La voix/voie intérieure

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3885
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: La voix/voie intérieure

Message par madeleine » ven. 17 janv. 2014 13:11

Merci pour ce topic, Zyghna ; moi aussi j'ai cru que c'était l'archéologie et j'ai abandonné après cinq ans d'études pffff ! Mais la nécessité impérieuse de faire quelque chose qui aurait du sens est présente en moi comme une boussole inflexible depuis aussi loin que je me souvienne et a orienté tous mes choix.
Après c'est long à décanter, le sens, d'abord parce que ça n'est pas une priorité sociétale et puis parce qu'on peut mettre du temps à saisir l'essence du truc et à le dégager des idées reçues. Entre autres aléas ... Bref
A un moment tu te dis je veux aider les gens. Et si dans le même temps tu rencontres le bouddhisme, comme ce fut mon cas, tu intègres la nécessité de te changer toi-même vers le mieux d'abord, pour voir comment ça marche. Et là tu creuse l'idée d'humilité, de non-agir ... c'est long aussi, c'est l'idée d'un cheminement. Mais là ça commence à être vraiment plus facile à s'approprier ce moteur intérieur, quand on a réussi à trouver les mots qui vont avec (d'où bien sûr l'importance de la transmission, faut vraiment faire ce topic !), bien sûr ce ne sont pas les mêmes pour tout le monde, mais on les cherche tous et on avance plus vite quand on les a trouvés, non ?
Moi l'idée de détenir un savoir théorique m'a fait très peur, je ne suis pas sûre de savoir vraiment pourquoi et je vais y réfléchir, donc je suis devenue aide médico-psychologique, enfin ce qui y correspond dans mon Helvétie natale, pour aider sans attendre avec mes mains. Ça m'a obligée à mettre souvent mon cerveau en veilleuse et généré pas mal de frustrations mais mon désir intérieur s'y est épanoui sans compromissions depuis 17 ans.
En fait là ce sont mes bras et mon dos qui s'usent et vont me contraindre à changer, à oser utiliser un peu plus mon intelligence pour continuer à jouer mon rôle dans ce monde, que je ne conçois pas autrement que comme un don. Et dans ce contexte il ne faut pas oublier que je n'ai pas eu l'éclairage "douance" avant ce début d'année. C'est une boîte à outils en plus qui me tombe du ciel :D et rendra peut-être plus facile mon retour en formation.
Toutefois il me semble que c'est d'autant plus difficile d'aider vraiment quand on est intelligent et donc tellement exposé à vouloir imposer la bonne solution puisqu'on la voit !!! Et c'est un long travail que d'entendre tout ce que la réalité a de plus complexe. Et là je ne parle que de moi, c'est pas une généralité.
L'Inaccessible Etoile de Brel reste une des description les plus belles de ce qui peut aussi s'appeler une quête.http://www.youtube.com/watch?v=aeUHNktbL4E
Merci de cette occasion de donner une forme à cet impossible rêve.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
pEJipE
Messages : 84
Enregistré le : lun. 26 mai 2014 21:19
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t5046.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris 18
Âge : 47
Contact :

Re: La voix/voie intérieure

Message par pEJipE » lun. 25 août 2014 21:02

Merci beaucoup pour ce post magnifique.
Vous partagez avec courage votre intimité la plus profonde et tous ces propos sont source d'inspiration dans mon cheminement.

Pour ma part, je ne sais rien écrire... La feuille reste blanche. Alors j'attends.
Je ne suis pas jaloux mais que je vous envie.
"Le sens de la vie en est l'essence"

Avatar du membre
Colombe
Messages : 95
Enregistré le : jeu. 12 juin 2014 22:04
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/post152975.html#p152975
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Montpellier
Âge : 57

Re: La voix/voie intérieure

Message par Colombe » ven. 18 sept. 2015 22:49

Voilà un topic qui me donne envie de me confier.

Je sais depuis longtemps que je suis faite pour soigner, ça a commencé très tôt, vers 8,9 ans, je voulais être chirurgien(ne).
Puis, comme on m'a dit que mes parents n'auraient pas les moyens de me payer les études :( , j'ai eu l'idée d'être infirmière.
Ce qui me soutient, à l'époque je n'ai pas voulu l'entendre, je me sentais un peu trop jeune à 18 ans pour me lancer dans cette voie et je croyais être conditionnée par un milieu familial marqué par la maladie. J'ai donc été échouer des études d'enseignement, fait un détour improbable par de l'animation radio, pour finalement entrer très facilement à l'école d'infirmière, et en sortir assez facilement aussi.

Parallèlement, j'ai lu tout ce qui me tombait sous la main en matière de développement personnel,de spiritualité, et j'ai eu très jeune la certitude que le monde ne changera que si chacun change individuellement.Je voulais donc me changer moi-même, être "le changement que je veux pour le monde".
Et je voulais aussi m'engager pour la paix, c'est l'axe que j'avais donné à ma promesse guide (oui, le scoutisme, ça colore aussi toute une vie :ensoleillé: ).

Ensuite, après avoir lu beaucoup, j'ai senti la nécessité d'expérimenter une voie , et c'est à ce moment là que j'ai rencontré un art martial. J'ai donc progressé, avancé sur le chemin de la transformation personnelle, sur le chemin de la paix aussi.
Une alchimie s'est faite, a commencé de structurer ma vie.

Un jour, j'ai senti un appel de mes mains. J'ai eu très envie de soigner avec mes mains. Je me sentais très frustrée des limitations imposées par la médecine classique dans le cadre de ma fonction d'infirmière. Et puis je me suis dit qu'en cas d'apocalypse, savoir soigner à mains nues, ça sert toujours, en toutes circonstances.(ben oui, vu l'évolution du monde :fubar: je me dis que l'apocalypse est probable, demain peut-être...).
Alors j'ai cherché une formation aux massages, techniques manuelles :think: ...J'ai mis 3 ans à trouver. Et j'ai appris le shiatsu.

Et c'est avec le shiatsu que toutes mes petites voix(es) sont devenues UNE. Cela a mis en cohérence mon désir de soigner avec le développement intérieur commencé par l'art martial, et la métamorphose a été bien au-delà de ce que j'envisageais. C'était un engagement "corps et âme"; apprendre avec un Maître, un "sensei" japonais, a été pour moi une révélation de ce que je pouvais donner.

Maintenant, je sais que je suis à ma place, dans mon chemin. Je suis là pour accompagner les autres vers leur propre "guérison". Et je rejoins l'idée de la transmission: cette capacité de soigner ne m'appartiens pas, je préfère me positionner comme celle qui révèle aux gens leur propre chemin vers la santé, et si possible vers leur propre voie.

Ce qui me guide, c'est l'humain, amener chacun (à commencer par moi-même) vers le meilleur de son humanité.

Si ça, c'est pas un grand rêve!!!

Avatar du membre
pounee
Messages : 114
Enregistré le : mar. 15 sept. 2015 17:24
Présentation : Dans ma grotte
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Actuellement sur ma chaise
Âge : 39

Re: La voix/voie intérieure

Message par pounee » sam. 19 sept. 2015 07:10

C'est drôle saphir car mon vécu est un peu à l'exact opposé du tient. Désolé pour les fautes, j'écris de mon iphone (pas facile).

Moi non plus je ne dirais pas fil rouge ou rêve mais plutôt un courant, très fort.
Dès l'àge de 8 ans on m'a fait prendre des cours de peinture. Je me souviens que parfois c'était pénible. J'avais un don naturel, et il est devenu ma prison. Avec le temps je me suis rendu compte que mes talents et cette fringale créatrice qui me dévore peut aussi être une bonne chose parce qu'elle m'a évité d'errer sans but. Depuis tout jeune j'ai donc appris à avancer vers un but, à être déterminé et à me donner les moyens de mes ambitions... Parfois jusqu'à l'obsessionnel.

Dès le collège terminé (mal) j'ai fais des études d'art. Sans doute une chance pour moi.
Je n'ai jamais eu de "rêve" précis juste une envie féroce de créer. Au début et logiquement ça c'est manifester par l'art puis le graphisme mais plus tard j'ai eu besoin de créer d'autres choses parce que cela ne me suffisait plus, j'ai crée une association, puis des événements à l'intérieur de celle-ci parce que ça ne me suffisait jamais, j'ai réussi à embarquer dans mes projets des dizaines de bénévoles qu'il fallait sans cesse convaincre (et c'était pas évident j'ai bcp appris sur moi même et les autres ainsi) jusqu'au jour où j'ai commis une erreur. Mes projets étaient de plus en plus gros et ambitieux, je jouissais intérieurement, c'était des mois de préparation mais le résultat était là, on commençait à être connu dans toute la france et un peu à l'étranger. C'était comme vivre un orgasme de l'extérieur et de l'intérieur. Mais je devais toujours faire attention de tenir la corde tendue avec mes bénévoles, ne pas trop leur dire de mes "visions" pour ne pas les effrayer mais suffisemment pour les impliquer et motiver. Le jeu de l'équilibriste.
Un jour j'ai commis l'erreur de trop en dire....
J'ai du faire face à une levée de boucliers, ça a été très dur pour moi. Je ne l'ai pas supporté et j'ai quitté le club, et comme je le pensais mon départ a été comme un chateau de carte qui s'effondre. Ils sont restés sur les acquis que j'avais laissé derrière moi mais au bout d'un an tout a commencé à déperrir. On avait beau être une centaine dont une vingtaine très motivés, le vrai moteur c'était moi. J'ai encore beaucoup de culpabilité de les avoir abandonné mais je ne pouvais plus rester.

Une fois parti mon "courant" de création ne s'est pas tari pour autant. Mon travail est d'être un créatif, c'est vraiment l'intitulé de mon job, je suis un créatif. Cependant c'est un job terriblement frustrant parce que sans cesse dépendant du mauvais gout, de la bétise et de la créativité équivalente à celle d'un bulot en période de chaleur face à un ban de moules offertes sur un rocher phallique, du client de base (celui là même qui choisit TOUJOURS la moins bonne des pistes créatives qui lui sont présentées). Mon job, bien que faisant rêver nombre d'étudiants la tête pleine de fantasmes oniriques sur nous, les créas, et sans non plus omettre que j'ai la chance de travailler de chez moi (le super pied mais à la limite finalement d'une déviance peut être légèrement autiste non ?) ne me satisfaisait donc plus et d'avoir gouté à "ça", en très très grand et en impliquant beaucoup plus de bras que les miens seuls, m'avait ouvert comme une autoroute dans le crâne, je devais recommencer. Alors j'ai crée une startup. Mais là aussi cela a enté un échec. J'ai usé une demi douzaine de personne et sacrifié 6 années de ma vie, ma famille, mon couple, pour ce projet. 6 ans et pas un seul euro de gagné. Je vivais, je respirais pour ça. Pas un seul souffle sans qu'il me quitte. Parfois je me dis que ce n'est plus de la motivation mais une obsession, plus une force mais une damnation. Je suivais mon instinct, le même qui se cache derrière mon courant, ma vague ou fil rouge peu importe.

Moi aussi j'ai souvent ressenti aussi cette frustration de ne pas pouvoir être des tas de personnes autre que moi pour découvrir des tas de métiers différents (et leurs secrets). Mais une force était plus forte que tout cela : le besoin de créer.

Maintenant ce que je cherche à savoir c'est si ce désir, cette force, cette mission n'est tout simplement pas compulsif ou obsessionnel. Ca a un côté un peu (très) effrayant.
Pingouin dans ton champ, hiver méchant.

Avatar du membre
Snyd
Messages : 43
Enregistré le : ven. 1 août 2014 16:40
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: La voix/voie intérieure

Message par Snyd » lun. 2 nov. 2015 19:35

Ce sujet me parle particulièrement en ce moment. Suite au passage du test, j’ai fini par faire table rase des éléments qui me guidaient par le passé. J’ai le sentiment que la reconstruction qui en résulte est un phénomène quasi automatique, je ne choisis plus les valeurs qui sont importantes pour moi, elles s’imposent d’elles-mêmes. Elles forment un ensemble cohérent qui me permet de polariser mon existence et de fabriquer mes normes de manière autonome.
Parmi ces valeurs (j’ai l’impression qu’elles me sont tombées dessus par l’intervention du saint esprit alors que je me rends compte qu’elles ont toujours été là), une d’entre elle me demande plus de travail que les autres de par ma nature émotive. Il s’agit de la Justice.

Il faut être prudent avec la justice. Elle est une étape dans la réalisation de soi, cependant, elle s’accompagne de la compassion pour atteindre l’excellence. L’émotivité, quand elle n’est pas maîtrisée, peut mener à l’encontre de la justice. A l’opposé, une justice uniquement intellectuelle ne saurait être humaine. La justice, c’est la reconnaissance de la dignité de chacun et du droit au respect de tous. La justice dans son principe demande de ne pas faire de sélection. Nous devons être égaux devant la justice.

Au-delà de la justice, il y a l’excellence, qui va plus loin que le simple droit en lui alliant empathie et humanité. La justice est une condition de la paix, le pardon est une condition de l’amour.

Alors forcément, rester juste est exigeant, notamment quand il faut mettre en parenthèse son propre intérêt pour un principe qui dépasse le soi. Ce dépassement pour plus de justice, c’est mon fil rouge. Je doute être un jour dégagé des contingences négatives à ma nature, mais j’essaie de les dépasser dans la patience active et la persévérance.
La réelle difficulté pour moi n’est pas la compréhension, mais l’acceptation. L’acceptation de règles, de normes ou de principes par l’intelligence, c’est une soumission intellectuelle. Adhérer à ces éléments avec la plénitude du cœur, c’est une adhésion spirituelle. Il faut se méfier du formalisme, l’acceptation intellectuelle ne suffit pas à nous préserver des contradictions. L’adhésion du cœur va permettre d’investir de sens les actes dictés par l’intelligence. Elle va permettre de faire les choses pour nous même, délivrées de la médiation du regard d’autrui.

Parfois, le sens fait son apparition avant l’acceptation intellectuelle, c’est que le cœur a adhéré avant que l’intelligence ne se soumette. Il y a donc plusieurs approches, plusieurs rythmes, plusieurs dialogues qui se mettent en place en fonction des principes qui s’offrent à nous.
Même si je travaille essentiellement mon sens de la justice (par principe et par engagement, non pas par préoccupation du résultat), je me rends compte que d’autres choses doivent être pleinement acceptées auparavant.
De la logique pour la tête, du sens pour le cœur, et de la Justice pour les autres…
Il faut du courage pour accepter d’être soi, de ne pas ressembler à ce que les autres attendent de nous mais de suivre notre propre chemin. Devenir un sujet de sa vie, ne pas se subir soi-même commence par le courage de faire face à soi-même. T.Ramadan

Avatar du membre
La Chouette Masquée
Messages : 82
Enregistré le : dim. 7 juin 2015 20:41
Présentation : P'tite chouette dans la tempête.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 24

Re: La voix/voie intérieure

Message par La Chouette Masquée » mer. 4 nov. 2015 11:43

Quel sujet merveilleux... et qui me touche tellement, surtout depuis quelques mois... Merci Zyghna de l'avoir proposé, et merci à tous ceux qui m'ont fait rêver en me parlant de leurs propres rêves. C'est vraiment le genre de chose qui me transporte...

J'avais posté un petit texte pouvant illustrer une partie de mon "rêve", de ce qui m'anime : http://adulte-surdoue.fr/vos-passions-l ... t6359.html
Je cite la partie concernée (ici j'évoque un projet concret, mais l'introduction peut être interprétée d'une façon plus générale) :
Et puisque ici on parle de passion, voici une ébauche de l'introduction de mon projet d'écriture actuel, une sorte de manifeste personnel ayant pour thèmes l'expression de soi et le rôle des rêves (lucides et non-lucides) dans le processus créatif. Mon projet est de faire transparaître au fil des chapitres une large palette d'émotions au travers des mots, que sorte que le lecteur puisse les ressentir profondément en lui. Le tout en réunissant mes principales passions artistiques (écriture, arts plastiques, rêves lucides...) et idéaux en une œuvre. Ce texte a pour vocation, à terme, de refléter mon âme, de façonner mon reflet avec l'essence de mon être.
Je voudrais utiliser ma sensibilité pour partager une expérience sensorielle et émotionnelle intense et complète, et ainsi peut-être ouvrir l'esprit d'une poignée de personnes. Je voudrais que mes mots puissent mettre du baume au cœur, faire naître un sourire, voire même illuminer une journée... C'est très naïf je sais, mais c'est ce qui n'anime...

Voici donc en résumé ce que je ressens par rapport à mon énergie créative, elle qui représente une passion vitale, ma voie, depuis toujours :


Exprimer.

« Manifester une pensée, un sentiment, une volonté par tel ou tel moyen ». De tous les mots que je connais, « exprimer » est mon préféré.

Les battements de mon cœur s’accélèrent au seul fait d’y songer. Il regorge à la fois d’une telle puissance et d’une telle simplicité qu’il m’anime d’une sensation indescriptible, plus forte que toute sensation engendrée par tout autre mot.

M’exprimer, c’est concevoir, créer, construire... Avec mes mains, mon esprit, peut-être aussi ma voix. Faire surgir et faire prendre forme à l’essence profonde de mon être.

Faire valser la mine d’un crayon sur la feuille vierge. Contempler les traits qui s’entremêlent, les esquisses, les ombrages, cet univers né des tressaillements de mes doigts sur la surface immaculée. Reculer d’un pas, observer, replonger et s’atteler à embellir encore ce petit monde de plomb, de charbon ou de craie. Les couleurs, les nuances et les formes n’ont pour limite que la perception que nous en avons. Si mes yeux n’en discernent qu’une part de l’éventail, mon cœur leur accorde autant d’infinité que l’espace.

Tisser un texte patiemment, minutieusement, le composer comme on compose une musique, comme on compose un bouquet. Rechercher l’équilibre au cœur de chaque mot, chaque syllabe, voir apparaître au fil des signes un fragment de mon âme. Trouver le rythme, écouter la mélodie. Chaque mot est une note sur la partition, chacun doit être juste, décoller, virevolter et fondre au creux de ma conscience en harmonie avec les autres. Quérir cette aura, cette vibration particulière qui touchera les gens au plus profond d’eux-mêmes.

Grandir est une chose extrêmement effrayante. Le monde voudrait que je sois déjà adulte, alors que le cœur qui bat dans ma poitrine est encore celui d’une enfant. Un cœur naïf, qu’il suffit d’un rien pour émerveiller et qui ne peut cesser de murmurer à ma tête quelque idée à faire germer, quelque voie absurde à emprunter… Et pourtant, paradoxalement, je crois que j’ai grandi trop vite.

Car ce monde nous interdit de nous exprimer. Il m’a étouffé. Depuis ma tendre enfance, il m’a sommé de me murer dans le silence à tout jamais. Et pourtant, jamais ne n’ai cessé de m’exprimer. Le feu s’est éteint, mais une étincelle a toujours demeuré. J’ai juré de chérir cette lueur d’espérance, en prendre soin comme un joyau pur et fragile, jusqu’au jour où elle s’embraserait de nouveau.

Exprimer. C’est vraiment le mot que je préfère.

Pourquoi abandonner l’action qui fonde mon existence pour me conformer à système superficiel et destructeur ? Pourquoi délimiter mon énergie créatrice à un rectangle de papier, alors qu’elle pourrait croître et influencer ce qui m’entoure ? Pourquoi me couper les ailes, alors même qu’enfin elles se déploient et qu’un ciel immense et nouveau s’offre à moi ?

Ils disent aux personnes comme moi « Tu es étrange », « Sors de ta bulle ».

Ils devraient nous dire « Tu as le courage d’être toi-même » et « Grandis-la, cette bulle, englobe-en le monde avec la vocation sincère d’en faire un monde meilleur ».
Je précise qu'à l'époque où j'ai rédigé la partie "Exprimer", j'ignorais totalement ma douance, je n'avais même pas entendu parlé du concept en détail. J'avais juste conscience d'être différente (bon ça, c'était pas nouveau..) et je commençais à rechercher vraiment d'où venait cette différence, il y avait un appel puissant qui me poussait à explorer mon esprit, mon fonctionnement... C'était une étape du chemin qui m'a conduit vers moi-même. Ou plutôt, aux portes de moi-même, car je ne suis encore qu'au début du voyage...
Il en est de même pour l'idée de pouvoir toucher les coeurs et ouvrir les esprits à travers l'expression artistique. Trouver le mot juste pour redonner un sourire, retirer un voile qui aveugle une conscience... Pour moi, le monde est une grande symphonie. Chacun vibre, chacun a son rythme, ses couleurs, ses mots... et je ressens et perçois des ondes émaner de tout cela, qui s'entremêlent, parfois en harmonie, parfois en dissonance. Je voudrais être capable de toujours trouver l'onde qui créera l'harmonie, la symbiose, la paix, une paix profonde, emplissant de douceur et d'émotions intenses à la fois.
C'est comme ça, c'est en moi, ça l'a toujours été. Je m'en rends compte, c'est comme si ma vie était une grande oeuvre que je m’attelle chaque jour à affiner, embellir, jusqu'à ce qu'elle puisse rayonner sur le monde et les gens pour les rendre plus heureux et meilleurs. Rien qu'un tout petit peu... Haha, mais je crois que j'ai encore beaucoup de travail à faire... Rien que là, j'ai l'impression de ne pas vraiment être claire...

Si je ne m'abuse, cette force intérieure qui nous paraît immense, qui pousse impérieusement vers certaines actions, ce ne serait pas ce qu'on nomme entéléchie ? C'est un concept qui me fascine, qui m'entraîne loin et profondément en moi-même...

Avatar du membre
Symposium du Fiasco
Messages : 23
Enregistré le : ven. 4 déc. 2015 22:28
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IDF
Âge : 40

Re: La voix/voie intérieure

Message par Symposium du Fiasco » dim. 20 déc. 2015 13:18

Que de lumière par ici !
C'est Zyghna qui m'a offert un carton d'invitation et voilà qu'à peine arrivé j'ai déjà mis un peu de boue sur le tapis. Désolé.
Merveilleux sujet mais malheureusement que j'ai du mal à comprendre ou plutôt à pleinement ressentir.
C'est complétement parcellaire comme si je traversais une pluie de météorites : je percute puis c'est le vide et ainsi de suite.
Des idées fouillis:
- Cette voix me semble faire écho à une grande foi dans l'humanité. est-ce que cela rejoint la croyance et le religieux ?
(je lis Voyage au bout de la nuit en ce moment, c'est pas gagné ...)
- Pourquoi ne s'atteler qu'à la vie terrestre ? cette voie ne continue-t-elle pas dans l'après et l'au-delà ?
- Beaucoup de témoignages de femmes parlant notamment d'enfants, la prolongation de l'instinct maternel offert à l'humanité ?
- Ou s'agit-il simplement de trouver sa place dans la société afin de lui être utile et d'atteindre ainsi sa propre plénitude ?
Hors-sujet
Et avez-vous une âme de compétiteur ? :D
Lien

Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1659
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 45

Re: La voix/voie intérieure

Message par PointBlanc » dim. 20 déc. 2015 14:53

J'envie ceux qui sur ce fil se disent portés par une voix ou par un rêve qui les dépasse. Mon rêve est de tenir le plus longtemps possible, et la voix qui me guide ne semble connaître qu'un mot : "Debout".

Je travaille avec les autres - pour eux peut-être, tout au moins autant que pour moi. Je n'ai aucune idée du Bien à leur transmettre : je sais seulement leur parler, quand c'est le moment, de ce qui m'insupporte ou me fait honte dans la condition humaine. J'ignore s'ils devraient y adhérer ou même le comprendre, n'ayant moi-même que peu de certitudes quant à ce qui me pousse à le croire. Rien ne me prouve que ce soit autre chose qu'un moyen détourné de prendre l'ascendant sur eux. Il me semble souvent que je m'épuise à parer les coups d'un ennemi invisible, à les lui rendre, interminablement.

Je tâche comme je peux de soulager les souffrances auxquelles je suis confronté ; là encore, rien ne me dit qu'elles sont bien ce que j'imagine, rien ne me permet d'affirmer que je ne les confonds pas avec les miennes - dont je ne sais d'ailleurs même pas ce qu'il faudrait que j'en fasse : travailler à les amoindrir ou en accepter la violence comme étant une part de ce que je suis, non dans le but de m'en défaire, mais bien pour vivre avec. Je m'efforce d'aider malgré ce doute ; j'ai parfois l'impression d'y parvenir : tantôt l'impression dure, tantôt elle s'écroule. Ce n'est jamais assez. En tout cas je ne suis jamais certain de ce que j'ai transmis, de l'usage qu'ils en auront, du soulagement qu'ils pourront y trouver : comme si je prescrivais à l'aveugle des cures dont l'efficacité ne sera jamais garantie, dont même je ne saurai jamais si elles ne finiront pas par causer plus de tort que de bien.

La voix dit debout, qu'il n'y a que cela que je puisse faire - debout.

Je ne veux pas rendre le monde meilleur : qu'est-ce après tout qu'un monde meilleur ? Le monde est ce qu'il est. Le soleil l'éclaire indifféremment, sa lumière n'a pas besoin de mon sens de la justice ou de ma lutte contre dieu sait quoi. Les raisons que j'ai de vouloir soulager le mal sont plus probablement le fruit de l'égoïsme que l'effet d'une injonction venue du cœur secret de toute chose. Je suis ravi de croire que je fais bien, de même que je le suis de gagner une partie d'échecs ou d'avoir réussi un plat : c'est du même niveau. Si je dors mieux ensuite, je ne pense pas que ce soit parce que je me suis tenu plus près du sens de mon existence. Tant mieux pour ceux qui profitent de mes efforts, quoi qu'ils en retirent : j'ai prélevé ma part au passage.

J'ai longtemps voulu être désintéressé. Aujourd'hui je me dis que c'est sans objet. Je peux aussi bien être un mercenaire qu'on paie avec des sourires : je ne serais pas plus efficace autrement. Je refuse de m'élever ou même d'aller quelque part : ce serait pour moi comme tourner le dos au monde, qui est ce qu'il est, comme je suis ce que je suis. Je ne suis pas contre quelques aménagements, mais c'est tout.
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?

Tiramisu

Re: La voix/voie intérieure

Message par Tiramisu » dim. 20 déc. 2015 16:26

C'est magnifique ce qui t'arrive Zygna :ensoleillé:

C'est magnifique , et à la fois cela ne doit pas être facile tous le jours, j'en suis conscient.
Donc BRAVO pour ton courage et ta ténacité !!

Bravo d'avoir le courage de ne pas baisser les bras, d'alller au bout de toi-même/rêve , et de continuer.
Bravo pour le fait de "faire ton rêve" et qu'il ne reste pas juste un phantamse ou une idée en l'air.

Il y a une voix interne, qui me pousse à concevoir, et à me re-déterminner moi-même.

Je ne vais pas en dire plus pour le moment, je répondrai pleinement bientot (calme et serein); mais je voulais dores et déjà te dire Bravo.
Cela m'a ému de lire vos "dimensions internes".
Et le fait que je ne sois pas seul à oser me re-déterminer, et à être poussé par une voix interne, m'enlève de l''angoisse :P

A suivre..

Avatar du membre
Symposium du Fiasco
Messages : 23
Enregistré le : ven. 4 déc. 2015 22:28
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IDF
Âge : 40

Re: La voix/voie intérieure

Message par Symposium du Fiasco » dim. 20 déc. 2015 17:01

Grrrrrrrrrrrrr !
PointBlanc comme les autres, je vous lis, vous développez et décrivez, c'est beau, tout est dans le ressenti mais je reste dans le vague, dans une impression ! :nesaitpas: :@
Je manque de sagesse pour comprendre ?
Mais pourquoi ne qualifiez-vous pas le but de cette voie ?
Pourquoi ne pas annoncer d'où vient cette voix ?
C'est comme si vous vous connaissiez sans vous cerner clairement.

Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1659
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 45

Re: La voix/voie intérieure

Message par PointBlanc » dim. 20 déc. 2015 17:14

Symposium du Fiasco a écrit :Mais pourquoi ne qualifiez-vous pas le but de cette voie ?
Pourquoi ne pas annoncer d'où vient cette voix ?
Je ne réponds que pour moi : je ne peux pas être plus précis. Il ne me semble pas que je suive une "voie". Le sentiment du bien accompli me permet peut-être de trouver temporairement un sens à ce qui autrement n'en a guère et d'éprouver par là un peu de répit. Voilà tout. Ce n'est pas une question de foi, seulement un système de rétribution comme un autre.
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La voix/voie intérieure

Message par Zyghna » dim. 20 déc. 2015 17:34

Je te dirai qu'il n'y a pas vraiment de but à cette voie, c'est davantage le chemin que l'on fait qui compte, l'élan intérieur, l'énergie que cela génère.
Peut être que cela rejoint le religieux, si on l'entend dans le sens d'une quête personnelle, mais pour moi il n'y a guère d'intérêt à enfermer cette voix dans un concept religieux (je suis bouddhiste, mais le bouddhisme est pour moi un outil qui m'aide à réaliser cette quête intérieure).
Quant au fait de savoir si cette voie se limite ou non à la vie terrestre, je verrai bien quand je mourrai, pour le moment j'ai déjà bien assez à faire ici bas ;)

Tu aimerais que l'on mette des mots, des concepts clairs, sur ce ressenti, ce que je peux comprendre. Sauf que s'ils existent, je ne les connais pas, désolée.

@Tiramisu: ce n'est ni du courage, ni de la tenacité. C'est plutôt un non choix, quelque chose qui s'impose à moi, une évidence. Peut être l'est-ce pour d'autres, mais je ne le ressens absolument pas comme cela.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Symposium du Fiasco
Messages : 23
Enregistré le : ven. 4 déc. 2015 22:28
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IDF
Âge : 40

Re: La voix/voie intérieure

Message par Symposium du Fiasco » dim. 20 déc. 2015 19:06

Wow.
Vous êtes si mesurés, si raisonnables. Des humains évoluant au gré de ce qu'ils sont et dans leur juste mesure, pas plus.

Je suis encore jeune ou pas assez mûr pour pouvoir raisonner comme vous le faîtes.
Il me faut un peu de folie des grandeurs, de déstructuration, de la saturation bref de Hard Rock pour que cette voix me parle.

Comment rester à sa place par tant de sagesse tempérant les élans de la déraison alors que j'ai envie de toucher les étoiles, et bien que cela ne soit déjà pas sage, le faire sans exagération.

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La voix/voie intérieure

Message par Zyghna » dim. 20 déc. 2015 20:18

Je pense que chacun doit trouver son chemin. Si le tien passe par la déraison, la volonté de toucher les étoiles, et que tu générés l'énergie pour, alors il ne faut pas hésiter à y aller.
Tu devrais aussi aller faire un tour du côté des 2 topics sur sur Dabrowski et sur la quête de l'authenticité, cela te permettra de comprendre un peu ce cheminement intérieur.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Tiramisu

Re: La voix/voie intérieure

Message par Tiramisu » lun. 21 déc. 2015 10:58

Ben disons qu'être soi-même avec autrui relève parfois du miracle ou de la débilite pure.

Je parle pour moi.

Être pleinement soi-même en face de conn*** finis ; oui on pourrait parler de "courage d’être" parce que d'une façon ou d'une autre "autrui" n'aime pas ce qui ne lui ressemble pas.

Et je parle de ténacité parce qu'apres avoir vécu des attaques ou discrimination de la part d'autrui, pour ne pas être ou agir comme eux. Après avoir vécu cela des dizaines de fois, oui il faut de la ténacité pour reste soi-même et ne pas choisir la voie facile de l'adaptation et du faux-self.

Voili voilou

si cela ne représente pas d'efforts pour toi, peut-être est-tu entourée uniquement de gens comme toi ?
Dans ce cas là, oui ce serait plus simple effectivement ^.^

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La voix/voie intérieure

Message par Zyghna » lun. 21 déc. 2015 11:56

Je comprends mieux pourquoi tu utilises ces termes, mais effectivement cela ne correspond pas à mon vécu. Déjà parce que d'une part les connards finis n'existent pas pour moi, ce sont des personnes en souffrance qui ont dressés des murailles de protection.
Rien de ce qu'ils peuvent dire ou faire ne peut remettre en cause mon intégrité, mon moi. J'ai dissolu quasiment toutes mes murailles de protection puisqu'elles n'ont plus lieu d'être, et rares sont les personnes que je hérisse parce que je ne remets pas en question leurs choix de vie. C'est leur vie, je n'ai pas à les juger ou à leur imposer ma vérité sur le monde, et ça ils le sentent très bien.
L'écoute, le décentrage, cela s'apprend et c'est ce qui permet de changer le rapport à l'autre.

Quant à ta dernière question, oui dans la mesure du possible je m'entoure de gens sains, positifs, créateurs, qui ne jugent pas l'autre, qui n'essaient pas d'imposer leur vérité au monde, des gens qui tendent vers l'authenticité, qui essaient de vivre leur vie en fonction de leurs valeurs, même si ce n'est pas toujours facile.
C'est aussi ce qui me permet de me recharger régulièrement en énergie pour la transmettre aux autres, à ceux qui se cachent derrière leurs défenses, à ceux qui attaquent avant d'être attaqués, et tous ceux là sont légions autour de moi, tant au travail que dans la rue, dans les milieux associatifs, etc.

Je n'essaie pas de sauver le monde, je fais juste ma part: si je ne peux pas forcément réduire la souffrance de ce monde, je fais en sorte de ne pas rajouter par mes actions ou paroles de la souffrance à la souffrance déjà présente. Et ça c'est un travail du quotidien. Mais jamais je ne me retrouve en danger ou en porte à faux. Et quant au faux self, ma voix intérieur m'a toujours empêché d'y tomber, c'est bien un avantage de ne pouvoir vivre une vie confortable ;)
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Tiramisu

Re: La voix/voie intérieure

Message par Tiramisu » mar. 22 déc. 2015 23:02

La vitesse de conscience (conscience de sa propre mécanicité, des comportement robots façonnés par sa vie, sa socio-culture, par l'environnement; en avoir conscience sur le moment même !! )

Le Rappel à soi ( qui je ne suis pas? je ne suis pas une machine entièrement déterminée par les conditions extérieures)

Conscience que rien ne nous appartiens, même pas nos pensées!! Rien absolument rien ne nous appartient!
Le type de conscience/pensée que l'on a dépends entièrement de notre éducation dont nous n'avons pas le choix. Cela ne nous appartient pas en propre; nous l'avons reçue/hérité.Si j’étais né 500km plus loin, je parlerais allemand, et je m’appellerais Siegfried.

Conscience que le mot "liberté" n'a que très peu de sens. Nous n'avons pas le choix de vivre, ni de penser, ni d’être un homme ou une femme, ni d’être blanc ou noir, bien éduqué ou tiers-monde, grand ou petit..tout cela sont des facteurs externes dont on a pas le choix, et dont on hérite.
Libre de quoi ? De vivre? D’être déterminé par sa socio-culture? De penser ? De choisir? Même nos gouts sont déterminés! Si j’étais né en Chine j’adorerais les pieds de poulets, et j'aimerais le Ma-jang.

L'ego,et la personnalité se forment sur ces facteurs externes dont nous n'avons pas le choix. Ce qui reviens à dire que l'ego qui se forme sur base des non-choix(contingence sociétale), fait des choix.
Bye bye la jolie notion de libre arbitre.

Gouverner les petits-Soi (les centaines d’égos qui veulent se manifester, les reconnaitre et ne plus les incarner, (dépends de la vitesse de conscience que j'ai))

Le réveil du " Vrai-moi" ou "vrai-soi"; entier et +- indéterminable..qui nécessite une profonde des-identification à sa propre vie par extension aux autres. C'est très dangereux pour la santé mentale, et il faut un bon équilibre.

Concevoir des mécanismes pragmatique et utiles à l'humanité future; juste pour prévoir le pire de la connerie humaine présente : Mad Max, ou quelque futur semblable. Je laisse soin à qui de droit d'augmenter le besoin en GSM, tablette, voiture, motos a qui veux.
J'ai un objectif un peu différent que le captial-consumerisme.

C'est cela ma" voix/voie interne" qui guide et explique. Si je lui laisse du champs, si je l’écoute, si je ne suis pas frénétiquement occupé à bosser ou autre.

Puis la voix (la partie supérieure de soi) c'est aussi les associations :
"savoir" que tout est lié; comme les dominos..si je fais du mal à quelqu'un il va probablement se défouler sur qq'un d'autre, qui va se défouler sur qq'un d'autre et ainsi de suite en avalanche.

"Savoir" que pour que je puisse exister en tant qu’européen, il "faut" qu'il y ait une dizaine de gens qui soient pauvres..simplement par la logique et l'ordre du monde; personne n'a le choix la dessus, ni eux, ni moi.Que je sois content ou triste ne changera rien.Nous sommes tous des engrenages.

la voix/voie c'est entre autre tout cela.. mais c'est aussi la certitude que je ne suis pas défini, et limité par mon passé et mes expériences; et que tout reste à faire, et que l'on peut se re-forger soi-même.
La certitude que je n'ai aucune idée de mon potentiel ou de ce dont je suis capable, et donc personne d'autre non plus.

Voilà expliqué en patates

une chose c'est la voix, une autre chose c'est la force ou l'intensité avec laquelle elle s'exprime, et l'intensité avec laquelle elle sera donc manifestée.

Mais c'est un autre sujet^^

Tiramisu

Re: La voix/voie intérieure

Message par Tiramisu » ven. 22 juil. 2016 17:04

J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ??
ou quelque chose d’inapproprié ?

mes excuses, dans ce cas, je ne comptais pas du tout plomber la discussion

Avatar du membre
Mumu971
Messages : 54
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 19:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Là oú personne ne m'attend.
Âge : 54

Re: La voix/voie intérieure

Message par Mumu971 » ven. 22 juil. 2016 17:47

Libre de donner un sens à sa vie, d'opérer des choix contraires à une éducation qui me semble ne constituer qu'on socle (ou un cadre) à ma personnalité. Je vis ma liberté d'user et d'abuser de mon esprit critique, de réajuster ou pas mon rapport au monde.
Ce n'est pas en lui tenant les ailes qu'on aide un oiseau à voler. L'oiseau vole simplement parce qu'on l'a laissé être oiseau.

Tiramisu

Re: La voix/voie intérieure

Message par Tiramisu » ven. 22 juil. 2016 17:56

Pour opérer un choix contraire à son éducation, il a tout dabord fallu en avoir une ^^
et c'est sur base de celle-ci et de nos contraintes internes et externes que l'on " choisit" si elle nous convient ou pas.

Les contraintes internes : manger, respirer, besoin de gratification, besoin d'attention, se reproduire etc .sont commune a tous les Hommes, et gouvernent consciemment o(u non) la majeure partie de leur comportement, et même la façon dont leur ego va se former.
Les contraintes externes : la culture, la religion, la classe sociale, l’éducation etc etc.. nous sont imposées et nous en héritons. Elles nous gouvernent et nous façonnent également.
Nous n'avons pas le luxe de pouvoir nous défaire ni des contraintes internes, ni des contraintes externes. Et celles-ci vont déterminer drastiquement la façon dont notre ego et notre personnalité va se développer .
Donc la question de pouvoir opérer un choix, contraire à ce qui est attendu, est tout a fait valable.
Sauf que celui-ci(le choix) s'effectue toujours en fonction des mêmes contraintes qui nous auraient poussé à l'accepter dans un autre contexte.
Le choix opéré par le " je" ; celui qui incarne l'ego à un moment donné , est donc conditionné et gouverné par des contraintes dont nous ne pouvons nous défaire.Et ce sont elles qui prennent réellement les choix.. pas le "je " qui n'est que le mariage momentané de ces deux types de contraintes.

Mais ce n'est là que ma petite opinion ^^.

Avatar du membre
Mumu971
Messages : 54
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 19:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Là oú personne ne m'attend.
Âge : 54

Re: La voix/voie intérieure

Message par Mumu971 » ven. 22 juil. 2016 18:22

À l'attention du modérateur : Est il possible de supprimer ce message? Je n'y parviens pas!
Merci beaucoup
Ce n'est pas en lui tenant les ailes qu'on aide un oiseau à voler. L'oiseau vole simplement parce qu'on l'a laissé être oiseau.

Avatar du membre
Mumu971
Messages : 54
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 19:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Là oú personne ne m'attend.
Âge : 54

Re: La voix/voie intérieure

Message par Mumu971 » ven. 22 juil. 2016 18:28

Mumu971 a écrit :Ta vision du sujet m'intéresse :)
Ce que tu nommes contraintes internes sont des besoins psychologiques. Je suis d'accord que les besoins primaires sont communs à tous mais les besoins de gratification, d'attention sont d'intensité variable en fonction de l'histoire, des blessures de chacun et donc de l'ego (Nous sommes ok sur ce point tous les 2).
Nous n'avons pas le luxe de nous libérer, peut être mais l me semble que nous en ayons le devoir, justement pour la sauvegarde de l'humanité, et ainsi trouver notre place (notre voie) dans nos sociétés..
Ce n'est pas en lui tenant les ailes qu'on aide un oiseau à voler. L'oiseau vole simplement parce qu'on l'a laissé être oiseau.

Tiramisu

Re: La voix/voie intérieure

Message par Tiramisu » ven. 22 juil. 2016 18:34

Voui ^^

c'est aussi mon opinion ; une " vraie " liberté serait de parvenir à se défaire de certaines de ces contraintes internes ou externes.SI ( et seulement si) on y parvenait ; il y aurait du champ libre à ce que ce qui a été contraint jusque là, puisse s'épanouir et se développer.
Je ne pense pas que l'on ai le choix de notre égo ou de notre personnalité , il n'y a d’ailleurs (pour moi) pas vraiment de responsabilité d’Être ce que nous somme.
Pas le choix d'avoir tel type de parents, tel type d’éducation, tel type de religion.
Le génome et les cartes avec lesquelles on vient au monde, nous n'en avons pas le choix non plus.
Il y a une hiérarchie dans la construction d'un individu, un ordre une une séquence d’impératifs/nécessités auxquels il réponds. (selon moi) Les contraintes internes et externes sont hiérarchiquement supérieures, sont "les parents" de l'ego et de la personnalité (et donc du comportement). L'ego est " l'enfant" de ces contraintes.

Mais; si l'on parvenait à transcender/dépasser ne fusse que l'une de ces contraintes, je crois que cela pourrait établir un "nouveau champ de possibilités", (un nouveau champs de potentiel) qui était jugulé ou étouffé jusqu’alors( par ladite précédente contrainte)
Et que c'est cela une " vraie " liberté

Cela dit, on dérive totalement du sujet qui est " la voix/voie intérieure"

dsl :(

Avatar du membre
Mumu971
Messages : 54
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 19:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Là oú personne ne m'attend.
Âge : 54

Re: La voix/voie intérieure

Message par Mumu971 » ven. 22 juil. 2016 19:28

Mumu971 a écrit :Ta vision du sujet m'intéresse :)
Ce que tu nommes contraintes internes sont des besoins psychologiques. Je suis d'accord que les besoins primaires sont communs à tous mais les besoins de gratification, d'attention sont d'intensité variable en fonction de l'histoire, des blessures de chacun et donc de l'ego (Nous sommes ok sur ce point tous les 2).
Nous n'avons pas le luxe de nous libérer, peut être mais l me semble que nous en ayons le devoir, justement pour la sauvegarde de l'humanité.
Edit : Comment supprimer le doublon ?
Ce n'est pas en lui tenant les ailes qu'on aide un oiseau à voler. L'oiseau vole simplement parce qu'on l'a laissé être oiseau.

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La voix/voie intérieure

Message par Zyghna » sam. 23 juil. 2016 10:27

Oui ça dérive totalement. Il existe un topic sur le libre arbitre si vous souhaitez en discuter et récupérer vos textes, je ferai le ménage des messages hors sujet d'ici peu ^^
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Répondre