple si tu rigole à ma blague raciste c'est que tu appartiens à la même communauté que moi (les racistes du coup), si tu t'en offusque c'est que tu appartiens à la communauté opposée etc.
- le fait de dénoncer en exagérant le trait, c'est le genre d'humour que je peux avoir, et qui souvent est mal compris. Sauf par les personnes qui me connaissent bien. Et il faut avoir un certain second degré pour le comprendre.
- certains font ça pour le simple plaisir de choquer ou de se donner une allure aussi

Bref je pense que ce genre d'humour est avant tout contextuel et qu'il est important pour la personne qui s'y essaye appréhender le contexte adéquat, la ou ton collègue pèche, je pense, c'est qu'il ne comprend pas que ce genre d'humour, qui lui parait drôle dans son contexte habituel (on a tous un gros beauf dans son entourage) n'est pas universellement drôle. Et donc par conséquent qu'il ferait mieux de s'abstenir sans avoir une certitude sur les idées des personnes en face.
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar de l’utilisateur
Brunehilde
Messages : 2008
Inscription : mer. 15 juil. 2020 15:29
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10783
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: [QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Message par Brunehilde »

Je viens ajouter mon grain de sel.

Je plussoie le côté contextuel de la chose, pour moi la personne vraiment drôle a un bon sens du contexte et de qui l'écoute. Quel intérêt si la blague ne fait pas rire ?
Le must est de savoir exactement avec qui rire de quoi, si vous aimez ça c'est un bon jeu intellectuel ^^

On en revient au fameux "on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde".
On notera d'ailleurs qu'il ne s'agit pas forcément dans cette expression de dire qu'une blague ne fera pas rire des gens "coincés", mais surtout que c'est parfois malaisant de rire avec des gens qui adhèrent vraiment au préjugé vehiculé par la blague. Une blague raciste c'est pas pareil si on en glisse une au milieu de personnes dont on sait pertinemment qu'elles n'en pensent pas un mot que si on la raconte à Zemmour en somme...

Autre point à voir : quels sont les préjugés du conteur ? Car faire des blagues toujours dans le même sens et avec les mêmes préjugés laisse entendre qu'on adhère au propos au-delà de la blague.
Et là j'avoue préférer les conteurs qui tirent sur tout le monde plutôt que sur certains groupes ciblés.

Travaillant dans un milieu d'hommes, j'entends régulièrement des blagues sexistes, visant majoritairement les femmes. Ça me fait rire souvent car les hommes en question n'en pensent clairement pas un mot.
C'est différent si la personne semble avoir un préjugé derrière( souvent car ayant vécu des mauvaises expériences, mais ce n'est pas une raison).
Dans ces cas-là, soit je renverse la blague avec une remarque sur les hommes, soit je surenchéris, le tout avec un sourire ouvert.
Ça désamorce mieux si on semble être à l'aise et qu'on ne s'offusque pas, car s'offusquer renforce le préjugé.
Des fois un petit regard de compassion humoristique marche bien aussi.

Quand aux blagues sur le forum, et bien la difficulté c'est qu'il y a moins de contexte et de compréhension de posteur à lecteur, donc les réactions sont plus facilement exacerbées.

Tout ça pour dire que conteur et auditeurs doivent se poser la question : pourquoi ça me fait rire ou pas ?
Des fois essayer d'inverser les blagues est un bon exercice : si une blague sexiste ne fait rire que dans un sens, il y a peut-être des questions à se poser.
Comme pour les blagues racistes envers les asiatiques qui offusquent moins que celles sur les noirs par exemple... Pourtant ce n'est pas moralement mieux, mais ça n'a pas le même impact en société.

Bref encore une bonne occasion de réfléchir sur soi et sur les autres.
Pourquoi se préoccuper des chevaux à rayures quand on peut chevaucher des loups !
:guitare

Avatar de l’utilisateur
Shingouz
Messages : 336
Inscription : dim. 24 avr. 2022 16:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=11447]MéKicéShingouz ?
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: [QALC] Quelle est la différence entre l'humour noir, la satire et l'humour crade?

Message par Shingouz »

Question quasiment existentielle, tellement elle renvoie à ce que l'on est et ce que sont les autres...

Si je regarde "intérieurement", peu de blagues me choquent, même beaucoup qui vont largement au-delà des limites. Cela m'a souvent valu de sérieuses déconvenues, non pas que je m'autorise à "faire" ces blagues car là on passe "extérieurement", mais que j'y ai ri sans que ce soit compris/accepté.
Si je fais le bilan et reste très honnête avec vous, ce sont surtout les blagues très racistes qui ne passent pas du tout chez moi ; mais ce n'est pas le cas des blagues crades, bêtes ou sexistes. Le fait que cela ne m'ait jamais posé question vient probablement du fait que ça marche dans tous les sens pour moi : homme ou femme visé, peu m'importe par exemple. Je pense que c'est chez moi une sorte d'universalisme de la blague, même si j'admets volontiers que mon âge, mon genre et ma couleur y sont certainement pour quelque chose... Ma culture familiale en est également très responsable.
Le "bon" côté de la chose est que je suis bon public en matière de blague, je rigole assez facilement, que ce soit entre vieux bonhommes blancs, avec ma fille qui est féministe, en Asie ou la blague fait beaucoup dans le pipi-caca, etc, etc.
Le mauvais côté est je peux parfois être hermétique à certaines réactions justifiées devant une blague lourde ou sexiste. Parfois, hein, pas systématiquement !

Si je pose la question en me transposant extérieurement, je suis très conscient depuis très longtemps de mon "public" : je compartimente mes blagues et ne les sors que dans un certain contexte, avec certains et pas d'autres. Je suis aussi très sensible aux réactions des autres quand ce n'est pas moi qui balance une "bonne grosse" blague crade, sexiste ou bien clivante... et donc même si je rigole parfois à la première (voir plus haut), je passe mon tour s'il en vient d'autres et que je sens que l'on sors de l'entre-soi.
"I'd rather have questions that can't be answered than answers than can't be questioned."
R. Feynman

Répondre