Page 20 sur 32

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : sam. 24 févr. 2018 17:04
par Pascalita
+1, c'est gerbant.

Mais il faut croire quel le filon est porteur, même quand on a un acronyme stylisé de telle façon qu'on lise "slip", en jaune en plus...
:crying:

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : sam. 24 févr. 2018 19:59
par kalimeris
VictorMenard a écrit :
sam. 24 févr. 2018 16:38
...
Et nous qui voyons et ne faisons rien à part geindre sur un forum.

En tout cas, grâce à toi, leur pub sur AS est faite :mrgreen:. Et voilà pour eux et mon cuisiniste :popotin2:.
J'ai envoyé un email à la mairie afin d'expliquer le fait que cette pancarte à l'entrée de la commune leur donne une piètre image en humiliant les femmes de la sorte. N'ayant pas obtenu de réponse, je me demandais si mon ressenti n'était pas exagéré, et même approprié, sachant que je suis hyperémotive.

En tout cas, ça fait plaisir de voir des réactions semblables à la mienne ici !

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : sam. 24 févr. 2018 20:37
par Choupinne
Heuuu... Ce qui me perturbe encore plus, c'est que je capte pas la pub :-|

Effectivement, ca me fait un peu hausser un sourcil, et sans aller jusqu'a dire que c'est misogyne ou quoi (je comprends pas, donc compliqué de juger ?), ca a l'air très très maladroit.

Mais sans dec, pourquoi une nana avec la tête qui se détruit ? Pour faire un parallèle avec le maquillage ("se refaire la facade") ? Auquel cas, c'est du bon machisme bien gras ? Mais en même temps, ce genre de choses, les travaux, le bricolage et compagnie, c'est habituellement plus masculin, du coup pourquoi aller mettre une nana ? Pour titiller les pulsions testostéronesques de ces messieurs ? Auquel cas c'est machiste, malsain, et encore et toujours assez humiliant pour les mecs qui aimeraient bien être considérés comme autre chose que des bites sur pattes (sisi !)...

Bref oui, ce genre de pub, c'est compliqué de qualifier ça d'ouvertement sexiste, parce que le message est soit subtil, soit tellement mal foutu qu'on comprends pas très bien, mais dans tout les cas ça ressemble fort a une piètre tentative de pub macho ou de bad buzz...

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : sam. 24 févr. 2018 20:43
par Grabote
:cheers: Kaliméris, c'est la classe d'avoir fait ça !!!
Bien sur que c'est choquant, seulement la majorité des gens baignent dans cette culture de la réification des personnes sans en avoir conscience. Ni de ce fait, ni de ses conséquences ...
Heureusement, il y'a des gens comme toi qui réagissent sainement et ça fait du bien !!
Merci de l'avoir fait et merci de le partager avec nous.

Ça me donne envie de créer un fil pour partager et célébrer nos petits actes de résistance citoyenne. :rock:

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : sam. 24 févr. 2018 20:49
par enufsed
La pancarte est une goujaterie sans nom, mais c'est pas non plus innocent : le visage de cette femme aurait pu se trouver sur une pub 3615 ULLA, ils savent que ça va attirer l'oeil du type qui potentiellement est concerné par les travaux.
C'est vieux comme le monde même si c'est immonde, une nana agréable à regarder (même si totalement informatisée) ça fonctionne sur les hommes. L'argent des beaufs est dans leur slip ;)

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : sam. 24 févr. 2018 22:51
par kalimeris
Grabote a écrit :
sam. 24 févr. 2018 20:43
:cheers: Kaliméris, c'est la classe d'avoir fait ça !!!
Merci Grabote ! :)

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : dim. 25 févr. 2018 08:15
par sandrinef
Tiens, ça mériterait que leur numéro soit communiqué à un groupe de féministes. :huhu:

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : dim. 25 févr. 2018 15:14
par Za
Oh ouaaaaais on pourrait imaginer une campagne de trollage téléphonique organisé !!!

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : dim. 25 févr. 2018 16:07
par Napirisha
Hors-sujet
en plus, la pauvre maison est maquillée comme une voiture volée... Les frontons sont vraiment de trop :P
Et oui, mettre ce type d'image juste pour attirer le regard, c'est plus que moyen.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : dim. 25 févr. 2018 20:05
par Le Renard
Ca me fait penser à une copine qui était, un temps, la seule femme dans cette boîte nommée WinDev. On parle bien d'une suite de développement logiciel. Depuis bien deux décennies, tous leurs catalogues sont de cet acabit, à l'extérieur comme à l'intérieur :

Image
Image
Image

Après pour la petite histoire, ça fait plusieurs années qu'elle est maintenant PDG de sa propre boîte, qui marche très bien, et qui ne fait même pas de catalogues. :pharaon:

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : dim. 25 févr. 2018 20:07
par Grabote
:saigne:
et après on va dire que la culture du viol ça n'existe pas ...

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : dim. 25 févr. 2018 22:50
par Armie
Ma contribution, pêchée à Paris l'an passé... Subtile, n'est-ce pas? "Vous avez le pouvoir de choisir..."
Y aurait tellement à dire qu'on ne sait pas par où commencer!

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : lun. 26 févr. 2018 05:28
par sandrinef
C'est sexiste pour le monsieur: le chien au premier plan et lui au fond à côté du nounours. Le pauvre! :2deg
Sinon faut dire à la dame que mettre un chemisier blanc quand les enfants déjeûnent, c'est prendre un risque.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : lun. 26 févr. 2018 07:37
par Choupinne
Ouais pis nous on peut se brosser pour être une maman qui assure :-(

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : lun. 26 févr. 2018 08:26
par Détrash
"VOUS AVEZ LE POUVOIR DE CHOISIR"...en gras en plus, mais c'est du sarcasme?

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : lun. 26 févr. 2018 10:19
par Grabote
Perso, je pense que cette affiche fait beaucoup de mal à la natalité française.
"rescue" ça c'est du marketing !!

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : lun. 26 févr. 2018 11:16
par Osia
Choupinne a écrit :
sam. 24 févr. 2018 20:37
Auquel cas c'est machiste, malsain, et encore et toujours assez humiliant pour les mecs qui aimeraient bien être considérés comme autre chose que des bites sur pattes (sisi !)...
Choupinne, je trouve que c'est intéressant ce que tu écris là: le sexisme ordinaire, c'est peut-être aussi laisser croire à la gente masculine qu'un homme est seulement "une bite sur pattes".
Changer ce que les hommes pensent devoir symboliser pour transformer les habitudes publicitaires et permettre plus tard la disparition de l'utilisation de l'image de la femme comme attracteur pour l'achat ?
Je sais pas, je vais en causer avec des potes, écouter ce qu'ils en disent :)

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : lun. 26 févr. 2018 11:38
par Choupinne
Je sais pas si c'est par là qu'il faudrait commencer, mais c'est sur qu'il y a du progrès à faire !

Ya qu'a voir les jeux vidéos, le nombre de nana ultra sexy avec des boobs gigantesque... Honnètement ca me fait pitié à chaque fois, déja parce que c'est ridicule, et ensuite parce que c'est moi qu'on ridiculise en pensant que ces images sont bien :1cache:

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mar. 27 févr. 2018 06:50
par TourneLune
Bah moi elle m'a fait marrer la pub sur le ravalement de façade.. . :1cache: sans doute parce que je ne sens concernée ni par l'un ni par l'autre étant donné que je me fout de l'un comme de l'autre.. . Bref un jeu de mot pourri comme il y en a plein...

Et c'est certain que ce genre de jeux de mots se base forcément sur les stéréotypes, mais a vrai dire j ai du mal à visualiser un monde sans stéréotype, à part en théorie. On peut évidement remplacer des stéréotypes par d'autres, on doit évidemment amener les choses à bouger et à évoluer mais je vois pas bien quoi rigoler du fait qu'on homme ne pense qu'à travers sa bite ça en fait une réalité.. .. doucement toutes ces idées glissent vers la ringardise d'elles mêmes.. .
Disons que si je vois bien qu'il faut se battre contre certains excès je pense aussi que laisser trop de place à tout ça c'est aussi cliver et mettre la suspicion partout.. . Et perdre en spontanéité. Je trouve déjà compliqué de s'adresser aux "personnes de couleurs" parce que je sais jamais si ce que je dis est bien, va être bien ou mal perçu, peut exprimer un truc désagréable inconscient tout ça tout ça. .. alors qu'il ne devrait juste y avoir aucune différence. J'ai pas envie que ce soit la même chose dans les rapports homme femme...

Bref rien de nouveau mais moi ça me juste fait penser à la maaf qui détient de palmarès en terme de pubs pourries et qui finalement a bien réussi son coup qui consiste à marquer les esprits.. . La pub n'est pas là pour jouer les justiciers sociaux mais pour marquer. C'est tellement énorme que c'est réussi sur ce coup, semble t il....

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 28 févr. 2018 00:09
par Fu
La louve a écrit :
mar. 9 janv. 2018 22:23
Sauf que, quand j'ai observé leur gestion de classe, et malgré leurs styles aussi variés que possibles, quelque chose m'a fait tiquer : régulièrement, elles autorisaient des garçons à répondre sans respecter l'ordre de parole ou le "je lève le doigt et j'attends", pour peu que la réponse soit intéressante dans l'activité en cours.
La même attitude de la part des filles est quasi toujours sanctionnée, au minimum la règle est rappelée, au pire la réponse ne pourra pas être formulée... que sa réponse soit à propos ou non, utile aux apprentissages ou pas, il faut que l'élève fille soit policée.
Grabote a écrit :
mer. 10 janv. 2018 13:27
Merci pour ton témoignage Louve, tu mets en lumière quelque chose que j'ai souvent observé aussi : la différence de traitement entre les élèves avec clairement souvent, (pas tout le temps bien sur heureusement) une discrimination des filles par les profs-instits femmes. Une misogynie inconsciente, intériorisée qui fait des ravages. (...)
Cela me fait penser à cet article coup de gueule que j'ai lu il y a quelques mois : L'immaturité des hommes, mythe ou réalité ?. Je pense comme l'auteure de l'article que l'on accorde aux hommes une certaine immaturité à cause de laquelle leurs écarts sont tolérés. Les femmes ne bénéficient pas de ce traitement de faveur et sont donc moins excusées pour des comportements similaires. C'est pervers car sous couvert d'encenser la plus grande maturité des femmes, on les prive en réalité d'une liberté dont jouissent les hommes.

f.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 28 févr. 2018 00:41
par Fu
Il y a quelques semaines dans les transports en commun, une jeune femme enceinte m'a demandé de lui céder ma place assise. J'étais sur un espace avec quatre sièges, le mien étant côté fenêtre n'était pas le plus accessible. Sur les trois autres sièges il y avait des femmes, dont deux plus jeunes que moi. Aucune des trois ne présentait quoi que ce soit contre-indiquant la station debout et, pour deux d'entre elles, les sièges étaient plus accessible. Mais c'est à moi que l'on demandait de céder. Je n'ai pas discuté, ne voulant pas passer pour un goujat, mais je me suis fait la réflexion que c'était un petit exemple de sexisme, ou bien une mauvaise habitude du passé (galanterie, tout ça).

N'allez pas vous y tromper, je suis conscient que le sexisme pénalise bien plus les femmes que les hommes, et en tant que mâle hétérosexuel blanc, je suis loin d'être à plaindre. L'exemple ci-dessus est assez innocent, mais il montre un autre aspect du sexisme ordinaire.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

f.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 28 févr. 2018 09:17
par Grabote
Tout à fait d'accord avec toi Fu, tout le monde peut se lever pour une femme enceinte, c'est pas une question du sexe qu'on a, si on se considére tous comme des individus égaux, c'est effectivement, aux plus jeunes, ou plus alertes ou plus proches de céder leur place. Pareil pour les histoires de divorce, il me semble que c'est prouvé que les hommes partent avec un handicap ... mais bon, c'est un dommage secondaire qui peut se comprendre vu l'état de l'inégalité générale. On peut pas gagner sur tous les tableaux, (je ne parle pas de toi bien sur) mais l'individu est souvent victime de phénomène systémique qui le dépasse ...
Une raison de plus pour que les hommes se mobilisent pour une véritable organisation sociale égalitaire !

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 28 févr. 2018 10:25
par Lyra
Fu a écrit :
mer. 28 févr. 2018 00:41
N'allez pas vous y tromper, je suis conscient que le sexisme pénalise bien plus les femmes que les hommes, et en tant que mâle hétérosexuel blanc, je suis loin d'être à plaindre. L'exemple ci-dessus est assez innocent, mais il montre un autre aspect du sexisme ordinaire.
Je vais peut-être aborder un axe sensible en pointant ça, mais je commence à trouver ça aberrant qu'un homme se sente obligé de lister ses "privilèges" (le fameux mâle-hétéro-blanc-cisgenre) et préciser qu'il n'est "pas à plaindre" à chaque fois qu'il veut faire part d'une injustice quotidienne en rapport avec son genre.

Cela me rappelle fortement la culpabilisation qui existe avec les remarques telles que "Mais arrête de te plaindre, il y a pire que toi" ou "Pense aux enfants qui meurent de faim" : au delà d'être collective, une souffrance est également individuelle et n'est, à mes yeux, pas comparable à une autre, quelle qu'elle soit. C'est intime et personnel : quelqu'un qui souffre d'une situation reste simplement quelqu'un qui souffre d'une situation, peu importe le degré de celle-ci. Est-ce que ça nécessite vraiment d'être justifié ?

Je suppose que le contre coup des mouvements médiatiques tels que #BalanceTonPorc et autres (attention, à nuancer : je ne crache pas sur ces évènements, rien n'est tout blanc ni tout noir) n'a pas arrangé le fait que certains hommes se sentent obligés de sous-entendre qu'ils ne sont pas légitimes de souffrir de sexisme. C'est, à mes yeux, une triste généralisation. On parle de libérer la parole des femmes mais, en suivant ce chemin, n'est-ce pas celle des hommes que l'on commence à brider ? (J'en viendrais presque parfois à penser à une sorte de vengeance inconsciente, un "prix à payer" ; mais je ne comprends pas le principe de faire payer une problématique sociétale qui a un sacré bagage historique et politique à chaque individu isolé)

PS : J'hésite à rentrer dans le paradoxe en précisant moi-même que je suis une femme, que je souffre parfois de sexisme et d'injustices, que je suis sensible à la condition des femmes et que je ne cautionne pas les abus dont je suis témoin (que ce soit hommes ou femmes, je ne donne pas dans le girl power). Mais tristement, par expérience, je me sens obligée de le signaler au moins une fois...

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 28 févr. 2018 11:10
par Choupinne
Tout dépend de comment on le présente. Si on accepte que les mecs sont aussi victimes de sexisme et qu'on ne refuse pas d'en parler sous prétexte que pas d'utérus pas d'avis, ou que "mâle het cis blanc gnagnagna", on ne risque pas de brider quoi que ce soit.

Après il faut bien se mettre d'accord que le féminisme c'est pas pour les femmes, c'est pour tout le monde, et ça, tout le monde n'est pas d'accord avec ça...

Au dela de brider la parole des mecs, c'est aussi que c'est aux mecs qu'on demande de ne plus être sexiste. Et perso, a force de me taper des "c'est bien une remarque de male hetero cis blanc ca" et autre "tu peux pas comprendre t'es un mecs", ben je fuis quand on parle de féminisme, et sensibiliser des gens qui veulent pas en entendre parler parce que le féminisme résonne comme culpabilisation de leur comportement de gros porc et compagnie, ben je crois pas que ce soit possible.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 28 févr. 2018 11:24
par Louise
J'avais envie de rebondir.
D'abord avec de la bonne anecdote comme on aime :
- construction de la maison (je me demande si je ne l'ai pas déjà évoqué ça), c'est moi qui gère les appros, et la planification. Donc c'est moi qui ai les spécifications techniques des achats. Eh bin quelle que soit l'enseigne (et c'est pire chez les pros, tu es prise pour la secrétaire; kof kof), quand je pose des questions au vendeur, c'est IRRESISTIBLE, il ne me répond pas à moi, mais à mon mari qui m'accompagne.
- Visite de barraques à louer cet été, le proprio (vieux, blanc, blindé de thunes, suitant l'assurance) nous fait le tour, et alors que nous sommes dans la cuisine me regarde et dit : "madame, ça vous va?". Je m'étrangle-pouffe, tellement pour moi ça ne peut QUE être du second degré. Je constate que ce n'en est pas, et en plus il insiste "alors ça vous va"? J'avoue que j'en suis restée bouche bée tellement c'est surréaliste. (mon esprit de répartie se réveille en général un bon 24h après le moment où j'en ai besoin)

Parmi les anecdotes positives, on ne m'appelle pas systématiquement en cas de souci / enfant malade à l'école (j'ai des amies à qui ça arrive, on appelle TOUJOURS la mère d'abord)

Et ensuite, parce que j'ai lu cet article hier, et que ma foi, même si on est pas tout à fait dans le sujet, bin ce qu'il liste peut aussi polluer les débats autour du féminisme/sexisme. Il y a des pistes intéressantes pour ce topic je pense (et aussi sur celui sur le viol, d'ailleurs...) !
http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/ec ... ales-sexes