A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Agrippina
Messages : 11
Enregistré le : mar. 1 sept. 2015 17:00
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 35

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Agrippina » mer. 2 sept. 2015 14:22

Bonjour à tous,

J'ai passé la WAIS IV et le test de Zulliger hier (1/09/15). J'aurai les résultats dans 4 semaines... donc suspense !

Avant toute chose, merci pour vos témoignages que j'ai longuement lus hier après être passée sur la sellette. Cela a contribué à calmer mes nerfs. J'espère que le mien sera aussi utile à ceux qui passeront le test dans l'avenir.

Alors voilà, après qu'une amie m'a recommandé le livre de JSF dans lequel je me suis retrouvée, non sans stupeur, page après page, je décide de prendre mon courage à deux mains - ou de faire preuve d'inconscience - et d'aller passer le test chez Cogito'Z. Dans ce cabinet, les choses se déroulent en 3 étapes. Une rencontre préliminaire déterminant s'il est utile de passer les tests ou pas, les tests, le bilan.

Ainsi, je rencontre une première psy lors de l'étape 1 qui me pose cette question pertinente : "Pourquoi venir faire les tests ? me reconnaître dans le livre de JSF aurait pu me suffire". Je me lance alors dans mon anamnèse et l'étiologie de ma démarche. Je sais que mon RDV doit durer 45 min. J'essaye d'être synthétique, efficace. Je conclue sur le 'Connais-toi toi-même' de Socrate. J'ai un peu l'impression que la psy me donne son accord pour les tests pour me faire plaisir en s'appuyant malgré tout sur mon haut niveau d'études. Je sors du RDV vidée, le sentiment d'être prétentieuse et complètement mégalo et, au fond de moi, l'espoir de comprendre enfin pourquoi je me suis toujours sentie "différente".

Vient le jour de l'étape 2, trois mois après le 1er RDV. J'ai une boule au ventre depuis trois jours. Je rencontre une seconde psy. C'est elle qui me fera passer le test sans a priori sur moi car elle ne m'a jamais rencontrée. Elle me donne les consignes, simplement, me disant que le niveau difficulté ira en s'accroissant pour chaque exercice, que je ne suis pas obligée de tous les faire. Je m'attends à devoir compter en nombres premiers et je me dis que je vais vivre un enfer mais je n'ai pas le temps de réfléchir davantage, les cubes de Khos sont déjà moi. J'avoue que de commencer par une épreuve de manipulation m'a rassurée. J'ai pris cela comme un échauffement, et puis, je les trouvais jolis, ces cubes. Les exercices de cubes s'enchainent, relativement simples. J'attends le moment où ça va se gâter. Les deux derniers me prennent un peu plus de temps mais ne me résistent pas trop longtemps. Je m'attends à quelque chose de plus dure encore car je ne sais pas que je réalise le dernier exercice au moment où je le fais. Mais elle reprend les cubes. Je suis un peu plus détendue.
Commence le subtest des similitudes. Déformation professionnelle ou esprit retors, je suis incapable de donner les réponses simples qu'elle attend. J'en fais des tonnes, je ne comprends que deux heures plus tard qu'elle voulait que je lui réponde par des évidences, évidences si évidentes à mes yeux que je n'ai même pas jugé opportun de les formuler sur le coup. Donc tout faux ou tout juste aux similitudes, je serais bien en peine de le dire.
Je trouve le subtest vocabulaire amusant même si je me rends compte qu'il est difficile d'être précis même quand on sait très bien utiliser les mots proposés. Je crois m'en être assez bien sortie aux matrices et aux puzzles visuels même si je sais que certains m'ont échappés. Parfois la psy me disait : "vous-êtes sûre" et j'ai pu corriger ainsi deux réponses. Pourquoi a-t-elle voulu m'aider ? je ne sais pas.
Je manque bêtement une réponse au subtest information. Je vais mettre des mois à m'en remettre !
Sur les deux subtests vitesse de traitement, je n'ai aucun point de comparaison donc je serais incapable de m'auto-évaluer.
Je dirais que j'ai fais "moyen plus" au subtest mémoire de travail. J'ai l'impression que le cabinet était incroyablement bruyant à ce moment là, juste quand j'avais besoin de me concentrer, j'entendais l'anamnèse d'une autre patiente dans la salle d'à côté, les rires de deux collègues dans la salle de repos. Mais j'ai fais de mon mieux.
Et l'arithmétique, mais ça je le savais avant de venir car il y a un long contentieux entre moi et les maths, fut un moment particulièrement pénible. Je finis par lui donner mes raisonnements sans être capable de fournir les réponses. Je suis incapable de compter, je n'ai pas assez de doigts et c'est le black-out total dans ma tête. (après le test, nous avons parlé de l'évènement qui a fait de moi une phobique des maths car mon comportement a radicalement changé pendant cette épreuve).
Nous concluons par le test projectif. Au lieu de me prêter docilement à l'exercice comme pour le reste, je fais de la résistance, ce test me contrarie, je trouve les planches laides et pars dans de nombreuses digressions et je lui explique même pourquoi je fais ça. Je ne comprends qu'en rentrant à la maison après plusieurs recherches que je n'aurais pas dû faire cela mais que mon comportement est interprétable et que le résultat ne sera sans doute pas très joli.
A l'issue des tests ( un peu plus d'une heure trente s'est écoulée), la psy me demande ce que j'en ai pensé, sur le coup, je dis que c'était plutôt amusant. Je sais que son diagnostique est déjà posé mais elle ne laisse rien transparaître. Sa neutralité est à la fois rassurante, car très professionnelle, et déroutante car on s'attend, du coup, à se découvrir plus bête qu'on ne l'imaginait au départ. Cependant je vois déjà venir le coup du "QI hétérogène" mais j'ignore dans quelle mesure.

Je sors de Cogito'Z et m'installe à la première terrasse de café. J'ai le sentiment de m'en être bien tirée. Je suis soulagée. Et puis les minutes passent et le doute, ce tout petit germe dans mon esprit, se transforme en une forêt luxuriante et angoissante. Je refais les tests mentalement. Je me rends compte de mes erreurs, de mes bêtises. Je dois attendre 4 semaines interminables pour avoir les résultats. Même si l'espoir au fond de moi demeure, je m'attends à avoir une intelligence normale, voire normale supérieure mais ne franchissant pas la barre des 130, et à me retrouver avec des troubles mentaux que je ne suspectais même pas.

Etape 3 dans quatre semaines... :sweat:

Avatar du membre
La Chouette Masquée
Messages : 82
Enregistré le : dim. 7 juin 2015 20:41
Présentation : P'tite chouette dans la tempête.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 24

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par La Chouette Masquée » mer. 9 sept. 2015 12:37

Et bien... Cela fait un peu plus d'une semaine que le diagnostic m'est tombé sur la tête, avec, comme je l'avais décrit sur ma présentation, la délicatesse et la légèreté d'un piano (et je parle bien de l'instrument lui-même et non du son qu'il produit).

Donc, voici le compte-rendu de mes péripéties :

J'avais rendez-vous le mardi 1er septembre en fin de matinée. Deux semaines avant mes 20 ans. J'étais certaine qu'elle allait me faire la remarque. Ayant eu une course à faire plus tôt, je me suis pointée directement dans le quartier où se trouvait le cabinet (Paris 16e pour ne pas le citer... apparemment pas mal de monde est passé là-bas, c'est d'ailleurs grâce au forum que j'ai eu cette adresse), avec une heure et demi d'avance. J'ai donc patienté sur un banc en essayant de grignoter un sandwich (à 10h30, donc... je savais pas combien de temps ça allait durer, elle répondait pas à mon mail où je lui posais la question et je n'ai pas osé la rappeler car je suis trouillarde et stupide) avec mon casque diffusant du folklore japonais apaisant tout en envoyant des escadrons de sms à mes amis pour leur signaler que je frôlais le pétage de plomb. J'avais pas faim. Parce qu'il était 10h30 et surtout parce que l'angoisse me nouait l'estomac.

Puis vint l'heure fatidique. Enfin non, j'ai d'abord fait 3-4 allers-retours dans la rue, parce que sinon j'allais être encore trop en avance. Mais j'en avais assez que les gens me dévisagent sur mon banc en passant. Après une seconde d’hésitation devant la sonnette (« Comment je suis arrivée ici ? Pourquoi je suis un être humain et pas une plante verte ? Oh mais tiens, ce serait pas le bout de ma vie que j’aperçois là-bas ? POURQUOI L’UNIVERS EXISTE ???? Et puis si ça se trouve on est dans la matrice… Ah merde, j’ai sonné… »), je me suis jetée à l’eau… En entrant je me suis souvenue du premier témoignage de ce sujet où TourneLune disait que la salle d'attente de ce que cabinet diffusait du Chopin. "Chopin" fût d'ailleurs le premier mot que j'entendis en pénétrant dans la salle d'attente, dont les enceintes étaient visiblement réglées sur Radio Classique, ce qui me fit sourire... Même si je me sentais vraiment inculte tout à coup... Cette réflexion était parfaitement inutile, mais je suis censée raconter ce qui m'a marqué durant ce jour déterminant, non ?

Après 15 min d'attente, la psy est venue me chercher, tout souriante. J'étais bien stressée et timide comme il faut, mais j'ai quand même réussi à me présenter et à expliquer ce que je fichais ici. Elle m'a fait remarqué l'approche de mon 20e anniversaire (tout se déroule comme prévu Cam, soit cool, soit zen, tout va bien :sweat: Oh mon Dieu mais pourquoi elle me fait ce sourire, serait-elle diabolique ??) Elle semblait très intriguée parce que j'avais commencé mon récit par "Bah en fait depuis la crèche je..." et puis je me suis souvenue que les gens normaux n'ont pas de souvenirs de la crèche et j'ai compris qu'à partir de maintenant elle allait me titiller là-dessus et tester ma mémoire par tous les moyens pour vérifier si je disais vrai. J'avais raison. Elle n'avait pas l'air de me croire au début et me demandais plein de précisions, mais j'ai tenu bon. Puisque je lui disais que je m'étais engueulé avec la directrice de la crèche parce qu'elle voulait pas m'apprendre à écrire mon nom pour signer le joli cœur orange en carton avec des gommettes animaux, toujours actuellement sur le frigo avec MON NOM écrit par ELLE, c'est que c'était vrai bon sang !!! (traumatisme de mon enfance, excusez-moi :1cache: ) Je m'égare...

Elle m'a donc fait jouer avec divers cubes, formes, machins, trucs et bidules pendant 1h30, je dirais... Elle m'a fait remarquer que les Maths ça ne devait pas être mon truc à l'école (j'ai répondu que c'était effectivement mon pire cauchemar). J'ai plafonné en compréhension verbale et elle a déclaré que ma mémoire auditive était excellente. Le reste, c'était moyen à très bon (Enfin d'après elle, parce que moi j'étais ahurie). A la fin, elle m'a demandé ce que j'avais pensé du test : j'ai baissé les yeux et levé une main au ciel en déclarant que je n'en savais rien et que tout ça me dépassait complètement. Alors elle a doucement glissé vers moi la feuille comportant les résultats. Lorsque j'ai vu le score de QI global, je suis restée bouche bée. Je m'attendais à la limite et à au mieux à avoir quelque chose tournant autour de 130, mais ça... Après quelques échanges (elle avait l'air contente de me voir... avoir l'air contente... mais en fait, je ne savais pas vraiment ce que je ressentais, tout s'embrouillait dans ma tête...), j'ai quitté le cabinet. C'est comme si tout avait changé, mais qu'en même temps tout était exactement pareil. Je me suis sentie d'une part libérée d'un lourd fardeau, d'autre part accablée par ce même fardeau... C'était étrange... Mais je crois que j'étais heureuse.

Je suis restée chamboulée pendant deux-trois jours, mais pas autant que je l'avais anticipé. Peut-être parce que je cogitais sur la question depuis déjà des mois, et que même avant d'entendre parler de douance, j'avais toujours admis que j'étais "différente", "décalée", "bizarre"...

Une semaine plus tard (hier, quoi) j'ai reçu le bilan écrit. J'ai 36 points d'écarts entre mes compétences verbales et logico-mathématiques (En gros je cause bien mais je sais pas compter). Après avoir détaillé la passation du test et décrit en gros ma personnalité, elle a conclu en me qualifiant de "jeune fille brillante, hypersensible au contact agréable". Mes chevilles sont énormes... c'est embarrassant... :tmi: Je vais aller bouquiner pour me rappeler à quel point je ne sais rien comparé à tout ce qu'il y a à savoir...

Flo

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Flo » mer. 9 sept. 2015 14:39

Alors voilà, hier j'ai passé la Wais IV... J'ai bien vu qu'il existe déjà pleins de commentaires à ce sujet mais je me dis qu'ajouter au topic des expériences récentes ne peut être complètement inutile ? Moi j'ai apprécié lire les récits d'autres personnes avant d'y aller, ça m'a (un peu) rassuré. Alors si je peux faire de même pour quelqu'un d'autre qui va passer par là...

Bon. Après plusieurs mois de recherches et de réflexions, je me suis enfin décidé à passer ce test. Histoire d'être sûre, d'enfin savoir, de trouver des réponses aux nombreuses questions que je me pose depuis toute jeune déjà. Faire le pas d'appeler une psy était loin d'être simple. J'ai fait des recherches pour trouver quelqu'un près de chez moi spécialisée dans le domaine. Cette condition me semblait vraiment nécessaire. De plus, sur le site internet du cabinet, on pouvait voir sa photo et elle avait l'air rassurante. Je sais, c'est bête, mais ça m'a plu. Bref. 
Après un premier entretien fin Août, mes impressions se sont confirmées. Elle est agréable, accueillante, souriante et sait mettre en confiance. Parfait. On cale donc le rendez vous pour le test un peu plus tard en Septembre.

Hier matin donc, je me rends à son cabinet avec l'envie de faire de mon mieux. Je ne suis pas du matin mais je me sentais en forme et suffisamment bien réveillée pour être un minimum performante. Quelques explications sur le test en lui-même, elle me dit de voir ça comme un jeu, ce que je fais. 

Globalement mes impressions lors du test (par ordre de préférence) :

Commencer par les cubes m'a bien plu. Je tremblais un peu mais je me suis sentie à l'aise et ça m'a semblé beaucoup moins dur que ce que j'imaginais. J'aurais voulu continuer encore avec des formes plus complexes pour voir jusqu'où j'étais capable d'aller. 
Les questions relatives au vocabulaires, à la culture générale, avec un minimum d’interaction avec la psy était agréable également. J'avais plutôt l'impression d'être dans l'échange plutôt que de passer un test formel. 
Toutes les questions avec support type puzzle et matrice me paraissait trop scolaire et j'ai pris moins de plaisir à le faire. Pourtant j'aime bien ce qui est visuel mais là, je ne sais pas. En plus je trouve que les couleurs étaient fades.  :think: 
Pour la mémoire des chiffres, franchement j'avais l'impression d'être un perroquet qui répète bêtement ce qu'on lui demande. Pas trop mon truc. Je trouve que c'est une façon étrange de mesure la mémoire d'une personne puisqu'il s'agit surtout de mémoire immédiate. Du coup, par moment je crois que je n'étais pas très concentrée et j'ai fais des erreurs. 
Enfin, et le pire du test pour moi, ce que j'appréhendais le plus, la partie arithmétique. Brrr... J'aimais bien les maths à l'école mais le calcul mental, ça n'a JAMAIS été mon truc. Vraiment. Un vrai calvaire. J'ai dit absolument n'importe quoi et j'avais particulièrement honte. Moment très désagréable. 
Voilà. Puis, elle m'a demandé mes impressions. Je n'avais pas grand choses à dire à part que ça m'avait perturbé (?) et que j'ai trouvé ça très court. Effectivement, elle m'avait annoncé un test d'une durée de trois heures et j'ai fini environ en une heure et demie. D'ailleurs sur ce point, je veux bien vos avis car selon elle, les patients qu'elle test viennent parce qu'on suspecte déjà une douance qui s'avère juste dans 80% des cas et donc lorsqu'ils passent le test elle à l'habitude que celui-ci dure peu de temps. Lorsque récemment elle a eu un adulte qui a passé le test en trois heures et demie, c'est qu'en fait il était simplement dans la normale m'a-t-elle dit. Pour autant, sur d'autres sites, notamment celui de zebras crossing il est dit "La durée nécessaire au passage des dix subtests principaux est en moyenne de 1h15, et de 1h45 pour l'ensemble des 15 subtests. Plus le QI de la personne est élevé, plus la durée de passage augmente, les questions étant de difficulté croissante, et le passage des subtests étant interrompu quand la difficulté est trop importante pour la personne." Alors finalement je ne sais pas quoi en penser. 
Un autre point aussi sur lequel j'aimerais volontiers un avis, je n'ai passé ni le subtest symbole ni le subtest code alors comment va-elle mesurer la vitesse de traitement ? 
A la fin, elle m'a donné ses impressions. En gros, pour elle, je suis moi aussi intelligente et j'ai le droit de l'être. J'ai répondu que j'attendrais les résultats... Je ne sais pas quoi en attendre mais si c'est positif, ce serait probablement un soulagement car une réponse et une explications sur certains épisodes de ma vie ? 
Voilà. j'espère être restée dans le partage et non pas dans le monologue. Merci d'avoir lu jusqu'au bout ce long pavé.  :$

Avatar du membre
Za
Messages : 2943
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Za » mer. 9 sept. 2015 16:02

Flo a écrit :Pour la mémoire des chiffres, franchement j'avais l'impression d'être un perroquet qui répète bêtement ce qu'on lui demande. Pas trop mon truc. Je trouve que c'est une façon étrange de mesure la mémoire d'une personne puisqu'il s'agit surtout de mémoire immédiate.
Il s'agit bien de mémoire immédiate, plus précisément de mémoire de travail. On la considère comme partie intégrante du facteur G car elle conditionne en partie notre efficacité face à un problème qui demande de manipuler plusieurs données à la fois, par exemple. Mais en effet, c'est bête et méchant.
Flo a écrit :Plus le QI de la personne est élevé, plus la durée de passage augmente, les questions étant de difficulté croissante, et le passage des subtests étant interrompu quand la difficulté est trop importante pour la personne. Alors finalement je ne sais pas quoi en penser.
Je crois que ce n'est pas vraiment la peine de fouiller de ce côté... en effet, si tu réussis les subtests jusqu'au bout, c'est plus long, mais si tu es rapide, ben... :P
De même, pour une personne très en difficulté ET lente, il faudrait sans doute bien 2h !!
Bref, quelle que soit l'intelligence d'une personne, il y a (beaucoup) d'autres facteurs qui rentrent en compte. Y compris la réactivité du psy, le fait qu'on cause ou pas autour des épreuves, le nombre d'épreuves facultatives passées ou pas, etc. La durée n'est qu'indicative.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar du membre
Oktogonal
Messages : 31
Enregistré le : mar. 3 févr. 2015 22:30
Présentation : Ce que je construis
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39
Contact :

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Oktogonal » sam. 19 sept. 2015 22:13

Bonsoir tout le monde,
Voilà enfin venu mon tour de vous raconter mon test.
J'ai rencontré une psychologue par des relations professionnelles, dont je savais qu'elle s'occupait de faire passer des tests. Je lui ai exposé mes interrogations, et je l'ai rencontrée peu de temps après.
Il s'agit d'une personne qui elle-même doit avoir un très haut potentiel, très fine, qui sent les gens très facilement.
Différents problèmes ont fait que ce n'est que neuf mois plus tard que j'ai pu passer le test.
Je suis arrivé détendu, sachant qu'elle était bienveillante, mais mes démons ont rapidement repris le dessus.
J'ai plus ou moins fait une crise d'angoisse, bousillé pas mal d'items, étant incapable de me concentrer.
J'ai tenu bon, j'avais vraiment besoin d'aller jusqu'au bout, et j'y suis arrivé.
Le test est positif, j'aurais pu faire plus si je n'avais pas paniqué.
J'ai trop souvent cherché plus compliqué que ce n'était, je n'ai pas eu confiance alors que j'avais bon par endroits, et donc raté certains items...
Le bilan m'a surtout permis de mettre en évidence à nouveau ma peur quasi panique de l'évaluation et de l'échec, une semble-t-il très haute exigence vis-à-vis de moi, et le fait qu'en terme de raisonnement et réflexion, je serais dans les 0.1% de la population. En matière d'attention et d'exécution je suis bien plus bas.
Ca me permet, je pense, de comprendre pourquoi il m'est si compliqué de me faire comprendre lorsque je m'exprime, mais cela ne règle pas le problème de savoir comment être soi-même, ce qui est indispensable pour vivre, alors qu'être soi-même entraîne intolérance et agressivité...

