Nous sommes le Sam 25 Fév 2017 21:46


Le nomadisme

Ici, partagez vos passions, vos dadas, vos marottes, documentez si possible, mettez-y de la vie!

Modérateur: W4x

Le nomadisme

Messagepar baptiste » Jeu 15 Déc 2016 13:19

Bon parce ça intrique certaines personnes, et parce que d'autres ont du mal à saisir le concept. J'aimerais partager ma manière de vivre avec vous.

Mon histoire

De tout temps, j'ai été un "bougeur", avant même ma majorité, je passais ma vie dans les gares à voyager à droite et à gauche, parfois sans but précis, parfois pour aller voir les amis ou la famille, parfois pour des stages. Mes parents un peu dépassés n'ont pas eu trop le choix que de me faire confiance et de me soutenir. Du coup à 17 ans, ils m'ont offert le voyage en Russie dont je rêvais. Ensuite est venu le permis et ma première voiture qui m'a donné encore plus de liberté.

Après mes études, avec l'entrée dans la vie active est venu une autre manière de bouger. Tiraillé entre la vie "normale" qu'on essayait de m'imposer (travail, mariage, maison...) et mes aspirations d'être libre, je n'ai jamais vraiment réussi à me fixer quelque part.

Je trouvais du travail à un endroit, je rencontrais une fille à un autre, je me faisais virer, je reprenais un autre boulot et ainsi de suite... Il m'est arrivé de déménager trois fois dans la même année, et même si je vivais une vie "rangée" ça ne durait jamais longtemps.

Destination ailleurs : le sac à dos

Un jour, après une rupture particulièrement difficile, un boulot chiant et perdu dans une région hostile, il m'est apparu comme une évidence que je ne pouvais continuer comme ça. Un ras-le-bol généralisé m'a poussé à tout quitter, mais vraiment tout, j'ai abandonné sur place tout ce qui ne rentrait pas dans ma voiture, pour finalement abandonner ma voiture (chez ma sœur tout de même, pas au milieu des bois), charger un sac à dos et partir.

Partir pour où vous me direz ? Je n'en avais aucune idée. J'ai simplement tendu le pouce un matin, et cela à marqué le départ des plus belles années de ma vie.

De routes en rencontre, j'ai fait plusieurs fois le tour de la France, me laissant guider au petit bonheur la chance, ou voyageant pour le travail (j'étais saisonnier agricole). Je découvrais perpétuellement de nouvelles personnes et de nouveaux endroits. Je vivais dans les squats, dormais dans les abris bus, parfois je me posais un peu, quelques semaines pour les fêtes chez mes parents, ou quelques jours chez une jolie fille, et toujours je repartais.

Et puis un jour, on se rend compte qu'on est vieux, après avoir enchainé trois campagnes de vendanges d'affilées, plusieurs mois de voyage avec 30kg de sac sur le dos (sachant que j'en pesais à peine 50). Trop de jours sans manger, trop d'alcool avec mes amis anarchistes, trop de nuits dehors et là le corps dit stop : double lésion ménisque/rotule, hépatite, lumbago le tout dans la même semaine.

Verdict du médecin : repos obligatoire, je passe plusieurs mois à ne rien faire, dépression d'être redevenu sédentaire...
Je finis par me convaincre que c'est mieux pour moi, je suit une formation, trouve un travail et finis par me résigner, je signe un CDI (fais un choc post-traumatique au passage) et rentre dans le moule...

Back on the road : le camtar

Après 18 mois de boulot (mon record), je finis, de nouveau, par péter un câble, je relargue tout aussi sec, mais ce coup-ci j'ai un projet : devenir soigneur animalier, je change radicalement d'orientation professionnelle à trente ans. Le plan de base est de faire le tour des centres de sauvegarde, d'acquérir de l'expérience et de trouver ensuite un emploi stable (ou du moins d'essayer).

Cependant, à trente ans passés, on a perdu l'envie de dormir dans les fossés, et le sac a dos est toujours aussi lourd, donc rapidement le physique ne suit plus, je dois me poser de nouveau, entre-temps on me donne un chiot (berger belge) donc impossible de continuer le stop.

La décision est prise, je rassemble mes maigres économies, et achète mon premier "camtar" (terme technique désignant un camion aménagé chez les routards). Me voici heureux possesseur d'un J5 antédiluvien, mangé par la rouille et la moisissure, mais le seul dans mon budget.
Après quelques travaux, je prends enfin la route avec mon chien, puis je rencontre ma compagne qui vient se greffer à l'équipage. On continue la tournée des centres ensemble, je finis par décrocher un CDD temps partiel, le camion nous sauve, car dans la région où je travaille le loyer minimum d'un studio est supérieur à mon salaire. J'arrive à mettre un peu d'argent de coté, je revends mon tas de ferraille pour une bouchée de pain. Trop de pannes, trop de réparations à faire, trop de fuites et de courants d'air...

J’achète ensuite mon premier vrai camion "à moi" (car le J5 était déjà aménagé lors de l'achat). S'en suit des semaines de conception, de plans (qui comme de bien entendu ne survivrons pas au passage à la réalité), plusieurs mois de travaux (avec l'aide précieuse de mon père fraichement à la retraite) et finalement en mai dernier me voici de nouveau sur la route (j'ai terminé mon cdd en juillet).

Et je vous écris aujourd'hui depuis une aire quelque part en Touraine à l'intérieur du dit camtar.

Merci de votre attention, si le sujet vous intéresse, je pense continuer à le développer d'une manière un peu plus "pratique" (Comment vivre à deux+1 gros chien dans 5,5m2 ; ou c'est qu'on dort ?; comment on fait pour l’électricité...) j'attends vos réactions et questions pour écrire la suite et bien sûr débattre, de mes expériences ou du nomadisme en général

PS : pour les modos, j'ai fait de mon mieux niveau orthographe et grammaire, mais n’hésitez pas à signaler ce qui ne va pas
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique
baptiste
 
Messages: 51
Enregistré le: Mar 22 Mar 2016 23:38
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le nomadisme

Messagepar Poukach » Jeu 15 Déc 2016 16:09

Super chouette comme retour d'expérience !
Quand j'étais au lycée et que j'étais une fervente punk anarchiste convaincue que le travail et sa routine : "c'est caca" j'avais le même idéal de vie. Bon en fait ça s'est jamais concrétisé pour plein de raisons...

Mais je respecte complètement ton choix de vie Baptiste, je trouve ça très courageux d'une certaine manière, de sortir des sentiers battus de cette façon :)

J'ai une question que j'ai toujours posée aux routards / keupons / teufeurs qui vivaient comme ça : Comment ça se passe avec ton entourage proche (famille, amis proches) ? Comment ils-ont vécu l'annonce de ta décision et comment ils vivent au quotidien avec ton choix ? Est-ce qu'il y a des personnes qui t'ont reproché de les abandonner ? Ou au contraire ils sont vachement fiers que tu puisses voler de tes propres ailes ? :vgeek:
Je suis tellement anarchiste que je traverse toujours dans les clous pour ne pas avoir affaire à la maréchaussée
G.Brassens
Avatar de l’utilisateur
Poukach
 
Messages: 29
Âge: 23
Enregistré le: Jeu 21 Juil 2016 12:56
Présentation: Coucou ! Tu veux voir ma... Présentation ?
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar Chacoucas » Jeu 15 Déc 2016 17:38

Congrats bro :)

Peux pas conduire sinon j'aurais probablement fait ça depuis un bail. Je remets à quand je pourrai en version à voile et coque.

Au plaisir.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 921
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar Livingstone » Jeu 15 Déc 2016 17:49

J'ai lu cela ce midi avec intérêt. C'est clair et vivant, très bien raconté, et c'est aussi un partage assez rare : continue tant que le cœur t'en dit :)
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 748
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le nomadisme

Messagepar Miss souris » Jeu 15 Déc 2016 20:35

Baptiste : pour moi c'est une vie rêvée...tres loin de mon mode de vie, et totalement exotique. J'admire le courage qu'il faut pour vivre ainsi en suivant son ''ideal'', ses convictions.
Et j'ai également un fils qui depuis ses 9 ans ( il va sur ses treize) rêve de partir ( en Norvège) dans un vieux camion transformé...Grâce à lui j'en ai déjà croisé beaucoup sur le net !
Bref, ton post m'intéresse ...
Miss souris
 
Messages: 364
Âge: 45
Enregistré le: Jeu 7 Jan 2016 16:20
Localisation: Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Présentation: presentations/miaou-une-nouvelle-plus-enfin-presque-une-nouvelle-pas-tres-legitime-t7027.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar W4x » Jeu 15 Déc 2016 21:00

Et qu'est ce qui provoque ce sentiment irrépressible de prendre la route, ou tout au moins d'avoir peu d'hésitation à abandonner des lieux, un environnement, des gens familiers, afin de se lancer dans une aventure aussi prometteuse d'enrichissements que de déceptions?
Le déracinement, ou le multi-enracinement suivant la façon de voir les choses, est quelque chose qui m'a toujours fasciné. La démarche a quelque chose de contradictoire...chercher à s'ancrer quelque part sans vraiment s'ancrer nulle part, ça me semble comme une fuite en avant. J'entends bien les arguments de la quête (renouvelée) de nouveauté, mais ça me laisse un peu sur ma faim ;)
En tous cas à l'appui de ton cas particulier baptiste je trouve qu'il y aurait beaucoup à développer plus généralement...
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 3013
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le nomadisme

Messagepar baptiste » Jeu 15 Déc 2016 21:52

Poukach a écrit:J'ai une question que j'ai toujours posée aux routards / keupons / teufeurs qui vivaient comme ça : Comment ça se passe avec ton entourage proche (famille, amis proches) ? Comment ils-ont vécu l'annonce de ta décision et comment ils vivent au quotidien avec ton choix ? Est-ce qu'il y a des personnes qui t'ont reproché de les abandonner ? Ou au contraire ils sont vachement fiers que tu puisses voler de tes propres ailes ? :vgeek:


Pour mes parents, ils n'ont pas eu trop le choix, c'était ça ou me perdre. Du coup à la longue ils s'y sont fait. Je pense qu'ils me font confiance et savent que je suis capable de me débrouiller dans tout les cas. Ce qui les dérange le plus c'est de pas avoir de nouvelles, et de ne pas savoir toujours ou je suis. Ils sont quand même plus sereins maintenant que je suis en camion, ils ont moins peur que je me fasse agresser. Mon père m'a même énormément aidé à la conception et à la réalisation du camion actuel, je ne serais pas aussi confortable aujourd'hui sans lui.

Pour le reste de ma famille, je suis quelqu'un de "bizarre", donc ça n'a pas vraiment changé leur manière de voir les choses.

Pour mes amis, j'en ai perdu beaucoup en partant sur la route, pas parce que je partais, mais parce qu'eux restaient, je vivais avec rien et j'étais plus heureux que eux qui avaient femme, enfant et maison à crédit, on a fini par s’éloigner faute de se comprendre et d'avoir des choses à se raconter. Mais j'ai rencontré des dizaines de nouveaux amis pendant ma route, des vrais amis sur qui tu peux vraiment compter, pas le genre à disparaitre à la moindre difficulté, c'est plus que des amis même c'est une famille.

Miss souris a écrit:Baptiste : pour moi c'est une vie rêvée...tres loin de mon mode de vie, et totalement exotique. J'admire le courage qu'il faut pour vivre ainsi en suivant son ''ideal'', ses convictions.
Et j'ai également un fils qui depuis ses 9 ans ( il va sur ses treize) rêve de partir ( en Norvège) dans un vieux camion transformé...Grâce à lui j'en ai déjà croisé beaucoup sur le net !
Bref, ton post m'intéresse ...


J'ai rencontré beaucoup de gens sur ma route qui eux aussi rêvaient de ma vie, j'en ai même poussés quelques uns à partir.
Pour ce qui est du courage je te dirais la même chose qu'a tout ceux qui évoquent le sujet : Je n'ai pas besoin de courage pour partir, c'est vous qui en avez besoin pour rester.
Encourage ton fils dans son rêve, c'est le meilleur moyen d'en faire un enfant épanoui, heureux et autonome.

W4x a écrit:Et qu'est ce qui provoque ce sentiment irrépressible de prendre la route, ou tout au moins d'avoir peu d'hésitation à abandonner des lieux, un environnement, des gens familiers, afin de se lancer dans une aventure aussi prometteuse d'enrichissements que de déceptions?
Le déracinement, ou le multi-enracinement suivant la façon de voir les choses, est quelque chose qui m'a toujours fasciné. La démarche a quelque chose de contradictoire...chercher à s'ancrer quelque part sans vraiment s'ancrer nulle part, ça me semble comme une fuite en avant. J'entends bien les arguments de la quête (renouvelée) de nouveauté, mais ça me laisse un peu sur ma faim ;)
En tous cas à l'appui de ton cas particulier baptiste je trouve qu'il y aurait beaucoup à développer plus généralement...


Je ne saurais pas vraiment le définir W4x, peut être que c'est parce que j'ai été habitué à voyager depuis petit, peut être que je fuis quelque chose. Je n'ai pas vraiment de réponse à te donner, simplement quand je suis trop longtemps au même endroit je m'ennuie, c'est viscéral la sédentarité me hérisse le poil.
Après j'ai mes points fixes, des amis, des lieux où je retourne souvent comme tout le monde, simplement il y à plusieurs centaines de kilomètres entre eux. Je dirais pas que je suis déraciné ou multi-enraciné, simplement mes racines sont beaucoup plus grande que la moyenne
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique
baptiste
 
Messages: 51
Enregistré le: Mar 22 Mar 2016 23:38
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le nomadisme

Messagepar Chacoucas » Jeu 15 Déc 2016 22:57

Si je peux rajouter un petit commentaire à ce que Baptiste t'a bien répondu, W4x, je dirais que le concept de racine est biaisé et créé par le sédentaire pour justifier son mode de vie, simplement.
Des racines on en a partout où on va. Et on est pas forcément beaucoup plus d'un endroit que d'un autre, le simple fait de ne pas y être resté a "changé" quelque chose, ou plutôt on a vu ailleurs aussi, donc on se pense pas "de tel endroit".

Plusieurs ailleurs nous manquent, mais on est pas triste d'être quelque part ou on ne se demande pas ce que ça serait si c'était autrement: quand on se le demande trop fort, ben c'est le départ.

Enfin, je le vivais un peu comme ça. J'aimais bien rester le temps de voir les saisons passer, si ça me plaisait, mais aucune réelle raison de rester plus longtemps ici que "là bas".
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 921
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar Miss souris » Ven 16 Déc 2016 08:38

peut être pas 100 % in topic :
["Mireille Mathieu n'est ni de droite ni de gauche. Elle est là où on la pose".(Guy Bedos je crois)
C'est comme ça que je me sens sédentaire : je vis où on m'a posé, sans avoir plus de questions que ça.
Je n'aurais jamais pensé que le sédentaire puisse éprouver le besoin de justifier son mode de vie, tellement j'ai intégré que c'était la norme, en "inventant" la racine.]
Intéressant, merci !
Miss souris
 
Messages: 364
Âge: 45
Enregistré le: Jeu 7 Jan 2016 16:20
Localisation: Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Présentation: presentations/miaou-une-nouvelle-plus-enfin-presque-une-nouvelle-pas-tres-legitime-t7027.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar Chacoucas » Ven 16 Déc 2016 12:35

Offtopic :
offtopic ou pas - et comme c'est un forum de lecteurs ^^ - il y a quelques lectures indicatives genre "le nomadisme pour les nuls" qui seraient mentionnables? j'en ai peu croisé.
Accessoirement je crois que l'écriture est un concept développé à la base non pas pour noter la parole ou la sagesse, mais les comptes... Peu de cultures nomades semblent écrire et ça semble faire sens puisque le rapport au temps est différent, "garder" ou "laisser" quelque chose a beaucoup moins de sens. La parole l'échange et la créativité sont là pour ça.
En étant quelque part on change un peu ce quelque part, spontanément, malgré soi, et cette chose se perpétue ou pas. Si on revient cycliquement ça peut être intéressant à observer. Là dessus j'ai surtout senti une sorte de vague exclusion, genre la routine quotidienne ayant disparu, il reste essentiellement des souvenirs et des attentes de ce qu'on a connu - et qui ne seront éventuellement plus jamais, puisque le lieu (son rythme, les rythmes des créatures qui y vivent) a changé entre temps. Ce qui peut très bien justifier de ne pas rester plus longtemps parce qu'on peut se sentir beaucoup plus "bienvenue" ailleurs. Ne serait ce que parce qu'on découvre et qu'on apprend.

Je penserais à "la poétique de la relation" d'Edouard Glissant, recueil d'articles de littérature axé sur l'expatriation, l'errance, le métissage, le paysage, la pensée de la relation (relation à l'identité, aux cultures, aux terres, à l'humanité aux "autres" en tant qu'altérités etc.). Dans le même thème on doit pouvoir en trouver pas mal, notamment dans le domaine des subalternes et études post coloniales (littérature ou socio, philo etc.) mais je suis pas spécialiste.

Sinon j'avais croisé Bruce Chatwin via "le chant des pistes": un explorateur anglais qui a passé une partie de sa vie à vivre avec divers peuples nomades, et laissant quelques livres pour tenter d'expliquer les pensées de chaque etc.
Le chant des pistes était consacré au chant aborigène porteur de repères topographiques et servant de "carte" transmise dès le plus jeune âge, notamment en vue du walkabout: la marche initiatique et solitaire à travers les terres désertiques qui attend tout jeune de la tribu.
Il y avait une interrogation filée de l'auteur sur la séparation originelle entre sédentarisme et nomadisme, notamment via les figures d'Abel et Caïn.
Ca doit être beaucoup plus intéressant de lire des ethnologues, mais pareil j'ai pas encore fait ^^ .

Et pis ça a rien à voir avec le sujet lui-même en soi... :)



PS: dans les domaines aquatiques -ça doit se retrouver chez les escaladeux ou randonneurs - le nomadisme est parfois partie intégrante de la culture. La voile c'est des voyages. Et le surf, c'est la recherche des houles autour de la planète suivant les saisons... (ou poétisé via le climat "endless summer")...
Pis peut être de manière moins marquée, mais dans un autre temps, l'éducation de la jeunesse (jeunesse noble et favorisée, l'éducation n'étant pas "pour tous"...) passait par des voyages autour de l'Europe ou plus loin.
Aujourd'hui il me semble que globalement on lutte contre le nomadisme (en particulier les peuples au nomadisme traditionnel), mais que restent des démarches plus ou moins marginales et pas forcément trop familières les unes des autres: le mode sac à dos et keupons existe un peu en parallèle du couch surfing et des voyages à durée modérée des jeunes diplômés qui cherchent pas de CDI mais à partir à l'étranger régulièrement.
Y'a le Wwoofing qui marche pas mal pour le délire entre deux, saisonnier et tendance altermondialiste.
Mais ça reste des choses très différentes avec des gens aux modes de vie, moyens et ambitions très variées.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 921
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar Back2Basics » Ven 16 Déc 2016 17:47

Chacoucas a écrit:... je dirais que le concept de racine est biaisé et créé par le sédentaire pour justifier son mode de vie, simplement.
...

Je suis loin d'être spécialiste du sujet, mais cette partie de ton approche mais semble justement... biaisée ! ;)
Si on se limite aux "racines" dans le sens "lieu d'origine" ça colle avec ce que tu dis (de là à dire que le terme est "créé par les sédentaires pour..." il y a un pas qui ne me paraît pas aussi évident que ça à franchir), mais à partir du moment où tu intègres des notions comme le "sentiment d'appartenance" au concept de racines, tu ne peux plus dire des individus d'un groupe qu'ils n'ont pas de racines du moment que le groupe est stable dans le temps, que ce groupe soit sédentaire ou non.

Peut-être que le terme de racine est tout simplement effectivement biaisé dans son choix lui-même : donnant une image figée géographiquement, alors que la notion complète (telle que je la vois personnellement, en tous cas) est plus large et ne se limite pas à cet aspect des choses.
Un petit pas de rien du tout pour l'Homme, mais un grand pas pour moi... :lol:
Back2Basics
 
Messages: 716
Âge: 101
Enregistré le: Jeu 7 Avr 2016 13:09
Présentation: dans quelle étagère ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le nomadisme

Messagepar Chacoucas » Ven 16 Déc 2016 19:49

Effectivement il s'agit surtout du sens qu'on met derrière un mot. Mais de manière générale "racine" appelle une notion de particularité et de "Un".
Glissant dont je parle au dessus avait un peu abordé ça en s'appuyant sur les littératures Outre Mer et la créolisation (créolisation qu'il proposait par exemple comme dynamique plutôt que créolité comme un donné, par exemple).
Son idée est que la métaphore de la racine (comme celle du paysage, de la "terre" conçue comme un territoire par opposition à tout autre, dans les limites qu'on lui prête, plutôt qu'espace-relation) convient beaucoup moins que celle du rhizome, sorte de racine multiple, et commune à plusieurs pieds. Supposant qu'il y aurait donc un rhizome général/humanité permettant implantation d'un individu en tout lieu. Alors que la métaphore de la racine condamne littéralement un individu à être déraciné et ne jamais pouvoir finalement "vivre" ou 's'épanouir".
La racine unique est celle qui tue autour d'elle alors que le rhizome est la racine qui s'étend à la rencontre d'autres racines.

http://www.edouardglissant.fr/rhizome.html un lien vers quelques idées sur la notion de rhizome

Le problème s'illustrait beaucoup dans le principe d'expatriation ou de déracinement forcé, comme l'esclavage dans les Antilles. La décolonisation généralement est suivie de recherches identitaires (souvent axées logiquement vers "le passé", "les origines", "les racines") qui en soit sont impossibles. Le descendant d'esclave, voire simplement l'esclave n'est plus exactement l'individu qu'il était avant sa capture. Et n'est plus exactement "africain" ni ne fait partie d'une communauté établie (et la stabilité d'une communauté ne dépend pas spécialement "que" de sa culture ou de sa force, on le voit bien avec cet exemple...).
On peut appliquer ce raisonnement éventuellement aux populations de l'est qui ont migré vers l'ouest, jusqu'aux Etats-Unis suite aux guerres et révolutions Européennes. Qu'ils aient été ou pas nomades traditionnels il y a une forme de culture d'expatriation ou de métissage qui s'est imposée au fil du temps; de créolisation, si on veut utiliser le mot dans un sens plus large et philosophique que ne l'est "créole".
C'est le cas de beaucoup de gens de notre entourage qui sans forcément le réaliser et donc en parler descendent d'immigrés et réfugiés de guerre, expatriés divers, anciens combattants de ci ou de là ayant "perdu" (Franco par exemple) et ayant visité autant l'Europe que ses colonies, se fixant éventuellement quelque part... sans réellement s'y être implantés (quand est -on "fixé pour de bon"?). Ils portent déjà un mélange d'origines et cultures plus ou moins consciemment.
Il y avait par exemple des anecdotes amusantes je crois suite à la défaite de Napoléon et l'occupation de la France: un bataillon Ruse qui s'était avancé un peu plus au Nord que le reste des troupes s'était attardé pour gestion du territoire, et de nombreux couples s'étaient formés. A son départ le général a permis aux hommes qui le désiraient de rester ("déserter"), un certain nombre d'individus ayant du coup grandi dans un foyer franco-russe...


Le sentiment d'appartenance dont tu parles est intéressant, parce qu'à mon sens il n'est pas "donné" justement, et se construit en général plus qu'autre chose (il peut arriver qu'on se sente "faire partie de" immédiatement mais au fil des semaines ou années on revient néanmoins de quelques désillusions en général, je crois). L'appartenance à "douance" pourrait faire un sujet d'étude comparative j'imagine. C'est un "donné" qui n'a pas de précédent (pas de culture stable et ancienne, d'héritage culturel spécifique: ça ressemble à une "nouvelle culture") dans la plupart des cas, il vient avec tout un concept à découvrir en même temps que son appartenance. Et le sentiment n'est lui pas partagé par tous, ou dans des modes très variés.

Ce sentiment d'appartenance est aussi celui qui il me semble motive des notions de conformisme ou encore la force des sectes et communautés dogmatiques (si farfelues semblent elles à qui n'en fait pas partie). A ce titre la métaphore de la "racine" n'a plus vraiment cours puisque l'appartenance dépend directement d'idées ou dogmes.

A moins qu'on ne poursuive avec l'idée une image culturelle (par exemple avec un idéal communiste, on y affilie l'histoire de l'URSS ou de Mao: ce qui n'a pas grand chose à voir en soi). C'est un cas qui semble très courant et instrumentalisé aujourd'hui: donner une idée avec un bloc culturel très illustré voire presque graphique. Résultat sûrement de la force de la publicité et du slogan? Je ne sais pas. Dans tous les cas ça a plus à voir avec une oeuvre d'art (souvent simplifiée au maximum dans tous ses aspects: marketing, propagande etc.) qu'avec ce qu'est réellement une pensée ou une idée.
Exemples: la recherche rebelle du groupe "autre", ennemi, pour s'éloigner d'une culture dans laquelle on sent pas d'appartenance, l'accueil dans pas mal de sectes ou religions, partis politiques, voire à plus petite échelle dans des activités dont le public vient avec mode vestimentaire, éléments épars et souvent superficiels de culture "commune" et parallèle etc.

Enfin bref: comme là aussi la métaphore de la "racine" est souvent utilisée, ça me semblait intéressant à mentionner aussi.

Oui comme tu dis la notion de chose fixe, qui nous nourrit et se donne comme unique et particulière peut poser problème, je pense que c'est le principal reproche qu'on peut y faire.
L'autre dans mon esprit était simplement un jeu d'évidence: l'homme a des pieds, pas de racines ^^.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 921
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar W4x » Dim 18 Déc 2016 16:45

Pour revenir sur ce que tu disais à la fin Chacoucas je retiens l'idée de baptiste des liens qui s'amoindrissent, et du besoin d'en créer des nouveaux à travers la constitution d'un autre groupe, d'un autre cercle autour de valeurs communes souvent en opposition avec celles des sédentaires. Chouette topic en tous cas. Si tu as des photos pour agrémenter l'aspect "pratique" ;)
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 3013
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le nomadisme

Messagepar baptiste » Dim 18 Déc 2016 21:02

Pour les photos ça va être compliqué il va falloir que je retrouve.

Pour l'aspect pratique je suis en train de réfléchir à mon prochain post, mais je ne sait pas trop quoi aborder en premier, le sujet est vaste...

Don si vous avez des interrogations particulières faites m'en part j'essayerais d'y répondre
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique
baptiste
 
Messages: 51
Enregistré le: Mar 22 Mar 2016 23:38
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le nomadisme

Messagepar baptiste » Lun 19 Déc 2016 17:02

Le nomadisme pratique : la bataille pour l'espace

Imaginez votre lieu de vie, votre maison ou appartement, visualisez toute les pièces : chambre, salon, salle de bain, toilettes... Maintenant accrochez vous et imaginez que tout ces espaces doivent être condensé en un seul, qui est plus petit que votre salle de bain.

Mon camion fait 3,30m sur 1,70 soit un peu moins de 6m2, on vis dans cet espace réduit à deux plus un gros chien (taille berger allemand). Vous visualisez ce que ça implique ?

Vivre sur la route passe par la résolution de différentes problématiques et adaptation de votre lie de vie :

Réduction des besoins
Sur la route il n'y a pas de place pour le superflu, chaque objet que l'on transporte doit être nécessaire et utile. Ainsi je ne possède en tout et pour tout que 5tenues (environs) et deux paires de chaussures ; pas la place pour plus. Cela ne se fait pas de manière immédiate, j'ai d'abord voyagé "lourd" mais petit à petit on se débarrasse de l’excédent pour gagner en confort.

Polyvalence, le maitre mot
Dans la mesure du possible, chaque endroit du camion, chaque objet est optimisé pour servir à plusieurs usages. Par exemple mes toilettes servent aussi de douche, de lieu de stockage et d'étendoir à linge. Et tout ça dans un espace de 50x50cm.

Optimisation de l'espace
Chaque objet à sa place : le rangement est millimétré, tout les espaces disponibles sont utilisés, rentabilisés et calibrés.
On range chaque objet en fonction de sa taille et de la récurrence de son utilisation. L'arrivée d'un nouvel objet nécessite parfois une réorganisation complète des rangements. Ainsi pour vous donner quelques exemples :
Je dois démonter le siège avant pour accéder à mes affaires d'été rangées en dessous. Ils nous arrive fréquemment de devoir mesurer des emballages en faisant les courses savoir ou on peu les ranger. Et il nous à fallu 4h de rangement/réorganisation pour pouvoir stocker un pack d'eau supplémentaire.

Optimisation des habitudes
Dans un si petit espace il est nécessaire d'avoir une organisation quasi militaire. Ainsi pour vous donner une idée, il est impossible d'aller se coucher sans avoir au préalable fait la vaisselle car il n'y à pas la place pour mettre à la fois les affaires qu'on enlève et les assiettes sales. De la même manière prendre une douche nécessite environs 30minutes de préparation/conversion de l'espace.

On a pas la place, mais on à de l'espace
Bien sur quand on vis en camion, on ne passe pas ses journées dedans, bien au contraire à la belle saison, quand le temps le permet on vis en majorité à l'extérieur et la c'est le bonheur ! Imaginez le plaisir qu'on peut avoir à prendre son petit déjeuner au bord de la rivière, ou l'apéro en regardant le soleil se coucher sur la mer !

Voila en espérant que ça vous intéresse toujours, n’hésitez pas à poser des questions !
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique
baptiste
 
Messages: 51
Enregistré le: Mar 22 Mar 2016 23:38
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le nomadisme

Messagepar Chacoucas » Lun 19 Déc 2016 18:34

C'est encore plus petit que ce que je pensais. Un pote s'était aménagé un truc un peu plus large, avec cuisine et espace lit derrière (banquettes de bois renversées qui faisaient 2 bancs de jour). Sans salle de bain par contre (tout se gérait à l'extérieur du coup). Pis y'avait pas mal d'instruments et outils de bricolage accrochés aux murs ou sous les banquettes/bancs. Pour le frigo tu as fait quoi? Pot en céramique avec chambre de refroidissement à l'eau? Et pour l'électricité, tu recharges une seconde batterie en roulant?
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 921
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le nomadisme

Messagepar baptiste » Lun 19 Déc 2016 18:55

ça parais pas grand comme ça mais bien aménagé c'est largement suffisant, je n'ai pas de frigo, par ce temps les aliments se conservent largement bien dehors, quand il fait plus chaud on achète au jour le jour.
Pour l’électricité effectivement j'ai une deuxième batterie rechargée par l'alternateur et en supplément un panneau solaire
Je suis en train de rechercher les quelques photos que j'ai pour les poster un de ces jours
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique
baptiste
 
Messages: 51
Enregistré le: Mar 22 Mar 2016 23:38
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le nomadisme

Messagepar Mei Run » Mar 20 Déc 2016 10:45

J'adorerais faire ça, pour voyager quelques temps : camionnette aménagée et hop sur la route avec mon chien pour faire le tour de tout.
Je trouve ça génial.
Bah pourquoi tu ne le fais pas ? Mmmh... Si je voulais être vraiment honnête, je dirais que c'est parce que je crois que j'ai la trouille de le faire seule.


Hâte de voir tes photos Baptiste. Et d'avoir tes récits de voyage. Tu ne restes qu'en France ou tu as bougé ailleurs aussi en Europe/Asie/dans le monde avec ton camion ?
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."
Avatar de l’utilisateur
Mei Run
d'obédience britannique
 
Messages: 744
Âge: 31
Enregistré le: Mar 30 Sep 2014 19:11
Localisation: Âne & cie
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS



Retourner vers Vos passions et loisirs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité