Connaître son sol : le test de la bouteille

Avatar du membre
baptiste
Messages : 588
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par baptiste » jeu. 13 déc. 2018 15:59

A la demande de @TourneLune

Le test de la bouteille est un test simple pour séparer les différents composants du sol, pour ce faire :

- prendre une bouteille (ou un bocal) transparent et non teinté.
- la remplir a moitié de terre
- combler le restant avec de l'eau
- secouer énergiquement pendant trois minutes.
- laisser reposer une heure
- secouer de nouveau pendant trois minutes.
- laisser reposer a plat pendant 24h

Logiquement au bout de ce temps les différents composants du sol se sont séparé par décantation.

Tout en bas les sables, au dessus les limons, la limite est difficile à voir mais en gros dès qu'on ne vois plus les grains à l'oeil nu on est dedans. Et pour finir les argiles qui forment une masse compacte au dessus du reste. Et bien sûr la matière organique qui flotte à la surface.

Je vous ferais pas l'affront de vous expliquer comment calculer les pourcentages des différents composants...

rôle des différents composants du sol

Le sable contribue au drainage et à l'aeration du sol, les sols sableux se réchauffent bien et évitent les excès d'eau. Par contre ils ne retiennent pas l'eau, la matière organique et les éléments mineraux qui sont généralement lessivés.

Le limon est le dernier stade de la dégradation de certaines roches, souvent alluvionnaires ils enrichissent le sol en libérant leur éléments minéraux. Les sols limoneux sont fertiles, mais on tendance à s'appauvrir avec le temps. Ils retiennent l'eau mais sont sensibles à la battance (tassement naturel lié à la pluie, ou au piétinement) peuvent facilement être compacts et dur à travailler.

L'argile est une roche, elle retiens bien l'eau et grâce à la vie du sol peut stocker de la matière organique (complexe argilo-humique). Les sols argileux sont généralement fertiles mais compacts. Très sensibles aux engorgements et à l'inverse à la sécheresse où ils deviennent extrêmement durs et peuvent étouffer la vie du sol.

Voilà à vous de faire le test chez vous et à donner vos résultats ici.

Chez moi : sable 60%, limon 15% et argile 25% plutôt pas mal en somme
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
blue hedgehog
Messages : 314
Enregistré le : jeu. 5 juil. 2018 13:53
Présentation : Coucou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Lux
Âge : 38

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par blue hedgehog » jeu. 13 déc. 2018 16:03

Question bête sans doute, mais je n'y connais rien alors: dans le calcul du pourcentage, on n'inclut pas les matières organiques?
Une bougie offre sa lumière aux alentours, pendant qu'elle se consume. (Proverbe chinois)

Avatar du membre
baptiste
Messages : 588
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par baptiste » jeu. 13 déc. 2018 16:18

Non en général effectivement les matières organiques ne rentrent pas en compte vu que leur quantité fluctue selon pas mal en fonction de divers paramètres (vie du sol, saison...)

Il faut prélever la terre pour faire le test en dessous de la couche d'humus donc au minimum à 20cm de profondeur. En général la matière organique à cette profondeur ne représente pas une épaisseur notable.
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
blue hedgehog
Messages : 314
Enregistré le : jeu. 5 juil. 2018 13:53
Présentation : Coucou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Lux
Âge : 38

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par blue hedgehog » jeu. 13 déc. 2018 16:31

ah voilà qui est plus clair pour mon petit esprit. Merci @baptiste
Une bougie offre sa lumière aux alentours, pendant qu'elle se consume. (Proverbe chinois)

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 270
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par InMedio » ven. 14 déc. 2018 08:11

Sujet très intéressant !

Il est possible de faire ce test de granulométrie après un passage au tamis de 2 mm pour enlever les gros morceaux.

Je me permets une petite précision quant à la lecture du résultat : du fond jusqu’en haut ce sont les particules des plus lourdes aux plus légères donc sables, limons, puis argile. L’eau peut être encore trouble 24h, voire 48h et plus après décantation : c’est parce qu’une partie de l’argile minérale (chargée négativement à sa surface pour faire vite) se repousse constamment et ne se pose ni au fond ni à la surface. Certes une partie des argiles est tombée au fond, alors on peut se demander ce qui leur est arrivé.
Elles ont été agglomérées à (justement) de la matière organique (humus) avec des ions calcium (entre autres) qui font office de scratch (parce que c’est pas de la colle) entre le minéral et l’organique. Et ce gros câlin s’appelle la floculation, le couple ainsi formé est le complexe argilo-humique.

Pour en revenir à la lecture de bouteille : même après 24h des argiles peuvent toujours se balader en suspension, c’est un indice du manque de calcaire actif (riche en ions calcium) dans cet horizon du sol.
Mais je peux supposer que Baptiste n’a pas ce manque de floculation étant donné son sous sol calcaire (sans dévoiler son lieu de vie) qui fournit au sol de surface une bonne quantité d’ions calcium.

Enfin dans une analyse granulométrique on ne peut pas différencier minéral et organique, les deux sont mélangés dans la bouteille à toutes les échelles. Si tu veux savoir ton taux de Matière organique il faut demander une analyse chimique en labo qui te donnera plein d’autres infos (que je sais lire et analyser, ceci est un appel à me rendre utile) sur la composition minérale et organique à l’instant t où tu fais ton prélèvement. Car comme dit baptiste, certaines choses comme le taux de Matière organique varie au fil de l’année. C’est la merveilleuse vie du sol !!
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12562
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par TourneLune » ven. 14 déc. 2018 08:41

On apprend ça où ?
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
baptiste
Messages : 588
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par baptiste » ven. 14 déc. 2018 09:06

Perso c'est un vieux reste de ma formation de forestier et des cours de pedologie
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
Nelea
Messages : 849
Enregistré le : dim. 5 mars 2017 15:05
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 30

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Nelea » ven. 14 déc. 2018 09:15

Cool ce mini-cours en ligne !
Le complexe argilo-humique fait tilt dans mon esprit face à de vieilles réminiscences de cours de pédologie (et un peu d'écologie) de la fac... ^^`
"The only real conflict you will ever have in your life won't be with others, but with yourself", Shannon L. Alder
"Nous avons peur de nous-même et de ce que nous apercevons de nous chez les autres." Henning Mankell

Miss souris
Messages : 1945
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Miss souris » ven. 14 déc. 2018 09:23

J'aime bien, je comprends tout...merci !

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12562
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par TourneLune » ven. 14 déc. 2018 09:27

Y a plus qu'à illustrer avec nos exemples ;)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 270
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par InMedio » ven. 14 déc. 2018 19:18

J'ai appris ça en cours d'agronomie l'an dernier, @TourneLune ;)
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12562
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par TourneLune » ven. 14 déc. 2018 19:20

Classe!
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 270
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par InMedio » sam. 15 déc. 2018 08:58

Voilà ce que j'ai pu faire l'an dernier suite à mes cours, pour le sol de chez moi.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.


Les photos que j'ai n'ont pas un excellent rendu sur les petites particules, mais à 10 cm du sol, je suis à plus de 30% d'argile, avec beaucoup de sable. Et on voit l'eau trouble qui l'est restée jusqu'à ce que je vide le verre.

Je ferai certainement à nouveau un test avec une bouteille que j'aurai préalablement graduée, et posterai ça quelque part par ici.
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Avatar du membre
Belgha
Messages : 113
Enregistré le : dim. 19 août 2018 23:43
Présentation : Aventures et péripéties de Bekgha Senkhafer (à suivre…)
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Localisation : https://www.google.fr/maps/@44.4449671, ... a=!3m1!1e3
Âge : 60
Contact :

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Belgha » lun. 4 févr. 2019 21:47

Merci Baptiste pour ce petit tuto !
Je ne comprends même pas comment j'ai pu être assez stupide pendant si longtemps pour cultiver des terres dont je ne sais rien (nous cultivons presque tout ce que nous mangeons tout au long de l'année…)
Alors je vais faire ce que tu dis.
Disons, dès que le sol aura dégelé, quoi.
D'ici-là, j'aurai peut-être même compris les implications de ce que tu nous expliques.
Amitiés,

Avatar du membre
baptiste
Messages : 588
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par baptiste » mar. 5 févr. 2019 10:37

En même temps le test de la bouteille est surtout utile quand tu arrive sur un sol que tu ne connais pas (ce qui est mon cas)

C'est juste un outil parmi d'autres (ecogramme, fosse pedologique...) pour avoir une idée des atouts et faiblesses de ton sol.

Par exemple dans mon cas, la forte proportion de sable indique que mon sol est plutôt drainant. Ce qui implique que j'ai peu de chances d'engorgement en hiver mais qu'il faut que je travaille sur la rétention de l'eau en été (paillage, ajout de copeaux de bois dans le sol) ou que j'arrose plus frequement.

Certaines méthodes de culture te permettent de t'affranchir des contraintes du sol (culture sur buttes, lasagnes, aquaponie...)

Normalement si tu cultive depuis plusieurs années tu dois avoir une bonne idée de comment ton sol fonctionne.
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 861
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Unesoprano » mar. 5 févr. 2019 10:51

Très intéressant, merci beaucoup.
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Belgha
Messages : 113
Enregistré le : dim. 19 août 2018 23:43
Présentation : Aventures et péripéties de Bekgha Senkhafer (à suivre…)
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Localisation : https://www.google.fr/maps/@44.4449671, ... a=!3m1!1e3
Âge : 60
Contact :

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Belgha » mer. 6 févr. 2019 00:51

baptiste a écrit :
mar. 5 févr. 2019 10:37
Normalement si tu cultive depuis plusieurs années tu dois avoir une bonne idée de comment ton sol fonctionne.
Pas si facile.
L'endroit est pentu, sagneux (oui : les deux), en ubac exposé au soleil seulement le matin, jusque vers 15 heures en plein été, et exposé à un courant d'air froid qui descend de la montagne dès le soir jusqu'au matin. Gelé (glace et neige dure) pendant plus de trois mois l'hiver.
Mais à te lire, je pense que je devrais mélanger du sable à ma terre, au moins pour la réchauffer et la drainer ?
Au fil des années, j'y a mis pas mal de paille (en plus du fumier) pour l'alléger, mais ça fait un apport carbone, et je ne sais pas ce que ça implique.
J'y ai essayé pas mal de trucs mais n'ai encore rien trouvé qui s'y sente bien. C'est actuellement notre champ de pommes de terre. Extrêmement irrégulier en rendement et en qualité. Plein de variétés ont été testées, mais avec la rotation sur trois ans, il est difficile de tirer des conclusions fiables.
Il y a également l'impact des autres cultures pendant la rotation. J'ai d'abord essayé la phacélie : archi-minable. Puis le trèfle : énorme, touffu, racines ingérables rendant le labour difficile. Dernièrement, le blé. Un magnifique rouge de Bordeaux. Beaux épis, beau grain, bon rendement, mais couché par les intempéries, violentes et fréquentes dans la région, et moissonné et lié à la main car terrain inaccessible aux machines. Pas pratique à déplacer ensuite jusqu'à une batteuse…

Si tu me suggères de changer de pays, je te répondrai que la rudesse de notre climat élimine tout genre de vermines, et je ne suis pas de celles-là ;)
Et puis de toutes façons, ici c'est chez moi.


baptiste a écrit :
mar. 5 févr. 2019 10:37
Certaines méthodes de culture te permettent de t'affranchir des contraintes du sol (culture sur buttes, lasagnes, aquaponie...)
Je me vois assez mal faire 4 ou 500m² de buttes ou de lasagnes. Ces systèmes sont depuis deux ans en phase de tests à plus petite échelle sur d'autres terrains plus cléments. Pour le moment, je ne trouve pas ça vraiment convaincant (sauf carottes et céleri-rave !). Ce n'est peut-être pas le genre de système qui fonctionne à 1300 mètres d'altitude, je me suis même demandé si ce n'était simplement une mode… à suivre sur la durée…

Je ferai quand même ce test au dégel, pour savoir la quantité de sable qui manque.
Je vais le ramasser sur les plages ? :huhu:
Beurk, non. Je vais aller le chercher dans le lit des torrents, plutôt.
Merci pour tes tuyaux !

Amicalement,

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 270
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par InMedio » mer. 6 févr. 2019 07:46

Salut @Belgha
Attention avec les modifications de texture (ajout de sable ou autres). Ça n'est pas recommandé d'abord parce que c'est coûteux en temps et en pognon et ensuite parce que la vie va devoir s'y adapter, y compris toi-même.

Ce que je vois c'est que clairement Baptiste et moi VS toi, on joue pas dans la même zone de rusticité. Pour toi beaucoup de gel, de froid, peu d'ensoleillement par rapport aux plaines et vallons que nous avons autour de nous.

Ce qu'il faut avoir en tête quand on travaille un sol, c'est l'objectif de maintenir sa fertilité en en travaillant la structure par :
- le maintien d'une bonne activité biologique (donc ajout de paille c'est bien, mais attention à l'équilibre carbone/azote au printemps tu pourrais avoir de mauvaises surprises)
- le travail (de préférence non-destructeur des horizons, donc heu éviter de labourer tous les ans...) pour faire entrer l'air qui permet à la faune et micro-faune du sol de respirer, et pour faire entrer l'eau qui portera les éléments nutritifs aux racines = aération et perméabilité.
- le contrôle chimique : Ah attends, ne t'enfuis pas, j'ai dit chimique c'est pas grave ! C'est juste savoir ce que l'eau (= solution du sol) apporte aux plantes.

Ne désire pas changer de pays, ne désire pas changer de sol non plus : adapte tes façons à l'existant et aux contraintes qui te sont propres. Savoir ne pas s'obstiner est important. Être à l'affut de comment la vie fonctionne sur ton terrain.
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12562
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par TourneLune » mer. 6 févr. 2019 08:13

Moi je crois que Belgha a tout sauf envie de changer d'endroit mais c'est vrai que quand on a pas la situation parfaite décrite dans les bouquins, c'est pas tjr simple de savoir quoi faire pour que ce soit bien, sachant que les années passent vite.
Nous on a pas commencé mais ce WE, la neige fondait et c'était une piscine de haut en bas. Et pourtant ça penche!
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
baptiste
Messages : 588
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par baptiste » mer. 6 févr. 2019 09:08

@Belgha t'est dans quel coin de la Sibérie :lol:

Blague à part je suis pas spécialiste mais ce que je pourrais te dire en tant qu'amateur éclairé :

- les terrains montagneux sont souvent difficiles à cultiver c'est pour cela qu'en général on y fais de l'élevage plutôt que du maraîchage
- comme le dit inmedio avant de songer à modifier ta texture vois si tu peux pas faire autrement. Pour que l'effet soit sensible il va falloir que tu trimballe des dizaines de tonnes de sable ce qui risque d'être coûteux en temps, en fatigue et en argent.

Les conseils que je te donnerais :

Plutôt que de chercher à adapter la terre à ce que tu veux y faire adapte tes cultures a elle.

Commence par prendre le temps d'observer et d'analyser :
Fais le test de la bouteille, creuse un trou pour savoir quelle profondeur de sol tu a. Mais aussi observe la végétation, énormément de plantes sont indicatrice de l'état du sol (ex plantain =sol compact, fougère aigle = sol acide, ortie = excès d'azote...) si tu le souhaite je peux t'expliquer comment faire un ecogramme mais ça demande de bonne connaissances en botanique.

Il y a une autre méthode redoutablement fiable : tu trouve un petit vieux du coin, tu le soudoye avec une bouteille de gnome et tu le lâche sur ta parcelle. Les gens qui cultivent le coin depuis des générations ont un don atavique pour te dire ce qui peut pousser à cet endroit.

Ensuite si tu veux absolument adapter tes cultures a tes besoins crée tes propres variétés, ça sera toujours plus facile que de devoir adapter ton sol à ce que tu veux y faire pousser...

Il y a un mec qui est célèbre (mais je sais plus le nom) pour avoir créé une variété de tomates qu'il cultive dans du cailloux, sans arrosage au beau milieu du désert provençal.

Après, un endroit au soleil le matin mais à l'abri quand il tape trop a serais pas l'endroit idéal pour mettre une serre ? Ou une table pour l'apéro...
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
Belgha
Messages : 113
Enregistré le : dim. 19 août 2018 23:43
Présentation : Aventures et péripéties de Bekgha Senkhafer (à suivre…)
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Localisation : https://www.google.fr/maps/@44.4449671, ... a=!3m1!1e3
Âge : 60
Contact :

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Belgha » mer. 6 févr. 2019 09:21

Bonjour InMedio,
Merci pour tes conseils, ça me rassure.
InMedio a écrit :
mer. 6 févr. 2019 07:46
Ce qu'il faut avoir en tête quand on travaille un sol, c'est l'objectif de maintenir sa fertilité en en travaillant la structure par :
- le maintien d'une bonne activité biologique (donc ajout de paille c'est bien, mais attention à l'équilibre carbone/azote au printemps tu pourrais avoir de mauvaises surprises)
- le travail (de préférence non-destructeur des horizons, donc heu éviter de labourer tous les ans...) pour faire entrer l'air qui permet à la faune et micro-faune du sol de respirer, et pour faire entrer l'eau qui portera les éléments nutritifs aux racines = aération et perméabilité.
- le contrôle chimique : Ah attends, ne t'enfuis pas, j'ai dit chimique c'est pas grave ! C'est juste savoir ce que l'eau (= solution du sol) apporte aux plantes.
Oui, j'ai l’œil sur les vers de terre et sur les adventices. Ce sont mes indicateurs. C'est pour ça que quand baptiste a parlé de la terre elle-même, je me suis dit que j'étais un imbécile de ne pas avoir surveillé ça aussi.
Ah, et puis il y a aussi les ravageurs : les mulots grignoteurs de patates. Je songeais tenter d'implanter une chouette, car les chats sont loin de faire le boulot et ils ne travaillent pas 24/24, comme le mulot. En plus, ils ne crèchent pas tout à côté.
Pour la fertilité de ce bout de terrain, ça n'a jamais été très fort. En fait j'ai l'impression que plus les années passent, plus il l'est. Je ne devrais donc pas m'inquiéter, mais je doute perpétuellement. Les chardons et la prèle s'en donnent à cœur-joie. J'en arrache une ou deux centaines de kilos par an.
Compte tenu de la rotation sur trois parcelles, je ne laboure que tous les trois ans, de préférence avant l'hiver, lorsque je le peux. Le sillon fait entre 20 et 25 cm de profondeur. Le gel d'hiver fait gonfler la terre et en brise les mottes grasses. Avant de planter, je passe un coup de rotavator avec le fumier composté, ça brasse bien mais sans violence, ça allège et aère la terre, une vraie chantilly. J'évite de remarcher dessus.
Après la récolte, je ne fais que passer un coup de fraise superficiel pour homogénéiser la surface, juste un truc de maniaque. Ça enfouit les herbes sèches.
Tout ça, c'est au jugé, sans vraiment recopier tout exactement ce que les autres ont toujours fait autour de moi (comme par exemple labourer au plus profond tous les ans, ou toujours replanter au même endroit), ni tous les délires enthousiastes de néoruraux qu'on trouve sur le Net.

C'est quoi les mauvaises surprises que je pourrais avoir au printemps ?

@TourneLune : En effet, je n'ai pas l'intention de me déraciner, ça aussi c'est une question d'agriculture ! J'ai passé les 25 années les plus actives de ma vie à Paris, j'ai pu mesurer les dégâts. C'était du lourd.
Je ne suis pas du tout fan de Pierre Rabbi, mais la riche sobriété de ma vie actuelle me convient tout à fait. Et à mon entourage également.


Amitiés,
À++

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12562
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par TourneLune » mer. 6 févr. 2019 10:05

@baptiste : https://www.lepotagerdesante.com/ ?
Je crois que @Pataboul a essayé mais lui il avait trop d'eau du coup.
Là du coup on dépasse un peu le cadre du sujet de départ mais c'est intéressant, peut-être que ça vaudrait le coup d'ouvrir un sujet ?
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
baptiste
Messages : 588
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par baptiste » mer. 6 févr. 2019 10:19

TourneLune a écrit :
mer. 6 févr. 2019 10:05
@baptiste : https://www.lepotagerdesante.com/ ?
Je crois que @Pataboul a essayé mais lui il avait trop d'eau du coup.
Là du coup on dépasse un peu le cadre du sujet de départ mais c'est intéressant, peut-être que ça vaudrait le coup d'ouvrir un sujet ?
Ouais c'est peut être eux. Mais l'idée c'est de créer ses propres variétés ultra locales.
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

En ligne
Avatar du membre
Pataboul
Patamobile
Messages : 874
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par Pataboul » mer. 6 févr. 2019 15:59

J'ai essayé les semences de Pascal Poot, oui. Mais j'en ai été très déçu, d'abord parce que les tomates résistantes à tout, si elle étaient effectivement très vigoureuses avec une croissance rapide et de très gros troncs, ont toutes eu le cul noir. De ce que j'ai glané comme infos et que je sais de la terre où elles ont poussées, c'est du à l'irrégularité des pluies. Pas très cohérent avec la théorie des tomates spéciales sécheresse. Mais bon, si ce n'étais que ça, y'a plein de paramètres inconnus et c'est p'tet juste que mon environnement est trop différent de celui du producteur.
Ce qui m'a très déçu, c'est les courgettes jaunes. J'en fais tous les ans, la variété est d'un beau jaune doré, la peau lisse et brillante et très goûteuse, quel que soit l'origine des plants. Celles issus des graines de Pascal étaient jaune pâle (jaune pisse, si je peux me permettre), duveteuse et insipides..... Ca pour moi c'est clairement de l'hybridation, le truc de base qu'on évite quand on veut produire des semences, d'autant plus quand on est "pro" et qu'on vend une variété reconnue.
Tout n'est peut-être pas à jeter dans sa production mais perso j'y retournerais pas, ça m'a déçu. Et puis j'ai des résultats déjà très satisfaisants avec des graines de n'importe quelle provenance et d'autres points que la qualité des variétés à améliorer sur lesquels j'ai bien plus à gagner. Ces dernières années je ne fais plus mes plants et une amie maraîchère me fournis des plants très satisfaisants, bio, variétés anciennes de toutes sortes, ça me suffit bien.

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 270
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: Connaître son sol : le test de la bouteille

Message par InMedio » mer. 6 févr. 2019 16:40

Avant de planter, je passe un coup de rotavator (...) ça brasse bien, (...) un coup de fraise superficiel pour homogénéiser la surface, juste un truc de maniaque. Ça enfouit les herbes sèches
Donc
Les chardons (...) s'en donnent à cœur-joie. J'en arrache une ou deux centaines de kilos par an.
Quand t'as des chardons, tu dois laisser tomber tout outil rotatif et tout passage rapide. C'est impératif. Il faudra passer au cultivateur (des dents sans rotation) plusieurs fois par an et à vitesse très réduite, sur 20 à 25 cm de profondeur, mais t'aura jamais tous les chardons de toute façon. Je te souhaite beaucoup de courage.
J'explique. Ce que tu as fait, c'est une culture de chardons : tu les découpe en petits tronçons au rotavator, ils se bouturent, tu en arraches superficiellement une partie pendant tes passages de désherbage pendant ta culture (j'imagine un bon paquet) et le coup de fraise pour enfouir à la fin afin un beau sol grumeleux nickel pour les boutures de chardon. Si en plus ça profite de ton système d'irrigation...
Tu peux faire pareil avec le chiendent et le coccinelle, c'est super efficace si tu veux en avoir plein !

Sinon tu passes au non-rotatif quand tu as des adventices de ce genre :D :huhu:

Mais je suis étonné : tu as l'air plutôt bien équipé, ça n'a pas l'air d'être un petit jardin.. C'est quoi ta surface ?

EDIT : oups j'allais oublier : la surprise au printemps dans un sol au rapport C/N trop élevé c'est la faim d'azote. À savoir que la microfaune bouffe ta paille et a besoin d'azote pour vivre, mais y'en a pas assez pour tes plantes. Donc pas de croissance des plantes mais grosse activité biologique dans le sol. Ça dure quelques mois jusqu'à ce que ça se rééquilibre. Et la vie générant de l'acidité, t'as quelques carences induites par un pH trop bas qui vont aussi flinguer la nutrition de tes plantes par blocage de certains minéraux (le fer je crois et d'autres.. je sais plus trop). Mais t'auras une vie du sol super épanouie.
Hors-sujet
C'est presque HS tout ça, mais je voulais quand même dire un truc sur les semences : c'est un vrai métier comme le sous-entend Pataboul. On fait généralement des sélections massales à vue de nez quand on est un peu connaisseur, mais un semencier a un objectif avant de cultiver, il a même un contrat avec une obligation de résultat, c'est très cadré.
Ça l'est encore plus pour les producteurs de semences hybrides F1 qui doivent faire 4 générations avant la F1 ! Sur des bisannuelles type carotte ou betterave, ça fait des années avant d'avoir un truc stable.. sur une saison seulement puisque les F1 dégénèrent dès la F2.
Mon avis très perso c'est qu'on peut s'amuser à faire une petite sélection massale sur quelques plantes faciles à cultiver pour leurs semences sur peu d'années et dans un cadre restreint, mais c'est tout.
Le cadre légal des semences est là principalement pour deux choses : garantir les puretés variétales (et pas vendre trouzemille variétés comme Koko parce que d'une variété à l'autre, franchement, y'a pas de différence, des fois), et éviter les propagations de virus (qui sont transportés de la plante-mère à la graine)
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Répondre