Douance et reconnaissance adulte handicapé

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Différente
Messages : 264
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Différente » jeu. 4 avr. 2019 22:18

Rianne a écrit :
jeu. 4 avr. 2019 22:11
Différente a écrit :
jeu. 4 avr. 2019 12:48

Je ne suis pas THQI et n'ai pas d'autres troubles (dys, TDA-H)...
heuuuuuuu....
Je me comprends :lol:
Mais j'aurais peut-être du écrire : Je ne suis pas THQI et je n'ai pas ne troubles associés au (T)HQI.
« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Rianne » ven. 5 avr. 2019 08:02

Différente a écrit :
jeu. 4 avr. 2019 22:18
Rianne a écrit :
jeu. 4 avr. 2019 22:11
Différente a écrit :
jeu. 4 avr. 2019 12:48

Je ne suis pas THQI et n'ai pas d'autres troubles (dys, TDA-H)...
heuuuuuuu....
Je me comprends :lol:
Mais j'aurais peut-être du écrire : Je ne suis pas THQI et je n'ai pas ne troubles associés au (T)HQI.
Mais on a pas de troubles spécifiques aux THQI :'( Enfin je crois pas.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12591
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par TourneLune » ven. 5 avr. 2019 08:25

Mais aux HQI non plus.... Ces théories à la con et à la mode font du mal...

Il y a des surdoués qui vont mal, ça ne veut pas dire que c'est la douance qui est en cause. La preuve est simple: il y en a plein qui vont très bien, voire très très bien et chez qui la douance ne pose aucun problème.
Chez d'autres au contraire, elle permet de limiter grandement les difficultés, sans les annuler pour autant, compenser c'est toujours une dépense d'énergie supplémentaire.

En continuant à propager ces idees au lieu de chercher pourquoi certains vont mal, ces professionnels et association font du mal... Autant d'énergie qui n'est pas mise à chercher de vraies raisons mais à coller des étiquettes....

Merci @Oliver Snow pour le retour. Si vraiment la douance avait été reconnue comme un handicap, tu serais très certainement passé à côté de l'essentiel... Dans l'histoire il est au contraire fort probable que la douance soit ce qui permette que le handicap social causé par asperger soit atténué. (Et même si il me semble que certains autistes se battent pour que cela soit reconnu comme une différence et non un handicap)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » ven. 5 avr. 2019 09:51

TourneLune a écrit :
ven. 5 avr. 2019 08:25
Merci @Oliver Snow pour le retour. Si vraiment la douance avait été reconnue comme un handicap, tu serais très certainement passé à côté de l'essentiel...
C'est ce dont je me suis rendu compte avec le temps. À l'époque où j'ai ouvert ce sujet, c'était encore trop confus dans ma tête.
TourneLune a écrit :
ven. 5 avr. 2019 08:25
Dans l'histoire il est au contraire fort probable que la douance soit ce qui permette que le handicap social causé par asperger soit atténué.
C'est exactement ça. La douance permet de développer plus efficacement des stratégies de compensation. Ça rend pas le diagnostic plus facile.
TourneLune a écrit :
ven. 5 avr. 2019 08:25
(Et même si il me semble que certains autistes se battent pour que cela soit reconnu comme une différence et non un handicap)
C'est une question complexe. Pour ma part, dans l'idéal, j'aimerais que personne n'ait besoin de RQTH et que les MDPH n'existent pas. Dans une société idéale, quand une personne a une différence, qu'elle soit visible ou non, elle serait acceptée. Une personne autiste n'aurait alors pas forcément besoin d'un diagnostic, on accepterait simplement qu'elle fonctionne différemment : en entreprise, par exemple, on pourrait aménager son poste de travail facilement (lumière, calme, etc.), sans considérer que ce sont des caprices ; on pourrait accepter qu'il faille lui dire les choses de manière explicite, l'implicite et les sous-entendus posant problèmes ; etc.
Mais non, dans notre société, on a besoin d'un certificat par un professionnel, accepté par un groupe d'experts autorisés, qui justifie qu'on considère la personne autrement. Cette reconnaissance ne devrait pas avoir besoin d'être formalisée par une RQTH. Alors puisqu'il faut en passer par là pour être accepté dans sa différence, moi, j'ai aucun problème à faire ces démarches que je qualifierais de "à la noix" (pour rester poli). Ça fait 20 ans que j'essaie de travailler comme tout le monde mais que c'est pas possible, parce que les cases de la société ne me conviennent pas. Des efforts, j'en fais depuis plus de 35 ans, tous les jours, du matin au soir (j'arrive à limiter ça en habitant dans un trou paumé). Au bout d'un mooment, ça fatigue. S'il faut un papier officiel pour que la société accepte de faire des efforts à son tour, pas de problème. Peu importe qu'on me reconnaisse comme handicapé, comme différent ou ce qu'on veut : ce que je veux, c'est que la société accepte que je ne fonctionne pas comme tout le monde et qu'à ce titre, je ne suis pas le seul à devoir faire des efforts pour m'adapter.

Merci de votre bienveillance à tous.

Avatar du membre
Fu
Messages : 690
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Fu » ven. 5 avr. 2019 11:02

Salut Oliver Snow,

En lisant le premier message de ce sujet je me posais la question de savoir si la douance était vraiment « le problème », et les derniers messages, à commencer par le tien lorsque tu as fait la mise à jour sur le sujet, répondent à la question.

Ton dernier message résume très bien la situation, pour les autistes en particulier mais aussi pour les personnes différentes en général. Le statut d’handicapé permet de faire accepter la prise en compte de cas différents et, en même temps, pose le problème de considérer comme handicapées des personnes qui sont simplement en-dehors de la norme statistique, sans que la notion de « qualité » supérieure ou inférieure entre le moins du monde en compte.

Ça me fait penser au sujet de la photographie et des personnes qui n’ont pas la peau blanche : les appareils photos ne capturent pas lumière et couleurs dans l’absolu, ils ont besoin d’un étalonnage pour trouver la bonne quantité de l’un comme de l’autre, et cet étalonnage a initialement été fait pour des personnes « normales » — comprendre : les plus fréquentes statistiquement — et donc, des personnes à la peau blanche dans les pays où cette technologie a été développée (voir cette courte vidéo, en anglais, sur la Shirley Card). De ce fait, les photos étaient de bonne qualité pour une personne à la peau claire, mais d’une mauvaise qualité pour les autres. Imaginez le tollé s’il avait fallu donner le statut d’handicapé aux personnes à la peau noire, jaune ou rouge pour que ce problème soit reconnu et pris en compte !

Les réactions contre le statut d’handicapé pour autistes légers, surdoués, synesthètes, hyperesthètes et autres animaux rares seraient donc tout à fait compréhensible mais, comme tu le dis si bien, ne résoudraient pas ton problème au quotidien.

Twist
Messages : 19
Enregistré le : mer. 19 déc. 2018 00:57
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Twist » lun. 8 avr. 2019 03:10

@Oliver Snow Je suis tombée sur ton topic un peu par hasard, et j'étais dubitative durant la lecture de la première page. Ce que tu racontais (avant de revenir annoncer que tu avais été diagnostiqué Asperger) me faisait penser à de l'autisme. J'allais d'ailleurs te répondre qu'il faudrait peut-être se pencher sur d'autres causes comme un TDAH, un trouble anxieux OU un Syndrome d'Asperger. En effet, concernant cette notion de handicap chez les HPI, elle a l'air très controversée. Ca a d'ailleurs été discuté sur le forum plusieurs fois: il y a biais quant au fait que les HPI seraient plus malheureux que la moyenne, car ceux qui "vont bien" ne vont pas nécessairement ressentir le besoin de faire un bilan ou un diagnostic de quoique ce soit. J'en ai d'ailleurs dans mon entourage, des HPI qui l'ont appris sur le tard totalement par hasard dans le cadre d'un entretien d'embauche ou autre, mais qui jusque là ne s'étaient jamais posés la question.

Le personnel psy qui m'a diagnostiquée Asperger m'a d'ailleurs dit que s'il y avait mal-être en plus de la douance, il fallait en chercher la cause, mais que la douance seule ne causait pas un mal-être ou des problèmes de manière constante. On peut bien sûr à un moment de sa vie, surtout quand on est en décalage avec autrui se sentir mal ou profondément différent, mais si cet état de décalage perdure et altère le quotidien, par des épisodes dépressifs, d'angoisse ou tout simplement de "malaise", il faut en chercher la cause.

D'ailleurs simple curiosité, au moment de l'annonce de ton HPI, avais-tu eu un résultat très hétérogène avec une chute en IMT ou en IVT par exemple? Ce n'est bien sûr pas le cas de tous les Asperger, mais un profil avec ICV le plus élevé et IMT ou IVT chuté par rapport au reste est assez fréquent, et c'est ce qui en général met la puce à l'oreille des psys qu'il y a peut-être "autre chose" (c'est en tous cas ce qu'on m'avait expliqué). Si ça avait été ton cas à l'époque, cela avait-il interpellé la personne qui t'avais testé?

Heureuse pour toi que tu as trouvé des réponses à tes interrogations.
Autiste avec HPI (hétérogène)

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » lun. 8 avr. 2019 08:58

Twist a écrit :
lun. 8 avr. 2019 03:10
Le personnel psy qui m'a diagnostiquée Asperger m'a d'ailleurs dit que s'il y avait mal-être en plus de la douance, il fallait en chercher la cause, mais que la douance seule ne causait pas un mal-être ou des problèmes de manière constante. On peut bien sûr à un moment de sa vie, surtout quand on est en décalage avec autrui se sentir mal ou profondément différent, mais si cet état de décalage perdure et altère le quotidien, par des épisodes dépressifs, d'angoisse ou tout simplement de "malaise", il faut en chercher la cause.
Je m'en rends compte avec le temps. C'est pas facile à identifier, parce qu'on sait pas comment se passe la douance des autres...
Twist a écrit :
lun. 8 avr. 2019 03:10
D'ailleurs simple curiosité, au moment de l'annonce de ton HPI, avais-tu eu un résultat très hétérogène avec une chute en IMT ou en IVT par exemple? Ce n'est bien sûr pas le cas de tous les Asperger, mais un profil avec ICV le plus élevé et IMT ou IVT chuté par rapport au reste est assez fréquent, et c'est ce qui en général met la puce à l'oreille des psys qu'il y a peut-être "autre chose" (c'est en tous cas ce qu'on m'avait expliqué). Si ça avait été ton cas à l'époque, cela avait-il interpellé la personne qui t'avais testé?
ICV et IVT sont les plus hauts, tandis qu'effectivement, l'IMT est le score leplus bas. J'ai visiblement un profil homogène, une seule valeur de sous-test étant en dessous du seuil de 13 (et elle est à 12).
La psy n'a pas été interpelée quand elle m'a testé et je n'ai pas poursuivi longtemps avec elle (raisons financières). J'ai continue en CMP, mais le CMP dont je dépendais à l'époque est catastrophique (dans la gestion du personnel essentiellement, mais les patients en subissent les conséquences). C'est pendant que j'étais "suivi" au CMP que j'ai commencé à me poser des questions sur Asperger. La psy du CMP ne m'a pas incité, ni freiné, à faire une démarche auprès du CRA. Elle m'a simplement dit que j'avais peut-être juste des traits autistiques. Elle a pas poussé plus loin : j'ai le sentiment qu'elle est resté dans la thérapie sans chercher à identifier une cause. En même temps, c'est pas facile quand on change 3 fois de psy dans le même CMP, que la psy titulaire revient de congé maternité mais ne vous rappelle pas, que le médecin organise des réunions avec votre psy à l'heure de votre rendez-vous et vous dit que vous avez qu'à attendre, ...

En fait, aucun professionnel n'a jamais eu la puce à l'oreille, pourtant y'en a bien qui ont eu l'occasion. Bon, faut que je file chez le médecin, pas le temps de développer...

Répondre