L'EMDR

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar de l’utilisateur
Za
Messages : 2944
Inscription : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=78&t=3525#p102226]C'était moi...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WISC

Ancien Membre de l'équipe

Re: l'EMDR

Message par Za »

galou a écrit : Du coup, je suis d'accord avec toi Lady Space : certains blocages peuvent être tellement puissants que l'EMDR ne fonctionne pas comme il faut, et je crois aussi que ce sentiment d'illégitimité peut être un mécanisme de défense, du genre "je ne vais pas si mal que ça, regardez les autres, je n'ai rien à faire là et à soigner". C'est là tout le problème de la relativité de la souffrance... Nous sommes plus ou moins traumatisés par certaines choses, peut-être plus que d'autres, mais il faut accepter le fait que nous sommes traumatisés, et malheureusement vivre cette souffrance pour qu'elle sorte et soit traitée comme il faut... Pas facile de se mettre à nu, de se débarasser des résistances, et également de combattre la culpabilité et le sentiment d'être "faible"...
Tu me rappelles, galou, que malgré mes efforts conscients, mon corps tout entier se débattait en fait contre ces séances... Une fois j'ai failli m'endormir (véritable fuite dans le sommeil), je luttais de toutes mes forces, et même la psy était épuisée, vidée... et évidemment je culpabilisais à fond de faire involontairement ça... Apparemment y a quelqu'un dedans qui veut pas qu'on touche à certaines choses !!!
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar de l’utilisateur
lady space
Messages : 2509
Inscription : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/lance-t133.html]vers mon orbite[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 56

Re: l'EMDR

Message par lady space »

Je crois qu'avec ta boutade tu touches à un point essentiel *Za* : ce "quelqu'un dedans" qui s'oppose avec virulence à tout changement, parce que le nouveau, l'inconnu fait peur - surtout à ce quelqu'un qui craint sa disparition le jour où le changement s'opère.

Ça me parle beaucoup. J'ai longtemps vécu avec ce que j'appelle "mes snipers intérieurs", ceux qui m'assaillent toujours au moment le moins opportun avec leurs "t'as pas le droit", "laisse tomber, ça sert à rien", ceux qui sabotent mes meilleures intentions, initiatives et résolutions, etc.

La bonne nouvelle est qu'il est possible d'aller le chercher une fois qu'on a pris conscience que ce quelqu'un est là. On peut l'observer à l'œuvre, essayer de comprendre quand et où il s'active. Et on peut lui parler, un genre de dialogue intérieur, style "Je sais que ça ne te plaît pas du tout ce que je compte faire là - sauf qu'avec ta méthode, on n'a pas avancé d'un iota et on va droit dans le mur si ça continue. Alors laisse-moi tenter une autre approche."

Seulement plus on craint que le cadavre qu'on veut déterrer sera grand, plus il fait peur et plus fortes seront les résistances (ou les tirs assassins des snipers). Et rouvrir l'accès aux émotions peut donner l'impression de prendre un risque énorme. Le risque d'être submergé, de déclencher avalanches, coulées de boue et autres séismes en ouvrant les vannes des émotions si longtemps enfermées. C'est pourquoi, à mon sens, il faut y aller progressivement, pas à pas, petit à petit, histoire d'apprendre en douceur qu'une émotion ne nous tuera pas.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar de l’utilisateur
Grabote
Messages : 3517
Inscription : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/toc-toc-toc-t5375.html]*[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 51

Re: l'EMDR

Message par Grabote »

Suite à la lecture de ce topic et après avoir fait quelques recherches supplémentaires, j'ai décidé d'essayer cette technique car il m'a semblé qu'elle pouvait être adaptée à mon cas.
J'ai contacté des thérapeutes formées dans mon coin, les ai "cuisiné" au téléphone, pour finalement en choisir une qui m'avait été conseillé par une connaissance mais surtout parce qu'elle m'a parut la plus compétente.
Jugement hâtif que j'étais tout à fait prête à remettre en question rapidement ^^.
Après avoir suivi plusieurs années de psychothérapie avec différent.e.s professionnel.le.s, j'ai l'impression d'avoir compris beaucoup de choses certes, mais pas d'en avoir retrouvé "le goût", ni de m'être libérée de certaines emprises du passé. Mon auto protocole de soin passe désormais principalement par le corps : alimentation, marche dans la nature, activité physique, pratique méditative etc... grâce auquel j'ai commencé à "remonter" la pente.
Mais, mon état dépressif perdure (tristesse et apathie), tout comme certains symptômes post-traumatiques qui maintiennent un état de stress latent, qui explose quand le réel se rapproche trop des évènements traumatiques.
Pourtant "j'ai tout pour être heureuse" ...
Bref, j'ai commencé fin aôut , et fait trois"vraies" séances, en prévenant la psy(chologue) que j'arrêterai si je ne sentais pas des effets,bénéfiques, rapidement.
Nous n'avons pas encore terminé de traiter le premier évènement de ma liste.
et
ça fait quinze jours que je me sens bien !!! , vraiment bien et de façon stable !
Ça fait quinze jours que je n'ai pas été submergée par une vague de tristesse (ce qui ne m'est pas arrivé depuis ... 4 ans ).
Je sens que je me remet en mouvement, que je suis plus intensément présente, je me sens moins vulnérable et inquiète,
je me sens plus ... dense et plus tranquille.
Je suis curieuse de voir combien de temps ça va durer, je prends ce qui vient.
Mais surtout, cela me donne beaucoup d'espoir pour la suite . :ensoleillé:

Merci à Coccinelle d'avoir initiée ce topic, je sais qu'elle ne vient plus trop par ici, mais ses nombreux partages et témoignages ont été une grande aide dans mon cheminement et c'est l'occasion pour moi de lui signifier ma reconnaissance :respect:. Ainsi qu'à toutes celles et ceux qui font de ce forum ce qu'il est et ce qu'il permet. :respect:

Pour en revenir à l'EMDR, donc, ben oui, on dirait bien que ça marche avec moi et que mes années de psychothérapie se mettent à servir à quelque chose. Comme si j'avais déblayé le terrain et qu'il ne "restait" plus qu'à "retraiter" les gros morceaux. La gymnastique sensorielle que je pratique depuis plus de 10 ans m'aide aussi à lâcher prise, à laisser faire,à observer, à faire confiance ...Je ne suis pas sure que j'y serai arrivée avant .
Je suis très étonnée et bouleversée par ce que je vis pendant les séances et suis complètement épuisée le reste de la journée. J'essaye donc de m'organiser en conséquence.
Je n'y vais pas avec enthousiasme parce que p...n ça fait mal (au sens figuré ;-).
Mais j'y vais à fond parce que je me sens bien après (un certain temps).
Je pense qu'il faut être très à l'écoute de soi pour entamer cette thérapie et que ça n'est sans doute pas adapté à tout le monde ni à toutes les circonstances.
Pour ma part, je ne suis pas très entourée, mais mon protocole de santé (mentale, émotionnelle et physique) m'a bien préparé à tenir le coup et je me sens bien chez moi.
Le truc amusant, si on peut dire ... c'est que quand on a vraiment commencé, la psy m'a demandé si je voulais choisir un évènement plus "léger" pour "essayer" et j'ai dit " essayons avec un évènement "moyen".
Mais en fait, cet évènement "moyen" se révèle être un évènement fondateur. Et là, attention, ça secoue !!!
Faut s'accrocher, ça fait mal, ça coûte des sous et du temps ^^ mais ... ça fait quinze jours que
je me sens vraiment bien :ensoleillé:
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Grabote pour son message :
Unesoprano
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar de l’utilisateur
Grabote
Messages : 3517
Inscription : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/toc-toc-toc-t5375.html]*[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 51

Re: l'EMDR

Message par Grabote »

Suite à une conférence dont je viens de témoigner sur le topicLa mémoire et traumatismes de l'enfance, je viens ici faire un appel à témoignages auprès des personnes ayant suivi une thérapie Emdr il y'a déjà quelques temps.
J'aimerai savoir si l'amélioration voir la libération que vous avez ressentie sur le moment et dont certain.e.s d'entre vous ont témoigné ici, dure dans le temps .
Est ce que votre état s'est stabilisé ?
Est ce que vous êtes vraiment passé à autre chose ?
Est ce que les symptômes post-traumatiques n'ont pas réapparu à une occasion ou une autre ?
Est ce que vous vous sentez toujours sorti.e.s de l'état de vigilance et de contrôle ?

Merci d'avance pour vos "retours d'expériences" .
Merci de préciser aussi depuis combien de temps vous avez cessé cette thérapie, et si elle était accompagnée d'un travail psycho-thérapeutique .

ps: je me sens toujours bien (enfin normale quoi ;-), enfin aussi bien qu'on puisse se sentir après 3h de conférence sur un sujet aussi indigeste que "Comprendre les conséquences psycho-traumatiques des violences " !!
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Salut Grabote !
Eh bien j'ai envie de te dire que oui, pour moi ça dure dans le temps ;) J'ai suivi une thérapie EMDR en 2013 (sur l'année, en gros), non pas pour un traumatisme particulier mais pour plein de "micro-traumatismes" ayant eu lieu depuis mon enfance jusqu'en 2011, le tout associé à une psychothérapie et à la découverte de la douance d'ailleurs... J'en ai refait une séance pour ma fausse couche (+ opération) l'année dernière, et une seule séance m'a suffit (ça marche extrêmement bien sur moi ;) ).
Depuis tout ça, les effets bénéfiques sont toujours là : beaucoup plus de confiance en moi, faux-self envolé (enfin je crois :D ) et je me connais beaucoup plus, donc je sais, en général, reconnaître quand je somatise et creuser pour trouver ce qui ne va pas...
De plus, je n'ai plus de gêne, tristesse, malaise, quand je repense à mes traumatismes. Je sais ce qu'ils m'ont fait, ils font partie de moi, mais ils ne me touchent plus vraiment, ils sont digérés.
Enfin, le premier mécanisme de défense que j'avais, avant l'EMDR, était la dissociation : je faisais en sorte de ne rien ressentir, ou alors en modéré, que ce soit la joie comme la tristesse. Aujourd'hui, je suis capable de pleurer lors d'un mariage comme lors d'un enterrement, je ressens vraiment, je lâche prise ;-) Les seules fois où le lâcher prise est difficile, ça ne dure jamais très longtemps et j'éclate littéralement !
Voilà pour ma contribution, l'EMDR a été THE technique pour moi, et ses effets sont pérennes, du moins chez moi !
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
jpc
Messages : 32
Inscription : mer. 4 avr. 2012 13:58
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-tous-t1901.html]Ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Dans la cave, essayant de comprendre les soubassements de ce monde de m...
Âge : 48

Re: l'EMDR

Message par jpc »

Hello,

comme Galou, en 2013, j'ai fait moins de 10 séances (7-8 peut être) après le décès de ma fille suite à une hémorragie de Benkiser avec des images très difficiles en mémoire.
Les effets furent immédiats avec apaisement lorsque les scènes émergèrent. Aujourd'hui encore je suis dans la même attitude. Mon épouse a suivi le même chemin pour un résultat identique.
En revanche, le processus de deuil a été à faire et même aujourd'hui, il y a des moments durs.
J'ai aussi ressenti des effets transversaux de lâcher prise mais il y a encore du taf sur d'autres points.
Point de vigilance ou de contrôle car j'accepte que ma mémoire me rappelle ces événements et il y a eu véritablement un clivage entre l'émotion et les faits que je peux revoir calmement. Cette vague émotionnelle se calme pendant la séance pour moi.

Je ne regrette pas, au contraire, car je ne sais pas comment nous aurions remonté la pente sinon (surtout après une infertilité idiopathique + PMA le tout sur 8 ans), et j'en parle autour de moi.

;-)

Avatar de l’utilisateur
Grabote
Messages : 3517
Inscription : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/toc-toc-toc-t5375.html]*[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 51

Re: l'EMDR

Message par Grabote »

Merci galou et jpc :ensoleillé:
(Vraiment très désolée pour vous jpc :( , sans doute pas ce que t'as envie de lire, mais comment ne pas l'écrire ?)
La vigilance et le contrôle c'est plutôt dans les cas d'agression et/ou d'abus et ça s'installe dans le temps .
Vos témoignages sont encourageants, bonne continuation à vous deux et vos familles :)
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar de l’utilisateur
Za
Messages : 2944
Inscription : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=78&t=3525#p102226]C'était moi...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WISC

Ancien Membre de l'équipe

Re: l'EMDR

Message par Za »

Ca fait plaisir de lire tout ça !
Grabote a écrit :je me sens plus... dense et plus tranquille
Dense ! c'est exactement ce que j'ai commencé à ressentir après psychothérapie + qqs séances d'EMDR. L'EMDR avait été très éprouvante (nous travaillions justement sur cette sensation de "manque de substance"), mais avec 3 ans de recul je peux dire que ça m'a apporté beaucoup.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

sophielagirafe

Re: l'EMDR

Message par sophielagirafe »

Merci pour ce fil... j'avais commencé à le lire il y a quelques semaines, car la psychologue qui m'a fait passer les tests (et qui n'est pas celle qui me suit en ce moment) m'avait parlé de cette technique, en apprenant que je travaillais sur un SSPT. Puis j'ai mis tout ça à la porte de ma tête car ça me paraissait trop "risqué" émotionnellement , pour finalement être orientée par ma psy vers une autre de ses consœurs calée en hypnose.
Donc j'ai fait 2 séances d'hypnose (dont 1 seule qui revient vraiment sur le traumatisme), en y allant avec la trouille au ventre, à reculons, mais décidée. J'ai apprécié ce que la séance a permis de mettre en place mais je ne saurais pas dire, 1 mois après, quels sont les effets réels, car dès que j'ai la moindre pensée pour l'événement traumatisant, mon cerveau remet tout à la porte une fois de plus!

Entretemps, un autre traumatisme est remonté à la surface, au moins aussi grave que le premier, avec ma psy habituelle :roll: ça a peut-être permis d'accéder à d'autres choses qui sont bien cachées dans cet autre état de conscience...
et je pense de plus en plus à l'EMDR pour traiter celui-ci. Évidemment, lire que ça secoue, ça remue, ne m'enchante pas, et mon "sniper mental" fait beaucoup de résistance. Je ne sais même pas prononcer le mot du traumatisme. Alors péter toutes ces barricades, ne serait-ce que pour expliquer mon cas à la psy, ça promet une grande et rude bataille...

Mais la façon dont elle m'avait décrit cette technique, j'avoue, me donne envie d'essayer. Elle m'a parlé très symboliquement d'une bulle représentant le trauma, bulle dont toutes les séances de psychothérapie que j'ai pu faire depuis des années n'ont permis que de faire le tour.C'est exactement la sensation que j''en avais : j'en ai fait le tour. Oui, mais je ne l'ai pas ouverte, ni affrontée! et rien n'est résolu, je comprends pourquoi je me suis construite de cette façon-là avec ce trauma, et j'en accepte les conséquences en me disant "oui, bah c'est comme ça". Bref, la résignation n'est pas la bonne étape sur laquelle rester coincée.
Elle m'a dit que l'EMDR permettait d'ouvrir cette bulle. J'avoue, ça me fait bien envie, j'ai bien envie de lui faire la peau. J'en ai marre.

Bon, ça va prendre du temps, de l'argent, de l'énergie... j'apprécie d'avoir vos retours, car je trouve mes déboires complexes et intriqués, avec de très forts piliers ancrés depuis longtemps qui apparaissent au compte-gouttes, et tout redéballer à quelqu'un d'autre, encore et encore... j'en pleure de fatigue d'avance, et c'est vraiment au sens propre.

bon tout le monde a compris que j'ai la trouille :P continuez à nous parler de l'EMDR!

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Caprice, normal d'avoir la trouille, ce n'est jamais facile d'affronter ses traumatismes, qu'ils soient "graves" ou non...
Si tu te sens prête, je te conseillerais juste d'être sure de la psy que tu vas voir pour cette technique, il faut que tu sois à l'aise et en confiance avec elle (ou lui d'ailleurs). C'est bien sûr le cas pour tous les psy, mais je trouve encore plus pour l'EMDR, puisque tu te mets à nu et ton corps peut avoir certaines fois des réactions que tu n'attends pas (éclater en sanglots, rire, etc.). Après, franchement, les réactions sur le moment diffèrent selon les gens. Perso, la seule fois où j'ai pleuré en séance a été lorsque j'ai "traité" ma fausse-couche. Pour le reste, je n'ai pas ressenti de grosse douleur, seulement de la "gène" mais je sais que cela fonctionnait car je faisais en général des cauchemars la nuit suivante ou le surlendemain...
Pour te rassurer également, avant de commencer réellement à traiter le traumatisme, tu apprends à te réfugier dans un endroit à toi, au calme, dans lequel tu peux retourner à tout moment. Lors d'une séance EMDR, tu gardes le contrôle de toi-même, donc si vraiment tu n'en peux plus tu as le droit de le dire à la psy, et d'arrêter, pour reprendre plus en douceur la séance suivante...
Bref, bon courage pour la suite, et je trouve que tu avances quand même vraiment bien dans ta démarche, bravo !
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
Grabote
Messages : 3517
Inscription : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/toc-toc-toc-t5375.html]*[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 51

Re: l'EMDR

Message par Grabote »

J'ajoute que tu n'es pas forcément obligée de
caprice a écrit :tout redéballer à quelqu'un d'autre, encore et encore
Dans mes séances, je ne raconte pas du tout dans le détail le(s) traumatisme(s) que je traite.
Si tu as déjà fait un travail analytique dessus, ce n'est pas nécessaire.
Je vais toujours au rendez vous à reculons, et je suis en générale, mais pas toujours, bien "brassée" après, mais je continue parce que je sens vraiment que je change ... en mieux :)

Ce qui est vraiment important, à mes yeux,comme le dit Galou, c'est de prendre le temps de trouver un.e thérapeute avec qui tu te sentes vraiment en confiance pour pouvoir lâcher prise et laisser faire ...

Est ce que tu as lu ce fil "comprendre les conséquences psycho-traumatiques de la violence " ? Ça n'a peut être pas de rapport avec ce que tu vis ... mais au cas où ...

Bon courage caprice, :ensoleillé:
oui, il en faut, oui, ça fout la trouille, mais c'est pas pire que les sspt :shake:
et pour ma part, ils continuent de s'estomper
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

sophielagirafe

Re: l'EMDR

Message par sophielagirafe »

merci pour vos encouragements :)

oui j'ai démarré la lecture du fil que tu cites au moins 3 fois... et refermé la fenêtre :1cache:
mission du jour : je vais le lire.

Cassini
Messages : 271
Inscription : lun. 18 avr. 2016 20:45
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: l'EMDR

Message par Cassini »

Je ravive ce fil, parce que je viens d'y goûter, à l'EMDR, ça fait un an que j'attends d'être prête, donc c'est un choix mûrement réfléchi.

Je regrette pas les 150 CHF que ça m'a coûté, j'ai comme regonflé quelque part en moi un bout de vieille éponge racornie qui n'absorbait plus rien... en rentrant, j'ai trouvé l'herbe plus verte, les arbustes fleuris conquérants, le goût de l'eau plus vivifiant. Ce qui me fait dire que pour ne pas trop remuer des trucs douloureux, j'avais en même temps comme figé jusque là nombre de possibilités de me mettre en joie.


Vous voyez l'idée?

Je me réjouis de dépenser encore le nombre de fois qu'il faudra les 150 CHF la séance...

:makeup:

Avatar de l’utilisateur
Traum
Messages : 591
Inscription : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 34

Re: l'EMDR

Message par Traum »

L'EMDR, quand l'indication est judicieuse, que la relation avec le thérapeute est solide et que le plan de ciblage est bien fait, peut vraiment transformer des gens. (Bon, comme toute thérapie, ceci dit.
Je n'ai pas fait de thérapie EMDR en propre mais durant ma formation (je suis formée en EMDR même si je n'ai pas achevé encore le cursus, ce qui ne m'empêche pas de travailler avec depuis près d'un an maintenant) on a quelques exercices pratiques sur lesquels on expérimente nous-mêmes sur nous et puis… j'ai un an de travail auprès de patients, pour certains lourdement traumatisés, et… j'ai vu des patients se transformer. Pas tout d'un coup, mais progressivement.

Il ne s'agit pas d'imposer aux gens de souffrir et, d'ailleurs, on n'est même pas obligé de travailler tout de suite sur ce qui fait le plus mal. Je me souviens d'une patiente, de la première avec qui j'ai commencé ce type de prise en charge (que je connaissais déjà bien puisque cela faisait longtemps que je la suivais) avec qui on a préféré d'abord travailler sur quelque chose d'autre, parce que ça l'encombrant au quotidien, que c'était moins effractant.
Ceci juste pour dire que : rien n'est imposé et qu'il ne s'agit pas de forcer le passage à tout prix. Surtout pas dans le cadre du traumatisme.

L'EMDR peut faire ressurgir, c'est vrai, des images très dures (franchement, parfois, j'avais envie de gerber à l'évocation de certains patients) mais pas forcément (pour certains, ça peut être beaucoup d'imaginaire, ou très métaphorique)… Ce qui vient et comment ça vient est propre à chacun. Et surtout, il ne s'agit pas d'être seul.

Pour finir avec une note positive et revenir à la patiente que je mentionnais : cela fait presque un an que je la suis en EMDR. Elle a beaucoup évolué et on a pu travailler sur ce qui constituait un de ses plus gros traumas. Cela nous a pris cinq mois, je crois pour traiter un souvenir, mais… c'est fait. Et elle semble avoir pu définitivement mettre derrière elle certaines choses.
Par ailleurs, au-delà de l'aspect du trauma, c'est une patiente que j'ai vu s'ouvrir, s'épanouir, changer, progressivement. Je l'ai vu aller bien pour la première fois depuis que je la voyais. Ce n'est pas que le travail que nous avions fait avant avait été inutile, non, pas du tout. Mais il avait fallu tout cela, et l'EMDR a été un des outils pour mieux l'aider à affronter elle ses multiples traumas. Je ne sais pas si on a bientôt terminé, mais je considère déjà depuis un bon moment cette thérapie comme un succès, quel que soit le temps qu'elle durera encore.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Cassini
Messages : 271
Inscription : lun. 18 avr. 2016 20:45
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: l'EMDR

Message par Cassini »

J'aime lire ça, merci Traum.

Avatar de l’utilisateur
Elanor
Messages : 181
Inscription : jeu. 28 avr. 2016 14:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-bonjour-t7469.html]bonjourbonjour[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: l'EMDR

Message par Elanor »

Après avoir trouvé mon endroit "préféré" dans une séance précédente, j'ai fait ma première vraie séance d'EMDR vendredi.
Sur le coup, ce fut top ! Elle m'a fait le tapping sur les genoux et je me sentais hyper bien. J'avais l'impression que les choses se mettaient en place et s'éclaircissaient. Bref, je suis sortie ravie mais avec un mega mal au crâne.

Première nuit, pas de rêves et journée de très bonne humeur. J'étais vraiment bien !
Deuxième nuit, rêve très agréable et une bonne journée malgré un mal de crâne insistant et surtout un état de fatigue vraiment important dès la fin de l'après-midi.
Et cette nuit, rêve perturbant qui m'a fait aussitôt faire le lien avec le pire cauchemar fait dans toute ma vie (dont je me rappelle parfaitement bien). Et je viens de passer une journée avec un mal de crâne horrible, très fatiguée, une humeur massacrante et un état fortement dépressif quasi au bord des larmes.

Je ne sais pas trop quoi penser. Est-ce que c'est lié à la séance ? J'ai l'impression d'être épuisée alors qu'il n'y aucune raison.
Certains parmi vous ont vécu ce genre de "conséquences" ?

Avatar de l’utilisateur
Traum
Messages : 591
Inscription : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 34

Re: l'EMDR

Message par Traum »

Elanor, ça pourrait. En tout cas certains patients relatent ce genre d'effets… aussi en fonction de leur cheminement. Tu peux te sentir bien à la fin de la séance et moins bien ensuite, en effet.
Puisque tu le notes, parle-s'en à ta psy, afin qu'elle sache aussi comment tu réagis, ce que les séances suscitent chez toi, etc., etc.

De toute façon, toute séance de thérapie, EMDR ou pas, est susceptible d'avoir des effets… que l'on ne comprend pas toujours. On travaille pendant la séance et entre les séances.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar de l’utilisateur
Elanor
Messages : 181
Inscription : jeu. 28 avr. 2016 14:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-bonjour-t7469.html]bonjourbonjour[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: l'EMDR

Message par Elanor »

Merci :)

C'est surtout cet effet montagne russe qui est impressionnant. De l’euphorie à la dépression en trois jours...
Hier soir, ça a fini en quasi crise de panique et puis j'ai dû m'effondrer de sommeil et j'ai passé une nuit normale et ce matin je me sens apaisée. En espérant avoir passé le plus gros...

Après, j'ai la réelle impression d'avoir débloqué certaines choses, un peu comme quand on ouvre une boite. Sauf que je n'en vois pas encore le continu, seulement les odeurs, les bruits qui s'en dégagent... Et mes sentiments envers cette boite sont fortement mitigés.

Donc, je confirme, ça semble vraiment marcher. Et je n'ai fait qu'une séance... Mais ça n'a rien de "facile" c’est certain. A voir la suite !

Avatar de l’utilisateur
Traum
Messages : 591
Inscription : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 34

Re: l'EMDR

Message par Traum »

Normalement, lors de la séance suivant la désensibilisation (qu'on ait terminé ou pas de traiter un souvenir), le psychologue est censé faire un point sur ce qui s'est passé après, et ce jusqu'à la nouvelle séance. N'hésite pas à lui en parler. Ce sont des éléments dont on tient compte en EMDR.

L'EMDR réactive beaucoup de choses, de toute façon. Parfois de façon bruyante, parfois moins. Cela dépend des gens. Et chaque avancée est singulière.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar de l’utilisateur
Niarky
Messages : 537
Inscription : mer. 30 mars 2016 15:27
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic-t8036.html#p238723]+1[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Là-haut
Âge : 31

Re: l'EMDR

Message par Niarky »

Après avoir lu les pages sur le sujet et les quelques témoignages qui sont présents sur le Topic je me dis pourquoi pas y rajouter une touche sur l'EMDR.
Historique :
J'ai vu 3 psys en thérapie classique avant d'essayer une thérapie EMDR.
Les 3 thérapies classiques, effectuées à des âges et des moments différents de ma vie ont donné une absence de résultat (
Je bloquais sur les thérapies classiques, on parlait trop de moi, c'était trop à froid, trop direct.)

Début 2017, j'ai passé le test avec une autre psy (la 4ème donc) spécialisée dans la douance cette fois-ci mais je n'ai pas donné suite à un éventuel suivi sur mes problèmes relationnels.

C'est donc après une discussion sur le t'chat avec Za que je me suis intéressée à une nouvelle psy qui pratiquait l'EMDR (mais pas que) (promis je ne songeais pas à faire un livre d'avis sur les psys :huhu: ). J'ai effectué un premier rendez vous, en novembre 2017 avec elle, tout en ayant une certaine appréhension de la thérapie, je voulais aller mieux mais je n'avais pas vraiment envie de décrire les traumas.

Séance EMDR avec la psy (Attention description de ce qui peut se passer en séance EMDR, si vous ne préférez pas savoir ne pas déployer (bon vu que la balise spoiler marche pas toujours (ne pas lire)(ou essayer de ne pas lire) :


Le premier rendez vous a été un premier contact pour nous deux. Elle m'a demandé pourquoi je venais, on a parlé de ce qui n'allait pas, du ressenti, des blocages, du quotidien, et elle en est venue à parler de l'EMDR, de la méthode, de comment se passe une séance, et du suivi de la thérapie. Après la description de la méthodologie, elle m'a demandé si ça pouvait m'intéresser car elle pensait que ça pourrait m'aider sur mes soucis relationnels.
A la fin du rendez vous elle m'a donné un exercice pour la suite : Trouver un lieu où je me sens apaisée tout en m'expliquant à quoi il allait servir par la suite (: pour éviter de me laisser repartir toute chamboulée, le but est que j'aille mieux, non pas que je me suicide en sortant de chez elle à cause du retour des souvenirs qui peuvent être durs à faire remonter :huhu: ), et trouver 5 évènements heureux et douloureux. Elle m'a demandé de noter dans un cahier les émotions, et les souvenirs après chaque séance pour qu'on puisse en parler avant de commencer les sessions.

Au début du 2ème rendez vous, on a parlé de l'exercice et du lieu d'apaisement. Puis, on a changé de pièce afin que la séance/exercice emdr se passe intégralement autre part. Ce qui se passe dans cette pièce reste dans ce lieu. J'ai toujours l'impression d'un avant/après, comme le passage dans un autre monde.

Première séance :

On a travaillé sur le plus vieux souvenir que j'ai du traumatisme : on travaille sur un sujet qui a duré sur plusieurs années.
Elle m'a posé plusieurs questions :
- Ce que je ressens quand je pense à ce souvenir
- Ce que je ressens quand je pense à ce souvenir qui était vrai avant, qui l'est toujours maintenant et que je déteste
- Ce que je préférais ressentir

Elle m'a demandé quel était le souvenir le plus récent que j'avais sur la même problématique, avec les mêmes questions.

Puis en revenant au premier souvenir, elle m'a demandé :
- Où est ce que je ressens au niveau de mon corps la douleur/gêne quand je pense à ce souvenir
- Et d'autres questions sur l'échelle de trouble de la problématique sur ma vie (un truc sur 1 à 7 et un autre sur 1 à 10)(si je me souviens des questions j'essaierai de faire un édit du post).

Elle m'a demandé de partir de ce souvenir (mais sans replonger dedans), de l'endroit où ça me fait quelque chose, et de penser aux émotions que je ressens. De laisser venir tout ce qui vient sans bloquer, sans juger, que ça doit des images ou des émotions.
Et là, elle a commencé les tapotements (on a fait un 1er essai avec les mouvements de main mais ça n'a pas été concluant), j'ai pris l'initiative de fermer les yeux pour me sentir plus à l'aise, pour "vivre" ce qui venait.
Je ne sais pas combien de temps les tapotements ont duré, peut être 45 secondes, peut être plus ou moins, puis elle s'arrête, me demande ce que j'ai vu/ressenti.
Et on repart de la dernière image qui vient.
On continue jusqu'à ce qu'on avance dans la problématique, toujours sans juger, sans en parler sur l'instant. C'est elle qui estime quand on s'arrête pour en parler. Même si lors de la deuxième séance j'ai moi même senti le moment où la problématique était finie.

Avant la fin du rendez vous, elle me demande où en sont les échelles émotionnelles et le ressenti, on parle de ce que j'ai vu (si il y a besoin d'en parler en fait quand la problématique est close/soignée/finie, on ne retourne pas dessus.) Et puis, elle me demande si je souhaite aller dans mon lieu d'apaisement.

La deuxième séance a été identique niveau processus.

FIN...


Niveau ressenti :

- Lors des 2 séances, je suis sortie avec un mal de crâne derrière la tête et l'après midi a été assez dur niveau concentration : j'avais l'impression de pas être dans l'instant, un effet nuage, groggy.
- Je n'ai pas été particulièrement fatigué ni le soir, ni dans les jours qui ont suivi, et ça n'a pas tellement remonté de mauvais souvenirs : quelques rêves bizarres mais rien de cauchemardesque.
- A chaque séance, lors des tapotements, j'ai l'impression d'être dans un rêve, dans une bulle d'images, et rien n'est désagréable.
- Je me souviens de ce que j'ai vu comme un souvenir, c'est assez limpide comme un vieille épisode d'une série.
- Aujourd'hui, certains souvenirs traumatiques sont devenus neutres.

Les séances se font dans la douceur, elle n'impose rien, et on avance à mon rythme. Elle me demande toujours une validation quand on commence ou qu'on reprend.

Bon après relecture, j'espère que ça fait pas trop pub pour l'EMDR ! ("Vive les traumas, les tester c'est les adopter" :huhu: )

Edit : Au final, je voulais surtout décrire une séance type pour se faire une idée car c'est assez mouvementé comme séance. Faut vraiment avoir envie car c'est comme si on mettait les doigts dans la prise.
-"Il ne suffit pas de se mettre une plume dans le cul pour ressembler à un coq."

Mel Neï
Messages : 14
Inscription : jeu. 28 déc. 2017 22:57
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Re: l'EMDR

Message par Mel Neï »

Merci niarky pour toutes ces précisions... Je vois qu'il faut quand même pas mal parler non...?
Je pense de plus en plus à l'EMDR pour des traumatismes en chaîne d'il y a 15 ans (j'en ai 30...) et qui me pourrissent la vie...

Mais j'ai tendance à énormément me couper de mes émotions, faute de les gérer/supporter, et de ne pas avoir la parole facile à ce niveau... :/ Je suis capable de rester muette léthargique quand trop d'émotions. Je plains celui qui m'aura comme patiente... 🙄

Avatar de l’utilisateur
Niarky
Messages : 537
Inscription : mer. 30 mars 2016 15:27
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic-t8036.html#p238723]+1[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Là-haut
Âge : 31

Re: l'EMDR

Message par Niarky »

Mel Neï a écrit : mar. 9 janv. 2018 01:22 Merci niarky pour toutes ces précisions... Je vois qu'il faut quand même pas mal parler non...?
Il faut parler pour expliquer un peu pourquoi tu viens et ce que tu ressens, pour le reste, ce sont des images, comme un conte si tu préfères.
Mel Neï a écrit : mar. 9 janv. 2018 01:22 Mais j'ai tendance à énormément me couper de mes émotions, faute de les gérer/supporter, et de ne pas avoir la parole facile à ce niveau... :/ Je suis capable de rester muette léthargique quand trop d'émotions. Je plains celui qui m'aura comme patiente... 🙄
Pour le coup j'ai vraiment horreur de parler de mes émotions, voir même de moi, et pourtant là ça sort quand mieux bien, après la psy est vraiment très douce et ne me brusque jamais, elle n'est pas oppressante.

Après j'ai vraiment l'impression que l'EMDR demande pas mal d'envie ce qui fait l'énergie de vouloir aller mieux :).
-"Il ne suffit pas de se mettre une plume dans le cul pour ressembler à un coq."

Avatar de l’utilisateur
Grabote
Messages : 3517
Inscription : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/toc-toc-toc-t5375.html]*[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 51

Re: l'EMDR

Message par Grabote »

Un des enjeux c'est de justement se reconnecter intérieurement et notamment à ses émotions ;-)
Il faut accepter de les ressentir pleinement pour pouvoir les laisser passer ...
Les personnes qui sont beaucoup dans le contrôle d'elle même, ont généralement du mal à se laisser aller en séance emdr.
Or le lâcher prise est essentiel car une bonne partie du travail se passe en dehors du champ de la conscience ...
Il est important aussi d'avoir une approche en partie "analytique" pour bien comprendre les enjeux d'un évènement avant de le "retraité" sinon on risque d'alimenter une forme de dissociation confortable à court terme mais onéreuse à long terme .
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Je n'aurait pas mieux dit Grabote :)
Toutefois, pour te rassurer Mel Neï, il n'y a pas non plus besoin de se "forcer" à ressentir. Perso, j'étais dans une dissociation complète avec mes émotions lorsque j'ai commencé, au point que, quand la psy me demandait de noter la gêne de certains souvenirs, de 1 à 10, j'étais parfois à 2 voire 1... La pauvre, elle en a aussi bavé avec moi ! Pourtant, mon inconscient à bien travaillé car je me suis autorisée à ressentir de nouveau, avec une énorme volonté d'aller mieux. J'ai laissé consciemment les portes ouvertes et j'ai laissé faire ce sur quoi je n'avais pas la main. Donc ça se fait parfois dans l'inconscient total, mais pour moi ça a quand même super bien fonctionné ;)
Laisse aussi le droit au psy de te guider (donc oui, il faut que tu ais une entière confiance en lui / elle !). En bref, essaie de lâcher prise consciemment, et fais confiance à ton inconscient pour suivre le mouvement, même si ce n'est pas évident.
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
Grabote
Messages : 3517
Inscription : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/toc-toc-toc-t5375.html]*[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 51

Re: l'EMDR

Message par Grabote »

+1 :clin:
Il me semble qu'une pratique corporelle en parallèle peut aussi favoriser cette reconnexion progressive ... en se reconnectant avec son corps, avec ses sensations on travaille aussi en douceur sur la dissociation.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Répondre