hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Holi
Messages : 1762
Inscription : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 57

hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Holi »

je ne suis pas sure d'être au bon endroit, à propos des enfants : oui, mais pas forcément lié à la douance :think:
Je voudrais vous exposer mes questionnements au sujet de mon fils et je n'ai pas trouvé de post à ce sujet.
Il a 11 ans, a été testé avec un résultat très hétérogène a 8 ans qui ne permettait pas de conclure à la précocité.
Depuis toujours il se pose 1000 questions "existentielles", de 8 mois à 5 et demi il dormait peu et très mal, se réveillait 4 à 5 fois par nuit, à cause d'angoisses ou de cauchemars. Il a brièvement été suivi par une psy, puis a refusé de continuer quand il a senti que ça ne lui apportait plus rien.
Il a toujours été solitaire (fils unique) mais très sociable, même si plus plus attiré par les adultes que les enfants. Mais surtout il est très sensible et extrêmement émotif, et ça commence à devenir compliqué cette difficulté à gérer ses émotions. Il a très vite les larmes aux yeux, voire ne peut retenir ses larmes, ses "copains" ont tendance à se moquer de lui, et je ne suis pas sure qu'il sache "se défendre".
Une bricole, une réprimande, peut prendre des proportions énormes. Il est très attentif à l'opinion des autres à son sujet.

j'essaie de lui expliquer que si c'est une chance d'être sensible, que c'est normal d'éprouver des émotions, il doit malgré tout apprendre à les canaliser, les accepter mais pas les laisser exploser comme ça...j'avoue être un peu désemparée...
C'est parfois difficile pour nous à la maison, mais à l'école encore plus, en particulier par rapport aux autres garçons...
Avez vous vécu cela enfant ? Ou rencontrez vous cette situation avec vos enfants ?
Si oui comment l'avez vous géré ?
J'aimerai pouvoir l'aider, sans savoir comment m'y prendre.

PS, si je ne suis pas où il faut, merci de "déménager" mon post ;)
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

Avatar de l’utilisateur
Gracian
Messages : 15
Inscription : jeu. 6 juin 2019 12:59
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Gracian »

Salut,

Je n'ai pas vraiment le temps de répondre en détails mais je voudrais te conseiller un ouvrage qui m'a bien aidé à prendre du recul sur ce type de situation et sur la manière d'éduquer mon enfant en général. Il s'agit d'un livre qui s'appelle "Avec lui c'est compliqué" (le titre peut être trompeur car c'est bien l'idée d'éducation bienveillante qui est partagée par les auteures), tu en trouveras un avis détaillé ici :
https://apprendreaeduquer.fr/livre-educ ... t-precoce/
En espérant que cela puisse t'aider...

Avatar de l’utilisateur
Léo
Messages : 918
Inscription : lun. 1 avr. 2013 18:50
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : A l'ouest
Âge : 38

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Léo »

Est-ce qu'il serait intéressé par une activité extra-scolaire de type théâtre ? Ou autre chose... ? Un endroit où justement c'est pas "la honte"... S'il est sociable, pas inhibé ... ça devrait le faire :-)
C'est déjà bien que tu l'accompagnes là dedans car le pire serait d'ignorer sa sensibilité. Je me souviens que pour moi, enfant puis ado... c'était compliqué parce-que je ne ressentais pas trop de soutien de ce côté... On mettait un peu tout sur le dos de l'adolescence en invoquant le "ça va passer" et comme j'accordais de l'importance au regard des autres, je jonglais... Bref, pas glop. (J'ai trouvé un peu plus tard de quoi assumer avec le dessin, l'écriture etc mais j'ai pas développé la confiance pour autant alors que je pense que c'est cela qui compte à ces âges fragiles, pour plus tard; s'assumer plus qu'assumer...)
Je suis sûre que des parents vont passer ici pour te donner des pistes ;)
"Soudain, la jeune fille, le plus tranquillement du monde, entreprit de se curer le nez avec les doigts." Witold Gombrowicz

Avatar de l’utilisateur
Gail
Messages : 242
Inscription : ven. 14 juin 2019 23:08
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10205#p302753
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Vendée
Âge : 38

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Gail »

Mes 2 garçons sont du même genre, très intenses dans leurs émotions, avec des réactions mal comprises à l'école. Ils sont beaucoup plus jeunes (presque 7 ans et 3 ans 1/2). Ils n'ont pas passés de test mais je les soupçonne d'être HPI eux aussi.

Le plus grand a eu un début d'année très compliqué, le passage à l'école primaire ( ajouté à des petits c*** qui le matraitaient à la cantine) a exacerbé son émotivité. On m'a conseillé une sophrologue du coin, qui travaille beaucoup avec les enfants et qui connait les particularités des enfants haut potentiel.
J'étais un peu sceptique au début, les premières séances, j'avais l'impression qu'elle était totalement débordée par le fonctionnement de mon grand. Finalement, en 6 séances, on a récupéré un petit garçon beaucoup plus serein et capable d'identifier et de gérer ses émotions.
Elle nous a fait des séances audio à écouter si besoin sur la peur, la colère et la confiance en soi. Et je sais qu'elle suit aussi des ados.

Je pense qu'avec une bonne adresse, ça peut être une bonne solution.
Tourne toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi.
Proverbe Maori

Avatar de l’utilisateur
Kokeshi
Messages : 43
Inscription : dim. 17 févr. 2019 13:58
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : En haut du camphrier, 3ie branche à droite.
Âge : 46

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Kokeshi »

Bonjour! Je n’ai pas souvent pris la parole depuis mon inscription, il a environ un an (hu hu, je ne me sens pas vraiment légitime, n’étant pas encore passée par la case Test). Mais je vous lis régulièrement.

Aaah, être parent... ou plutôt devrais-je dire: devenir parent, ce parent qui saura comprendre et accompagner CET enfant en particulier? ...euh...cet enfant particulier, en particulier ?😋

Bref, me voici pour ajouter mon caillou à votre cairn.
Mon fils a 9 ans.
Il a été un bébé trèèès éveillé; il est devenu un petit bonhomme très précoce: dès la maternelle, il comprenait déjà des jeux de mots complexes (« oh la belle Corvette rose », eh oui son papa lui ânonnait les marques de voitures...qu’est ce qu’on a ri!); Il a saisi tout seul le principe de la conversion minutes/secondes, et les multiplications: « on arrive dans combien de temps à la maison, maman? »-« 5 minutes »- « dans 300 secondes alors »-« voui mon minidou. » Ce sont deux exemples parmi tant d’autres.
Il a toujours beaucoup aimé l’école, y excelle, et ne s’est jamais plaint de s’y ennuyer; il est sociable.
L’an dernier toutefois, nous le sentions moins enthousiaste en CE2; et puis il s’est mis à avoir des difficultés d’endormissement une à deux fois par semaine, voire des réveils nocturnes prolongés.
Nous l’avons emmené faire quelques séances chez une psy que l’on nous avait recommandé. Mais j’ai eu immédiatement la sensation que fiston la trimballait gentiment: rien n’a été réglé, nous avons arrêté.
Nous avons commencé à évoquer la possibilité d’un saut de classe avec la maîtresse. (Il faut dire que la question arrivait sur la table chaque année, la maîtresse de CE1 ayant été très persuasive en ce sens.) Malheureusement, celle de CE2 y était réfractaire, elle a refusé toute l’année qu’il glisse du CE2 au CM1 au sein de sa classe à double niveau.
Finalement, c’est le WISC qui a tranché : fiston est THQI, homogène.

Le saut de classe vers le CM2 s’est révélé être un bonheur pour Loulou...il s’y est lové comme un poisson dans l’eau! Et miraaaaaacle: les problèmes de sommeil ont disparu. En tout cas pendant...2mois. 🙁
Je pense que sur ce début d’année scolaire, il découvrait un certain challenge, mais l’embellie n’a pas duré: il est en tête de classe; et ça rejoint peut-être ce que nous avait dit la psy lors de la restitution : « boh, vous savez, un saut de classe, ça ne changera pas grand chose pour lui...il pourrait en assumer plusieurs, en ce qui concerne ses apprentissages . »

Bref, nous revoilà avec un enfant joyeux comme un pinson, rit-chante-plaisante, n’a pas de problèmes de comportement, qui est performant en classe, ouiiiiiii on a presque tout bon ✌️...MAIS qui peine à s’endormir: ces derniers jours, il n’a lâché prise que vers minuit et demi-une heure!!!
Je suis complètement désemparée face au problème. Lui aussi, car il est malheureux de ne pas réussir à trouver le sommeil.
J’essaie de le rassurer, de ne pas lui mettre la pression. Je lui parle du fait que, à son âge, je lisais jusque très tard ( et en cachette de mes parents), et du coup l’autorise à lire aussi. Nous avons de grandes conversations, et beaucoup de complicité.
Quand je suis tombée dans la marmite du sujet HQI, c’était en pensant à lui...je m’y étais retrouvée aussi, du coup. Et ça nous apporte beaucoup : nous avons d’évidentes similitudes de fonctionnement (même si rien n’est encore prouvé en ce qui me concerne, à suivre).

Je vois dans cette pénurie de sommeil une envie de prolonger les moments que nous passons ensemble (garde alternée , une semaine sur deux chez nous; et mon compagnon est un adorable beau-père pour lui). Point commun avec vos enfants: mon fils est extrêmement sensible, même s’il tente de le dissimuler (et que certains s’y laissent prendre).
Il n’arrive pas à expliquer pourquoi il ne dort pas: il dit ne pas ruminer de pensées, n’être stressé en rien. Il est fatigué, mais n’y arrive pas.

J’envisage de l’emmener faire des séances d’hypnose; ça avait été très efficace pour moi, sur d’autres sujets.
Je prendrai rendez-vous pour la rentrée, et reviendrai vous raconter si cet essai s’avère probant.

Je suis bien entendu preneuse de suggestions et conseils.
Merci de m’avoir lue!

Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
Messages : 1121
Inscription : mar. 1 avr. 2014 18:56
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par O'Rêve »

Gail a écrit : sam. 15 févr. 2020 22:32 On m'a conseillé une sophrologue du coin, qui travaille beaucoup avec les enfants et qui connait les particularités des enfants haut potentiel.
J'étais un peu sceptique au début, les premières séances, j'avais l'impression qu'elle était totalement débordée par le fonctionnement de mon grand. Finalement, en 6 séances, on a récupéré un petit garçon beaucoup plus serein et capable d'identifier et de gérer ses émotions.
Elle nous a fait des séances audio à écouter si besoin sur la peur, la colère et la confiance en soi. Et je sais qu'elle suit aussi des ados.

Je pense qu'avec une bonne adresse, ça peut être une bonne solution.
Je rejoins Gail. J'ai fait appel à une somato-psychopédagogue (également réflexologue) qui travaille avec les enfants et qui connait les particularités des enfants hp, pour aider un des mes fils à mieux gérer ses émotions (séances d'échanges et travail sur les émotions avec des fiches/jeux+méditations). Cet accompagnement de quelques semaines lui a donné des clés pour mieux gérer son émotivité.

Avatar de l’utilisateur
Holi
Messages : 1762
Inscription : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 57

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Holi »

Merci de vos réponses...

@Gracian la présentation est attirante, je vais tacher de le trouver, en tout cas d'y jeter un oeil, merci.
Léo a écrit : sam. 15 févr. 2020 17:23 Est-ce qu'il serait intéressé par une activité extra-scolaire de type théâtre ? Ou autre chose... ? Un endroit où justement c'est pas "la honte"... S'il est sociable, pas inhibé ... ça devrait le faire :-)
Justement on est entrain de le pousser vers une "option" théâtre l'année prochaine. Je pense aussi que ça l'aiderait, même son instit lui en a parlé...Mais il est "timide", n'aime pas se mettre en avant devant les autres, alors qu'à la maison c'est un vrai clown, comédien, qui invente tout un tas d'histoires, de situations...

@Gail et @O'Rêve oui il faudrait que je trouve "La" bonne adresse, parce que dans ce type de pratique il y a de tout, et un cabinet se monte tous les 4 matins...
Je pensais aussi à la psy qui m'a fait passer le test elle m'a paru bienveillante et efficace et je crois me souvenir qu'il y avait un coin enfant dans sa salle d'attente...
Ton fils avait quel age à ce moment là O'rêve ?

@Kokeshi je ne sais plus où mais il me semble qu'il y a un sujet où l'on parlait spécifiquement des difficultés liées au sommeil... je vais essayer de le retrouver.
Mais ce que j'en ai retenu, confirmé par mon expérience, c'est mettre en place des routines immuables et rester inflexible. les petits se sentent rassurés par cette habitude quotidienne et plus apaisés pour trouver le sommeil. J'avais aussi utilisé le soir avec lui le CD "calme et attentif comme une grenouille", c'est bien fait pour les enfants.
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 101

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par yokainoshima »

bonjour,

Mon petit garçon est sensible depuis tout petit. Les sons le faisaient sursauter, il déteste se faire gronder (fond en pleurs), s'angoisse sur les conséquences de ses actes sur les autres etc.
J'utilise parfois une application "relax kids", faite d'histoires à écouter. Il arrive même que fiston me la réclame quand il est en colère.

@Holi @Kokeshi j'avais posté ici: https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic ... 27&t=10500 sur les difficultées d'endormissement de mon fils.
J'ai beaucoup ritualisé le couché et surtout je l'autorise à bouquiner dans son lit 15min avant de lui demander d'éteindre. J'ai l'impression que cette transition l'aide: il a eu son rituel de couché avec maman et ensuite un moment de liberté.

Sur la sensibilité en générale, pour en avoir beaucoup souffert enfant (j'avais la larme facile et cela enchantait mes camarades de classe), j'ai proposé à fiston de faire du baby karaté. Il apprend à s'exprimer par la gestuelle et j'avoue aussi que j'ai dans l'idée de le rendre apte à se défendre physiquement si il se fait enquiquiner. Au karaté il y a aussi les katas qui se font seul devant les autres et je pense que ça peut l'aider à prendre confiance.

J'essaie aussi de lui expliquer qu'il n'y a pas de raison que lui se laisse faire même si en se défendant verbalement ou physiquement ça peut l'amener à bousculer les autres. Ce n'est pas de la violence, mais lui apprendre qu'il a autant d'importance que les autres et doit avant tout prendre soin de lui. C'est exprimé de façon très maladroite, mais l'idée est de l'éduquer à l'assertivité.

Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
Messages : 1121
Inscription : mar. 1 avr. 2014 18:56
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par O'Rêve »

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Avatar de l’utilisateur
Kokeshi
Messages : 43
Inscription : dim. 17 févr. 2019 13:58
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : En haut du camphrier, 3ie branche à droite.
Âge : 46

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Kokeshi »

@Holi @yokainoshima merci pour vos réponses. Je suis allée regarder regarder rapidement le fil en question, et irai plus probablement poster dessus si je dois poursuivre sur la question.
En attendant, je vous réponds tout de même ici.

Concernant le rituel de coucher, j’en ai mis un en place depuis ses premiers mois, de façon évolutive évidemment.
Il a toujours été jusqu’à présent un très bon dormeur; la seule période de perturbations a été celle de l’après séparation avec son papa, qui coïncidait avec l’âge des premiers cauchemars (18 mois et quelques).
Et plus j’y repense, plus son attitude actuelle me fait penser à celle qu’il adoptait à l’époque : je me sentais « maman-doudou », il fallait qu’il me ressente près de lui pour dormir.

Entre ses 2 ans et demi et ses 8 ans, il dormait siiiii bien...le soir, je lui lisais un ou deux livres dans notre coin lecture, puis on passait dans sa chambre plongée dans la pénombre : là, chansons murmurées dans l’oreille, ou mini-conversations complices, puis petit câlin et hop, c’était parti! Par la suite, il lisait longuement seul avant le moment de l’extinction et des bisous.
Maintenant, il prolonge autant qu’il peut le câlin, ça n’en finirait plus si je l’écoutais. Il m’a dit qu’il redoutait d’être le seul à ne pas dormir dans la maison, ce qui ne risque pourtant pas de se produire vers 22 ou 23h, car je suis moi-même hyper couche-tard. Et je crois que nous passons du temps de qualité ensemble (depuis que je travaille à la maison, je suis beaucoup plus dispo pour lui; mais autant dans la journée, j’ai un « grand » indépendant, eh bien le soir je me retrouve avec un « tout petit »)

M’enfin, quand j’y pense, ses soucis ont commencé peu après l’arrivée d’un petit-demi-frère (chez son papa)...il l’adore, mais je pense qu’il ne lui est pas facile de partager son papa.

Nous allons voir ce que donne l’hypnose; la sophrologie est une piste intéressante également👍

Galou666
Messages : 23
Inscription : ven. 16 nov. 2018 12:09
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Galou666 »

J'ai également un enfant hypersensible, anxieux. Les nuits peuvent être compliquées.

Concernant les émotions, un livre qui l'aide beaucoup et vers lequel il va quand il a besoin est "La couleur des émotions".
J'ai également imprimé la roue des émotions pour l'aider déjà à identifier son émotion, la nommer et voir comment la gérer au mieux. Il avait 5 ans (je ne savais pas qu'il était HQI). Depuis elle est toujours sur le frigo, des fois il m'en parle (au début c'était tous les jours, plusieurs fois par jour), désormais ça arrive peut être une fois par mois.

Ma plus grande joie ça a été lors de son dernier anniversaire (8 ans). Canicule, je décide d'offrir aux enfants une séance ciné. On commence le goûter et les cadeaux et juste avant le ciné, ses copains lui demandent à côté de qui il va se mettre.
Je le vois respirer et les larmes montent. Je le prends à part, il me dit qu'il va rendre triste des copains car il pourra en avoir que deux à ses côtés. Je le réconforte, lui explique que ses copains lui en voudront pas...
Ses copains le voient, aucun ne se moque de lui, j'explique son soucis, et tous, répondent t'inquiète pas, c'est ton anniversaire, tu choisis, nous ça nous va.
Ma joie a été de voir que son hypersensibilité avait été acceptée par ses copains, pas moquée et je pense que la bienveillance aide beaucoup !

Nous avons déménagé et je crois que ma plus grosse difficulté ça a été de me dire qu'il allait falloir qu'il fasse à nouveau ce travail, sans certitudes... Finalement il s'en sort plutôt bien, même très bien je crois !

La psy qui le suit m'a proposé pour ses nuits, car pour elle pas forcément psychologique, de voir une kinésiologue et/ou une sophrologue.

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 101

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par yokainoshima »

Hors-sujet
Toujours en pleine pérégrination sur le chemin pour arriver à apaiser mon océan intérieur bien tempétueux, je suis tombée là dessus:
http://enseignant-ados-autistes.over-bl ... 05225.html

et sur ceci:
"Penser OU ressentir
Le cerveau peut aussi faire passer le sentiment perçu au total premier plan et l'amplifier au maximum. C'est alors le déluge émotionnel. Une simple déception dans le travail par exemple peut alors être vécue comme un véritable marasme de tristesse ou de colère. La personne est accaparée par son sentiment et semble aveugle aux autres éléments de son entourage. Il semble que penser et ressentir simultanément soit parfois compliqué pour les personnes avec autisme. Soit l'émotion submerge la personne qui ne peut pas traiter la partie cognitive liée ; soit elle pense (partie intellectuelle) et n'a donc aucun espace pour expérimenter l'émotion au sens corporelle du terme."
source: https://www.autismediffusion.com/PBCPPl ... ID=2036088

Je n'ai pas trop digéré tout ça, je sais juste que ça me parle et que j'ai l'intention d'en faire quelque chose ^^

Avatar de l’utilisateur
Fu
Messages : 1293
Inscription : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9137
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Fu »

À propos de l’hypersensibilité, que l’on balance un peu à toutes les sauces ces temps-ci, je suis tombé sur cette vidéo de PsykoCouac qui traite du sujet. Le gars, qui se présente comme psychologue professionnel (et j’ai tendance à le croire), entend parler d’hypersensibilité à tord et à travers et remet un peu les pendules à l’heure. Il mentionne et remet en cause le rapport d’Elaine Aaron qui affirme que 20 % de la population est hypersensible, rapport qui ferait tiquer les psychologues, et il nuance en parlant de ressenti et non d’un trait particulier.

https://www.youtube.com/watch?v=7r7KZyjGhoE

Pour résumer, il met en garde contre la théorie trop simpliste de l’hypersensibilité telle qu’elle semble répandue de nos jours.

