Chronique du sexisme ordinaire

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?
Avatar du membre
Loupdessteppes
Messages : 74
Enregistré le : jeu. 11 avr. 2019 22:54
Présentation : Penser est un sport de combat
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : banlieue de Strasbourg
Âge : 73

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Loupdessteppes » ven. 17 mai 2019 19:59

TourneLune a écrit :
ven. 17 mai 2019 18:38
C'est ma vision de la liberté du lecteur.
Elle est très belle mais le forum a une ligne de conduite assez claire sur ce point, c'est un espace de discussion avec ses règles, pas un espace anarcho-libertaire, par construction.
viewtopic.php?f=3&t=6171
(J'avais déjà lu ça tu t'en doutes !)

1) Je ne fais pas de prosélytisme, ce serai antinomique, ni ici ni ailleurs, par contre oui, je répondais ironiquement à une attaque ad hominem sur la sanité de ma pensée. (Ça ne te gène pas les attaques ad hominem ?) Je puis néanmoins te garantir que je répondrai différemment si la situation se réprésente... J'adore apprendre, comme tu le sais déjà !
2) C'est bien pourquoi j'ai posé la question du HS, merci de l'avoir souligné !
3) Je continuerai à respecter tout lecteur, d'une manière qui n'a jamais eu aucun lien avec mes choix politiques, ni ici ni ailleurs. Tu me crois ou pas.
Hors-sujet
Pour la précision, quelqu'un a écrit que l'approche d'Ester Vilar est biologique (?). Ben non, elle est anthropologique et sociologique. Vous pouvez vérifier si vous ne me croyez pas.
Je me tais dorénavant sur ce sujet !
Penser est un sport de combat

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12632
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par TourneLune » ven. 17 mai 2019 20:51

Personne n'est obligé à se taire, on demande juste à ce que les règles du jeu soient respectées, quand bien même d'autres règles fonctionnent ailleurs.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Invité

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Invité » ven. 17 mai 2019 21:26

TourneLune a écrit :
ven. 17 mai 2019 09:24
Merci @spirit (Grabote, spirit répondait à une question que je posais et la réponse me semble plus marquante que les 12000stats qu'on pourrait imposer à la tête des gens qui n'ont rien demandé)
Spirit, tu le précises mais si je comprends bien, on utilise toujours officiellement le terme "suffrage universel" quand la moitie des gens n'ont pas le droit de vote pour des raisons purement sexistes...c'est "universel" quand c'est tous les hommes mais rien que les hommes et "juste les femmes" quand c'est tout le monde.
Au final il faudrait dire vote des hommes en 1789 et suffrage universel en 1944...
Ça, par contre, ça me semble grave et assez normal que les gamins aient du mal à s'y retrouver.
Que la situation à l'époque ait été déséquilibrée, c'est bien de l'expliquer mais on ne peut pas le changer. Par contre les mots qu'on utilise aujourd'hui on peut et on doit d'autant plus qu'ils sont pas seulement sexistes, ils sont faux.
@Tournelune tout à fait d'accord sur le principe, toujours une histoire de précision sur l'information et d'explication du vocabulaire.
Extrait des programmes officiels de cycle 3-
en Histoire
La phase de la Révolution qui va jusqu’à l’exécution de Louis XVI est donc marquée par
deux aspects contradictoires : d’une part, la formulation de principes démocratiques qui
vont devenir des références internationales. D’autre part, l’échec à construire un ordre
stable à partir de ces principes. Mais on ne peut en tirer l’opposition pure et simple entre
une « bonne » et une « mauvaise » phase de la Révolution. On peut considérer que la période
1792-1794 voit aussi s’exprimer des ambitions démocratiques qui, de fait, n’aboutiront pas
à court terme : suffrage universel, ambitions sociales, droit à l’enseignement pour tous,
abolition de l’esclavage dans les colonies françaises.

Napoléon Bonaparte pourra être présenté aux élèves en trois temps : le coup d’État du 18
Brumaire, évoqué à partir de représentations comme celles que l’on trouve sur le site des
musées nationaux pour montrer qu’il s’agit d’un général s’appuyant sur l’armée ; une carte
de l’Empire français en 1812, au maximum de son extension, qui peut faire comprendre la
politique de conquête et la politique dynastique de Napoléon (avec la place de sa fratrie) ;
des extraits du Code civil de 1804, sur lesquels on peut faire travailler les élèves dans la
perspective de l’EMC (sur l’égalité devant la loi, mais aussi le statut des femmes) et de l’étude
des textes fondateurs.

En EMC Education Morale et Civique
Les droits et les devoirs : de la personne, de l’élève,
du citoyen (initiation), la Déclaration des droits de
l’homme et du citoyen de 1789
Le droit de vote et le suffrage universel
L’égalité de droit entre les femmes et les hommes
La Convention internationale des droits de l’enfant


C'est tout à fait judicieux de recontextualiser les mots dans l'ensemble du discours écrit ou oral, par rapport à l'époque où ces mots ont été posés, etc...

Avatar du membre
Loupdessteppes
Messages : 74
Enregistré le : jeu. 11 avr. 2019 22:54
Présentation : Penser est un sport de combat
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : banlieue de Strasbourg
Âge : 73

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Loupdessteppes » sam. 18 mai 2019 01:09

TourneLune a écrit :
ven. 17 mai 2019 20:51
Personne n'est obligé à se taire
Je me suis effectivement mal exprimé : je n'ai juste plus rien à ajouter. :)
Penser est un sport de combat

En ligne
Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3918
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par madeleine » sam. 18 mai 2019 08:14

Grabote a écrit :
jeu. 16 mai 2019 21:50
C'est quoi le sujet du débat exactement ?
Je suis bien d'accord, je ne le vois plus non plus.

Je pense qu'on peut poser clairement qu'il n'y a aucun débat sur l'existence des violences faites aux femmes ni sur la nécessité de les combattre par tous les moyens.

Il n'y a aucun débat sur l'existence du sexisme.

La discussion peut et doit se faire autour des moyens mis en œuvre par chacun en fonction de son contexte, en fonction de sa perception, sans aucune vaine prétention à une vérité définitive ; et l'accès que cette discussion pacifique donne à différents points de vue, la possibilité de construire collectivement une démarche plus ample que celle d'un individu est la modeste et très relative richesse de ce forum.
C'est à cela que la modération est consacrée.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

En ligne
Avatar du membre
nemo
Messages : 577
Enregistré le : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : panda
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par nemo » dim. 19 mai 2019 18:03

Sur la question des moyens mis en œuvre, je vais pour ma part commencer à mieux choisir les histoires que je raconte à ma fille.

Florilège dans les 101 Dalmatiens (Vous identifierez vous-même le mâle et la femelle):
► Afficher le texte
► Afficher le texte
► Afficher le texte
► Afficher le texte
► Afficher le texte
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
Miss souris
Messages : 2197
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Miss souris » dim. 19 mai 2019 18:13

Hors-sujet
Bon, c'est clair : Perdita est une gourde inquiète qui comprend rien, heureusement qu'elle a Pongo dans sa vie, cet être sûr de lui, calme, qui la rassure. On peut compter sur Disney pour faire voler les stéréotypes en éclat... (en même temps, ce sont des chiens, donc rien à voir avec les humains ... :2deg :2deg :2deg )

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12632
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par TourneLune » dim. 19 mai 2019 18:53

En même temps, quel âge a ce dessin animé?
Et ça se passe comment dans les modernes?
Sans dire que tout est parfait, on a de plus en plus d'héroïnes filles qui n'ont besoin de personne ou presque. J'ai même envie de dire que de ma petite expérience cine télé, sur le production récente les dessins animés sont moins sexistes que les films (en tous cas dans ceux que j'ai vu récemment). Clairement ils préparent pour la plupart une autre génération et je trouve ça rassurant, d'Astérix à Vaiana en passant par Brave.
Même le super nul Ralf 2.0 (fin j'ai pas aimé mais j'ai quand même rigolé avec les coup des princesses en pyjama)


Petite anecdote: y a pas longtemps, je m'arrête déjeuner dans un "mie caline" et la télé tourne en boucle avec des clips.
J'en remarque un, un peu nunuche, avec un clip et un discours très féministe, etc... Sans transition la suite avec un gros black sur sa moto, qui arrive dans son garage avec plein de nanas court vêtus qui caressent le type, la moto, lui portent des affaires, bref le super cliché avec un arrière goût de vomi....
Et je me dis:
1 - qu'il y a du boulot quand on voit la visibilité qu'ont ce genre d'image
2 - à tous les coups le type à la programmation s'est bien marré à faire un tel enchaînement qui me semble ne pas devoir grand chose au hasard. Quelle tristesse....
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Grabote » lun. 20 mai 2019 08:21

C'est vrai que les derniers Disney ont complètement changé de catégorie, je crois qu'ils se sont rendu compte qu'il y avait des parts de marché à prendre du coté des filles :huhu: J'ai beaucoup aimé "Raiponce" que j'ai vu plusieurs fois (avec ma fille , je le regarde pas non plus toute seule en cachette :D ) il y a beaucoup d'humour sur les stéréotypes de genre , entre autre. Mais the best reste bien sur les Miyazaki , impeccable à tout point de vue (de mon point de vue) et parfait pour transmettre des valeurs, de justice, d'équité, d'entraide, d'écologie etc...
Loupdessteppes a écrit :
sam. 18 mai 2019 01:09
je n'ai juste plus rien à ajouter.
Ah bah, c'est bien dommage parce que j'aimerai beaucoup que tu nous dises ce que tu penses que les femmes pourraient-devraient faire pour "aider à remédier à la misère sexuelle des hommes pauvres" ?
J'aimerai bien savoir aussi pourquoi et comment les hommes (plus) riches semblent y échapper de ton point de vue ?
J'avoue que je suis un peu étonnée que tu n'aies pas l'air de te questionner sur "la misère sexuelle" des femmes (toutes classes confondues) dont il a fallu attendre le 21ème siècle pour découvrir la morphologie du clitoris et qui étaient soumises au devoir conjugal jusqu'a peu (sans parler du reste ).
Ni sur comment les hommes pourraient "aider à y remédier" le cas échéant :huhu:
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

En ligne
Avatar du membre
lady space
Messages : 2128
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 55

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par lady space » lun. 20 mai 2019 14:46

Loupdessteppes a écrit :
ven. 17 mai 2019 10:48

J'ai eu qu'une seule fois les fesses plautées par une femme dans le métro parisien, mais c'est vrai que ça m'a plutôt fait plaisir. Peut-être qu'à la 101iéme fois, j'aurais vu les choses autrement, c'est fort possible !

Quant au harcèlements envers les femmes, réel et effectif et dont je ne disconviendrai pas, je vous propose une piste de réflexion supplémentaire : la misère sexuelle des hommes pauvres ! (Quoique l'érotomanie ne soit pas un phénomène de classe sociale, à mon avis...) Si ça parait logique a d'aucun-e-s, alors que peuvent les femmes et les hommes pour aider à remédier à cet état de fait, à part s'exclamer, oui, me not too, ou not all women ? Ou d'envoyer chétiennement aux putes ceux qui en ont les moyens.
Je dois avouer que ces deux points m'intriguent aussi.

Donc, si je comprends bien, tu as trouvé plutôt plaisant le fait de te faire toucher aux fesses par une inconnue, étant donné que ce n'était qu'une seule fois. J'en prends note et je ne juge pas, étant donné que ton ressenti t'appartient et n'appelle aucun jugement.

Par contre, à mes yeux, toucher le corps d'autrui hors convention sociale (se faire la bise, examen médical p.ex.), et sans y avoir été invité, a fortiori à un endroit à connotation sexuelle, relève tout simplement d'une absence du respect le plus élémentaire dû à tout être humain - que ce soit une seule fois ou dix millions.

Et dans la même logique, je ne vois pas du tout en quoi une misère quelconque puisse autoriser qui que ce soit d'imposer la satisfaction de ses désirs à quiconque.

Si je comprends bien, la misère sexuelle des hommes pauvres (j'ai fait une petite recherche sur internet qui n'a rien donné de concluant - j'en suis donc livrée à donner ma propre définition de ce phénomène) résiderait dans le fait qu'ils n'ont pas les moyens de s'offrir les services d'une prostituée (ou bien ça inclut aussi la capacité à payer une bouffe à une meuf pour l'obliger à coucher ensuite ?) ? Auquel cas, le remède serait d'augmenter les salaires pour que tout le monde puisse se payer une pute ?!?!

On en resterait donc dans une vision complètement irrespectueuse, uniquement utilitaire de l'autre. Et je ne parle même pas de l'image de l'homme que cette approche véhicule : il y est dépeint comme quelqu'un dont la dignité serait subordonnée à la capacité à accomplir des actes sexuels en nombre suffisant. Sérieux ?

Je ne sais pas moi, mais à mon avis, qui n'engage que moi, n'est aucunement généralisable, bien entendu, et ne repose que sur ma propre réflexion, la solution pour remédier à toutes les misères sexuelles consiste peut-être à arrêter de surévaluer l'importance de la sexualité au détriment de tout le reste pour s'appliquer à traiter toutes les personnes avec le respect qui leur est dû, à les voir comme des êtres humains et non pas un amas de chair destiné à la satisfaction d'un désir quel qu'il soit. Remettre l'humanité au centre en gros.

Puis, traiter les gens avec respect est totalement gratuit. (et qui sait : une femme qui se sent respectée, écoutée, ressentira peut-être plus facilement du désir envers la personne qui l'aura respectée - 'fin je dis ça...)
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Holi
Messages : 533
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Holi » lun. 20 mai 2019 16:33

Loupdessteppes a écrit :
ven. 17 mai 2019 10:48
Quant au harcèlements envers les femmes, réel et effectif et dont je ne disconviendrai pas, je vous propose une piste de réflexion supplémentaire : la misère sexuelle des hommes pauvres ! (Quoique l'érotomanie ne soit pas un phénomène de classe sociale, à mon avis...) Si ça parait logique a d'aucun-e-s, alors que peuvent les femmes et les hommes pour aider à remédier à cet état de fait, à part s'exclamer, oui, me not too, ou not all women ? Ou d'envoyer chétiennement aux putes ceux qui en ont les moyens.
Est ce que j'ai bien compris ? Tu proposes une piste de réflexion supplémentaire sur le harcèlements des femmes, qui serait la misère sexuelle des hommes pauvres ?
Est ce que cette "misère sexuelle" ( expression que j'aimerais bien par ailleurs que tu développes) expliquerait (je n'ose pas penser justifierait) le harcèlement sexuel ?
Ne pas suivre les mouvements "me too" ou autres permettrait de remédier à la "misère sexuelle" ? :o
Est ce que tu es entrain de nous expliquer que ces pauvres hommes, avec toute leur "misère sexuelle", finissent bien malgré eux par harceler les femmes ou au mieux par aller voir des prostituées ?
Non, j'ai forcément mal compris.... :worried:
La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut l'atteindre coûte que coûte.
Marie Curie

Avatar du membre
Tamiri
Encyclopædia UniverChatlis
Messages : 498
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 21:43
Présentation : Ah? Bon.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Tamiri » lun. 20 mai 2019 21:08

Holi a écrit :
lun. 20 mai 2019 16:33
Est ce que j'ai bien compris ? Tu proposes une piste de réflexion supplémentaire sur le harcèlements des femmes, qui serait la misère sexuelle des hommes pauvres ?
Est ce que cette "misère sexuelle" ( expression que j'aimerais bien par ailleurs que tu développes) expliquerait (je n'ose pas penser justifierait) le harcèlement sexuel ?
Ne pas suivre les mouvements "me too" ou autres permettrait de remédier à la "misère sexuelle" ? :o
Est ce que tu es entrain de nous expliquer que ces pauvres hommes, avec toute leur "misère sexuelle", finissent bien malgré eux par harceler les femmes ou au mieux par aller voir des prostituées ?
Non, j'ai forcément mal compris.... :worried:
Je crains qu’il n’y ait un peu de ça, ce thème, avec celui des hommes que l’on maltraite « plus que jamais », ou du féminisme dissimulant une hétérophobie, étant un des classiques de la ligne « masculiniste ».
Or, si l’on s’en tient au sexisme, les points bien plus immédiats à relever quant aux problèmes affectant plus spécialement les hommes ne sont pourtant pas difficiles à trouver, à commencer par la difficulté à faire disparaître le versant « masculin » des clichés éducatifs. Ces enjeux-là n’entrent absolument pas en contradiction avec le féminisme, bien au contraire, c’est un ensemble cohérent.
L’auteur des déclarations que vous interrogez ayant revendiqué à plusieurs reprise le droit d’affirmer sans devoir justifier, nous avons sans-doute gagné le droit concomitant d’ignorer ce détail trollistique de l’histoire du topic.

En ligne
Avatar du membre
lady space
Messages : 2128
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 55

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par lady space » mar. 21 mai 2019 09:25

En fait, ce détail n'est pas si trollistique que ça, je trouve.

Mis bout à bout avec quelques autres points, je trouve que ça en dit long sur l'image que certains hommes doivent avoir d'eux-mêmes et qui, à la limite, n'a pas grand chose d'humain.

Je m'explique : prenons l'exemple des "frotteurs du métro", les types qui frottent leur sexe, ni vu ni connu, contre les femmes qui ont le malheur d'être coincées à côté d'eux dans les transports. La différence avec les petits chiens en rut qui se frottent contre toutes les jambes auxquelles ils ont accès n'est pas énorme, si toutefois il y en a une. Sauf que les hommes sont censés disposer d'une capacité à réfléchir qui devrait leur permettre d'identifier un comportement purement animal et de s'en abstenir. Je trouve effarant le manque d'amour propre, le peu de dignité qu'ils s'accordent à eux-mêmes, en cédant à leurs pulsions de la sorte.

Le même problème se retrouve partout : les femmes musulmanes doivent cacher au moins leurs cheveux, sinon leurs corps, si possible leurs visages aussi, pour ne surtout pas risquer de déclencher un comportement irréfléchi chez un homme, que l'on considère donc d'entrée de jeu incapable de résister à la moindre tentation. Sans parler du fameux argument "elle l'avait bien cherché avec sa minijupe" - encore une fois le même topo : l'homme étant incapable de maîtriser ses pulsions, c'est à la femme de ne pas en provoquer.

À mes yeux, c'est juste le monde à l'envers. Ce qu'il faut, c'est un sursaut d'orgueil de la part de ce type d'hommes. À eux de revendiquer leur humanité en apprenant à se maîtriser. Ils devraient valoir mieux quand même que d'adopter un comportement de clébard!

Je ne sais pas si c'est à ça que tu pensais, Tamiri, mais à mon avis, ce changement d'optique devrait effectivement passer par l'éducation aussi. Et là, on est mal partis parce que la société de consommation prône la satisfaction immédiate partout, les relents de l'idéologie soixante-huitarde mal comprise font que beaucoup de parents ne savent pas apprendre à gérer des frustrations inévitables à leurs enfants.

Seulement, tout cela ne dispense pas une personne adulte de s'éduquer elle-même, d'apprendre de son propre chef ce qui n'a pas été appris durant son enfance.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Chuchumuchu
Messages : 53
Enregistré le : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 26

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Chuchumuchu » mar. 21 mai 2019 16:57

Comme le dit Tamiri, cette histoire de misère sexuelle est effectivement un argument récurrent des masculinistes. Il y a même un nom pour les militants de cette cause : les incels (involuntary celibacy, les célibataires involontaires), la page Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Incel . L'usage d'expressions comme "la guerre des sexes" est aussi très connoté mascu.

Deux documents intéressants sur les masculinistes :
- Dans mon tiroir, Le masculinisme ( https://dansmontiroir.wordpress.com/201 ... culinisme/ ). C'est une courte BD sur le masculinisme et ses modes d'actions qui peut être un bon préambule.
- BLAIS, Mélissa, SPORENDA, Francine, Révolution féministe, LE TANGO CONFLICTUEL : comment le masculinisme accompagne les avancées féministes ( https://revolutionfeministe.wordpress.c ... eministes/ )

La BD de "Dans mon tiroir" a beau être sympa, j'ai eu un coup de cœur pour l'article, il est très complet et met le sexisme en relation avec le racisme.
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12632
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par TourneLune » mar. 21 mai 2019 18:41

On en a déjà parlé par ailleurs et il me semble qu'on sort là complètement du sexisme ordinaire pour s'intéresser à de gros blaireaux. A part dire qu'ils sont très cons, je ne vois pas trop quoi en dire. C'est surement bien de savoir que ça existe, comme il existe de gros racistes mais après bah il me semblait que justement l'objet du sujet c'était de s'intéresser aux gens et aux actes "ordinaires", et ils ne me semblent pas qu'on puisse dire qu'ils le soient.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Roland
Messages : 135
Enregistré le : mer. 8 mai 2019 21:43
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 42

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Roland » mar. 21 mai 2019 19:47

Definition Ordinaire :
Conforme à l'ordre normal, habituel des choses

Je ne sais pas si il faut élever les enfants de manière ordinaire pour enrailler le sexisme ! Je fais donc à ma façon : J'ai plus de femmes à la maison que d'homme ( zut cela peut également être mal interprété ).

Cordialement

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12632
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par TourneLune » mar. 21 mai 2019 20:11

@Roland , je ne comprends pas le lien, ni avec le sujet du topic ni avec les messages précédents?

Je rappelle le message de Grabote, même si ça vient d'être fait il y a peu:
Une tribune pour raconter les petits actes sexistes que vous observez dans votre comportement ou dans celui des autres.
L'idée n'est pas de se défouler émotionnellement, si besoin utilisez plutôt MonRde, mais plutôt de développer une attention sur le sujet.

[...]

Mon intention n'est pas de stigmatiser ces comportements qu'il me semble que nous avons tous à un moment ou un autre,
mais justement d'augmenter notre conscience de la façon dont chacun.e participe subtilement à la reproduction d'une organisation sociale inégalitaire.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Roland
Messages : 135
Enregistré le : mer. 8 mai 2019 21:43
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 42

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Roland » mar. 21 mai 2019 21:09

Sous des couverts d'humour, histoire d'alléger un peu l'ambiance de ce fil de discussion, il me paraissait important de souligner le mot "Ordinaire" .
il me semblait que justement l'objet du sujet c'était de s'intéresser aux gens et aux actes "ordinaires", et ils ne me semblent pas qu'on puisse dire qu'ils le soient.
Je trouvais aussi intéressant de mettre en miroir la société et la famille afin de faire un pas de coté dans le traitement de ce sujet.

Le sexisme au sein d'une famille, la famille étant une sous partie de la société, peut être révélateur de l'aspect "Ordinaire".

J’espère avoir répondu à ta triple interrogation concernant le lien entre mon post et le tien, ainsi qu'avec le sujet de ce fil et enfin avec les messages précédents .

Cordialement Roland

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12632
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par TourneLune » mar. 21 mai 2019 21:21

Toujours pas trop avec le mien, je répondais à Chuchumuchu, mais en plein dans le sujet par contre ;)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Proxima
Messages : 563
Enregistré le : mar. 2 oct. 2018 19:23
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Proxima » mar. 21 mai 2019 22:39

Dans ce cas, est-il envisageable de créer un nouveau fil de discution libre sur le sexisme en général ?

Chuchumuchu
Messages : 53
Enregistré le : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 26

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Chuchumuchu » mer. 22 mai 2019 11:36

@TourneLune Oui, les masculinistes sont loin de représenter une norme, toutefois il peut être intéressant de les connaître parce que leurs arguments sont relativement communs dans la sphère public, sans que les gens sachent particulièrement d'où viennent ces arguments. Si on considère que les féministes ont une influence sur la société, alors les masculinistes en on une également (un peu comme l'extrême droite a une influence aussi sur la société). Eric Zemmour et Raphael Enthoven se font par exemple régulièrement les relais de paroles masculinistes, et ils ont tout de même une certaine audience.

Par contre oui, si le sujet de ce topic c'est uniquement les témoignages du sexisme dans la vie ordinaire, alors, comme le propose @Proxima , il serait intéressant de considérer soit d'élargir ce topic, soit d'en créer un autre moins ciblé.

Pour l'apport de @Roland , je ne sais pas si j'ai bien compris, mais à l'heure actuelle, le sexisme est "ordinaire", en cela qu'il est facile d'en rencontrer, tant dans l'espace privé que dans l'espace public. Et sa fréquence amène les gens à penser qu'il est "normal" ou en tout cas inéluctable. Dans ce cadre effectivement, si on éduque ses enfants de manière "normale", seront-ils véritablement éduqué.es de manière à court-circuiter les stéréotypes de genre ? Par exemple, encore à l'heure actuelle, on offre des jouets roses aux petites filles et des jouets bleus aux petits garçons : c'est "normal", mais stéréotypé.
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)

Roland
Messages : 135
Enregistré le : mer. 8 mai 2019 21:43
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 42

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Roland » mer. 22 mai 2019 12:44

@Chuchumuchu Tu as parfaitement reformulé ce que suggérait mon trait. Merci

Avatar du membre
Holi
Messages : 533
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Holi » mer. 22 mai 2019 14:00

TourneLune a écrit :
mar. 21 mai 2019 18:41
On en a déjà parlé par ailleurs et il me semble qu'on sort là complètement du sexisme ordinaire pour s'intéresser à de gros blaireaux. A part dire qu'ils sont très cons, je ne vois pas trop quoi en dire. C'est surement bien de savoir que ça existe, comme il existe de gros racistes mais après bah il me semblait que justement l'objet du sujet c'était de s'intéresser aux gens et aux actes "ordinaires", et ils ne me semblent pas qu'on puisse dire qu'ils le soient.
Il a déjà été proposé par ailleurs d'ouvrir un nouveau fil si celui ci s'éloigne trop de la demande initiale de Grabote, je n'y reviendrais pas, mais il me semble qu'on ne peut pas simplement ignorer de tels propos en les attribuant juste à "de gros blaireaux", vraiment trop cons !
Comme le disait @Roland et @Chuchumuchu je crois que ce genre de sexisme n'est malheureusement pas si extra ordinaire... Et que laisser passer parce qu'on préfère ne pas relever n'est pas la bonne option.
Je crois à l'inverse qu'il est important de signaler qu'on a constaté des propos irrecevables, injustifiables, d'autant plus de la part d'un homme qui se présente comme défenseur du féminisme ! :@
lady space a écrit :
mar. 21 mai 2019 09:25

En fait, ce détail n'est pas si trollistique que ça, je trouve.

Mis bout à bout avec quelques autres points, je trouve que ça en dit long sur l'image que certains hommes doivent avoir d'eux-mêmes et qui, à la limite, n'a pas grand chose d'humain.

Je m'explique : prenons l'exemple des "frotteurs du métro", les types qui frottent leur sexe, ni vu ni connu, contre les femmes qui ont le malheur d'être coincées à côté d'eux dans les transports. La différence avec les petits chiens en rut qui se frottent contre toutes les jambes auxquelles ils ont accès n'est pas énorme, si toutefois il y en a une. Sauf que les hommes sont censés disposer d'une capacité à réfléchir qui devrait leur permettre d'identifier un comportement purement animal et de s'en abstenir. Je trouve effarant le manque d'amour propre, le peu de dignité qu'ils s'accordent à eux-mêmes, en cédant à leurs pulsions de la sorte.

Le même problème se retrouve partout : les femmes musulmanes doivent cacher au moins leurs cheveux, sinon leurs corps, si possible leurs visages aussi, pour ne surtout pas risquer de déclencher un comportement irréfléchi chez un homme, que l'on considère donc d'entrée de jeu incapable de résister à la moindre tentation. Sans parler du fameux argument "elle l'avait bien cherché avec sa minijupe" - encore une fois le même topo : l'homme étant incapable de maîtriser ses pulsions, c'est à la femme de ne pas en provoquer.

À mes yeux, c'est juste le monde à l'envers. Ce qu'il faut, c'est un sursaut d'orgueil de la part de ce type d'hommes. À eux de revendiquer leur humanité en apprenant à se maîtriser. Ils devraient valoir mieux quand même que d'adopter un comportement de clébard!
Effectivement tous ces éléments créent une ambiance générale, une espèce de "tolérance" à laquelle on s'habitue... C'est en cela que je pense que nous sommes dans du sexisme ordinaire.
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une position féministe, mais plutôt humaniste, du respect de l'Homme avec "H" individu masculin ou féminin. Une réaction totalement animale et incontrôlée, voire valorisée, qui n'a pour finalité que d'assouvir l'autre est tout de même un manque de respect flagrant.
Que pour respecter l'autre il faut se respecter soi même et l'image que l'on a de soi, se voient ils comme des clébards en rut ?
Comment aujourd'hui certains hommes peuvent ils s'imaginer être au dessus de l'autre moitié de l'humanité, qui plus est avec ce genre de comportement ?
La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut l'atteindre coûte que coûte.
Marie Curie

Avatar du membre
Proxima
Messages : 563
Enregistré le : mar. 2 oct. 2018 19:23
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par Proxima » mer. 22 mai 2019 14:07

Attention, je ne crois pas avoir lu une quelquonque justification. J'ai l'impression qu'il y a une confusion entre une tentative d'explication d'un comportement, et une justification. Ce sont deux choses complétement différentes.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12632
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Message par TourneLune » mer. 22 mai 2019 16:16

Je pense qu'on a jamais interdit à qui que ce soit d'ouvrir un sujet. Évidemment c'est pas simple si on veut rester dans l'esprit de discussion du forum, si ça tourne en tribune et en hauts cris, ce sera évidemment modéré. Donc ça demande un peu de temps et de réflexion si on veut en faire quelque chose de constructif et pas juste un relais de sites féministes. (C'est pas le lieu)

Maintenant vous attendez quoi? Qu'on le fasse nous?
Qu'on donne notre bénédiction? A titre personnel, je pense qu'il y a 80% de chances pour que ça nous donnent surtout bcp de boulot pour garder la discussion et l'échange possible en évitant la foire d'empoigne et les enfoncages de portes ouvertes... C'est pas une raison pour ne pas le faire.
Si vous pensez pouvoir en dégager une réflexion, il faut le faire et pas besoin de la benediction de qui que ce soit. Y a quand même des sujets autrement plus touchy que le féminisme ici...

Si on pense qu'on doit intervenir on interviendra, faut pas non plus en faire une affaire perso. On essaie de garder une forme à l'ensemble mais personne n'est jamais mort d'une remarque de la modération je pense ;)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Répondre