ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Répondre
Loch
Messages : 9
Enregistré le : ven. 9 mars 2018 14:46
Présentation : c'est par ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Loire-Atlantique (44)

ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Loch » jeu. 21 juin 2018 21:40

Bonjour,

J'ai été testée il y a quelques mois suite à la demande de ma psy qui me suit pour burn puis bore out.
Les résultats sont au niveau TQHI et homogènes.

Cependant, je n'ai pas l'impression de l'être. Je me sens plutôt bête et inculte de manière générale ... contemplative plutôt qu'intellectuelle.
Comme je suis nouvelle dans le milieu de la douance, j'ai lu "trop intelligent pour être heureux" sans me reconnaître hormis sur le côté hypersensible.

Alors, peut on être THQI, tout en étant parfaitement "banale" ? Est ce que cela peut être de l'inhibition intellectuelle ?
Auriez vous des pistes pour réveiller ce potentiel ? L'hypnose pourrait elle fonctionner ?
"Aim for the moon. If you miss, you may hit a star" :*: :*: :*:

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3454
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par madeleine » jeu. 21 juin 2018 21:55

Tu peux également questionner quelle représentation tu as de THQI et de "banalité" ... "Très haut" c'est par rapport à une moyenne statistique, ça ne dit rien de l'endroit où toi tu places la moyenne.
Un petit tour sur le topic dédié viewtopic.php?f=42&t=8253&hilit=THQI+tentative t'apportera peut-être des pistes ?
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Loch
Messages : 9
Enregistré le : ven. 9 mars 2018 14:46
Présentation : c'est par ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Loire-Atlantique (44)

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Loch » jeu. 21 juin 2018 22:30

Merci ... j'ai essayé de lire le topique, mais je n'ai rien compris (je suis pas très douée en math et en plus trop fatiguée ce soir pour essayer de comprendre!) ...
J'ai vraiment l'impression qu'une majorité (90%) de personne autour de moi est "plus intelligente" que moi. Alors certes, mes proches sont probablement tous HQI, mais mes collègues, mes amis, etc... certainement pas, et pourtant ...

J'essaierai de relire le topic demain, quand mes idées seront plus claires !
"Aim for the moon. If you miss, you may hit a star" :*: :*: :*:

Avatar du membre
lady space
Messages : 1994
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par lady space » ven. 22 juin 2018 09:04

Loch a écrit :
jeu. 21 juin 2018 21:40

Alors, peut on être THQI, tout en étant parfaitement "banale" ? Est ce que cela peut être de l'inhibition intellectuelle ?
Je pense que la réponse est dans ton titre : oui, on peut se sentir parfaitement banal tout en étant THQI. Parce que le ressenti, donc l'idée que l'on se fait de soi-même, peut différer considérablement de ce que dit le test et il faut un peu, voire beaucoup, de temps pour faire coïncider les deux.

Il peut certes y avoir de l'inhibition intellectuelle, mais je pense que la raison de l'écart entre le ressenti et les "faits" est à chercher ailleurs aussi.

D'abord, on ne se construit pas (ou très rarement) en se disant "je sors du lot" ; tant que cette particularité du (T)HQI n'est pas connue, on part du principe que l'on fonctionne pareil que tout le monde. Une partie de ce sentiment d'être plutôt plus bête que la moyenne découle de là aussi. Comme, sans le savoir, on ne fonctionne pas pareil que la plupart des gens, on est constamment en train de se demander pourquoi on ne capte pas des trucs qui semblent évidents pour tout le monde, sauf nous.

Puis, il y a le fameux effet Dunning-Kruger qui met en lumière que, plus les capacités cognitives d'une personne sont limitées, plus elle se croit intelligente. Tout simplement parce qu'elle est trop limitée pour voir tout ce qui lui échappe. Et, à l'inverse qui nous intéresse ici, plus les capacités cognitives d'une personne sont élevées, moins elle se croit intelligente. Parce qu'elle est assez intelligente pour se rendre compte de tout ce qu'elle ne sait pas.

S'y ajoute la question de l'estime de soi, d'un certain perfectionnisme et aussi de l'idée que l'on se fait de ce qui est une personne surdouée. Je veux dire par là que, lorsque l'estime de soi est plutôt basse, on a tendance à ne voir des points forts que chez les autres et être extrêmement critique envers soi-même. D'où une image biaisée, peu réaliste de soi-même et de là où l'on se situe vraiment par rapport aux autres.

Puis, il n'y a aucune obligation à ce que des capacités hors normes se voient, à travers des réussites hors du commun, des notes de ouf à l'école, l'obtention du bac à 14 ans, ou toute autre performance bien médiatisée par exemple. Parce que le pack (T)HQI peut aussi comprendre une superbe capacité à se sur-adapter quand on est capable de saisir ce qui est attendu et que l'on se contente de s'y conformer.

Résultat : on mène une vie que l'on pourrait qualifier de "banale". Du moins en apparence - parce que, ce qu'il y a derrière la façade n'est peut-être pas si banal que ça. Sauf que, comme on ne peut pas regarder derrière la façade des autres, on s'imagine que ça doit être la même chose pour eux et c'est là que l'on se trompe.

Pour illustrer un peu mes propos : je me suis toujours sentie banale, voire insipide, moi aussi. Et je mène une vie qui n'a rien de spectaculaire vue de l'extérieur - un mari, trois enfants, un chat, une maison, quelques amis, un jardin, un boulot pas trop mal payé et voilà, banal quoi.

Sauf que je me suis rendue compte au fur et à mesure que mon approche des choses n'est souvent pas "standard". Par exemple dans l'éducation de nos enfants et surtout leur scolarité : il semblerait que les parents lambda grondent leurs gamins quand ils reviennent avec des mauvaises notes, alors que moi, je demandais juste s'ils avaient compris après coup ce qui clochait, histoire de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Parce que les notes en soi ne m'intéressent pas, ce que je voulais c'est qu'ils comprennent, pour pouvoir se servir des connaissances acquises et comprises plus tard. On m'a informée il y a peu que la plupart des gens apprend ses leçons pour réussir le contrôle qui va suivre, pour les oublier aussitôt, une fois la copie rendue. Encore un de ces moments où je me trouve très bête et que je me transforme en point d'interrogation sur pattes. ^^

Tout ça pour te donner quelques pistes de réflexion. Mais je pense qu'il y a des choses à creuser avec ta psy aussi. Si elle t'a demandé de te faire tester, j'imagine qu'elle a encore l'une ou l'autre petite idée en réserve concernant des points à travailler.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

dani
Messages : 665
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par dani » ven. 22 juin 2018 13:32

Lady Space a tout dit, cela rejoint des discussions que j'ai eu avec des THQI (2 personnes diagnostiquées) qui ne se sentaient pas si intelligentes que ça, au fond. Alors qu'en discutant 5mn avec elles la "différence" se percevait pour moi pourtant nettement (rapidité et profondeur d'analyse, capacité d'abstraction énorme, des liens entre des concepts qui semblent ne rien avoir entre eux etc..). Mais cela ne veut pas dire que les "autres" ne sont pas intelligents... n'est-ce pas justement une signe d'intelligence chez toi de le ressentir, ?
Parce que les particularités citées plus haut ne sont en soit pas de "l'intelligence" mais des aptitudes cognitives (même si, bien sûr, elles sont de sacrés atouts !). Celle-ci se déploie chez bien plus de monde que les HQI et cie, et heureusement :).

Ensuite, ce n'est pas parce que quelqu'un est THQI qu'il a la science infuse et qu'il s'intéresse à tout, qu'il sait tout sur tout. Au contraire parfois même : être contemplatif amène aussi à prendre de la distance à propos des "connaissances" , celles-ci peuvent être perçues comme étant du "bruit inutile" qui parfois retardent le moment de "vivre" vraiment. C'est un autre rapport au monde, donc l'énergie est mise ailleurs, dans la perception, le ressenti, une attention aux détails du monde, aux affects, au développement personnel par ex. Ce n'est pas spécifique aux THQI ou HQI, mais cet autre rapport au monde peut te faire te sentir encore plus différente des autres, même des autres surdoués plus "intellectuels" et s'épanouissant autrement que toi (manière d'être assez valorisée socialement, il est vrai). Mais aucune manière n'est meilleure que l'autre, c'est juste ainsi.

La "banalité", n'est-ce pas bien pratique pour avoir la paix ? laisse creuser ceux qui voient plus loin, et avec les autres tu ne perds rien ;-)
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett

Avatar du membre
Sherlock_28
Messages : 64
Enregistré le : jeu. 16 févr. 2017 12:10
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8230.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : 221B Baker Street

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Sherlock_28 » ven. 22 juin 2018 16:34

lady space a écrit :
ven. 22 juin 2018 09:04
Loch a écrit :
jeu. 21 juin 2018 21:40

Sauf que je me suis rendue compte au fur et à mesure que mon approche des choses n'est souvent pas "standard". Par exemple dans l'éducation de nos enfants et surtout leur scolarité : il semblerait que les parents lambda grondent leurs gamins quand ils reviennent avec des mauvaises notes, alors que moi, je demandais juste s'ils avaient compris après coup ce qui clochait, histoire de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Parce que les notes en soi ne m'intéressent pas, ce que je voulais c'est qu'ils comprennent, pour pouvoir se servir des connaissances acquises et comprises plus tard. On m'a informée il y a peu que la plupart des gens apprend ses leçons pour réussir le contrôle qui va suivre, pour les oublier aussitôt, une fois la copie rendue. Encore un de ces moments où je me trouve très bête et que je me transforme en point d'interrogation sur pattes. ^^
Deux remarques concernant ce que tu écris, Lady Space:
1/Les parents grondent leurs gamins parce qu'ils pensent que ceux-ci n'ont pas assez ou bien travaillé. Je ne crois pas qu'ils se focalisent sur la note pour la note mais plutôt pour ce qu'elle traduit.
2/La dimension spéculative, désintéressée de l'enseignement est terra incognita pour une grande majorité des élèves, je le dis en tant qu'enseignant. Et il ne faut pas croire que ça s'arrange après le bac, sauf dans les filières généralement considérées comme "inutiles" - lettres, philo, sciences humaines...-ou dans le domaine de la recherche scientifique, deux voies d'études qui n'attirent qu'une faible proportion de candidats dans notre monde centré sur le matériel et l'économie: il faut que ça paye, que ça rapporte, les consommateurs ont de gros besoins qui nécessitent de gros moyens...
Donc, les intelligences élevées n'en ont que plus de chances, façon de parler, de se sentir différentes, seules, et l'inadaptation ne favorise pas l'estime de soi, surtout chez des personnes dont la particularité les conduit déjà à douter d'elles-mêmes...
"Rejoice, rejoice, we have no choice but to carry on" Crosby, Stills, Nash and Young

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 242
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Dicizit » ven. 22 juin 2018 21:01

Hum.... Comme je suis heureuse de vous lire!
Thqi oui, banale certainement. Sentiment d'être stupide, assez souvent.
Suradaptée également et luttant plus ou moins patiemment pour vivre le mieux possible mes doutes, mes manques, mes ignorances, mes incompréhensions du monde et de certains de ses représentants. Oui, c'est vrai, tendance au perfectionnisme qui met sur le devant de la scène les inaptitudes et laissent les compétences au vestiaire. D'ailleurs je déteste qu'on me dise que je suis forte pour telle ou telle choses, je n'arrive pas à accepter les compliments. " tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien"
Je me sens encore très souvent pas très habile, surtout au travail . Mes conclusions sont quasiment toujours pertinentes mais je suis incapable de les décortiquer et d'en présenter le cheminement. Alors elles ne sont souvent pas entendables.Je dois attendre... Supporter patiemment les discussions interminables qui finiront par apporter la même conclusion. C'est de plus en plus pénible pour moi.
Alors oui, dans ces moments, je me trouve stupide de ne pas me sentir aussi motivée que mes collègues, de ne pas me prendre la tête autant qu'elles. Je me dis que quelque chose doit m'échapper, forcément!
Et oui également, le mythe du surdoué résiste. Même si j'ai lu beaucoup de littérature tout venant et scientifique sur le sujet, assisté à de nombreuses conférences, et même.creusé un aspect du sujet pour un mémoire de recherche....n'empêche que le stéréotype du surdoué génie des maths est quand même quelque part tapi dans l'ombre de nos inconscients ( moi qui ai décroché des maths en 1ère au lycée, comment puis-je me penser thqi?!)

Une lueur qd même: se savoir efficient.e grâce au diagnostic d'un psychologue permet de prendre conscience de ces différents aspects et , peu à peu, de commencer à prendre du recul. Même si cela n'a plus vraiment d'importance pour moi, ( signe d'une nouvelle organisation du psychisme dû à ce nouvel éclairage HQI?), je me surprend à y revenir de temps en temps. Sans doute pour me rassurer ( suis-je sur la bonne route?) et toujours dans l'espoir d'en apprendre encore sur le sujet...

Il faut un certain temps après le diagnostic pour commencer à se penser et vivre pleinement (et pourquoi pas sereinement) sa douance...

Avatar du membre
Fu
Messages : 195
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 46

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Fu » ven. 22 juin 2018 21:58

Merci Loch, pour ce sujet intéressant. Je me pose la question : y a-t-il des THQI qui se sentent intelligents ? Je parle uniquement des personnes entre 145 et 160 ; j'ai cru comprendre qu'au-delà les choses étaient encore différentes.

Avatar du membre
lady space
Messages : 1994
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par lady space » lun. 25 juin 2018 09:10

Hors-sujet
@ Sherlock : Je veux bien te croire pour les préoccupations des parents qui associent les notes au futur parcours professionnel. Seulement, quand je vois par exemple une maman gronder sa fille qui a de sérieux problèmes en maths et lui promettre une télé dans la même phrase si cette dernière arrive à remonter sa moyenne, je me transforme encore une fois en "hein ???" sur pattes, parce que ladite fille n'avait tout simplement pas les bases, ce que la maman elle-même n'avait pas compris, et la seule solution était de non pas lui payer une télé pour qu'elle soit encore plus distraite en faisant ses devoirs, mais des cours de soutien.

Après, je dois avouer que mon approche des connaissances et de la réflexion est très terre-à-terre : le savoir désintéressé, pour "la beauté du geste" ne m'intéresse pas. Ce qui m'intéresse ce sont les applications pratiques du savoir qui nous est transmis, ou comment s'en servir, dans un autre contexte éventuellement. Ce qui, à l'école, implique déjà de retenir ce qu'on a appris au-delà du contrôle de connaissances immédiat, ne serait-ce que parce qu'il y a de fortes chances que les notions élémentaires vont revenir un jour pour former la base de l'étape suivante. Et j'ai encore une fois les bras qui m'en tombent quand je vois une personne dans un poste technique à responsabilités qui a oublié sa géométrie élémentaire et qui soutient dur comme fer que, quand tu soulèves une poutre couchée par terre à une extrémité, l'autre restant au sol et constitue donc le point de pivot, que la distance au sol du milieu de la poutre est égale à zéro. :o Comprends pas, moi ! :grattelatete:
Les exemples perso que je donne en off topic sont tirés d'une longue liste de petits ou grands moments de solitude personnels, donc représentatifs de rien du tout. Mais ils contribuent pas mal à mon sentiment d'étrangeté. Je veux dire que je ne ressemble vraiment pas au stéréotype de la grosse matheuse qui s'amuse à résoudre des équations de malade dans sa tête - entre autres parce qu'aucun de mes profs de maths n'a réussi à me faire voir l'utilité pratique de l'algèbre alors que celle de la géométrie me sautait aux yeux. Et pourtant, je sens bien que je ne fonctionne pas comme tout le monde. Heureusement que le test m'a fourni une partie de l'explication de ces bizarreries - et je dis bien "une partie" parce que le HQI, fût-il T, n'explique pas tout.

Ce qui m'emmène à la réponse à la question de Fu : est-ce que je me sens intelligente ? Je dirais oui et non, ou encore "ça dépend".

Je m'explique : contrairement à ce qui s'est dit dans le topic sur le THQI, j'ai toujours su que je n'étais pas débile, mes notes à l'école étaient là pour en attester. Mais je ne me suis jamais sentie intelligente, et encore moins beaucoup plus intelligente que la majorité des gens. Par contre, je me suis toujours sentie maladroite, les pieds dans le plat, naïve aussi, et toujours un peu à l'écart, tout en étant plutôt bien intégrée en apparence. Et surtout insipide, inintéressante. Sachant que ce dernier point est plutôt lié à mon histoire personnelle qui a été assez néfaste pour développer une estime de soi saine, alors qu'une partie des raisons à l'origine du sentiment de maladresse & Cie est plutôt à chercher du côté de la douance et que ce n'est pas top non plus pour construire une estime de soi potable.

Pour revenir à la question de départ : je sais que je suis THQI depuis 12 ans maintenant, mais je ne me sens pas THQI, ni même vraiment surdouée.

Tout le travail que j'ai fait sur moi ces dernières années m'a amenée à quelque chose de bien plus précieux : je me sens moi et je me sens le droit d'être moi, peu importe ce que ça englobe dans le détail. Et le THQI en est un parmi d'autres, un détail de poids certes, qui complique parfois la vie, mais qui m'offre en même temps toujours les moyens pour trouver la clé me permettant de m'en sortir, pour peu que je consente à bien vouloir utiliser mes capacités d'abstraction, d'analyse, de prise de recul quand la situation devient chaude, y compris quand c'est chaud émotionnellement. Parce que oui, je suis cérébrale dans mon approche, souvent aussi dans ma gestion des émotions, d'aucuns diront donc que je surinvestis l'intellect. Tant pis, je sais que mes capacités cognitives y sont pour beaucoup dans ma survie psychique.

À la limite, c'est peut-être là que je me sens (T)HQI éventuellement (encore faudrait-il définir ce que l'on entend par "se sentir THQI" :huhu: ) : j'ai constaté que je réfléchis beaucoup plus "sans œillères" que la plupart des gens de mon entourage, que ma réflexion se bloque plus tard que chez la plupart des gens que je rencontre en se heurtant aux certitudes difficiles à remettre en question parce qu'on en a besoin psychologiquement.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Loch
Messages : 9
Enregistré le : ven. 9 mars 2018 14:46
Présentation : c'est par ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Loire-Atlantique (44)

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Loch » lun. 25 juin 2018 10:31

Merci beaucoup pour vos retours d'expérience, ça m'aide à comprendre certaines choses et ouvre des perspectives.
Lady Space, c'est exactement ça : insipide et inintéressante :) ... surtout quand j'étais plus jeune.

Avoir conscience de tout ce qu'on ne connaît pas, réfléchir sans œillères et pour moi être hyperréalistes, etc ... c'est très vrai.
Le terme d'intelligence me semble tellement mal choisi pour le coup, c'est surement ça qui me bloque ! Je n'y mets surement pas la même définition car il y a une part d'acquis (de connaissances) dans ce mot qui me semble finalement absent de ma réalité du QI.

Et vos réflexions m'amènent d'autres questions.
Ce que montre le test, c'est en fait une capacité d'abstraction et une vitesse de traitement de l'information exceptionnelle, comment cela se traduit-il pour vous ?
Pour moi, il me semble que c'est une capacité d'adaptation hors norme, ce qui est bien pratique au quotidien, je dois le reconnaître.

Comment exploiter au maximum ce potentiel et en faire finalement une force ? Simplement avoir confiance en ses capacités ?
Mon parcours ne fait que débuter, j'ai un gros travail à faire en terme d'acceptation (de mes incapacités surtout) et de bienveillance avec moi même, je m'en rends compte !
"Aim for the moon. If you miss, you may hit a star" :*: :*: :*:

Avatar du membre
Sherlock_28
Messages : 64
Enregistré le : jeu. 16 févr. 2017 12:10
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8230.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : 221B Baker Street

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Sherlock_28 » lun. 25 juin 2018 10:51

Oui, Loch, il y a certes une part d'acquis, de connaissances, mais la quantité d'acquis, ta capacité à acquérir ces connaissances et la variété des domaines de connaissance concernés, sans parler de la rapidité à restituer et manipuler ces acquis font une énorme différence: et c'est là qu'on peut parler d'intelligence.
"Rejoice, rejoice, we have no choice but to carry on" Crosby, Stills, Nash and Young

Avatar du membre
lady space
Messages : 1994
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par lady space » lun. 25 juin 2018 14:24

Je crois que tu as déjà mentionné la clé, Loch : la bienveillance envers soi-même.

Dans la pratique, ça veut dire qu'il y a certes toujours quelqu'un qui en sait plus long que toi dans tel ou tel domaine, les fameux acquis dont tu parles par exemple, mais ça n'appelle pas la conclusion que tu ne sais rien. Ou, autrement dit, que tu ne serais pas intelligente. Et, dans ce contexte, je suis d'accord avec Sherlock : il ne faut pas négliger la capacité à acquérir des connaissances, qui n'est déjà pas la même pour un individu dont le QI se situe dans la grosse partie de la cloche que pour un surdoué, mais ce n'est qu'une partie de ce que l'on peut mettre derrière ce terme fourre-tout d'intelligence. Et je dirais que ce qui est mesuré par le test et là où nous faisons tache c'est justement dans la manière de manipuler ces connaissances, de les ressortir dans un autre contexte, le fameux "coq à l'âne" qui vient de la capacité à voir des similitudes là où la majorité des gens n'en voit pas (ou ma manie d'accorder le verbe avec la majorité, donc au singulier, là où la plupart des gens accorde avec les gens d'habitude, donc au pluriel, ou comment faire dans le jusqu'au-boutisme de la logique grammaticale ^^ ).

C'est très difficile de replacer le curseur à un niveau plus réaliste, plus équitable envers soi-même, quand on a eu l'habitude de ne voir que les points forts des autres toute sa vie et qu'on a dénigré ses propres points forts, pensant que tout le monde devait avoir les mêmes. C'est là aussi l'utilité du test, et ce quel qu'en soit le résultat : mettre le doigt sur des capacités dont on ne savait même pas qu'elles étaient là depuis toujours. Il y a un tas de détails à tirer au clair pour soi-même, à remettre en perspective, et ce n'est qu'après qu'il sera possible de faire coïncider le "savoir" du chiffre et le ressenti. Sauf que d'ici là, du moins selon mon expérience, tout cela aura perdu une grande partie de son importance.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Sherlock_28
Messages : 64
Enregistré le : jeu. 16 févr. 2017 12:10
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8230.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : 221B Baker Street

Re: ne pas se sentir THQI malgré le test ...

Message par Sherlock_28 » lun. 25 juin 2018 18:23

lady space a écrit :
lun. 25 juin 2018 14:24
Et, dans ce contexte, je suis d'accord avec Sherlock : il ne faut pas négliger la capacité à acquérir des connaissances, qui n'est déjà pas la même pour un individu dont le QI se situe dans la grosse partie de la cloche que pour un surdoué, mais ce n'est qu'une partie de ce que l'on peut mettre derrière ce terme fourre-tout d'intelligence. Et je dirais que ce qui est mesuré par le test et là où nous faisons tache c'est justement dans la manière de manipuler ces connaissances, de les ressortir dans un autre contexte, le fameux "coq à l'âne" qui vient de la capacité à voir des similitudes là où la majorité des gens n'en voit pas (ou ma manie d'accorder le verbe avec la majorité, donc au singulier, là où la plupart des gens accorde avec les gens d'habitude, donc au pluriel, ou comment faire dans le jusqu'au-boutisme de la logique grammaticale ^^ ).
Oui, Lady Space, merci de cette précision, il y a aussi la manière de manipuler ces connaissances , pas seulement la rapidité à les restituer et à les manipuler. Et j''ajouterais même , pour reprendre ce que tu dis sous un autre angle, qu'au-delà de la restitution dans un autre contexte, il y a cette capacité à trouver des idées, des solutions innovantes dans tous les domaines possibles et imaginables, chaque (T)HQI ayant ses propres domaines d'excellence. D'où, Loch, le sage conseil de bienveillance envers soi-même que Lady Space te prodigues.
"Rejoice, rejoice, we have no choice but to carry on" Crosby, Stills, Nash and Young

Répondre