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2470
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 48

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Judith »

Je ne connaissais pas Elaine Aron. Sa théorie est apparemment source de beaucoup de produits dérivés en matière de "développement personnel", ce qui me conduirait à m'en méfier. La critique de Psychocouac est bien faite et paraît sérieuse.
Fu a écrit : mar. 26 janv. 2021 11:18 Le gars, qui se présente comme psychologue professionnel (et j’ai tendance à le croire)
Je pense moi aussi qu'on peut le croire. Ses vidéos sont manifestement bien informées et précises (celle sur le QI et son rapport complexe à la notion d'intelligence est très bien, par exemple).
Donc merci pour la découverte!

Avatar de l’utilisateur
Pascalita
Messages : 2118
Inscription : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : viewtopic.php?f=78&t=7720&p=228775#p228775
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Pascalita »

Dans les dernières vidéos que j'ai vues de lui, il était encore étudiant en psycho ; apparemment il a terminé ! :)

Avatar de l’utilisateur
Enuma
Messages : 323
Inscription : ven. 4 oct. 2019 13:17
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10390
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 46

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Enuma »

C'est super intéressant ce fil, je ne l'avais pas vu avant.

@Holi, mon fils (de maintenant 9 ans) est exactement comme le tien niveau gestion des émotions. Est-ce que tu as vu des changements depuis l'année dernière ?

Mon fils est un vrai volcan et on ne sait pas toujours à quel moment il va exploser. Je remarque quand même qu'il prend sur lui de plus en plus. J'avoue ne pas toujours être super patiente non plus (c'est un euphémisme...).... Après, autant il a une grande sensibilité pour plein de choses, autant parfois je lui trouve un manque d'empathie flagrant. C'est vraiment curieux.

Là, je commence à m'interroger sur le nombre de choses qu'il garde sur le cœur. Hier soir par exemple, il s'est mis à bouder pendant le repas, chose qu'il ne fait jamais (d'habitude, il hurle et se met en colère quand il est contrarié). J'ai réussi à en parler avec lui et il m'a dit qu'une remarque de son père sur une blague qu'il a faite l'avait beaucoup blessé (en gros, il lui a dit que c'était pas drôle). On aurait vraiment dit que c'était la fin du monde, il est allé jusqu'à me dire qu'il avait eu envie de mourir tellement ça l'avait blessé. J'ai trouvé que c'était un peu excessif comme réaction et j'ai du mal à savoir si c'est un jeu de sa part ou pas. Je me rends compte aussi qu'il s'angoisse pas mal à l'école au niveau de réussir des choses ou de ne pas "passer dans le orange" sur l'échelle du comportement que donne la maîtresse (il est en CM1). J'avoue que je redoute le passage au collège.

Avatar de l’utilisateur
Holi
Messages : 1762
Inscription : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 57

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Holi »

@Enuma oui la situation a un peu évolué. L'entrée en 6ème a été vraiment rude, un saut énorme dans les attendus et il a vraiment eu du mal. Il était hyper stressé, dormait très mal, avait des maux de ventre, etc... Et des notes en chute libre. Je ne parle même pas du niveau de réaction pour tout et n'importe quoi...
J'envisageais de prendre rendez vous avec une psy et puis finalement, on a vu une ostéopathe. Elle l'a vraiment bien détendu.
Alors je ne sais pas si d'être plus détendu, l'a amené à mieux franchir le pas, mais une chose en entrainant une autre, on a re basculé il me semble dans un cercle vertueux.
Il a repris un peu confiance en lui, est content d'être au collège, s'est fait de nouveaux copains et il grandit :clin:
Donc oui, ça va mieux, même si tout n'est pas gagné loin de là. Il reste extrêmement émotif et sensible.
Enuma a écrit : jeu. 28 janv. 2021 11:31 il est allé jusqu'à me dire qu'il avait eu envie de mourir tellement ça l'avait blessé. J'ai trouvé que c'était un peu excessif comme réaction et j'ai du mal à savoir si c'est un jeu de sa part ou pas.
J'ai eu droit aussi à ce genre de déclaration, presque même une menace, ça me laisse désemparée. Je ne sais absolument pas ce qu'il faut entendre et comment réagir...
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

Avatar de l’utilisateur
Pascalita
Messages : 2118
Inscription : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : viewtopic.php?f=78&t=7720&p=228775#p228775
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Pascalita »

Enuma a écrit : jeu. 28 janv. 2021 11:31 J'ai réussi à en parler avec lui et il m'a dit qu'une remarque de son père sur une blague qu'il a faite l'avait beaucoup blessé (en gros, il lui a dit que c'était pas drôle). On aurait vraiment dit que c'était la fin du monde, il est allé jusqu'à me dire qu'il avait eu envie de mourir tellement ça l'avait blessé.
C'est typiquement le genre de réaction que j'avais enfant - et que j'ai encore parfois. Même impression pour le même genre de causes. Je crois n'avoir jamais dit que j'avais envie de mourir, mais envie de disparaître sur-le-champ, certainement ; de ne plus être là, de n'avoir jamais été là pour ressentir une chose pareille. Et quand on regarde l'étymologie du sentiment que je ressens dans ces moments-là, on n'est pas loin en fait : je me sens mortifiée. Même par une remarque telle que celle que tu cites, et honnêtement, je ne trouve pas que ce soit si éloigné de la fin du monde. En tout cas dans mon ressenti, c'est tout à fait ça.

[Edit : et je voudrais rajouter qu'une blague pas drôle, je trouve que c'est très grave. Ça n'a rien pour moi d'un détail, d'un incident.]

Je trouve que c'est terriblement difficile à vivre. Parce que qu'est-ce que tu fais quand tu ressens ça ? Tu cognes ? Non, tu ne peux pas. Donc tu reportes sur toi, en explosant ou en boudant ou en te recroquevillant sur toi-même, intérieurement. Mais la mortification est toujours là, et si tu n'exploses pas, eh bien tu la manges, tu la ressasses, tu la rumines au sens propre. Parce que tu n'arrives pas à t'en débarrasser. Et tu as honte, en plus.

Ces remarques blessantes, j'ai tout fait pour les éviter, déjà petite. Mais je me retrouve toujours aussi démunie quand ça m'arrive maintenant. Et les sentiments sont exactement les mêmes.

Avatar de l’utilisateur
Holi
Messages : 1762
Inscription : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 57

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Holi »

Merci, de ton témoignage @Pascalita tu me permets au moins d'appréhender ce qui se passe en lui dans ces moments là.
Quelle attitude conseillerais tu, à la maman que je suis, dans ces cas là, que l'on soit ou non la cause de cette terrible détresse ? Comment est-ce que je peux le soulager ? Le prendre dans mes bras ?
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André

Avatar de l’utilisateur
Enuma
Messages : 323
Inscription : ven. 4 oct. 2019 13:17
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10390
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 46

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Enuma »

@Pascalita je comprends tout à fait car bien que m'étant pas mal endurcie avec le temps, j'ai toujours été sensible aux sentiments des autres (j'ai toujours eu beaucoup d'empathie, parfois trop). Et oui je comprends que parfois les remarques qu'on peut recevoir te mettent six pieds sous terre. Ça m'est arrivé (la dernière fois, c'était il y a 3 ans environ). Disons que ce qui m'a surpris, c'est que c'est vraiment la 1ere fois qu'il réagit comme ça. D'habitude, il est dans la confrontation et se rebiffe. Je lui ai toujours dit que c'était très bien d'avoir du caractère et de ne pas se laisser faire mais qu'il fallait essayer de doser en fonction du sujet. En tout cas, je vais surveiller ça et essayer de le rassurer au maximum. Étant tout à fait consciente de mes propres limites de mère (pas vraiment toujours) bienveillante, j'essaye de voir plus loin. Mais parfois j'ai peur d'avoir déjà complètement tout fichu par terre et qu'il ait besoin d'une longue thérapie quand il sera adulte.

@Holi c'est super si tu vois un changement positif ! Qu'a fait l'ostéopathe exactement ? Et oui concernant les paroles de "j'avais envie de mourir" ou même moins grave "je vais partir de cette maison' (j'y ai eu droit pendant le 1er confinement), on se sent forcément coupable. Je n'ai pas complètement envie de le prendre à la plaisanterie sans non plus vouloir trop le prendre au sérieux. Mais bon, c'est pas simple.

Avatar de l’utilisateur
Pascalita
Messages : 2118
Inscription : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : viewtopic.php?f=78&t=7720&p=228775#p228775
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Pascalita »

Holi, c'est très difficile, de te répondre, et je ne peux pas m'aventurer à donner un conseil. Déjà parce que je ne suis pas parent, ensuite parce que crois bien n'avoir jamais dépassé le stade d'enfant en ce qui concerne ces blessures-là, et pour finir parce que je ne sais pas du tout comment est ton fils et s'il serait sensible aux mêmes choses que moi - ni même si ce qui se passe en lui est vraiment la même chose que ce qui se passe en moi...
Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

C'est un peu du brut de décoffrage... bien que j'y aie réfléchi tout l'après-midi. Je le livre donc pour ce que c'est, à savoir une analyse de mes propres mécanismes, dans le but de faire partager ce ressenti, cet intérieur - le mien, encore une fois, uniquement le mien. Et je ne sais pas si je laisserai tout ça là, je ne suis pas très sûre que ce soit opportun.


Edit pour rajout :

Quand on se sent mortifié comme ça, je crois qu'on n'a le choix qu'entre deux positions mentales : "l'autre est un con" ou "je suis un con". L'une et l'autre sont extrêmement dures, et je pense que même petit, on perçoit cela, les deux options et leur dureté (même si on ne peut sans doute pas le dire).

1. L'autre est un con : ça marche si on arrive réellement à le considérer comme un con. Un copain qu'on n'aime déjà pas trop, ça peut peut-être aller. Et encore... parce que même petit, on peut déjà s'en culpabiliser, se faire le reproche de traiter un autre comme on ne voudrait pas l'être.
Quand c'est quelqu'un qui a de l'importance, c'est encore plus difficile. Si c'est quelqu'un qu'on aime, ça ne se fait qu'à un prix très élevé : descendre celui qu'on aime de son piédestal.

2. C'est moi, le con : c'est l'option par défaut, je crois, et en particulier face à quelqu'un qui a de l'ascendant ou à qui on souhaite plaire. On n'a pas été à la hauteur (la blague qu'on pensait drôle, et qu'on avait retenue ou inventée en pensant qu'elle ferait rire, ne l'est pas - et c'est très important, de faire rire quelqu'un ; je pense que c'est une étape clef dans la relation à l'autre) ; on s'est non seulement trompé sur ce qui plairait à l'autre mais on s'est aussi fourvoyé soi-même (on a soi-même trouvé la blague drôle, sinon on n'aurait pas eu envie de la raconter, pour susciter le rire de l'autre, donc on a trouvé drôle quelque chose qui ne l'est pas, donc on est nul) ; et tout ça dans la plus grande ingénuité, en croyant bien faire. On est un triple con. On a honte de la réaction de l'autre, de sa déception par rapport à nous, peut-être du rire de l'assistance qui voit notre débâcle ou se moque juste bêtement, honte de soi et de sa réaction qu'on perçoit bien comme très violente, et qui nous expose justement aux moqueries ou aux critiques du genre "quel bébé, il pleure/il se vexe", ou "il faut que tu apprennes à supporter la contradiction/les revers/les déceptions/tout autre échec du même acabit", ou "mais enfin, ce n'est pas si grave".

Dans la variante reproche, on a honte d'avoir (encore) été pris en faute, ou on est en colère contre celui qui nous fait (encore) un reproche - mais si c'est un parent, cette colère n'a pas le droit d'être donc tout est retourné vers l'intérieur, ou bien on entre dans l'affrontement.

Mais je crois qu'il y a toujours cette mise en doute de soi, et ce conflit entre "l'autre n'a rien compris, c'est un imbécile/il ne m'aime pas" (posture potentiellement très violente intérieurement) et "je suis vraiment nul" - et je me demande en l'écrivant si ce n'est pas toujours un mix des deux, parce que derrière le "je suis nul", il y a aussi "j'en veux à celui qui me fait me sentir comme ça".

Alors gérer ça, pour moi, c'est mort d'avance, ce n'est même pas la peine. Comment gérer ça ? Des choses si violentes, si complexes et si mêlées, si intriquées même ?

Le plus gros problème, je pense - du moins de mon point de vue et en analysant ça chez moi, c'est le doute de l'enfant sur l'amour de l'autre pour lui (l'autre qui a provoqué, même involontairement, la mortification). Et plus la personne est importante à ses yeux, plus le doute sera profond et préjudiciable. S'il y a assez dans l'autre plateau de la balance (assez de preuves d'amour), ça doit pouvoir passer sans dégâts. Et avec l'effort de la part des adultes d'essayer de comprendre la souffrance, la réaction, donc forcément avec la reconnaissance de cette souffrance.
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Pascalita pour son message (3 au total) :
GailcherubimLéo

Avatar de l’utilisateur
Fanetys
Messages : 546
Inscription : mer. 22 mai 2019 14:33
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Fanetys »

Cette discussion est très touchante...
2 petites remarques en passant :
- est-ce que demander à l'enfant où se situe sa douleur, sur une échelle de 1 à 10, comme dans le milieu médical, pourrait être un moyen de lui montrer combien on la prend au sérieux ?
- à l'intention de ceux qui souffrent encore à l'âge adulte, je vous partage les paroles de la psy qui m'accompagne "leur avez-vous dit ce que vous ressentiez ou attendez-vous qu'ils le devinent ?". Je reconnais que je pense souvent que si les gens m'aimaient, ils devineraient. Ben non ! :huhu:

Je mets en spoiler, parce que c'est un peu long et anecdotique, un mail reçu aujourd'hui (je ne sais plus trop pourquoi j'apparais sur la base de données de Flora Czternasty, elle est coach pour parents d'enfants HP). Je pense qu'il peut avoir sa place ici :
► Afficher le texte
"J'ai la peau de l'âme trop sensible. Il faudrait apprendre à son âme à marcher pieds nus." Jean Cocteau

Avatar de l’utilisateur
Gail
Messages : 242
Inscription : ven. 14 juin 2019 23:08
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10205#p302753
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Vendée
Âge : 38

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Gail »

@Pascalita Tu as su mettre en mots ce que j'ai vécu petite, sans oser me l'avouer...

Et le "hasard" veut que je lise ça dans cette période où mes 2 garçons sont plus intenses que jamais et où je commence un travail sur moi qui m'amène à déterrer et regarder dans les yeux ce ressenti!

Pour revenir dans le sujet, j'essaie de m'efforcer à aborder mes enfants en crise par "je comprends que ça te mette très en colère/ te rende très triste". Je pense que l'émotion a besoin d'être entendue pour pouvoir passer.

Avec le grand (presque 8 ans) qui est surtout submergé par les peurs/la tristesse, on utilise quelques exercices de sophrologie et on travaille sur l'idée que l'émotion est un messager. Donc, on l'accueille, on l'écoute et, comme ça, elle pourra repartir.

Avec le plus petit (4 ans), on est surtout sur la colère destructrice. Et je trouve ça plus difficile à gérer surtout que je vois bien qu'il en souffre.
Tourne toi vers le soleil et l'ombre sera derrière toi.
Proverbe Maori

Avatar de l’utilisateur
Pascalita
Messages : 2118
Inscription : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : viewtopic.php?f=78&t=7720&p=228775#p228775
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par Pascalita »

Merci Fanetys, ce mail que tu retranscris montre bien aussi à quel point ça peut être difficile pour les parents, parce qu'ils ont à gérer l'humeur et les difficultés de leurs enfants en plus de plein d'autres choses et pas forcément au moment où ils sont eux-mêmes disponibles pour réagir à la situation de la meilleure manière.
Je trouve d'ailleurs que c'est bien de laisser sentir ça à l'enfant aussi, qu'on a soi-même du mal, parce que ça lui montre d'une part qu'il n'est pas seul à avoir des difficultés, et d'autre part que la perfection n'est pas l'exigence, que tout le monde a des ratés. La seule chose à laquelle il faut, je pense, faire attention, c'est à lui faire ressentir en même temps qu'on ne lui reproche pas d'ajouter du poids au fardeau, et qu'on ne se défausse pas de ce qu'il attend de nous parce qu'on a soi-même des difficultés à gérer (parce que ça, il n'y peut rien).

Hors-sujet
Fanetys a écrit : jeu. 28 janv. 2021 19:51 - à l'intention de ceux qui souffrent encore à l'âge adulte, je vous partage les paroles de la psy qui m'accompagne "leur avez-vous dit ce que vous ressentiez ou attendez-vous qu'ils le devinent ?". Je reconnais que je pense souvent que si les gens m'aimaient, ils devineraient. Ben non ! :huhu:
Je mets en hs parce qu'on s'éloigne de la question des enfants, qui motivait le sujet au départ.

Je pense aussi que si les gens m'aimaient, ils devineraient. Et je me trouve naïve tout en pensant que j'ai "raison" quand même ; parce que moi, c'est ce que je fais : j'essaie sans cesse de deviner les autres, et de deviner juste, bien sûr. Et surtout ceux que j'aime. Pour être là de la manière dont ils en ont besoin (je ne veux pas dire que j'y arrive, ce serait trop beau, mais que c'est dans cette optique que je pars). Et oui, c'est aussi ce que j'attends de quelqu'un qui m'aime, et je ne sais pas si je peux changer ça. Je veux dire que je peux m'accommoder du fossé entre ce que j'attends et la réalité de la relation mais que je ne peux pas modifier cette attente de base, qui semble faire partie du programme.

Essayer de leur dire, c'est très compliqué. Si c'est dans un moment tendu, de toute façon les mots ne sont pas là, ou alors ils sont trop violents, et injustes. Si c'est plus tard, il faut revenir en détail sur toute la situation, qui est très probablement un point de détail pour l'autre. Résultat, il est perdu avant même que j'arrive au point central.
Et pour finir, il faut que l'autre soit réceptif, qu'il accepte. Si ce n'est pas le cas, ça risque plus de déclencher une incompréhension voire un conflit supplémentaires, en plus de n'avoir rien résolu.

cherubim
Messages : 547
Inscription : lun. 12 mars 2018 10:26
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic ... 38#p270338
Profil : Bilan -
Test : WAIS
Localisation : tout près d'ici...
Âge : 44

Re: hypersensibilité et gestion de l'émotion difficile

Message par cherubim »

@Pascalita : Moi aussi, ça me parle aussi beaucoup ce que tu dis, et même à l'âge adulte. Alors je n'ai pas l'impression de recevoir un "coup de couteau" à la moindre "remarque", mais ce que tu décris m'est familier. Et j'ai souvent entendu mes parents me dire: "tu es comédienne", "tu prends tout mal, on ne peut rien te dire", "mais dans la vie c'est comme ça, il va falloir apprendre à te défendre ma pauvre fille", etc. Du coup, j'évite de faire subir la même chose à mes enfants!
Quand au fait de dire à l'autre ce que l'on ressent, et qu'il ne peut pas le deviner, je trouve effectivement que ce n'est pas si simple. D'ailleurs, l'autre peut aussi se sentir blessé par nos paroles. Donc oui, cela nous renvoie à notre solitude.
Le monde entier est un théâtre,
Et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs;
Ils ont leurs entrées et leurs sorties,
Et un homme dans le cours de sa vie joue différents rôles… William Shakespeare, (Comme il vous plaira)

Répondre