Nous sommes le Ven 24 Nov 2017 09:57


L'éthologie cognitive

Ici, partagez vos passions, vos dadas, vos marottes, documentez si possible, mettez-y de la vie!

Modérateur: W4x

L'éthologie cognitive

Messagepar Rainbow » Ven 29 Mai 2015 10:18

Bonjour tout le monde,

en faisant des recherches, j'ai vu que des livres que j'ai lu à ce sujet ont été cité sur le forum, mais je trouve dommage qu'il n'y ait pas de sujet dédié à ce domaine passionnant !

Le 1er que j'ai lu "Les émotions des animaux" de Mark Bekoff (qui a beaucoup étudié le chien, notamment l'appel au jeu) :

Image

Sommaire
- Arguments en faveur des émotions animales ; raisons de leur importance
- Ethologie cognitive : intelligence et affectivité animales
- Les passions animales : ce qu'éprouvent les animaux
- Justice, empathie et fair-play : l'honneur chez les animaux
- Questions délicates : réponse aux sceptiques ; science et incertitude
- Choix éthiques : de l'usage de nos connaissances

«... C'est pourquoi je pose souvent cette question aux chercheurs qui mènent des travaux invasifs avec les animaux, ou aux personnes qui travaillent dans les fermes industrielles : "Feriez-vous la même chose à votre chien ? » (p 23)

« C’est bien parce que les animaux éprouvent des émotions qu’ils nous attirent ainsi. En l’absence de langue commune, les émotions sont peut-être le moyen le plus efficace pour établir une communication entre espèces. Nous pouvons partager nos émotions, nous pouvons comprendre le langage des sentiments ; c’est la raison pour laquelle nous tissons des liens sociaux étroits et durables avec beaucoup d’autres êtres. Les émotions sont le ciment qui nous lie à eux ; elles catalysent et régulent les interactions sociales chez les hommes et les animaux. » (p 52-53)

"Comme le rapportent Felix Warneken et Michael Tomasello, les enfants, dès l'âge de dix-huit mois, peuvent aider les adultes à retrouver un objet égaré. Les jeunes chimpanzés font de même. Cette étude apporte un élément très intéressant : ces petits enfants qui portent encore des couches et qui ne savent pas s'exprimer correctement, apportent leur concours à condition que l'objet leur semble indispensable à l'accomplissement d'une tâche quelconque. Si quelqu'un, par exemple, a perdu par mégarde un bouton de chemise, ils lui viendront en aide ; mais ils ne bougeront pas si cette personne l'a clairement et délibérément jeté par terre. C'est par le langage du corps que les enfants comprennent si quelque chose est utile, et ils ne proposent leur aide qu'en cas de besoin. (page 196)"

Et le 2ème "L'âge de l'empathie" de Frans de Waal (qui a beaucoup étudié les primates) :

Image

Il remet en question pas mal d'idées véhiculées par notre culture sur la "nature humaine"...

« Ce qui m'amène au premier mythe illusoire sur notre état de nature, à savoir le fait que nos ancêtres gouvernaient la savane. Comment des grands singes bipèdes de seulement un mètre vingt de haut en auraient-ils été capables ? Ils vivaient sûrement dans la terreur des hyènes qui avaient alors le gabarit des ours, et des chats à dents de sabre, deux fois plus gros que nos lions. » (p 36)

« La vie sociale découle avant tout de la sécurité. Ce qui m'amène au deuxième mythe illusoire des origines : la société humaine est la création délibérée d'hommes autonomes. L'illusion, ici, est que nos ancêtres n'avaient besoin de personne. Ils vivaient dans l'indifférence. » (p 39)

« Le troisième mythe illusoire des origines veut que notre espèce ait guerroyé depuis son apparition sur le terrain. Dans les années 1960, à la suite des ravages de la Seconde Guerre mondiale, les humains ont été régulièrement qualifiés de "singes tueurs" - par opposition aux authentiques grands singes, tenus pour pacifistes. » (p 41)

« nous manquons de preuves de même nature (par exemple des cimetières avec des armes imbriquées dans de nombreux squelettes) attestant la réalité de la guerre avant la révolution agricole. » (p 42)

« Longtemps avant, nos ancêtres vivaient sur une planète à la population très clairsemée - deux millions d'individus en tout et pour tout. Sa densité ressemblait peut-être à celle des Bushmen, soit plus de vingt-cinq kilomètres carrés par habitant. » (p 42)

« Un nouvel axe de recherche passionnant étudie aujourd'hui les origines de l'altruisme et de l'équité, chez les humains comme chez les animaux. Si l'on donne par exemple à deux singes des récompenses d'une inégalité flagrante pour une tâche identique, le plus mal loti refuse tout bonnement de l'exécuter. Dans notre espèce également, les individus contestent leur part de revenu si la répartition leur paraît injuste. Comme tout revenu, quel qu'il soit, vaut mieux que rien du tout, ni les singes ni les humains ne suivent le principe du profit à la lettre. Lorsqu'ils s'insurgent contre l'absence d'équité, leur comportement confirme que les incitations comptent, mais qu'il existe aussi une aversion naturelle pour l'injustice. » (pages 16-17)

« Les individus s'empressent d'écarter une vérité qu'ils connaissent depuis l'enfance : oui, les animaux éprouvent des sentiments et ont le souci des autres. Comment et pourquoi cette certitude disparaît chez la moitié des humains dès que leur poussent la barbe ou les seins... » (p 196)

« Une petite proportion d'humains naissent avec une déficience génétique qui les rend ouverts à toute proposition et prêts à faire confiance au premier venu. Ils sont affligés du syndrome de Williams, une pathologie causée par la non-expression d'un nombre relativement restreint de gènes sur le septième chromosome. Les patients qui en souffrent sont d'une gentillesse communicative, extrêmement grégaires et incroyablement prolixes. Demandez à un adolescent atteint d'autismes ou de trisomie : "Et si tu étais un oiseau ?", vous n'obtiendrez qu'une réponse très succincte, mais un adolescent présentant le syndrome de Williams vous répondra : "Bonne question ! Je volerais dans l'air comme je veux ! Si je voyais un garçon, j'atterrirais sur sa tête et je gazouillerais !".
Même s'il est difficile de leur résister, ces enfants délicieux n'ont pas d'amis. C'est parce qu'ils font confiance à tout le monde sans discrimination et portent un amour égal à l'univers entier.
Nous nous écartons de ces personnes car nous ignorons si nous pouvons compter sur elles. Seront-elles reconnaissantes pour les services rendus, nous appuieront-elles si nous sommes pris dans une querelle, nous aideront-elles à atteindre nos buts ? Dans tous ces cas, la réponse est probablement négative. Autrement dit, ces personnes n'offrent rien de ce que nous recherchons chez un ami. Il leur manque aussi une compétence sociale de base : savoir déceler les intentions d'autrui. Elles ne présupposent jamais de mauvaises intentions.
Le syndrome de Williams fait partie des méchants tours de la nature ; il montre qu'être ouvert et confiant, ce en quoi ces patients excellent, ne suffit pas à créer des liens durables. Nous attendons des gens qu'ils fassent preuve de discrimination.» (p 246-247)

« Je crois en fin de compte que la répugnance à parler d'émotions animales est moins liée à la science qu'à la religion. Et pas n'importe quelle religion, mais celles qui prirent forme dans des régions caractérisées par une absence d'animaux qui nous ressemblent. Avec des petits singes et des grands singes à chaque tournant, aucune culture de forêt tropicale n'a donné naissance à une religion dissociant les humains de la nature. En Extrême-Orient - comme en Inde, en Chine et au Japon -, où elles sont entourées de primates indigènes les religions ne tracent pas de démarcations entre les humains et les autres animaux. » (p 300)

« Seules les religions judéo-chrétiennes placent les humains sur un piédestal, faisant d'eux la seule espèce dotée d'une âme. »(p 300)

« Même ceux qui reconnaissent que les humains sont un produit de l'évolution continuent de rechercher l'étincelle divine, l'"énorme anomalie" qui a fait de nous l'exception. Le lien religieux se voit relégué depuis longtemps dans le subconscient, pourtant la science poursuit sa quête obstinée d'un quelque chose de spécial dont nous puissions nous enorgueillir en tant qu'espèce. » (p 302)


:lire2: Un autre livre, que je n'ai pas encore lu : "Quand les éléphants pleurent, La vie émotionnelle des animaux" de Jeffrey Moussaieff


Au plaisir d'échanger sur ce sujet s'il vous intéresse ;)
Diagnostiquée Aspergirl à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
Rainbow
 
Messages: 36
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Mai 2015 19:24
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Thymée » Ven 29 Mai 2015 11:43

La question que je me pose, c'est dans toutes ces recherches, comment suppriment-ils les effets liés à l'anthropomorphisme, afin d'être le plus objectif possible et le plus crédible (face justement aux personnes refusant toutes émotions de la part des animaux) ?
Avatar de l’utilisateur
Thymée
 
Messages: 31
Âge: 31
Enregistré le: Sam 4 Avr 2015 11:06
Présentation: 3 2 1 blastoff
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Rainbow » Ven 29 Mai 2015 12:28

Bonne question Thymée...
Marc Bekoff parle beaucoup de ce sujet de l'anthropomorphisme dans son livre (et même Frans De Waal détaille les protocoles utilisés pour les expériences, mais je ne me souviens plus précisément).
Diagnostiquée Aspergirl à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
Rainbow
 
Messages: 36
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Mai 2015 19:24
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Riffifi » Lun 1 Juin 2015 18:41

La rigueur de la méthode et des protocoles utilisés est le meilleur argument.
Par ailleurs, concernant l'anthropomorphisme, il est difficile de s'en extraire complètement à partir du moment où ce sont des humains qui pensent les questions posées, et où l'on utilise des mots (un mal nécessaire ;) ). Et il n'est pas possible d'entrer dans le ressenti de l'autre, de toutes façons.
Mais on peut travailler par comparaison entre espèces, et avec les humains notamment, à partir du moment où l'on se garde au maximum de projeter et d'interpréter, et où on reste strictement dans l'observation et la comparaison de faits scientifiquement établis (donc répétables, mesurables, spécifiques : pas des anecdotes donc :vgeek: ).

Je n'ai pas lu les livres que tu cites rainbow (je ne les juge donc pas), et en la matière je me méfie de l'affirmation "engagé" qui peut me semble-t-il vite virer au sentimentalisme voire à du pseudo-scientifique, mais il existe bien y compris en France des recherches en éthologie sur (ou intégrant) l'émotion chez différentes espèces d'animaux. Et des approches comparées avec les théories de l'émotion chez l'humain.
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)
Avatar de l’utilisateur
Riffifi
 
Messages: 1116
Âge: 38
Enregistré le: Sam 20 Avr 2013 15:35
Localisation: à l'Ouest
Présentation: riffifi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar O'Rêve » Mar 12 Juil 2016 20:06

Pour continuer sur l’anthropomorphisme, et bien, j’ai assisté à une conférence où l’intervenante http://www.southampton.ac.uk/psychology ... blications a pu définir 3 types d’anthropomorphisme.
-L’anthropomorphisme cognitif (concerne les convictions et pensées sur l’animal). Cet anthropomorphisme n’implique pas de sentiment ou de réponse empathique envers l'animal.
-L’anthropomorphisme non critique, quant à lui, s’appuie sur l’idée de ressemblance de l’humain à l’animal (on prête des traits humains aux animaux, on pense que l’animal aime ce que l’humain aime, on a un idéal de beauté « humaine » pour la sélection physique des animaux…). Dans ce cas l’empathie (reconnaissance des émotions de l’animal) n’est pas vécue du point de vue de l’animal. Des problèmes sur la question du bien-être sont alors possible.
-L’anthropomorphisme critique (qui implique la cognition et l’empathie). Dans cet anthropomorphisme, la personne essaie d’être empathique mais dans la perspective de l‘animal (elle sait que l’animal peut éprouver des émotions, mais le point de vue est celui de l’animal). L’empathie est associée à l’objectivité (connaissance des signaux d’expression des émotions, des besoins de l’animal…). Cet anthropomorphisme est positif. L’animal est perçu avec des émotions (sa dimension sensible est prise en compte), mais à travers son monde propre.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Chacoucas » Mer 13 Juil 2016 10:01

Merci d'avoir fait la synthèse des deux livres en tout cas, j'avais failli lire celui de De Waal. Sujet passionnant.

Et O'Rêve, on reconnait donc l'anthropomorphisme comme éventuellement un outil positif de connaissance? Ca change radicalement le sens du mot.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 937
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar O'Rêve » Mer 13 Juil 2016 18:38

Oui, l'anthropomorphisme, défini comme un processus psychologique d'attribution/projection de qualités humaines aux animaux peut avoir des conséquences positives ou négatives (pour l'animal), selon finalement la manière dont les "qualités humaines" sont attribuées à l'animal.

Par exemple, tout le monde s'accorde maintenant pour reconnaitre que l'animal a des émotions (comme l'humain). Ce qui n'a pas toujours été le cas, on est bien d'accord (cf l'animal machine et Descartes)

Voila maintenant comment je comprends l'anthropomorphisme, tel que je l'ai présenté précédemment.

-Anthropomorphisme non critique : je reste dans une perspective purement humaine (je ne me pose pas trop de questions; pour moi, l'animal exprime ses émotions exactement comme l'humain).

-Anthropomorphisme critique : je perçois que l'animal exprime une émotion, mais je comprends que l'animal a ses propres modalités d'expression d'émotions.

Dans les deux cas j'éprouve une forme d'empathie (je pense reconnaitre une émotion chez l'animal). Mais dans un cas, la perspective est entièrement humaine, dans l'autre cas elle est abordée du point de vue de l'animal (j'ai appris grâce à la science et la raison à comprendre les expressions).

Deux exemples :

Je vois un chien qui remonte la commissure de ses lèvres, qui laisse entrevoir ses dents.

Anthropomorphisme non critique : je ne vais pas plus loin dans la compréhension des émotions; j'attribue au chien des expressions faciales humaines pour expliquer ses émotions. Je peux voir le chien qui remonte la commissure de ses lèvres, qui laisse entrevoir ses dents, comme un chien forcément souriant (c'est souvent ainsi que les jeunes enfants perçoivent cette expression, ce qui peut d'ailleurs occasionner des accidents du fait de cette mauvaise interprétation). Généralisation : tous les chiens manifestant cette expression sont contents.

Anthropomorphisme critique : je vais un peu plus loin dans la compréhension des émotions et je fais appel à ma raison et tentative de compréhension. Peut-être que le chien n'exprime pas la joie (ainsi en toute occasion). Je me renseigne, et effectivement, je comprends que cette attitude peut également être une attitude d'expression exprimant aussi un début d'agression (même si j'apprends également que certains chiens ont un faciès souriant qui peut prêter à confusion dans certaines situations).

Le chien qui lèche.

Anthropomorphisme non critique : il fait des bisous, il m'aime, il est content.

Anthropomorphisme critique : il est probable qu'il soit mal à l'aise dans la situation.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Chacoucas » Mer 13 Juil 2016 20:22

Ce qui me bloquait essentiellement c'est l'association systématique d'anthropomorphisme avec subjectivité (au sens "faux"). Si on y reconnait une forme d'accès à l'objectivité ça change radicalement la donne.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 937
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Livingstone » Dim 8 Oct 2017 10:06

Livre audio en anglais en version intégrale, lu par une voix grave et tranquille, de l'éthologue susmentionné, d'une certaine portée malgré des titres un peu racoleurs - peut-être parce que bien inscrit dans son époque, ayant réussi à faire passer un changement de posture délicat dans la sphère scientifique, prudence illustrée dès le premier exemple du livre.
www.youtube.com Video from : www.youtube.com

Le livre est disponible en français sous le titre Sommes-nous trop bêtes pour comprendre l'intelligence des animaux ?
Nombreuses conférences, interviews, cours associés au lien.

Dont le livre cité plus haut, The Age of Empathy: Nature's Lessons for a Kinder Society https://www.youtube.com/watch?v=BTMwvS1zu-I

(edit)
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1716
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Rainbow » Dim 8 Oct 2017 10:13

Ah oui j'ai commencé à le lire « Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l'intelligence des animaux ? » :)
Diagnostiquée Aspergirl à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
Rainbow
 
Messages: 36
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Mai 2015 19:24
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Livingstone » Dim 8 Oct 2017 10:31

Merci pour la retouche du titre. ^^)
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1716
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Rainbow » Dim 8 Oct 2017 10:38

Merci à toi de m'avoir fait revenir sur ce forum ;)

(du coup j'en ai profité pour créer des sujets sur 2 autres livres qui me passionnent également, mais sur un tout autre thème !)
Diagnostiquée Aspergirl à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
Rainbow
 
Messages: 36
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Mai 2015 19:24
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Livingstone » Dim 8 Oct 2017 11:55

Tu avais mis une alerte sur le sujet ? :lol:
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1716
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar Rainbow » Dim 8 Oct 2017 12:47

Yes ! :)
Diagnostiquée Aspergirl à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
Rainbow
 
Messages: 36
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Mai 2015 19:24
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: L'éthologie cognitive

Messagepar hosen » Dim 8 Oct 2017 13:19

Livingstone : :cheers: :chaise
Je me suis mis à la méditation. C'est beaucoup mieux que de rester assis par terre sans rien faire.
Jean Yanne
Avatar de l’utilisateur
hosen
 
Messages: 201
Âge: 64
Enregistré le: Ven 7 Oct 2016 18:50
Localisation: Pays de Loire
Présentation: presentations/presentation-t7857.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS



Retourner vers Vos passions et loisirs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités