Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Répondre
Babayaga
Messages : 18
Enregistré le : sam. 9 mars 2019 14:10
Profil : En questionnement
Test : NON

Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Babayaga » lun. 18 mars 2019 20:37

Bonjour,

1e post hors présentation sur ce forum.

J'ai 28 ans, un certain nombre de difficultés dans ma vie professionnelle, affective, personnelle. Bref, je suis un adulte fragile, solitaire, maladroit, fatiguant, loin du charismatique charmeur que j'aurai aimé être.

Je me suis soudainement rappelé, au cours d'une dispute avec ma compagne liée à mes difficultés à faire des choses pourtant très simples, avoir rencontré une psychologue pour un test de QI quand j'étais en CM. Et j'ai eu l'impression qu'elle m'avait diagnostiqué HP à l'époque.

Grosse révélation pour ma compagne et moi-même. Gros progrès dans notre couple. J'ai pu mettre une explication ad hoc à toutes les difficultés que je rencontrais : l'émotivité, la timidité, l'empathie, la fatigue, les conduites addictives, la logorrhée, la maladresse... Ma compagne s'est mise à être beaucoup plus compréhensive sur tous les points de ma personnalité qui l'exaspéraient au point de risquer la séparation...

MAIS je me pose la question : entre 15 et 20 ans après, que vaut un souvenir revenu subitement en mémoire alors que c'était complètement chassé de mon esprit pendant tout ce temps ? Serait-ce possible que je ne me sois constitué qu'une excuse pratique à mes faiblesses ? A la lecture d'un premier ouvrage sur le sujet*, je me dis : et si c'était un vulgaire effet barnum ? Et puis, je suis curieux, mais brillant... bof bof ! Disons que j'ai eu mon bac sans bosser, mais une analyse sociologique sur fond de reproduction sociale suffit à expliquer ces succès modestes (coucou Bourdieu).

Parce que qu'après tout, est-ce normal, si le diagnostic a été posé, que mes parents n'aient gardé aucun document ni vraiment beaucoup de souvenirs de celui-ci ? Et que rien n'ai été mis en place en accompagnement ou autre, alors même que j'ai été un adolescent sujet à des sautes d'humeur (violentes) puis un jeune adulte sujet aux conduites addictives auto-destructives ?

Bref, en gros, si jamais c'est un faux souvenir combiné à un effet barnum, est-ce raisonnable de vouloir vérifier si je suis bien concerné par la douance, ou vaut-il mieux rester à penser que je le suis, au risque de me tromper ? Après tout, si jamais ce n'est pas ça, je ne redeviendrai qu'un vulgaire feignant toxico menteur égoïste à tendance cyclothymique :D Imaginez la déception ! Retour à la case départ, avec un faux espoir, retour à l'errance et à la médecine...

J'imagine que ces questions ont été déjà posées de nombreuses fois, et c'est entre autre un post très intéressant à ce sujet en forme presque de FAQ de la "douance en auto-diagnostic" et de ses travers qui me fait ruminer toutes ces questions... Si certains se reconnaissent, ont des conseils, ou quoi que ce soit, je suis preneur ! Merci !


*"Etre un adulte surdoué", de Cécile Bost, un bouquin qui me semblait sérieux et dans lequel je me reconnaissais en un certain nombre de points, mais dont la partie que j'attendais le plus (comment aller mieux et vivre avec ça) m'a profondément déçue : un gloubiboulga de méthodes non scientifiques à base de sophrologie fleurs de bach homéo etc. Rien de bien utile pour un esprit sceptique :grin:

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2578
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 36

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Napirisha » lun. 18 mars 2019 21:03

