Gestion des passions envahissantes

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2136
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Gestion des passions envahissantes

Message par Judith »

J’ai un peu cherché dans le forum et même si le sujet y est souvent abordé, je n’ai pas trouvé de fil qui y soit entièrement dédié. Si toutefois cette proposition de discussion recoupait trop le contenu d’autres fils que je n’aurais pas remarqués, je m’excuse et laisse d’avance les modérateurs du forum en faire ce qu’ils voudront.

Plusieurs membres, à ce que j’ai cru comprendre, ont des intérêts restreints (dans le cadre d’un autisme ou non, peu importe). Par ce terme, j’entends des centres d’intérêt à la fois très précis, excentriques et intenses au point d’en être envahissants. Comme le titre du fil l’indique, j’aimerais savoir, si vous êtes concernés, comment vous vivez au quotidien avec ces marottes. Je liste mes questions pour plus de clarté :
- acceptez-vous tous vos centres d’intérêt, ou bien parfois luttez-vous contre eux pour une raison ou pour une autre ?
- les laissez-vous voir à votre entourage ou les cachez-vous ?
- comment les gérez-vous en terme de temps : y accordez-vous du temps chaque jour selon vos possibilités, faites-vous des emplois du temps pour les limiter ?

Pour répondre à mes propres questions :
- Je n’accepte pas de grand cœur tous les intérêts spécifiques qui veulent s’inviter chez moi. Certains, en effet, dégradent ma qualité de vie : j’ai par exemple développé, à une époque, un intérêt extrême pour l’histoire des génocides. Les racines de cette passion sont assez faciles à identifier : j’ai perdu une partie de ma famille dans la Shoah et l’acharnement à comprendre comment une chose pareille a pu arriver m’a longtemps portée. Toutefois, après avoir constitué une bibliothèque personnelle très dense sur le sujet et l’avoir longuement approfondi, je me suis aperçue qu’il me causait des problèmes de santé importants : cauchemars, nuits blanches, tendances à la paranoïa. Je l’ai donc combattu et aujourd’hui, mon esprit en est bien désencombré.
- Je cache certains centres d’intérêt pour des raisons sociales : je suis immensément passionnée par tout ce qui touche à l’univers de Disney (vous noterez que cet exemple est plus riant que le précédent :) ). Je collectionne des journaux et des objets, je connais par cœur certaines intégrales, etc. C’est un intérêt perçu comme régressif, et qui l’est probablement : en tout cas, il m’a valu tant de moqueries qu’aujourd’hui, je ne m’y adonne plus guère qu’en cachette.
- Je m’oblige à des emplois du temps stricts pour limiter l’emprise des intérêts spécifiques sur ma vie : c’est très difficile et parfois, il m’arrive de craquer, mais en général je garde une demi-journée par semaine où je les laisse vivre à leur gré, et le reste du temps, c’est une heure par jour au grand maximum. Je ne passe toutefois jamais de journée sans un moment, si court soit-il (parfois cinq minutes dans le métro), dédié à un centre d’intérêt, pour ne pas me priver de la joie que j’y prends.

Qu'en est-il pour vous?

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 100

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par yokainoshima »

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13326
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Ancien Membre de l'équipe

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par TourneLune »

Quand est ce qu'on considère qu'un centre d'intérêt est restreint? Ça veut dire quoi exactement?
Est-ce que c'est le cas de tout ce qu'on nomme communément "passion"?
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2136
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Judith »

Je propose de prendre le terme au sens de "très pointu et très intense", sans signification pathologique. "Passion" me paraît convenir comme synonyme.

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 100

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par yokainoshima »

[mention]TourneLune[/mention] sans être experte je differencierai par l'impact dans la vie courante, le sujet peu classique et comment cela envahit.
Une passion peut elle être une forme de réponse à une angoisse ?
Je ne sais pas non plus si la passion répond à un besoin impérieux que tu ne peux pas remettre à plus tard.
Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Le Styx
Messages : 51
Inscription : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Le Styx »

De mon côté, je l'ai ai toujours appelé mes lubies intellectuelles. Ca porte souvent sur tel ou tel point d'histoire, psycho, ou d'actualité géopolitique que je vais dévorer pendant quelques jours ou semaines, au points de se contraindre d'arrêter de lire à 3h du mat ce vieux rapport de la CIA sur les exportations d'armement pendant la guerre iran-iraq de 80-88, et ce jusqu' à la lubie suivante. Avant d'être détecté je voyais ça plus comme une forme de curiosité incongrue, maintenant j'ai un peu le sentiment de "filer à bouffer à la machine", pour que mon cerveau ait de quoi se délecter plutôt que de penser à des trucs moins funs.

Pour répodre à tes questions :

acceptez-vous tous vos centres d’intérêt, ou bien parfois luttez-vous contre eux pour une raison ou pour une autre ?
je les accepte complètement.

- les laissez-vous voir à votre entourage ou les cachez-vous ?
J'en parle pas particulièrement, j'ai pas le sentiment que ça passionne les autres.

- comment les gérez-vous en terme de temps : y accordez-vous du temps chaque jour selon vos possibilités, faites-vous des emplois du temps pour les limiter ?
Je gère pas du tout le temps consacrer, je pense pouvoir y passer des heures sans m'en rendre compte,mais c'est pas envahissant par rapport à ma vie sociale.

Chuchumuchu
Messages : 187
Inscription : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Bilan -
Test : WAIS
Localisation : Sur le spectre de l'autisme
Âge : 27

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Chuchumuchu »

C'est un chouette topic, et c'est bien qu'il soit ouvert à tou.te.s, ça permet une vue d'ensemble intéressante. Dernièrement j'avais envie de créer un topic "Vos bizarreries autistiques", plus large donc en terme de sujet que les intérêts spé, mais moins vaste quant à son public (vu que l'autisme est présent dans le nom).

Dans le cadre de l'autisme, cette vidéo d'Alistair sur le sujet était bien faite : Mieux comprendre l'autisme : les intérêts spécifiques. Il en parle de façon très large : tant sur la durée que sur l'expertise que ces intérêts entraînent.

[mention]Judith[/mention] Je suis surprise de ce que tu dis sur Disney : j'ai l'impression que désormais beaucoup d'adultes assument d'être fans, comme de My Little Poney d'ailleurs. Après, peut-être que c'est plus accepté pour les jeunes adultes, et/ou que ça reste anecdotique... L'opposition de tes deux exemples est intéressante aussi : peut-être que c'est une manière d'équilibrer les choses ? Cela dit je ne sais pas s'ils étaient présents chez toi à la même époque de ta vie. J'ai remarqué aussi que du fait d'un intérêt spé. parfois dur émotionnellement, j'ai l'impression de passer le reste de mon temps dans des visionnages "mièvres" (ne pas y voir de jugement de valeur, ces visionnages me font beaucoup de bien). J'aime beaucoup les contenus culturels tous doux et apaisés, comme MLP, à une époque les dramas coréens et les comédies romantiques, les mangas mignons et colorés et la consommation excessive de vidéos de chats ou d'animaux choux. C'est peut-être nécessaire qui sait.

Pour moi, évoquer les intérêts spécifiques sans évoquer certains comportements autour est difficile. Par exemple, découvrir récemment le mot "compulsion" m'a fait beaucoup de bien. Voir aussi ici : compulsions, dans l'article Wikipédia sur la sémiologie psychiatrique.
Force intérieure par laquelle le sujet est amené à accomplir certains actes et à laquelle il ne peut résister sans angoisse (cette résistance faisant la différence avec l'impulsion).
Il me semble que beaucoup de comportements dans les stéréotypies au sens large présentent cet aspect à la fois rassurant et forcé. La seule chose que je regrette à propos de ce vocable, c'est sa connotation assez négative et pathologisante.

Pour les réponses aux questions :
1) Acceptez-vous tous vos centres d’intérêt, ou bien parfois luttez-vous contre eux pour une raison ou pour une autre ?
Pendant très longtemps je n'étais même pas consciente de l'aspect excessif de ces intérêts, donc je ne ressentais pas le besoin de lutter contre. Surtout qu'enfant, j'étais probablement moins soumise au stress (demande sociale moins exigeante envers moi), du coup, ils étaient moins dévorants car moins alimentés par le stress. Toute petite j'adorais observer la nature, capturer les insectes ou les crustacés pour les observer puis les libérer. Puis j'ai découvert la lecture et ça a déjà été plus compulsif : je passais mon temps à ça, exit la nature. Ça a pu agacer mes parents de temps à autre, car j'étais toujours cloîtrée dans ma chambre.
Le moment où j'ai vraiment commencé à prendre conscience de ces intérêts obsessionnels, c'est à l'université, donc quand le stress a augmenté du fait d'une demande sociale plus forte. J'ai découvert le jeu de go à un moment où j'étais à bout nerveusement (et comme je ne comprenais pas l'origine de ce stress, je ne parlais des troubles occasionnés à personne, ce qui était d'autant plus dur, demander de l'aide me semblait impossible). J'avais urgemment besoin de quelque chose pour focaliser mon esprit, pour ignorer tout le reste : découvrir le go a été un soulagement incroyable. C'est un jeu de stratégie extrêmement demandeur en attention et en ressources mentales. Pendant 3 ans mon univers s'est résumé au go : un monde réduit à un goban (plateau) de 19x19 intersections et deux camps opposés noirs et blancs était bien plus intelligible et reposant. Je mangeais go, je dormais go, je jouais go, je parlais go.
Je me rendais vaguement compte que ce n'était pas normal, mais j'en avais tellement besoin à l'époque que j'ai écarté la question. Je n'ai commencé à me questionner qu'en plein milieu du suivant, l'intérêt pour le féminisme, qui a duré environ 3 ans aussi (ces intérêts ne disparaissent pas vraiment, ils restent présents mais plus discrets, en fond, je garde une tendresse particulière pour ces sujets). Là par contre j'ai dû commencer à mettre des limites, car c'était un intérêt qui impliquait de débattre régulièrement et ça pouvait être violent (du fait de mon manque de connaissance dans les relations sociales et la communication notamment), c'était violent aussi car ça implique de regarder parfois des thématiques connexes assez dures, comme la criminalité, le viol, la pornographie, la prostitution, la pédophilie... J'ai géré comme j'ai pu (pas toujours brillamment), et j'ai dû tout lâché lors d'une dépression. Ça devenait toxique pour moi.
Donc j'ai toujours du mal à lutter contre eux et à ne pas être submergée. Notamment parce que la découverte de ce qu'ils sont est très récente.

2) Les laissez-vous voir à votre entourage ou les cachez-vous ?
Héhé, impossible de ne pas les laisser voir ^^ Pis pour moi c'est un des aspects les plus chouettes de l'autisme. J'étais incapable d'avoir des liens sociaux sans passer par ces sujets (discussions en ligne autour du go / inscription à un club). Ça crée occasionnellement des frictions avec mes proches, qui jusqu'à il y a peu ne comprenaient pas pourquoi je tournais en boucle sur certains sujets. C'était vu comme anormal (pas tout à fait faux) et iels m'incitaient à arrêter. Mais mes intérêts spécifiques m'enfermaient autant qu'ils m'ouvraient : pas de vie sociale sans eux.
Après, je peux me permettre d'être obnubilée justement parce que j'ai peu voir pas de vie sociale. C'est toujours à double tranchant.

3) Comment les gérez-vous en terme de temps : y accordez-vous du temps chaque jour selon vos possibilités, faites-vous des emplois du temps pour les limiter ?
En principe oui, je les limitais et les cloisonnais dans un emploi du temps rigide, mais comme actuellement je suis plus ou moins en convalescence après la dépression, et donc relativement libre, ils m'ont de nouveau submergée. Je dois prendre des décisions importantes en ce moment et c'est difficile de récupérer assez de cerveau pour ce faire. Une chose qui explique aussi que ce soit si difficile de leur résister c'est que ma vie sans eux est terriblement morne. Le seul truc que je trouve pour expliquer ça est la personnalité schizoïde : j'éprouve généralement peu de plaisir à faire quoi que ce soit. Sans intérêts spécifiques, ma vie devient routinière et quasi robotique : je me lève, je fais les tâches ménagères, les courses, je parle avec mon copain (les moments les plus chouettes et aléatoires de la journée), je lis des livres ou regarde des vidéos pour m'occuper par compulsion, en les choisissant plus selon leur position dans l'étagère ou leur classement dans l'ordinateur que par intérêt véritable pour leur contenu, je me couche. Ça peut vite devenir déprimant. Difficile donc de ne pas sauter sur l'occasion quand un intérêt spécifique pointe le bout de son nez. À l'inverse, le moment où un intérêt spécifique disparaît est terrifiant : c'est comme du sable qui vous coule entre les doigts, ça ne marche plus, c'est tout, même en me forçant je n'ai plus la passion.
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)

Avatar de l’utilisateur
Jean-Louis
Messages : 245
Inscription : ven. 1 juin 2018 08:50
Présentation : https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9375
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Jean-Louis »

Merci pour ce sujet Judith. Me concernant c’est plutôt des passions dévorantes multiples et la plupart du temps courtes que des intérêts spécifiques restreints. Donc mon intervention sera peut être légèrement hors sujet. Mais vu quelles peuvent quand même poser problème …

[mention]Chuchumuchu[/mention] pareil concernant le go, en plus court, ça a duré 6 mois où je ne faisais que ça, j’apprenais des joseki (ouverture au go) par cœur, je faisais des problèmes et je jouais en ligne tous les jours, je lisais des bouquin je regardais des analyses du jeu des pros etc.
Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
J’ai un intérêt très marqué pour les zombis qui me passe un peu avec l’âge. J’avais une collection très importante de dvd sur cette thématique, de bd également, de manga, etc. Et dans la même veine un intérêt très marqué pour les films de kung-fu, baston etc.

Je suis très passionné par l’artisanat en général. Je pratique la menuiserie, le brassage, la poterie au tour, la saponification. Forger du métal me tente beaucoup beaucoup. Le soufflage du verre que je ne pratique pas me passionne également.

J’aime beaucoup la nature également et le jardinage.

Et complètement accros aux livres de développements personnels, de psychologie.

- acceptez-vous tous vos centres d’intérêt, ou bien parfois luttez-vous contre eux pour une raison ou pour une autre ?
En fait j’essaye de lutter contre la multiplicité. Je pars régulièrement dans un nouveau truc et je laisse plus ou moins tomber l’ancien. J’aimerai vraiment me concentrer pour me perfectionner. L’idée serait de se limiter à 3 passions: le jardin, la bière, la menuiserie.

Ça pose parfois également des problèmes dans la famille, le couple. Quand je pars dans un nouveau truc je néglige ma femme et mes enfants, je ne suis plus attentif qu’à mon besoin de pratiquer la passion. Si ma femme me quitte un jours ça sera pour cette raison alors j’essaye vraiment de lutter contra ça.

- les laissez-vous voir à votre entourage ou les cachez-vous ?
J’en parle librement sauf peut être la passion des zombis.

- comment les gérez-vous en terme de temps : y accordez-vous du temps chaque jour selon vos possibilités, faites-vous des emplois du temps pour les limiter ?
Oui j’y consacre du temps chaque jours c’est quasi obligatoire. Mais j'essaye de limiter pour rester connecté à la réalité et à toutes les obligations du quotidien.

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 100

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par yokainoshima »

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur yokainoshima pour son message :
Chuchumuchu

Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5640
Inscription : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/post24.html#p24]La première prez de l’histoire du forum[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 40

Ancien Membre de l'équipe

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Fabs le vaurien »

Passions, intérêt spécifique, restreint, addiction..

Je trouve ça compliqué de délimiter.
Pour ma part je dirais que j'ai intérêt spécifique ou une passion pour tout ce qui touche à l univers de la scène et du spectacle. J'en ai fait un second métier et ça me suit depuis toujours. Ce n est pas néfaste puisque c est socialisé mais ça peut poser soucis puisque j'ai du mal à doser.

Par contre ,j'ai un interet restreint pour l'épave du Titanic et la mise en place du christianisme lors du concile de Nicée en 325..
Là pour le coup, c'est moins généraliste et ça perdure dans le temps. Le Titanic date de mes 5 ans lors de la découverte de l epave par Robert Ballard. Et il ne se passe pas une semaine sans que je fasse des recherches, dessine , pense au bateau.
L'avantage, c est que tout le monde connait l'histoire du naufrage. Ce qu on sait moins, c est le modèle de rivets utilisés pour la fixation de sa coque.
Je crois que la nuance est là. Avoir une passion ok mais quand son cadre est délimité au point où c'est presqu impossible d entretenir une conversation sur le sujet avec quelqu un, là ça en devient restreint.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2136
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Judith »

Merci pour toutes ces réponses très fournies.

[mention]yokainoshima[/mention] : c’est pareil pour moi, certaines marottes ou obsessions sont clairement des stratégies de compensation à l’angoisse, c’est probablement ce qui les rend aussi vitales.
Ce sont souvent celles qui posent le plus de problèmes sociaux.
yokainoshima a écrit : lun. 8 juin 2020 11:28 L'être humain m'intéresse également fortement: comprendre les relations, la communication, la psychologie.
Pareil, c’est l’une de mes grandes sources d’intérêt sur le long terme et avec des périodes plus ou moins intenses. De mon côté, je la cultive en lisant des romans, qui me paraissent souvent bien expliciter le fonctionnement interne des individus – les techniques littéraires du courant de conscience m’ont ouvert des perspectives de réflexion formidables - ainsi que les règles du « ballet » social : sur ce point j’aime surtout les romans comiques, à cause des simplifications qu’ils offrent, qui clarifient bien les choses pour moi.

[mention]Chuchumuchu[/mention] : j’ai opposé exprès Disney et le génocide, par goût des symétries, un peu en hommage à Art Spigelman qui a associé souris et nazisme dans son inoubliable Mauschwitz, et aussi sans doute parce que tu as raison : l’immersion dans l’univers fictif manichéen de Disney, ou le bien l’emporte toujours quelles que soient les épreuves subies par les héros, doit me rassurer quelque part.
Tu soulignes un point qui me paraît important : les intérêts restreints sont souvent un moyen primordial de communication, parfois même le seul.

[mention]Jean-Louis[/mention] , ah les zombies, moi aussi ! Ce n’est plus aujourd’hui un centre d‘intérêt très actif, mais j’ai nourri une vive passion pour les momies (dans l’enfance) qui s’est changée en fascination pour tout ce qui est cadavre réanimé. Au cinéma, j’ai un faible pour les techniques de maquillage et autres effets spéciaux permettant de rendre les divers aspects de la décomposition : si le cœur t’en dit, nous pouvons discuter des méthodes mises en œuvre pour créer les White Walkers de Game of Thrones, méthodes très intéressantes, mais dont je trouve les résultats souvent décevants.
Est-ce que tu connais les écorchés de Fragonard ? ce ne sont pas des zombies, mais ils pourraient te plaire.

J’ai mis assez longtemps, en ce qui me concerne, à faire le lien avec les images des camps qui m’ont hantée : il me paraît évident aujourd’hui, mais c’est fou comme un train peut en cacher un autre dans l’esprit.


[mention]Fabs le vaurien[/mention] : tiens, la mise en place du christianisme à Nicée ? dans le cadre de l’histoire des dogmes ou sous un autre aspect ?
Fabs le vaurien a écrit : mer. 10 juin 2020 11:15 Ce n est pas néfaste puisque c est socialisé mais ça peut poser soucis puisque j'ai du mal à doser.
Oui, le problème c’est toujours le risque d’excès.


C’est bien là, je pense, le caractère à double tranchant de ces types de passions, tel qu’il ressort de tous les messages : la terminologie employée est très explicite à ce titre : marotte (le sceptre du fou), lubie, obsession... On sent bien que même s'ils sont indispensables à l'équilibre personnel, ils comportent une dimension inquiétante.

En ce qui me concerne, j’ai aussi observé un phénomène intéressant : lorsque quelque chose que je n’aime pas m’est imposé, j’ai tendance à le transformer en intérêt restreint mineur. C’est clairement une stratégie adaptative et les résultats en sont parfois surprenants : je me suis ainsi retrouvée à me passionner pour les formules de courtoisie et la façon de les placer dans les conversations, ou pour le plan du métro parisien et la structure de ses rames. :D

En gros, au dilemme « fuir ou combattre », j’ai opposé le dilemme « fuir ou étudier ». :huhu:

Mais plus sérieusement, c'est l'un des aspects les plus intéressants des intérêts restreints, me semble-t-il : leur caractère protéiforme, leur capacité de mutation et leurs usages à géométrie variable.

Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5640
Inscription : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/post24.html#p24]La première prez de l’histoire du forum[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 40

Ancien Membre de l'équipe

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Fabs le vaurien »

[mention]Judith[/mention]
Dans le cadre du passage d'un zelote nommé Jeshua Bar josef, à une divinité nommée Jésus.
Alors, le concile de Nicée c est 4 siècles après mais pour moi il a été déterminant puisque c est là que le Canon des Évangiles a été formé. C est là qu'a été inventé le divin Jésus., Le grand consensus.
J imagine ce monde où nous serions encore polythéiste.. Peut etre aurions nous une autre relation avec la nature, à commencer par la notre.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2136
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Judith »

Hors-sujet
[mention]Fabs le vaurien[/mention] Merci de ta réponse, je comprends ta préoccupation. Je m'étais permis de demander parce que c'est un sujet que je connais bien en tant qu'enseignante, et que j'aurais parfois aimé avoir un étudiant qui s'y intéresse dans le cadre d'un intérêt restreint, vu l'ennui absolu que toute cette histoire pourtant passionnante paraît toujours susciter chez l'étudiant lambda. :cry:

Troglodyte-mimi
Messages : 806
Inscription : mer. 1 févr. 2017 12:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=8189
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Troglodyte-mimi »

Est-ce que faire un puzzle sans s'arrêter même pour manger et boire rentre dans cette catégorie ?
En vrai, j'ai parfois des accès (excès?) d’intérêts/ activités qui me prennent... puis finissent pas passer. J'ai collectionné les sucres, les papillons, les Bds alternativement j'ai eu des périodes puzzle, des périodes photos, des périodes dessins à l'aquarelle, dessin aux fusain... à chaque fois, je me penche à fond sur le sujet puis au bout d'un temps plus ou moins long, j'arrête de pratiquer avec autant d'ardeur. En général, je continue d'apprécier et de pratiquer de temps en temps, mais sans cette espèce de boulimie...
Ceci dit, depuis que j'ai une famille je dois les canaliser si je ne veux pas que tout s'écroule sans même que je ne m'en rende compte.
La seule marotte du genre dont je ne peux me passer est la lecture. Empêchez-moi de lire un minimum et le résultat est certain : explosion. J'en ai besoin tout autant que de manger dormir ou respirer... impossible de dire pourquoi, une manière de m'évader et de laisser retomber le stress peut être...
Je ne le cache pas à ma famille, c'est difficile vu que je suis si prise que j'en oublie de manger, mais en revanche je tente de canaliser, soit en pratiquant avec mes enfants (qui ont vite faim et me le rappelle avec force!) soit en limitant dans le temps le moment où je m'adonne à ces activités.
voilà, j'espère, avoir apporté une pierre à l'édifice

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2136
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Judith »

Troglodyte-mimi a écrit : mer. 10 juin 2020 13:51 voilà, j'espère, avoir apporté une pierre à l'édifice
Bien sûr, merci. Tu soulèves un point important, déjà mentionné par Yokainoshima mais que j'avais négligé : la compatibilité d'une passion trop intense avec les exigences de la vie quotidienne, et notamment la prise en compte des besoins physiologiques.
J'ai le même problème que toi : j'oublie facilement, quand je suis occupée à un sujet passionnant, que mon corps a besoin de boire, de manger, de dormir, etc. J'ai eu des problèmes de santé importants suite à ces "décrochages", ce qui m'a conduite à m'en méfier et à mettre en place un système de rappel très rigoureux lorsque je suis seule avec mes marottes.

Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5640
Inscription : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/post24.html#p24]La première prez de l’histoire du forum[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 40

Ancien Membre de l'équipe

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Fabs le vaurien »

Maintenant l'impact sur la vie quotidienne posent problème pour qui?
Le problème n'est il pas d etre agacé par l'entourrage ?
En ce sens ça tient plus de la passion dévorante ou de l'addiction non?
Perso, quand je suis dans mes lubies envahi, ben je m'en fous de ne pas manger ou moins dormir.
Par contre ça m agace qu on me dérange, sauf si c'est pour me permettre en echanger.

Aussi, j' identifie une relation-probleme vis a vis de l'objet alors que c'est surtout le poids social et le regard qui est porté dessus qui me dérange.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 100

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par yokainoshima »

Mes autres "passions" s'accommodent plus facilement de la vie courante et se font sur un mode plus plaisant. M'y consacrer me détend, m'apporte du bien être.
[edit: suppression du partage sur les IR hors sujet]

Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13326
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Ancien Membre de l'équipe

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par TourneLune »

Ça ressemble vachement à un toc ça, le besoin impérieux de faire qq chose sinon ça donne lieu à une angoisse infinie, non?
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Troglodyte-mimi
Messages : 806
Inscription : mer. 1 févr. 2017 12:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=8189
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Troglodyte-mimi »

@ Fabs, Si tu en arrives à faire un malaise (ce qui a déjà été mon cas) car tu as "oublié" de manger, dormir et boire, il y a un soucis qui n'est pas que vis à vis des autres me semble t il...

Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5640
Inscription : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/post24.html#p24]La première prez de l’histoire du forum[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 40

Ancien Membre de l'équipe

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Fabs le vaurien »

Troglodyte-mimi a écrit : mer. 10 juin 2020 14:42 @ Fabs, Si tu en arrives à faire un malaise (ce qui a déjà été mon cas) car tu as "oublié" de manger, dormir et boire, il y a un soucis qui n'est pas que vis à vis des autres me semble t il...
Ah oui. Si la santé, le social ou la justice est en jeu, on peut être alors dans une mécanique d'addiction. En tant que pathologie.
Encore une fois, je ne saisis pas trop la distinction entre le Hobby passionné, l'interet autistique et l addiction.
J ai tendance à envisager les nuances dans le profil et la personnalité du sujet lui-même.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Troglodyte-mimi
Messages : 806
Inscription : mer. 1 févr. 2017 12:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=8189
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Troglodyte-mimi »

Tel que j'ai compris cette recherche de distinction n'était pas forcément le cadrage du sujet.
En tous les cas me concernant je ne pense pas être dans une problématique d'autisme même s'il est bien possible que je partage avec ces personnes quelques caractéristiques, je ne pense pas vraiment avoir une addiction, mais des centres d’intérêt momentanément dévorants au point d'en devenir parfois gênants oui.
Entre le hobby passionné et l'addiction, je pense qu'il y a sans doute une frontière parfois ténue. Bien que pour moi l'addiction sous-entend vraiment cette impossibilité d’arrêter qui perdure dans le temps ce qui n'existe pas dans mon cas vu que généralement au bout de quelques jours, au pire semaines, la chose passe...
Concernant l'autisme, je connais vraiment insuffisamment le sujet pour m'aventurer sur le terrain.
Comme toi, je pense que fonction des individus , des périodes de leur vie et autre, il peut y avoir différents types de choses qui se manifestent.

Avatar de l’utilisateur
Judith
Messages : 2136
Inscription : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Gestion des centres d'intérêt restreints

Message par Judith »

Troglodyte-mimi a écrit : mer. 10 juin 2020 17:33 Tel que j'ai compris cette recherche de distinction n'était pas forcément le cadrage du sujet.
En effet, je proposais plutôt une discussion sur la façon de vivre au quotidien avec des intérêts restreints. Mes questions de départ n'étaient toutefois qu'indicatives, rien n'empêche d'élargir un peu le sujet.
Je ne suis donc pas opposée à un débat sur ce point mais je ne m'y connais pas assez pour avoir un avis bien constructif en la matière. A ce que j'ai cru comprendre, les intérêts restreints ne sont pas spécifiques d'une pathologie mentale particulière : on en trouve chez les autistes, mais aussi chez des personnes en bonne santé sous forme de hobbies très prenants. Ce qui est spécifique de l'autisme, c'est le caractère envahissant de ces intérêts, la façon monotone, stéréotypée de s'y adonner et le fait qu'ils dérèglent la communication de la personne qui les nourrit.
Il y a peut-être d'autres critères de distinction auxquels je ne pense pas.

Avatar de l’utilisateur
Fu
Messages : 1245
Inscription : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9137
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Gestion des passions envahissantes

Message par Fu »

[jard]Sujet renommé en « gestion des passions envahissantes » pour ne pas le confondre avec un sujet sur l’autisme. :) :tourne:[/jard]

yokainoshima
Messages : 681
Inscription : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Bilan non concluant
Test : NON
Âge : 100

Re: Gestion des passions envahissantes

Message par yokainoshima »

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Avatar de l’utilisateur
Fu
Messages : 1245
Inscription : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9137
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: Gestion des passions envahissantes

Message par Fu »

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Répondre