Nous sommes le Mar 26 Sep 2017 13:50


Publier or not publier, that is chiant

Ici, partagez vos passions, vos dadas, vos marottes, documentez si possible, mettez-y de la vie!

Modérateur: W4x

Publier or not publier, that is chiant

Messagepar pairlapinpin » Ven 7 Juil 2017 23:10

Salut,

J'écris mal, mais j'aime ça.
J'ai osé lire un texte de mon cru à des personnes l'autre jour, et ils ne m'ont pas ri au nez.
J'ai osé publier un autre texte dans la foulée, et ça a été plutôt bien accueilli par mon entourage.
Pourtant, je trouve encore que ce que j'écris est médiocre, pas travaillé (le travail !), et que, finalement, même si j'y prends plaisir, même si j'ai envie de partager mes écrits, il y a comme une grande naïveté à passer à l'acte. Le monde est peuplé d'écrivains à la plume agile (combien de posts, ici, imposent le respect, je ne compte plus), pourquoi encombrer l'Internet d'écrits pour le moins perfectibles ?
Bien évidemment, je m'offusque devant ce rejet. C'est la peur qui parle, me dis-je, et il faut aller au-delà de la honte possible, ce terreau des regrets, et agir, semer ces graines d'expérience que le lecteur fera pousser de son côté, à sa façon, et qui donnent du sens, ou augmentent le sens, de l'acte d'écrire. Ok, ok, mais ça reste bien minuscule, et d'un style ridicule.
Cet écartèlement classique, ce narcissisme obsédant, ça me gonfle.

Je vous demande pas de me dire quoi faire, mais, vous, qui osez ou n'osez pas publier, comment vivez-vous ce moment de l'exposition à l'autre et du dessaisissement de son « œuvre » ?

Et sinon, ça va toi ?
Avatar de l’utilisateur
pairlapinpin
 
Messages: 100
Images: 0
Âge: 43
Enregistré le: Dim 26 Juil 2015 14:48
Présentation: <prez />
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Publier or not publier, that is chiant

Messagepar Livingstone » Ven 7 Juil 2017 23:59

Je vais être limitrophe offtopic, mais pas tant que ça.
extrait :
pairlapinpin a écrit:J'écris mal


pairlapinpin a écrit: et il faut aller au-delà de la honte possible, ce terreau des regrets


Excuse-moi, mais je note une incohérence dans ton post :) :


Tu le dis drôlement bien, que tu crois que tu écris mal... :nod:

edit (reformulation).
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1573
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Publier or not publier, that is chiant

Messagepar PointBlanc » Sam 8 Juil 2017 06:59

pairlapinpin a écrit:Je vous demande pas de me dire quoi faire, mais, vous, qui osez ou n'osez pas publier, comment vivez-vous ce moment de l'exposition à l'autre et du dessaisissement de son « œuvre » ?


Il me semble qu'on se dessaisit de son œuvre dès le moment qu'on considère un texte comme achevé.
De sorte que le moyen de ne jamais s'en dessaisir est de le conserver indéfiniment en chantier.

Pour moi, je n'ai pas de problème à donner à lire ce que j'écris, même par extraits.
D'abord parce que c'est quelque chose que j'aime faire et dont je sais que je le fais bien, en tout cas relativement. Disons que j'ai été suffisamment lu pour être rassuré sur le résultat de mon travail ; je n'ignore pas non plus le temps que j'y passe, ni l'exigence que j'y mets.
Ensuite, parce que je vois justement cela comme un travail, quelque chose que je fais en somme : il n'y a là-dedans rien d'important pour autrui, rien de si important pour moi non plus. C'est une succession de réponses très circonstanciées à des questions anecdotiques, un peu comme le récapitulatif d'une partie d'échecs. On peut prendre ça, le rejeter, le lire distraitement, s'en enthousiasmer pour de mauvaises raisons, avoir mal compris les questions, les réponses.

Je n'ai pas le sentiment de me dessaisir de quoi que ce soit au bout du compte. Je ne m'identifie pas à mes textes. Je veux au contraire arriver au plus près du point où je pourrais les lire comme s'ils étaient d'un autre, et pour moi cela passe par un travail de mise à distance par la langue. Je n'écris pas pour être vu, compris ou connu d'autrui.
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Avatar de l’utilisateur
PointBlanc
 
Messages: 1190
Âge: 43
Enregistré le: Sam 7 Mar 2015 18:56
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Publier or not publier, that is chiant

Messagepar Pimprenelle » Sam 22 Juil 2017 10:09

pairlapinpin a écrit:vous, qui osez ou n'osez pas publier, comment vivez-vous ce moment de l'exposition à l'autre et du dessaisissement de son « œuvre » ?

J'écris, très peu pour l'instant, et ai osé "publier" des petits textes trop longs pour la première fois ici...
J'ai risqué AVC, infarctus, rupture d'anévrisme, crise aigüe de spasmophilie (je garde pour moi le reste des symptômes peu ragoûtants... :whew: ).

PointBlanc a écrit:il n'y a là-dedans rien d'important pour autrui

Et j'ai réalisé que cela n'empêcherait pas la terre de tourner, le soleil de briller, la pluie de tomber, l'eau de couler, le vent de souffler, les feuilles de pousser, les oiseaux de chanter, le chat de miauler, la fourchette de piquer, l'aspirateur d'aspirer,... :wasntme:

Je peux mourir rassurée ! :ensoleillé:
ça dépend, ça dépasse... et c'est tant mieux :P !
Avatar de l’utilisateur
Pimprenelle
 
Messages: 164
Âge: 38
Enregistré le: Mer 14 Juin 2017 21:34
Localisation: une île tropicale vers le centre de la France
Présentation: paillotte en chantier
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Publier or not publier, that is chiant

Messagepar Obsidian » Sam 9 Sep 2017 01:54

J'ai été """écrivain""" il y a quelques années. Ça a duré quoi... 6 mois ? Un an ? Je me souviens même plus x)
J'avais commencé sur les conseils de ma prof de français qui trouvait que j'avais réellement un "sacré talent" (et moi, de répondre, en auto-dérision, me pensant incapable de quoi que ce soit : "oh bah oui, c'est connu, je suis vraiment hyper balèze". C'est son regard, sa réaction à ma dernière phrase qui m'a retourné et m'a fait cogité jusqu'à ce que je me lance).

Finalement, je me suis inscrit sur un forum d'histoires d'horreur (Creepy Pasta from the Crypt, "creepypasta" étant un néologisme venant de l'anglais "copy paste" et "creepy", faisant référence aux histoires horrifiques que l'on se partage sur le net). Je me souviens avoir un peu paniqué à l'idée de poster ma première histoire, et de la mettre comme ça, à la vue de tous, prête à se faire juger par trouze million de personnes, novices comme confirmées.
Finalement, j'ai eu de la chance, j'ai plutôt bien réagit aux quelques critiques que j'ai eu sur mes textes (alors qu'en général, je prends assez mal les commentaires qu'on me fait. J'ai rapidement l'impression d'être un gros naze x) ). Mais je pense que les conditions ont participé à leur acceptation. Je m'entendais super bien avec beaucoup de personnes du forum, je m'y sentais bien, complice. En plus, on se parlait via internet, donc leurs regards me touchaient clairement moins que si j'avais lu mes écrits à haute voix (mon dieu, le stress rien que d'y penser :D )

pairlapinpin a écrit:.
Pourtant, je trouve encore que ce que j'écris est médiocre, pas travaillé (le travail !), et que, finalement, même si j'y prends plaisir, même si j'ai envie de partager mes écrits, il y a comme une grande naïveté à passer à l'acte. Le monde est peuplé d'écrivains à la plume agile (combien de posts, ici, imposent le respect, je ne compte plus), pourquoi encombrer l'Internet d'écrits pour le moins perfectibles ?


Aussi étonnant que ça puisse paraitre, c'est maintenant que je ressens ça. Après avoir eu le courage (ou l'insouciance ?) de publier une dizaine de textes sur le net, je me sens incapable d'écrire quoi que ce soit. J'ai encore les idées, mais lorsque j'ouvre un nouveau doc Celtx (c'est mon petit logiciel pour rédiger mes histoires, je n'utilise rien d'autre. Un genre de tic, routine, tout ce que vous voulez), les mots qui sortent me paraissent vides de sens, d'émotions. J'ai envie de marquer les gens. J'ai envie d'écrire quelque chose de grandiose, qui fasse chavirer les coeurs, pleurer de joie ou de tristesse ! Mais ma plume semble bien enfantine... Et relire les commentaires positifs de mes précédents textes ne m'aide pas à retrouver ce sentiment que j'avais à l'époque.

En somme, je me sens un peu bête, je fais le chemin inverse qu'un écrivain parcourt habituellement, et je n'arrive pas du tout à m'en sortir. Je n'ai pas écrit depuis... 3 ou 4 ans.

Un jour peut-être...
Avatar de l’utilisateur
Obsidian
 
Messages: 38
Âge: 21
Enregistré le: Mer 8 Juil 2015 19:04
Profil: En questionnement
Test: NON



Retourner vers Vos passions et loisirs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité