A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
Rosedesvents88
Messages : 28
Inscription : lun. 16 nov. 2015 18:12
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Rosedesvents88 »

d'accord ! Car quelqu'un m'avait dit qu'au bout de 2 erreurs (2 séries fausses), la série s'arrête ici. Pas de détails à ce sujet ?^^
Le coeur a ses raisons...

Avatar de l’utilisateur
SylDa
Messages : 233
Inscription : dim. 22 nov. 2015 17:23
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/sylda-t6877.html]ma bulle[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bretagne
Âge : 30

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par SylDa »

Voila tests passés. en tout ça a duré 3h avec 1h30 de WAIS IV environ,
J'ai dormis assez peu la nuit dernière(4h) mais je me sentais en forme et assez réveillée. j'ai pris un co-voit pour y aller et j'suis arrivée 45minutes en avance (avant la psy^^, je l'attendais en tricotant sur les marches)
les cubes m'ont surprise mais je me suis dis why not, j'ai bien aimé les questions de similitude et définition, j'avais pas trop une impression d'exam' donc ça allait.
Je suis pas fan des test visio-spaciaux mais je les ai trouvé plus simple que ce que je pensais (même si j'ai du en foirer quelques uns). Sauf pour les puzzles là je crois que j'ai du faire n'importe quoi^^ A chaque fin de subtest elle me demandait si j'avais des remarques et comment j'avais vécu le test du coup j'ai pas mal blablaté aussi je pense^^

les maths ça a été j'ai sans doute fait quelques erreurs mais on verra. j'ai mis un temps fou à trouver des réponses des problèmes simples et quand jlai trouvé j'ai ponctué d'un "mais t'es con c'est évident"
les test de mémoire des chiffres j'ai trouvé ça chiant j'ai pas réussi jusqu'au bout elle prenait des notes à tout ce que je disais(ce qui est logique mais j'avais un peu l'impression d'être sur une lame de microscope XD)

Ensuite elle m'a fait passer les test de personnalité j'ai du raconter l'histoire d'une gomme, compléter des phrases intuitivement, regarder des images et faire des dessins^^. j'avais l'impression d'être à la maternelle mais j'ai bien aimé. par contre je suis claquée^^ c'est fatigant mine de rien.
On a pas mal discuté aussi mais elle m'a pas donnée d'indications, juste quelques conseils sur certains points précis

et j'aurai les résultats mercredi prochain :)
Quelle est la différence entre un corbeau ?

Avatar de l’utilisateur
nemo
Messages : 850
Inscription : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : presentations/nouveau-t5456.html#p204452
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par nemo »

J'y vais de ma contribution.

Contexte: deux ans de tergiversation après que ma chérie a passé le test (résultat positif). J'ai le sentiment que c'est le pire moment pour le passer mais j'ai trop repoussé. Je suis épuisé (quotidien, bébé, pas de vacances depuis des lustres), mais pas dans le pire des états depressifs que je peux connaitre. Par contre hyper anxieux (perfectionnisme +++) et gros sentiment d'illégitimité (de la difficulté de passer en second).
Le jour J, nuit correcte pour la période, petit dèj classique, un petit café en sus. Arrivé en avance je reprend un café au PMU voisin. Je sens mon haleine s'épaissir à me mesure que mon intellect s'effrite.
Je rentre dans le bureau de la psy sans savoir si le test commence de suite ou s'il y a une discussion préalable (un quiproquo sur un rdv annulé entre mon premier rdv et le test fait que je n'ai pas forcément posé les questions qui me taraudaient sur le passage du test en tant que tel). Bon, on commence direct. Je suis dans un état de tension extrême à deux doigts de prendre les jambes à mon cou.

Le test:
Les cubes, je tremble mais je suis vite rassuré. Mes jambes rebondissent sous la table en verre, j'ai peur de la casser sur un spasme non maitrisé. Je trouve ça facile. Sur le dernier je pars dans la mauvaise direction et me rattrape après trois cubes. Je m'en veux de m'être précipité, excès de confiance après avoir trouvé le reste facile.
Mémoire des chiffres: Je me met une pression de dingue. On m'a toujours dit que j'avais la mémoire des chiffres et à tort ou à raison je considère ça comme mon point fort. Mais je suis visuel (notamment synesthète). L'énoncé oral me frustre. Je navigue entre 50 stratégies et aux premières difficultés mon cerveau verouille tout, blackout total. Je fini par craquer. Je réagis comme un gosse à être à deux doigt de partir. Tendu comme une arbalète je pleure en me demandant à haute voix ce que je fout là (sous entendu "pour qui je me suis pris"). Je me repli totalement sur mon petit nombril. Je refuse l'exercice de respiration proposé et prenant conscience du cirque pathétique que je propose, je me reprend peu à peu. Je continue en mode "alea jacta est", énervé, anxieux, découragé mais décidé à en finir sans fuir et en y mettant un minimum de bonne volonté. Je verrouille une stratégie (deux par deux pour en faire des départements et naviguer sur la carte de France). Modulo quelques blackouts (foutu pluie) j'achève le subtest. J'ai l'impression d'avoir fait n'importe quoi.
Les symboles: Après le craquage émotionnel des chiffres, j'attaque les symboles très stressé. La psy me décrit ce qu'il faut faire et là je bug. Je comprend bien la consigne mais le mode de restitution de la réponse est une torture pour moi.
► Afficher le texte
Je suis perturbé également par l'absence d'échelle de temps. Faut aller vite ok, mais vite comment? Bref, j'attaque mais je perd un temps considérable avec la gymnatique de l'inscription de la réponse. J'ai l'impression de l'avoir instantanément mais qu'il me faut 2 secondes à chaque fois pour la noter. D'ailleurs à plusieurs moment je reviens en arrière pour cocher un non que j'ai oublié. Un calvaire. Au top de fin j'ai à peine atteint la moitié du verso de la première page. Pas de doute possible j'aurais un score pourri à cet item. La je me dis que j'ai touché le fond et je commence à me détendre.
J'enchaine sur le verbal, similitudes et définitions. Je trouve ça simple mais je constate que j'ai du mal à restituer en mot ce qui se passe dans ma tête. Sur les définitions, à plusieurs reprise elle me demande de préciser. Ca me perturbe. J'ai l'impression qu'elle survol une liste de mot clés avec son crayon et qu'il faut les prononcer pour "scorer". A certains moment je me débranche, je regarde dehors, pense aux sapins et à la brume avant de répondre un truc que la plupart du temps je trouve limitatif.
Pour les matrices et puzzles, je suis en mode robot, je les enchaîne sans vraiment vérifier. J'ai l'impression que c'est simple mais sans être sur d'avoir juste. Je bloque juste sur l'avant dernière matrice et je m'en veux.
La culture générale agira comme un baume. Une question à laquelle j'ai pas su répondre, sans regret parce que j'avais pas la réponse.
Arithmétique, je trouve ça simple à l'énoncé mais j'ai du mal à me concentrer. J'ai besoin d'une pause au milieu pour aller au toilette et ne pas repartir en vrille comme au début du test. Je donne des réponses sans être sûr du résultat et je ne voit aucun signe chez la psy. A la dernière question je tente de demander si j'avais juste, elle me répond oui avant d'enchainer.
Je fini sur les codes. Ce coup là j'ai l'échelle de temps et pas de problème de restitution de la réponse. Au top final j'ai presque fini. Je suis un peu deçu avant de voir la réaction de la psy, apparement c'est une belle perf'.
Fin du test.
La psy me demande mon ressenti. Je suis encore tout fermé mais je confie quand même l'impression de m'être planté et en quoi je me suis mis trop de pression sur les chiffres (point fort auto supposé). Je guette un signe mais ne voit rien venir. Elle se penche dans ses notes fait mine de calculer un truc. Je me dis que s'il elle calcule maintenant c'est qu'il y a pas grand chose à calculer, me sort le score des chiffres pour me faire relativiser mon sentiment d'échec. Je vois 18, elle me montre la moyenne, j'hallucine un peu. Puis je vois que le max est à 20. 18/20 ça fait 90/100, on est loin des 2%. Bref ce qui devait me rassurer me fait psychoter encore plus. Elle fini par me dire qu'elle hallucine à quel point je met la barre haut (j'ai oublié le terme exact employé). Et du coup me dit que j'ai le max en arithmétique...
En sortant j'appelle ma chérie pour un débrief rapide. Je lui confie mon sentiment d'échec, notamment sur les chiffres et le verbal (prise de conscience en descendant les escalier dans le genre "mais là j'ai pas dit que c'était un verbe" "j'aurais dû dire tel mot"....).
3 semaines d'attente avant d'avoir les résultats. D'abord 3 nuits difficiles à passer en revue tout ce que je pense avoir raté, à relativiser ce que j'ai réussi puis l'inverse et ainsi de suite avant de passer complètement à autre chose à quelques flash près jusqu'au jour de la restitution. Coup de stress dans l'heure qui précédait le rendez-vous. J'y suis allé avec l'impression paradoxale que j'en était mais que le test dirait non, et ce sans mettre en cause le test lui même (paradoxal j'ai dis). Je m'attendais vraiment à un non.

Restitution
Lorsque j'arrive, j'en peux plus de ne pas savoir, j'attends une réponse direct, je l'ai pas, je guette des signes, quelques chose dans son attitude qui me donne la conclusion. Rien. On passe en revue chaque page du bilan. D'abord les observations pendant le test : Extrêmement anxieux, agité etc... ouais, je me sens honteux. Puis pour chaque échelle, pendant qu'elle me décrit ce qui est mesuré je lis la conlusion. Pas de nombre. J'interprète les adjectifs. "excellent" ok "très bon" c'est pas HPI ça. Je comprend que ça prendra un peu de temps avant d'avoir la réponse. Page 5 les résultats. Le premier nombre que je vois est un percentile : 99.8 pour le verbal. Je suis à deux doigt de m'effondrer mais je me tient et me reconnecte vaguement à la psy. Pas de QIT, elle me donne un nombre oralement mais rien dans le bilan faute d'écarts. J'ai pas le temps de relever qu'on arrive à la page 6: HPI. Pan.

Mon bilan : J'ai passé le test dans de sales conditions, psy et conjoncturelles mais j'ai relativisé ça en me disant que ça disait qq chose de moi, notamment les difficultés de concentration. J'ai l'impression que j'aurais pu faire mieux à certains items mais au final peut-être pas tant que ça. Et puis je m'attendais vraiment pas à ça pour le verbal. Y'a que les symboles qui restent une frustration. Peut-être que la difficulté que j'ai rencontré fait parti de ce qui y est mesuré mais j'en suis pas convaincu.
► Afficher le texte
Là j'ai eu 9 aux symboles et 19 aux codes. Cette part de doute est peut-être une bonne chose vu mon profil d'hyper exigeant, je sais pas encore.
Bis dat qui cito dat.

invité123

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par invité123 »

Il ne faut pas que je tarde trop, sinon je vais tout oublier.

J'ai donc passé le test la semaine dernière. Ma décision de passer ce test est récente. Je ne me souviens pas précisément depuis quand il me semblait évident d'être HPI, mais ça remonte à tellement loin que ça me semble avoir toujours été là. Jusque là je ne me considérais pas en recherche de moi même sur l'aspect de la douance, mais j'ai voulu passer ce test pour ne plus avoir de doute et avoir un peu davantage de certitude dans ma vie.

Trois semaines avant le test, j'ai discuté pendant une heure avec la psychologue dont j'avais trouvé l'adresse sur internet. Elle m'avait présenté le principe du test, et avait voulu désamorcer au maximum le stress que j'étais susceptible de connaitre lors du test. Je l'ai rassuré sur ce point, en effet j'ai la chance de ne jamais subir de stress en rapport avec des examens, tests, entretiens, prises de parole en public, etc. J'ai bien conscience que c'est une chance du point de vue de beaucoup, mais cela a pour conséquence que je ne prends pas forcément les choses très au sérieux et je n'ai pas vraiment les enjeux en tête lorsque je fais quelques chose.

Les trois semaines entre le premier rendez vous et le test se sont passées sans que j'y pense. J'avais un déménagement à m’occuper, il me fallait régler les détails d'une séparation compliquée, et réfléchir longuement à ce que j'allais faire professionnellement parlant à courtes et moyennes échéances (ça fait beaucoup de changements d'un coup :rock: )

Donc je suis arrivé au test, très décontracté, espérant bien profiter des deux heures prévues pour m'amuser un peu. Je dois avouer avoir été en confiance. Si le test n'avait pas été positif, je pense que je l'aurais bien pris aussi. Avec les années j'en étais arrivé à considérer que mon potentiel en bas age n'ayant pas été exploité, peut-être que mon QI adulte était juste un peu au dessus de la norme. Bon si j'avais eu moins de 120 j'aurais été déçu quand même je pense...

Je n'avais qu'une vision très imprécise de la nature des exercices. Je savais qu'il y aurait des cubes, des matrices, de la culture générale et quelque chose concernant des synonymes.

Je ne me souviens plus vraiment de l'ordre de chaque item, mais je me souviens avoir commencé par les cubes.

J'ai bien aimé cette partie. En fait si je pouvais avoir les cubes chez moi je pense que j'en ferais pour me détendre. Ils m'ont tous paru évidents et j'ai réalisé les motifs sans le moindre effort, sauf un de la deuxième moitié où j'ai du prendre quelques secondes pour poser ma pensée. La psychologue a été impressionnée par ma vitesse d’exécution. Donc de pas stressé du tout, je passe à serein. A ce stade, il me semble sûr que je vais passer un bon moment.

Après je ne me souviens plus vraiment de l'ordre, donc je vais rebondir sur l'ordre que je peux lire dans les autres interventions.

Pour la mémoires des chiffres, j'étais curieux de voir comment j'allais m'en sortir. Je savais que je ne serais pas brillant, car je n'ai aucune méthode de mémorisation et par conséquent ne sais pas vraiment mobiliser ma mémoire. Comme je m'y attendais ce ne fut pas terrible, c'est le test où j'ai le moins bien réussi. J'ai constaté que je pouvais en rater 2 d'affilé, mais réussir parfaitement le suivant. En fait, je n'étais pas concentré du tout, et les nombres avaient tendance à sortir de ma tête juste après que je les ai écoutés. A la fin du test j'en ai parlé brièvement avec la psychologue, qui m'a dit penser que mon manque de réussite sur cet exercice était peut être du au fait qu'il n'avait aucun sens ou intérêt pour moi. Perso, je me dis que c'est aussi à cause de l'absence totale de stress. Dans le feu de l'action, j'étais assez indifférent par rapport à la réussite ou non.

L'exercice des symboles m'a plu. Mais j'ai réalisé en le faisant que si j'avais la même tâche à faire au quotidien dans un contexte anodin, j'irais à la même vitesse. Je m'en suis un peu voulu de ne pas avoir essayé d'appliquer une méthode pour en faire davantage. Je m'en suis bien tiré, mais je n'ai pas du tout eu l'impression de me forcer à faire mon maximum.

Pour les similitudes et les définitions, ça s'est bien passé et cela n'a pas été une surprise pour moi. Je suis du genre à accorder sans doute trop d'importance au sens des mots et à l'usage que l'on en fait, donc au quotidien je fais un peu le même exercice mental que ce qu'il fallait faire durant le test. Je me souviendrais longtemps du mot pour lequel j'ai réalisé que j'avais une appréciation parcellaire des concepts qui le portent.

En ce qui concerne les matrices et les puzzles, j'avais un peu d'entrainement, m'amusant de temps en temps à faire ce genre de choses sur internet. Je savais déjà que j'ai un rapport bizarre avec ce genre d'exercice : si la réponse n'est pas évidente immédiatement, j'ai tendance à laisser tomber. Comme je savais que j'avais cette habitude, j'ai fait l'effort de réfléchir davantage qu'à l'ordinaire. Je me suis imposé d'aller au delà de l'évidence. Je sais que j'ai fait une erreur débile au début des matrices en allant trop vite, en revanche la psychologue m'a demandé de lui expliquer comment j'avais trouvé la solution de la dernière matrice de la série car personne n'avait pu lui indiquer la méthode de résolution jusque là.

Pour la culture générale, j'étais en confiance et en effet cela a été facile pour moi. J'ai juste eu une difficulté sur une question dans un domaine que je sais ne pas bien retenir : le siècle de vie d'une personne illustre dans un domaine artistique. C'est étrange cette difficulté, car j'ai constaté depuis longtemps que spontanément je place très mal les artistes, les auteurs, les musiciens des périodes moderne et contemporaine, là où je n'ai aucun problème pour les personnages politiques, militaires, scientifiques etc... des mêmes périodes. C'est amusant.

Le test d'arithmétique a été une bonne surprise pour moi. Je partais avec un mauvais a priori sur mes capacités. Curieusement j'ai fait un sans faute sans que cela ne me semble difficile. Je ne pensais pas pouvoir manipuler sans support des nombres sans faire d'erreur d'étourderie ou de concentration.

Pour l'exercice du code, j'ai eu un peu le même ressenti que pour les symboles. Je m'en suis voulu de ne pas avoir essayé d'aller plus rapidement. Je me suis contenté de retranscrire chaque éléments les uns après les autres sans essayer d'en retenir plusieurs à la fois ou d'appliquer une méthode quelle qu'elle soit. Mon résultat n'a pas non plus été mauvais pour autant, mais voilà... j'aurais peut-être pu faire mieux si je m'en été donné les moyens.


Ma restitution n'est prévu que pour dans 2 semaines, mais la psychologue ayant saisi qu'un résultat sans explication n'allait pas être difficile à gérer pour moi, elle me la communiqué.

Donc ça donne
ICV 150
IRP 134
IMT 123
IVT 126
Elle m'a communiqué un QIT de 144, mais il me semble que l'hétérogénéité des valeurs ne devrait pas permettre de poser un nombre précis. Je lui en parlerai lors de la restitution.


Voilà, cela fut une bonne expérience. Néanmoins, mon manque total de stress, ma désinvolture et mon détachement ne m'ont sans doute pas vraiment poussé à faire de mon mieux, mais bon on est comme on est.

Il y un point dont il faudra que je discute avec la psychologue lors de la restitution : savoir si mon traitement antidépresseur actuel peut avoir eu un impact sur mes performances.


Edit : Je réalise que je n'ai pas du tout abordé la question de mon état à la fin du test et à l'annonce du résultat. Eh bien c'est peut-être un peu triste, mais j'ai été indifférent. C'était comme si les choses étaient en ordre. Si le résultat avait été négatif, cela m'aurait obligé à chercher ailleurs l'origine des problèmes que j'ai pu avoir les +ou- 25 premières années de ma vie. .

J'étais content tout de même d'avoir une information sur laquelle me reposer, mais cela n'avait déjà plus vraiment d'importance pour moi.

Avatar de l’utilisateur
Traum
Messages : 591
Inscription : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Traum »

Je vais me contenter de donner mon vécu sans encore avoir le résultat. Je ne suis pas trop venue ici pour me préserver et ne pas trop m'investir au cas où… et parce que le temps m'a beaucoup manqué entre mes patients, mes études et les partiels (qui ont été catastrophiques).
J'ai passé le test ce matin, dans un état pas très brillant : les dix derniers jours étant très, très durs, et ayant dû subir quelques remarques que j'ai mal vécues (quand bien même je sais qu'elles n'étaient pas pour me nuire, le problème n'étant même pas là…), j'ai bu hier (je suis très sensible à l'alcool) et puis, bon, moral dans les chaussettes, quoi…
Je ne me souviens même plus de tous les tests que j'ai passés. D'ailleurs, moi qui ai pu faire passer des tests, et notamment des WAIS IV (il y a un an, voire un peu plus), je ne me souvenais plus du tout du contenu. (J'ai dû mélanger une partie avec la WISC, aussi.)
Dans mon souvenir, les subtests de l'ICV se sont plutôt bien passés. Je suis parvenue sans trop de peine au bout dans mon souvenir et, a priori, sans trop de fautes. J'étais presque surprise d'en être déjà à la fin. Je pensais qu'il en restait encore des tas. La psychologue avait aussi beau me demander de rester simple, je serais bien partie très, très loin…
Les cubes de Kohs ont été le seul moment dans le test où j'ai eu l'impression de m'en sortir, même si j'ai eu l'impression d'être à la limite trop lente, en craignant de m'embrouiller dans les cubes, de les faire tomber, de trembler… il semblerait que je sois allée vraiment très vite et la psychologue n'en revenait pas du tout et est revenue plusieurs fois dessus. Je me suis trompée une fois sur les matrices (et je ne l'ai pas bien vécu, d'autant que je reste persuadée que ma justification tenait la route… :P ), et pour le reste, je ne sais plus…
Pour les chiffres, ça a été l'horreur… J'angoissais sur cet item et, pis, ça allait presque trop lentement pour moi dans l'énonciation (mais c'est le rythme 1 par seconde…). J'ai fini par craquer nerveusement et par me mettre à pleurer. J'avais l'impression de passer l'éponge sur les chiffres du milieu de la série et puis je finis par tout oublier… L'horreur. (Dans mon entourage, on me dit pourtant que j'ai une bonne mémoire. Pis, je suis étudiante en médecine, je ne fais que ça, apprendre… Mais j'ai craqué comme je peux craquer en plein partiel…) Je me suis sentie terriblement nulle, avec l'impression de tout fiche par terre. J'ai eu le sentiment de mieux réussi à l'envers et le fait d'avoir à classer (je joue aux cartes, j'ai tâché de classer les chiffres comme je classais les cartes) m'a paru plus simple que lorsque je faisais passer mes bilans. (Je trouvais ça horrible.)
Je ne peux pas dire pour le reste. J'ai eu le sentiment d'être assez lente pour les codes, voire très lente, toujours à vérifier, et pour symboles, j'ai craint d'aller vraiment trop vite…
Je me suis plantée un ou deux fois sur les problèmes (depuis que je suis enfant, je hais les problèmes…) et j'ai été surprise d'aller jusqu'au bout. À la fin, la psychologue m'a dit de faire un peu plus souvent du calcul mental.
In fine, je ne sais trop qu'en penser… Il n'y a que pour les cubes de Kohs que je suis contente de moi et, pourtant, j'avais juste l'impression que c'était facile, enfantin, que quiconque l'aurait fait tellement plus vite que moi… Mais pour elle, j'ai été vraiment rapide, très rapide et à plusieurs reprises elle m'a signifié que j'avais une pensée très rapide…

Résultats mardi prochain. J'ai presque honte d'y retourner en me disant que j'ai abusé, que je suis surtout pas surdouée, que je fais n'importe quoi, que je ne comprends rien à rien… Pourtant, pour elle, a priori, c'était un bon test, et même très bon… Mais bon, très bon à 120, je me sentirais plus que misérable, en fait… (Oui, je sais, c'est honteux de dire ça…)
Wait'n see… En attendant, je vais retrouver ma vie de tous les jours, bien remplie.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar de l’utilisateur
Esperluverte
Messages : 40
Inscription : lun. 4 janv. 2016 10:55
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/prise-conscience-tardive-t7016.html]clic clic[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Auvergne
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Esperluverte »

J'ai passé mon test ce matin, et comme la restitution n'est que dans 15 jours, je préfère vous le raconter tout de suite, tant que c'est encore frais.

J'ai rencontré le psy hier soir seulement, pour le premier rendez-vous, et j'ai trouvé que c'était une bonne chose d'enchaîner la rencontre et le test aussi rapidement : hier j'étais stressée en arrivant chez lui, beaucoup plus sereine en repartant grâce à ses explications, et ça m'a permis de bien dormir et d'arriver détendue pour le test ce matin.
Par contre, arrivée dans la salle d'attente, je me rends compte qu'il y a des travaux dans l'immeuble, et qu'on les entend très bien... évidemment ça a fait le plus de bruit au moment le plus compliqué pour moi : la mémorisation des chiffres.

Mon sentiment général, c'est que c'était assez ludique, le début de chaque activité était plutôt simple et allait en se corsant (bien sûr). Ça a duré 1h30 environ mais ça ne m'a pas paru long du tout, j'étais même assez surprise qu'on ait déjà terminé.

On a commencé par les cubes : pas trop de difficulté pour moi, même si je ne m'attendais pas à ce qu'ils soient si petits, je me suis un peu emmêlé les doigts par moments.

Puis, donc, les exercices de mémoire des chiffres, avec le boucan des travaux... je pense que j'aurais fait mieux dans un environnement calme, je galérais vraiment à la fin (j'essayais de visualiser les chiffres pour arriver à les restituer, mais c'était difficile de me concentrer).

Les matrices, pas trop de problème (j'aime bien ce genre de trucs) sauf la dernière, sur laquelle je suis restée bloquée plusieurs minutes... pas moyen de comprendre ce truc. J'ai fini par répondre à l'instinct parce que je ne voyais pas la logique et que le psy, voyant que je galérais, m'a un peu pressée.

Les puzzles, un peu plus compliqué mais pas de problème majeur. C'est assez curieux parce que je fais beaucoup de puzzles en général, mais là, avec des formes bizarres, j'avais l'impression que c'était une gymnastique mentale complètement différente.

Les symboles... assez perturbant de devoir barrer plutôt qu'entourer, mais comme il me l'a dit, ça fait gagner du temps. J'ai dû arriver à la 3e page, ou 4e, je ne sais plus.

Les similitudes et les définitions... je partais confiante (les mots, c'est mon domaine), et j'ai vite déchanté. Pas évident du tout ! Je me rends compte que hors de mon cadre professionnel, ça me vient beaucoup moins facilement. Et aussi que les mots me viennent d'instinct parce que je suis des clichés, ou que je répète des formulations que j'ai lues, mais pour expliquer précisément ce qu'ils veulent dire, c'est autre chose !

Problèmes de maths, à l'inverse, ça ne m'inspirait pas confiance (mémorisation + calcul mental ? :fubar: ) mais je pense m'en être bien sortie.

Culture générale, ça allait bien... (l'habitude du Trivial Pursuit :lol: ) J'ai un peu bloqué sur les questions scientifiques trop précises, mais sinon, pas de difficulté majeure.

Le code, j'ai trouvé ça facile mais creux. C'est le genre de truc que je fais avec grand plaisir avec des lettres, quand il y a un message à trouver, mais comme ça dans le vide... bof. Il m'a dit que c'était pour qu'une éventuelle dyslexie ne pose pas de problème, et je comprends bien l'idée, mais bon... j'ai quand même bien avancé, il devait me rester moins de 3 lignes à finir.

Je crois que c'est tout ^^ Dans l'ensemble, je suis contente parce que je sais que j'ai vraiment fait de mon mieux. Y'a plus qu'à attendre les résultats, maintenant !

Avatar de l’utilisateur
Traum
Messages : 591
Inscription : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Traum »

J'ai donné mon vécu de la passation en elle-même, il me paraît juste par donner mon avis de la restitution.

Cette dernière est encore très fraîche, dans ma tête, un peu irréelle. Mais elle eu lieu, il y a des heures et même deux jours déjà qui ont suivi.
Il y a un peu plus de 48 h, je montais au sixième étage dans un grand immeuble parisien, en plein cœur du VIe arrondissement. J'avais tâché d'occuper toute ma journée pour n'y surtout pas trop penser, et pourtant, je comptais les heures.
La veille, il se trouvait que, pour raison professionnelle, j'avais la malette de la WAIS IV avec moi. J'ai commis l'erreur à ne jamais faire : tenter d'estimer mes propres résultats, « pour ne pas être trop déçue » me susurrait mon surmoi. :devil: Je me trouvais entre 110 et 120 et je me sentais terriblement mal et honteuse ; j'ai vécu 24 h de cauchemar tellement je me sentais nulle, en train de faire mon deuil. Tout au plus, pensais-je, je pourrais avoir un ICV au-dessus de 130, et si d'aventure je devais être surdouée, j'aurais un profil forcément hétérogène. Sur ce coup-là, j'avoue avoir été passablement stupide, en sus de me faire du mal pour rien.

Mais je m'étais préparée en conséquence, j'avais imaginé maintes manières, avec des excuses plus ou moins foireuses, plus ou moins dans ce genre-là, en fait :
Mlle Rose a écrit :Il y en a aussi pour qui le test dit "non" et qui s'obstinent malgré tout à se voir surdoué, se trouvant mille excuses pour contester la validité de leurs résultats :
- contestation de la validité même du test et des épreuves [Je suis psy…]
- contestation de la compétence du psychologue [Ça me semblait difficile sur le coup. C'est venu après le résultat. Je vais y revenir.]
- contestation des résultats en raison des conditions de passation ("j'avais mal dormi", "il y avait du bruit dehors", "j'avais pris une cuite la veille", que sais-je encore...)
J'avais imaginé plein de choses, mais ma vessie m'a donné une prosaïque entrée en matière (une fois encore… je n'ai jamais eu autant une micro-vessie que durant la passation… j'aurais pu me trouver cette excuse, tiens : distraite par sa vessie, par la faim, la soif…) et puis je me suis échouée dans un de deux fauteuils qui font face au bureau, dans ce bureau qui m'a toujours paru à la fois si simple, si vivant, si plein de vécu et de tous les rires et les larmes des gens qui sont venus avant moi, qui ont affronté comme moi ce moment…
Et elle a commencé sans plus attendre, sans préambule, par me lire une suite de chiffres, là, comme ça, et c'était très bien comme ça. Et j'entendais, je comprenais et elle savait que je comprenais, et je me suis mise à pleurer immédiatement, avant même qu'elle ait fini, avant même d'avoir consciemment intégré tous ces chiffres. J'ai commencé par dire que ce n'était pas vrai, que ce n'était pas moi, qu'elle devait se tromper, etc. Elle m'a tendu la feuille des résultats et elle a continué à me parler de moi.
Tout est bien au-delà de ce que je croyais possible, même la mémoire des chiffres (j'ai 19, inouï). Je pensais être très hétérogène, je suis très homogène avec tous mes indices au-dessus de 130, et avec un QIT calculable qui me place dans le très haut potentiel.
Elle ne dit pas « surdouée », je comprends toute seule. On ne prononcera jamais ce mot mais c'est très clair pour l'une et pour l'autre.

Je ne suis pas sûre que j'aurais pu revenir ici si j'avais été testée non surdouée. (Ce à quoi je m'étais préparée.)
Aujourd'hui, je sais intellectuellement que je suis surdouée, et les questions et remise en questions se bousculent au portillon. Tout à l'heure, au cabinet, j'ai repris le livre de JSF. Je ne l'aime pas vraiment, trop simpliste, mais il était le seul en ma possession alors qui parle peut-être un peu de « moi » et évoque l'après-test, les remises en question : du résultat, du test lui-même, des compétences du psychologue, des questionnements sur le fait que l'on n'ait rien vu…
Des questionnements sur le sens de tout ça…

Pourtant, je dois avouer qu'il y a presque une chose qui me chagrine. Hormis le fait d'être « surdoué », je n'ai rien appris de particulier sur mon mode de fonctionnement intellectuel. Je suis très homogène, je n'ai pas de faille particulière, même pas une petite tare quelque part.
Bien sûr, la douance, ça a de quoi beaucoup faire travailler déjà. Comme si ce n'était pas assez.
Je ne cherchais pas l'origine de mes problèmes puisque je n'ai jamais voulu penser la douance ainsi, mais le pire… c'est que je sens que je vais devoir passer par ce travail que j'ai cru pouvoir m'économiser… au moins temporairement. Je voulais aller jusqu'au bout d'une question en voulant croire que je l'évacuerai (surtout par la négative : pas surdouée).

Le soir même, je n'ai pas pu en parler à mon analyste. Il est aussi psychiatre. La douance, ce n'est pas du tout son domaine, c'est un peu moi qui lui « apprends » de quoi il s'agit. Je l'avais évoquée il y a un an, quand j'avais eu mon premier entretien avec la psychologue. La douance n'est pas toujours très aimée par la psychanalyse, de façon générale, et encore moins chez les lacaniens (mon courant d'appartenance, pourtant, celui de mon analyste aussi — même si « lacanien », ça veut tout et rien dire). Mais il n'avait pas bronché. Il aurait été bien incapable d'infirmer ou de confirmer quoi que ce soit. Je crois en revanche qu'il a toujours soutenu, sans trop me le dire, le fait que j'aille au bout de mes questionnements.
Il n'a pas râlé non plus quand je lui en ai parlé hier. Même si je crois que ça l'a un peu surpris quand même. Je n'ai pas pu en reparler tout de suite… mais je crois qu'il y a du travail. Pas tant parce que j'irai très mal, mais pour mieux intégrer encore certaines choses, certains éléments de mon histoire et re-tisser une trame commune entre mon histoire et celle de mes proches.
Je savais que d'aucuns qui se découvrent surdoués éprouvaient le besoin de consulter… je l'entends tellement plus maintenant…

Mais in fine, j'en retiens une belle aventure, mine de rien, que ce test. Je remercie la psychologue avec qui je l'ai effectuée. Je n'ai pas de regret… Tellement de questions, en revanche…
Le test, ce n'est pas une fin en soi. On peut l'oublier quand on est dedans. On peut avoir besoin de l'oublier. Mais c'est tout sauf une fin en soi…

Bon courage à toi Esperluverte. J'espère que ça t'apportera plein de choses. Une nouvelle clef quel que soit le résultat. Bon courage à tous et merci à ce forum.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar de l’utilisateur
Maitre Folace
Messages : 326
Inscription : jeu. 3 sept. 2015 14:19
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/maitre-folace-barre-t6621.html]A la barre[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Sur la route
Âge : 53

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Maitre Folace »

J'ai passé le test hier, lundi, et j'en profite que mes impressions soient encore toutes chaudes.

Le délai de 3 mois depuis la prise de rendez-vous pouvait de prime abord sembler un peu long mais le temps est passé très vite, de plus avec les fêtes de fin d'année au milieu. Puis faut relativiser, à 48 ans, 3 mois de plus ou de moins.... :lol:

J'ai bien dormi la veille au soir, mais la pression à commencer à monter lundi matin :pale:
RDV a 13h30, me voila parti biieeeen en avance, au cas ou une invasion de fourmis géantes, un tremblement de terre ou autre catastrophe nucléaire pourrait me mettre en retard.

La psy m'accueille, elle est sympathique et à l'écoute, le courant passe bien.
Je lui raconte mon parcours (la version longue de ma présentation, donc), mes doutes, entrecoupé de questions pertinentes de sa part. Elle prend beaucoup de notes. Je me sens bien, détendu et en confiance.

Au bout d'1h30, elle sort les instruments de torture et me colle les cubes sous le nez. Début des tests qui ont duré environ 1h30.
Je ne vais pas détailler les différents tests, mais globalement ils sont plutôt ludiques, avec une complexité grandissante, comme on peut l'imaginer. J'ai été assez surpris car je m'attendais à des choses beaucoup plus complexes, notamment les questions de culture générale qui m'ont semblé vraiment triviale.

Ceci n'empêche pas que je me soit bien vautré sur certains tests! (les cubes, la mémorisation des suites de chiffres) :rofl: Perte de concentration, cela faisait donc déjà 2h30 que j'étais la, et ma satané anxiété qui m'a fait perdre mes moyens, la psy l'a bien noté et consigné dans son rapport.

J'ai apprécié l'arrivée du dernier test car l'effort de concentration sur la durée commençait à me peser.

A ce moment je n'avais pas l'impression d'avoir performé extraordinairement. Je la laissais finir ses calculs de points, dessiner ses petits points et tracer la courbe des quatre indices que j'ai vu, à ma grande surprise, bien au-dessus de la bande grisée représentant, je l'ai vite compris (oui, après tout, je suis surdoué!) être la moyenne, et pour certains bien bien au-dessus.
Première montée d'émotions. Elle commence à me donner les valeurs pour chaque indice et le calcul global. Deuxième grosse montée d'émotions, le percentile. Troisième.. enfin z'avez compris.

Les deux heures qui ont suivies ont été très agréables.
La psy a d'abord repris en détails les résultats en m'expliquant bien le but de chaque test, mes résultats, la ou j'ai perdu mes moyens et me suis planté. Puis nous avons parlé de manière très ouverte sur la douance, mon parcours, mon background familial, mes aspirations pour le futur.

18h30, je la quitte et monte dans ma voiture, un peu hagard, ce n'est pas possible, ces tests sont du pipeau, moi, noooonn

Mais si.... :1cache: :neuns:
Le bon sens nous dit que les choses de la terre n'existent que bien peu, et que la vraie réalité n'est que dans les rêves. Charles Baudelaire

Avatar de l’utilisateur
Dune
Messages : 29
Inscription : dim. 19 juil. 2015 16:32
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/titre-sujet-t6477.html]Y a eu du chemin depuis ^^[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Dune »

J'ai passé mon test 4 mois après la prise de RDV.

L'attente a été difficile. Mais pas insurmontable.

Le jour J : l'anamnèse et le test ont été fait en même temps. 15 min pour l'anamnèse et 45 min pour le test.
La restitution a été faite une semaine plus tard pendant 1h d'entretien.

Durant le test : J'était angoissée et très nerveuse. Le moindre bruit me perturbait. Je cherchais à contrôler les exercices, à tourner les pages moi-même etc. Il y a des parties de test que j'ai cru réussir et d'autres par du tout. Il s'est avéré que c'était l'exact opposé.

Quand je suis sortie du test : j'avais envie de pleurer. Je l'avais trouvé trop facile et en même temps j'avais un sentiment d'échec. Je sentais que je l'avais "raté". Comme un examen...

A la restitution : j'ai eu la sensation que ça avait été rapide. Que j'avais attendu TOUT CE TEMPS pour ça..., de m'être faite "avoir". J'étais perplexe, perdue. J'ai travaillé par la suite avec la psy qui me suit déjà pour ramener le test à l'état d'outil et d'indications, et non pas comme une valeur absolue et une définition de qui je suis.

Je dirais que si on souhaite passer le test :
  • Ce n'est pas un examen.
  • Prendre son temps.
  • Ce n'est pas une course.
  • Même si on a la sensation de patauger, penser à respirer pour se recentrer.
  • Faites ce qui vous semble juste de faire pour vous. (Si vous avez besoin de vous lever, de marcher avant de répondre, d'utiliser vos mains pour compter, de parler à haute voix, on s'en fout, le test est fait pour ça, pour voir comment vous procédez pour arriver aux résultats.)
Il n'y a pas de bons ou de mauvais résultats, juste des indications pour travailler dessus par la suite.

:)

Avatar de l’utilisateur
Esperluverte
Messages : 40
Inscription : lun. 4 janv. 2016 10:55
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/prise-conscience-tardive-t7016.html]clic clic[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Auvergne
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Esperluverte »

La restitution a eu lieu hier ; comme j'angoissais pas mal les jours précédents, j'avais prévu un planning chargé toute la journée pour ne pas trop avoir le temps d'y penser. Ça a bien marché, je suis arrivée au cabinet relativement détendue. C'est d'ailleurs la première question qu'il m'a posée : comment je me sentais.
Il est ensuite entré directement dans le vif du sujet (et je l'en remercie) en m'annonçant que oui, on était bien dans quelque chose de nettement au-dessus de la moyenne, aucun doute à ce sujet, et plutôt homogène de surcroît. Que je suis dans les 1% supérieurs de ma tranche d'âge. Il parle de précocité, mais dit que je peux bien employer le mot que je préfère. Léger vertige : je m'attendais bien à être haut (sinon je ne serais pas là) mais pas à ce que ce soit si flagrant.
Il m'a montré la position des 4 indices sur la courbe de Gauss : mémoire un peu en-dessous de 130, compréhension un peu au-dessus, raisonnement perceptif au-dessus de 135 et vitesse vers 120. Il a précisé que c'était assez classique que quand les 3 autres indices sont élevés, la vitesse soit un peu plus basse : c'est plus la main qui n'arrive pas à suivre qu'autre chose, le problème, et de toute façon ça reste bien supérieur à la moyenne.
Il m'a ensuite détaillé mes scores aux différents exercices, ce que ça voulait dire, ce qu'il avait pris en compte au niveau de la notation... je me suis rendu compte que j'avais de bon scores aux tests qui m'avaient fait un peu souffrir (mémoire des chiffres notamment ; d'ailleurs j'aurais sans doute fait encore mieux sans le bruit des travaux). On a parlé des points faibles (vitesse donc) et forts (similitudes et matrices).
Je lui ai ensuite demandé des chiffres concrets, ce qui donne : IVT = 120, IMT = 128, ICV = 131 et IRP = 136 pour un QIT de 137.
On a aussi parlé de ce que ça impliquait au niveau du vécu, qu'il était du coup complètement normal que je me sente en décalage avec la plupart des gens, que ça expliquait aussi en partie le harcèlement scolaire que j'ai subi. Que ce qui était un atout au test des similitudes pouvait en effet être un peu handicapant dans ma vie sociale (les connexions trop rapides qui font que je n'arrive pas à suivre une conversation parce que je pars plus loin et plus vite, ou que j'ai du mal à expliquer les choses parce que je passe de A à C sans prendre le temps de mentionner B qui est évident).
Il m'encourage à poursuivre dans mes questionnements, avec ces informations en main, et à trouver comment en tirer parti au mieux plutôt que de me brider pour vouloir à tout prix être comme tout le monde.
Au total, ça a duré une trentaine de minutes, un peu court mais il n'y avait pas grand-chose à dire ; il m'a invitée à le recontacter si j'avais d'autres questions une fois que j'aurais un peu digéré. J'en suis ressortie en ayant envie de rire et de pleurer en même temps - surtout de rire, quand même. Place à la digestion maintenant, je pense que je vais m'acheter un ou deux bouquins pour m'aider.
Merci à vous tous en tout cas - comme beaucoup, je ne sais pas si j'aurais eu le courage de revenir ici si le diagnostic avait été négatif... et c'est aussi pour ça que je ne me suis pas encore trop installée. Maintenant, je vais essayer de me faire mon nid dans le coin :chat:

Avatar de l’utilisateur
Nouvelhomme
Messages : 8
Inscription : sam. 26 déc. 2015 15:08
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/salut-tous-t6996.html] par ici [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Nouvelhomme »

J'ai passé le test il y a un mois maintenant, je vais essayer de partager ce qu'il m'en reste en mémoire.

Pour commencer, je sais pas si ça vous parle mais moi dans certains cas où ma concentration se mobilise, j'ai le sentiment que mon processus d'inscription mémorielle prend des vacances de manière inversement proportionnelle. Du coup, dix minutes après le test, j'aurais déjà été incapable de raconter avec précision ce qui venait de se passer :^) Même chose lors de l'entretien préalable avec le psychologue, ce qui s'avère frustrant lorsqu'on essaie de faire la synthèse des infos qu'on a pu acquérir...

Contrairement à certain(e)s, je n'ai ressenti que très peu de stress à l'approche du test. Alors que paradoxalement j'ai un rêve récurrent (que j'ai encore fait cette nuit), dans lequel je me trouve dans une salle de classe pour un examen et je n'arrive pas à faire les exercices demandés, pour des raisons variées (pas d'encre dans le stylo, angoisse/difficulté à me concentrer, je comprends pas la consigne...). Mais dans la vraie vie j'ai quasiment toujours trouvé plaisant le moment où il faut restituer ses connaissances, du moins pendant ma scolarité (à l'exception des exposés devant toute la classe).
Bref, aucun souci d'angoisse liée à la crainte d'échouer n'a précédé mon test, moi qui me retrouve pourtant régulièrement dans cet état lorsqu'il s'agit de passer un entretien, où parler en public.

J'éprouve une certaine excitation lorsque la thérapeute m'explique comment ça va se dérouler. Je suis comme un gamin avec un nouveau jouet, sans doute une certaine exaltation à l'idée d'une stimulation cérébrale un peu inhabituelle. J'ai été très amusé par des tests auxquels j'ai obtenu des notes banales, qui ne faisaient pas appel à mes facilités (cubes, maths, mémorisation...). En revanche j'ai été plus crispé pendant les sub-tests qui reflétaient les facultés les plus évidentes chez moi (l'aspect verbal). J'ai obtenu un bon résultat à ces sub-tests, pour autant sur le moment j'ai éprouvé une certaine frustration, en me disant que je pourrais sans doute faire mieux, etc. Même sentiment de frustration avec certains tests, pendant lesquels un fonctionnement commence à bien se mettre en place et du coup je commence à aller vite, ça m'enivre et j'ai envie de continuer parce que le fait de se sentir cogiter efficacement m'a vraiment grisé ! Mais hé mon p'tit monsieur, on est là pour passer des tests hein, pas faire béatement joujou.

Je pense que ces tests peuvent facilement titiller l'égo, aussi bien on peut se sentir tout fier lorsqu'on sent qu'on fait appel au(x) domaine(s) de compétence qui révèlent nos superpouvoirs cognitifs, que passablement piqué dans sa fierté lorsqu'on bute sur un truc qui parait faisable. Si j'avais un conseil, ce serait d'essayer de ne pas se sentir jugé par le test et la personne qui le fait passer, simplement "identifié", sans échelle de valeur. Ça peut s'avérer difficile mais effectivement envisager la chose comme un examen semble induire un fonctionnement trop souvent vecteur de narcisseries diverses : examen donc note, donc échelle de valeurs, donc je crains de pas être à la hauteur que je me suis imaginé être...pour moi, après réflexion ça a eu le mérite de mettre le doigt sur des failles narcissiques qui méritent d'être interrogées.

Quoi qu'il en soit, l'après s'avère contrasté pour moi : après une certaine ivresse que j'attribue au réconfort de se sentir compris et également détenteur d'une particularité au potentiel assez immense, la question du "et maintenant, on fait quoi?" et son lot d'hésitations ont pris le dessus. Ça se révèle un peu difficile à éluder tout ça, et ça s'est rangé dans la catégorie des "problèmes à résoudre". Je me retrouve un peu paralysé à l'idée de ne pas opter pour la bonne approche, et j'ai du mal à cerner mon intuition, surement un peu enfouie sous des années de raisonnement déductif. Je crois que c'est le moment d'être patient et d'y aller tranquillement, étape par étape :)

Avatar de l’utilisateur
noway
Messages : 373
Inscription : dim. 28 avr. 2013 19:44
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3568.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : à côté

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par noway »

Pour ma part, j'ai passé le test hier.
Contexte
Cela va faire 3 ans que je suis inscrite sur le forum, presque autant de temps que j'ai découvert le livre de JSF. Le reste est explicité dans ce topic là. Pendant tout ce temps, j'ai lu le forum, des livres...J'ai réfléchi, soupesé "et si c'était ça?", "et si c'était pas ça ?". Ce test, je me suis finalement décidée maintenant car il fait partie d'un travail que je fais avec ma psy, de ma vie qui se pose un peu en ce moment, de ma décision de poser cette vie et de (me) poser les bonnes questions. Finalement, je crois aussi que cette attente m'a évitée de me "jeter dedans" comme un chien fou qui sautillerait partout, la langue pendante, la patte dans la gamelle d'eau !

La passation
Du coup, j'ai très bien dormi, je suis arrivée très sereine, moi qui pensait avoir le ventre tordu d’appréhension et les mains tremblantes...Mais non. Quelqu'un a écrit ici que le test était comme une prise de sang : on cherche à mesurer quelque chose à un moment déterminé. C'est une métaphore qui m'a pas mal aidée.
Durée du test: 3 heures. WAIS + tests projectifs.
Je ne détaillerai pas les différents test, juste que j'étais assez à l'aise avec la partie "verbale" et beaucoup moins avec les chiffres.Très à l'aise avec les symboles (apparemment j'ai été "très rapide"..Ah bon) Les dessins étaient assez marrants à faire. (Le dernier l'a étonnée: -"Vous qui disiez ne pas avoir de talent ! Vous voulez m'en parler ?").
J'ai fini en lui disant que finalement, je ne me sentais pas du tout surdouée! J'ai eu l'impression de perdre pied assez rapidement dans le pic des difficultés. Mais je lui ai dit aussi que j'avais hâte de découvrir ce qu'elle percevrait au travers de ces tests, car c'est finalement le plus important. On le fait pour savoir comment on fonctionne.

J'ajouterais juste que c'est très fatiguant. J'avais bien dormi et j'avais bien mangé le midi (des pâtes => sucres lents !!), pourtant je me suis sentie lessivée en sortant.
Voilà, compte rendu le 1er mars....
"bizarre", vous avez dit "bizarre"...comme c'est étrange"

Avatar de l’utilisateur
Grenouille
Messages : 58
Inscription : jeu. 25 sept. 2014 21:35
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/normale-t5434.html]Étrange...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Grenouille »

Ca y est je me lance, en étant juste une lectrice assez passive, ça fait bizarre de poster pour une fois... :)

J’ai finalement passé le test samedi matin. Après les premiers murmures qui ont commencés il y a 7 ans, ma soeur qui me pousse à venir ici il y a un an et demi, la demande d'une adresse de psy auprès de Mlle Rose 6 mois plus tard, et encore 6 mois pour arriver à prendre le téléphone, c’est finalement arrivé !

Le premier rendez-vous s’était bien passé, une psy hyper (trop ?) bavarde qui m’a vraiment bien expliqué comment ça se déroulait, tout en se renseignant pour savoir qui j’étais et pourquoi j’étais là.
Un mois plus tard, me voilà de retour chez elle. Ayant eu une semaine très stressante, je n’avais plus rien en réserve et j’ai superbement bien dormi avant le test pour arriver parfaitement détendue (bon ok un peu angoissée quand même, à quelle sauce j’allais être mangée :think: )
Elle s’excuse du bazar, et j’attaque sans plus de préambule avec les cubes. L’impression de jouer aux légos, et on passe à la suite trop vite. Les suites de chiffres à retenir : tout va bien jusqu’à ce qu’elle m’annonce un zéro, ça me fait rire qu’ils aient pu mettre un zéro au milieu, du coup adieu la concentration. Je regarde les dessins sur le mur derrière elle, et je lui ressors n’importe quoi, quand ce n’est pas carrément « euh désolée j’ai pas écouté… ». Le reste se passe sans trop de problème, à part quelques fois où je n’écoutais pas ce qu’elle me disait… (trop de dessins au mur :tmi: ).
Pour les définitions, j’ai juste bloqué sur un mot tout simple, mais me demander ce qu’est un objet alors que je fais ma thèse dessus, ben c’est pas très sympathique pour mon cerveau. Elle a pris un peu peur en entendant ce qui me venait à l’esprit… :lol:
Quelques tests de personnalité et projectifs plus tard, je m’en retourne chez moi, pour patienter encore 11 jours avant les résultats, sachant qu’elle n’a rien calculé pendant le test et que je n’ai strictement aucune idée de ce à quoi ça peut ressembler…
Aussi comme Noway l'a fait remarqué, c'est assez intense et fatiguant : j'étais juste épuisée en sortant.

En résumé, je me suis amusée pour passer le test (plus quelques moments de frustration intense), mais maintenant je vais stresser…

Avatar de l’utilisateur
anoia
Messages : 31
Inscription : lun. 9 nov. 2015 11:29
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/douee-surdouee-pas-douee-tout-t6828.html]hop[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : la Terre du Milieu
Âge : 34

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par anoia »

Bonjour !
Voici mon récit du test passé il y a 2 semaines après 3 mois d'attente. Je dois dire en préambule que l'attente n'a pas été si terrible, plus le temps passait plus l'idée du test se banalisait dans mon esprit, et au fil de mes lectures, ma connaissance de la question de la douance avançant, je commençais présomptueusement à me dire que le test serait de toute façon positif :-) - lorsque j'ai revu la psy pour des tests projectifs lundi dernier elle n'a pas voulu me donner de détails (restitution prévue début mars, grrr) mais a priori mes résultats sont très hétérogènes avec les parties verbal et mémoire très élevées, la vitesse de traitement bien moins - tellement qu'elle m'a fait passer un subtest facultatif supplémentaire ce jour là :1cache:

Donc le jour J enfin, le stress n'est vraiment apparu que le matin même, le week end ayant été chargé.
On a commencé par les exercices de similitudes et ça m'a surprise car j'étais persuadée qu'on commencerait par les cubes (exercice un peu angoissant pour moi) : du coup j'étais soulagée mais, par fainéantise ou incompréhension je me suis escrimée à ne répondre que par un unique mot ! au bout de quelques réponses la psy m'a précisé que je pouvais faire des phrases, je me suis sentie un peu neuneu >.< j'ai aussi parfois omis des évidences qu'elle a fini par me faire dire en insistant un peu ("plus simple, plus simple").
Je n'ai pas fait le test vocabulaire mais à la place j'ai eu droit au test de compréhension. Tout ceci était franchement simple disons le.

Ça s'est gâté avec les cubes comme je le pressentais : non pas que l'exercice soit mentalement compliqué, mais je suis atteinte de tremblements assez importants en cas de stress et surtout si je dois faire une manipulation inhabituelle, vous imaginez donc le bordel. Enfin la psy en a a priori tenu compte car ça m'empêchait parfois de me concentrer sur les motifs vu que je passais un temps fou à essayer de poser un cube dans le bon sens sans faire valser ceux d'à côté :1cache:

Ensuite les matrices, assez facile sauf la dernière que je n'ai pas du tout trouvée, la frustration !
Pas de puzzles visuels, dommage ça me plaisait bien. Par contre j'ai eu les "complètement d'images" et je me suis obstinée pour absolument tout trouver mais j'ai calé sur la dernière.

Mémoire des chiffres : je me suis mieux débrouillée que je l'imaginais mais au bout d'un moment j'ai vraiment décroché et ai enchaîné trois erreurs, la psy était déconfite elle avait l'air de penser que j'allais au sans faute, il faut dire que ça commençait à m'ennuyer.

Arithmétique ok sans souci hormis quelques divagations de mon esprit par moments (ah la concentration :wasntme: )

Symboles et codes : facile mais j'étais lente, bien plus que je l'imaginais. Le subtest Barrage que j'ai passé lundi en complément m'a perturbée car la consigne était de repérer les formes lignes par lignes, or je crois que je serais allée bien plus vite si j'avais pu balayer l'ensemble de chaque page et juste laisser les symboles me "sauter aux yeux", je me sens donc un peu frustrée d'avoir dû me conformer à cette approche linéaire qui m'a plutôt défavorisée. Est ce que ce sentiment est partagé par certain-e-s d'entre vous ?

J'étais contente de passer les tests projectifs (Rorschach et TAT) en + car je crois que ça donnera une bonne idée de mes inhibitions et blocages notamment, qui ont certainement contribué à affaiblir mon score à certains subtests.

A suivre début mars donc !

Avatar de l’utilisateur
Patalo
Messages : 5
Inscription : mar. 6 janv. 2015 11:17
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t5725.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bretagne (à l'ouest !...)

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Patalo »

Bonjour-bonjour,
J'ai passé le WAIS 4 le 16 février dernier.
Peu dormi la nuit précédente : du monde à diner, coucher tard, malade dans la nuit (mauvaise digestion ou stress ?)
J'ai été très en avance sur place (une heure de route). Ce n'est pas dans mes habitudes.
J'essayais de me cacher mon stress éventuel, mais la curiosité de voir, mon envie de savoir, tout cela dépassait mon stress et ma peur d'avoir un QI ridicule.
J'ai attendu devant l'adresse de la psy, dans ma voiture, en mangeant une réserve de nougats que j'avais amené (pour être en forme !). Je ne sais plus à quoi je pensais, c'était trop tendu, dans ces cas là on a une pensée qui est une sorte de tourbillon… figé !
Heure du test.
Quelques minutes de discussion pour faire connaissance, mais comme je lui avais envoyé un mail de 3 pages sur mon histoire, mes particularités, mes problèmes, mes soupçons, mes attentes, elle m'a dit que c'était très complet et qu'il n'y avait pas grand-chose à ajouter de plus. Je l'ai senti surprise par mon parcours atypique (elle y a fait plusieurs allusions).

Le test lui-même qui m'a paru rapide (cette partie a durée une heure ½) et très facile. Beaucoup de stress au début, sur les cubes je crois que la plus grosse difficulté n'a pas été les consignes en elles-mêmes, mais le stress des doigts qui s'agitaient plus que je ne voulais :sweat: . Les chiffres m'ont semblé difficiles comme je m'y attendais, mais ça s'est bien passé en "visualisant" les chiffres sur chaque doigt au bord de la table. Par contre j'ai dû plusieurs fois m'apercevoir que j'oubliais de respirer tellement j'étais crispé…
La suite en détail, je ne sais plus. Les premiers tests de vocabulaire/mots/définitions et autres m'ont totalement détendu car ils me semblaient très faciles et rapides. Très ludiques, j'aurais aimé qu'ils durent plus, juste pour jouer (j'ai beaucoup lu de dictionnaires dans mon adolescence –au lieu de suivre en cours, d'où l'échec scolaire total-, puis me suis fait un honneur de battre tout le monde, -surtout les profs de français- au jeu des définitions). A partir de là je me suis senti bien et même si le test de résolution de problèmes arithmétiques m'ont été plus difficiles, le stress était totalement envolé.
Je pense avoir terminé tous les items, sauf celui qui est destiné à voir notre vitesse de travail, où il est prévu que l'on ne puisse pas aller au bout.

Retour en salle d'attente ¼ d'heure pour un premier débriefing. Ma seule crainte était d'avoir été trop vite et raté plein de choses sans m'en être aperçu, sinon j'étais plutôt optimiste.

Sachant que je me posais la question de savoir si j'étais HQI ou asperger (je n'ai aucune compétence sociale, etc. :1cache: ), la psy a été plutôt étonnée de ce questionnement. Le résultat est très cohérent, homogène, rien au dessous de 130. Et même un quasi maximum en compétences verbales. Elle a passé son temps à vouloir me démontrer que tout ce que je lui expliquait était du domaine des problèmes de HQI et qu'elle ne voyait pas pourquoi j'imaginais d'autres troubles quelconques...
Je suis donc THQI.

La suite me surprend. Il y aura un mail de résultats, puis dans un délai d'un mois et demi, un dossier écrit complet. Pas de restitution orale ou autre échange.

En résumé : ne pas s'en faire, être naturel.
En ayant mieux mangé, mieux dormi avant, moins de stress et mieux respiré pendant, je pense que j'aurais dépassé les 150. J'aimerais bien réessayer, juste pour voir … :rofl:
La beauté de la vie dépend de ton regard

Avatar de l’utilisateur
Laety777
Messages : 28
Inscription : lun. 29 févr. 2016 09:30
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/aube-reste-vie-t7253.html]Salut ;)[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Région Centre
Âge : 38

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Laety777 »

Alors je me lance... ;-)

Je pensais attendre la restitution, mais l'effet ne sera pas le même, je suppose...

Parler de ma life pendant 1 heure, ça s'est fait...
D'ailleurs, elle est jeune comme neuro-psy, mais elle arrive à suivre mes propos... Je pars dans tous les sens, enfance, jeunesse, boulots, accouchement, maladie de ma puce, le test du grand...

Je la "sens" bienveillante à mon égard et à l'air de compatir sur mes discours... :1cache:
Elle me propose de passer le test adulte.

Mais là, c'est passer un cap, entre la honte de penser "être" un HP alors que non, ce n'est pas possible...
Mesurer, mon degré de "débilité" Pfffff mais au fond, j'y pensais déjà depuis l'annonce du grand, je l'avoue...
Bon, je voulais travailler sur moi-même pour avancer, car ces derniers temps, je pensais avoir réglé tout et bien me connaître d'ailleurs, mais ça revient mettre un sacré bazar dans ma tête...

Ok, je suis d'accord.

Séance test passé le 24 février :

La veille, j'évite d'en parler, mais c'est une pensée qui ne me quitte pas... Pourquoi faire un tel test ? Et si je prenais le risque de me dévaloriser encore plus ?

J'arrive 5 min avant, m'installe dans la salle d'attente avec pas mal de magazines en guise d'occupation...je suis + attirée par "30 millions d'amis" qu'avis de consommateurs, je rigole en moi-même en pensant que les gens HP, enfin dans l'idée que je m'en faisait a cet instant, seraient plus attirés par d'autres lectures....

Je pense à mes enfants, mon budget, le projet du centre de loisirs à la commune, je vois les différentes toiles au mur... Et j'entends le vent qui souffle violemment...

Il va falloir que je me concentre, je ne sais pas comment on fait :worried:
Étrangement, je ne me sens pas stressée, car après tout ce n'est qu'un test pour en savoir + sur moi... Mon objectif final est d'avancer...

GO, elle ouvre la porte, chaleureuse, souriante... Avec une ambiance zen qui flotte et envahi la pièce...
Elle me demande comment je vais...
"Plutôt bien dans l'ensemble (Je venais de passer les dernières 48h à produire un document sur la mise en place d'un centre de loisirs et d'un local jeune sur ma commune, avec les budgets prévisionnels et tout le reste...Donc je suis dans un bon jour)"

On commence...
Les cubes, je tremble et je suis surprise par ma vitesse d'exécution...Trop forte me dis-je, je me marre au fond... Mais le stress monte sans pouvoir le contrôler.

Ensuite, s'enchaînent des tests divers et variés, les suites logiques d'un coup facile d'un coup complexe, je ne "vois" pas la solution...Mince, j'ai envie de tout lâcher... Grrrrr "Ah, non, allez jusqu'au bout, elle m'encourage"
Je me sens limite par moment et à d'autres, je rigole de mes bêtises, ça détend l'atmosphère...
Le sens des mots... Comment dire, vu par moi ?!? ... rofl:
Je rame toute seule au fond, la concentration est à son comble que mon esprit s'évade déjà vers d'autres pensées...

Les nombres à l'endroit, à l'envers... Je m'étonne moi-même et rajoute souvent un chiffre alors que tout est bon ?! Je rigole encore de bon cœur avec elle...Mais elle me rassure en me disant que j'assure et me dis "dommage la moyenne va chuter à cause de ces erreurs" je continue... :D

Le test des problèmes... Ouille, encore des chiffres, je ne suis pas trop amie avec... Mais je me surprends encore à répondre des "trucs" sans réfléchir...Et là, je pense bourde totale et je me marre malgré la fatigue qui vient peu à peu paralyser mon cerveau...

Je speed et pourtant tout n'est pas chronométré...Peut-être pour en finir au plus vite... Les suites logiques, la reconstitution des figures géométriques à 3 images ?! 2 images ok, là c'est tordu quand même :sweat:

Elle me rassure en disant que je suis plutôt rapide et efficace, heu moi ?!

Le lien entre 2 mots... Je ne sais quoi en penser, j'essaie de donner le plus de logique à ce que je raconte, mais je me perds, enfin, j'en ai l'impression...

Culture générale : ouille je suis l'heureuse perdante absolue du Trivial...Tant pis, on y va... Avec la bonne surprise de la simplicité des questions, sauf de géographie, que je n'aime absolument pas, je n'ai même pas fait l'effort d'y répondre car bêtise assurée :x

Les symboles à retranscrire avec les numéros: "Non, c'est dans l'ordre" Mince, j'ai l'impression d'être un escargot...."

Les symboles à rayer, là j'avoue, ce fut le dernier test alors j'en ai fait 3 feuilles le temps du chrono...

Fin du test :

J'ai déjà envie de partir, mais elle continue en disant que, d'un premier abord, je me plait dans la complexité avec un très grand taux de réussite et du coup des échecs dans le plus simple (je vois des pièges partout :rock: )
Elle me dit que les chiens ne font pas des chats...
Je sens bien ce qu'elle essaie de me dire, mais je ne suis pas encore prête à l'entendre... Du coup, j'acquiesce et repars déjà dans mes "mille et une" pensées.

RDV donc le 9 mars pour la restitution.

Je sors du cabinet, je roule une clope. diabloo: ) Je me sens soulagée et en même temps dans un état de fatigue intense... Dire que je me suis pensé débile une bonne partie de ma vie :tmi: déjà rien que de me dire que je ne suis pas "bête" est déjà un soulagement.. :whew: ..Affaire a suivre.

Mais rien que pour la curiosité, je vous conseille vivement de faire cette démarche auprès d'un bon psy, c'est une expérience enrichissante qui permet d'en savoir + sur soi :nod:

Avatar de l’utilisateur
Mily_on_air
Messages : 34
Inscription : mer. 10 févr. 2016 13:50
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/qui-est-t7174.html]Mily On Air[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Mily_on_air »

Bonsoir,

J'ai passé le test début janvier. J'étais en vacances à Paris (je vis à l'étranger) et j'avais attendu très longtemps ce rendez-vous.
La veille, j'avais passé une super soirée, mais je ne m'étais tout de même pas couchée trop tard.

Je suis partie très en avance, pensant pouvoir me promener vers Montmartre avant le test (le cabinet de la psy était dans le coin).
Seulement pas de chance, quartier bouclé, sirènes de police partout à cause de l'attaque du commissariat de la Goutte d'Or précisément à ce moment.
J'ai donc sonné chez la psy plus d'une heure à l'avance. Elle était assez réticente à me laisser aussi longtemps dans la salle d'attente pour des raisons de confidentialité, mais je n'avais pas d'autre endroit ou aller en attendant et j'étais plutôt stressée car je ne savais pas ce qui se passait.

Quand mon tour est arrivé, j'ai eu un bon dialogue avec la psychologue, on a un peu rigolé pour dédramatiser mon inquiètude de ce qui se passait dans le quartier. Puis on a fait l'entretien. Ses questions m'ont déroutées, ce n'était pas tout à fait ce à quoi je m'attendais (on a pas beaucoup parlé de mon enfance), mais je lui ai fait confiance.

J'ai abordé le test en confiance. J'ai un peu cafouillé sur les cubes, un petit moment de panique quand elle a enclenché le chrono, mais je me suis reprise. Je les ai trouvé très petits :rofl: faut dire que je ne suis pas très adroite de mes 10 doigts.

Ensuite on est passé à la mémoire des chiffres, puis les 3 subtests verbaux, les matrices, les puzzles visuels, l'arithmétique, et les tests de vitesse de traitement en dernier. Elle n'a pas jugé nécessaire de me faire passer des subtests supplémentaires, elle m'a dit qu'elle avait assez d'éléments.

J'ai trouvé le test très rapide, un peu plus d'une heure, et je n'ai rien trouvé de difficile.

Pour la restitution, ça peut paraitre horriblement prétentieux, mais j'avais peu de doutes. J'avais passé pas de mal de tests psychotechniques dans un contexte professionnel, ainsi que le test d'entrée à Mensa. Limite j'étais un peu déçue sur certains indices sur lesquels je pensais pouvoir faire mieux, mon esprit de compétition me rattrapant toujours un peu, j'avais pris un peu cela comme un jeu.
J'ai trouvé le bilan très intéressant, je ne comprenais pas trop ce que tout le monde voulait dire par "connaître son fonctionnement" mais en effet ma psy a tiré beaucoup d'informations du test, par exemple que je suis plus douée pour faire des liens entre des concepts existants que pour en inventer de nouveaux, ou encore que depuis longtemps j'ai le soucis de communiquer avec mon entourage.

Avatar de l’utilisateur
Rachel
Messages : 66
Inscription : sam. 6 févr. 2016 12:24
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Rachel »

Voilà mon petit témoignage du passage du WAIS IV.
Je l'ai passé hier matin. J'avais pris RDV une semaine avant et heureusement car cette courte attente m'a déjà semblée longue !
Je suis arrivée vraiment stressée et cet état m'a accompagnée jusqu'à la fin du test.
Tout était prévu en 3h, restitution comprise.
On a très peu parlé avant le début du test. J'ai juste expliqué les raisons qui m'ont poussée à faire le test et paf, ça a commencé. La psy était plutôt chaleureuse mais j'ai été surprise par la rapidité avec laquelle on était arrivées dans le vif du sujet et surtout par la forme même du test. J'avais souhaité rester le plus ignorante possible à propos du test avant de le passer et donc j'en avais pas lu grand chose. Je pensais que j'allais devoir remplir une sorte de cahier pendant 2h et que la psy ramasserait ensuite la copie pour l'analyser. Le fait que ce soit la psy qui me fasse faire les différents exercices en direct m'a pas mal déstabilisée. Je suis du genre à perdre mes moyens face à quelqu'un que je ne connais pas. Mes mains tremblaient pas mal au moment des cubes !
Au final, j'ai trouvé cet aspect forcément important car c'est bien sûr entré dans son analyse de mes résultats. Et c'est ce qui m'a le plus appris. Elle a vu par exemple, dans l'exercice de rapidité, mon manque de confiance en moi qui me faisait vérifier toutes mes réponses et me faisaient donc perdre du temps alors que je trouvais la bonne réponse du premier coup et très vite. Elle a vu aussi, tout comme moi d'ailleurs mais trop tard, mon caractère précipité dans ma façon de répondre aux suite de formes. Si je ne trouve pas de suite la réponse, en gros, ça me gonfle de réfléchir.... Donc je préfère répondre de travers et passer au suivant plutôt que de me prendre la tête à réfléchir... ce qui, pour quelqu'un qui passe le test à sa propre initiative est un peu con.... Je m'en suis rendu compte et du coup j'ai fait plus gaffe à la série suivante.
Enfin, j'ai eu un moment de panique quand il a fallu faire du calcul mental. Je n'ai jamais appris mes tables de multiplication et j'ai développé un blocage total à ce niveau. Le calcul mental est pour moi une torture, surtout dans un temps limité. Mes résultats à ce niveau ont donc été dépendants de cette lacune et du stress qui l'a carrément accentuée... Apparemment, selon ma psy, cette panique face au calcul mental est assez fréquente.

Mon impression générale a été un moment peu agréable alors que pourtant ce genre d'exercices peut être amusant. Mais le stress a eu raison du plaisir que j'aurai pu prendre à le faire dans un autre contexte.

Concernant le contenu du test et les compétences concernées, je trouve qu'il en manque une qui n'est pas du tout appréhendée et c'est dommage : il s'agit de l'imagination, la créativité. Cette compétence que je juge importante et qui détermine aussi le fonctionnement d'un esprit mériterait une petite place dans l'ensemble.

Au final, je pense qu'il aurait fallu plus de temps avant de passer le test pour que je sois plus en confiance.

Dernière chose, depuis hier matin, je rumine les 2-3 trucs que j'aurai pu mieux faire si je n'avais pas ces problèmes de confiance en moi et de précipitation. C'est pénible mais bon, je suis comme ça pour tout, à ruminer après coup ce que j'aurai pu facilement faire mieux... Je sais que ça va durer 2 jours puis j'aurai digéré !

Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
Messages : 725
Inscription : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7018.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 43

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Fish »

J’ai passé le WAIS IV lundi dernier avec une psychologue conseillée par MlleRose. Je l’avais contactée par mail (j’ai peur du téléphone), elle m’avait rappelé le lendemain. Je n’ai pas encore reçu le bilan écrit, mais j’ai les résultats numériques et le QI global établis au cours du test.

J’avais rencontré la psy une première fois il y a un mois, lors d’un entretien de 15 minutes. Elle avait l’air de douter de l’utilité d’un entretien préalable, même court. Ça m’a d’abord étonné. Mais à la réflexion, je crois que le message était: ça ne sert à rien de tourner autour du pot pendant des heures. Si on veut être fixé, il faut passer le test, et puis c’est tout.

Rétrospectivement, je crois que si j'avais débarqué tout frais directement pour le test, ça n’aurait effectivement rien changé. Et puis c’est elle la spécialiste, je ne vais pas lui apprendre son métier. Faut faire un peu confiance aux gens, dès fois.

Je peux perdre mes moyens en cas de pression, je travaille mal en situation concurrentielle (histoire de biaiser le principe même de concurrence: je laisse gagner le moins performant, Na!). Je n’ai cessé pendant les semaines passées de minimiser l’enjeu: cela n’était pas une note mais un test plus complet qui dirait des choses quoiqu’il arrive.

Mon principal souci était l’heure de passage: 12h-14h. J’ai avalé trois barres de céréales juste avant d’entrer dans le cabinet. Je me suis servi du risque d’hypoglycémie comme un leurre conscient (mais pas une excuse préalable): en me focalisant là dessus j’évitais de stresser sur mes performances. Et j’avais une bonne raison d’aller vite: non pas pour être performant, mais pour finir avant que la faim ne prenne le dessus. Cette pression-là, bassement biologique, était bien moins inhibitrice que le manque de confiance en moi.

Ça a marché, je suis arrivé zen au test et je le suis resté tout du long.

Je ne savais pas quelles épreuves étaient chronométrées (sauf pour les codes, ou elle me l’a dit). Je n’ai pas vu à quel moment elle déclenchait le chrono pour les autres épreuves. Si j’avais su, peut-être aurait-je été un poil plus rapide aux cubes. Mais peut-être que j’aurais perdu un peu mes moyens.

J’ai passé le test en mode « rouleau compresseur »: ligne droite, vitesse constante, si je ne trouve pas je le dis et on passe à la suite.

Ça a duré 1h30, avec une petite discussion avant et après (je dirais une heure pour le test lui même). A la fin du test, le résultat est sans équivoque: THQI. Je ne réalise pas vraiment ce que cela signifie. Je n’ai pas posé beaucoup de questions, probablement parce que j’avais minimisé l’enjeu très, très, très efficacement. Je ne sais pas comment interpréter les résultats, on n’en a pas beaucoup parlé. Du coup sur l’aspect « fonctionnement de mon cerveau », ben je ne suis pas vraiment plus avancé. Je pense qu’elle n’a pas insisté car elle doit avoir l’habitude que pas mal de gens restent perplexes immédiatement après. Elle m’a dit de ne pas hésiter à l’appeler si j’avais des questions. J’attends le rapport écrit, et je verrais.

Il y a encore 6 mois le simple fait de dépasser 130 m’apparaissait comme un truc énoooorme. Je me trouvais prétentieux d’imaginer que je pourrais être à 134 par exemple. Bon ben contrairement à ce que j’ai pu me persuader pendant des années, je ne suis pas stupide, c’est déjà une très bonne nouvelle.

jdesert
Messages : 7
Inscription : jeu. 7 janv. 2016 17:33
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par jdesert »

Je tenais à décrire comment s'est passé ce test pour moi, comme un remerciement pour ce que m'a apporté ce forum.

La passation du test se faisait en une fois, avec une première partie où je devais expliquer mes motivations.
Et ça commence super fort, j'ai été globalement incapable de dire un truc pertinent, je n'ai pas dit que je savais lire avant d'aller au CP et que mes parents ont refusé que je saute une classe, que je me sentais en décalage avec beaucoup de gens dans mes réflexions, ma curiosité intellectuelle jamais satisfaite...

Peut être un point important pour tout le monde, à trop me renseigner sur le sujet de la douance, j'étais incapable d'être naturel et je n'ai quasiment rien dit de peur de manipuler la psy. Résultat atteint, je me sentais dans l'imposture dès les premières secondes avec la psy.

Pendant le test à proprement parler, je n'ai jamais réussi à me défaire de ce sentiment, ce qui a entraîné une spirale de la loose assez intéressante : vérifications à outrance, réflexion au ralenti, incapacité à réfléchir sur certaines questions, réponses quasiment monosyllabiques. J'aurais pas aimé être à la place de la psy tellement c'était évident que j'étais en souffrance.
Au fur et à mesure du test, la question lancinante qu'est-ce que je fous là devenait un cri permanent.

J'ai fini le test avec les codes que j'ai fait relativement vite en utilisant une astuce de boulot : je chantais dans ma tête en faisant ce truc assommant.

A la relecture, ca retranscrit bien mon état d'esprit, vous comprendrez donc ma surprise quand la psy m'a tendu une feuille avec un chiffre qui me classait d'emblé parmi les surdoués (je n'ai même pas demandé sa confirmation d'ailleurs).
Je n'étais pas spécialement en état de réagir, j'avais les larmes aux yeux et n'ai pas posé de questions.
Bon, pour le coup, je n'ai pas le moindre doute vu que j'étais pas spécialement à fond comme vous l'aurez compris.

Je devrais recevoir une analyse détaillée dans la semaine, je vois d'ores et déjà ce que ce test m'apprend : je suis inhibé intellectuellement dès que je suis pas entièrement en confiance, ce qui arrive assez souvent.
J'ai hâte de voir ce qu'elle a compris de moi dans les tests de personnalité.

Je comprends donc ceux qui décrivent le test comme une photo.
Le test mesure votre QI dans un processus de pensée qui vous caractérise : comment vous réagissez au stress, les différentes stratégies d'inhibitions mises en place pour se cacher et autres stratégies faux self, tout ça c'est vous. Je comprend d'autant mieux la nécessité d'une personne spécialisée dans le domaine qui saura décrypter votre comportement et le prendre en compte dans son analyse (là j'anticipe vu que je l'ai pas encore reçu).

En disant ça, je pars de l'hypothèse que mon attitude a eu un impact négatif et que le résultat n'est pas un reflet parfait de mon potentiel (bon, honnêtement, ce qui m'importait le plus est d'avoir une réponse sur surdoué oui ou non, du coup l'objet n'est pas de déterminer si j'aurais pu gratter 1 point).
Maintenant, je me demande si c'est compatible avec la vision plutôt fiable que vous avez des tests de QI. Vous en pensez quoi ?

Avec du recul, je ne donne pas un image très ludique du test. J'ai vu que pas mal d'entre vous avaient trouvé ça marrant. Je pense qu'en temps normal ça m'aurait plu mais mon état d'esprit particulier ne m'a pas aidé ici, donc pour ceux qui ne l'ont pas passé, ne généralisez pas avec mon expérience.

Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
Messages : 12887
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/topic28.html]ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Mlle Rose »

Merci pour le récit et la mise en perspective finale au-delà du témoignage :)

Du coup je te répondrais par une autre question : fiable pour quoi ? Fiable pour donner une mesure très précise de ton efficience intellectuelle en général ? Fiable pour orienter vers un diagnostic, quel qu'il soit ? Fiable dans quel sens ?

Pour moi il est fiable pour déterminer une efficience cognitive à un moment donné que l'on suppose être peu ou prou le reflet de l'efficience générale, lorsque l'on n'a pas détecté de facteur particulier pouvant venir interférer au moment de la photo.
Et donc pas fiable entre toutes les mains, car encore faut-il être capable d'identifier les biais possibles et de remettre la photo dans le contexte.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

jdesert
Messages : 7
Inscription : jeu. 7 janv. 2016 17:33
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par jdesert »

J'aime beaucoup ta réponse puisque tu poses les bonnes questions.
J'ai du mal à me défaire de l'intelligence comme d'une caractéristique aussi figée que la taille par exemple. En passant le test, je ne pensais pas que mon état d'esprit jouerait autant dans ce que j'ai montré. Et j'ai l'impression de m'être fait mesurer sans me tenir tout à fait droit.
Dans mon cas, aucun problème puisque j'aurai une réponse concluante (je dis ça sous réserve car j'aurai mon bilan approfondi dans la semaine). Le résultat me ressemble donc et me donne envie de me redresser pour enfin être moi-même et arrêter de me cacher.
Mais la problématique aurait été plus génante si j'avais été à la limite de la douance, je me serai alors dirigé vers des résultats bruts non concluant certainement.

J'explique plus précisément mon ressenti. Pendant les cubes par exemples, je n'étais pas spécialement au courant que c'était chronométré et avec l'état d'esprit décrit, je prenais tout mon temps pour résoudre les différents cas. J'ai donc été surpris quand la psy a arrêté le test puisque je n'avais pas rencontré de difficultés insurmontables jusque là. Je n'attaque pas ici la psy qui a certainement fait ça pour de bonnes raisons, notamment peut être ne pas rajouter de stress supplémentaire.

N'hésite pas à infirmer tout point avec lequel tu n'es pas tout à fait d'accord, je suis preneur de tout avis contraire/complémentaire/tralala.

Et donc, finalement si tu reprends l'avant dernier paragraphe de mon post précédent, tout ça exprime ma surprise quant à l'importance du psy dans ce test. Je pensais avant que son intérêt se limitait à mettre en confiance pour maintenir de bonnes conditions d'examen mais pas du tout. Son regard est aussi là pour discerner les quelques biais et en tenir compte. Ca me donne un éclairage nouveau sur tous les non concluants reconnus surdoués.

Bon, je vois que c'est très néophyte comme surprise, mais peut-être que d'autres monsieurs Jourdain découvriront ébahis qu'ils parlent en prose ?

Le point ci-dessous n'est pas particulièrement intéressant mais je le mets par honnêteté intellectuelle.
A la relecture, en plus de cette question qui m'interesse intellectuellement; ca me frustre un peu de me dire qu'avec plus de confiance en moi, j'aurai certainement pu avoir un résultat supérieur. Même si c'est ridicule puisque je ne penses pas en parler sauf avec des amis intimes (d'ailleurs, ma femme en a parlé à une copine qui a entendu le chiffre et qui m'a regardé d'une manière qui m'a mis assez mal à l'aise, et ce point n'explique en rien une frustration) d'autant plus que je n'imagine ca que pour les entretiens d'embauche, mais même là je me vois mal en parler (ou alors pour retourner une situation mal partie, et dans ce cas là, il vaut mieux que le chiffre soit le plus haut possible. Mais même ça ne justifie pas vraiment de la frustration car après le chiffre, il faut pouvoir assumer lol).
Peut-être que ça me frustre comme un rappel à cette sempiternelle remarque : pas mal mais peut mieux faire.

Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
Messages : 12887
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/topic28.html]ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Mlle Rose »

jdesert a écrit : J'ai du mal à me défaire de l'intelligence comme d'une caractéristique aussi figée que la taille par exemple.
Peut-être parce que tu as du mal à prendre isolément compétence et performance.
Les tests (et pas que ceux-ci) mesurent une performance à un moment donné, qui est censée être le reflet de la compétence.
Mais : elle ne l'est pas toujours.
jdesert a écrit : Mais la problématique aurait été plus génante si j'avais été à la limite de la douance, je me serai alors dirigé vers des résultats bruts non concluant certainement.
Bien pour ça que les résultats bruts n'ont pas franchement de valeur quand ils ne sont pas analysés dans un ensemble et que la confiance accordée au professionnel qui nous reçoit est si importante.
jdesert a écrit : J'explique plus précisément mon ressenti. Pendant les cubes par exemples, je n'étais pas spécialement au courant que c'était chronométré et avec l'état d'esprit décrit, je prenais tout mon temps pour résoudre les différents cas. J'ai donc été surpris quand la psy a arrêté le test puisque je n'avais pas rencontré de difficultés insurmontables jusque là. Je n'attaque pas ici la psy qui a certainement fait ça pour de bonnes raisons, notamment peut être ne pas rajouter de stress supplémentaire.
(...)
Peut-être que ça me frustre comme un rappel à cette sempiternelle remarque : pas mal mais peut mieux faire.
Je comprends ta frustration ;) C'est comme dans un jeu où on ne donne pas la règle et dans lequel on peut perdre à cause de ça :diabloo: .
Mais il ne me semble pas que dans les consignes de passation il soit précisé de dire au sujet que c'est chronométré. Le nombre de points donnés est fonction du temps d'exécution. Il y a des fourchettes.
Ce qui compte c'est l'analyse qui est faite derrière, en fonction de la manière dont se comporte le sujet selon le contexte ;)
Je crois que la frustration on finit par la dépasser, quand on dépasse aussi le diagnostic. Quand on n'est plus fixé sur notre performance justement, mais quand on a intégré la manière dont on fonctionne et qu'on n'a pas de doute sur ses compétences.

Je crois qu'il y a des sujets qui traitent de tout ça, je te laisse explorer :)
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

jdesert
Messages : 7
Inscription : jeu. 7 janv. 2016 17:33
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par jdesert »

Merci pour tes réponses, tu touches le fond du problème avec la différence compétences/performance.

J'ai beaucoup parlé de frustrations ici mais honnêtement j'ai une patate terrible ces derniers jours. Il faut croire que le test m'a donné envie de me bouger et d'arrêter de me cacher.
Et c'est drôle comment tout marche mieux quand on y va sans retenue.

Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
Messages : 725
Inscription : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7018.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 43

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Fish »

Mlle Rose a écrit :il ne me semble pas que dans les consignes de passation il soit précisé de dire au sujet que c'est chronométré.
Après avoir lu plusieurs discussions, il semble qu'il n'y ait pas de pratique homogène. Quand j'ai passé le test, la psychologue n'a précisé le chronométrage que pour les codes. J'imagine qu'un arbitrage entre deux risques est laissé à la discrétion du psy:
- le sujet avance trop tranquillement parce qu'il ignore le chrono
- le sujet perd ses moyens, stressé par le chrono

Idéalement, il faudrait savoir à l'avance la sensibilité du sujet au stress. C'est peut-être dans les discussions préalables que la psy évalue ce risque et décide de dire ou pas.

On peut imaginer d'autres raisons de "ne pas dire". Vérifier chacune de ses réponses peut révéler un manque de confiance en soi. Un sujet se sachant chronométré peut abandonner les vérifications pour aller plus vite, quitte à laisser passer quelques erreurs. Au final, il n'y aura pas tellement plus d'erreurs (la première réponse est souvent la bonne), et cette stratégie se révèlera payante en terme de points. Mais le sujet masquera alors le manque de confiance.

Répondre