A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
esprac
Messages : 83
Inscription : mer. 24 oct. 2012 13:33
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t2868.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 46

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par esprac »

Bon j'ai passé un première partie des testsjeudi dernier et le deuxième aujourd'hui.
Jeudi:
J'étais bizarrement pas trop stressé, j'avais super bien dormi la nuit avant (merci le zopiclone).
On a commencé direct.
Les cubes j'ai trouvé ça super facile et elle était impressionnée par ma vitesse.
Après on a fait les similitudes là j'ai galéré enfin pour certains trucs c'était facile mais d'autres...
Après les chiffres à retenir, dans l'ordre j'ai ramé un peu sur les 3 derniers, dans le désordre j'ai mis en place une stratégie imparable et j'ai eu tout juste et vite fait en plus. Et après pour l'ordre croissant ben là j'étais déconcentré des fois j'entendais même plus les chiffres qu'elle me disait.
Les suites j'ai séché sur la dernière (j'ai trouvé la réponse cette nuit à 22H30).
Ensuite vocabulaire, c'est vraiment pas mon truc et ça c'est vu.
Puis on a fini par les pbs de maths. Là j'ai pris mon pied elle n'avait même pas le temps de mettre le chrono en marche.
Elle avait prévu 2 heures pour tout ça et en 45mn j'avais terminé... A la fin j'avais l'impression de m'être planté partout.
Ce matin:
J'étais beaucoup plus tendu bizarrement surtout j'avais la tête ailleurs il s'est passé pas mal de chose dans ma vie perso entre les deux et j'étais plus sur in nuage que vraiment là.
Bref on s'y met:
les puzzles juste le dernier que je n'ai pas trouvé sinon tout juste.
Culture G aie je vais me planter c'est sur... ben non en fait elles étaient simple les questions juste une ou je n'ai pas su.
code et symbole un peu du mal quand il faut faire dans l'ordre...
les suite lettres et chiffres tout juste.
les images à compléter j'ai eu du mal.
Les balances tout juste.
Puis après un questionnaire bizarre qui m'amuse beaucoup...
barrages impec.
Bref j'ai vraiment une piètre image de ce que j'ai fait, elle me dit ah bon pourtant... enfin on en reparle dans 15 jours (jours des résultats, ça va être long...)
En sortant je suis allée à la part-dieu me suis assise sur une chaise et j'ai regardé le monde quand j'ai émergé c'était 2h plus tard.... Ce soir je suis vidée. Et j'ai un gros coup de déprime.

Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13343
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par TourneLune »

[mod="Tournesol"]Juste une petite précision parce que les derniers messages de ce topic semblent lui donner une toute autre voie...

Ce topic a été créé à la base pour que les gens donnent leur ressenti et leur vécu sur cette épreuve qui est rarement envisagée de façon très sereine.

Il ne s'agissait pas de venir comme à la fin d'un contrôle au collège dire "j'ai bien réussi telle épreuve, j'ai foiré celle-là", etc..; j'ai envie de dire ... on s'en fout....

Les détails sur les divers subtests ne sont pas l'objet du présent sujet mais vraiment l'ambiance, l'état d'esprit, le vécu si possible à chaud, et ceci dans un but de partage envers ceux ne l'ayant pas encore passé.

Je note vraiment une dérive envers un déballage de "j'ai fait ci j'ai fait ça" et c'est vraiment dommage parce que du coup, comme le fait remarquer Sanders, non seulement ce topic n'a plus d'intérêt pour les "nouveaux" mais il leur donne l'impression d'être néfaste pour eux.

Donc SVP, un petit effort pour rester dans le partage et non dans le nombrilisme.

Et de façon générale, gardez toujours à l'esprit qu'un forum, c'est avant tout s'adresser à des gens et non pas faire un monologue à un écran.[/mod]
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar de l’utilisateur
Le Yeti
Messages : 12
Inscription : mer. 7 nov. 2012 15:47
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/presentation-yeti-t2847.html]ICI[/url]
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Alsace
Âge : 46

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Le Yeti »

Bonjour à tous,

J'ai passé le test WAIS-IV vendredi le 4 au matin.
Je n'ai plus été sur le forum depuis un certain temps car sachant que j'allais passer le test j'ai essayé de lâcher prise pour ne pas arriver le jour J trop stressé....
Je n'ai pas eu l'impression d'être face à un insurmontable examen mais quand même un peu stressé.
Vendredi le 11 après-midi : résultat.

Intelligence supérieure (6,7 % de la population) mais pas au-dessus de 130 donc pas surdoué.
Mon point faible était mon intelligence face à l'environnement; mon niveau d'études bas et mon désintéressement aux medias expliquent un peu ce résultat.

Cependant la psychologue ne comprend pas pourquoi je n'ai pas fait des études. Je ne comprends pas moi-même pourquoi je n'aime pas apprendre, pourquoi j'ai un tel rejet de l'école ?... Elle m'a donc conseillé d'en parler avec un psychologue homme pour comprendre (puisque mon QI ne m'empêche pas d'apprendre).

J'ai quand même ensuite ressenti un malaise. Elle a confirmé ce que les gens autour de moi me disent: j'ai les capacités.
Pourquoi ne les exploitais-je pas ?