En ligne
Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2669
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Napirisha » mar. 29 sept. 2015 12:52

Alors... récit à chaud, j'en sors il y a une heure. Je reviendrai dans 15 jours pour comparer le bilan avec ces premières impressions.
La neuro psy est à 3 mn à pied de chez moi, je n'ai donc pas eu à stresser trop sur les temps de trajets, arriver trop en avance ou pas, etc... 10 mn avant de passer la porte, j'étais encore en pyjama!

La psy était avec sa stagiaire, étudiante en master, qui était là en observation. Elle était en retrait, à moitié derrière un paravent, sa présence ne m'a pas gênée du tout. La psy m'avait demandé mon accord quand on avait déterminé la date du test, puis a vérifié que j'étais toujours d'accord juste avant, tout en me précisant que je pouvais demander à ce qu'elle sorte n'importe quand si je le voulais. J'étais bien en confiance, d'autant que c'est une psy que j'ai déjà vu plusieurs fois. La stagiaire a lu les consignes d'un ou deux subtest. Elle sera présente pour le bilan.

Le test a duré 2 h en tout.

Je me demandais vraiment en quoi consistait la fameuse épreuve des cubes dont tout le monde parle. Finalement, j'ai été assez déçue, j'aurais aimé que ça dure plus longtemps, ça commençais juste à devenir intéressant quand il a fallu passer à la suite.

Pour les questions de similitudes, la psy a dû repréciser en cours de route, et c’est allé mieux, mais j'ai eu du mal à placer le curseur entre trop précis et pas assez. (pareil pour tout ce qui touchait au langage, d'ailleurs)

Je n'ai pas trop aimé l'arithmétique. J'ai vraiment eu l’impression que les premières questions étaient hyper basiques, mais sur la fin, je savais que j'en étais capable avec un papier, que la démarche était simple, mais je bloquais. C'est agaçant ;)
Pour la mémoire, je me suis étonnée moi même, je ne pensais pas être capable de retenir des suites comme ça. (après, je n'ai aucune idée de si c'est bon ou pas, simplement c'est plus que ce que je pensais!) Et selon les tests, je me suis surprise à utiliser vraiment la mémoire auditive (en répétant le rythme et les intonations de la psy...), et parfois à devoir bouger les doigts ou les mains pour scander et mieux retenir. J'aimerais bien en reparler avec elle, je ne m'étais jamais vraiment posé la question de mes méthodes d'apprentissage! J'ai commencé à en tchatcher avec elle entre deux tests, mais elle n'a forcément pas approfondi, ce n'était pas le moment. Mais je suis vraiment curieuse de comment et pourquoi marche ce test, qu'est-ce qu'il évalue, etc... et je n'ai pas pu m'empêcher de poser les questions au fur et à mesure. Il a même fallu qu'elle précise à sa stagiaire que d'habitude on ne détaille pas ces aspects en cours de passation...Bref...

A part ça, j'ai bien aimé les puzzles et les matrices, les balances m'ont agacée car je savais que c'était bêtement logique mais je manquais de concentration. Pour les matrices, j'en ai fait certaines au pif, ou du moins en me disant que ce serait plus "élégant" avec telle ou telle réponse, mais pas toujours de façon consciemment logique. J'aimerais bien avoir les résultats détaillés de ces points là, juste par curiosité. Comme j'avais un peu joué sur des tests sur internet avec ce type de matrice, genre mensa, je me demande si ça ne fait quand même pas un brin d’entraînement. Je poserai la question.
Sinon, les symboles, c'est casse pied.

Pour les aspects d'observation, j'ai trouvé ça sans intérêt à faire. Je ne sais pas ce qui est évalué et comment, pour ce type de test.

A la fin, la psy m'a demandé ce que j'en avait pensé. A vrai dire, je ne sais pas trop. J'ai l'impression de m'en être bien tirée, mais comme je n'ai pas les comparatifs ou les barèmes, c'est difficile à dire! Mais il semblerait que l'hypothèse qui m'a conduite à les passer ne soit pas aberrante...
J'ai hâte d'avoir le compte-rendu, et je croise les doigts pour qu'il soit plus détaillé que celui de Laurette (mais j'ai assez peu de doutes là dessus...)
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Mylène
Messages : 11
Enregistré le : lun. 24 août 2015 13:32
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6587.html
Profil : En questionnement
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Mylène » lun. 5 oct. 2015 12:45

Bonjour,
j'ai passé moi aussi le test, et je viens partager mon expérience.
Je l'ai passé en deux fois, pour une durée totale de 1h30 environ. Lors de mon dernier rdv, j'ai eu deux épreuves chronométrées, codes, et les symboles à retrouver (ou non). Je pensais que j'avais tout passé la fois précédente, je ne m'y attendais pas.
Je ne vais pas détailler l'ensemble, car il a longuement été détaillé déjà.
J'y suis allée sans trop me renseigner à ce sujet, car j'avais peur qu'en savoir un peu plus fausserait les résultats.
J'ai trouvé l'ensemble passionnant, plein de jeux, j'étais déçue que ce soit déjà fini. Je me suis beaucoup amusée avec les cubes, les puzzles etc. Je pensais que je serais très à l'aise avec tout ce qui est vocabulaire, mais je m'y suis sentie assez mail à l'aise. J'ai angoissé lorsqu'il m'a présenté l'épreuve des problèmes mathématiques, j'ai eu un grand stress, mais il m'a dit à la fin que c'était une des épreuves les mieux réussies. Ça ne me rassure pas du tout pour le reste ! L'épreuve de culture générale m'a semblé très élémentaire.
Je lui ai dit à la fin que ça m'a semblé très difficile. C'est faux, c'était facile/difficile, mais je me dévalue sans cesse en disant que tout est difficile et je veux toujours mieux faire. Toujours est-il que j'ai fait le maximum pour restée concentrée, mais que j'avais sans cesse une voix (moi) qui me disait qu'elle n'avait jamais vu un boulet pareil.
Vendredi, j'ai donc passé deux épreuves chronométrées. J'ai été très gênée par celle avec les symboles qu'il fallait repérer dans la liste à côté. La consigne était de "barrer NON" si je ne retrouvais pas l'un des deux symboles". Mais je pense que j'ai dû faire beaucoup d'erreurs? Je n'arrivais pas à savoir quand barrer NON, car pour moi "barrer NON" signifie "OUI". Ce serait plus simple en entourant NON ou en cochant Oui ou NON. Mais cette difficulté fait certainement partie du test.

J'ai hâte d'avoir les résultats dans 10 jours pour enfin me tranquilliser.
En complément, il me fait passer des tests de personnalité dont Rorschach.

bapades56
Messages : 9
Enregistré le : mar. 9 juin 2015 14:52
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par bapades56 » mer. 7 oct. 2015 08:34

Bonjour,

J'ai passé mon test hier et je viens faire un petit retour sur mon ressenti.

Première étape : trouver THE psy. La solution de facilité aurait été de demander sur le topic si quelqu'un avait une bonne adresse mais pour moi ça faisait un peu partie de la démarche, l'acceptation pleine que je "pouvais avoir un problème" qui m'amène à avoir envie de consulter. Après avoir farfouillé sur internet, je tombe sur le site d'une psy qui m'inspire, elle m'a l'air avenante et à la lecture de ce qu'elle y écrit, elle a l'air de s'y connaître.

Deuxième étape : Entretien pré-test. On se rencontre, je dis "on" car j'ai vraiment eu l'impression d'avoir un échange, de pouvoir parler avec quelqu'un et non pas de ahaner bêtement mon historique personnel sous le tempo des "hum hum mais encore" d'une psy à peine intéressée (traitement dont j'avais pu bénéficier dans le passé). Elle est chaleureuse, souriante, pas avare de paroles. "Ouais je l'aime bien". Elle me conseille même de bazarder ma télé par la fenêtre si le journal télévisé me donne envie de m'arracher les cheveux. (J'ai essayer de négocier avec mon mari, il n'était étrangement pas d'accord :D)

Troisième étape : les tests . J'arrive en avance et je n'aime pas ça. Ca me donne l'impression de lui mettre la pression quand je la vois arriver au bout de la rue toute pimpante. Elle me dit qu'on va commencer par l'épreuve des cubes mais... ne retrouve pas son cahier de passation. C'est rassurant, il n'y a pas que chez moi que c'est le bordel... Ca me fait rire mais elle est toute confuse.

Elle me propose un test projectif à la place le temps qu'elle retrouve le-dit cahier. Elle me tend une boite de feutres et une feuille blanche sur laquelle est dessiné un cercle : "compléter le cercle comme vous le souhaitez". Je m'étonne à faire une espèce d'esquisse représentant la dualité du monde. "D'où ça sort ça ?"

Puis vient la Wais, les cubes, je cale sur la dernière figure en assurant qu'il faut 12 cubes pour le faire. Elle me dira plus tard, que j'avais délimité la figure avec mon doigt sans même m'en rendre compte. "Vous voyez, votre inconscient, lui savait". Je pense avoir perdu des points à cause du temps que j'ai passé à manipuler le matériel pour me l'approprier, on verra bien.

Les similitudes et le vocabulaire me paraissent simple, trop simple ? J'ai peur d'avoir répondu trop vite, de ne pas avoir réussi à traduire toute les nuances des termes. D'ailleurs, elle répétera à plusieurs reprises que j'adore répondre rapidement aux réponses. Je ne comprendrai qu'en sortant que c'était sûrement une invitation à prendre mon temps... Les questions de culture G, je me sabote et préfère répondre "je ne sais pas" à des questions que j'ai vu durant mon cursus scolaire... Pourquoi, comment ? C'est une bonne question !

Vient tout ce qui est logique. J'ai l'impression d'être à côté de mes pompes, sur la fin je réponds au hasard pour les matrices et les puzzles. "Je n'ai plus envie d'être là, vite qu'on en finisse". J'ai l'impression d'avoir du gruyère à la place du cerveau. Les suites de nombres sont chaotiques, passé 5 chiffres je ne sais plus ce que je raconte, je pense au soleil qu'il fait dehors, au tableau qui est accroché au mur derrière elle...

On finit par des tests projectifs en tout genre : le test des arbres qui m'a laissé circonspect, une liste de phrases à compléter, l'histoire d'une gomme à raconter et enfin quelques planches du TAT.

Elle me demande ce que j'en ai pensé, mais j'avoue ne pas savoir quoi répondre. Je crois qu'il me faut du temps pour digérer ce que je ressens. C'était complet, je suis vidée et j'ai un peu peur. Peur de m'être fourvoyée, d'avoir eu l'audace d'avoir osé penser que mes travers pouvaient être dus en partie à la douance alors que j'ai eu l'impression d'avoir tout foiré, d'avoir tout fait pour me saboter : ne pas donner la réponse, ne pas réussir à rester concentrée, faire des blagues enfantines pour décompresser... En bref, une impression mitigée et un "mais qu'est-ce qui m'est passé par la tête ?"

J'ai surtout hâte d'avoir l'analyse des tests projectifs plus que les résultats de la Wais pour comprendre comment je fonctionne, les mécanismes que j'ai mis en place et surtout avoir des pistes pour mieux appréhender le monde qui m'entoure.

Voilà mon retour. Les résultats sont pour lundi et je table sur un profil hétérogène avec un bilan non concluant, on verra bien ;)

Merci de m'avoir lue.
" Je ne suis pas méchante, c'est le monde qui est pourri. Si la vie était moins violente, je le serais aussi ♪ " GiedRé

Avatar du membre
Meow?
Messages : 23
Enregistré le : lun. 5 oct. 2015 15:45
Présentation : Meow!
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Meow? » mer. 7 oct. 2015 14:55

► Afficher le texte
Je me suis donc retrouvé à passer ce test entre Janvier et Juin de mes 8 ans.
Tout ce que je m'en souviens, c'est que c'était simple, très simple. Et que j'allais vite, très vite. Je prenais ça comme un jeu. Le souvenir qui m'a le plus marqué, c'était le psy me demandant "Mais tu es sûr d'avoir pris le temps de tout regarder? Tu ne veux pas vérifier de nouveau?" ... Et moi qui rigolais, d'un air de lui dire "Tu penses vraiment que je devrais me relire? Comme si j'avais pu me tromper à ça." ... Je prenais vraiment ça pour un jeu.. Tout simplement, parce que je ne savais pas vraiment ce que je faisais là.

Par la suite, le diag est tombé, et je n'ai réalisé que vers 11-12 ans ce que cela signifiait.
:miaou:

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Grabote » mer. 7 oct. 2015 19:51

Meow? a écrit :Je me souviens que quand je quittais l'enfant bleu
Je ne connaissais pas cette association.
Est ce que tu peux/veux en dire un peu plus sur ton temps passé là-bas, Meow?
Est ce que c'est un bon souvenir, est ce que tu dirais que ça t'a aidé ... ?
De quoi tu te souviens ?
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Meow?
Messages : 23
Enregistré le : lun. 5 oct. 2015 15:45
Présentation : Meow!
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 27

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Meow? » mer. 7 oct. 2015 20:37

Hors-sujet
Malheureusement, mon séjour a l'enfant bleu n'était pas des meilleures exemples pour parler de l'association...
Avec le recul, plusieurs années plus tard, ce qu'il en reste, c'est que c'était totalement instrumentalisé dans le but de faire dire ce que l'on veut à la première chose que l'on obtient (un dessin ici présent).. Dans le but de s'en servir dans un procès, pour aider une collègue de boulot. (Assistante sociale..)

Je me souviens relativement bien des locaux de l'antenne placée dans ma ville.. Pour la simple et bonne raison que c'était riquiqui. Deux pièces, je n'y ai jamais croisé aucun autre enfant, du temps où je m'y rendais.
Par contre, des adultes, ça oui, j'en ai croisé! Des psychologues, des assistantes sociales, des stagiaires, des secrétaires... J'ai du y être pendant ~3 mois de façon régulière, j'ai du croisé une 15 aines de personnes différentes.

Je n'ai pas de sentiments forts qui me reviennent en mémoire. Donc je dirai que c'est ni un bon ou mauvais souvenir, juste lambda. J'y étais, ce n'était pas déplaisant, mais ce n'était pas non-plus forcément plaisant. J'y faisais mes devoirs, je dessinais, j'écoutais de la musique. J'étais toujours accompagné d'un adulte, et évidemment, on parlait souvent. C'était une jeune femme, avec des cheveux encore plus frisés que les miens aujourd'hui, la plupart du temps. :p

Pour être franc, je n'avais pas spécialement de traumatisme ou autre. Donc cela ne m'a pas spécialement aidé, encore moins vis-à-vis de ma douance, vu que je n'étais pas encore diag à ce moment là.

Je pense que c'est surtout utile pour des mères/pères cherchant a quitter leur conjoint violent (physiquement ou mentalement -ou les deux-) et voulant s'assurer de l'état de leur/s enfant/s. Je ne me souviens plus si les parents étaient entendu. Mais très certainement. Je me souviens avoir été dans la voiture de mon père, une fois, en quittant l'enfant bleu ^o^
:miaou:

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Grabote » jeu. 8 oct. 2015 08:21

Hors-sujet
Merci Meow? :gromit: ;)
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Airelle
Messages : 184
Enregistré le : jeu. 17 sept. 2015 13:41
Présentation : Clic
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Airelle » mer. 14 oct. 2015 17:03

Lire les expériences des uns et des autres m'ayant aidé à relativiser, je vous livre la mienne, du haut de mes un mois de recul et des poussières.

Contexte - J'ai décidé de passer le test après que l'hypothèse d'une "douance" a été envisagée au bout d'un quart d'heure de parlotte par le premier psy chez qui je mettais les pieds. J'ai rapidement voulu en finir avec cette question qui me torturait l'esprit.

Premier rendez-vous - Je suis très mal à l'aise, et pas vraiment naturelle. Ma démarche me semble illégitime. Et j'ai l'impression qu'en face ce n'est pas "vous avez raison de vous poser la question" mais plutôt "si c'est important pour vous, alors il faut le passer". A la fin, elle me fera tout de même comprendre à demi-mot que certains points l'interpellent.

Passation - Les conditions ne sont pas franchement idéales (mal-être, manque de sommeil, stress intense lié au test et à divers éléments extérieurs), mais je sais qu'il est illusoire d'attendre une hypothétique amélioration. Je compte sur mon mode "pilotage automatique", en espérant tenir les vagues de stress à distance, et être plus calme la seconde fois (la passation étant scindée en deux dans mon cas).

J'attaque donc le test avec les mains qui tremblent. Mon état de fébrilité est plus que visible. Il s'empire dès qu'il est question de chiffres (j'ai détesté la mémoire des chiffres), mais redescend sur les épreuves verbales. Et comme si le stress ne suffisait pas, j'ai un mal de chien à me concentrer. Je pense en permanence à autre chose : j'analyse mon attitude, j'essaye de deviner ce que la psy pourrait en déduire, je me pose des questions sur elle, et je m'autocritique en permanence (je m'autocritique même de m'autocritiquer, c'est dire si l'on atteint des sommets).

La plupart des épreuves me paraissent d'une facilité déconcertante (ça mesure quelque chose, ces petites bêtes là ?!?), à tel point que je me mets à chercher des pièges qui n'existent pas, ce qui me fait perdre du temps, engendre une certaine panique, et aussi quelques erreurs. Parfois, je laisse mon besoin de vérifier au placard et je réponds à toute vitesse, avant même d'avoir réfléchi à la manière dont j'ai procédé. J'ai l'impression de ne plus rien contrôler et d'être un yoyo qui monte et qui descend au gré de mon état émotionnel.

Résultat - La psy "calcule" ses petits chiffres et me donne les résultats au fur et à mesure. Je comprends que ce sera haut. Moi qui pensais que si par extraordinaire j'étais dedans, ça serait limite... Elle me montre le chiffre. Dans ma tête, c'est le blanc le plus total. Elle me dit que cela vient corroborer ses observations. Je ne comprends pas. J'ai fondu en larmes une fois rentrée chez moi.

En ligne
Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2669
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Napirisha » mer. 14 oct. 2015 22:08

J'avais dit que je revenais 15 jours après. Donc, un petit complément, pas pour raconter ma vie mon œuvre, mais surtout pour montrer à quel point le ressenti peut être trompeur.
Mes impressions étaient assez à côté de la plaque, sauf pour la conclusion globale qui est bien que je suis HQI. Mes résultats en mémoire, arithmétique, vitesse sont dans la moyenne (dans les 100 et quelques, quoi), alors que j'étais toute fiérote d'avoir retenu tous ces chiffres à la suite :) . Je reste toute contente, hein, c'est pas la question... Mais je ne m'y attendais pas plus que ça... La psy m'a dit que l'anxiété pouvait jouer, mais ça colle assez bien finalement avec ce qui peut ressortir de mes points forts ou non lors de mes études, par exemple. Donc je pense que les chiffres doivent être assez exacts. Au contraire, je n'étais pas super satisfaite de mes réponses pour tout ce qui touchait au langage, et c'est sur ce point que je suis dans les 1/1000.
Et moi qui avais l'impression de gérer pas trop mal, elle m'a trouvée super anxieuse. (en même temps, c'est pas un scoop...)

Bref, ça confirme l'intérêt des tests passés avec un professionnel ^^ : s'il y a bien un point où je ne suis pas douée, c'est bien en autodiagnostic !
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Malou

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Malou » jeu. 15 oct. 2015 18:55

Alors voilà, j'ai finalement sauté le pas. Tout est passé vite, tout s'est enchainé et ça ne fait que deux heures que je suis ressortie mais tout me semble pourtant lointain.

J'avais fait des recherches sur internet pour trouver un psychologue qui faisait passer le test dans ma région, j'avais envoyé un mail à quelques uns d'entre eux pour connaitre les détails et finalement, un jour, j'ai pris rendez vous et me voilà là.

Hier soir, je commençais à stresser, la nuit n'a pas été particulièrement agréable et ce matin c'était impossible de me concentrer pour étudier. Avant de partir, je ne cessais de me dire que j'étais stupide de faire ça, que j'allais me ridiculiser, enfin je n'avais pas envie d'y aller.
Enfin bref, la psychologue m'a reçu, et d'entrée de jeux m'a dit : bon et bien on saute le pas? Dans un sens ça m'a un peu soulagé qu'elle me dise ça de cette façon, qu'elle dédramatise la situation, et donc me voilà assise, elle face à moi et son chien de l'autre côté de la porte qui aboie.
Ca a été plutôt rapide, peut être trop à mon goût, aucune démarche pour me connaître, pour s'assurer que je ne fais pas ça pour de mauvaises raisons, elle m'a immédiatement sorti les cubes. J'avais lu ici que c'était une épreuve simple, qui était là pour mettre en confiance et même si les premiers étaient simples, je marquais plus d'hésitation et mon cerveau s'est complètement éteint pour la dernière figure, bref je n'étais pas tellement en confiance et je cessais de me répéter que j'étais vraiment stupide d'avoir fait la démarche. J'avais l'impression d'être un singe (mais pas savant) et que des scientifiques m'observaient derrière la vitre. Merci bien, elle a ramassé ses cubes et m'a présenté les similitudes, et c'était plus simple pour moi, évidemment mais par contre, je ne sais pas exactement ce qu'elle attendait de moi, elle m'a souvent demandé de plus généraliser, que je partais trop loin sans voir l'évidence. Mais sur les dernières propositions, je commençais à trouver ça intéressant et à me faire un débat dans ma tête. Mais malheureusement ça s'est terminé et on est passé à la mémoire des chiffres. Aïe, quoi. Ca m'énervait de ne pas savoir quand elle allait ajouter un chiffre donc je n'arrivais pas à me concentrer sur ce qu'elle disait, et à la fin ça commençait réellement à me prendre la tête donc je disais plutôt que je ne savais pas. Par contre, j'ai mieux réussi dans le sens inverse, et elle m'a dit que c'était d'ailleurs étonnant (j'ai eu 2 points de plus) et pas terrible pour en ordre croissant (coucou le 9 ! ^^) Autant dire qu'à ce stade, j'avais envie de prendre mon sac et de partir.
Ensuite, c'était les matrices et c'était un exercice que j'ai plutôt bien aimé, qui m'était plutôt logique et j'étais d'ailleurs un peu trop rapide et elle m'a d'ailleurs dit à plusieurs reprises de revérifier parce que donner ma réponse au bout de 4 secondes ça n'allait pas (et donc je doutais énormément de mes réponses) mais finalement, j'ai seulement eu une erreur. On est passé ensuite au vocabulaire et ça s'est plutôt bien déroulé, même si comme à mon habitude j'avais quelques difficultés à m'exprimer à l'oral. C'est drôle parce que dès que je commençais à me sentir à l'aise, bam revoilà une épreuve pour me faire douter de moi. Donc l'arithmétique, et au vu de ce que j'avais lu, j'avais un peu peur mais finalement les premières questions ça a été super simple, j'ai, d'ailleurs pour l'une des questions, répondu avant qu'elle ait terminé son énoncé, elle n'a pas aimé ^^. J'ai eu plus de difficulté sur les deux derniers énoncés, je savais ce qu'il fallait faire, j'aurais pu le résoudre si j'avais eu un papier sous la main, mais de tête comme ça, je ne pouvais pas m'arranger avec toutes les infos dans ma tête. Donc je n'ai même pas voulu essayé et je disais que je ne savais pas.
Ensuite vint l'épreuve des symboles, concrètement pas de difficultés, même si j'aurais voulu faire remarquer que les droitiers doivent être favorisés, parce que je perdais du temps, en tant que gauchère, à décaler ma main pour pouvoir voir le symbole. Mais c'est quelque chose que j'ai bien réussi, même si je n'étais pas non plus particulièrement pressée non plus. Enfaite, je n'aimais pas particulièrement qu'elle ne me dise pas ce qu'évaluer l'épreuve, si j'avais su que la vitesse était prise en compte, j'aurais fait autrement. Enfin, je sais bien qu'elle ne pouvait pas me le dire, mais je n'aime pas ne pas savoir ce qu'on attend de moi.
Par contre pour les Puzzles, j'aurais pensé avoir mieux réussi, parce que pour moi c'était un peu comme les matrices, mais j'étais trop rapide et je suis revenue par deux fois sur ma réponse.
Et information, ça a été. Elle m'a directement demandé si je faisais des études médicales parce que la proposition que j'avais dit n'était pas souvent sortie. Mais mis à part trois, je savais tout.
Pour le Subtest des codes, je me suis un peu emmêlée à un moment mais dans l'ensemble ça allait.
Et ensuite, elle a fait l'erreur de me dire qu'on allait faire des tests facultatifs et ça faisait une heure et demi que j'étais concentrée, et même si j'ai l'habitude d'étudier sur des marges plus longues, c'était un travail différent, et j'avais vraiment envie que ça se termine.
Donc Séquence Lettre et Chiffres, j'étais nulle (j'ai eu aussi 9, bouhou.), les balances c'était pourtant simple par moment mais je pense que je saturais vraiment et je n'arrivais plus à visualiser mes pensées et bref, à plusieurs reprises j'ai répondu au hasard (on ne va pas se mentir, c'est moins dégradant de ne pas avoir réussi parce que vous n'avez pas essayé) Pour la compréhension, c'était globalement simple, même si pareillement je ne savais pas comment m'exprimer, enfin j'aurais voulu insister davantage sur certaine chose, et elle m'a souvent demandé d'expliquer ce que je disais (quoi moi pas parler français ? ^^), le barrage ma technique l'a fait rire et même si c'était plutôt chiant (mais heureusement ce n'est pas deux minutes) c'était plus agréable. Et Complément d'images, mon cerveau avait démissionné, il pensait déjà à son café, au concert de Mika où il allait être le lendemain, bref je regardais l'image en me disant : Oh moi aussi, il faut que j'aille courir demain ! Oh elle est moche la maison ! Ou alors j'ai fait remarqué des choses qui n'étaient pas nécessaires, comme le manque de boucle à l'oreille sur la vache. ^^' Mais étonnamment, ça n'a pas été le pire.

Après ça, j'ai croisé les jambes, j'ai enlevé mes lunettes et je me suis massée les yeux en me disant, je peux courir et passer par la fenêtre maintenant ? Et elle était derrière moi, à taper sur son ordinateur pour avoir les résultats et elle m'annonce 126 comme ça, entre deux blagues sur son chien, et moi j'étais là: Bon bah voilà, tu n'es pas HP mais tu n'es pas normale non plus. Coucou, toujours entre les deux. Elle a imprimé ses feuilles puis est revenue face à moi en me disant : Ce n'était pas totalement un murmure donc. Et je ne sais pas si j'étais déçue finalement ou soulagée, j'avais l'impression que ça ne changeait rien parce que voilà, je savais que je n'étais pas particulièrement stupide mais je me sentais si différente... Enfin, on a vu les résultats plus en détail, donc j'ai un ICV à 131, IRP à 112, IMT à 109 et IVT à 129. (Qui d'après elle est assez rare pour une gauchère), mais après elle m'a demandé si j'avais été déprimée parce que ma mémoire devrait être beaucoup plus haute, donc je lui ai répondu que je l'étais depuis mes 14 ans et que j'étais suivie seulement depuis quelques semaines et donc pour elle ça aurait dû être beaucoup plus haut et que ça avait été influencé par ça et que j'avais un problème spatio-visuel (ça ce n'était pas nouveau et je lui ai expliqué que du fait que j'étais ambidextre j'avais énormément de mal à me situer dans l'espace), elle m'a conseillé de voir un optométriste et elle a d'ailleurs était surprise que mes parents n'aient rien fait pour corriger mon problème de latéralité plus jeune.

On a un peu parlé ensuite de mon perfectionnisme, de ma peur de l'échec qui a du aussi joué sur mon résultat et aussi le fait qu'étant en première année de médecine, je ne devais pas forcément être au top de ma forme non plus. Donc ses conseils sont de rééduquer mon attention, faire des exercices de mémoire à court terme parce qu'elle est sous développée actuellement, et continuer à voir mon psychologue.

J'avoue que je n'ai pas appris grand chose sur moi même, mes résultats, même si je ne les avais jamais quantifiés, me qualifient, j'ai toujours été rapide, à faire des erreurs d'étourderies, je voulais toujours me débarrasser du travail pour ne rien faire ou penser. Tous les jours, je me rappelle à quel point ma mémoire est bancale. J'étais un peu déçue de mon ICV d'ailleurs. Seulement là, je me demande si je peux être considérée comme une petite HP ? Elle ne m'a pas dit clairement, vous êtes HP mais pourtant, elle m'a demandé si j'avais de la lecture pour me renseigner, pour savoir comment vivre avec, quand je lui ai dit qu'il avait eu aussi un doute pour Asperger et elle a répondu que les HP avaient aussi la même sensibilité. Alors peut-être qu'avec un entretien psychologique, j'aurais pu être considérée HP ? Prend-elle en compte le fait que je me sois auto-sabotée et qu'elle me mets néanmoins dans cette case ? Ou est-ce que mon QIT peut être considéré comme hétérogène ? Enfin, je n'ai pas forcément trouvé de réponse à mes questions mais plus de questions à mes questions et j'attends son compte rendu pour espérer certaines clarifications... Qui suis-je, donc ?

TerryTate

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par TerryTate » sam. 31 oct. 2015 05:18

J'ai promis à Mlle Rose que je le ferais, alors me voila à répondre, ici, sur ce topic que j'ai lu par bribes et dans lequel tous les messages se ressemblent fortement tout de même (Dans le cadre d'un diagnostic + évidemment).

Je me dis que mon témoignage n'apportera pas grand chose du coup puisqu'il sera " un témoignage de plus " noyé dans la masse mais bon, je crois que je le fais aussi pour moi, un jour je me dis que je pourrais relire ce que j'écris aujourd'hui et que je trouverais probablement ça "intéressant"...

Chronologiquement :

Novembre 2014 :

Séparation avec mon ex que je soupçonne encore aujourd'hui avoir de fortes tendances à la manipulation perverse et narcissique.

Petite dépression ( gentille ), énormément de lectures sur le sujet qui non seulement me concernait mais qui surtout m’intéressait grandement comme tout ce qui est en lien avec la psychologie/sociologie et ce depuis l'enfance (allez disons 12ans).

Participation active sur des forums concernant ce phénomène et petit à petit un auto diagnostic m’amenant à la conclusion suivante : Soit je suis surdoué, soit je suis Borderline ou bien même les deux mais comme j'ai dis à ma psy en entrant pour la première fois dans son cabinet " C'est l'un ou l'autre mais j'ai forcément une patho " ( elle a rit quand j'ai dis ça bien évidemment ( je savais que ça la ferait rire, est ce que je l'ai pas un peu verbalisé comme ça pour ça aussi ? Probablement... En fait je n'ai jamais dramatisé la situation, j'étais déjà prêt à accepter le diagnostic je pense et ce quel qu'il soit. Je savais que j'en avais chié, je savais qu'il y avait une explication psychologique et voila... ( très pratique l'utilisation des 3 petits points :D))

Février 2015 :

Après des mois d'introspection, une vie à se sentir complètement décalé et quelques lectures pertinentes d'ouvrages liés à la douance non diagnostiquée chez l'adulte dans lesquels je me reconnaissait quasiment totalement, j'en arrive à atterrir sur ce forum... Présentation, participation à un ou deux débats fort intéressants mais participation inconsciemment voire consciemment freinée de par le fait que je savais très bien que lorsque je passerais le test, si le bilan était négatif, je n'aurais jamais continué à venir poster ici (peut être lire parce-que j'adore l'ambiance bienveillante qui règne ici et la portée très philosophique des débats).

Sur le chat, j'ai parlé quelques précieuses minutes avec Mlle Rose et cette charmante personne m'a conseillée une psychologue clinicienne dans le 16ème ( Rue Saint Didier pour les intimes ).

Septembre 2015 :

J'ai pris rendez vous, sentiment bizarre de prendre rdv avec une psy pour la première fois de sa vie mais comme je lui ai dis lors de la première séance visant pour elle à mieux me connaitre : " J'aurais idéalement du être en face de vous 20 ans plus tôt, ça m'aurait évité pas mal de nuits blanches ".

Passage du WAIS IV fixé pour le 29 octobre 2015.

La psy me rappelle quelques jours après avoir fixé le rendez vous au 29 sachant qu'on a tous les deux des agendas très chargés, elle me demande si il est possible d'avancer mon rdv de 30 min, évidemment pour rien au monde je le raterais. (Paradoxal parce que j'ai failli le repousser à plus tard quelques jours avant (avant le test) (angoisse peut être et surtout don inné pour la procrastination)

Bref

29 octobre 2015 : (il y a des dates comme ça dont on sait qu'on se souviendra toute notre vie)

Passage du test WAIS IV donc, je vous passe les détails, comme vous les fameux cubes pour commencer, je me trouve trop lent, je sens déjà qu'elle va m'annoncer que j'ai un QI d'environ 90 et que tout mon introspection de cette dernière année n'était que de la branlette. Je vois déjà mes 10 années futurs à faire une thérapie avec elle pour sortir de mon trouble borderline probable et de ma dépression post-passage du WAIS avec résultat non concluant.

J'ai donc joué avec des cubes, joué avec des mots et joué avec des chiffres. J'ai trouvé certains trucs honteusement simples, j'ai trouvé d'autres choses très dures comme les puzzles visuels alors que j'ai eu 17/19, d'autres trucs assez simples comme les matrices alors que j'ai eu 14/19, mystère et boule de gomme (ça me permet de caler cette merveilleuse expression malheureusement non utilisée depuis Aout 1993).

Gros malaise au niveau de la culture générale (subtest sur lequel j'ai chuté comme un champion (12/19) avec l'impression horrible de vraiment pas avoir eu de chance, je me goure sur quasiment tout, je suis déstabilisé, j'ai honte et j'ai peur que ça affecte tout mon test. Je réponds d'énorme conneries alors que je connais les réponses, c'est tout moi, je réponds trop vite etc etc...

Grand sentiment de bienêtre et sentiment de survol du sujet au niveau des commentaires des planches, je trouve ça très intéressant et limite jouissif (on est sur un plaisir jubilatoire ) me rattraper de l'image que j'ai donné de moi au truc de culture gé que j'ai toujours dans la tête. Je lui en parle entre deux derniers tests d'ailleurs en lui disant que je suis quand même dégouté d'avoir été si nul à la culture gé parceque "je sais plein de trucs quand même vous savez ?" :$

Bon je suis chiant et long la, je vais abréger.

Du coup voila, on termine avec un truc incroyablement chiant, le test de "codes", je me fais chier mais je le fais et j'ai hâte de finir le plus vite possible, paf c'est fait (15/19).

Elle me demande ensuite de me dessiner, je m'y attendais pas du tout, elle rigole en voyant ma tête. Je lui précise de je dessine à peu près comme un enfant de 4 ans sous lexomil, toujours bonne ambiance bon bref, elle prend mon dessin et me dis quelque chose que je n'oublierais jamais : " Vous avez les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, vous êtes prêt à réaliser vos rêves et à créer votre entreprise " Chevilles niveau 10.

Je m'attendais après avoir fini à ce qu'elle me dise que j'aurais les résultats dans 1 mois ou 2 ( j'ai pas trop voulu me renseigner sur le net volontairement parce que je voulais pas biaiser mon test, je me connais, j'aurais regardé les trucs à dire pour avoir bon etc ... ). La j'entends l'imprimante et je comprends, elle me sort les résultats direct.. Monté d'adrénaline énorme.

Elle me pose la feuille en face de moi et je vois marqué en gros en bas ( pas pris le temps de regarder le reste je m'en foutais) : QI GLOBAL : 139

Choc émotionnel fort, frissons...

Elle me dis " Les résultats sont très bons " avec un grand sourire.

Instinctivement je lui réponds " Non " ( en rigolant hein, genre le même genre de rire que vous faites quand vous voyez une vidéo de chat qui vous fait marrer mais pas trop )

Je veux j'imagine, inconsciemment lui signifier par la que j'aurais clairement été moins malheureux, que j'aurais pas tenté de mettre fin à mes jours étant jeune si j'avais eu un QI "normal"

On discute un peu et je lui explique qu'en fait je ne suis même pas surpris mais que j'avais besoin que ce soit écrit sur une feuille, le genre de truc irréfutable et qu'au moins j’arrêterais de me dire que je me fais des films. L'essentiel pour moi n’était pas le résultat ( tant que j'avais au dessus de 130 ça m'allait puisque ca remettais pas en question tout mon travail d'un an sur moi même ) Non ce n'était pas le résultat le plus important, c'était de SAVOIR, d'avoir une RÉPONSE CONCRÈTE.

Je suis sorti, j'ai appelé ma mère, elle m'a félicité, je lui ai dis que j'étais juste différent et que c'est comme si elle me félicitais d'avoir des cheveux ou d'avoir 2 bras... Mais je l'ai remercié fortement car c'est aussi elle qui m'a donné la force de le faire. J'ai raccroché et je me suis mis à pleurer tout seul au troca avec la tour eiffel en face, encore mnt en écrivant ces lignes je pleure tout seul, je crois que c'est nécessaire, que ça m'aide à extérioriser le fait que je trouve ça injuste, que j'ai rien demandé à personne moi et que j'ai toujours voulu que tout le monde soit heureux et que j'ai en fait été victime de ma douance via l'isolement sociale durant toute mon enfance et mon adolescence, sachant que j'ai quand même eu également un combo Père violent et maltraitance psychologique + traumatisme durant l'adolescence ayant accentué l’isolement au lycée en 1ère + j'étais gros (environ 98Kg pour 1m70 à l'époque ) + gynécomastie cadeau de mes 14ans jusqu’à mes 26ans ( génial quand vous manquez déjà de confiance en vous, me suis fait opéré).

J'étais tellement déboussolé que j'ai été machinalement prendre la ligne 14 alors que c'est la 12 pour rentrer chez moi ( j'habite quand même chez moi depuis 3 ans lol )

Impossible de lire mon bouquin dans le métro, j'avais la tête tellement en ébullition

Enfin bref, tout ça c'est fini, aujourd'hui je suis tellement en paix avec moi même ( même avant le WAIS hein... ) En fait l'année de 26-27 ans aura été une année incroyable dans ma vie. Je trouve que la vie est belle, j'ai une vie sociale très remplie, je plais beaucoup aux filles et je suis passé du vilain petit canard collégien à celui avec qui les filles adoreraient sortir, celui qui se lève de table avec 10 potes en terrasse et que tout le monde va suivre, j'ai acquis un leadership dont je me serais jamais jamais jamais cru capable il y a même 4 ans de ça ( si on m'avait dit ça un jour, j'aurais parié toute ma fortune contre moi ( heureusement j'avais maximum 5francs à l'époque de mon enfance :) ).

Aujourd'hui j'ai fait de ce "handicap" une "force", voici comment je vois les choses.

PS : Ça m'a beaucoup fait rire de voir que j'ai eu 19/19 en intégration des normes de la vie sociale alors qu'il y a 10 ans j'aurais eu 2 max...

Bref voila pour moi, j'ai pas l'impression d'avoir fini quelque chose mais plutôt de commencer aujourd’hui une nouvelle vie, je sais que le fait d'avoir 139 de QI et surtout de la savoir a encore plus comblé ma faille narcissique, je trouve aussi que je ne ressens plus tellement mon syndrome de l'imposteur, mais c'est à creuser, je dois voir comment j’évolue au cours des prochaines semaines, j'ai un peu peur de devenir un connard arrogant mais j'espère que mon hyper-empathie fera garde fou :) ( Non je sais que je peux pas devenir un connard arrogant )

Ça fait un bien fou d'en parler en tout cas.

( j'ai failli finir par " je vous aime" puis je me suis dis quand même que ça fait "too much" ahah et puis faudrait que je vous explique ma notion du libre arbitre après et ca prendrai des heures, enfin bref, merci à tous pour vos témoignages, merci à tous pour votre bienveillance et toussa toussa )

La bise

Edit 5 min après avoir posté : J'ai oublié de préciser que j'ai rencontré mon âme jumelle (il y a 4 ans de ça au boulot mais on s'est vraiment "rencontré" cet été). C'est la personne qui m'a aidé à surmonter ma dépression naissante suite à ma dernière relation avec une fille toxique pour moi, c'est elle aussi qui m'a conseillé de passer ce test, bref c'est elle qui a changé ma vie dans tous les sens du terme, la psy m'a dit que j'avais les pieds sur terre et la tête dans la étoiles.. Bah c'est elle mon étoile... Je ne raconte pas ça pour étaler ma vie mais simplement pour signifier que parfois certaines rencontres peuvent être très très bénéfiques...

Tjrs la bise :)

Prenez soin de vous

Avatar du membre
Yniel
Messages : 562
Enregistré le : dim. 6 avr. 2014 22:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Yniel » ven. 6 nov. 2015 23:20

Ahhhhhhhhhhh qui sur ce forum à Paris ne connait pas la rue saint Didier ? :D
(le dessin de moi même a été ma pire expérience...)
« La vérité est recherchée pour elle-même. Et ceux qui sont engagés dans une quête du savoir par goût de la vérité ne sont pas intéressés par autre chose. La recherche de la vérité est difficile et la route qui y conduit est ardue... »

Alhazen

Avatar du membre
Thalweg
un petit côté foufou!
Messages : 792
Enregistré le : sam. 27 déc. 2014 21:40
Présentation : Thor et le géologue
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Norska, à travers l'échancrure.
Âge : 29

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Thalweg » lun. 9 nov. 2015 13:14

Je viens de sortir du WAIS. C'est passé assez vite en fait, et je suis toujours vivant. Au début, pas mal de stress puis on se prend au jeu et c'est assez amusant.

Commentaire à chaud de la psy après le test: "Y a clairement une tendance vers le haut potentiel"

Résultats mardi prochain.

Edit: ça tue un WAIS, c'est super fatiguant en fait.
Re-edit: le crash-test hélico est effectivement bien pire.
Rere-edit: tiens, mon premier vrai post dans le Grand Salon...
¬ ʻʻ … ʼʼ . ʻ … …ʻ … ; ʼʼ , ʻ

En ligne
Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2669
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Napirisha » lun. 9 nov. 2015 13:16

Thalg a écrit :je suis toujours vivant
En voilà une bonne nouvelle ! On n'en espérait pas moins ;)
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Thalweg
un petit côté foufou!
Messages : 792
Enregistré le : sam. 27 déc. 2014 21:40
Présentation : Thor et le géologue
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Norska, à travers l'échancrure.
Âge : 29

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Thalweg » ven. 13 nov. 2015 18:03

Bon, comme je peux plus éditer, je raconte à la suite. Comment s'est passé mon test ?

Premier contact, l'anamnèse, la psy est accueillante et me reçoit dans une pièce assez peu personnelle (l'assoc' partage ses bureaux avec d'autres dans son antenne dans ma ville). J'ai un peu de mal à tout dévoiler ma vie à une inconnue, même en sachant que tout restera confidentiel. Je raconte mon parcours, le pourquoi je suis là, je parle un peu de vous et des lectures boulimiques (liées ou pas à la douance). Elle note beaucoup, parle peu, pose deux trois questions sur ce que je viens chercher en faisant le test, tout ça. Une heure passe, je rattrape le présent. Elle finit de noter, me demande si j'ai d'autres choses à ajouter. "Ben, heu, y a bien le deuil de mon grand père qui a été un peu étrange, et deux ou trois autres trucs... D'ailleurs si j'en suis et que c'est effectivement génétique, je suis presque certain que ça me vient de lui... ". Je me reperds de lien en loin. Arborescence ?

A la suite de quoi elle m'explique le principe, ce qui va se passer, les différents tests et séances, ce que la WAIS mesure, les théories de l'intelligence, tout ça... Rendez-vous pris pour trois semaines après pour un test qualitatif.

Bon, le test qualitatif, développé par eux, me semble un peu superflu, permettant de "mesurer" les hyper-exitabilités. Série de questions en rapport avec commet je sens certaines choses, mes relations à l'imaginaire, aux autres, aux problèmes qui permettent de se triturer la cervelle à la recherche d'une solution, tout ça. Ensuite, un autre test, permettant de déterminer si je pense plus de façon globale ou séquentielle (semble que je suis plus global). C'est lié à la dualité de l'être, cerveaux droit et gauche. J'adhère pas trop à la théorie des cerveaux, mais à part la base fondamentale, pourquoi pas en fait. Donc voilà. Deux tests qui ma foi auraient pu être faits sans l'aide d'un psy je pense. Mais ils seront intégrés au bilan, donc j'imagine que c'est quand même important.

Puis voilà le WAIS. Je l'ai passé à Bruxelles, à plus d'une heure et demi de chez moi. Bon, déjà, j'ai du mal à trouver l'adresse, je me retrouve dans les classeurs d'archives d'une boîte qui fait dans le transports de choses (si, si, je vous jure...). Je me dis que c'est pas là. Je trouve enfin. Une salle avec une grande table au centre, salle d'attente au fond. Ok. J'attends. La psy termine avec son patient précédent et m'accueille chaleureusement. Elle commence par me vouvoyer, chose que j'ai parfois un peu de mal à supporter. Le vouvoiement c'est trop formel pour quelqu'un qui va plonger dans ma tête, je trouve.

Elle m'explique que si je le sens pas et je me sens trop stressé, je peux revenir un autre jour (j'ai pris congé et me suis tapé Bruxelles, donc je lui répond gentiment non. Même si j'ai pas dormi et que je suis stressé, je le passe aujourd'hui, ce test).

Ca commence, première épreuve. Mes mains tremblent. Elle le remarque et essaye de me rassurer en me disant que je m'en sors très bien. Effectivement. C'était plutôt sympa. Elle me calcule mes scores de chaque épreuve à la fin, me disant où je me situe pour ce test là. Les moyennes, c'est bien, mais, et les écart-types ? Elle répond que ça, faudra attendre le calcul du QIT pour le savoir. Ok.

Je me prend au jeu, lutte à mort avec une épreuve en particulier même si d'après elle je la réussis brillamment (elle n'a jamais vu quelqu'un aller jusqu'au bout pour celle-là). D'autres me semblent super simple, j'ai cette impression que les réponses viennent sans savoir d'où elles sortent, incapable de sortir la logique qui y amène. Je comprend le coup des problèmes dont la solution apparaît inconsciemment. Je pensais que c'était pas mon cas, ben, on dirait que si. 1h45 après, c'est fini. Et moi: "Déjà?". C'est passé vraiment vite.

Globalement, je me suis plutôt bien amusé et c'est vrai que y a vraiment pas de quoi stresser.

Voilà, en gros. Je reposte pour les résultats.
¬ ʻʻ … ʼʼ . ʻ … …ʻ … ; ʼʼ , ʻ

Avatar du membre
Virginie
Messages : 248
Enregistré le : jeu. 2 avr. 2015 14:55
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6113.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Haute-Marne
Âge : 36

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Virginie » jeu. 19 nov. 2015 16:11

Bon allez, près de cinq mois après avoir passé le test, j'apporte ma maigre contribution à propos du passage du test.

Je l'ai passé fin juin, six ans après avoir contacté un premier psy à ce sujet, et plus de 15 ans après que l'idée de la douance m'ait été suggérée.

J'ai pris rendez-vous suite à un "choc émotionnel" qui a fait remonter plein de choses à la surface, et d'un coup, il devenait impérieux, nécessaire que je passe ce test. Comme beaucoup, j'ai hésité, cherché le meilleur psy, me suis pensée prétentieuse d'oser envisager cette hypothèse, et finalement j'ai pris rendez-vous (en tremblant).

Il y a d'abord eu une première rencontre pour me cerner, et pour voir si ça valait le coup de passer ce test ou s'il fallait me rediriger vers autre chose. J'ai trouvé face à moi quelqu'un d'excentrique, mais de très compétent. Le test se justifie. Bon.

Ce premier rendez-vous m'a fait du bien, je retrouve le sommeil après ça. Mais j'ai attendu deux mois avant de l'obtenir, et je dois attendre encore un mois et demi avant de passer THE test. Ça me semble une éternité.

Entre les deux rendez-vous, la vie reprend son cours. L'impérieuse nécessité du test se fait de moins en moins ressentir, à tel point que quelques jours avant, je me demande si ça vaut vraiment le coup de faire cent bornes pour répondre à quelques questions. Et je crois que cet état d'esprit-là m'a vraiment aidée pour passer le test!!

En effet, j'arrive le matin du test (rendez-vous à 10h30) détendue, sans rien attendre de particulier de l'heure qui va venir. D'ailleurs c'était drôle, la psy n'arrêtait pas de me demander si ça allait, si je n'étais pas trop stressée, et en fait non, mais elle aurait presque fini par me faire stresser à force de me poser ce genre de questions. Cela dit, elle cherchait vraiment à me mettre à l'aise, je ne vais pas lui en vouloir.

Elle avait déjà tout préparé, j'arrive, "installez-vous". Ah, on commence tout de suite? Bon... Je m'installe, et on commence avec la "culture G" (je sais pas si ça s'appelle comme ça, mais c'est comme ça que je l'ai ressenti). Elle pose des questions, je réponds. Dans ma tête, je suis en mode quizz. Elle me rassure encore en me disant que c'est bien, c'est bien, c'est bien... Oui, bon, c'est gentil, mais j'ai pas besoin d'être rassurée, tout va bien!

Les épreuves s'enchaînent et je reste dans le même état d'esprit : on me pose des questions, je réponds ; ça s'arrête là. Pas de stress, pas d'angoisse à chaque mauvaise réponse, vu qu'il n'y a plus d'enjeu!

Elle calcule devant moi, au fur et à mesure. Apparemment je plafonne à plein de subtests. Pour certains "il faudrait des points bonus" : en gros, je réponds avant même qu'elle ait le temps de mettre en route le chrono. Mouais, bon, comme depuis le début, elle pose des questions, je réponds. Je ne lui dis pas que par politesse, j'attends qu'elle ait fini de parler pour lui répondre, parce que parfois, j'ai la réponse avant même qu'elle ait fini de poser sa question (mon compagnon fait ça au Trivial Poursuit, il répond avant qu'on ait fini de poser les questions, et c'est d'un énervant! :rofl: Du coup par respect je ne le fais pas).

Le test se termine, il y a des choses auxquelles j'ai bien répondu, d'autres auxquelles je n'ai pas su répondre. Bon.

Elle calcule le total, semble toute contente : il semblerait que ce soit l'un des meilleurs bilans qu'elle ait fait passer de l'année (en même temps on n'est qu'en juin). Elle m'annonce un résultat. Je lui demande en rigolant si c'est une blague, mais ça vacille un peu à l'intérieur, quand même. Non, non, c'est pas une blague. Elle ne s'est pas trompée? Non plus. Bon ben elle a oublié de me faire passer une partie du test, alors, genre des trucs optionnels, ou la partie compliquée, tout ça? Ben non.

On discute un bon moment, puis je pars. Je recevrai son compte-rendu par la poste, pas besoin de me refaire faire cent bornes pour ça. J'ai l'impression de débarquer sur une autre planète. Je me sens comme sur une île déserte, mais heureusement ça ne dure pas.

J'ai dû attendre ce test ce qui m'a semblé une éternité. Mais aujourd'hui, je suis persuadée que cette attente forcée a été bénéfique : le jour J, il n'y avait plus de stress, plus de pression, plus d'enjeu ; je n'avais plus ce besoin impérieux de réponse, et rien n'est venu parasiter ma pensée. Par contre j'ai eu un beau mal de crâne après. :D

A ceux qui n'ont pas encore passé le test, je vous souhaite de le passer dans des conditions d'esprit aussi optimales que celles dans lesquelles je l'ai passé.

Avatar du membre
ophrys
Messages : 13
Enregistré le : mar. 1 déc. 2015 13:13
Présentation : je suis là !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par ophrys » mer. 2 déc. 2015 11:16

Bonjour !

A mon tour de témoigner.

S'agissant de la psy qui avait testé monsieur, je n'arrivais pas en terrain inconnu. Je me suis retrouvée face à quelqu'un de souriant et encourageant. Nous avons donc discuté une petite heure de mon parcours. Je me suis surprise sur quelques réponses. Elles sont sorties d'un coup et après réflexion sont d'une très grande justesse. Mais je ne les avais jamais formulées auparavant. Ces premières découvertes sur moi-même m'ont plu. Quelque pouvait être le résultat du test, je découvrais déjà des choses sur moi.

Passons au test maintenant. J'avais lu, notamment ici, que ce pouvait être long, éprouvant et fatigant. La psy me l'a redit en préambule, m'invitant à m'arrêter si cela me semblait nécessaire. Est-ce la perspective de déjeuner à pas d'heure ? Toujours est-il que cela a été très rapide (une heure). J'ai enchainé les réponses, sans trop hésiter. Ma vitesse a surpris la psy, qui me l'a fait remarqué (et ça se voit aux résultats). En partant, elle m'a fait comprendre que très vraisemblablement le diagnostic serait positif.

Et ce n'est que dans la salle d'attente, avant le dernier rendez-vous, que j'ai commencé à stresser. En effet, autant, les deux premières fois je participais, autant là, je n'avais la maîtrise de rien. Les jeux étaient faits. Rajoutons à cela la hâte de savoir.
Et comme j'ai mal compris l'heure du RDV, je suis venue avec une heure d'avance. Par chance elle avait un creux avant son prochain RDV, elle m'a reçu. Déjà les quelques premiers chiffres m'ont fait pâlir. Lorsque j'ai vu celui du QI global écrit en gros, ça a été le vide (pour une fois ! :D ). Peut être un peu surdouée, voui...mais pas à ce point là.

Je suis donc repartie à pieds, dans le froid, afin de remettre un peu mes idées en place. Et ce matin, en me levant, mon cerveau n'avait pas changé. Bigre ! Et demain non plus. Re-bigre !

Killashandra
Messages : 14
Enregistré le : ven. 20 nov. 2015 21:33
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Killashandra » sam. 5 déc. 2015 22:36

Voilà, j'ai passé la WAIS IV hier.

J'avais réalisé un entretien préliminaire il y a trois semaines avec une psychologue qui m'avait fort plu. Son contact était agréable et je m'étais ainsi permis de lui confier mes questionnements.
Sa façon à elle de récupérer mon contact visuel en penchant la tête d'un côté puis de l'autre m'avait interpellée: j'ai trouvé ça pas mal puisque ça fonctionnait ! Tout bête mais efficace, elle a ainsi grimpé en flèche dans mon estime ! C'est donc tout vu, nous programmons le bilan. Elle me précise d'emblée qu'elle ne me donnera aucune information concernant le résultat du test le jour même, mais que tout cela sera fait lors d'un rendez-vous de restitution.

La nuit de jeudi à vendredi a été longue et mouvementée: je me prévoyais un sommeil paisible, mais mon cerveau n'en a fait qu'à sa tête -évidemment-, comme bien souvent. La belle insomnie a pris le dessus, laissant le champ libre à toutes mes inquiétudes et maugréages internes... :think:

L'aube s'est donc pointée, j'ai pu penser à autre chose en préparant mon fils et en l'emmenant à la crèche (c'est mon petit empêcheur de penser personnel, c'est bien utile parfois un enfant...mouah ah ah).

J'avais de l'avance, j'ai donc pu ne pas trop angoisser en cherchant vainement une place où me garer. Après un créneau rondement mené (on m'appelle la reine des créneaux, mince, il n'y a pas de métier pour ça ?) je marche fébrilement dans la rue, les larmes commencent à monter.

Je ravale mon émotion en arrivant devant l'immeuble. Mince, pas le code, j'ai changé de portable depuis le dernier rendez-vous. J'appelle la psychologue, pas de réponse. Je sonne chez l'entreprise voisine mais ne distingue pas de lumière dans les locaux (j'aurais peut être dû commencer par cette observation avant de harceler tout le rez-de-chaussée). Je me rends compte, je ne sais par quel miracle, que le bouton "porte" ouvre la porte...mmmhhh la matinée va être chouette !

J'arrive, elle a du retard, l'émotion me submerge à nouveau. J'en profite pour me concentrer sur ma respiration et m'aide de la photo face à moi. J'essaie d'analyser la prise de vue, ça me fait penser à autre chose.

Quand vient mon tour, je me sens quelque peu détendue, mais cela durera une ou deux minutes, l'angoisse de la page blanche m'obnubilant. La psychologue me met en confiance, me rassure, me propose un verre d'eau, et c'est parti !

Les cubes d'abord: je tremble tellement que je fais une petite blague sur Parkinson (elle rit avec moi, pitié ?). J'ai l'impression de me traîner, je fais quelques rectifications mais arrive au bout, lamentablement selon moi. Puis le reste des épreuves s'enchaîne: je suis dépitée en répondant faux à deux questions de culture générale, je prends mon pied à l'épreuve des symboles durant laquelle je suis allée très vite selon la psy (la seule appréciation que j'aurai pendant le test). Je trouve les tests arithmétiques simples (pourtant je ne suis pas très à l'aise en calcul mental, c'est dire). Je m'arrête assez tôt dans le premier subtest de l'épreuve de mémoire (ça me plombe un peu) mais me sens littéralement partie dans d'autres sphères quand on passe en mémoire de travail. J'aurais bien continué cette tâche encore un moment car elle me met dans un état de concentration extrême qui m'est très agréable. Je ne sais pas si cette épreuve est réussie mais elle a en tout cas eu le mérite de me "détendre". Les épreuves qui nécessitent une élaboration de ma pensée à l'oral sont longues car je pars à droite et à gauche avant de revenir au centre et ai du mal à formuler rapidement et exactement ce que je souhaite dire (la concision n'est pas ma plus grande qualité, comme vous l'aurez remarqué à la lecture de ce témoignage :lol: ).

Le test se termine au bout d'1h45. J'ai l'impression d'avoir fatigué la psychologue. Je pleure encore (oui oui c'est récurrent). Elle me propose un rendez-vous mardi midi, sur notre pause déjeuner respective. Trois jours complets à attendre, ça va être long mais cela aurait pu être pire. Je compte bien occuper mon week-end pour ne pas trop y penser.

Son visage est impénétrable, je ne lis pas d'informations allant dans un sens ou dans un autre. Quand je lui exprime mon regret de m'être trompée sur quelques questions de culture générale, elle me dit que la culture générale n'est pas forcément liée à l'intelligence mesurée attestant d'un haut potentiel. Elle fait cette remarque à distance, à un moment où l'on parle d'autre chose (coïncidence ou psychologue futée ?).

Il n'en reste pas moins que je suis toujours dans le flou. Il me tarde d'être à mardi, l'attente étant très inconfortable. J'en parle à mon compagnon, certes, mais tout n'est que conjectures. Donc je tourne en rond, me fatigue, le fatigue, nous fatigue. Bref. Pas très intéressant tout ça.

J'ai hâte, au delà de l'attribution ou non d'un fonctionnement de haut potentiel, de connaître mieux mon fonctionnement. Je souhaite à moyen terme reprendre des études afin de changer de profession (ou d'en pratiquer une en plus de l'actuelle): ce bilan m'apportera donc très certainement un éclairage sur mes compétences et ce sur quoi je peux travailler.


La suite mardi....

Rosedesvents88
Messages : 28
Enregistré le : lun. 16 nov. 2015 18:12
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Rosedesvents88 » mer. 9 déc. 2015 11:57

Hello tout le monde.
Alors pour ma part, j'ai commencé les tests (pas encore terminé).
La psy est super sympa (ouf !).
Je ne pensais pas commencer lors du premier rdv, mais il s'est avéré que si..!

Epreuve : cubes... je n'étais pas très à l'aise

Similitudes entre les mots : bon... j'ai dit ce que je pensais... bien ou pas je n'en sais rien.

Séries de chiffres : je crois que je suis allée jusqu'à 6 ou 7 chiffres mais pas sûre. De plus une question me turlupine, le psy dit-il lorsque l'on répète avec des erreurs ? Ou continu-t-il la série même si l'on s'est trompé ?

Pas plus d'infos pour l'instant... je ne sais pas trop quoi penser...
Le coeur a ses raisons...

Avatar du membre
Bradeck
Sèche-serviette
Messages : 1850
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Bradeck » mer. 9 déc. 2015 12:09

Rosedesvents88 a écrit :Séries de chiffres : je crois que je suis allée jusqu'à 6 ou 7 chiffres mais pas sûre. De plus une question me turlupine, le psy dit-il lorsque l'on répète avec des erreurs ? Ou continu-t-il la série même si l'on s'est trompé ?
Normalement, le psy doit rester "impassible" quand tu passes le test, t'observer mais ne pas te dire si tu te trompes où non.
A chaque subtest il y a des conditions d'arrêts (mis à part l'évident: "Bon, il n'y a plus de questions"). Ces conditions peuvent-être, par exemple : X erreurs d'affilées, plus de N erreurs globales...

Si tu ne sais pas trop quoi penser, c'est qu'il fait bien son job ^^
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Répondre