Douance et relations sentimentales

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Avatar du membre
ragged
Messages : 353
Enregistré le : dim. 23 mars 2014 17:00
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4786.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : elsewhere
Âge : 42

Re: Douance et relations sentimentales

Message par ragged » sam. 12 avr. 2014 14:52

bebel a écrit: "De fait, j'ai toujours eu tendance à prolonger des relations qui, je le savais, étaient mal parties depuis le début. Derrière les problèmes parfois extrêmes dans le couple, je voyais chez l'autre des troubles liés à un être intime, bridé, brimé, que j'aimais. J'espérais que cet être emprisonné se révèle enfin avec le temps, et si j'estime avoir manqué de lucidité, c'est seulement sur ce point. J'ai mis fin à ces relations une fois perdu tout espoir et me sentant en danger psychologiquement si je m'entétais."

J'étais passé à côté de ça ! Ce n'est pas une constante pour moi mais ça arrive assez souvent. Pas tout à fait dans le même cas cependant.
Moi, j'ai eu tendance à prolonger des relations uniquement parce que je ne voulais pas faire de peine à la personne que j'avais en face de moi....
Et ça, c'est horrible (pour les deux !!)
Beaucoup de temps et d'énergie perdu !

Tournesol, tu dis que la plupart de tes relations se sont finies par de l'amitié, c'est beau ! On dirait un roman !!! AHahah
Je sais pas comment tu fais, les deux seuls fois où j'aurais voulu que ça soit de l'amitié qui continue l'histoire, je ne sais pas trop comment, c'est devenu de la haine et de la méchanceté de la part de l'autre ! Ils sont bizarres dans leur têtes les non HP quand même !!!!
Pour les autres histoires, ça se terminait sur un coup de gueule, une porte qui claque, des larmes, ou au contraire, pas un mot, rupture de la communication et une fois au bout de trois jours où je suis parti comme un voleur car je n'arrivais pas à me souvenir du prénom de la fille et je 'osais pas lui demander parce que ça fait goujat de demander ça au bout de trois jours !!! Alors suis parti....

Mais sinon, en dehors de ma petite personne, et dans une approche plus globale, répondre à ce sujet est difficile parce que finalement, je ne pourrais que répondre en re-précisant le sujet : douance ignorée et relation sentimentale !

Donc, quand on est HP mais qu'on ne le sait pas, les choses sont peut-être plus dures que quand on se sait HP, non ?
En tout cas, c'est sous cet angle que je peux répondre à la question.
Considérons le HP qui s'ignore comme un personnage débordant de question sans réponse et surtout comme un type (ou une femme) un peu (!) maladroit dans la vie courante...je veux dire, face au sexe oppposé (je parlerais ici du cas hétéro...n'étant pas homo, je ne saurais dire comment ça se passe, mais ça doit être à peu prés pareil j'imagine...l'amour et le désir et les pulsions restent identiques..)
Donc, ce HP non déclaré, c'est un peu comme un dindon qui débarque dans un poulailler. Il trouve les coqs arrogants et trop sûr d'eux alors que lui-même est un peu gauche, pataud, parce qu'il a la tête dans les étoiles (et il a envie de se taper une dinde) et surtout il comprend pas trop pourquoi les poules le regarde comme ça (je me rends compte ici, que la metaphore du poulailler est peut-être mal choisi : je ne considère pas les femmes comme des poules et les femmes HP comme des dindes !! !) ....
Bref, les poules, attirés par la curiosité, tournent autour du dindon. Le dindon HP non déclaré, il est pas trés malin donc il se dit qu'il est comme un coq et essaye de se comporter comme tel...Cela fait illusion un peu auprés des poules et il emballe sous le regard énervé des coqs. Seulement voilà, on sait tous trés bien qu'un dindon ne sera jamais le maitre du poulailler et que même si sur un malentendu il peu conclure avec une ou plusieurs poules, il y a un truc qui ne passeras pas sur le long terme....!
Ce que je voulait dire, c'est qu'il y a ce probléme de l'anticipation dans la relation sentimentale : HP non déclarée, tu sais que tu n'es pas tout à fait comme les autres mais tu ne sais pas pourquoi, tu essayes de jouer la bonne partition, mais quand tu commences une relation, tu ne peux t'empêcher de penser qu'à un moment, tu sortiras de la piste, tu seras mis à jour sur tes étrangetés que toi-même tu ne comprends pas.
A partir de là, dés le début de la relation, cette anticipation peut dévier le naturel de la relation. Tu joues faux... (je sais pas si je suis trés clair/compréhensible ...)

Maintenant, aujourd'hui, je me trouve dans la position du dindon qui sait qu'il est dindon et HP en bonus !!! Je me dis que les poules n'ont qu'à bien se tenir dans le poulailler et que les coqs peuvent remballer leur crête, je ne suis plus impressionné et maladroit ...Sauf que...Maintenant que je sais que je suis un dindon HP, les poules du poulailler ne m'interressent plus !!! Elles n'auront jamais la folie nécessaire pour supporter le dindon et ses farces vaseuses !!

Donc : douance et relation sentimentale ?
en fait je me pose la question, relation sentimentale = amour ? Ce n'est pas aussi simple, la partition sentimentale est très large, comporte des multitudes de notes et de rythmes, ça peut vite prendre la tournure de la cacophonie ! Ou au contraire de la symphonie !
Du coup, je me dis que déjà, le problème d'anticipation dont je parlais plus haut, s'il est éliminé, permet de résoudre un grand conflit. Et d'aborder une relation sentimentale, étape aprés étape, sans se poser de questions sur le futur (combien de temps va-t-elle m'aimer ? Est ce que mes sentiments sont justes pour pouvoir durer ?etc...)
La relation sentimentale peut devenir amour mais peut-être qu'il ne faut plus poser de question, et juste être soi-même parce que c'est ainsi qu'on peut être aimé...

Ou peut-être que je ne devrais pas de répondre sur un topic HP quand je ne suis pas encore réveillé et que mes neurones sont encore éparpillés dans la pièce !!! :D

Yniel a dis qu'elle était englué dans une relation et qu'elle ne savait pas comment y mettre fin...J'ai une solution : mets-y fin sans détour. Tu poses tout ce que tu as en tête sur la table. Pas de mensonge, pas de comédie. Fais pas ton dindon qui essayes d'imiter les coqs !! Quitte le (ou la) sans autre forme de procés. Un peu d'explications peut-être mais tu ne dois pas avoir à te justifier. TU n'es pas bien, tu vas voir ailleurs.
Quand on est pas bien dans un fauteuil, on change de fauteuil.
Quand un poisson ne mord pas à l'hameçon, il se casse !
Vaut mieux un peu de solitude et de célibat plutôt qu'une position qui fait mal...

Je viens de relire le post de Loubel : cela m'éclaire sur un point (et d'ailleurs me fais dire que j'étais peut-être hors sujet en parlant de relation sentimentale et d'amour...ce sont deux choses distinctes, qui peuvent se recouper peut-être mais à la base c'est deux choses différentes...).
Donc juste en ce qui concerne la relation sentimentale uniquement : je dirais qu'elle est super positive si on a en face, une personne ouverte et capable de ressentir beaucoup...Mais évidement, ça pose problème avec des non HP...parce qu'ils ne ressentent pas assez pour la plupart ? J'ai parfois été surpris de mes sentiments (sans amour) pour des personnes et ensuite me rendre compte que j'étais à des années lumières de ce que eux ressentaient...parce qu'ils n'ont pas les mêmes outils sensitifs et "intellectuels"...Ce qui peut amener à des quiproquos terribles : un de mes meilleurs amis que j'aimais comme un frère a cru que je l'aimais comme si j'étais homo !! Ce qui n'était pas du tout le cas mais ça a fait foiré notre amitié ! Dans un autre cas, une fille que j'aimais comme une soeur a cru que je l'aimais tout court et un jour m'a dit que sa mère me voyait déjà comme son futur gendre !! J'ai fui au loin !!
Donc relation sentimentale et douance,dans le monde des non HP .... C'est compliqué quand même !! On ressent trop, trop loin, trop vite, l'esprit peut créer une multitude de scénario super en quelques secondes, ce qui n'est pas le cas chez un non HP...Donc il y aura toujours un putain de décalage ! Oui, ce même décalage qu'il y a toujours eu et qu'on ne comprenait pas avant de savoir qu'on était HP !!

Sphax dit : "...C'est aussi laisser aux autres le loisir de nous considérer comme ils le souhaitent..."
Bin moi, je ne suis pas d'accord du tout avec ça ! Laisser les autres se faire une fausse image (on ne considère pas les gens comme on le veut nous mais comme ils sont !!) c'est tromper toute la relation dés le départ !! On ne connait jamais vraiment un être humain, alors il faut pas qu'en plus la personne voit ce qui n'existe pas !!! Et moi, dans une relation sentimentale, je veux être perçu pour ce que je suis, pas ce que l'autre croit savoir de moi !! J'ai trop joué des rôles jusqu'à maintenant...

