Nous sommes le Lun 23 Jan 2017 19:47


Le chien.

Ici, partagez vos passions, vos dadas, vos marottes, documentez si possible, mettez-y de la vie!

Modérateur: W4x

Le chien.

Messagepar Yelko » Mar 9 Fév 2016 12:44

Le chien ! :inlove:

Ce sujet est un sujet passion pour moi, le rapport à cet animal avec l'homme m'a toujours fasciné (et on peut y inclure le loup). Je voulais poser la question de ce que cela représente pour vous que d'être un maître, et/ou plus largement comment vous abordez la relation avec les chiens ? Pour rendre les choses claires et permettre à chacun de participer sur ce qu'il souhaite, j'ai articulé le topic en sous parties. Vous pourrez ainsi choisir de parler de manière générale, de traiter une sous partie, ou même d' en apporter de nouvelles !

Les races :

Le sujet des chiens de race, ou pas, est intéressant à aborder aussi, pour ceux qui connaissent bien une race ou un type chien et qui voudraient le faire connaître, pour parler des différentes évolutions au sein d'une race. Pour ma part, je ne connais que les certains critères du berger malinois et j'aime particulièrement les lupoïdes et certains molossoïdes.

Problèmes comportementaux et agressivité chez le chien :

J'ai souvent rencontré des chiens montrant des signes d'agressivité, dont un certain nombre dans des refuges. L'agressivité peut venir de différents facteurs chez le chien. Stress, peur, manque d'exercice, enfermement, traumatismes (chiens battus, etc), dominance... Ce sont souvent les chiens qui m'intéressent le plus, car sur lesquels le travail peut permettre à la fois de retrouver un cadre pour le chien, et de diminuer les risques d'accident pour l'entourage.

Le travail et la compétition :

Si vous travaillez avec des chiens ou que vous êtes faites de la compétition, votre vécu et votre point de vue m'intéressent. Moi, je ne fais pas de compétition et j'avoue avoir du mal avec l'idée de faire concourir mon chien surtout si cela implique un risque de blessure pour lui. Idem pour le travail, je pense qu'il me faudrait un autre chien et encore, je me demande si ça me serait possible d'envisager travailler avec un chien s'il y a un risque fort pour le chien. Si vous travaillez avec un chien n'hésitez pas à participer ici !

L' éducation et le dressage :

Grand sujet que l'éducation canine ! Là aussi le vécu de chacun est différent, selon le type de chien, le caractère, etc. On a tous nos petits trucs et notre philosophie, mais je vois souvent des personnes me parler de "la technique d'untel ou d'untel qu'ils ont vu sur internet". J'imagine bien que l'on puisse s'inspirer ici et là, mais parfois, je reste circonspect en voyant des maîtres essayer de calquer des méthodes brièvement aperçues sur le net... Pour ma part, j'ai utilisé des techniques assez classiques en personnalisant au maximum pour arriver à ce que je voulais, et j'en suis très fier.


Mon vécu en bref (je passe volontairement sur des parties importantes par pudeur tout simplement) :
Petit, mes parents ne voulaient pas avoir de chien, nous vivions en appartement, etc. Histoire assez classique. Lorsque je me suis intéressé à la question d'adopter ou acheter un chien, je ne savais pas quel type de chien je voulais et quel type de maître je serai, mais en m'informant je me suis passionné pour le Berger Belge Malinois. Cela été un véritable tournant dans ma vie, une vraie expérience très marquante, je dirais même capitale en un sens. Je suis propriétaire (oui, c'est le mot) d'une chienne depuis un an et demi maintenant, et je me sens très lié à elle. Le lien n'a pas été immédiat pourtant et les débuts ont été très difficiles. Je n'ai pas eu que de bons conseils et c'est peu de le dire... Il m'a fallu apprendre sur le tas, me faire confiance, et ne pas baisser les bras. D'abord face aux gérants de refuges, qui malgré mes implications et l'accord des animaliers et des maîtres-chiens présents, refusaient de me laisser adopter un chien en invoquant le fait que je devais avoir une villa avec jardin pour cela. (Pour le cas du Berger Malinois, c'est à mon avis une aberration. Outre le fait que chaque chien est différent, ce qui caractérise le Malinois, avant d'être un chien hyperactif ou quoi que ce soit, c'est son rapport à l'homme et au maître. Un Malinois a besoin d'un maître pas d'un jardin). Mais voilà, un appartement avec un parc ou une forêt pas loin ne leur suffisaient pas...
Le sort des chiens dans ces refuges, dépend de la façon dont ils sont gérés. Parfois, on se demande si les personnes qui tiennent ces endroits le font vraiment cela pour aider et protéger les chiens, mais ils ont le pouvoir de décider, ils sont propriétaires des chiens. Bref, il m'a fallu passer par un élevage, choisir un chiot (ce qui fut super difficile !) et l'aventure a commencé. Il y a eu une période difficile, mais depuis ce n'est que du bonheur, vraiment. Nous sommes inséparables.
8)

Voilà, j'invite aussi ceux qui auraient développé une phobie des chiens ou qui ont tout simplement peur des chiens à venir en parler, dire si vous avez réussi ou pas à vous en débarrasser par exemple et comment ? Je trouve ça intéressant de faire travailler les gens sur leurs peurs avec ma chienne, c'est quelque chose de très plaisant à faire !

Enfin le chien c'est beaucoup de vie et d'amour, alors n'hésitez pas à partager vidéos et photos pour illustrer vos propos ! :)
"L'amitié danse autour du monde habité, proclamant à nous tous qu'il faut nous réveiller pour louer nôtre félicité".
Avatar de l’utilisateur
Yelko
 
Messages: 249
Âge: 30
Enregistré le: Ven 23 Aoû 2013 00:16
Localisation: sur orbite martienne
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Napirisha » Mar 9 Fév 2016 14:28

Voilà, j'invite aussi ceux qui auraient développé une phobie des chiens ou qui ont tout simplement peur des chiens à venir en parler, dire si vous avez réussi ou pas à vous en débarrasser par exemple et comment ?


:hai:

Bonjour, Napi, 33 ans, j'ai très très peur des chiens. Merci de votre écoute et de votre soutien...

J'ai toujours eu peur des chiens, aussi loin que je m'en souvienne. Et je n'ai pourtant à ma connaissance jamais été mordue, ni menacée, ce n'est pas en réaction à un événement particulier. Ca s'est un peu atténué ces derniers temps, mais je reste hyper mal à l'aise.

Je suis mal à l'aise quand il y a un chien, tétanisée quand il se montre agressif, ou simplement un peu expansif. La plus petite bestiole un peu hargneuse me fait frémir. Même en laisse, même derrière une barrière.

Quand je connais bien un chien, que j'ai eu le temps de m'y habituer, je suis plus sereine. Ce n'est pas une question de taille : spontanément, j'ai moins peur d'un brave gros chien de race indéterminable mais jovial que d'un petit roquet. J'ai quand même toujours un mouvement de recul quand le chien de ma cousine (bien dressé pourtant, c'est un chien d'aveugle réformé) se met à sauter dans tous les sens : parce que je suis là, parce que quelqu'un est là, parce qu'il va manger, parce qu'il fait beau, parce qu'il est heureux de vivre... Je ne supporte que mal son enthousiasme excessif et sa volonté débordante d'exprimer son affection. Et pourtant, c'est une crème, ce chien!


Le pire est encore la réaction des gens, souvent hyper maladroite. Soit on m'explique que je suis plus grosse que lui (je sais, merci), soit on me certifie qu'il est gentil (je n'en doute pas, enfin pas trop, mais c'est pas le problème), soit que a peur n'est pas rationnelle (sans blague?), soit que "il ne faut pas avoir peur, sinon il le sent et il risque d'être agressif" (merci, me voilà rassurée!)
Ca peut être franchement embêtant dans la vie quotidienne : il m'est arrivée de passer un carrefour en stop parce qu'il y avait un chien qui aboyait devant une maison, et que je devais récupérer la voiture de l'autre côté. Je me suis sentie à peine ridicule "vous allez où?" "bah, à 10m, de l'autre côté du chien..." :D

Bref, je suis très contente pour les gens qui ont des chiens et les aiment, mais c'est franchement pas mon truc :D
Je vous lirai avec attention, ça m'intéresse de ieux comperdre ce qu'on peut trouver comme intérêt à ces bêtes-là !
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1496
Images: 6
Âge: 34
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Yelko » Mar 9 Fév 2016 19:04

Napirisha a écrit:Bonjour, Napi, 33 ans, j'ai très très peur des chiens. Merci de votre écoute et de votre soutien...

>Bonjouuuur napiii. :hai:

Je te remercie vraiment pour cette réponse, j'aime beaucoup l'honnêteté de ton message. La petite anecdote du rond-point m'a bien fait rire sans aucune moquerie hein.

D'abord, je pense que la peur du chien n'est pas totalement irrationnelle et à mon avis, on a gardé, bien ancré dans nos gènes, une peur de tout ce qui peut ressembler au loup. Bon, quand on voit les races de petit (micro) chiens qu'on fait maintenant, la peur n'est pas toujours à la mesure de la bête, mais les chiens représentent tous un danger potentiel. Par contre, je ne connais strictement aucun chien méchant proprement dit. D'ailleurs, je ne comprends pas qu'on utilise des termes comme "gentil" et "méchant" pour des chiens, je trouve ça un peu à côté de la plaque.

Napirisha a écrit:Le pire est encore la réaction des gens, souvent hyper maladroite


Oui, je comprends bien, la réaction des gens est souvent maladroite, mais en même temps que faire ? Quand je rencontre des gens qui ont peur du chien, parfois les gens me le signalent et c'est une très bonne chose ! Je rappelle mon chien, le tiens au pied et tout se passe bien. Parfois certaines personnes ne disent rien essaient de masquer ou contenir leur crainte, et ont des réactions de peur assez catastrophiques au dernier moment... À moi d'essayer de déceler qui a peur ou pas d'ailleurs parfois certains devraient se méfier un peu plus, on n'aborde pas un chien inconnu n'importe comment...

L'idéal est quand même que le maître prête attention au chien et fasse en sorte que celui-ci soit "stable", et assez sociable pour éviter les situations compliquées.

Napirisha a écrit:J'ai toujours eu peur des chiens, aussi loin que je m'en souvienne. Et je n'ai pourtant à ma connaissance jamais été mordue, ni menacée, ce n'est pas en réaction à un événement particulier

Comme beaucoup d'autres peur elle peuvent être transmises par les parents très tôt dans l'enfance. Mais n'étant pas très ami avec la psychanalyse, je dirais que souvent il y a une incompréhension à la base de ça, chez la personne qui a peur. Elle lit mal les signaux que le chien envoie, interprète mal, et donc réagit mal, etc. Le principal travail est de faire en sorte que tout le monde se comprenne je pense.
"L'amitié danse autour du monde habité, proclamant à nous tous qu'il faut nous réveiller pour louer nôtre félicité".
Avatar de l’utilisateur
Yelko
 
Messages: 249
Âge: 30
Enregistré le: Ven 23 Aoû 2013 00:16
Localisation: sur orbite martienne
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar kalimeris » Mar 9 Fév 2016 19:31

Je suis une adepte de la méthode positive et du clicker training en éducation animale, après avoir vu les résultats chez des chiens présentant des problèmes de comportements, et surtout l'évolution des relations humain-animal plus harmonieuses, plus respectueuses de la nature et des besoins de l'animal, et plus fun ! Elle est très utilisée pour les chiens, mais aussi pour les chevaux, les chats, et même les poules !
Avatar de l’utilisateur
kalimeris
 
Messages: 554
Images: 7
Âge: 37
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 13:38
Localisation: à l'ouest
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Chacoucas » Mar 9 Fév 2016 21:49

Salut je m'appelle Chacoucas, 33 ans, et j'ai peur des humains. Les chiens encore ça va. En fait une bonne partie de ma peur des humains est liée au fait que mes potes chiens quand j'étais enfant... ben ils ont pas survécu à la société des bipèdes à canines courtes et poils rares. Merci de pas vous moquer non plus parce que mine de rien c'est pas forcément facile à vivre tous les jours ce genre de choses.

( je me suis inspiré de ton post napirisha, mais c'est pas par moquerie nan plus ^^ )

Moi j'ai passé mes premières années assez proche d'un couple de bergers allemands, ça s'est bien passé. Et j'ai eu des chiens à la maison des années. Je n'ai pas le souvenir d'un seul pour qui ça se soit bien fini par contre (enfin c'est jamais facile la fin d'un ami). Dans mon esprit j'ai vite pensé une différence de caractère entre chien et chat, et j'avoue que le chat paraissait pas honnête. Le chien, expansif justement... il est bonne patte (haha). Enfin, je développe pas, mas c'est pour dire que ce côté expansif je fonce la tête la première je suis trop content, je saut partout etc... ça ne me rebutait pas, au contraire, ça m'inspirait confiance. J'ai entendu souvent des gens dire que "les chiens c'est con", les comparant avec des chats, et si j'ai pu finalement concevoir ce qu'ils voulaient dire, je dirais que "ben oui, justement, c'est tellement authentique..." Enfin, je pense qu'on retombe un peu dans ce que tu disais sur les signaux t l'incompréhension, Yelko: j'avais du mal à lire les signaux des chats (et des humains), par contre les chiens, bah ça j'arrivais à comprendre correctement. Enfin, a priori. J'avais plus de mal avec les micro races qui crient dans tous les sens.

Bref, je n'ai plus de chien depuis des années. En fait je n'en ai même jamais eu "à moi", vivant seul avec mon chien. Par contre j'ai gardé une sorte de truc amusant, rares sont les chiens qui me saquent pas. Je ne sais pas d'où ça vient, qu'ils m'aiment ou pas, mais en général ça passe bien. Je me suis même retrouvé à une époque où je marchais beaucoup à marcher dans la nuit suivi par un cortège de chiens errants, qui s'occupaient d'aboyer et de me défendre contre d'éventuels aboyeurs enfermés... Expérience assez étrange.

Logiquement j'aime les gens qui aiment les chiens, mais... non en fait, j'ai des choses qui me "dérangent", et ne font pas vraiment de moi un "ami du chien", un peu comme une épine dans le jean ou dans la chaussure. C'est lié en fait à des conceptions sociales plus larges et totalement idéologiques, pas forcément dénuées de sens, mais qui me "piquent" quand même. L'eugénisme dans les races par exemple. Ou tout ce que le concept de "propriété" suggère. Enfin, je conçois bien que le seul espoir de survie d'un chien en société humaine c'est avec un bon maître. Mais sur le fond ça me dérange un peu qu'on en soit là. Comme concevoir que c'est pas forcément un "mal" la relation entre un maître et un esclave, elle peut même être fascinante et probablement épanouissante pour les deux individus dans certains cas, mais avec quand même une sorte de nostalgie/goût bizarre. L'analogie avec l'esclavage est supposée "aider à comprendre" ce que je ressens. Pas être insultante ou agressive, ni politisée.

Et voilà, merci d'avoir écouté. Et dog power :)
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le chien.

Messagepar Napirisha » Mar 9 Fév 2016 22:30

Moi qui espérais qu'on me plaigne, ça vous fait rire, mon grand moment de solitude auto stoppeuse :'( Je suis incomprise !!! (honnêtement, après coup, c'est vrai que c'était comique, ça tenait un peu du sketch, même si sur le moment je n'en menais pas large) Mais ça illustre assez bien à quel point je suis prête à braver le ridicule plutôt que de passer devant un chien qui aboie devant sa maison!

Yelko a écrit: Quand je rencontre des gens qui ont peur du chien, parfois les gens me le signalent et c'est une très bonne chose ! Je rappelle mon chien, le tiens au pied et tout se passe bien.

ça c'est vraiment bien! Il m'est arrivé de dire explicitement "j'ai peur des chiens, pouvez-vous rappeler le vôtre" et qu'on se contente de me répondre "il est gentil"...

Yelko a écrit:souvent il y a une incompréhension à la base de ça, chez la personne qui a peur. Elle lit mal les signaux que le chien envoie, interprète mal, et donc réagit mal, etc. Le principal travail est de faire en sorte que tout le monde se comprenne je pense.

Oui, certainement! C'est sans doute pour ça que, sans en avoir vraiment peur, je suis toujours sur la réserve avec le chien de ma cousine : c'est une brave bête, je crois même que je l'aime bien, mais je n'arrive pas à comprendre son comportement.
Et, de manière générale, je n'interprète pas bien les signaux qu'un chien peut envoyer, et je ne sais pas comment réagir.


Désolée pour tes potes chiens, Chacoucas ... Tu penses avoir à nouveau un chien un jour, ou le rapport de dépendance maitre/chien te dérange trop?
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1496
Images: 6
Âge: 34
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar TourneLune » Mar 9 Fév 2016 22:49

Ben moi, la chienne de mon frère qui est à l'étranger et qui a traversé bien des épreuves avec ma mère est mourante.... c'est comme perdre un membre de la famille, c'est dur...

Pour le reste, j'y reviendrai à un autre moment...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Chacoucas » Mar 9 Fév 2016 23:48

Non Napirisha, je comprends vaguement la peur des chiens, t'inquiète pas. (et puis j'ai appris à lire les signaux des chats et des humains un peu mieux depuis).

Et pour te répondre, je ne sais pas. Je vais raconter une anecdote pour expliquer: un des derniers chiens que j'ai eu le privilège de côtoyer en toute liberté avait été élevé par un type qui pensait qu'un chien c'est heureux avec une chaîne et une gamelle remplie à heures régulières. Et des coups quand il obéit pas. Enfin, j'anthropomorphise un peu le maître là, il ne pensait pas vraiment qu'un chien puisse être heureux ni éprouver quelque chose.

Et ce chien - vaguement comparable à un épagneul en taille et silhouette - on l'avait récupéré ma mère et moi pour un temps. C'était un fugueur. Son kif, en toute sympathie, c'était de passer où il voulait quand il voulait, partager un moment puis disparaître quelques jours etc... (comme le font certains chats d'ailleurs). On avait un chiot un peu plus colossal aussi qu'il fallait commencer à dresser un peu, et l'influence du fugueur sur l'autre était loin d'être facile à gérer, il l'incitait clairement à la révolte et la désobéissance. Mais moi étrangement, même si j'essayais (j'étais lycéen, un peu occupé ailleurs aussi, j'ai pas été parfait) de lui montrer que c'était mieux de rester tranquillement dans le jardin et de le dresser en mode "relation de confiance", j'étais fan de son caractère. C'était le premier chien clairement "libre" dans le sens pas totalement domestiqué, que je rencontrais. Depuis longtemps en tout cas. Il avait son indépendance, sa perception des choses et des règles, un goût assez évident pour tourner les humains en bourrique... bref il me faisait marrer, grande sympathie voire admiration.

Du coup à éprouver ce genre de sentiments je me dis que je ne suis probablement pas "un bon maître".
Pour prolonger l'idée, un chien associal peut clairement poser des problèmes à un maître social. Mais donc un maître associal va clairement poser des problèmes à un chien (par nature ils sont généralement sociables). Rendre service à un chien c'est lui montrer sa place et bien marquer que cette place est dans une forme de soumission - en général extrêmement bien vécue - non seulement à son maître mais à toute organisation humaine. Moi je ne suis pas certain de voir ma propre place, je conçois mal comment je peux montrer la sienne à un chien :)

Enfin, tout change, mais en gros jusqu'ici c'est un peu pour ça que je n'en ai pas. Et puis je bougeais pas mal, totalement en retard sur le modèle d'intégration sédentarisé. Un peu le même ordre d'idées: je ne pense pas que je pouvais être un "bon maître".

Tournelune, désolé :)
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le chien.

Messagepar TourneLune » Mar 9 Fév 2016 23:51

Tu te projettes à mort dans son intelligence divergente huhu ^^
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Chacoucas » Mar 9 Fév 2016 23:59

Lol ^^ oui Tournelune. D'ailleurs entre ce sujet et celui sur le QI des chiens on pourrait rajouter un profil "en questionnement rapport à un chien peut être HP""diagnostic fugueur" :p
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le chien.

Messagepar Mlle Rose » Mer 10 Fév 2016 13:29

Ben moi... j'aime pô les chiens.
Je n'ai aucune affinité avec eux. J'aime pas leur odeur en premier lieu, et j'aime pas non plus quand ils m'approchent de près. J'aime pas cette espèce d'affectivité débordante et exubérante qui les pousse à venir envahir mon espace vital, ou pire se sentir autorisés à me lécher les mains, les miches, la figure. J'ai dans ces cas-là un besoin irrépressible de prendre une douche et de mettre mes fringues à la machine, puis de partir loin. Je me demande d'ailleurs comment certains parviennent à accepter d'un chien ce qu'ils n'accepteraient d'aucun humain.

J'aime pas trop leur manière de s'agiter partout non plus. Quand ils fouettent l'air avec leur queue c'est comme si ils brisaient les lignes d'harmonie de mon espace, ça fait dans ma tête comme quand on fout les pieds dans une flaque cristalline et qu'elle se trouble de bouillasse.
Je ne sais pas pourquoi ils font ça. Je ne comprends pas ce qu'ils font de manière générale.

Et puis ils font du bruit, beaucoup trop.

Et leur poil poisse comme le sable au bord de la mer, même quand ils sont propres.
Je peux vite me sentir mal en leur présence, virer en mode grogne, et dans un espace clos avec un chien que je ne sens particulièrement pas je ne tiens pas longtemps avant de monter dans les tours.

Pour autant, j'ai déjà recueilli un chien errant, perdu, avant de pouvoir lui trouver un autre humain plus adapté/un hébergement adéquat. Juste parce que je protège la vie en toutes circonstances. Je fais pareil avec les araignées perdues, et tous types de bêtes, et même parfois des humains. Je prends sur moi très fort si il y a danger pour l'animal on va dire.
Après hébergement il va sans dire que je fais le ménage intégral de la maison du sol au plafond jusqu'à ce que plus aucune molécule de chien ne traîne par là.

Un chien blessé, maltraité, triste, à qui on a fait des saloperies, qu'on a abandonné, va me tordre le bide, et je vais avoir vraiment beaucoup de peine pour lui. Mais c'est pas lié au fait que ce soit un chien, c'est lié à ce que je projette sur lui sans doute, aux sentiments que je lui prête. C'est pareil avec une chèvre, une vache, un cheval, n'importe quel être vivant (et parfois des objets...).

Quelques très rares chiens un peu plus indépendants peut-être et semblant plus concernés que les autres par les bonnes manières et les règles élémentaires de la courtoisie peuvent trouver grâce à mes yeux, disons que je peux les tolérer pas trop loin (mais pas trop près). Par exemple Filou le chien de mon père qui est un peu pas-chien sur les bords, dort tout le temps, n'aboie pas, ne court pas partout, ne me lèche pas, ne me saute pas après, ne me regarde pas, m'ignore même.

Ce n'est pas une phobie je pense. Ni même une vraie peur.
Moins je les vois, mieux je me porte.

En fait dans mon espace vital, je ne tolère que les bêtes qui ne font rien de spécial, ni bruit, ni odeur, ni brassage de vent, ni dégâts, et puis les chats parce qu'on se comprend. Ptèt pour ça d'ailleurs que j'ai du mal avec les goûters d'anniversaire pleins d'enfants aussi...
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12693
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Yelko » Mer 10 Fév 2016 13:40

Ce topic ne s'adresse pas à ceux qui n'aiment les chiens en fait.
"L'amitié danse autour du monde habité, proclamant à nous tous qu'il faut nous réveiller pour louer nôtre félicité".
Avatar de l’utilisateur
Yelko
 
Messages: 249
Âge: 30
Enregistré le: Ven 23 Aoû 2013 00:16
Localisation: sur orbite martienne
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar *Za* » Mer 10 Fév 2016 15:51

Je me reconnais énormément dans ce que tu as écrit, Napirisha !! A croire que cette peur correspond à un code génétique qu'on partage !!!
J'ai la peur des chiens ancrée au plus profond de moi, un truc archaïque sans mot qui me prend tout au fond de moi. Si je marche dans la rue et qu'un chien aboie juste derrière une barrière proche (sans que je l'aie anticipé), il y a comme quelque chose qui s'effondre en moi - en fait je peux physiquement m'effondrer, en général mes genoux cèdent, c'est hautement ridicule. Comme si mes tripes tombaient dans mes pieds. Aux endroits où d'autres personnes ont peur de faire de mauvaises rencontres humaines, moi j'appréhende de tomber sur un chien.

D'ailleurs, un jour, pour éviter un tout petit chien, je suis montée sur un muret. C'était verglacé, j'ai glissé, et je me suis pété le coin des deux incisives supérieures, pas beaucoup, mais de manière irréparable. Donc ton histoire de carrefour, je la comprends tout à fait : moi j'ai le sourire refait à cause d'un misérable caniche !!

Même quand ils sont apparemment amicaux, je crains leur expansivité, leur brusquerie, leur imprévisibilité en fait. Je n'ai aucune confiance en eux. D'ailleurs, ça me tétanise aussi quand quelqu'un m'"aboie" dessus, ça touche le même ressort qui me compotifie les muscles et me transforme en chiffe molle.
J'ai ça depuis toute petite, sans avoir été agressée auparavant. Mais je sais que ma grand-mère a dû nourrir cette peur. Et moi aussi, depuis mon enfance on me répète : mais n'aie pas peur, faut pas avoir peur comme ça ils sauront que tu es le maître (ha la blague !!!), tu prends un bâton ou un caillou et il fuira (absolument impensable !!!)... les pires conseils du monde en fait.

Et puis il y a eu mon chéri. Lui a toujours vécu avec des chiens (il passait d'ailleurs des heures à jouer carrément dans la niche d'un des chiens), et il a naturellement cherché à m'aider. Pour lui, avoir peur des chiens, c'est comme une sorte d'anomalie, et puis chez ses parents il y en a de partout alors il fallait bien me désensibiliser un peu...

Et au lieu de me former à "gagner le conflit", il a tout naturellement commencé à me mettre des bébés beagles sur les genoux en gagatisant à mort, en leur prêtant des pensées... eh bien ça a marché, enfin plutôt pas mal ! Sans que ma peur ne soit complètement effacée (je ne voudrais jamais d'un chien à la maison et je n'aime pas rester seule avec ces animaux, et j'ai toujours ce petit moment de panique lorsqu'ils aboient), il a réussi à me créer une sorte d'attirance, voire de tendresse accessoire. Voyant que ça fonctionnait, j'ai continué à l'alimenter : le fait d'arriver vers un chien en mode "oukilémeugnon, mais regardez-moi ça !!!" change tout (même si ça donne pas toujours l'air malin).

D'ailleurs on a déménagé il y a trois ans dans un endroit qui fourmille de chiens errants, ce qui aurait pu me terrifier. Par chance, ils font vraiment profil bas, sont plutôt cocasses (parce qu'en bandes complètement dépareillées) ou au pire, pitoyables ou suppliants. Chose incroyable : il m'est devenu habituel de les caresser ! En fait, maintenant, du moment que je ne suis pas toute seule, je vois les chiens un peu comme j'ai toujours vu les chats, je vais naturellement vers eux, plus facilement que vers les gens. C'est un soulagement pour moi.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2402
Images: 17
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Le chien.

Messagepar Yelko » Mer 10 Fév 2016 16:29

*Za* a écrit: Et moi aussi, depuis mon enfance on me répète : mais n'aie pas peur, faut pas avoir peur comme ça ils sauront que tu es le maître (ha la blague !!!), tu prends un bâton ou un caillou et il fuira (absolument impensable !!!)... les pires conseils du monde en fait.


Ouf, oui je pense que là on a même exactement ce qu'il ne faut pas faire.

Merci de ta participation Za, belle évolution quand même. Ton chéri a plutôt bien fait les choses alors. :clap:
"L'amitié danse autour du monde habité, proclamant à nous tous qu'il faut nous réveiller pour louer nôtre félicité".
Avatar de l’utilisateur
Yelko
 
Messages: 249
Âge: 30
Enregistré le: Ven 23 Aoû 2013 00:16
Localisation: sur orbite martienne
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Chacoucas » Mer 10 Fév 2016 16:41

on a déménagé il y a trois ans dans un endroit qui fourmille de chiens errants.Par chance, ils font vraiment profil bas, sont plutôt cocasses (parce qu'en bandes complètement dépareillées) ou au pire, pitoyables ou suppliants. Chose incroyable : il m'est devenu habituel de les caresser !


T'as vu? ;) ils sont cools les royal bourbon.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le chien.

Messagepar lady space » Mer 10 Fév 2016 23:28

Yelko a écrit:Ce topic ne s'adresse pas à ceux qui n'aiment les chiens en fait.


Merci pour cette précision qui ne ressortait pas telle quelle de ton post initial :

Yelko a écrit:
Je voulais poser la question de ce que cela représente pour vous que d'être un maître, et/ou plus largement comment vous abordez la relation avec les chiens ? Pour rendre les choses claires et permettre à chacun de participer sur ce qu'il souhaite, j'ai articulé le topic en sous parties. Vous pourrez ainsi choisir de parler de manière générale, de traiter une sous partie, ou même d' en apporter de nouvelles !



Je trouve néanmoins dommage que tu veuilles en écarter les avis divergents de gens qui n'ont ni peur des chiens ni en sont fans. C'est juste une autre manière d'aborder "la relation avec les chiens". Mais cette approche t'appartient, bien que je ne comprenne pas comment tu peux encourager d'un côté une approche générale ou bien la création de nouvelles catégories et, de l'autre, ne pas souhaiter l'avis de ceux qui ont une autre attitude envers les chiens que le binaire "j'aime-j'en ai peur".

Pour revenir à ta question de départ quant à savoir ce que cela représente pour moi d'être un maître : je n'ai pas envie d'être le maître de n'importe quel être vivant. C'est pourquoi je ne prendrais jamais un chien qui a besoin justement de cette relation maître-soumis.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1910
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Melkoa » Dim 28 Fév 2016 00:52

Perso, j'ai toujours été fan des chiens (bon des loups encore plus en fait j'ai une fascination pour cet animal... :inlove: Animal préféré que j'aurais d'ailleurs été prête à partir observer en milieu naturel, voire me mettre à l'éthologie rien que pour ça, mais bon je m'égare là n'est pas le sujet :$ ).

Pour revenir au sujet initial, malgré toute ma passion pour le chien, malheureusement à date, non, je n'en ai pas encore "eu" un.
Même si lorsque j'étais petite on m'en avait promis un : d'ailleurs je me rappelle que je tannais mes parents depuis que j'ai 4 ans... Tous les anniversaires, les listes au Père Noyel, il y avait toujours "chien" en premier sur ma liste (et ça ne m'est jamais vraiment passé, c'est devenu une sorte de running gag familial on va dire à force !).
Mais disons qu'avec la vie en appart, etc, ça s'est avéré compliqué. Assez classique somme toute.
(au final j'ai eu des tortues à la place pour compenser... Humm, allez comprendre la logique parentale !)

Bref. :rofl:

Je ne sais pas trop d'où vient cette attirance, cette passion, mais la relation que cet animal noue avec l'homme m'a toujours interpellée et fascinée. C'est assez difficile à expliquer en fait, mais c'est profondément ancré en moi.
J'ai pu du reste côtoyer pas mal de chiens : je me rappelle toujours avec émotion notamment d'un chien "de vacances", qui me suivait partout, à chaque fois, et avec lequel j'avais noué une relation particulière (et que j'avais réussi à pas mal entraîner niveau agility). Année après année, ce lien était vraiment émouvant.
(je vais rester sobre, je vous évite la photo :angel: ) .

C'est vrai que dès que je vais quelque part où un chien est présent, je ne sais pas comment le décrire, mais j'établis en général assez facilement un lien. Et, par exemple, les chiens qui peuvent parfois être agressifs (ne serait-ce qu'un chien laissé dans une voiture), souvent arrêtent d'aboyer ou grogner lorsque je m'approche. Peut-être sentent-ils juste que je "viens en amie"...!

J'ai fait un stage aussi chez un vétérinaire, où j'ai pu avoir une autre relation à cet animal (et à d'autres). Mais ma sensibilité m'a bloquée dans cette voie, même si j'ai beaucoup apprécié ces moments, je n'ai pas pu persévérer et en fait mon métier, à mon grand damne.

De mon côté, à choisir, mon attirance va plutôt vers les moyens et gros chiens, qui me semblent plus "réels" que certaines espèces minimalistes (mais bon, là encore, c'est très personnel !).
Je songe désormais à en prendre un, mais je me laisse le temps de la réflexion concrète sur la race (ou du moins style/caractère). Trop de choix, d'hésitations... J'ai tellement réfléchi dans tous les sens à la question depuis des années que j'ai plein d'idées différentes en tête... Difficile de choisir :nesaitpas: !


Je dois avouer que j'ai du mal à comprendre les personnes qui n'aiment pas les chiens en fait : attention, pas que je juge hein, loin de là, mais ça m'intrigue fortement, tellement de mon côté la passion est présente.
Je me dis qu'il doit y avoir une incompréhension quelque part, et que peut-être la peur ressentie doit faire réagir l'animal différemment probablement (et pas toujours sous son meilleur jour du coup !).
En même temps on me tiendrait le même discours sur une araignée (haaaaa :pale: ) et je serais bien incapable de passer outre ma peur, donc bon, je conçois que ce soit très personnel.

Cela dit, c'est vrai que je ne trouve pas du tout les chiens imprévisibles en général... Enfin disons que je comprends peut-être leur comportement, je ne sais pas... Mais je ne crois pas avoir déjà été surprise par une réaction de chien que je n'aurais pas un minimum anticipée ou sentie venir.

Je peux comprendre qu'on ait un souci avec certains aspects (type odeur à la limite parfois), ou comportement débordant. Mais cela dit il me semble que pour le comportement c'est vraiment dépendant aussi du maître et de la façon dont le chien a été éduqué. Et on en revient là aussi à ce qui me semble fondamental, l'éducation du chien. C'est la clef d'une bonne relation avec son maître et autrui.
D'ailleurs ça me fait penser que c'est ce qui, pour ma part, m'avait toujours fait me "méfier" des chats : leur indépendance, tout ça, ça me semblait "louche". Bon finalement maintenant j'en ai deux, et les gens trouvent en général que ce sont des vrais "chiens". Comme quoi, finalement ! :lol:

lady space je suis intriguée par ta remarque sur la notion de maître. De ma compréhension, et pour en avoir discuté avec pas mal de maîtres justement ayant de très bonnes connaissances sur le sujet, je ne pense pas qu'il soit juste de comparer avec nos filtres cette relation en parlant de "dominé/soumis". Ca me semble très réducteur et non adapté.
Certes, il y a de la dominance, de la hiérarchie, mais elle ne se déploie pas de la même façon et les attentes selon les races sont différentes. Ca me semble un peu biaisé du coup d'y apporter une vision filtrée très "humaine" sur la relation (mais je peux me tromper hein, je ne suis pas spécialiste !).

Bon sur ce je m'arrête là, car je sens que je pourrais écrire pendant des heures sur le sujet (bah quoi, après tout c'est bien dans "passions" hein, j'ai le droiiit ? :inlove: )
Et vice versa.
Avatar de l’utilisateur
Melkoa
 
Messages: 346
Âge: 35
Enregistré le: Lun 6 Juil 2015 21:15
Présentation: Par ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Mei Run » Lun 29 Fév 2016 09:54

Mlle Rose, elle les aime tellement pas, qu'elle a finit par jouer à la poupée avec le mien, en la déguisant avec mon écharpe etc... :lol:

J'ai quasiment toujours vécu avec des chiens (et le premier de ma naissance à 4 ans était un énorme berger allemand), je n'ai jamais eu peur d'eux, même après avoir été mordue une fois par un chien inconnu - c'était de ma faute).
Et par contre, je n'étais pas forcément en accord avec les méthodes de "dressage" utilisées par mes parents sur notre dernier chien, conseils de leur véto et philosophie de "l'école de dressage" où on l'emmenait.

Sur le plan de la race :
Je pars aussi du principe que la sélection par la race sur des critères esthétiques débiles fait souvent plus de mal que de bien (cf les pb de dos/hanches sur les bergers allemands), et donc j'évite. Et puis "acheter" un animal pour moi pousse au business dans ce domaine, à la reproduction, à la sélection, et ça fait des bêtises parfois. Alors qu'il y a tellement de petits chiens adorables dans les refuges, SPA et autres.
Du coup quand j'ai été en âge de convaincre mes parents et que nous avons voulu en reprendre un, j'ai réussi à les convaincre de passer par la SPA.
Et pour ma pounette actuelle, SPA aussi. Pas de race définie, je m'en fiche un peu. Et puis j'ai l'impression que les critères de races ne sont pas des absolus, chaque chien est unique dans sa "personnalité", donc je fais avec, et j'apprends à connaître mon chien pour ce qu'il est intrinsèquement dans son comportement, et non parce qu'il est telle race ou telle autre (pi d'façon, à la SPA, ce sont souvent des croisés portes et fenêtres, donc hophop, pas de critères de race pour se reposer dessus).


Sur le plan de l'éducation :
Ce que j'essaye de faire, c'est d'avoir une relation de confiance avec elle, et qu'elle m'obéisse non parce que je l'y oblige mais parce qu'elle en a envie. Donc positif positif positif. C'est ptetre plus long qu'en lui tapant dessus ou en la secouant comme préconisait l'ancien "dresseur" de mes parents, mais au moins, j'ai un chien équilibré, et indépendant et cool.
Elle avait pas mal de petits "trauma" à la base : pas sevrée, pas éduquée, pas sociabilisée, peur de tout et de tout le monde (passer ses 4 premiers mois de vie dans une cage ça n'aide pas), et pour le moment, on va dire qu'après 2 ans de vie commune, on s'en sort plutôt pas mal, avec beaucoup de douceur et d'essais et de caresses.
J'ai banni tous les termes courts/brusques/ordre, et les punitions.
Et puis j'essaie d'être très attentives à sa communication non-verbale, les signaux d'apaisement etc. ça aide pour se comprendre ˆˆ

En gros, je lui "parle" comme on parle à quelqu'un (tu attends, tu restes, tu viens me voir, viens là, etc), en général sur un ton un peu joyeux, presque interrogatif, comme pour l'inviter à faire. Sauf en cas de danger immédiat/ besoin d'obéissance immédiate. J'ai aussi décidé d'arrêter avec les positions (assis/couché, que je demandais par "tu t'assois/tu te couches", histoire de rester cohérente dans la façon de parler), parce que finalement, tant qu'elle ne bouge pas quand il ne faut pas qu'elle bouge, je m'en branle qu'elle soit assise couchée ou debout la plupart du temps. Et que moi, ça me soûlerait d'avoir quelqu'un qui passe son temps à m'imposer de m'asseoir ou me coucher alors que j'ai pas envie :rofl:
J'ignore les comportements négatifs, ou je les sanctionne d'un "non" auquel elle est très réactive. Et je félicite +++ les comportements positifs, avec exclamation de voix joyeuses, grosses caresses et parfois une friandise.


Sur le plan du travail / compétition :
J'ai d'ailleurs commencé à travailler avec elle, complètement par hasard, en l'emmenant au bureau un jour où elle était malade pour pouvoir la surveiller. Et là, miracle. J'ai découvert que mon chien était un chien "de travail" dans le sens où dès qu'elle se sent investi d'un rôle, d'une mission, elle devient la best of the best des crèmes de l'obéissance (alors que sinon, ya des moments où je m'arracherais bien les cheveux en la passant par la fenêtre quand même la coquinette, comme les mômes quoi). Elle est nickel avec les enfants, et même avec les patients de tout âge.
Donc hophop, j'ai investi quelques deniers dans une formation spécialisée pour l'éducation du chien thérapeutique, et après un peu de boulot intensif (toujours en douceur, complètement positif, et en construisant encore plus la confiance et la relation), elle en est sortie certifiée "chien thérapeutique". 8)
Et la confiance et son appui sur moi est tel qu'en séance, avec des enfants parfois brusques ou tendus (autistes etc), s'il s'avère qu'un vienne à lui faire mal, son premier réflexe est de me chercher du regard (anthropomorphiquement, je rajouterais un regard suppliant style "mamaaaaaan, aide-moi ! :doh: ), comme si elle savait que je suis là pour empêcher toute dérive. Donc elle ne couine pas, n'aboie pas, ne mord pas et n'a pas de réaction brusque et c'est essentiel avec les mômes.
Et puis je la respecte, dans le sens où je ne fais que des invitations. Si elle ne veut pas, elle ne veut pas. Je ne force pas. L'enfant comprend, et on fait autre chose ou autrement.


Je ne veux pas faire de compétition ou autre, déjà parce que je n'en vois pas l'intérêt qu'on en retirerait personnellement. Même pour moi dans les sports où autres activités que je pratique, la compétition ne m'a jamais attiré, alors l'imposer à mon chien :think:
Je me suis juste déjà retrouvée embarquée dans un concours d'obéissance du club d'éducation où j'allais au début, mais c'était juste entre les gens du club. ça m'a permis de voir qu'elle gérait plutôt très bien, ma pépoune, quand elle veut, et qu'elle sait tout faire, quand elle veut (Elle est arrivée 3ème avec un score à 94/100 et a gagné des croquettes. ça me va). Donc j'ai arrêté le club juste après :rock:
(Et puis surtout aussi, parce que je ne me retrouvais vraiment pas dans la philosophie du lieu, où la position était primordiale au centimètre près, où le mec voulait que je tienne la laisse comme-ci ou comme-ça, que mon chien marche au pied avec le museau à 3cm 1/2 de mon genou et lui filait des "coups de sonnette" en tirant violemment sur le collier quand elle voulait pas - Et ensuite il s'étonnait que Jo ait une trouille pas croyable de lui et refuse de l'approcher :fubar: ).
(Résultat, la marche au pied, j'ai résolu le truc en 2 semaines en faisant des "8" dans la rue avec une laisse courte, des tours et des détours et des changements de directions anarchiques dès qu'elle ne maintenait plus son attention sur moi suffisamment correctement pour me suivre sans accoups. J'ai eu l'air bien débile mais maintenant, :vgeek: )


Problèmes comportementaux :
On a juste eu quelques soucis, comme dit en rigolant, je suis quelque part sa "maman". On est H24 ensemble quasiment vu qu'elle bosse avec moi. en France, je l'emmenais à peu près partout (resto/bars etc, quand les gérants étaient ok). Elle dort avec moi quand je suis seule, sur la couette, collée contre mon ventre, la tête dans mon cou. Et quand je bosse elle est sur mes pieds ou sur mon fauteuil dans mon dos. Brayf. Dès que j'ai eu besoin de la laisser seule et de partir quelque jours... Ce fut le drame. Sur-attachement affectif bonjour... Chien qui déprime, ne mange plus, ne boit plus, reste couchée les yeux rivés sur la porte à attendre, complainte de la baleine qui gémit en permanence (super agréable pour les gens qui la gardaient :/ )...
Donc j'ai pris le parti de lui apprendre à vivre sans moi, dénouer un peu la fusion, lui donner un peu plus d'indépendance et d'autonomie, la laisser en WE/vacances dans divers endroits pour des durées plus ou moins longues. Histoire que si jamais il m'arrive quelque chose, elle survive sans moi, et qu'elle ne soit pas malheureuse dès que je disparais quelques heures...
Ce fut long, mais après 6 mois de travail sur ça, c'est bon, ça a l'air de s'être tassé, et elle ne pleure plus, ne détruit plus, et semble même s'amuser...

Et sinon, je suis d'accord avec toi sur le fait qu'un chien n'est pas "gentil" ou "méchant", que le travail avec ces chiens-là est très intéressant, même si difficile et demande de la patience et de la confiance, et c'est pas donné à tout le monde de savoir "rééduquer" un chien traumatisé.



Voilàvoilà...
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."
Avatar de l’utilisateur
Mei Run
d'obédience britannique
 
Messages: 725
Âge: 31
Enregistré le: Mar 30 Sep 2014 19:11
Localisation: Âne & cie
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Coralie352 » Lun 29 Fév 2016 10:51

Bon, je le dis sans fards et sans détours : Ma préférence toute personnelle va aux chiens !

J'aime les chats, je m'entends bien avec eux, j'en ai même eu plusieurs au cours de ma (et leur) vie, mais ma relation de prédilection est tournée vers le type canin !

Pour moi un chien est un compagnon. Un compagnon de vadrouille (randonnée), pas un enfant. Un individu avec son caractère et son tempérament propre, avec des qualités que je n'ai pas et des qualités que j'ai et lui non.
Mes chiens étaient capables d'indépendance. Je veux dire par là qu'avoir un chien tout le temps en laisse ça le fait pas. Vivre à la campagne et avoir mon chien "enfermé" tout le temps dans un chenil, ça le fait pas non plus...
C'est une relation basée sur un respect mutuel. Un animal n'est pas un humain (je me rends bien compte que vous le réalisez pour la plupart ^o^), mais est capable d'entrer en relation avec nous, c'est une relation mutuellement bénéfique.

Après qu'il soit de race ou bâtard, je m'en fous. J'ai eu 2 chiens de race, mais c'est parce que nos caractères allaient bien ensemble (Weimaraner et Schnauzer). J'ai du mal avec les petits chiens, et j'ai une aversion pour les Pinscher nains (qui me le rendent bien d'ailleurs ^o^).

Je n'oublie pas que les chiens sont des psychopompes (pas dans le sens mythologique du terme mais dans le sens dérivé) et je dois bien avouer que rien ne m'énerve plus que de voir les petits toutous à leur maman ou leur papa. Des chiens totalement dénaturés et qui sont plus devenus des jouets et des objets pour leurs "maîtres" que des individus à part entière (je pense notamment au Chihuahua de ma propriétaire que j'ai croisé un jour en ville et qui avait été affublé d'une robe, d'un chapeau et de lunettes de soleil... :saigne: ).

Voile et voilà :)
"Those who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety."
Benjamin Franklin, 1755
Avatar de l’utilisateur
Coralie352
 
Messages: 710
Images: 13
Âge: 45
Enregistré le: Dim 20 Sep 2015 16:01
Localisation: 49.61132 ; 6.12934
Présentation: La Patte blanche ? C'est par ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Mei Run » Lun 29 Fév 2016 11:30

Coralie352 a écrit: (je pense notamment au Chihuahua de ma propriétaire que j'ai croisé un jour en ville et qui avait été affublé d'une robe, d'un chapeau et de lunettes de soleil... :saigne: ).


Ouhhh toi, tu kifferais tellement la Chine :D



Edit :
J'ai voulu te trouver une photos des chiens de mes compatriotes locaux avec leurs petits manteaux et jupettes et chaussures. mais mes dossiers sont fouillis. Alors j'ai tapé "chiens en Chine" dans google pour trouver les caniches colorés et habillés... Et c'était pas ça.
Et j'ai :'( :saigne: :envy:
Faut pas taper "chiens en Chine", faut taper "caniches en Chine". ça donne moins envie de gerber.
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."
Avatar de l’utilisateur
Mei Run
d'obédience britannique
 
Messages: 725
Âge: 31
Enregistré le: Mar 30 Sep 2014 19:11
Localisation: Âne & cie
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar TourneLune » Lun 29 Fév 2016 13:07

Ayant de la famille en Asie, ils ont été au départ choqués par ces chiens poupées et ils se sont ensuite rendus compte que ça permettait d'éviter les vols, notamment pour qu'ils ne finissent pas comme ce que tu as du trouver sur google...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar Maitresse Rita » Sam 5 Mar 2016 14:31

Offtopic :
Scusez-moi. Je profite du topic pour causer à des gens qui maîtrisent leur sujet. Je n'y connais rien en chien. Je n'en ai jamais eu. Du coup, je manque sérieusement d'esprit critique sur la situation. Alors si quelqu'un peut m'éclairer, ça serait cool. Et puis si vous voulez déplacer mon post ailleurs, je ne me formaliserai pas. ;)

Nous sommes trois amies. Cette histoire m'est rapportée par l'une d'elle au sujet de l'autre et de ce qu'elle vit avec son mari. Je n'ai pas assisté aux faits et n'ai pas eu de confidences directes de la part de l'amie concernée.

Celle-ci a plus de 55 ans. Son mari a passé 40 ans comme maître-chien et formateur d'autres maîtres-chien.

Nouvellement à la retraite, il a fait entrer un nouveau chien dans la maison.
Ce chien a maintenant un an et se comporte d'une façon qui choque son épouse, et notre amie commune au point qu'elle refuse désormais d'aller chez eux. Le chien bouscule tout le monde, prend toute la place, et saute au visage des gens quand on tente de l'en empêcher. Enfin, au visage de tout le monde, sauf du mari maître-chien bien sûr. Il saute au visage de tous ceux qui se penchent vers lui, d'une manière générale. Le maître ne réagit pas.

Le chien a déjà sauté au visage de sa fille de 20 ans, au point qu'elle a pris un coup de croc sur le nez et a désormais une cicatrice. Le père n'a rien dit et rien fait. "Elle est jeune, elle est pleine de fougue", dit-il. Le chien a également sauté au visage de mon amie en pleine nuit pendant son sommeil. Elle s'est retournée vers son mari en disant "Tu ne dis rien ?" et il a répondu "C'est toi qui a un problème avec le chien, pas moi". Mon amie dort désormais dans la chambre d'à coté, avec son chat terrorisé qui se fait courser toute la journée à travers la maison, et elle verrouille la porte.

Bref, je n'y connais rien en chien. Mais j'ai comme dans l'idée que ça pue et qu'un professionnel tel que lui sait parfaitement ce qu'il fait.

Concrètement, est-ce que ce chien est vraiment trop jeune et qu'il faut attendre encore un peu pour commencer à l'éduquer ? Est-ce que le maître déconne complètement de laisser faire ça ? Est-ce que ma copine est en danger ? Est-ce que ce chien est en train de devenir une arme entre les mains du mari pour faire chier le monde et sa femme en particulier ? Est-ce que déposer une main courante peut être utile ?

Je suis peut-être parano, mais j'assume. J'ai pas trop envie d'apprendre que le chien a fini par pousser ma copine dans les escaliers ou qu'il a bouffé le nez d'un gamin dans la rue.

Si vous avez des pistes et des éclairages, je suis preneuse.

Merci pour elle.
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 698
Âge: 34
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar joran » Sam 5 Mar 2016 15:43

Maitresse Rita, je ne sais pas si ton post est au bon endroit ou pas. Et je ne suis pas professionnelle du chien non plus.

Mais mon mari a été maitre chien, et si aujourd'hui nous n'en avons plus, j'ai eu des chiens depuis mon plus jeune âge et jusqu'à ce que mes allergies devient trop importantes ( m'en suis pas débarrassée pour autant, j'ai juste attendu que ma toutoune finisse sa vie).

Cependant, sans connaitre les détails de la situation, la manière dont tu l'expose me laisse penser que ce chien est un danger. Le Maître encore plus.

Les chiens qui ont tendance à sauter, et sans parler spécifiquement du visage, dès tout petit on leur apprend à ne pas sauter justement.

J'aime beaucoup les chiens, mais encore faut il savoir les éduquer.
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."

Périclès
Avatar de l’utilisateur
joran
 
Messages: 1074
Âge: 39
Enregistré le: Dim 26 Juin 2011 00:39
Localisation: *au pied de la montagne*
Présentation: iuhbvfuigylkayg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar O'Rêve » Lun 11 Juil 2016 19:41

Offtopic :
Maitresse Rita, je ne vois ton message que maintenant.

"Le chien bouscule tout le monde, prend toute la place, et saute au visage des gens quand on tente de l'en empêcher. Enfin, au visage de tout le monde, sauf du mari maître-chien bien sûr. Il saute au visage de tous ceux qui se penchent vers lui, d'une manière générale. Le maître ne réagit pas."
Concrètement, est-ce que ce chien est vraiment trop jeune et qu'il faut attendre encore un peu pour commencer à l'éduquer ? Est-ce que le maître déconne complètement de laisser faire ça ? Est-ce que ma copine est en danger ? Est-ce que ce chien est en train de devenir une arme entre les mains du mari pour faire chier le monde et sa femme en particulier ? Est-ce que déposer une main courante peut être utile ?


Un chien qui bouscule ou qui saute sur les gens n'est pas forcément une arme en devenir. Plusieurs éléments interviennent dans ces comportements : une composante génétique (tempérament énergique...), une composante environnementale (exercice, activité insuffisante, le comportement incohérent du maitre à son égard, le dressage au mordant éventuellement réalisé ....), une composante émotionnelle (est-il mal à l'aise quand on se penche vers lui et pourquoi, a-t-il peur?....)

Néanmoins c'est un chien qui peut blesser, et il est certain qu'il est important de s'en préoccuper. Pas de recette miracle, mais des solutions à apporter en fonction d'un contexte donné. Donc si pas assez d'activité, augmenter l'activité, si difficulté à se calmer, utiliser des techniques pour le canaliser. Ça va de la punition négative qui correspond en gros à l'ignorer ou à l'isoler ponctuellement pour diminuer le comportement non souhaité, au renforcement positif (on lui apprend par exemple à s'asseoir avec récompense à la clé). Savoir lire les signaux émis par le chien pour comprendre un malaise éventuel. S'interroger sur les éléments qui ont pu influer ces comportements (A quel age a-t-il été adopté? Les conditions de développement avant d'être adopté? Quelle est l'approche du propriétaire? Éducation type dominant-dominé? ou type coopératif? Dressage au mordant?)....Tous ces éléments sont à évaluer pour connaitre l'éventuelle dangerosité.
A un an, ce chien peut tout à fait apprendre les choses. Apprendre à un chien à vivre à proximité humaine, ça se débute à 2 mois (voire même avant, quand le chiot est encore en présence de la maman). Mais à un an, l'apprentissage peut bien entendu être poursuivi et un chien peut être rééduqué.

Déposer une main courante me semble prématuré. Un chien dangereux ne l'est que dans un contexte donné qu'il faut avoir discerné avant de généraliser un potentiel danger.
Maintenant, s'il y a eu un croc (morsure) avérée, cela engage des obligations légales : une déclaration de morsure, une visite d'évaluation comportementale chien mordeur, et cette visite est censée évaluer la dangerosité...
En gros , il me semble indispensable qu'un PRO du chien (comportementaliste) soit consulté!
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 231
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le chien.

Messagepar soazic » Lun 11 Juil 2016 20:25

Bonsoir,
les chiens, je les aime bien, les adore même...chez les autres. Mais s'il y en a un qui passe, j'irai vers lui faire des papouilles, ça je ne peux pas m'en empêcher.
Je serai en difficulté dans cette relation là, de dépendance à l'homme.
Comment le vivez vous, "propriétaires" de chien?
Ici, on vit chez un chat. Elle fait sa vie, rentre, sort, dort sur mes pieds, vient me labourer le ventre et frotter son nez mouillé. Je suis plutôt chat.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 971
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Vos passions et loisirs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : MSNbot Media et 2 invités