S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Dicizit
Messages : 304
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Dicizit » sam. 16 mars 2019 15:51

image.jpeg
Effet de mode sans doute, j'ai connaissance de plus en plus de personnes qui d'auto diagnostiquent surdouées ou tout autres appellations à peu près équivalentes.

Etant moi-même très dubitative quand à mes capacités intellectuelles " hors normes" et ce après avoir été dûment estampillée HQI il y a maintenant 5 ans, je me demande comment on peut s'auto diagnostiquer surdoué.e et le poser en certitude.
L'effet de validation subjective pouvant peser de tout son poids à la lecture de toutes les publications grand public sur le sujet de la douance, est- ce bien raisonnable de ne pas pousser plus loin ses investigations?
Et si tel est le cas, qu'est- ce qui freine? Le coût du bilan psychométrique? La peur du résultat ? Oui mais alors, on peut se contenter de l'incertitude ou choisir délibérément de transformer une intuition en certitude?

Franchement, vous l'aurez compris, ça me questionne...
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
enufsed
Messages : 1081
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : La Mort Dorée
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Dans mon Mortbillard, sous une pile de livres
Âge : 45

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par enufsed » sam. 16 mars 2019 16:02

Sous ma douche je suis un très grand chanteur, ça m'aide à vivre, je me sens à part. Je partage ça avec des gens sur un forum qui ont la même différence, par contre j'ai pas forcément envie de faire de la scène et puis je suis pas sûr que le public comprendrait mon travail, les gens ont de ces goûts maintenant avec the voice.

C'est caricatural mais je trouve que ça résume à gros traits pas mal de ces auto-diagnostics.

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 304
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Dicizit » sam. 16 mars 2019 19:56

Tu veux dire que c'est un moyen de se rassurer en s’identifiant à un groupe ?
J'ai peur de ne pas avoir bien saisi la méthaphore :(

Avatar du membre
Swinn
Messages : 845
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Swinn » sam. 16 mars 2019 20:32

Je pense que c’est une façon de se pousser du col à peu de frais.
Cela permet de se sentir et surtout de faire sentir que l’on est hors norme, supérieurement intelligent et supérieurement en souffrance également. Cela aide à se poser en fière victime de son «particularisme» et de se déresponsabiliser de toutes les mauvaises attitudes que l’on peut avoir vis à vis de ses proches.
- Ouais nan tu vois quoi tu comprends tu peux pas comprendre si je suis tellement chiant, c’est pas d’ma faute quoi, c’est cause que chuis trop super intelligent par rapport à toi, j’y peux rien quoi tu vois, c’est même pas la peine que je fais un effort sa servira (😫) à rien.

Il n’y a pas si longtemps tout le monde était un artiste, puis un créateur puis un starteupeur puis un je ne sais quoi, maintenant un effet de mode couplée à sans doute un réel mal être et une féroce volonté de se distinguer de la masse pousse les gens à s’auto-diagnostiquer HP.
C’est facile, ça ne coute pas cher et c’est difficilement réfutable pour qui n’est pas au courant de la realite HP.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 957
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Unesoprano » sam. 16 mars 2019 20:58

@Dicizit en tant que chanteuse, je confirme ce qu’a dit enufsed : on est forcément un grand chanteur sous la douche. Ça résonne bien (donc on a l’impression d’avoir du volume) et pis c’est plein d’humidité, excellent pour les muqueuses de l’appareil vocal.
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Mikirabelle
Messages : 654
Enregistré le : sam. 22 déc. 2018 08:18
Présentation : Toutoute première fois
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Between the click of the light and the start of the dream
Âge : 38

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Mikirabelle » sam. 16 mars 2019 22:04

Hors-sujet
Unesoprano a écrit :
sam. 16 mars 2019 20:58
@Dicizit en tant que chanteuse, je confirme ce qu’a dit enufsed : on est forcément un grand chanteur sous la douche. Ça résonne bien (donc on a l’impression d’avoir du volume) et pis c’est plein d’humidité, excellent pour les muqueuses de l’appareil vocal.
Excellent, ces infos ! B)
Le meilleur moment de la journée, c’est quand on va se coucher (Chanson Plus Bifluorée)

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Rianne » sam. 16 mars 2019 23:37

Franchement si ca peut leur faire plaisir...
Je trouve ca un peu tristouille pour eux mais bon, dire que dès que j'ai eu le doute d'être surdoué j'ai passé le test pour savoir de manière certaine. Je ne comprendrai jamais ce genre de démarche, ca n'apporte rien et les gens ne te trouve pas plus intelligent pcq tu prétends (ou que tu as) avoir un QI super élevé.

Ce qui freine, rien je pense à part la peur de découvrir que leurs problèmes ne sont pas liés à une énorme intelligence. Mais c'est sur c'est plus sympa de dire qu'on a des problèmes pcq'on est trop intelligent (je pense pas qu'une personne sans pb s'auto diag HPI, qu'il le soit ou non.

Différente
Messages : 264
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Différente » dim. 17 mars 2019 08:20

Certains n’ont pas les moyens financiers de passer un bilan (anamnèse, WAIS, restitution) et restent en auto diagnostic pour cette raison, ce qui ne doit pas être simple à vivre non plus...
« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 304
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Dicizit » dim. 17 mars 2019 09:22

Différente a écrit :
dim. 17 mars 2019 08:20
Certains n’ont pas les moyens financiers de passer un bilan (anamnèse, WAIS, restitution) et restent en auto diagnostic pour cette raison, ce qui ne doit pas être simple à vivre non plus...
Oui, tout a fait, c'est une piste que j'ai suggérée dans le message de départ. C'est effectivement très compliqué de passer la WAIS à peu de frais , voire impossible à moins d'être suivi en hôpital?
Swinn a écrit :
sam. 16 mars 2019 20:32
Je pense que c’est une façon de se pousser du col à peu de frais.
Cela aide à se poser en fière victime de son «particularisme» et de se déresponsabiliser de toutes les mauvaises attitudes que l’on peut avoir vis à vis de ses proches.
Ça me fait penser aux enfants qui bousculent le cadre avec des comportements pénibles à l'école et que leurs parents ont vite fait de justifier par une prétendue précocité intellectuelle. Parfois ils ont tout à fait raison, l'enfant est bien HQI, (parfois, pas du tout, il est juste chiant. :1cache: ). Mais dans le cas où le diagnostic est validé, je ne suis pas sûre que le HQI soit la réponse à tous les problèmes que peut rencontrer l'enfant...
On rejoint ici aussi l'idée de se démarquer positivement ( c'est mieux d'être trop intelligent que trop mal éduqué par ex.) et d'utiliser l'étiquette HQI comme justification, voire comme excuse.
Unesoprano a écrit :
sam. 16 mars 2019 20:58
@Dicizit en tant que chanteuse, je confirme ce qu’a dit enufsed : on est forcément un grand chanteur sous la douche. Ça résonne bien (donc on a l’impression d’avoir du volume) et pis c’est plein d’humidité, excellent pour les muqueuses de l’appareil vocal.
Ah ah! Oui, sûrement, il faut que je m'y remette, ça fait longtemps que je ne chante plus sous la douche! Ça m'arrive plus quand je me balade dans la nature ( ça doit être les petits oiseaux).
Bon, tant que l'on profite de son auto diag dans la douche, je ne vois pas le problème en effet ;)
Rianne a écrit :
sam. 16 mars 2019 23:37
Franchement si ca peut leur faire plaisir...
Je trouve ca un peu tristouille pour eux mais bon, dire que dès que j'ai eu le doute d'être surdoué j'ai passé le test pour savoir de manière certaine. Je ne comprendrai jamais ce genre de démarche, ca n'apporte rien et les gens ne te trouve pas plus intelligent pcq tu prétends (ou que tu as) avoir un QI super élevé.
Je réagis tout à fait comme toi ( je pense que ça ne va pas te surprendre!), non seulement je trouve ça un peu puéril mais je me dis que ça brouille encore plus ce que l'on sait ( ou croit savoir) sur le HQI. Beaucoup d'entre nous essaient de trier le vrai du faux et de retenir uniquement ce qui émane et fait consensus dans la communauté scientifique, alors les discours à la JSF qui entraînent les auto diag ne facilitent pas le travail...

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Grabote » dim. 17 mars 2019 09:58

J'adore la bd , très drôle ...
Je ne sais plus quelle recherche montrait que (je simplifie) plus on est intelligent plus on doute de soi et plus on est "bête" plus on se croit intelligent ... Il y'a pléthore d'exemples sur le forum qui illustrent ce constat... C'est là que le mode du ###Charcutier-zingueur en reprise d’études ### a fait du mal je pense, car il est plus facile de dire "je suis un ###Charcutier-zingueur en reprise d’études ### "(enfin ça dépend de comment c'est écrit :D ) que "je suis surdoué-e" surtout quand ce n'est pas validé objectivement. J'ai entendu récemment une femme dire qu'il y aurait beaucoup plus de surdoué-es qu'on ne le dit et que chez les enfants ils avoisineraient les 50% :roll:
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 957
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Unesoprano » dim. 17 mars 2019 10:49

Beaucoup de personnes ne sont pas dans la responsabilité et ne vont pas au bout de leurs actes, ou de leur démarche car il y a toujours un coût personnel à cela. Or entre se « sentir plus » en s'étant auto-diagnostiqué HPI ou devoir se prendre en main pour savoir vraiment ce qu’il en est et quelque soit le diagnostic trouvé continuer d’avancer sur soi... il y a un coût. La possibilité de ne pas être « exceptionnel » grâce au test, par exemple.

Je ne suis pas dans le cadre d’un auto-diagnostic, puisque ce sont deux médecins qui ont soulevé la question, mais à ce jour je n’ai toujours pas choisi de passer le test. Lire beaucoup ici m’interroge sur ce choix de ne pas « éclaircir plus » la chose, fait qui ne cadre pas trop avec ma nature profonde, étant justement quelqu’un qui va plutôt au bout de ses actes. Au bout de plusieurs mois de fréquentation du forum, je sais que justement, la première raison, c’est que je ne me suis pas auto-diagnostiqué. Si j’avais été dans le cadre d’une intuition perso, je l’aurais fait. Dans mon propre cas, c’est venu de l’extérieur. C’est la fréquentation du forum qui m’a fait découvrir ainsi la fréquence très haute du manque de confiance en soi ou syndrome de l’imposteur au sein des ###Dragons de Komodo sociopathes oui mais des Panzani### ( plaisir idiot : c’est ma première fois que je le place... :huhu: ). Je me suis reconnue dans ce manque de confiance décalé, inapproprié. Qui peut également avoir (ou être amplifié par) d’autres sources. Et il y a mes 25 ans de thérapie pour travailler à dépasser cela. Mes ressources personnelles. Ce que m’a apporté la scène qui m’a beaucoup aidé à me sentir plus sûre de moi. Aussi, pour ma part, je reste sur quelques certitudes : pour diverses raisons ( et notamment mon métier), je ne rentre pas trop dans la norme. Oui, j’ai sauté une classe avant le CP, demande de la maîtresse. Oui... bref.

Ma vie aujourd’hui est plus bien simple qu’à 25 ans, même si tout n’est pas rose ni facile pour autant. Un quelque chose stable et calme s’est installé. Il me convient. Ma vie me va. Aussi, ça me suffit de fréquenter un forum, d’en apprendre plus pour mieux comprendre mes élèves détectés et échanger avec eux avec ce que j’espère être « un plus ». Au niveau d’une meilleure connaissance de moi, le test à ce jour ne me parle toujours pas.

Merci de soulever ce type de questions qui aident, je pense, vraiment, ceux qui sont en questionnement.
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Brianna
Messages : 28
Enregistré le : mer. 17 oct. 2018 22:04
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9956
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Brianna » dim. 17 mars 2019 15:16

@Unesoprano, ton témoignage est très intéressant !

Pour rebondir brièvement sur les messages précédents le tien, je ne pense pas qu'on puisse dégager de raison universelle à l'autodiagnostic du HPI. Par exemple, à côté de ceux qui, en effet, trouvent probablement là une façon gratifiante d'expliquer leur sentiment de décalage voire de justifier leurs difficultés ou leur souffrance, il y a aussi des autodiagnostiqués qui y voient simplement la seule explication plausible à des performances objectivement particulières, et qui ne semblent pas avoir de problèmes de reconnaissance car de toute façon, les autres les pointent déjà comme exceptionnels (je pense par exemple au petit témoignage de J. Attali dans cet article du Point croisé il y a quelque temps — mieux vaut ne pas tout lire pour ne pas s'énerver face aux poncifs et amalgames habituels, bien présents, JSF à l'appui ^^ (note : pas de smiley facepalm ici, mais comment vous faites ??!!) ... : je parle juste de l'encart en fin d'article.
"La règle est la suivante : confiture demain et confiture hier... mais jamais de confiture aujourd'hui." (L. C.)

En ligne
Avatar du membre
Proxima
Messages : 420
Enregistré le : mar. 2 oct. 2018 19:23
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 41

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Proxima » dim. 17 mars 2019 15:28

Ca veut dire quoi précisement s'auto diagnostiquer surdoué ? Parcequ'avant de passer le wais, il faut bien avoir des interrogations. Combien parmis les "diagnostique +" qui écrivent sur ce forum sont allés chercher confirmation à ce quelque chose qui les perturbait, qu'ils supposaient ?
On ne passe pas un wais par hasard. Revendiquer quelque chose sans preuve est différent de rester dans une supposition qui nous suffit un temps. Pour ma part, je n'ai jamais passé le wais car je n'ai jamais trouvé de réponse à la simple question "qu'est ce que ça va t'apporter ? ". Cela dit, j'ai enfin trouvé une réponse qui me satisfait, mais la psy est en vacances, donc il faudra attendre encore un peu.

Personnellement, ce qui me rends dubitatif, c'est ceux qui ont passé un wais (pourquoi...?) et qui n'acceptent pas un résultat positif. Peut être aussi que lorsqu'on vient d'un milieu intellectuel favorisé, le sentiment de décalage est moins grand, mais alors, pourquoi être allé chercher un diagnostique ? Autant d'histoires et de cheminements qui ne peuvent être que très personnels.

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Rianne » dim. 17 mars 2019 15:32

Grabote a écrit :
dim. 17 mars 2019 09:58
J'adore la bd , très drôle ...
Je ne sais plus quelle recherche montrait que (je simplifie) plus on est intelligent plus on doute de soi et plus on est "bête" plus on se croit intelligent ... Il y'a pléthore d'exemples sur le forum qui illustrent ce constat... C'est là que le mode du ###Charcutier-zingueur en reprise d’études ### a fait du mal je pense, car il est plus facile de dire "je suis un ###Charcutier-zingueur en reprise d’études ### "(enfin ça dépend de comment c'est écrit :D ) que "je suis surdoué-e" surtout quand ce n'est pas validé objectivement. J'ai entendu récemment une femme dire qu'il y aurait beaucoup plus de surdoué-es qu'on ne le dit et que chez les enfants ils avoisineraient les 50% :roll:
lol 50% de surdoués ... pour le coup elle, elle n'est pas surdouée ^^
Différente a écrit :
dim. 17 mars 2019 08:20
Certains n’ont pas les moyens financiers de passer un bilan (anamnèse, WAIS, restitution) et restent en auto diagnostic pour cette raison, ce qui ne doit pas être simple à vivre non plus...
Bha le plus simple c'est de rien faire, plutôt que d'inventer un truc. Je vois pas ce qu'il y a de pas simple a vivre la dedans ? Ce n'est pas obligatoire de passer la WAIS et c'est pas avec ca qu'on se sent mieux dans sa peau, on va pas te faire une thérapie pcq t'es HPI.
Après encore une fois si ca leur apporte un peu plus d'estime de soi après tout ... mais c'est un peu comme si je me décrétais grand, c'est pas grâce à ca que j'arriverai à dunker.

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 304
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Dicizit » dim. 17 mars 2019 15:43

Pour répondre à la question de Proxima, pour moi il s'agit d'un auto diag qui se suffit à lui même. Les personnes n'ont pas envie d'investiguer plus en avant, pour toutes les raisons qui ont été invoquées plus haut.

La question " mais qu'est-ce que ça va m'apporter de plus?" est intéressante car effectivement, on peut se demander quels sont les bénéfices d'une validation par THE test ( ;) ).
Pour certains un gain énorme en terme d'estime de soi , pour d'autres une piste d'explications à de nombreux nœuds dans leurs vies, etc. Pour d'autres encore, peut être pas grand chose finalement, en particulier si le test n'est pas concluant ou difficilement interprétable.
Alors peut être vaut-il mieux se concentrer sur une thérapie que sur d'hypothétiques résultats à un test de QI.

Avatar du membre
enufsed
Messages : 1081
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : La Mort Dorée
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Dans mon Mortbillard, sous une pile de livres
Âge : 45

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par enufsed » dim. 17 mars 2019 15:54

En l'occurence l'auto-diagnostique fonctionne plutôt en sens inverse : parce qu'ils arrivent à dunker ils en déduisent qu'ils sont forcément grands :huhu:

Il faut aussi considérer le galvaudage de l'expression dans le langage courant : "Jean-Patrick est un surdoué de la cuisine" / "Germaine est une surdouée du point de croix", dès lors ce qui pourrait être une conséquence (ce qui reste évidemment à prouver surtout dans les cas que je cite) se transforme par sophisme en cause :
Germaine a une compétence hors du commun (en point de croix),
Il existe des surdoués qui ont des compétences hors du commun
Donc Germaine est surdouée.
(classique passage du particulier à l'universel)

Tiens en parlant de sophisme je viens de trouver celui-ci sur wiki que je ne connaissais pas :
Dans l'emmental, il y a des trous.
Plus il y a d'emmental, plus il y a de trous.
Plus il y a de trous, moins il y a d'emmental.
Donc plus il y a d'emmental, moins il y a d'emmental
:1cache:

En ligne
Avatar du membre
Proxima
Messages : 420
Enregistré le : mar. 2 oct. 2018 19:23
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 41

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Proxima » dim. 17 mars 2019 16:34

J'ai du mal à te suivre Dicizit,

Plus haut tu écris :
Dicizit a écrit :Etant moi-même très dubitative quand à mes capacités intellectuelles " hors normes" et ce après avoir été dûment estampillée HQI il y a maintenant 5 ans
Et maintenant :
Dicizit a écrit :
dim. 17 mars 2019 15:43
pour moi il s'agit d'un auto diag qui se suffit à lui même.
La petite BD est une auto-critique ?

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 304
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Dicizit » dim. 17 mars 2019 17:37

Non non!
Le «  pour moi » signifie « à mon avis », ça ne parle pas de moi!
C’était pour répondre à ta question «  que signifie s’auto diagnostiquer »

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12593
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par TourneLune » dim. 17 mars 2019 21:09

Je ne comprends pas bien l'argument du manque de moyens pour passer le test.
Si on n'a pas passé le test, on ne s'est pas forcément autodiagnostiqué, on peut s'intéresser au sujet en considérant qu'il peut s'appliquer à soi mais qu'on est évidemment dans le doute. On peut avoir de très fortes suspicions mais qui n'ont jamais été vérifiées. Le doute peut exister à des degrés divers mais on se rend en tous cas compte qu'en ce qui concerne soi-même, il n'est pas forcément corréler à la réalité mais plus à l'égo des personnes. C'est là où intervient l'élément extérieur et d'autant plus quand on a un outil relativement objectif même s'il est imparfait.

L'auto diagnostic ne concerne pas celui qui se pose des questions et ne va pas jusqu'au bout de la démarche mais celui qui ne s'en pose plus parce qu'il zappe l'étape "regard extérieur compétent" (non parce qu'on a vu des gens inscrits qui avaient été diagnostiqués par leur diététiciennes spécialisée douance , hein... ) Accessoirement, Soprano, un médecin n'est pas particulièrement compétent pour diagnostiqué la douance, ce n'est pas son métier, c'est celui des psychologues qui se gardent bien de diagnostiquer des cancers ou des grippes.

Y a des gens qui n'ont aucun problème à se déclarer surdoués suite à la lecture d'un article sur femme actuelle (là aussi c'est du vécu ici) et j'avoue que ça me dépasse un peu. On retombe encore une fois sur des problèmes d'égo et de validation un peu rapide des opinions perso en Théories Générables et Inaltérables.

C'est sans doute parce que j'ai une culture scientifique ( on peut être littéraire et l'avoir, hein...) et que j'ai un besoin d'exactitude assez grand. Vraisemblablement pour d'autres personnes, ce n'est pas important . Le principal soucis c'est que ça touche alors en général un peu tous les domaines de la vie et que le "coût", parfois financier (mais bon, le doute, ça existe quand on a pas vérifié, c'est simple) mais surtout en terme de remise en cause des théories et réfléxion personnelles, passent généralement derrière la validation de ces dernière un peu partout. Le dialogue devient alors particulièrement compliqué puisque sans validation, tout est possible et surtout le n'importe quoi qui va dans son propre sens.

Pour revenir à des exemples données plus haut, en équitation, y a aussi des champions du monde à la maison, mais comme ils aiment pas la compet, ils se contentent de l'être bien au chaud chez eux, sans jamais se confronter à la réalité des autres.... Mais si ils voulaient, ils gagneraient tout, bien entendu :lol:
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 957
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Unesoprano » dim. 17 mars 2019 21:53

@TourneLune les psychiatres sont des médecins... qui peuvent demander « on vous a déjà fait passer un test de QI » et être compétent pour le dire, je pense. Mais effectivement je n’ai pas été assez précise, oubliant que je suis sur ce forum où il est important de peser ses mots. :huhu:
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Rianne » dim. 17 mars 2019 22:15

enufsed a écrit :
dim. 17 mars 2019 15:54
En l'occurence l'auto-diagnostique fonctionne plutôt en sens inverse : parce qu'ils arrivent à dunker ils en déduisent qu'ils sont forcément grands :huhu:
Je dirai plutôt que c'est pcq'ils pensent qu'il sont en train de dunker qu'il pensent être grand, alors qu'en fait il jouent au foot :saigne:
Non pcq la plupart des auto diag que j'ai vu c'est plutôt du genre "on me comprends pas", "je suis malheureux", "j'ai une vie pleine de pb",... bref des problèmes quoi, du coup HPI.
Mais pas, je suis le meilleur dans mon boulot, je trouve les solutions les meilleures sans y réfléchir vraiment, j'innove, je crée, j'ai des bonnes idées sur tout ou du moins qui sont bien construites, j'ai une mémoire incroyable de tout et sur tout, capable de ressortir une conclusion de conversation 4 ans après, quand je dois faire quelque chose même plusieurs années après je m'en rappelle, les gens me trouvent brillant, on me confie les projets que personne ne saurait faire ou ne voudrait faire et ca me parait facile, je m'intéresse à des sujets complexes, je navigue dans les concepts de manière naturelle, je suis capable de faire plusieurs choses en même temps sans problème ...
Même si y'a du doute, le syndrome de l'imposteur, des ptit trucs un peu particuliers. Mais globalement ce ne sont pas nos petits défauts qui nous qualifient le mieux je trouve.


Après je fais bien la différence entre quelqu'un qui doute et quelqu'un qui s'autodiag.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12593
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par TourneLune » dim. 17 mars 2019 22:22

@Unesoprano Ok mais effectivement les médecins ne sont pas des psychiatres.
N'empêche que sans test ça reste des suspicions, même si elles peuvent effectivement très fortes.. voire très très très très très très très fortes...
Les psychologues sont déjà peu formés à la douance, alors j'aimerais bien connaître la formation exacte des psychiatre.... Leur taf, c'est quand même avant tout la maladie mentale. Et, si je ne me trompe pas, ils n'ont pas non plus le droit de faire passer des tests de QI. Bref leur avis est un avis à prendre en compte et rien n'empêche un psychiatre en particulier de se documenter un peu plus que ce qu'il a vu à l'ecole. Mais ce n'est pas un diagnostic. Ce qui n'empêche pas de vivre, de vivre bien même, hein ;) La suite c'est toi qui l'écris et c'est propre à chacun. Il n'y a aucun problème à ce que tu te contentes de ce niveau d'incertitude si tu l'estimes suffisant pour toi. Juste qu'il s'agit d'un niveau d'incertitude, que la démarche n'est pas complète et que ce n'est un problème pour moi que si on la considère comme complète, pas si on préfère s'arrêter en chemin.

C'est vraiment une question de démarche, psychiatre ou pas, ça leur viendrait pas à l'idée de diagnostiquer un diabète sans analyses, quand bien même ils seraient quasi sûrs, au point parfois de commencer les traitements avant les résultats.
Enfin etre médecin ou n'importe quel type de soignants, c'est pas un gage de compétence ultime dans tous les domaines. Ça peut être pas mal de le préciser, y en a vraiment qui mélangent tout et tombent dans la toute-puissance....
Le plus drôle que j'ai vu jusqu'à maintenant c'était une nana qui appuyait sur son statut de pilote de ligne pour parler de la maladie de Lyme....... :lol:


Il suffit cela dit de se balader sur youtube pour comprendre pourquoi les gens se contentent des listes de caractéristiques. C'est quand même un peu ça qu'on vend, quand on ne déconseille tout simplement pas les tests de QI. Faut pas trop en vouloir aux gens d'être déboussolés du coup... On est plus ou moins apte à détecter le bullshit....
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 957
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Unesoprano » dim. 17 mars 2019 22:39

Hors-sujet
Suis bien d’accord avec toi Tournelune. Ça m’a beaucoup interrogé également la question simplement posée sans aller jusqu’à la demande de démarche de test.
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 665
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : un bout de moi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : en haut de la tour Eiffel, juste à côté.
Âge : 41

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Bulle d'o » lun. 18 mars 2019 00:17

Rianne a écrit :
dim. 17 mars 2019 22:15

la plupart des auto diag que j'ai vu c'est plutôt du genre "on me comprends pas", "je suis malheureux", "j'ai une vie pleine de pb",... bref des problèmes quoi, du coup HPI.
Mais pas, je suis le meilleur dans mon boulot, je trouve les solutions les meilleures sans y réfléchir vraiment, j'innove, je crée, j'ai des bonnes idées sur tout ou du moins qui sont bien construites, j'ai une mémoire incroyable de tout et sur tout, capable de ressortir une conclusion de conversation 4 ans après, quand je dois faire quelque chose même plusieurs années après je m'en rappelle, les gens me trouvent brillant, on me confie les projets que personne ne saurait faire ou ne voudrait faire et ca me parait facile, je m'intéresse à des sujets complexes, je navigue dans les concepts de manière naturelle, je suis capable de faire plusieurs choses en même temps sans problème ...
S'il avait fallut cela pour que je commence à me poser des questions... Pfffiooouuuu, j'y serais jamais allée... Mince.... (sauf ce " je créé", mais bon, je suis dans des métiers de création en fait...).

Je rejoins l'idée que l'auto-diagnostic est une donnée faussée de l'idée qu'on veut d'avoir de soi, hors confrontation. La suspicion d'être HP est, elle, une démarche... Mais les signaux qui amènent à se poser ces questions.... sont si variés.... et ça vient parfois aussi de notre "pathos", pas seulement de nos qualités intrinsèques ressenties/reconnues, voire validées par autrui, non?

Je réagis, ici, et pas seulement sur le post de Rianne, mais aussi sur le fait que cette question de l'auto-diagnostic m'intrigue comme effet de mode, car, à part dans les magazines qui en parlent, je ne rencontre personne qui ne se pose la question, ni pour eux, ni pour leurs enfants. Ou alors, les rares que j'ai rencontré ont été dans une démarche (et non dans l'auto-diagnostic), l'ont aboutit et l'ont confirmé, en fait.

C'est donc si courant que ça? Et ai-je un réseau si restreint que rare sont ceux qui se posent la question autour de moi? (bon, ça, la dernière question, vous ne pourrez pas y répondre mais ça fait du bien à moi de l'écrire car je me demande... ).

Youpla
Messages : 220
Enregistré le : sam. 8 déc. 2018 00:50
Présentation : boum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: S'auto diagnostiquer surdoué, est-ce bien sérieux?

Message par Youpla » lun. 18 mars 2019 00:20

Je tiens à préciser tout de suite que je ne suis pas pour l'auto-diagnostic dans le sens où on affirmerait haut et fort à qui veut l'entendre qu'on est surdoué sans avoir eu de bilan.
Par contre, c'est tout de même possible (et peut-être même fréquent qui sait ?) que l'on se pense très fortement surdoué sans en avoir la preuve et qu'on s'en contente un temps, voire toujours.

Il semblerait que l'exemple de la personne, à fond dans le phénomène de mode, s'auto-diagnostique en cochant une liste de tout un tas de trucs censés être typique des surdoués (problèmes relationnels, ennui à l'école, décalage, etc) soit l'exemple qui viennent le plus à l'esprit mais pas pour moi.

Personnellement, je ne me reconnais pas dans la liste susdite.
Je me suis posé la question parce que je "savais" (dans le sens où je l'avais constaté de façon empirique) que je comprenais, mémorisais plus vite que les autres enfants puis jeunes adultes tout au long de ma scolarité, y compris lorsque j'étais en échec !

Je me suis dit que s'il existait un test permettant de mesurer des capacités cognitives, je devais forcément être détectée.
(Ça ne veut pas dire que je me sentais plus intelligente que les autres, ni même maintenant, mais c'est un autre débat...).
D'ailleurs, je suis toujours dubitative face aux personnes qui disent qu'elles sont étonnées de découvrir qu'elles sont surdouées. Les personnes n'ayant pas de trouble particulier pouvant cacher des capacités j'entends. Qu'en est-il des capacités d'observation, de déduction hors-norme du surdoué ? Enfin bref, parenthèse fermée.

Selon la 1ère psy que j'ai rencontrée, j'étais trop limite au niveau angoisse et dépression pour me faire tester (c'est aussi un autre argument pour ne pas passer le test tout de suite d'ailleurs).
Mais j'avais besoin d'une confirmation, ou plutôt d'une preuve irréfutable très vite car je ne dormais plus et c'était devenu obsessionnel.
Alors j'ai contacté une autre psy, dans un cabinet spécialisé en douance et j'ai pu être diagnostiquée.

Je sais que ce n'est pas une preuve en fait, mais j'avais fait cette démarche entre autre, pour "démontrer" à une ex-proche qui venait de se faire diagnostiquer que ce n'était pas si peu fréquent que cela et qu'elle n'était pas la seule. Elle avait pris un melon dangereux (vraiment dangereux dans le sens où elle souffre de pathologies graves, qu'elle a décidé d'ignorer et qu'elle a préféré le HPI pour expliquer TOUS ces problèmes...).

Aussi et surtout, pour en apprendre plus sur ce que c'était concrètement d'être surdoué, dans l'espoir d'éviter certains déboires que je pensais universels aux surdoués pour ma propre fille et mes neveux et nièce (problème d'estime de soi en priorité...).

Aucun autre membre de ma famille n'a été testé et pourtant, j'ai l'intime conviction qu'ils le sont tous (11 membres sur 3 générations!...)
Vous allez me dire, c'est normal, au début, on en voit partout !
Non, ce n'est pas de cela qu'il s'agit (enfin je crois).

Ce sont les mêmes raisons qui m'ont fait poser des questions sur mon propre cas que celles qui me font croire cela pour ma famille.

Alors, oui, ça reste dans le domaine de la croyance et je ne le hurlerais pas sur tous les toits, j'en parle ici sous couvert d'un pseudo-anonymat internetique (oui c'est un mot inventé).

Je continue de me poser la question des avantages et inconvénients du diagnostic.
Je n'ai pas tranché.
Et c'est pour ça que je ne suis pas sûre de faire tester ma fille un jour, et que mes neveux et nièce ne se feront peut-être pas non plus tester.

Je pensais bêtement que le diagnostic me ferait coller à tout un tas de choses qui seraient autant d'excuses à mes difficultés.
L'hyper-sensibilité, l'hyper-lucidité, l'hyper-je ne sais plus quoi.

C'est bien de dire que c'est un peu idiot de voir le surdoué comme un incompris, qui n'a pas d'amis, qui etc.
Mais on ne dit pas assez (à mon goût) que c'est un peu idiot aussi de croire que le surdoué est forcément plus sensible, plus empathique, j'ai même lu dans le TIPEH que le surdoué NE PEUT PAS être malfaisant (consciemment), qu'il est profondément gentil et que c'est dans sa structure, car il est tellement empathique qu'il ne peut vouloir faire de mal à quiconque.
Je trouve ça hyper dangereux comme discours (et hyper léger comme argumentation !!!).

Encore une fois, les surdoués diagnostiqués, ce ne sont pas ceux qui vont le mieux, et ceux qui achètent les bouquins idem.
Alors s'entendre dire, tu es parfait, trop gentil, trop bien quoi, une sorte de réincarnation de mère Theresa ! C'est pour ça que tu as tant de problèmes...
Ca me fait froid dans le dos !!!

Je connais (et j'en pâtis) au moins deux surdoués manipulateurs.

Bref, tout ça pour dire que j'en suis revenue de mes espérances de me comprendre mieux.
Le test ne m'a pas permis cela.
Juste, un peu plus d'estime de soi, qui est très très basse (contrairement à ce que pourrait laisser croire certains de mes écrits peut-être).

Puisque les listes de caractéristiques c'est du n'importe quoi, à quoi ça sert effectivement ?

A mieux te connaître me répond-on. Du moins, sur le plan cognitif.
Vous voulez dire, que j'ai une bonne mémoire, de bonnes capacités de compréhension, d'abstraction, de logique ?... Mais c'est exactement pour ces raisons que j'ai eu des doutes sur mon compte !!!

Ca sert à connaître ses points forts et points faibles...
Et quand les résultats sont homogènes ?!

Bah oui... Ca sert à rien.

Sinon à prouver à autrui que tu l'es.
Je me suis dit que j'aurais plus de poids sur mes frère et sœur et beau-frère et belle-sœur, pour leur "démontrer" que ce n'était pas fou de penser ça de nous, qu'on était pas forcément un génie en étant surdoué, pour leur "vendre" de faire tester leurs enfants.
Mais je ne suis plus convaincue moi-même alors...

J'ai l'impression d'avoir cru au père Noël et de devoir en revenir douloureusement.
Avec en plus, le côté pervers du test : oui, tu avais bien senti que tu avais de très bonnes capacités et oui, oui tu n'en a rien fait d'exceptionnel ! T'es vraiment nulle...

EDIT : Je viens de lire le message de Bulle d'o et je ne connais moi non plus personne qui s'auto-diagnostique en le criant à tout va.

Répondre