L'EMDR

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13343
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Ancien Membre de l'équipe

Re: l'EMDR

Message par TourneLune »

Pour ma part, je n'ai pas trop d'avis sur l'EMDR, ne connaissant pas mais:
- je crois qu'il ne faut jamais se départir de son esprit critique, ne pas connaitre en détail n'empêche pas d'avoir un avis et de voir les incohérences et les blabla pseudo -scientifiques.
- ne pas non plus prendre le milduves pour ce qu'il n'est pas. Il met en garde contre les activités de types sectaires, il n'est en aucun cas compétent pour juger du bienfondé ou pas d'une technique de soins. Que des sectes ou organisations à de types sectaires s'intéressent à de telles pratiques n'est pas très étonnant. La réponse n'est pas certainement pas dans la concentration de TOUTES les méthodes de soin dans les mains des médecins. C'est à nous d'être vigilants, de ne pas tout gober mais de ne pas nous fermer totalement non plus.
Je crois que ce n'est que quand on est en bonne santé et qu'on n'a jamais rencontré de problèmes qu'on peut se satisfaire de la médecine telle qu'on nous la vend à l'heure actuelle.

Et le problème, c'est que pour sortir de la médecine traditionnelle, c'est entrer dans un vaste inconnu où il devient très difficile de faire la part des choses. C'est malheureusement parfois indispensable pour certaines personnes qui continuent à souffrir et qui auraient pourtant bien préféré être guéri du premier coup grâce à la pilule magique du docteur.
Malheureusement, le fait de se sentir être une anomalie lorsqu'on souffre sans rentrer dans les cases, sans réagir "correctement" à des molécules chimiques fera fleurir le commerce des médecines parallèles et des personnes plus ou moins honnêtes qui les manie pendant longtemps encore.

La meilleure protection n'est surement pas de tout rejeter en bloc mais de garder son esprit critique en marche, d'observer de façon neutre et de se fier au bouche à oreille. Même les livres, j'ai du mal. On a tendance à penser que la publication d'un livre est une sorte de preuve de sérieux mais en fait, on publie n'importe quoi du moment que ça se vend, peu importe si c'est bénéfique ou pas, alors....
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Inscription : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/vert-calme-maintenant-t915.html]C'est qui, déjà ? [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 42
Contact :

Ancien Membre de l'équipe

Message par Kayeza »

Tournesol a écrit :Et le problème, c'est que pour sortir de la médecine traditionnelle, c'est entrer dans un vaste inconnu où il devient très difficile de faire la part des choses.
Certes. Et c'est à mon avis justement parce que la médecine traditionnelle se ferme à toutes ces autres méthodes (ou à la plupart, disons). Si elles étaient prises pour ce qu'elles sont, c'est-à-dire des possibilités intéressantes à étudier avec discernement, certaines d'entre elles pourraient être validées et utilisées par le milieu médical traditionnel, en toute sécurité pour tout le monde. Mais en l'absence de volonté de dialogue et d'ouverture*, tout se crispe, on crie au danger, au charlatanisme, la médecine traditionnelle tend à être rejetée en bloc par ceux qu'elle a déçus, et personne ne sort gagnant d'une telle situation bloquée. Sauf peut-être tous ceux qui font du fric dessus...

(*C'est sûr qu'il y a des médecins isolés qui s'intéressent à l'EMDR et à d'autres thérapies alternatives. Mais ils le font encore trop souvent en prenant un risque vis-à-vis de la position dominante...)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar de l’utilisateur
shinoune
Messages : 1017
Inscription : mer. 17 oct. 2012 17:14
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/topic2778.html]Par ici, par là[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Au bout du lac
Âge : 68

Re: l'EMDR

Message par shinoune »

Shunbabyx a écrit :Dans cette optique, la participation de shinoune est précieuse, car c'est une praticienne, et nous n'avons que peu l'occasion d'avoir des témoignages vus du côté professionnel
Juste une petite précision : je ne suis pas encore praticienne accréditée, je suis en fin de cursus: 5 ans de psycho et 6 ans en spécialisation de psychothérapie (dont 3 en parallele en psychopathologie) mais je n'ai pas terminé mon mémoire (dur-dur la procrastination) et je devrai encore pratiquer sous supervision régulière avant de pouvoir m'installer (si je le fais un jour).

Donc, j'ai les connaissances théoriques, j'ai déjà pratiqué des accompagnements à titre d'étudiante et suivi des personnes dans le cadre de mon mémoire pour analyses de cas, j'ai effectué une réflexion personnelle en vue de mon mémoire et de la définition de mes interventions présentes et futures mais je ne suis pas encore diplômée.

Ce qui veut dire que je peux transmettre des infos et des théories (quand je me sens à l'aise par rapport au sujet), je peux donner mes opinions personnelles mais je ne peux donner aucunes pistes thérapeutiques, ni impliquer d'une quelconque façon la profession.
Et s'il m'arrive de dépasser ces limites par enthousiasme ou inattention, je vous serais reconnaissante de me le signaler (gentiment).

Pour qu'il n'y ait pas de malentendus ou de dérives

Shinoune
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant.
René Char

shunbabyx

Re: l'EMDR

Message par shunbabyx »

Oui enfin ce que je voulais dire, c'est que tu as quand même plus de connaissances et d'expériences qu'un internaute lambda. Que tu as aussi surement plus de transversalité, qu'un patient qui n'a testé qu'une seule méthode. En gros c'est ce que je voulais dire lol

Avatar de l’utilisateur
shinoune
Messages : 1017
Inscription : mer. 17 oct. 2012 17:14
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/topic2778.html]Par ici, par là[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Au bout du lac
Âge : 68

Re: l'EMDR

Message par shinoune »

No problems Shun :smile: , c'est juste pour que la situation soit claire pour tout le monde.

Je suis ici au même titre que chacun, j'apporte juste ce que je peux à titre personnel et je le fais avec plaisir tout comme j'aime rencontrer d'autres savoirs au fil des différents topics.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant.
René Char

Avatar de l’utilisateur
Pellucidar
Jamais sans mon Verre en Verre
Messages : 647
Inscription : mar. 27 sept. 2011 17:44
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/peur-envie-savoir-t833.html]obsolète[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Lyon
Âge : 52
Contact :

Re: l'EMDR

Message par Pellucidar »

Un article bien documenté avec un droit de réponse.

"L’EMDR illustre le fossé grandissant entre scientifiques et cliniciens : l’EMDR produirait un effet global sur la réduction d'intensité émotionnelle liée au souvenir traumatisant, sans vraiment avoir établi les mécanismes qui sous-tendent cet effet."
"I don't think I'm easy to talk about. I've got a very irregular head. And I'm not anything that you think I am anyway." Syd Barrett

Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Inscription : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/vert-calme-maintenant-t915.html]C'est qui, déjà ? [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 42
Contact :

Ancien Membre de l'équipe

Re: l'EMDR

Message par Kayeza »

Hors-sujet
l'article a écrit :"L’EMDR illustre le fossé grandissant entre scientifiques et cliniciens : l’EMDR produirait un effet global sur la réduction d'intensité émotionnelle liée au souvenir traumatisant, sans vraiment avoir établi les mécanismes qui sous-tendent cet effet."
J'ai un ami français qui a fait des études de médecine chinoise en Chine (à Shanghaï, pas dans une obscure province). Dans le cours sur l'acupuncture, on leur a dit : "on ne sait pas vraiment comment fonctionne l'acupuncture, mais on sait qu'elle fonctionne". Là-bas, c'est intégré et ça ne fait pas débat. Ici, cette "absence de preuves" (que ce soit pour l'EMDR ou pour l'homéopathie, par exemple) est encore un problème.
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

lebereli
Messages : 673
Inscription : mer. 30 mai 2012 20:29
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/est-moi-t2204.html] Bah là, c'est un peu moi...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Normandie
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par lebereli »

Hier, ma psy m'a proposé de travailler ce qu'ils appellent la technique de l'éponge en EMDR. Est-ce que quelqu'un a eu aussi à faire avec cette technique?

Il s'agit ici de renforcer positivement les ressources internes d'une personne en s'appuyant sur des qualités. Dans ce cas de figure, il y a très peu de balayages et ils sont lents. C'est un travail qui au long modifira les schémas de pensé complexes et les émotions négatives associés à des croyances
"Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de brouillons."Jules Renard

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Lebereli, je vois ton message super tard, mais je te réponds quand même. Je n'ai pas réellement essayé cette technique de l'éponge, mais j'ai testé quelque chose qui semble s'apparenter à ça : après avoir visualisé un lieu rassurant, avec une sensation positive (chaleur/force pour ma part), la psy a effectué des stimulations lentes (tapotements) et la sensation positive a réellement été décuplée. Elle m'a d'ailleurs conseillé de faire ça lorsqu'une situation de la vie quotidienne me perturbe trop. Du coup, as-tu commencé cette technique de l'éponge ?

Sinon, j'apporte vite fait mon témoignage sur l'EMDR. J'ai revu toute ma vie au travers de cette technique, en ne traitant finalement que 3 souvenirs. J'avoue, j'étais sceptique au départ, d'autant que je suis constamment en hyper contrôle. Donc pas de larmes pendant les séances, et parfois des pensées parasites du genre : "elle doit avoir mal au bras à force de faire des séances d'EMDR" (oui, la psy m'a regardée bizarrement quand je lui ai dit ça...).

Mais très honnêtement, même si on ne sait pas réellement ce qu'il se passe dans le cerveau pendant ces séances, et que rien n'est prouvé, ça a marché du tonnerre sur moi, j'ai énormément gagné en confiance, et mes souvenirs autrefois gênants ne me font plus ni chaud ni froid.

De plus, l'EMDR est limite devenue ma roue de secours : mon mécanisme de défense est le clivage avec les émotions, lorsque celles-ci sont trop difficiles à supporter. L'EMDR me permet de traiter correctement les choses que je ne sais pas gérer émotionnellement, pour être sûr que ça ne ressortira pas un jour, en dix fois pire...

Attention toutefois, ces séances peuvent être difficiles à vivre, il faut donc avoir de bonnes ressources au départ...
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
Bras de fer
Messages : 2633
Inscription : lun. 28 nov. 2011 21:13
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/secours-besoin-aide-t1102.html]Un des plus beaux villages de France...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Nulle part... si loin...

Re: l'EMDR

Message par Aïnoa »

Salut Lebereli,


Je ne sais pas si j'ai "eu" la technique de l'éponge, mais j'ai fait plusieurs séances d'EMDR.
Malheureusement, contrairement à galou, ça n'a pas marché pour moi.
Là où je la rejoins, ça peut être éprouvant émotionnellement une séance.

J'espère que ça t'apportera quelque chose Lebereli ;)
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann

lebereli
Messages : 673
Inscription : mer. 30 mai 2012 20:29
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/est-moi-t2204.html] Bah là, c'est un peu moi...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Normandie
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par lebereli »

Cela fait deux ans et demi que je suis suivie en EMDR maintenant... Cette thérapie m'a vraiment changer la vie et a été libératrice comme toi galou. L'une des dernières séances à particulièrement été forte, il y avait moi aujourd'hui et moi enfant. Je crois que nous sommes maintenant toutes les deux réconcilier.

Aï, je sais que pour que cette méthode fonctionne avec moi, il fallait partir d'expériences moins fortes émotionnellement pour ensuite aller aux plus difficiles. Si on cherchait à attaquer quelque chose de fort, j'avais systématiquement un blocage. Peut-être est-ce le cas pour toi?

Je trouve cette méthode tellement top, que je vais entamer la formation fin 2014/début 2015 ^^
"Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de brouillons."Jules Renard

Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
Bras de fer
Messages : 2633
Inscription : lun. 28 nov. 2011 21:13
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/secours-besoin-aide-t1102.html]Un des plus beaux villages de France...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Nulle part... si loin...

Re: l'EMDR

Message par Aïnoa »

Bah, on a "travaillé" sur différentes situations.
Je ne suis pas "réfractaire", j'ai fait tout comme elle me le demandait.
Mais bon, incurable... it's life...
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann

Avatar de l’utilisateur
Za
Messages : 2944
Inscription : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=78&t=3525#p102226]C'était moi...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WISC

Ancien Membre de l'équipe

Re: l'EMDR

Message par Za »

Aïnoa a écrit :Bah, on a "travaillé" sur différentes situations.
Je ne suis pas "réfractaire", j'ai fait tout comme elle me le demandait.
Mais bon, incurable... it's life...
Je comprends ta déception, Aïnoa : moi aussi j'ai dû arrêter après quelques séances, bien qu'on ait tout fait comifo. Trop éprouvant, fatigant, crises de larmes incontrôlables etc. Avec en plus une forme de honte, parce que je sais que cette thérapie est utilisée auprès de patients ayant subi de forts traumatismes, alors que rien dans ma vie, selon moi, ne mérite cette appellation -> "trop faible pour l'EMDR" (oui, je sais, c'est bête). Rien que le fait de devoir trouver l'"endroit sécurisant" (je ne sais plus comment ça s'appelle) a été une véritable épreuve.
Mais ce n'est pas une raison pour se croire incurable. On réagit tous différemment à certains type de stimuli. Ce n'était juste pas ça qu'il nous fallait, ou pas le bon moment, le bon endroit, la bonne personne.
Tu as quand même dû ressentir certaines choses durant ces séances, non ?
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
Bras de fer
Messages : 2633
Inscription : lun. 28 nov. 2011 21:13
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/secours-besoin-aide-t1102.html]Un des plus beaux villages de France...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Nulle part... si loin...

Re: l'EMDR

Message par Aïnoa »

Je comprends Za.
De la honte? Non, pas vraiment, j'avais demandé à la psy avant si elle pensait que ça pourrait m'aider, étant donné que je n'ai pas eu non plus UN événement traumatisant, mais plusieurs petits. Elle disait que oui.

Oui, j'ai ressenti des choses pendant les séances, pas mal de larmes aussi.

Mais bon, "incurable"? parce que ça fait longtemps que j'essaye, plusieurs trucs différents aussi, mais que je fais du sur-place. C'est donc que c'est moi qui merdouille quelque part. Si je voulais vraiment j'y arriverais...

Bref, peut-être que ça t'aidera un peu plus tard Za, à retardement ;-)
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann

Avatar de l’utilisateur
lady space
Messages : 2509
Inscription : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/lance-t133.html]vers mon orbite[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 56

Re: l'EMDR

Message par lady space »

Je butte sur cette idée de honte pour cause de moindre gravité du problème. Je sais bien que ça se joue sur un plan émotionnel, que ça n'a rien de rationnel - ça se situe donc très précisément là où l'EMDR est censé pouvoir produire des effets.

D'accord, on sait aujourd'hui que l'EMDR marche très bien pour les victimes de violences, d'attentats, d'accidents, etc. mais ça ne veut pas dire que ça ne marche pas dans un autre contexte, celui des petites blessures ou petits traumatismes répétées en l'occurrence. Ceci d'autant plus que le psy estime que cette méthode peut aider. J'imagine que c'est un peu pareil qu'une fracture de fatigue: là non plus, il n'y a pas un gros traumatisme bien précis, mais une accumulation de petits chocs avec toutefois le même résultat (la fracture) et une prise en charge similaire à une fracture due à un seul choc. Avec, en plus, l'obligation de remédier à la fatigue pour assurer une guérison correcte. Je pense donc qu'il est parfaitement possible de faire confiance au professionnel quand il vous donne des rendez-vous pour travailler avec cette technique. (Après s'être assuré de ne pas avoir affaire à un charlatan, bien sûr) Et si ce professionnel a donné des rendez-vous, c'est qu'à cet instant, il ne doit pas avoir de patients ayant des problèmes autrement plus graves - sinon, il aurait donné ses créneaux en priorité à ceux-là.

Reste donc ce doute permanent de type "Mais de quel droit je monopolise des créneaux chez ce psy, étant donné qu'il y a des gens qui vont beaucoup plus mal/qui ont subi des choses beaucoup plus graves que moi?". Se laisser dicter sa conduite par ce doute, cette honte, est à peu près aussi peu pertinent que de s'interdire de prendre un doliprane contre un méchant mal de tête tant que les tumeurs du cerveau ne sont pas encore éradiqués.

Il faudrait garder en vue les proportions. Bien sûr qu'il y a toujours plus grave que son propre cas, mais ça n'autorise pas la conclusion qu'il ne faut pas s'occuper des cas moins graves. Pour revenir à l'exemple du mal de tête: si j'attends qu'il n'y ait plus de problème douloureux de la tête au monde (ou même dans mon quartier) avant de m'autoriser à prendre ce doliprane, je ne suis pas sortie de l'auberge.

Et surtout, tant que je ne me suis pas occupé de cette gêne somme toute mineure, je suis moins efficace dans tout ce que je fais et imbuvable pour mon entourage, vu que ce mal de tête tape sur le moral. En gros, si je ne m'autorise pas à me soigner pour moi-même, par manque d'estime de soi par exemple, c'est mon entourage qui en fait les frais, en plus de moi-même. Donc cette façon de procéder sous le coup de cette sensation de honte ou plutôt de "pas le droit" ne sert à personne.

Ça requiert une certaine humilité aussi, à accepter que l'on ne se trouve pas tout en haut de la hiérarchie de la gravité des problèmes, et à se dire qu'il faut quand même prendre soin de soi, pour au moins être opérationnel à son niveau, aussi peu important qu'il puisse être ou du moins nous paraître peu élevé.

Ensuite, il ne faut pas oublier une chose: c'est un choix (même inconscient) que l'on fait en agissant sous le commandement de telle ou telle émotion. Il est toujours possible de se dire "Je sais bien que j'ai le sentiment de ne pas avoir le droit de me soigner, mais si j'obéis à ce sentiment je n'avance pas, je suis inefficace. Je décide donc de me soigner malgré cette sensation désagréable et/ou qui me fait peur, parce qu'il faut passer par là pour aller mieux et retrouver mon efficacité - pour moi-même mais aussi, voire surtout, pour les autres."

Concernant l'EMDR en soi, je me pose une question: cette technique vise essentiellement les émotions et on sait que chez bon nombre de surdoués, les émotions sont vécues avec une intensité hors norme. À partir de là, je ne suis pas étonnée de voir que cette thérapie s'avère plus longue et plus compliquée chez un surdoué que chez le tout-venant. Pour une personne qui a toujours eu du mal avec ses émotions, de par la force de ses dernières, qui s'est efforcée depuis fort longtemps à les refouler au plus profond de soi-même, il doit être particulièrement difficile d'y accéder, de les autoriser à remonter à la surface. Ce qui voudrait dire qu'il faut y aller en douceur, par petits pas, pour ne pas être submergé.

Et je me demande si ce n'est pas au moment où l'on est le plus proche du "dénouement" que ça fait le plus peur, où l'on est le plus tenté de tout arrêter. Et tenté aussi de laisser les commandes aux doutes, au sentiment de ne pas avoir droit à ce soin, à la honte. Car on sent/craint que ça va être fort et que l'on ouvre la porte à quelque chose d'inconnu dont on ne sait pas à quoi ça va ressembler, et toutes les raisons peuvent être bonnes pour se défausser et ne pas affronter ses émotions qui nous paraissent si dangereuses, que l'on n'a pas appris à gérer. Ce paragraphe ne constitue aucune critique ni reproche à qui que ce soit, il s'agit juste d'une hypothèse, d'une question que je me pose.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Je ne suis pas complètement d'accord avec ton hypothèse Lady Space. En effet, même s'il est évident que les émotions sont plus difficilement gérable pour un surdoué, il n'en reste pas moins que leur accessibilité dépend aussi, et surtout, des mécanismes de défense qu'on met en place. L'EMDR permet de combattre ces mécanismes de défense. Je prend mon cas personnel :

J'ai fait un clivage complet avec mes émotions, trop difficiles à supporter, même s'il ne s'agissait que de micro-traumatismes... Et lors des séances d'EMDR, je n'ai pas réagi "normalement" : aucune larme pendant les séances, pas spécialement d'émotions d'ailleurs, sachant qu'il s'agissait de souvenirs assez anciens. Cela n'a pas empêché la technique de fonctionner, j'ai digéré mes traumatismes, gagné en confiance en moi, en amour propre, et j'ai enfin fait face à mes émotions, même inconsciemment.
En revanche, je suis entrain de refaire de l'EMDR pour ma fausse-couche, et là mes émotions sortent beaucoup plus (douleur beaucoup plus récente), avec un blocage à la fin des séances (de l'intellectualisation qui me bloque le cheminement, trop d'émotions, pas facile de tenir sur la longueur). Il n'en reste pas moins que l'EMDR fonctionne encore une fois sur moi. Alors oui, peut-être qu'il y a une part de l'inconscient qui a trop peur de ce qu'il peut se passer, mais dans ce cas, je crois que les séances doivent être adaptées (moins longues par exemple).

Bref, tout ça pour dire que je ne crois pas que le fait d'être surdoué rende la thérapie moins adaptée, au contraire même, puisque le but est de sortir les émotions qu'on n'arrive pas à affronter seul...
A contrario, je crois qu'il faut être prêt pour essayer cette technique, prêt à lâcher prise, à faire confiance à son inconscient et bien sûr à son thérapeute, à pleurer quand la pression monte, etc. Ma psy me disait également qu'il fallait avoir beaucoup de ressources pour subir les séances d'EMDR, qui n'étaient pas forcément faciles à vivre... Bref, comme le dit Za, l'EMDR ne s'adresse pas forcément à tout le monde, chacun ses réactions face aux divers stimuli ;)
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
Sand
Messages : 93
Inscription : ven. 31 janv. 2014 18:41
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4539.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : PARIS
Contact :

Re: l'EMDR

Message par Sand »

J'ai moi aussi eu recours à l'EMDR il y a quelques années.

Tout d'abord je ne crois pas que le fait d'être surdoué ou non influence cette pratique.. mais ça ne reste que mon opinion propre... (j'y ai eu recours à une époque où je n'étais pas encore diagnostiquée).

J'ai eu un accident grave (chute de parapente, d'une 30aine de metre... suis une miraculée il parait... ) donc bon : un bon gros traumatisme en fait.
J'ai pas vraiment fait de psy suite a ça, je me suis réparée, physiquement et mentalement, et puis je suis revenue dans la vie comme j'ai pu. Et 2 ans après, j'ai eu des attaques de panique...
Bref je la fais courte, mais au bout d'un moment, on m'a dit que j'avais ptet pas digéré mon traumatisme de l'accident et j'ai donc été chez une psy EMDR, dans le but bien précis de "gérer" mon traumatisme, de vivre avec sans que ça me pourrisse la vie.

J'ai fait une dizaine de séances, que j'ai trouvé mi chemin entre "chelou" (j'ai toujours un espèce de doute en moi au sujet de l'utilité d'agiter ce crayon devant mes yeux en me demandant de penser à mon "endroit secret".. Franchement au début ça m'a paru plus qu'ésotérique) et intéressantes (la psy était très sympa, elle m'a expliqué plein de choses).
Et puis cette psy a fini par me dire que j'avais très bien digéré mon accident, mais que par contre j'avais d'autres soucis plus enfouis en moi et qu'il faudrait ptet songer à faire un "vrai" suivi. A 75euros la séance non remboursés, j'ai un peu réflechi mais j'ai pas donné suite..

Pour ma part, et pour l'utilité de départ que j'avais définie (surmonter mon traumatisme) ça a eu l'air d'être efficace. Et à vrai dire, je crois comprendre le fonctionnement du truc maintenant, après avoir pas mal lu la dessus, et ça me parait évident que c'est efficace en cas de traumatisme bien défini. Par contre je suis dubitative quant au reste.

Je m'explique : d'après ce que j'ai vécu en EMDR et compris : c'est une sorte de "reprogrammation" du cerveau que l'on fait. Pour moi le mécanisme se rapproche un peu de ce qui se dit en PNL pour ceux qui connaissent. (dans le sens où en PNL on parle de "reprogrammation" du cerveau aussi)

Du coup, lorsque l'on arrive avec un traumatisme bien défini, un souvenir donc, une image, enfin qqch de bien défini, ça me parait relativement "simple" que de reprogrammer son cerveau. Par contre, si l'on vient pour un amas de toutes petites choses mal définies, voir que l'on vient pour un mal être et qu'on ne sait pas d'où ça vient, ça me parait compliqué de reprogrammer son cerveau. Pour faire simple (je crois que j'ai du mal à m'exprimer clairement, je m'en excuse d'avance ! ) comment faire pour modifier une fonction lorsqu'on ne sait pas quelle fonction modifier ?

En ce qui concerne mon expérience perso, c'est vrai que les séances ont demané un peu d'énergie et que parfois, j'ai pleuré (trop plein d'émotions). Mais ça m'a aussi apporté un peu plus de connaissance de moi, et quelques clés pour essayer de "gérer" un peu mieux mon cerveau, qui comme les vôtres de surdoués marche à 10 000 à l'heure et ne connait pas de répit.
"There is a crack in everything. That's how the light gets in."

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Oui Sand, je suis d'accord. Mais justement, là où je pense que tu te méprends (pour mon expérience, je ne voudrais pas parler pour les autres), c'est qu'une multitude de micro-traumatismes n'en est pas moins définie, et le mal-être aussi. Pour ma part, avant de commencer, on a fait un travail de "fouille" : sur 3 axes différents, j'ai cherché tous les souvenirs pouvant s'y accrocher (par exemple : confiance en soi, à quels souvenirs j'associe la phrase "je suis nulle"). Le travail a ensuite commencé, et la reprogrammation de mon cerveau a été plus qu'efficace puisque le traitement d'un souvenir m'a permis d'accepter tous les autres du même axe. Bref, tout ça pour dire que oui, cette une reprogrammation, le traitement d'un bug du cerveau comme un PC, et donc il faut forcément être précis dans ce qu'on veut traiter...
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
Sand
Messages : 93
Inscription : ven. 31 janv. 2014 18:41
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4539.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : PARIS
Contact :

Re: l'EMDR

Message par Sand »

@Galou : Oh je sais pas si je me méprends : je ne dis pas qu'une multitude de micro-traumatismes n'est pas définie... Ni le mal être... Ils peuvent être clairement définis, mais par contre, et je pense que tu es d'accord avec moi, vu que tu parles de travail de "fouille", c'est que même si tu as des micro-traumas définis, tu ne sais pas forcément dès le départ les "visualiser" ou du moins "visualiser la source " de ces micro-traumas. D'où le travail de "fouille" et ensuite, l'efficacité de l'EMDR une fois que tout a été "cadré" Comme tu dis, il faut être précis dans ce que l'on veut traiter.Pour pouvoir modifier et reprogrammer le cerveau, il faut être conscient de ce qu'il faut modifier...
"There is a crack in everything. That's how the light gets in."

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Je plussoie Sand, c'est exactement ça : il faut d'abord identifier ce qui ne va pas, et les souvenirs s'y rapportant, puis le travail d'EMDR peut se réaliser et être efficace. Il est évident, du moins pour moi, que si on se pointe chez le psy en lui disant : je ne vais pas bien, faites-moi faire de l'EMDR, on ne va pas aller très loin ;)
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
Bras de fer
Messages : 2633
Inscription : lun. 28 nov. 2011 21:13
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/secours-besoin-aide-t1102.html]Un des plus beaux villages de France...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Nulle part... si loin...

Re: l'EMDR

Message par Aïnoa »

Pourtant avec ma psy aussi, on a essayé de trouver les souvenirs "blessants" avant de faire de l'EMDR. Mais on n'a pas du trouver les bons, les points d'entrée... :worried:
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

J'imagine bien Aï, que vous ne vous êtes pas lancées comme ça, à l'arrache. Effectivement, vous n'avez peut-être pas trouvé les bons souvenirs, les bons "leviers" en quelque sorte. Peut-être aussi que ton inconscient bloque cette fouille, et que tu n'arrives pas à être lucide sur ces souvenirs (désolé, je ne trouve pas d'autres mots, j'espère que tu entendras le sens que je veux leur donner). Et peut-être aussi que l'EMDR n'est pas adaptée pour toi, que tu n'arrives pas à lâcher prise, et que tu dois trouver d'autres méthodes. J'ai cette dernière idée car, à ma dernière séance, j'ai pu remarquer que j'avais bloqué sur la fin : trop d'intellectualisation, je n'arrivais plus à me concentrer sur le souvenir que je devais traiter, sûrement en raison de l'émotion, de la douleur trop forte que cela me procurait...
As-tu essayé d'autres techniques, comme la TCC ou l'hyptnose ?
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar de l’utilisateur
lady space
Messages : 2509
Inscription : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/lance-t133.html]vers mon orbite[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 56

Re: l'EMDR

Message par lady space »

@ galou : je n'ai pas dû m'exprimer assez clairement. En aucun cas je n'ai voulu dire que l'EMDR ne marche pas pour les surdoués. Dans la mesure où un surdoué est avant tout un être humain, je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour lui. Au contraire, je suis convaincue que la plasticité cérébrale fait que ça peut très bien marcher, à condition d'arriver à lâcher prise progressivement.

Ce que je voulais pointer est justement l'idée que, pour un surdoué ayant accumulé une série de petits traumatismes, cette technique mettra peut-être plus de temps à produire ses effets et qu'il faut éventuellement adapter la démarche en fonction des résistances et défenses rencontrées. (Merci d'ailleurs pour ces deux mots qui me manquaient quand j'ai écrit mon post.)

Puis, pour préciser un peu plus mon questionnement : je me demande si ce sentiment de honte, d'illégitimité du type "Mais de quel droit je me fais soigner ici alors qu'il y a bien pire ?" n'est pas en lui-même une résistance, un mécanisme de défense. Auquel cas il conviendrait de lâcher prise sur ce sentiment et de poursuivre la thérapie malgré cette émotion qui dit "Qu'est-ce que tu fais là ? T'as pas le droit. Il y a pire que tes problèmes." Mais lâcher prise sur cette émotion ne veut pas dire lui obéir et arrêter la thérapie, ça impliquerait plutôt de la vivre pleinement pour pouvoir reprogrammer ensuite en se disant "Bah oui, il y a plus grave. Mais ce n'est pas pour autant que je n'ai pas le droit de me soigner. Car si je ne fais rien je ne sers à rien ni personne."
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13343
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Ancien Membre de l'équipe

Re: l'EMDR

Message par TourneLune »

La psy avec qui j'avais fait de l'EMDR m'avait dit qu'elle avait parlé avec son formateur de la "surdouance" comme elle disait et qu'elle avait appris qu'il fallait faire comme avec les enfants et bien plus se baser sur les émotions car l'intellect pouvait mettre en place des barrières plus puissantes.
Donc c'est pareil mais pas tout à fait.... ;)

Moi non plus je n'ai pas franchement réussi à trouver la porte d'entrée, trop ancienne ou trop "diluée"....
On avait essayé un autre truc qui avait un peu mieux marché mais je ne me souviens plus le nom. Pour le coup, c'était complètement ésotérique, une main sur l'arrière de la tête, une main avec les doigts entre les yeux et qui ne pose pas de questions. Très très bizarre je me sentais assez ridicule, mais ça a eu qq effets.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar de l’utilisateur
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2177
Inscription : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/nouvelle-peu-perdue-t3471.html]courage, elle est courte :-p[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: l'EMDR

Message par galou »

Le travail pour un surdoué peut effectivement différer de celui pour une personne "normale". Je crois qu'il s'agit d'abord de traiter les blocages, de les identifier, puis de traiter les traumatismes. Pour mon cas l'année dernière (loin de moi l'envie de déballer ma thérapie, mais je trouve que s'en est un bon exemple), j'ai d'abord dû traiter le fait que je bloquais les émotions, avant de m'attaquer au reste. En effet, je ne ressentais rien pour le premier souvenir que nous avions identifié... Je veux dire par là que je savais ce que j'avais ressenti sur le moment, mais que je n'arrivais plus à le ressentir... Allez dire à la psy que tel ou tel traumatisme ne vous fait ni chaud ni froid, et vous allez voir la tête qu'elle va faire :lol:
En conséquence, nous avons commencé l'EMDR à l'envers : j'ai traité un souvenir très récent, où les émotions étaient faciles à retrouver, alors qu'on est censé commencer par le souvenir le plus ancien. Je crois que cette méthode a permis à mon inconscient de retrouver le chemin des émotions, même si j'ai toujours du mal à identifier ce que je ressens parfois.

Du coup, je suis d'accord avec toi Lady Space : certains blocages peuvent être tellement puissants que l'EMDR ne fonctionne pas comme il faut, et je crois aussi que ce sentiment d'illégitimité peut être un mécanisme de défense, du genre "je ne vais pas si mal que ça, regardez les autres, je n'ai rien à faire là et à soigner". C'est là tout le problème de la relativité de la souffrance... Nous sommes plus ou moins traumatisés par certaines choses, peut-être plus que d'autres, mais il faut accepter le fait que nous sommes traumatisés, et malheureusement vivre cette souffrance pour qu'elle sorte et soit traitée comme il faut... Pas facile de se mettre à nu, de se débarasser des résistances, et également de combattre la culpabilité et le sentiment d'être "faible"...

Tournesol : je ne vois pas trop ce que ta psy voulait dire : pour moi, l'EMDR est forcément axée sur les émotions, puisque l'objectif est de passer les souvenirs de la mémoire émotionnelle à la mémoire historique, de sortir les émotions pour les "digérer". Ca été le cas pour moi, dès le départ, alors que ma psy n'était absolument pas familiarisée avec les surdoués (elle appliquait juste la technique qu'elle avait apprise). Et c'est aussi le cas avec ma psy "surdouée"(elle a été formée depuis). Du coup, je m'interroge sur la technique d'EMDR que ta psy a utilisé pour toi ? Et ton autre technique, elle est franchement chelou, mais si ça marche... qui ne tente rien n'a rien comme on dit !
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Répondre