Livre : La fabrique des surdoués

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Traum
Messages : 630
Inscription : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 35

Livre : La fabrique des surdoués

Message par Traum »

Le livre est récent puisqu'il date de 2021.
Le ton du livre est décapant. Parfois un peu trop à mon goût. J’aime quand c’est plus neutre, cela me donne l’impression que c’est aussi plus posé, moins à charge, moins de parti pris…

Mais au croisement de toutes les lectures que j’ai pu faire sur le sujet, des plus scientifiques (Cuche et Brasseur, N. Gauvrit et N. Clobert…) aux moins scientifiques (dont M. de Kermadec, J. Siaud-Facchin, etc., comme pourvoyeur·ses de neuromythes), cet ouvrage est vivifiant.
Après avoir fait le point sur les mythes qui entourent les tests (l’outil pour identifier lesdit·es « surdoué·es »), les avoir replacé·es dans leur contexte, retracé l’histoire de leur construction, l’auteur passe progressivement sur la figure même des surdoué·es, leurs caractéristiques (ou pas ?), les glissements d’une psychologie centrée sur les surdoué·es.
Ce livre donne un coup de pied dans la fourmilière et met en mots un bon nombre de sujets qui me gênaient.
C’est parfois dur, mais les enjeux qui sont derrière ne sont pas anodins : l'impression que ça pourrait expliquer tous les problèmes (euh…), avec notamment le risque de ne plus se poser les bonnes questions, de passer à côté de difficultés et de troubles qui méritaient pourtant grandement d'être identifiés, qu'être intelligent rendrait intrinsèquement malheureux (non), l'impression que si on n'est pas surdoué·e, on n'est rien (euh…)…

Loin de juste démolir l’image du surdoué maudit du fait de son intelligence, cet ouvrage réhabilite aussi le droit à la singularité, à la créativité, à la beauté de la multiplicité des manifestations de l’intelligence… (Cette intelligence peut-être si mal mesurée par les tests qui peuvent au mieux se prévaloir de tenter de mesurer ce que l’on suppose être des manifestations de l’intelligence, dans un contexte précis, un moment de vie particulier…)

Cet ouvrage pointe aussi les paradoxes de la psychologie pour surdoué·es, à savoir notamment dans ses conclusions pratiques :
  • La dimension rétrograde de l'éducation qui est vendue : à l'ère de l'éducation positive (dont le bashing est devenu la nouvelle grande mode en matière d'éducation), les conseils de « ne pas discuter », « ne pas expliquer », de ne pas écouter l'enfant qui devrait comprendre / ou qui ne peut pas comprendre du fait de son cerveau si particulier (ex. donné : l'enfant qui doit comprendre que, quand on lui dit « tu es méchant », il devrait le prendre juste pour son comportement, là où le surdoué le prend pour lui… — alors que curieusement, personnellement moi, « tu es méchant·e », ben… je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas le prendre pour moi entièrement… mais ah, mince, ça ne marche pas, paraît que je suis sur-Douai.)…En bref : une autorité encore plus marquée, à la frontière avec l'autoritarisme… (Bon, on ne parle quand même pas de rétablir les claques et les fessées.)
  • L'absence d'innovation en matière de scolarisation : pas de mention de Montessori, de Freinet, d'expérimentation pédagogiques… mais plutôt une dimension élitiste : regroupement entre enfants surdoué·es, saut de classe…
  • La pathologisation du haut potentiel alors même qu'elle empêche de mieux identifier les troubles et problématiques là où ils sont vraiment
  • On décrit des personnes siiii singulières, sans rien leur proposer qui sorte de l'ordinaire, pas de thérapie spécifique pour surdoué·es… Ou alors, si, JSF qui vend sa méditation pleine conscience à toutes les sauces, sans discernement. (Je n'ai rien contre la méditation pleine conscience, hein.)
Je pense que se lancer dans la lecture de la construction des tests quand on n'a pas les bases théoriques donne sans doute un point de vue partial et partiel sur la psychométrie. C'est en revanche un contre-point parfaitement intéressant.
Ce livre met en mots un certain nombre d'objections et d'interrogations que je ne me formulais pas bien clairement et que je suis ravie de voir écrites noir sur blanc.

Dans l'ensemble, j'ai bien aimé ce livre qui ne surfe pas du tout sur l'effet barnum, que je trouve rigoureux dans l'ensemble, même si j'aurais parfois quelques petites choses à redire (quelques imprécisions, quelques désaccords, mais bon).
Un ouvrage bon à mettre en parallèle de la lecture de Psychologie du haut potentiel de Gauvrit et Clobert, mais aussi de La petite noblesse de l'intelligence (de W. Lignier, que je n'ai pas lu).
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar de l’utilisateur
lady space
Messages : 2811
Inscription : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/lance-t133.html]vers mon orbite[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 58

Re: Livre : La fabrique des surdoués

Message par lady space »

Merci pour ce résumé @Traum ! Ça donne envie de rajouter ce livre à la pile prévue pour les vacances... :)
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
Laisse-moi kiffer l'Europe avec mes potes... :heureux4:

Avatar de l’utilisateur
Wal
Messages : 274
Inscription : mer. 11 janv. 2017 16:12
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 44

Re: Livre : La fabrique des surdoués

Message par Wal »

Oui, merci @Traum d'avoir signalé cet ouvrage qui a également éveillé ma curiosité, à commencer par ça:
Traum a écrit : ven. 22 juil. 2022 09:57 Loin de juste démolir l’image du surdoué maudit du fait de son intelligence, cet ouvrage réhabilite aussi le droit à la singularité, à la créativité, à la beauté de la multiplicité des manifestations de l’intelligence… (Cette intelligence peut-être si mal mesurée par les tests qui peuvent au mieux se prévaloir de tenter de mesurer ce que l’on suppose être des manifestations de l’intelligence, dans un contexte précis, un moment de vie particulier…)
Sinon, pour ceux qui seraient intéressés, le style de l'auteur avait déjà été abordé dans cette discussion.
Se préparer au pire. Espérer le meilleur. Prendre ce qui vient. (Confucius)

Répondre