Si j'avais un niveau professionnel plus élevé, que je travaillerais avec des gens du même niveau, je ne serais pas là à me poser des questions sur mon QI. Je le me suis ai posé en me comparant aux autres autour de moi.
Maintenant est venu le moment de prendre une décision : je reste comme ça à me lamenter ou je vais voir un psy qui m'aide à me motiver et je monte en grade ....
Chercher à ne vivre qu'ici et maintenant ...

Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Inscription : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/vert-calme-maintenant-t915.html]C'est qui, déjà ? [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 42
Contact :

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Kayeza »

Le Yeti a écrit :Maintenant est venu le moment de prendre une décision : je reste comme ça à me lamenter ou je vais voir un psy qui m'aide à me motiver et je monte en grade ....
À mon avis, si tu te laisses le temps de la digestion, la réponse va venir toute seule...
Bravo à toi pour cette démarche et bon courage pour la suite ! (Et re-bienvenue parmi nous, si tu as à nouveau envie de revenir trainer tes savantes par ici...)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar de l’utilisateur
W4x
Fée du logis
Fée du logis
Messages : 3859
Inscription : lun. 21 nov. 2011 23:19
Présentation : topic1075.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 38
Contact :

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par W4x »

Je pense aussi que la réponse est contenue dans la question... Et comme on le répète souvent, le résultat n'est souvent qu'un début, ce sont les pistes dégagées par les commentaires du psy sur ton profil qui t'éclaireront sur des démarches à suivre, si tu souhaites les entreprendre.
Mathematics is a game played according to certain simple rules with meaningless marks on paper. D.Hilbert

eugyl

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par eugyl »

Après dix ans de questionnement et de peur presque irraisonnée, j’ai finalement décidé de franchir le pas. J'ai passé le wais iv vendredi dernier. J’en tremble encore. Qu'est-ce qu'un mois à côté de dix ans ? Pourtant, les quatre semaines qui se sont écoulées entre la prise du rdv et cette rencontre m'ont semblé très longues. Les derniers jours haletants ; la seule pensée du test, la crainte de ne pas trouver réponse à certaines de mes interrogations (à l’issue de celui-ci) me plongeaient dans une profonde angoisse, accéléraient brutalement mon rythme cardiaque et me rendaient fébrile, le corps en proie à des sueurs froides. Mon souffle est devenu encore plus court sur le chemin menant chez la psy, et encore un peu plus dans la salle d’attente, et toujours plus dans son bureau, face à elle, lors de l’entretien initial. Lorsque le test a commencé, j’étais à bout de souffle. Il m’a fallu rapidement lui demander un verre d’eau. Elle a toujours été très compréhensive, très attentionnée. Jusqu’au terme du test, presque deux heures plus tard. Puis elle m’a demandé si je voulais les résultats (correction au fur et à mesure), avec un petit sourire complice. « Oui, bien sûr ! », lui réponds-je, la gorge nouée, mais aussi un peu soulagé par l’attitude plutôt décontractée dont elle fait preuve juste avant de me tendre la feuille (des résultats) et qui annonce peut-être…
Je reste sans voix. Le visage figé. Je n’en reviens pas. La psy me dit que je devais être bon à l’école. Et moi de lui répondre, « non ! ». Je ne trouve pas les mots et éprouve les plus grandes difficultés pour dire que je n’ai jamais brillé par mes notes/résultats scolaires. Je me suis retenu pour ne pas dire que je n’ai jamais brillé pour quoi que ce soit ! La discussion dure encore quelques minutes. Elle me dit qu’elle m’enverra le compte rendu sous une dizaine de jours. Elle me propose de la revoir de façon à bien intégrer cette nouvelle "connaissance" de moi. Oui. Un merci chaleureux. Au revoir. Je sors…

Une fois dehors, un des premiers sentiments qui m’envahit, la honte, vis-à-vis de la psy, de mes proches, des autres. Pourquoi ? Je ne sais pas très bien... Puis, je décide de marcher un peu, de ne pas m’engouffrer tout de suite dans le métro, de prendre un peu de temps pour « digérer ». Cinq jours plus tard, je n’ai toujours pas digéré, et j’éprouve toujours de la honte.
Je ne m’attendais pas à ce chiffre. J’ai du mal à y croire. Y’a un bug quelque part ?! Il y aforcément beaucoup plus de personnes qui ont ce résultat que ce que la psy m'a annoncé ?! Je suis aujourd'hui traversé par pleins de sentiments plutôt négatifs, même si je ressens aussi un certain soulagement...

Il va sans doute me falloir encore du temps avec de digérer, avant d'intégrer ce chiffre, avant d’oser dévorer la vie… mais j’aperçois un chemin moins ombragé sur lequel il semble que je puisse avancer avec un peu plus sérénité...

bouclier
Messages : 62
Inscription : dim. 6 janv. 2013 11:28
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : PACA (tastrophe)
Âge : 56

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par bouclier »

Je vais essayer de faire un petit compte rendu pendant que c’est encore frais dans mon esprit.
Rendez vous à 14 h 30 un vendredi PM.
Toute la semaine j’étais plutôt impatiente, la veille un peu nerveuse et le jour même pas très sur d’avoir fait le bon choix.
Je me suis pointée à 14 h 20, toujours la peur de ne pas être à l’heure.
Je sonne une première fois : pas de réponse, bon ben si j’en profitais pour filer tiens.
Bon allez je retente : mince on m’ouvre la porte de l’immeuble.
1er étage, ok re ding dong une jeune femme brune souriante m’accueille et me demande de passer quelques minutes en salle d’attente, je sors mon « Trône de fer » tome 15 et tente de me dire que tout va bien se passer.
On passe dans le bureau, elle m’explique comment les choses vont se dérouler :
1. On discute un peu toutes les deux afin de faire connaissance
2. Les tests
3. Un debriefing immédiat qui sera suivit d’un compte rendu écrit 15 jours plus tard.

1. Petit tour d’horizon sur le passé scolaire, l’environnement familial, la sphère professionnelle.
Des questions qui me semble parfois étranges : Est-ce que votre mère vous a allaité ?
Des questions pour lesquelles je n’avais pas de réponse : à quel âge saviez vous lire ?
Elle sait me mettre à l’aise, m’informe qu’à tout moment je peux faire un break si j’en éprouve le besoin. Je ne porte plus de montre depuis longtemps donc j’évalue la conversation à ¾ d’heure environ, une heure au max.
Je lui raconte pas mal de choses et elle prend tout un tas de notes.

2. On attaque par les cubes : cela se passe plutôt bien, je prend tout le temps sur 2 figures mais je les finis toutes. Elle me précise systématiquement quand les épreuves sont chronométrées et le temps dont je dispose. Bon c’est un peu stressant ce chrono et je tremble un peu quand je compose les figures mais bon rien de problématique. Et puis je fais comme tous les jours, je parle à voix haute, je m’encourage, je m’engueule, bref elle a de quoi suivre mon raisonnement. A l’issue de chaque test elle me demandera comment j’ai trouvé cela : difficile ou non, amusant ou non … et je la vois faire de jolis cœurs en tête de page quand j’ai aimé le truc
On alterne épreuves de vocabulaire et de chiffres. Les similitudes ne posent aucun souci, les définitions non plus et la culture générale pas vraiment, d’ailleurs les résultats viendront confirmer mon ressenti.
Je dois dire que ces épreuves là m’ont même semblé faciles mais je me disais qu’elles viendraient compenser les autres qui n’ont pas toutes été aussi easy.
Les matrices j’ai fais l’erreur de partir bille en tête (surement dans l’idée de m’en débarrasser au plus vite) et après deux plantages elle m’a recadré en me disant de prendre plus de temps pour réfléchir : c’était une bonne idée j’ai réussi un peu mieux comme cela.
Les puzzles j’avoue que je n’ai pas trouvé cela facile mais ce fut mieux une fois lui avoir demandé si je pouvais toucher les figures (sur le papier), cela m’a aidé à les faire glisser mentalement afin de mieux les emboiter.
Les épreuves de mémorisation des chiffres : heu pas terrible et pourtant j’ai plutôt une bonne mémoire, je m’en suis mieux sortie dans la troisième série (remettre en ordre croissant) et j’ai été plutôt bonne en calcul mental.
Le codage a été super facile et les symboles assez simple.
J’étais pas dans un état d’esprit super serein mais pas angoissée non plus, je me suis sentie « rater » les chiffres mais cela ne m’a pas trop perturbée pour les autres épreuves.
Elle m’a demandé de sortir 5 mn pour faire ses calculs et là je me suis rendue compte que j’avais transpirée comme une malade et j’ai senti tous mes muscles bras et jambes complètement tétanisés, je tremblais comme par - 10°, comme quoi j’avais du faire de grands efforts quand même
3. Je ne donne pas de chiffres (j’ai lu les précautions d’usages)…
Côté verbal : comme je le pensais top !
Côté perceptif : pas trop mal mais rien de transcendant
Mémoire de travail : le plus mauvais résultat des 4 mais relevé par le score d’arithmétique.
Selon elle la mémorisation des listes de chiffres sans logique m’a bloqué car pas de raisons de faire d’efforts, d’où un score meilleur dans la troisième série puisqu’il fallait les trier. Et à juste titre (je crois) elle m’a fait remarquer que le calcul mental était bon sans que je lui demande de relire les énoncés donc la mémorisation fonctionnait si il y avait un challenge plus grand.
Vitesse de traitement : deuxième score le plus élevé, c’est vrai que j’ai trouvé cela plutôt amusant et la le fait d’être chronométré m’a vraiment motivé.
Ce que j’ai retiré de plus important de tout cela c’est quand elle m’a expliqué, oui c’est idiot mais j’ai eu besoin de l’entendre, que les autres ne fonctionnaient pas de la même façon que moi.
Je dis bien les autres ne fonctionnent pas comme moi et non je ne fonctionne pas comme les autres.
Je pense qu’elle a saisi assez rapidement que ce qui m’agaçait le plus professionnellement était de toujours devoir expliquer et attendre que le raisonnement tenu prenne sa place dans le cerveau de mes collègues par exemple.
D’un seul coup elle a su me faire entendre que je ne pouvais pas leur en vouloir de ne pas être sur la même longueur d’ondes.
Je suis sortie de chez elle à 18h.
Bon voilà depuis ben je relis le brouillon de compte rendu qu’elle m’a donné en partant, je me dis que j’aurai pu faire encore mieux, que je ne devais pas être aussi concentrée qu’il aurait fallu, puis je me dis que je m’en fous, que je suis au-delà du seuil « fatidique », que je le savais bien ce que j‘étais, que je doute quand même encore, que je voudrais le repasser, que je suis nulle de penser cela, que je suis contente de l’avoir fait, bref je bouillonne encore plus qu’avant mais ce n’est plus de l’acide c’est plutôt du lait chaud au miel.

Melokine
Messages : 765
Inscription : dim. 15 juil. 2012 09:24
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : IDF
Âge : 46

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Melokine »

bouclier a écrit : Bon voilà depuis ben je relis le brouillon de compte rendu qu’elle m’a donné en partant, je me dis que j’aurai pu faire encore mieux, que je ne devais pas être aussi concentrée qu’il aurait fallu, puis je me dis que je m’en fous, que je suis au-delà du seuil « fatidique », que je le savais bien ce que j‘étais, que je doute quand même encore, que je voudrais le repasser, que je suis nulle de penser cela, que je suis contente de l’avoir fait, bref je bouillonne encore plus qu’avant mais ce n’est plus de l’acide c’est plutôt du lait chaud au miel.
Juste un petit commentaire, sur ce dernier point : je pense qu'on se l'est tous dit (ou presque), qu'on aurait pu faire mieux à ci ou à ça. Mais de fait, dans notre vie quotidienne, dans notre intelligence quotidienne, on n'est pas toujours au top de nos capacités, loin de là, c'est peut-être même très rare.
Alors finalement, un résultat qui correspondrait à une situation exceptionnelle, mis à part que ça grattouillerait agréablement l'ego, est-ce que ce serait vraiment représentatif de notre fonctionnement, à chacun ?

Ah, et congrats :-)

PetitYouyou
Messages : 10
Inscription : jeu. 7 févr. 2013 11:40
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par PetitYouyou »

C était mardi dernier....

Pas trop stressée, et surtout un magnifique piano dans la pièce, d'ailleurs un piano n est il pas toujours magnifique?
Et tellement de livres dans cette pièce, vraiment ça ne pouvait que me plaire. La boite à mouchoirs entourée de tissu sur le bureau, on sait jamais, ça doit servir.

Et ça commence. Je trouve que c est dur, ces matrices, ces puzzles, et je pense en même temps que j ai toujours été nulle en deco, et pour trouver mon chemin.
On enchaîne sur les similitudes, ah bon c est vraiment un test, ça? Et le vocabulaire, et la culture ge, c est des vraies questions ou juste on joue?
Sur l intégration des normes sociales, je ne comprend même plus la difficulté, d ailleurs j ai eu le score maxi.
On en revient aux chiffres...aie. Le calcul mental, ben forcément c est dans la tête, alors que moi sans écrire je n essaie même pas. Alors je répond carrément que mon cerveau est bouche, et comme elle attend des réponses, je dis n importe quoi sur deux ou trois questions.
Mémoire auditive et visuelle, je m amuse, et pareil à la vitesse de traitement, et je comprend pourquoi j aime travailler vite, c est parce que je sais aller vite, tout simplement.

À la fin, elle me demande de dessiner un bonhomme, je répond que désormais ma fille de 7 ans dessine mieux que moi, et que j espère qu on ne calculera pas mon QI sur mon dessin. Puis, on fait défiler des planches de dessins, et je dois les décrire. Intéressant pour connaître l état d esprit de celui qui commente.

Au bout de presque deux heures la psy m imprime le résultat. Elle connaît le test tellement par cœur qu elle corrigeait en même temps que je répondais.
J ai adoré ce moment hors du temps, intense, difficile, et tellement intéressant. J aurai aimé faire cette démarche il y a quelques années, pour m éviter quelques questions lancinantes et durables.

Ça change ma vie.

Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Inscription : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/vert-calme-maintenant-t915.html]C'est qui, déjà ? [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 42
Contact :

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Kayeza »

Un chouette témoignage positif !
Contente que ça se soit bien passé pour toi, PetitYouyou. Bonne suite à toi !
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar de l’utilisateur
bôkenka
Inspecteur Gadget
Messages : 953
Inscription : ven. 1 mars 2013 20:46
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 55

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par bôkenka »

information: les commentaires autres que mon ressenti sont au second degré.

Voilà un peu plus d'une semaine que j'ai passé le WAIS-IV et un peu moins d'une semaine que j'ai eu le résultat.
Pour un retour à chaud, il y a mieux.

Une fois que j'ai enfin décidé de me faire tester, tout est allé très vite.
le 1° mars, inscription ici.
le 3° mars, demande d'adresse.
le 5° mars je recoupe ces adresses avec celles trouvées par ailleurs, que j'élimine et je garde les 2 autres. J'essaye de téléphoner mais personne ne répond, heureusement, je n'aime pas cette engin. J'envoie donc un courriel. Plus tard dans l'après-midi, je reçois une réponse et pendant les quelques minutes durant lesquelles j'hésite à rappeler mon téléphone sonne. C'était la seconde neuropsychologue, on prend rendez-vous pour le 15 ce qui me semble une éternité et le 19 pour la restitution.

début d'un possible :2deg dans certaines phrases.
Je dirai que le test s'est passé en 4 étapes:
1) Le courriel qui devait-être: "bonjour, je voudrai passer un test psychométrique. est-possible et quel est votre tarif.Cordialement". En fait, ça c'est transformé en 2 pages, que je devrais peut-être mettre dans ma présentation, quoique je n'en suis plus à ce niveau de questionnement.
2) L'appel. La psychologue me pose quelques questions, je ne répond rien, juste des banalités, vrai nul quoi! Bon d'accord, je suis timide, j'ai peur du téléphone et la fièvre me gagnait depuis le milieu de l'après-midi.
3) Le jour de la passation. Comme je l'ai dit dans ma présentation, elle m'a mis en confiance. Petite discussion d'avant test très agréable. Elle m'explique comment ça va se dérouler, me demande si je suis prêt ou si je veux me détendre mais comme "attendre" signifie "penser" et "penser" implique...je décide de commencer tout de suite.
Le test se déroule bien, mais anxieux comme elle le notera d'ailleurs dans son compte-rendu. Concentré sur les subtests pour lesquels je sais avoir plus de mal (spacial, mots(verbal)...) et tendu voir détendu sur ceux qui me correspondent mieux (arithmétique, matrice...). Il va sans dire que j'ai réussi là où je suis habituellement mauvais et raté (relativement raté, car si elle lisait mon message elle ne serait encore pas être d'accord) ceux où je suis habituellement bon. Entre les subtests, il y a quelques échanges, j'ai besoin d'être rassuré fréquemment, ce qu'elle fait. Certains subtests demandent de la concentration, d'où de la fatigue. A la fin je suis un peu vidé.
Fin du test. Elle ne donne pas de résultats, mais un avis général. Je me sens soulagé, détendu. Je quitte son cabinet, prends mon bus pour me rendre dans une bibliothèque que je n'atteindrais pas. Rapidement un texte s'écrit en moi: " pourquoi j'ai échoué?" Au final, les excuses que je trouvais pour justifier d'avoir raté telle ou telle partie (alors que je n'en savais encore rien officiellement, et même je savais que ce n'était pas toujours vrai puisqu'il lui est arrivé de dire: "il n'y a qu'une erreur") se sont transformées en raisons. Ces pensées plus positives (j'ai débuté une thérapie il y a 4 mois pour gérer ce genre de pensée, il faut bien que ça serve) m'ont permis de passer plus sereinement les quelques jours d'attente.
4) Restitution. Mardi matin je me lève, me prépare et me rends à ma leçon mensuelle particulière de japonais. Par chance, outre le fait que l'on se connait bien, ma prof a une formation de psychologue. On parle donc pendant 2h de ma passation et de ce qui tourne autour. Je lui dit que je veux juste être qualifié de supérieur. Cette discussion m'a permis de ne pas penser à ce rendez-vous dans l'après-midi, d'y penser différemment. Je rentre chez moi, pose mes affaires, bois un verre d'eau et repars. Métro, bus. Et là, j'y pense, plus exactement une boule dans la poitrine me rappelle que je ne suis pas en ballade mais que je vais chercher un résultat. Ma thérapeute ne voulait pas que je passe ce test, elle sait que je peux tomber encore plus profondément dans la dépression quand je me sens bête. Mon attente n'est pas d'être concerné par la douance, mais d'être classé supérieur. Certainement un gros mensonge à moi-même.
Je suis face à la neuropsychologue. Elle me demande comment je me sens puis elle passe aux résultats. Surprise, je ne crois pas ce que je vois sur son écran, j'attends de l'entendre, puis un peu de fierté, j'avoue. Elle m'explique ce que tout signifie, et au fur et à mesure, je ressens de l'inquiétude, un sentiment indéfinissable. Au final c'est un choc. Je savais au fond de moi que j'étais un peu plus que supérieur, mais toutefois non concerné par la douance. Ben si! J'avais du mal à y croire (encore maintenant) bien que je croyais ce que la neuropsychologue me disait (sentiment bizarre).

Je suis rentré chez moi à pied, les gens dans la rue avaient changé. Ma perception du monde qui m'entoure avait évoluée sous le choc. Encore maintenant je suis entre ces 2 perceptions. Je dois finir ma digestion. Je rentre dans un bar prendre un café tout en finissant un livre de contes tibétains. Puis je me rends à la bibliothèque, le rends et rempli mon sac d'autant de livre que ma carte peut contenir (puisque j'ai de la mémoire et que je peux comprendre des trucs, autant faire ce que je n'ai jamais fais). Livre du genre, JSF, Bost, De Kermadec. Puis, de retour chez moi j'ai mailer à une amie rencontré à la Mensa il y a 5 ans, pour lui faire part des résultats, aucun détail, juste du genre: "et ben mince, je ne pensais pas".

Voilà pour ce sujet, ma thérapeute m'a dit ne pas être surprise quand je lui donne le rapport. (ben là! je la crois moyen). Le lendemain, lors de notre entretien, c'est plus un "je m'en doutais" qu'un "je le savais", c'est mieux. Le psychiatre n'avais aucun doute non plus, alors que fin février il disait qu'il n'y avait aucun doute pour lui, j'étais normal sup. Ce qui m'a fortement énervé, régresser dans ma thérapie, prise de médicament d'urgence et surtout avoir le courage, enfin, de me faire tester. Peut être pas le meilleur moment mais j'ai eu le résultat qui en fait, tiens, je sens comme un peu de soulagement, de joie même m'envahir en ce moment. Oui, j'ai eu un résultat qui, quelque soit son niveau, doit m'aider à m'accepter, m'aider dans ma prise en charge thérapeutique et surtout m'aider tout court.

fin du :2deg possible

Je suis content d'avoir eu le courage d'écrire sur ce forum.

Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Inscription : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/vert-calme-maintenant-t915.html]C'est qui, déjà ? [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 42
Contact :

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Kayeza »

unpeutimide a écrit :Je lui dit que je veux juste être qualifié de supérieur. [...] Mon attente n'est pas d'être concerné par la douance, mais d'être classé supérieur. Certainement un gros mensonge à moi-même.[...] Je savais au fond de moi que j'étais un peu plus que supérieur, mais toutefois non concerné par la douance. [...] Le psychiatre n'avais aucun doute non plus, alors que fin février il disait qu'il n'y avait aucun doute pour lui, j'étais normal sup.
Pardon ?? :shock:
Dis-moi que c'est du second degré...
Et sinon, un petit tour par ici (http://adulte-surdoue.fr/pose-des-quest ... t1270.html) pourrait être bien...
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar de l’utilisateur
bôkenka
Inspecteur Gadget
Messages : 953
Inscription : ven. 1 mars 2013 20:46
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 55

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par bôkenka »

Oui! Oui! c'est du second degré. Mais les propos du psychiatre sont véridiques.

Avatar de l’utilisateur
clairphénix
Messages : 50
Inscription : mer. 13 févr. 2013 14:43
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3299.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par clairphénix »

Première partie du test passée ce matin.

Dans la salle d'attente, je suis très tendue : mais qu'est-ce que je fais là? c'est n'importe quoi? Je vais me ridiculiser! Au détour de ces interrogations, la neuro-psychologue arrive avec un grand sourire (bon au moins, elle à l'air très gentille). On commence à discuter de moi, de ma vie et de mes enfants (qu'elle testera dans quelques semaines). Et puis, c'est parti!
Je m'aperçois qu'en fait, elle me fait passer le WAIS III (petit moment de doute pour moi, mais après tout, c'est un test fiable aussi alors je reste).
Les épreuves de définitions me paraissent un peu difficiles, j'ai l'impression de ne sortir que des sottises. On passe au calcul mental et au puzzle et là je respire. La psy m'avoue même être assez impressionnée par ma vitesse d’exécution (en même temps, ce n'était pas vraiment compliqué lol).
Et voilà, nous stoppons au bout d'une heure (1h30 en comptant le petit entretien du début).
Je me suis sentie un peu fatiguée en sortant mais qu'est-ce que c'est "jouissif" (si j'ose dire) de stimuler ses neurones comme ça.

Et maintenant j'attend! La semaine prochaine, la fin du test et un début de bilan. J'ai hâte mais j'angoisse aussi. Quand j'ai terminé la première partie, j'avais envie qu'elle me donne déjà une piste, que je sache si oui ou non il est justifié que je passe ce test, mais je comprend très bien qu'elle n'ai pas pu.

En tout cas, je suis heureuse d'avoir franchit le pas. Même si on en reparle dans une semaine lol

petityouyou: tu as raison, un piano est toujours magnifique!!

Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
Messages : 12887
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/topic28.html]ici[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Mlle Rose »

La WAIS III est plus adaptée pour un diagnostic de douance que la IV il semblerait. Le nouveau découpage des indices défavoriserait les gens trop anxieux, avec des difficultés attentionnelles et/ou un perfectionnisme marqué (souvent IVT et IMT bof, considérés donc par certains comme peu signifiants - voir article de Linda Silverman sur le site associé au forum, je ne sais plus lequel). Bon, les psys savent faire la part des choses hein, donc la WAIS IV ne serait pas à jeter non plus.
Mais faut pas t'en faire sur la validité du test. L'effet Flynn ne joue pas ou très peu sur aussi peu d'années de décalage entre les étalonnages.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar de l’utilisateur
clairphénix
Messages : 50
Inscription : mer. 13 févr. 2013 14:43
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3299.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par clairphénix »

Merci pour cet éclairage Mlle Rose

Avatar de l’utilisateur
TourneLune
Messages : 13343
Inscription : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par TourneLune »

"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar de l’utilisateur
clairphénix
Messages : 50
Inscription : mer. 13 févr. 2013 14:43
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3299.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par clairphénix »

Des articles très intéressants, merci Tournesol!

Ma fille passera le WISC-IV , nous verrons ce que cela donne....

Avatar de l’utilisateur
gari
Messages : 10
Inscription : mer. 3 avr. 2013 09:46
Profil : Bilan +
Test : WISC
Localisation : rennes
Âge : 64

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par gari »

Mon test. Il date, puisque passé en 1967 (à 10 ans). Je ne savais pas alors que j'étais testé (pour les plus jeunes, il faut savoir que le QI était à l'époque moins médiatisé qu'aujourd'hui, et surtout que l'on pensait encore que c'était le signe d'une intelligence supérieure et une garantie de réussite). C'était juste un jeu, des feuilles à remplir. Alors je l'ai fait, assorti de mon occupation habituelle, m'ennuyer. Pas de stress donc, pas d'enjeu - croyais-je -, et pas d'attente de résultats. Ils sont venus. Mes parents (tous deux dans l'Education Nationale), étaient super contents, moi en fureur. Le "psy" avait noté que je manquais d'attention. J'avais juste fait le job demandé, puis effectivement vaqué à quelques simulations en vol de stylo, comptages de crottes de mouches au plafond et autres manières utilisées à l'époque pour passer le temps. Alors comment pouvait-il estimer que je manquais d'attention quand j'avais fait ce qu'il m'avait demandé ? Mais plus grave encore, il avait marqué "Fera de longues études". Cette phrase, je m'en souvient encore, car en son nom, mes parents ne se sont jamais occupé de moi, scolairement s'entend. Je devais réussir, c'était marqué noir sur blanc. Ma mère me voyait polytechnicien et homme politique (de gauche si possible). Mon père ne voyait rien (cf ce que j'ai écrit plus haut sur ce que l'on pensait de ce genre de tests dans les années 60). Je suis allé en traînant jusqu'à un bac que je n'ai jamais eu, et depuis cette époque je fuis comme la peste tout ce qui ressemble à un test (même ceux des magazines en été genre "Etes-vous plus tongues que sandales?") ou une évaluation. Même les banals examens médicaux genre cholestérol me sont souffrance et méfiance.
Comme quoi, l'avant test est intéressant, le test lui-même aussi, mais n'oubliez pas l'après test (et c'est là que je veux en venir), ce que l'on en fait, et surtout ce qu'en font les gens de notre entourage, les parents, amis, conjoints, et éventuellement maîtresse, chien, chat, conseiller spirituel, gourou, épicier, et tout ce qui contribue à rendre la vie heureuse.

Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
Bras de fer
Messages : 2633
Inscription : lun. 28 nov. 2011 21:13
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/secours-besoin-aide-t1102.html]Un des plus beaux villages de France...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Nulle part... si loin...

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Aïnoa »

Très juste Gari.

Par contre, comme tu le dis toi-même, l'époque a aussi pas mal changé. Donc si je suis d'accord avec ce que tu dis, je pense que le contexte est un peu différent. De nos jours la douance est plus médiatisée, plus connue, on sait prendre en charge certains de ses aspects, voire certaines difficultés qu'elle peut engendrer.

Si je puis me permettre une toute petite remarque, ton post serait beaucoup plus facile et agréable à lire si tu l'aérais un peu. Merci d'avance pour ton prochain post :wink:
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann

Avatar de l’utilisateur
gari
Messages : 10
Inscription : mer. 3 avr. 2013 09:46
Profil : Bilan +
Test : WISC
Localisation : rennes
Âge : 64

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par gari »

Entièrement d'accord, les temps ont changé. Mon épouse est enseignante, et à travers son expérience je vois que les enfants détectés sont encadrés, suivis, et leur "particularité" prise en compte.
De plus, globalement, il est probablement plus facile de dire d'un enfant (ou d'un adulte) qu'il est surdoué sans passer pour quelqu'un qui "se la pète"...
Merci aussi pour la remarque, tout à fait justifiée.

Avatar de l’utilisateur
Za
Messages : 2944
Inscription : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=78&t=3525#p102226]C'était moi...[/url]
Profil : Bilan +
Test : WISC

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Za »

C'est une situation bien étrange de raconter mon WISC. Parce que je n'en ai jamais, jamais parlé à personne, à peine discuté avec mes parents après coup, et je ne leur avais sûrement pas parlé de mes ressentis : pas dans mon genre.
Pourtant je m'en souviens très bien, j'avais neuf ans, j'étais en CM2 et je me suis retrouvée chez une psy spécialisée après une discussion entre la maîtresse et ma mère. On m'avait expliqué qu'on allait examiner mon intelligence pour trouver un collège qui me corresponde au mieux : j'étais malheureuse en classe, je m'ennuyais à mourir, j'avais mal au ventre ou à la tête tous les soirs, je ne supportais plus le chahut ni qu'on répète interminablement les mêmes choses en cours.

Donc me voilà chez cette dame très gentille, qui me demande de lui décrire ma façon de voir les choses, de penser, de mémoriser, ce que je fais avec un très grand plaisir ; puis c'est parti pour les tests : je m'y régale. On me pose enfin des questions plus compliquées qu'à l'école. J'adore particulièrement les épreuves verbales et la recherche d'anomalies (je me souviens d'ailleurs parfaitement de certaines images). Je ne lâche jamais le morceau, je la supplie de me donner la réponse quand je ne la trouve pas, ce qu'elle fait. Il n'y a que l'épreuve du code qui me paraît rébarbative, je m'attendais à devoir décoder un message, je suis déçue.
Puis vient le moment des résultats, et là je tombe de haut. La psy me dit que je suis très intelligente, "tu le sais?", ben je m'en doute un peu, on me le dit tout le temps et c'est trop facile à l'école.
Et puis elle parle en chiffres et sans doute en graphiques avec ma mère. Et là j'ai vu la tête de ma maman et j'ai réalisé mon erreur : celle d'avoir fait de mon mieux, de m'être laissée emportée par mon enthousiasme... carton plein. La tête de ma maman, c'était un peu celle qu'elle aurait fait si elle venait de se rendre compte qu'elle avait oublié toutes ses affaires dans la rame de métro. Ca y est, c'était officiel, j'étais un extraterrestre aussi pour ma propre mère. Sur ce coup là j'en ai beaucoup voulu à la psy, comme si elle m'avait trahie, me poussant à me démasquer malgré moi.
Par contre je ne me souviens pas vraiment de ce qu'elle m'a expliqué à moi, ni de la suite, à part que j'étais assez apathique pendant quelques jours...

Je n'y ai plus repensé pendant des années et des années, à ce test.
Mais il y a trois ou quatre ans, je l'ai ressorti des dossiers de mes parents et j'en ai pris une copie, sans leur en parler. Entre temps j'avais été familiarisée dans mes études d'orthophonie à l'analyse de ce type de tests. La claque !! Pour une habituée des écarts-types et percentiles, c'était un peu violent. C'est marrant, la première chose que je me suis dite, c'est que j'étais manifestement lente, puisque que l'indice de vitesse était le seul à ne pas plafonner (ou presque).
Mais le pire c'était le compte-rendu de l'examen clinique : très bienveillant mais décrivant une gamine indubitablement bizarre, intellectualisant toutes ses émotions et voulant à tout prix apparaître parfaite.
En gros, le compte-rendu du WISC, pour moi c'est l'Horrible Papier de la Malédiction Taboue... :1cache:
Parents, pitié !! ne négligez pas la prise en charge psy derrière le diagnostic. Mais surtout, surtout, pas avec n'importe qui ! Votre gamin l'attend au tournant, le ou la malheureux (se) qui va l'accompagner...
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Moutarde
Messages : 40
Inscription : mar. 9 avr. 2013 20:09
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Moutarde »

La lecture de vos posts me met légèrement mal à l'aise ....
Pourquoi ? Parce qu'il a l'air de ressortir pour beaucoup d'entre vous (ici et dans d'autres discu où je me suis fait la remarque), un grand stress et un grand flip de passer ce test ..... (voir d'oser intervenir dans des discu).

J'ai hésité à témoigner du coup .... c'est ballot me suis-je dis, donc j'y vais .....

Et donc, et bien, no stress pour moi ....
Comme je n'ai jamais stressé à un entretien de recrutement, ni à un exam, ni aux interro .....
:grattelatete: :grattelatete: :grattelatete: :grattelatete: :grattelatete:
Je serais donc bizarre ? :o

Je suis donc allée au test relativement cool, j'avais pris ma matinée donc pas levée de trop bonne heure ; j'ai répondu aux questions assez détendue, énervée par moment quand je sentais que la réponse n'était pas bien loin mais que je ne mettais pas le doigt dessus ; je me suis un peu agacée après moi-même sur un des exercices, où je me suis rendue compte que je n'étais pas suffisamment concentrée (donc la suite de l'exercice s'est mieux déroulée !).

Mais voilà, pas d'inquiétude, pas de stress particulier .....
Et pas vraiment de surprise à l'annonce du résultat ; bon, faut dire, mes enfants avaient passé les tests un mois avant pour l'une, une quinzaine de jours avant pour l'autre, donc j'étais peut-être un peu "affranchie" ? (pas sur le test lui-même, hein, je n'étais pas dans la pièce avec eux !!!)

Ca me "chagrine" un peu de me décrire comme ça, comme souvent dans ma vie j'ai peur de paraitre prétentieuse ....
J'espère qu'ici vous n'aurez pas forcément cette image-là de moi .... (oui, l'image que je peux donner à - encore - parfois - de l'importance pour moi).
"Tu n'as qu'un citron ? Et bien fais-en une citronnade !!!" (Dale Carnégie)

vacances
Messages : 9
Inscription : dim. 14 avr. 2013 16:29
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par vacances »

en quoi ça serait prétentieux de ne pas être stressée lors d'un test ? lol
Moi je t'envie et je trouve ça génial puisque c'est un état (ou plutot absence d'état) que je ne connais pas (acheter du pain das une boulangerie inconnue me met en stress alors.... )

J'étais en totale décomposition pendant la passation du test. Pendant quelques secondes j'ai cru que je n'allais plus pouvoir utiliser mes mains qui étaient comme anesthésiées et tremblantes à souhait. Je voulais faire plaisir à la psy etc bref n'importe quoi lol!

vacancessssssss vacannnnnnnnces :ensoleillé:

Moutarde
Messages : 40
Inscription : mar. 9 avr. 2013 20:09
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Moutarde »

vacances a écrit :en quoi ça serait prétentieux de ne pas être stressée lors d'un test ? lol
:
Parce que je sais que c'est l'image qu'il m'est arrivé de donner dans la passé à mon entourage ....
Les gens ne comprennent pas qu'on puisse ne pas flipper, et soit ne me croient pas tout-à-fait (elle fabule la pauvre ....), soit pensent que je me la pète .....
Or ce n'est effectivement ni l'un ni l'autre.
"Tu n'as qu'un citron ? Et bien fais-en une citronnade !!!" (Dale Carnégie)

Répondre