Kayeza parle aussi de la peur qu'elle pourrait provoquer si les autres la voyait telle qu'elle est vraiment... C'est là dessus que j'ai foiré toute mes relatiosn sentimentales/amour : parce que je n'osais me montrer sous mon vrai jour...au sein de la relation, je me créait ma propre prison ! C'est pas bon...Plus jamais ça...

Et là, je tombe sur ce qu'à dit Daydream et me rend compte que tout ce que j'ai écrit est probablement hors sujet !!! ahahah !! putain de samedi matin sans neurone !!!

Daydream dit : ".... la question de base porte sur la relation sentimentale et ce qui nous attire chez l'autre..."

Bon, je suis désolé de ce offtopic magistral que je viens de pondre ! Mais je le laisse quand même !! ahah

Donc pour revenir à la question de base : ce qui nous attire chez l'autre ?

Clairement :
- la capacité a être fou (pas au sens clinique mais dans le sens débridé)
- l'ouverture d'esprit maximale...aucune barrière sur aucun sujet (donc pas de morale universelle...tout est acceptable à discuter)
- la possibilité de plaisanter sur des sujets graves (humour, humour noir ...etc...cynisme je suis moins fan, je trouve que le cynisme appartient aux gens pas heureux...c'est mon point de vue et il est discutable - d'ailleurs j'en discute déjà dans ma tête...)
- et en fait, dresser cette liste c'est stupide car il y a des éléments que je ne connais pas encore chez les autres et qui peuvent m'attirer..Donc je ne voudrais pas figer ce que je sais déjà dans une liste !!!

Donc en fait, tout peut m'attirer, ça dépend du moment, de la météo, de tout un tas de choses que je ne controle pas vraiment !!!
Le fait d'être attirer n'est pas en soi un problème.
C'est son inscription dans la durée qui l'est.
C'est bien facile d'être attiré par quelque chose ou quelqu'un a un moment T.
Mais que ce moment T puisse se poursuivre sereinement, c'est une autre histoire...et jusqu'à maintenant, je passais souvent pour le dindon de la farce !!! Ou l'affreux méchant coq aussi !!

Au final, je n'ia pas de frontière claire entre relation sentimentale et amour...
D'une certaine façon, de l'amour j'en ai pour toute chose sur cette terre...Mais je sais qu'il ne me sera pas rendu comme moi je le ressens...
C'est peut-être ça en fait le probléme.
La réciprocité et l'inscription dans la durée !!!
Tout commence aujourd'hui, tout continue demain...

Avatar du membre
Maitresse Rita
Corsica Fairy
Messages : 718
Enregistré le : sam. 14 juil. 2012 19:39
Présentation : Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Provence
Âge : 37

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Maitresse Rita » sam. 12 avr. 2014 15:50

Les critères qui m'attirent ?

Les yeux qui brillent, l'enthousiasme qui se dégage de quelqu'un.
Un sens aiguë de la formule, la capacité à jouer du discours et de l'alternance des styles.
Les considérations éthiques et esthétiques au cœur de la dynamique de réflexion.
Le goût du jeu, la sensualité, la grâce, une certaine élégance sans chichi.
Le goût de l'aventure et de l'exploration, l'envie de se perdre pour trouver ce qu'on ne cherchait pas.
La capacité à faire naître chez moi de nouvelles considérations, de nouvelles dynamiques, le sentiment d'être à ma place et de pouvoir parler librement.

Mais ça, c'est ce que je me raconte...
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » sam. 12 avr. 2014 23:51

Je vois que tout le monde (ou quasiment) a eu au moins une relation dans sa vie... Je suis content pour vous mais je me pose une question donc... Cela voudrais-t-il dire que je suis gravement atteint, c'est à dire plus que tout ceux qui ont déjà de grandes difficulté sociales ? Ou que vous avez eu la chance de rencontrer une personne qui à la fois vous intéresse, vous trouve attirant(e) et fasse en sorte que quelque chose se passe entre vous ? (Il faut avouer que c'est 3 éléments ensembles sont pas fréquents). Mais que dans ce cas, il est troublant que vous soyez tous aussi chanceux.
Ce message ne vous plaira peut-être pas, de part une quelconque obligation de votre part d'y répondre, et je m'en excuse d'avance. Et je n'écrirai pas plus, ce topic étant dédié à tout sauf à moi :lol:

Avatar du membre
Pouci
Messages : 173
Enregistré le : jeu. 6 déc. 2012 14:06
Présentation : Faut pas mettre le pouce à l'index
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : La capitale des Gaules
Âge : 30

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Pouci » dim. 13 avr. 2014 00:55

@ Winston : Je viens de voir dans ton post de présentation que tu avais 19 ans. Tu ne crois pas que tu te prends un touptipeu trop la tête, là ?! :-)
Laisse du temps au temps, et n'essaye pas de tout voir à travers le prisme de ta douance. C'est à mon humble avis, une erreur. Si, à 19 ans, tu n'as pas encore eu de "relation" (ce qui, soit dit en passant, me semble très peu révélateur du fait d'être "gravement atteint"...), c'est peut-être simplement que [Insérez une raison, il y en a des milliers et pas forcément liées à la douance].
Désobéissance civile, nom d'un cul !
ALL I NEED IS A WHISPER IN A WORLD THAT ONLY SHOUTS

Image

Loupiote
Messages : 106
Enregistré le : mer. 12 mars 2014 16:11
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4740.html
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : Marseille
Âge : 38

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Loupiote » dim. 13 avr. 2014 10:28

C'est normal que tu le vives plutôt mal, puisque la masse populaire te dit que de nos jours à 19 ans la normalité est d'avoir eu des relations amoureuses et sexuelles dès la préadolescence. Comme si la maturité sexuelle correspondait forcément à une maturité intellectuelle.

Moi personnellement, je n'ai jamais compris comment on pouvait se "caser" avec quelqu'un avant d'avoir minimum 20-22 ans. Je ne voyais même pas l'intérêt d'embrasser un garçon. J'ai lutté contre les stéréotypes et les moqueries de mes amis qui me trouvaient bizarre et me voyaient déjà finir vieille fille.

Sauf que dans la vie, chacun évolue à son rythme. Le jour où j'ai senti le besoin d'avoir une relation amoureuse je devais avoir dans les 23 ans. Cela a aussi coincidé avec le moment où je me sentais un peu mieux dans ma peau.

Après, pour rencontrer LA bonne personne, il n'y a qu'une seule recette, c'est de ne pas se prendre trop la tête et rester ouvert. Mais la part du hasard est en effet importante. Personnellement je n'ai jamais trouvé de garçons intéressants autour de moi, je me suis dirigée sur le net pour élargir mon spectre, faire des rencontres intéressantes et improbables, sans avoir les copines sur le dos.

Tu vois, j'ai démarré très tard par rapport à cette foutue pseudo norme sociale, mais j'ai trouvé le père de mes enfants à 24 ans et me suis installée avec lui à 25, et j'étais en avance par rapport à toutes mes amies.

Rien ne sert de courir comme disait l'autre...

Avatar du membre
daydream
Messages : 323
Enregistré le : mer. 9 févr. 2011 14:52
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/connait-t72.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Là où la forêt regarde Paris
Contact :

Re: Douance et relations sentimentales

Message par daydream » dim. 13 avr. 2014 14:40

@Winston: à la lecture de ton message, j'ai d'abord été désolé et compatissant, imaginant quelqu'un au milieu de sa vie d'adulte en échec relationnel total, et puis juste après, on nous signale que tu as 19 ans:-)
Me voilà donc rassuré, et même si ton ressenti est réel et sans doute pénible à vivre, tu dois entendre de la part de vieux schnocks comme moi que, non, on ne peut pas dire que tu sois gravement atteint si tu n'as jamais connu de vraie relation à 19 ans! Je me permets de t'asséner cette vérité avec d'autant plus de force et de tendresse que j'étais dans le même cas à ton âge et aurais pu écrire la même phrase définitive.

Mais non, il est bien trop tôt pour parler ainsi: chacun son rythme, chacun ses découvertes, tu n'imagines pas la richesse de la vie et de ses évolutions, et les surprises qu'elle te réserve. Je me croyais perdu à ton âge pour les relations sentimentales, la suite m'a largement prouvé que non.
Simplement on ne prend pas tous le même départ au même moment, et peu importe, il n'y a aucune norme ni aucune obligation.

Avatar du membre
Pouci
Messages : 173
Enregistré le : jeu. 6 déc. 2012 14:06
Présentation : Faut pas mettre le pouce à l'index
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : La capitale des Gaules
Âge : 30

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Pouci » dim. 13 avr. 2014 16:29

J'imagine que certain(e)s d'entre vous pourraient se retrouver dans mes expériences, alors petit témoignage.
J'ai eu 2 histoires sérieuses, de 18 mois chacune (ça s'invente pas...), à différents moments de ma vie.

Pour la première, j'avais 19 ans, et j'étais à cette époque là dans un bouillonnement de rage perpétuel. Ce qui se résumait dans les faits à vivre de manière quasi-autarcique sur un terrain vague, dans une caravane sans eau courante ni électricité.
Je venais de vivre mes premiers mois d'errance et avais pris le pli de volontairement approcher ce qui se fait de pire dans la société humaine, pour tenter d'en tirer quelque chose de positif. Pour eux comme pour moi. Bref. J'étais un sacré con personnage ...
J'ai rencontré cette nana lors d'une soirée à laquelle je m'étais rendu, organisée par des amis en commun. Dès que nous échangé nos premiers mots, j'ai senti qu'elle était tombée amoureuse. Elle me l'a bien fait sentir.
A ce moment là de ma vie, il était pour moi totalement exclu de me mettre en couple, je n'y voyais qu'une contrainte et qui plus est, la voie la plus rapide pour me détourner de ce vers quoi je voulais tendre.
Cependant, nous nous sommes croisés régulièrement et j'ai fini par céder. Je ne suis pas tombé amoureux, mais j'ai décidé de lui donner sa chance. Elle ne m'avait pas séduit par ses attitudes, ses mots, ce qu'elle était, mais par ce qu'elle projetait : elle évoquait de grands voyages à travers les espaces infinis du monde, main dans la main toussa toussa, me disait vouloir partager ma vie en marge et faire le choix de rompre avec le système totalitaire marchand (j'assume le terme!), bref; c'était le petit Jésus en culotte de velours...
Cependant, elle m'a dit que dans un premier temps, et ce avant d'envisager tout départ, elle aspirait à terminer ses études, ce que j'ai compris et accepté. Première concession énorme pour moi : nous avons pris un appartement ensemble.
Dès lors, tout s'est disloqué et ce fut un enfer. Je précise qu'elle était également une tête d'ampoule et que nous ne nous entendions sur rien. J'ai sombré, doucement, mais consciemment, en me répétant inlassablement qu'on ne quitte pas quelqu'un qu'on aime. On attend. Je ne sais pas trop exactement quoi, mais on attend...
Cette histoire s'est terminée dans une violence psychologique épouvantable, un chantage permanent incluant des menaces de suicide de sa part; et je me suis enfermé loin en moi-même. J'avais perdu gout à tout, je ne voyais plus mes amis, je me contentais d'écrire et de lire, pour fuir le plus loin possible. En somme, j'ai patiemment attendu qu'elle me quitte, ce qu'elle a fini par faire.
Or, je n'ai pas vécu cette rupture comme une libération, mais comme un abandon... J'ai repris le sac et me suis barré quelques mois auprès de mes très chers marginaux.

La seconde, j'avais 23 ans. Plein de projets en tête, en phase de me réinsérer dans la société, et surtout, dans une période dynamique vraiment positive. J'avais laissé passer 3 ans entre les 2 relations, pour me reconstruire dans un premier temps, et surtout, parce que je ne voulais plus entendre parler de couple jusqu'à ce que j'imagine avoir trouvé la bonne.
Celle ci, j'en suis tombé instantanément et passionnément amoureux. Une tête d'ampoule, également. Bordel!
Avant que nous ne nous mettions ensemble, elle m'avait dit "avoir un cœur de pierre" et qu'elle ne souhaitait pas se mettre en couple, mais me proposait de devenir potes de baise... No comment.
J'ai patienté, su la séduire, et j'ai finalement obtenu une ... période d'essai, dirons-nous. Je visais le CDI, alors je me suis retroussé les manches et j'ai fait des heures sup'.
La situation était infiniment complexe, nous avions les mêmes névroses nées des mêmes drames familiaux (suicide d'un parent), nous étions séparés géographiquement, elle était embourbée dans des études qui ne lui apportaient plus rien et s'approchait du dénouement (concours!!!) ... Seulement, lorsque je crois en quelque chose, on peut très difficilement m'arrêter, et je n'avais alors pas peur de traverser la France toutes les semaines pour la voir, de trouver autant que faire se pouvait des terrains d'entente, j'ai même accepté de revoir mes positions sur la profession d'avocat (muhaha)... Même si je savais pertinemment que nous allions droit dans le mur, et ce dès le départ de notre histoire, j'ai fait le choix d'y croire et de m'investir à 200%.
J'ai mis peu de temps à cerner sa personnalité (même si je ne suis toujours pas sûr de l'avoir totalement comprise) et elle m'a littéralement fait peur lorsque ce fut fait. Je savais pour l'avoir vécu dans mon enfance ce que pouvait être la vie quotidienne avec une bipolaire/cyclothymique, mais jamais je n'aurais pu imaginer comme cela pourrait impacter ma vie, une nouvelle fois.
De fait, ce ne sont pas les changements d'humeur qui me posaient le plus de souci, j'ai une bonne capacité à accepter les émotions négatives de l'autre et tenter de l'aider à les surmonter, une tolérance réellement fonctionnelle, et je peux également me retrancher en moi-même lorsque cela devient trop ingérable. Ce que je n'ai jamais pu supporter, c'était son rapport ambivalent à l'Amour. Elle pouvait sans sourciller me parler d'avoir un enfant et me parler de rupture le jour d'après. Elle évoquait souvent le fait de s'installer ensemble et finalement, me disait qu'elle ne souhaitait pas vivre avec un homme. Elle m'a quitté 3 fois pendant la durée de notre relation, pour toujours finir par revenir. A noter que je ne lui jette pas la pierre, elle ne faisait que répondre à une demande de ma part, finalement... Bref.
Au quotidien, c'était devenu invivable. J'étais à nouveau rongé par la culpabilité : de ne pas réussir à la rendre heureuse (bah oui, quoi, connard, c'est FORCEMENT ta faute!) et surtout, de ne pas parvenir à mettre un terme à une histoire qui me rongeait. Après la violence psychologique avec la première, j'ai gouté cette fois à la violence physique, réciproque, avec celle-ci. Je reconnais avoir fait le premier pas sur ce chemin, en détruisant des objets (miroirs, murs...); lorsque je perdais le contrôle. Parce que littéralement, je perdais le contrôle. Tout le temps.
Partager sa vie était devenu un enfer, et je vivais dans la peur panique en permanence... J'en étais arrivé à me regarder agir et ne parvenais plus à donner du sens à mes actes. J'ai quasiment adopté le profil d'un pervers narcissique pour me protéger... et suis devenu, de fait, un connard. Un joli paquet de merde. Pour contrer ses attaques incessantes, j'utilisais le même procédé (alors que mon cœur criait je t'aime), d'abord sur un registre humoristique, puis sincèrement, pour blesser. Inutile de raconter par le menu, j'imagine, et surtout, ça n'a que peu d'intérêt, finalement.
Elle a fini par me quitter à son tour, et depuis, je porte un cierge à l'église quotidiennement pour remercier l'Bon Dieu.

Le problème majeur, c'est que j'ai le profil type qui plait aux femmes demandeuses d'une relation de nature pathologique (soignant(e)/soigné(e)). Savez, le brun ténébreux qui semble porter toute la misère du monde sur ses épaules mais rigole quand même en permanence, semble être en décalage tout le temps mais se retrouve au milieu des conversations quand même, bah; c'est moi... Je me fais donc régulièrement aborder par le côté obscur de la Force la gent féminine, et je dois me faire violence pour ne pas voir dans n'importe quelle femme qui me plait ... la mère de mes enfants. Sentiment d'abandon lié à l'enfance + hypersupramégasensibilité + naïveté et romantisme relativement obsolètes de nos jours = C'EST LA MERDEUH. Je ne pense pas souffrir d'un manque affectif, par contre.

Pour le moment, quand on me parle d'amour, j'ai l'impression d'entendre des menaces ... :roll:

[edit : bourdel de bourdel, je viens de voir qu'il existait d'autres topics plus ou moins sur le même thème, et ne suis, une fois de plus, pas convaincu d'avoir posté au bon endroit. D'autant plus que je n'ai que partiellement évoqué le problème qu'avait été la douance au sein du couple dans mon post (pourtant palpable, pour elles comme pour moi). Modos, si vous y'en a vouloir déplacer, faites votre devoir :D ]
Désobéissance civile, nom d'un cul !
ALL I NEED IS A WHISPER IN A WORLD THAT ONLY SHOUTS

Image

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » dim. 13 avr. 2014 20:23

Oui, j'ai 19ans, je suis jeune, j'ai toute ma vie devant moi et tout tout. Mais un problème (composé de plusieurs tellement efficaces ces filous) fais qu'à 19ans je suis déjà quasiment au pied du mur.
Ensuite oui la douance n'est pas seule coupable de cet torture perpétuelle que je ne suis certainement pas le seul à subir ( je pense a w4X à ses débuts) mais elle est l'unique cause de nombreuses situations qui brisent peu à peu l'espoir jusqu'au point où s'en veut réellement d'espérer (il n'y a de désespoir sans espoir après tout). Et donc en peu d'année (vu qu'en tant que THQI les choses vont très très vite, pas besoin de 10ans pour trop comprendre) on se bloque dans un cercle vicieux d'une efficacité remarquable.
Ensuite je sais que la possibilité de rencontrer une fille qui m'intéresse, que j'intéresse et qui souhaite balayer mes défenses (pour cela faut beaucoup de persévérance et de compréhension :lol: ) pour obtenir une considération extériorisée est possible, et je cracherai le moins possible dessus si cela venait à arriver.
Seulement comme je l'ai lu pour certains également, je ne peux sortir de chez moi sans m'angoisser bêtement et ce même si je sais quoi faire et pourquoi mon ventre se sert si fort quand je pense au lendemain en cours ou au Liddle du quartier. Et avec cela et les années passées je me suis tellement enfermé (à cause à mon incapacité à faire autre chose que me manger en beauté avec les relations avec un "être humain" :D ) que je ne peux plus adresser la paroles à quelqu'un sans beuguer totalement. ( paroles inintelligibles, mots qui font grèves etc......)
Je ne sors pas toutes les données parce que vous n'avez pas que ça à faire de lire tout ça, ce topic n'est après tout pas ma présentation ^^.
Et oui Loupiote, en soi, ça n'a pas grand chose de grave d'être encore dans ma situation à 19 ans mais, le truc c'est que de nos jours, il est VRAIMENT facile et normal d'être sortit avec au moins une personne à mon âge, et il est usant de voir ces filles pour qui je devenais l'ami très proche à qui on dit beaucoup mais on donne peu (mais maintenant c'est fini, j'étouffe le désir dans l'œuf avant de me faire avoir par moi-même), mais je me suis tellement détruit qu'un changement reviendrait du miracle (ah mince je suis athé !) et mon avenir, pour qu'il soit supportable doit ne comporter que de la tranquillité, de l'isolement pour être vraiment en phase avec moi-même, sinon je flippe grave et je ne fais rien à part dormir mdr.
Bien sûr je ne suis pas pessimiste, juste un réaliste malmené, donc je sais tout ce que vous me dites, n'empêches que désormais, les espoirs du jeune de 17ans concernant la vie (après tout j'ai le temps ça va forcément s'améliorer avec le temps !) sont passez au trépas...et euhh j'arrête là et je m'excuse d'avoir autant écris...Aufait ça fait 3 semaines que je ne sors que pour faire les courses...je ne vais plus en cours...trop angoissant.

Ah et oui poucinocchio ! Enfait ton histoire représente légèrement (mais symboliquement tout de même) ma vision des choses actuellement. L'Amour fait assez peur de part le risque qu'il représente compte tenu du vécu qui précède notre raisonnement présent. Après t'as encore 25ans et (d'après ton post) tu as un profil qui plait d'emblée à un bon nombre de demoiselles donc tu pourras encore faire pas mal de rencontres :p Lol et c'est moi qui te dis ça du bas de mes -6ans ^^
ps inutile: trop marrant ce smiley :tapette

Avatar du membre
Sphax
gratiné !
Messages : 860
Enregistré le : lun. 18 nov. 2013 01:44
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Grenoble
Âge : 34

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Sphax » lun. 14 avr. 2014 00:37

Ben en fait tu n'as pas besoin de nous pour comprendre pourquoi tu n'as pas eu de relations, tu viens de nous expliquer bien comme il faut à quel point tu faisais le nécessaire pour ne pas en avoir. ^^

Le coup de la fille qui viendra à bout de tes défenses et tout ca je n'y crois qu'à moitié, ne serait-ce que parce que c'est un schéma où tu transfères tes problèmes sur l'autre et ca c'est pas bon. On a tous notre fardeau à gérer et à mon avis tu rencontreras une demoiselle le jour où tu auras fait le travail sur toi-même nécessaire pour être quelqu'un avec une fille accepterait une relation, plutôt que tu seras bien dans ta vie le jour où une fille s'occupera de tes problèmes pour pouvoir se mettre avec toi. ;)
Homo Sapiens, merveille de l'univers, dans l'Odyssée je suis juste le meilleur ami du chien.
Aston Villa

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » lun. 14 avr. 2014 19:31

oui je sais et c'est pour ça que je n'y crois pas une seconde ^^
apres c'est pas une question de transfert, juste une incapacité de me laisser vivre, d'où le fait que je sois gravement atteint :)
apres je ne cherche pas de solution, je n'en veux pas, parce que même si le fait de trouver une personne avec qui on se sent bien est un besoin pour l'être humain, le fait de vivre en "autarcie" et de n'y avoir jamais goûté permet de travailler l'anesthésie de ce besoin, et je m'en sors bien.
Na je me m'attristais juste sur le fait que même parmi vous, ceci n'existe pas, que je suis une fois encore le seul à me faire tout ça.

Avatar du membre
Loubel
Messages : 482
Enregistré le : ven. 16 août 2013 00:08
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3920.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Land
Âge : 34

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Loubel » lun. 14 avr. 2014 23:49

Une fille est tout à fait prête d'accepter, liker, amoureuser un garçon avec "problèmes"!
Fait est: si elle a commencé à s'intéresser à (bien aimer) un garçon, elle est prête à faire face à la situation et de passer avec lui à travers ces problèmes. Elle a fait ce choix en sachant. Je suis même convaincu, que c'est pareil pour l'homme dans le cas inverse (sans être un homme évidement^^). Je reprends l'idée d'un des posts/msg précédents de ce topic: tout le monde à tout le temps des problèmes (déjà, un problème ne l'est pê pas/autant pour l'autre..à chacun ses problèmes. Qui croit encore dans du "...mais tout est bon mntnt, t'inquiètes" ? Moi perso, je trouverais ça très bizarre.

Je pense ce qui implique, c'est de donner une vision claire et authentique des choses et qu'on a envie de passer outre, avec cette fille/ce garçon, afin de profiter du mieux qu'avant, de la situation qu'on a géré ensemble.

Donc, de mon point de vue, j'ai pas le moindre souci avec des problèmes en prévision. J'ai (cad moi en tant que fille) par contre un souci, si on décide pour moi si je veux ce problème ou pas, si on me laisse de côté en tant que personne qui veut soutenir la gestion de ce problème (car qui aime, veut aider et pas imposer qu'on se débrouille avant pour se présenter comme superhumain sans problèmes); qu'on joue et dissimule la réalité ou qu'on ne vise pas la solution de ce problème, cad qu'on reste agoniser, nier et/ou victimiser (ceci procure d'ailleurs plus de problèmes en fin de compte car si l'autre commence à se sentir mal pcq vous l'imposez comme une fatalité "à subir" (= vous ne voulez pas aller mieux), malgré tous les efforts possibles, c'est fort frustrant, car même avec un problème, on peut se sentir mieux).

Il faut se demander, si on a bien le droit de faire tout ça avec qqu qui aime et qu'on est censé d'aimer ou au moins traiter avec respect et en reconnaissant ce qu'il éprouve. En fait, il faut juste se demander ce que vous voulez (faire), quand vous voyez, aimer, apprécier qqu qui a un souci: l'entendre dire trop, rien, du presque, préfabriqué, ou imaginaire?
Non...moi pas en tout cas...

Je veux juste le garçon, que j'ai rencontré un jour, que j'ai apprécié pour ce qu'il est (et ceci implique ce qu'il est à ce moment là) et qui est prêt à avancer avec moi, à profiter et à faire pareil avec moi, si une situation future l'exige. J'ose dire, on plaît mais on ne fait pas plaire, si...mais le résultat est du même ordre...pas top, pas vrai...
Travelling - it leaves you speechless, then turns you into a storyteller (Ibn Battuta)

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » mar. 15 avr. 2014 23:03

Oui tu as raison, les blems de la personnes à qui on pense intensément malgré nous ne sont (pour la plupart) pas un problème...voire plutôt une qualité. En tout cas c'est mon cas, une fille qui me plait vraiment et qui a un problème assez dérageant me donnera d'autant plus envie d'être "proche" d'elle. Cela est dû au fait d'avoir besoin de s'occuper d'elle/lui et de lui permettre de se sentir bien et à nouveau sereine grâce à moi.
Après certaines personnes n'arrivent pas à avoir une vie sociale car elles se sont trop enfoncées dans leur mal être et malgré leur envie de vivre leurs envies et besoins, ne sont pas capables d'aller outre leurs lourd(s) handicaps...Et les personnes ayant suffisamment foi en elles pour , et d'un aller au-delà des souffrances de l'autre, mais en plus faire en sorte d'être remarquées et prises en compte de cet autre sont très rares .
Et donc pour les personnes en mal être très important, il est très dur de goûter au couple...surtout si elles ont des goûts très sélectifs ^^

Avatar du membre
Loubel
Messages : 482
Enregistré le : ven. 16 août 2013 00:08
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3920.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Land
Âge : 34

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Loubel » mar. 15 avr. 2014 23:42

...si on ne sait pas s'imaginer être en couple, il ne faut pas se mettre en couple...idem pour les relations...et ça concerne toute relation (car elle se crée dès qu'on s'adresse à quelqu'un en quelque sorte).

Je me permet de clarifier quelque chose d'important par rapport à ta réponse + la partie "grâce à moi":
Je ne parlais pas du syndrome de vouloir s'occuper des autres pour oublier ce qu'on a comme cadavre au sous sol soi même". Ceci n'est pas de l'amour mais à la limite du "grand complexe d'infériorité/non-reconnaissance" et veut dire, que tu crées avant tout un besoin pour satisfaire le tien: le besoin de l'autre (+ problème) et une mission qui te donne le droit d'exister. Imaginons le jour où le problème aura disparu?

Je me permet d'exprimer mon point de vue: ceci est en fait la pire situation de toutes...et fait preuve d'un sacré égoïsme...je trouve. C'est à la limite triste de l'entendre...surtout de quelqu'un qui sait ce que ça veut dire de ne pas être bien...d'être seule..d'être rejeté...
Travelling - it leaves you speechless, then turns you into a storyteller (Ibn Battuta)

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » mer. 16 avr. 2014 02:41

Oui le fait de vouloir s'occuper d'une personne qui nous plait, et chercher à résoudre les problèmes des autres vient le plus souvent de ce besoin, de cet égoïsme là. Même si je pense que tout les désirs (ou presque) sont dus à de l'égoïsme.
Après si je dis ça c'est du à une caractéristique de ma personne qui est bien ancrée en moi, qui est que j'ai toujours voulu aider ceux qui avaient un mal quelconque, mais également au fait que je tienne suffisamment à eux selon le mal en question (tout est question de proportions).
Quand j'ai écrit ça, je pensais à une fille que j'ai aimé (malgré moi donc) et qui avait des crises de contractions (d'une façon quasi épileptique) qui la prenaient de temps en temps... Mais je l'aimais déjà avant de l'apprendre et ça n'a pas changé ceci.
Enfaite, dans les cas comme le mien, la relation se fait principalement dans la tête. Et donc tout ce qui la compose, les manœuvres d'approche (et la réussite hallucinante :D ), le déroulement de la relation etc...
Donc en apprenant ce qu'elle avait, et ayant dans notre relation (et donc dans ma tête) un comportement protecteur, cela me permettait de me donner à fond pour elle et ce dans ce que je fais avec le plus de dévotion. Je ne faisais pas ça pour exister, parce qu'étant donné que le postulat de départ était que justement je n'en avait pas besoin, il m'étais inutile d'avoir recours à ça. Je le faisais parce qu'elle en avait besoin (parce que c'est ce qui est le plus probable étant donné mon rôle illusoire dans l'histoire) et parce que j'étais efficace et que je le faisais avec plaisir, étant donné toute la tendresse que je ressentais pour elle. Voila, je l'aimais pour ce qu'elle était et uniquement pour ça, et le fait de la voir dans ces états, ne me faisait ressentir que de l'appréhension pendant sa crise, ainsi que de la tendresse (parce que quand on aime une fille et qu'on la trouve très belle, peu importe la situation non habituelle dans laquelle on la voit, on en ressentira que plus de tendresse)
D'ailleurs, avec sa meilleure amie nous avons réussis à lui faire accepter d'aller consulter, et son mal s'est nettement affaiblit depuis, ça n'a absolument rien changé, à part que j'étais content pour elle ...
Désolé d'avoir écrit tout ça mais j'ai pas eu trop le choix, c'était out ou rien :x

Avatar du membre
Elessar
Messages : 52
Enregistré le : mar. 15 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4878.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 38

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Elessar » mer. 16 avr. 2014 10:27

Je viens de tomber sur ce topic et je trouve qu il est parfaitement adapté a un questionnement existentiel.
Qu'est ce qui m attire chez une fille? Ben je dirais déjà un physique, oui on ne va pas se voiler la face, ne recherchons nous pas un "autre" nous?
A titre d exemple je mesure 1m85 et j aime les filles grandes (bien que ma copine actuelle mesure 1m60) et brune. Pourquoi ce critère? Tout simplement parce que quand je serre une fille grande dans mes bras, je peux sentir sa poitrine..
Ensuite vient un autre facteur, l'entente au quotidien, j'aime énormément le style épuré chez les gens, style chambre d'hôtel, en effet je n ai pas l impression d'être envahis par un fouillis indescriptible, cela l'est déjà dans ma tête.
En effet, je pense qu'il est important de se sentir bien dans le lieux de vie et je ne supporte pas pas d'être avec une fille bordélique, j'ai l'impression de faire l'homme de ménage (sachant que j'adore faire à manger, j' ai rapidement l'impression de tout faire à la maison)
Ensuite, j'ai beaucoup questionné des couples qui étaient ensemble depuis longtemps en leur demandant leur "succès", il apparait que ces couples vont dans la même direction, peut être pas parfois par le même chemin mais au moins elle vont au même endroit.
De plus il apparait que chacun des deux protagonistes possède des activités, des loisirs qui les stimule
Enfin, les rapports humains entre les deux :/
Bon, en ce qui concerne notre intellect, ma copine actuelle pense que je vais la quitter parce qu elle trouve qu'intellectuellement je pourrais m'ennuyer avec elle, donc cela par plutôt mal, cependant elle est quand même assez intelligente elle aussi, je la comprends pas tout le temps mais je n'ai pas envie de la comprendre, j'ai envie d'être avec elle
Et je crois qu il est là notre problème: pourquoi a t on des soucis avec l'autre parce que l on intellectualise à NOTRE manière, qui est biaisée. On est hors norme, fou ou surdoué, mais hors norme quand même
Je sais que si je vous dis une chose parce que j estime que vous vous êtes trompés vous ne le prendrez pas mal car vous comprendrez VRAIMENT que ce que je dis n est pas un reproche mais une critique constructive. Le terme critique est mal choisis car il peut sembler paraitre négatif mais là je n en ai pas d'autre.
Ce que je veux dire, c'est que l'autre, les gens normaux, vivent avec des codes que l on ne comprends pas. Combien parmi nous n'a jamais dit une "boulette" alors qu'il ne pensait pas à mal et s 'est demandé s'il s'était exprimé correctement?
Plus je recherche les mots justes (en vérifiant parfois dans le dictionnaire) et plus je me rend compte que mes phrases sont de moins en moins comprise et que je passe plus de temps à m'expliquer sur mes propos et a rattraper les choses qu'à dire ce que je pense
Ce que j’attends chez une femme?? Qu'elle "me foute" la paix et comprenne mon besoin d’intellectualiser, de réfléchir. Je n ai pas besoin d'aide, j ai juste besoin de temps, d'être dans mon monde et dans mes activités et de temps en temps, je reviens et je suis là pour elle.
Un couple c'est 2 "je" qui forment un "nous", et qui marchent main dans la main.
C'est accepter que l'autre ne sois pas comme nous.
Mais accepter ce n'est pas comprendre. Sauf que ne pas comprendre, ce n est pas vraiment dans ma nature :/
Je ne sais pas si j'ai envie de trouver quelqu'un comme moi, parce que je crains que nous ne rentrions dans un schéma de destruction. Je n'ai pas envie de m'enfermer non plus.
Je crois aussi que j'ai peur non pas d'être aimé mais de ne plus être aimé
Et il y aussi quelque chose que j'ai du mal, c est que les gens ne fassent pas 10.000 trucs en même temps, cela me perturbe aussi
En fait, je me rends compte que même si j'ai beaucoup de choses a donner, je pense que je le donne mal, et que même si je n'ai pas d'attente dans le sens ou je ne veux pas un "rendu" je cherche a ressentir l'affection de l'autre
Pensez vous que le fait d'être différent fasse que l on a un besoin accru de reconnaissance
Ainsi, j ai dit a une amie HP, de venir sur ce forum, mais elle me répond qu'elle n est pas dans la recherche d'un clan, d'un groupe. Mais elle se sent seule et j'essaye de lui dire qu'elle ne l'est pas. Mais nos rapports sont compliqués, entre l'énervement qu'elle me procure et mon envie de l'avoir près de moi
Bref, je sais que je m'éparpille un peu, entre amitié et amour, mais les deux sont compliqués car cela signifie des rapports humains, et que l on ne rationalise pas les rapports humains. Qu'être a fleur de peau les exacerbe et donc on ne les contrôle plus
Et que la majorité des gens apprennent a contrôler leurs émotions et anticipent la manière dont sera entendu leurs paroles....

[Edit fusion]
Sinon pour toi Winston, les filles c est super compliquées
J adore les femmes et ne veux pas passer pour un macho mais c est vrai que c'est un peu barge quand même
Je suis absolument pas un exemple et beaucoup de filles m'en veulent de les avoir prise pour des idiotes, mais je dois reconnaitre qu elles l'étaient un peu
Bref, tu sais que tu peux voir la séduction comme un jeu?? Et puis les relation sociales, même si tu ne pense pas être en adéquation avec les autres, sont importantes
Je n'ai pas vraiment d'amis, enfin pas beaucoup mais il parait que c'est normal, que même les gens normaux en ont peu et surtout qu ils ont que des connaissances
Cela peut au moins nous rassurer sur le fait qu'ont est comme eux (je ne sais pas si cela est rassurant ;) )
Bref, je trouve cela triste que tu t'isoles et que tu n ailles pas en cours
C est dommage de ne pas profiter de la vie
Je souffre beaucoup de solitude aussi et pourtant j'essaye de faire des choses, j'aime le sport, manger, faire la fête et la moto
Eh ben, même si je suis seul, j'essaye de m'entourer et d'être dans l'inter-action car je m'épanouis dans l'inter-action. En effet je suis plus content car mon cerveau est stimulé, je pense à pleins de chose et je trip tout seul, ce qui est mieux que de s'ennuyer
Et puis je pense, et cela n'engage que moi, que quoiqu il arrive je serais incompris donc autant bien rigoler
Et pour les filles, ben vas y , un ou deux sourires, regarde les comme une expérience à comprendre..
Oui désolé les filles, je vous aime mais bon, faut vivre aussi

Avatar du membre
Elessar
Messages : 52
Enregistré le : mar. 15 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4878.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 38

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Elessar » mer. 16 avr. 2014 11:08

Sinon pour toi Winston, les filles c est super compliquées
J adore les femmes et ne veux pas passer pour un macho mais c est vrai que c'est un peu barge quand même
Je suis absolument pas un exemple et beaucoup de filles m'en veulent de les avoir prise pour des idiotes, mais je dois reconnaitre qu elles l'étaient un peu
Bref, tu sais que tu peux voir la séduction comme un jeu?? Et puis les relation sociales, même si tu ne pense pas être en adéquation avec les autres, sont importantes
Je n'ai pas vraiment d'amis, enfin pas beaucoup mais il parait que c'est normal, que même les gens normaux en ont peu et surtout qu ils ont que des connaissances
Cela peut au moins nous rassurer sur le fait qu'ont est comme eux (je ne sais pas si cela est rassurant ;) )
Bref, je trouve cela triste que tu t'isoles et que tu n ailles pas en cours
C est dommage de ne pas profiter de la vie
Je souffre beaucoup de solitude aussi et pourtant j'essaye de faire des choses, j'aime le sport, manger, faire la fête et la moto
Eh ben, même si je suis seul, j'essaye de m'entourer et d'être dans l'inter-action car je m'épanouis dans l'inter-action. En effet je suis plus content car mon cerveau est stimulé, je pense à pleins de chose et je trip tout seul, ce qui est mieux que de s'ennuyer
Et puis je pense, et cela n'engage que moi, que quoiqu il arrive je serais incompris donc autant bien rigoler
Et pour les filles, ben vas y , un ou deux sourires, regarde les comme une expérience à comprendre..
Oui désolé les filles, je vous aime mais bon, faut vivre aussi

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » mer. 16 avr. 2014 11:27

Elessar a écrit :Je sais que si je vous dis une chose parce que j estime que vous vous êtes trompés vous ne le prendrez pas mal car vous comprendrez VRAIMENT que ce que je dis n est pas un reproche mais une critique constructive. Le terme critique est mal choisis car il peut sembler paraitre négatif mais là je n en ai pas d'autre.
Ce que je veux dire, c'est que l'autre, les gens normaux, vivent avec des codes que l on ne comprends pas. Combien parmi nous n'a jamais dit une "boulette" alors qu'il ne pensait pas à mal et s 'est demandé s'il s'était exprimé correctement?
Plus je recherche les mots justes (en vérifiant parfois dans le dictionnaire) et plus je me rend compte que mes phrases sont de moins en moins comprise et que je passe plus de temps à m'expliquer sur mes propos et a rattraper les choses qu'à dire ce que je pense
Tu généralises pas mal quand même là, et tu mélange les choses. Ce n'est pas parce que quelqu'un est HP qu'il va forcément bien prendre toutes les critiques (oui c'est le bon mot) qu'on lui soumet. Tu confond intelligence brute et sagesse, même si avec le 1er on obtient plus facilement le 2eme. Je ne pense pas qu'il y est sensiblement plus de HP capable de bien prendre une critique que chez les nor.mo-pensants (Jme rebelle !). Non ce que tu expose là, c'est ta frustration de voir les gens se braquer dès que tu tente de faire preuve de justesse. Le problème par rapport à ça ce n'est pas que les gens vivent avec des codes qu'on ne comprend pas; perso je les comprend très bien et ils sont même particulièrement simples, parce que logiques; mais c'est qu'en faisant ça tu brusques leur...euh je dirais "aise initiale". C'est à dire que tu mets à mal ou leurs croyances, ou leurs espérances ou tout un tas de choses donc la plupart des gens ont vraiment besoin pour se sentir bien (HP ou pas). Mais y a aussi un schéma fréquent pour ce qui est de la critique pure ou de l'apport d'éléments dans une discussion sérieuse: c'est qu'ils se braquent direct car désormais, je connais peu de gens qui discutent pour construire, maintenant c'est devenu un duel, à qui aura raison et c'est triste.
Et des boulettes, tout le monde en fait quand même, ça serait une terrible erreur de l'oublier.
Mais je te comprend, je vis la même chose, avoir peur de dire ce que je pense car je peux être sûr que ce sera mal pris; mais cela viens en parti de moi car je me suis enfermé dans le schéma du moralisateur à cause des réactions des autres et de ma frustrations de quand j'étais jeune, à les voir plus bête que moi alors que c'est eux que me dictaient ma vie et me faisaient ne pas aller bien ; et c'est pour ça que même aujourd'hui j'appréhende, donc je nourris ce "vice de forme" et donc ça ne me fais pas parler naturellement.
Aufait arrive tu à trouver tes mots quand tu dois impérativement approfondir une idée oralement ?
Elessar a écrit :En fait, je me rends compte que même si j'ai beaucoup de choses a donner, je pense que je le donne mal, et que même si je n'ai pas d'attente dans le sens ou je ne veux pas un "rendu" je cherche a ressentir l'affection de l'autre
Pensez vous que le fait d'être différent fasse que l on a un besoin accru de reconnaissance
Là il Faut juste que tu apprennes à te faire confiance et à croire en toi, mais c'est un dur travail et donc pendant ce temps il est normal que tu ais besoin de reconnaissance, parce que tu as des qualités qu'un bon nombre de personnes n'ont pas ou moins, et donc tu es moins euh ben "reconnu" pour celles-ci que pour celles que tu as aussi mais que les gens peuvent remarquer plus facilement.
Ou alors parce que tu te sens nettement plus intelligent que l'image que te renvoient les autres, et que donc, tu ais fini par avoir une certaines frustration de ce coté.
Elessar a écrit :Et que la majorité des gens apprennent a contrôler leurs émotions et anticipent la manière dont sera entendu leurs paroles....
Ils arrivent à le faire mieux car ils ont juste moins à le faire :).
Après là je pense autrement, je pense pas vraiment que leur taux d'anticipation soit si élevé que ça(pas plus que pour nous quand on anticipe dans quelque chose de normal, sauf si la difficulté vient à monter). Je pense que ça se fait naturellement (le + souvent) parce que la communication entre Hommes a été faite par les Hommes pour les Hommes, et que donc, il est normal que ceux qui se trouvent dans la moyenne, éprouvent nettement moins de difficultés que ceux se trouvant dans les extrémités d'une Gaussienne.

Avatar du membre
Elessar
Messages : 52
Enregistré le : mar. 15 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4878.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 38

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Elessar » mer. 16 avr. 2014 11:48

je reconnais volontiers que j ai du mal avec les rapports humais du fait que j ai eu peu d'inter-activité avec les gens étant enfant, j ai donc parfois du mal avec les codes et rites
Il est difficile de croire en toi quand on t as fait comprendre que tu étais "anormal", limite rejeté,
Mais mon but ici n'est de faire une psycho thérapie, disons que je vais bien, mieux en tout cas et que je commence à être en paix
En fait, je fais attention à ne pas me sentir supérieur aux autres parce que je ne le suis pas
Je suis juste moi et j'ai juste envie d'arriver a échanger sur des sujets complètement "loufoque, bizarre" mais qui m'interpelle.
Je n'ai pas envie de passez pour un surdoué, pour quelqu un d inbus de moi mais force est de constaté que je suis à part.
Et ce qui me fait du bien c est de le dire sans me sentir jugé, sans crainte
Mais j'ai pas envie de me polir le phalus devant un mirroir, j ai envie de grandir et d'échanger, de devenir meilleur, de m'apaiser et je viens ici pour une recherche, il n'y a pas de solutions et je suis pret a faire des concessions pour être épanouis
Comme tu dis, mes termes sont peut être trompeur et je ne dois pas faire de généralité, disons que je suis comme un enfant un peu joueur, apeuré mais que je viens gentiment
Mes rapports humains sont faussés mais j'espère, un jour, être bien car l'un de mes buts est d'arriver a être à l'aise en société, et qui sait, fonder une famille a peu prés stable, être avec mes z'amis
Et pour le mot "critique": disons que je dirais les choses de manière brutes et franches sans penser a la manière dont l autre recevra mes propos

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » mer. 16 avr. 2014 12:02

Je n'avais pas vu ton 2eme mess donc je vais post en 2 fois comme toi :-)
Tu sais les filles semblent compliquées parce qu'elles ne pensent par forcément comme nous c'est tout, mais à vrai dire, je pense ne pas avoir de mal (la plupart du temps) à savoir ce qu'elles souhaitent, et ça s'est d'ailleurs moult fois démontré.
Elessar a écrit :Bref, tu sais que tu peux voir la séduction comme un jeu?? Et puis les relation sociales, même si tu ne pense pas être en adéquation avec les autres, sont importantes
Prendre la séduction pour un jeu ? Non je ne peux pas, parce que la panique me prend un peu quand je parl(ai) avec une fille qui me plaisais (et quand je n'étais pas encore dans la friendzone). Mais d'ailleurs elle me prend un peu moins qu'à l'accoutumée ^^.
Oui donc non pour ça, je "survis" quand je parle à quelqu'un que je ne connais pas assez, mais d'un autre coté c'est déjà un jeu vu que je joue un personnage conforme à ce que peut attendre la personne (ou du moins ne pas faire ce qu'elle n'attend pas). Mais je n'y prend pas de plaisir, je suis un peu en apnée.
Oui comme je l'ai dis la vie sociale est importante, mais tu sais j'ai au moins 2 amis donc je ne suis pas en mal non plus, mais ils sont l'héritage de mes années lycée: depuis je ne m'en fait plus, et je ne le cherche pas d'ailleurs.
Elessar a écrit :Je n'ai pas vraiment d'amis, enfin pas beaucoup mais il parait que c'est normal, que même les gens normaux en ont peu et surtout qu ils ont que des connaissances
Cela peut au moins nous rassurer sur le fait qu'ont est comme eux (je ne sais pas si cela est rassurant ;) )
Evidement qu'il n'y a rien de choquant à ne pas avoir beaucoup d'amis, 2 ou 3 est amplement suffisant vu ce à quoi une amitié doit nous servir.
Mais évidement qu'on est comme eux, on a les mêmes besoins et les mêmes désirs, c'est le fonctionnement qui diffère voila tout.
Elessar a écrit :Bref, je trouve cela triste que tu t'isoles et que tu n ailles pas en cours
C est dommage de ne pas profiter de la vie
Enfaite pour les cours là c'est la fin et la plupart sont aussi sur internet, donc je ne fais pas un grand sacrifice non plus ^^
Et si, je peux très bien profiter de la vie, les plaisirs solo sont nombreux tu sais, les moments où je me sens le mieux sont lorsque je suis enfin isolé, et même de mes parents ou amis.
Elessar a écrit :Je souffre beaucoup de solitude aussi et pourtant j'essaye de faire des choses, j'aime le sport, manger, faire la fête et la moto
Eh ben, même si je suis seul, j'essaye de m'entourer et d'être dans l'inter-action car je m'épanouis dans l'inter-action. En effet je suis plus content car mon cerveau est stimulé, je pense à pleins de chose et je trip tout seul, ce qui est mieux que de s'ennuyer
Donc non je ne souffre pas de la solitude.
Enfaite moi aussi j'apprécie l'interaction en soi, seulement, c'est à ce moment là que ma gangrène se réveille à la bien:
je ne sais plus parler depuis bien longtemps et cela fait que pour m'exprimer et être compris avec justesse (car c'est d'une importance compulsive) eh bien je me plante très (trop) souvent. Et je repars ensuite frustré énervé ou juste agacé, et je ne penserai qu'à ces moments de la journée ou de la soirée où ça se sera pas bien passé.
Elessar a écrit : Et pour les filles, ben vas y , un ou deux sourires, regarde les comme une expérience à comprendre..
haha une expérience ? Non du tout, mais de toute manière je n'en côtois plus.

Avatar du membre
Elessar
Messages : 52
Enregistré le : mar. 15 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4878.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 38

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Elessar » mer. 16 avr. 2014 12:07

d'accord :)

Avatar du membre
winston
Messages : 46
Enregistré le : lun. 17 mars 2014 17:57
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et relations sentimentales

Message par winston » mer. 16 avr. 2014 12:14

Oui je comprends très bien ta pensée et ta situation, et je dois te dire que c'est bien que tu pense de cette façon, tu as l'air serein, ou du moins apaisé maintenant: tu es donc sur la bonne voie pour t'accepter suffisamment pour pouvoir te jeter dans la masse qui nous entoure sans te sentir tel qu'on t'as toujours fait penser que tu étais.
Bon, on dérive quand même pas mal du sujet du topic donc je n'extrapolerais pas sinon dans 3 jours on y est encore :D .
Mais juste une chose, le fait que tu es été en marge des autres car rejeté ne t'as pas permis de les observer ?
En tout cas c'est comme ça que j'ai finis pas les connaître (et même souvent mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes), à force d'années passée assis dans un coins à l'ombre en les regardant inter-agir ou agir tout court.
Tu sais il faut toujours penser avec logique, et les gens qui t'entoure sont tout sauf illogiques, donc si tu les regarde en prenant également en compte leurs espérances, leurs désirs ou encore leurs croyances, tu verras que les comprendre est en fait très simple...car logique.

Avatar du membre
gahangirl
Messages : 14
Enregistré le : dim. 15 juin 2014 15:22
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php? ... ead#unread
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : nord
Âge : 49

Re: Douance et relations sentimentales

Message par gahangirl » sam. 21 juin 2014 15:23

ah ah me voilà. il y a 5/6/7 ans ? j'ai commencé me découvrir que ... et c'est ici le premier post que j'ai je crois trouvé sur le net en cherchant et là j'écris dessus !!!! tin tin tin.

La seule chose que je cherchais encore (entre guillemets) c'est pourquoi j'aurai jamais ou est ce que je serai un jour bien avec quelqu'un (après avoir cherché pourquoi j'avais été mal ou plutôt surtout ce que moi j'avais fait de mal ou faisais pour que quelqu'un ne soit pas bien avec moi .

Quand j'ai découvert ce post je me suis dit "aie aie aie soit je ne serai jamais du tout bien avec personne alors ? j'ai peut être trouvé comment je vais être mieux avec moi mais je viens de trouver que je ne serai jamais bien avec personne ? c'est une bonne ou une mauvaise nouvelle ? et ça n'a pas arrêté de tourner, de monter, de descendre, une horreur.

Et aujourd'hui je dis que c'est chouette et pas chouette d'avoir vécu des histoires sans savoir pour des raisons déja exposées par d'autres ici (sinon j'y reviens à la demande) et que je n'ai plus plus peur de vivre des histoires en sachant puisque ce n'est pas le fait de savoir que je suis différente, l'essentiel mais l'essentiel est de savoir que comme j'ai pu l'être naguère, bien avec quelqu'un ou des quelqu'uns (mais en même temps hein !

Je pourrai de nouveau l'être mais encore mieux. Déja savoir que j'avais eu peur de vivre des histoires et pourquoi, mais rétroactivement, ça a tout avancé, ensuite le fait de ne pas savoir m'a permis de dépasser mes peurs sans le savoir :) et de maintenant savoir maintenant que je sais en quoi j'étais différente, que je vais de nouveau dépasser cette peur.

C'est l'histoire du coq qui n'est pas un coq dans le poulailler et qui ne finalement alors ne voudra plus des poules ? mais se taper une dinde qui vient de m'inspirer ça car j'ajoute que l'essentiel n'est pas forcément d'aller chercher une dinde mais surtout de savoir comment fonctionne le dindon (qui sait il fait peut être la poule et ça lui convient sans faux self et il trouve ça très cool.

Je ne sais absolument pas si c'est compréhensible mais il fallait absolument que je poste ici là maintenant aujourd'hui sur ce sujet en particulier qui m'a générée tant de réponses sans en être et tant de questions :) il y a quelques années et que je vois ce que j'ai à dire ici.

Je pense exactement que savoir m'aurait posée des soucis pour entrer dans des relations, alors que savoir m'aurait dans certaines relations éviter de poursuivre voire d'y entrer.

Conclusion du jour : c'est bien en allant toujours vers l'acceptation de soi qu'on profite de la vie ce qui permet de rencontrer quelqu'un avec qui on se sent bien puisqu'on se sent bien avec soi et qu'on sait qui on est et donc vers qui on va ou pas.

(c'est la troisième conclusion du jour que j'arrive à faire sur divers sujets comme je le faisais avant de découvrir... pour me poser, sur l'instant, sans buter sur une question ou des.) et me reposer :) ouf :) je suis re-moi mais en sachant mieux qui est moi :) et avec du recul sur les autres et sur moi :). et encore plus sur les autres, recul que j'avais déjà avant mais sans savoir et sans savoir comment et comment l'utiliser à bon escient :)

Avatar du membre
Malkovitch
Messages : 83
Enregistré le : lun. 23 juin 2014 07:33
Présentation : CLIK
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : La belle province de Québec
Âge : 63

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Malkovitch » mer. 2 juil. 2014 18:23

S'il y a une voie facile à emprunter pour un(e) surdoué(e), ce serait celle d'hyper-intellectualiser ses relations sentimentales. L'ornière est toute tracée d'avance, il n'y à qu'à la suivre et hop tout se retrouve synthétisé dans le rationnel. La tendance est peut-être plus fréquente chez les messieurs que chez les dames

Pourtant la logique sentimentale est fort différente (même à l'opposé) de la logique de la raison. Même si je le savais, il m'a fallu en faire l'expérience pour me prouver que la théorie tient la route. La personne HPI qui s'ignore est plus à risque que celle qui en est consciente, car il se peut qu'elle néglige systématiquement les occasions de ressentir et d'exprimer des nuances émotionnelles là où il en faut et lorsque la situation s'y prête.

Je me suis plus souvent entendu dire "Écoute je vais t'expliquer bla bla bla" alors qu'il aurait été parfois tellement plus approprié de dire "Je suis touché, je me sens inadéquat devant ta réaction"

Alors, même avec toute ma bonne volonté, lucidité, empathie, respect, 10 puissance x de mes neurones etc. la connexion sentimentale peut demeurer sous-alimentée. On peut aussi être tenté dans ses choix de partenaires, de faire du "screening" en priorisant l'intellect. L'alter ego me renvoie ainsi un reflet réconfortant de ma propre psyché et ensemble nous convolerons vers de multiples orgasmes intellectuels. (il me semble que j'exagère à peine, mais corrigez-moi si nécessaire)

Dans mes relations majeures, la convergence intellectuelle n'a jamais été présente; il y avait toujours un décalage significatif au plan du potentiel intellectuel. Certes, cet écart m'imposait des limites dans les échanges rationnels, mais je m'en accommodais puisque l'amour partagé me satisfaisait et je pouvais trouver ailleurs le challenge intellectuel dont j'avais besoin.

En fait, dans ma dernière relation de longue durée, c'est devenu un problème lorsque des variations dans mes désirs ont eu pour effet d'exacerber le côté suspicieux de mon épouse (c'est ma version, la sienne pourrait être différente). A partir de là une nouvelle dynamique action/réaction s'est installée. Si expliquer des pannes passagères de désir pouvait être faisable, en contrepartie essayer de raisonner la jalousie était vain. Ainsi, chacun planté dans nos ornières respectives, on creusait ensemble le fossé qui allait nous mener au divorce.

Ça m'aura suffisamment secoué pour que je révise mes motivations et mes schèmes en profondeur. Là c'est une autre histoire.
Lorsque ta vie te semble toute à l'envers, modifie ton angle de visée, essaie la tête en bas.

Avatar du membre
Callie
Messages : 221
Enregistré le : jeu. 16 mai 2013 18:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Callie » dim. 27 juil. 2014 12:30

J'ai du mal à citer qqn avec l'iPad. Mais Ellessar a tout à fait raison de dire que le succès d'un couple est lié au fait qu'ils regardent dans la même direction. C'est aussi me conclusion. C'est ce que j'appelle un "projet" de vie. Le projet peut revêtir différentes facettes (profiter un max de la vie, se battre pour une cause, fonder une famille, s'engager dans une foi religieuse commune etc.. Etc...) J'ai passé à la loupe les couples qui "marchent" autour de moi. Et ça fonctionne. Ça et l'authenticité de leur relation. Sauf que. Qd on rencontre qqn, impossible à l'avance de savoir si on arrivera à trouver un projet commun. Si la vision de la vie est assez proche pour ça. Il ne reste alors plus que le feeling pour se faire confiance. Sauf que. Comme le dit Yniel, les gens qui ont l'air bien pour nous, ça fait encore plus peur. ..

J'ajoute aussi que comme /insert a name (nom oublié)/ les conversation vides, la pluie le beau temps, ikea et autres Leroy merlin sont un gros souci pour moi. J'avoue envier ces couples parfois qui se construisent, s'harmonisent, se complètent, deviennent complices autour de ce néant intellectuel. J'aimerais que mon monde soit aussi simple que le leur. J'aimerais que le regard me suffise, la simplicité d'une conversation banale, un projet de vie terre à terre (sa maison, son jardin, son potager, son chien). Quel est leur secret ? Pourquoi c'est plus compliqué pour moi ? C'est pas juste. Suis-je interdite de bonheur ? Pourquoi une copine sort, elle rencontre qqn et voilà. Moi je sors, je rencontre qqn et voilà pas. Le besoin de conversation réduit très fortement ma marge de manœuvre.



Par ailleurs, on rencontre ici deux extrêmes :
- ceux qui sentent que la relation ne va pas le faire mais qui essayent qd même
-ceux qui sentent que ça ne va pas le faire et qui plaquent tout ça très vite.

Je me situe indéniablement dans la 2ème option. A quoi bon perdre son temps ? Aidez moi a comprendre que j'ai tort ? Sermonnée par mes copines, j'ai pourtant essayé de prolonger des relations qui ne me paraissent pas bien parties (essaye de le comprendre, peut être qu'il....) et mon ressenti, mon intuition se sont toujours avérés justes sur le moyen terme. Pour moi, les éléments "mal partis" que je repère dès le début sont des signes avant-coureurs de fonctionnements incompatibles, de façon de raisonner, de voir le monde, une perspective de la vie trop différente, qui demandera trop de compromis pour se comprendre, qui aboutira à la frustration des deux, à se dénaturer pour plaire et se perdre soi, et comme je suis trop fainéante pour avoir envie de bosser sur les relations à ce point. Je cherche du "facile" quelque part
:emo:

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: Douance et relations sentimentales

Message par Kayeza » dim. 27 juil. 2014 17:14

Bon, étant célibataire depuis longtemps, je ne vais pas me présenter en donneuse de leçons, je voulais juste réagir à quelques points :
Callie a écrit :Suis-je interdite de bonheur ? [...] Le besoin de conversation réduit très fortement ma marge de manœuvre.
Je pense qu'il est très dangereux d'entretenir la croyance selon laquelle le bonheur ne serait pas pour nous. C'est le meilleur moyen pour se saboter tout seul... Le besoin de conversation est un besoin chez toi, point. En faisant partie des 2 %, tu cherches a priori quelqu'un qui en fasse partie aussi, ou pas loin. Et forcément, 2 % de la population, c'est pas beaucoup. Comme je l'ai dit, je suis un peu dans ton cas et je n'ai visiblement pas trouvé de solution pour l'instant, puisque je suis seule. Mais je suis convaincue que c'est en s'affirmant tel qu'on est, sans renier ses propres besoins, qu'on a le plus de chances de trouver la personne qui nous convient. Être au clair avec soi-même pour pouvoir rencontrer l'autre dans l'honnêteté, sans masques.
Callie a écrit :Pour moi, les éléments "mal partis" que je repère dès le début sont des signes avant-coureurs de fonctionnements incompatibles, de façon de raisonner, de voir le monde, une perspective de la vie trop différente, qui demandera trop de compromis pour se comprendre, qui aboutira à la frustration des deux, à se dénaturer pour plaire et se perdre soi, et comme je suis trop fainéante pour avoir envie de bosser sur les relations à ce point. Je cherche du "facile" quelque part
Je ne suis pas d'accord avec ta conclusion. Là encore, si on part de la notion de besoins (cf. la CNV), il y a simplement des points sur lesquels tu n'es pas prête à transiger. Je pense qu'il est surtout important d'être au clair là-dessus et de ne pas perdre son temps dans des relations qui sont trop à côté de la plaque. Le tout combiné à une intuition souvent bien affirmée, "nous" pouvons avoir tendance à jeter l'éponge trop vite, de l'avis des autres. So what ? À mon avis, il est juste important de savoir clairement où se situent nos limites, pour ne pas se bercer d'illusions.
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Répondre