Au risque de faire écrouler ton explication, la douance à elle seule n'est pas suffisante pour expliquer un mal être, même si bon nombre d'entre nous ont creusé cette piste suite à des problèmes personnels ou professionnels. A priori, les surdoués ne vont pas plus mal que le reste de la population.
Cela dit, l'intérêt du test, me semble-t-il, ce n'est pas de cocher une case oui ou non, c'est de mieux comprendre comment on fonctionne, et éventuellement ce qui dans ce fonctionnement est éloigné de la moyenne. Et pour ça, une vague souvenir ne t'avancera pas beaucoup, même si c'est intéressant de savoir que cette question là avait été posée...
Les conduites addictives, surdoué ou pas c'est un souci. Les sautés d'humeur, surdoué ou pas c'est mieux quand on les comprend et qu'on arrive à ne pas trop les faire subir à l'entourage. Bref, le diagnostic de performance intellectuelle, c'est un outil parmi d'autres. Mais si tu penses que c'est un outil dont tu as besoin pour avancer, et tu es le seul à pouvoir savoir, alors je dirais que ça mérite de partir sur une base solide, ne serait ce que pour éviter les remises en cause par la suite :)
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 949
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Unesoprano » lun. 18 mars 2019 21:23

Concernant la question de l’accompagnement qui n’a pas eu lieu à l’adolescence, diagnostic hp ou pas, je pense que cela peut toucher aussi à la dynamique relationnelle familiale générale, comment est pris en charge (ou pas) un problème ou un questionnement qui émerge. Est il évité ? Ignoré?

Mais après il y a soi, comment on réagit à tout cela, les choix que l’on pose. Nos ressources. Napirisha a très bien parlé de ce plus que peut peut-être t’apporter le test. Es-tu suivi pour tes conduites addictives et ce que ta fragilité (pour reprendre tes mots) engendre? Qu’en pensent les personnes qui t’encadrent ou te suivent?
Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. Françis Picabia

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 304
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Dicizit » mar. 19 mars 2019 12:14

Point de détail:
Si tu as passé un WISC en CM à l'école il est fort possible que tes parents n'aient eu qu'un compte-rendu oral. Certains psy scolaires se refusent à donner un bilan écrit, le pourquoi du comment m'échappe. ( ah,si, faut rédiger , c'est fatigant? 8o ) .

D'autre part, il y a 20 ans, avoir un enfant déclaré surdoué, c'est pas un truc que l'on crie forcément sur les toits. Chut! On le garde pour nous, on va surtout pas se démarquer...et puis on finit par oublier tout simplement. Pour les parents, surdoué ou pas, il s'agit du même enfant qu'avant le diagnostic.

Tu ne peux pas leur demander? Et dans ton école d'alors? On trouve parfois des archives qui remontent loin...
Ça me semble en tous cas assez improbable que tu aies inventé ce souvenir.

Babayaga
Messages : 18
Enregistré le : sam. 9 mars 2019 14:10
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Babayaga » mar. 19 mars 2019 17:18

Bonjour et merci pour vos réponses éclairantes.

Napirisha, tu parles des HP qui ne sont pas plus mal que les autres. Mais peut-être pour ceux qui savent qui le sont ? Le fait de l'ignorer, et de juste subir un décalage et une gêne, ne peuvent-ils pas justement engendrer un mal-être qui n'aurait pas existé en connaissance de cause ? Un peu à la façon des obscurus dans The Wizard World, si j'ose dire. Parce que ce passage devant une psy, je l'avais absolument et complètement oublié jusqu'à ce qu'il me revienne subitement à la surface.

Du coup, les ouvrages présentant les adultes HP comme fragiles, sujets aux sautes d'humeur, aux conduites addictives, ils surfent sur un effet Barnum pour flatter le melon des gens malheureux, qui veulent forcément aller mieux, et en le lisant pourront s'identifier à une étiquette plus valorisante que dépressif/bipolaire/toxico/personne qui manque de volonté ?


Sinon le test a été passé en CMP, donc service public officiel etc. J'ai passé le pas, j'ai écrit un courrier pour récupérer le dossier, quitte à être déçu. Je suis certain d'être passé faire les tests. Ce que j'ai inventé, peut-être, c'est plutôt le diagnostic. La psy ne l'a peut-être jamais posé, ce qui explique l'absence de suivi et autres.

Et en effet, dans la famille, les sentiments, c'était plutôt du domaine du tabou. Un câlin dans la fratrie relève du domaine de la SF, et parler de sexualité provoquerait une gêne assourdissante :D. Je pense que si effectivement la psy a dit que j'étais surdoué, ça a simplement été interprété comme une chance pour mon avenir, épicétou, hop on passe à autre chose.

Sinon, je suis effectivement suivi en CSAPA, depuis de nombreuses années. J'ai fait des progrès. Aujourd'hui, j'ai un traitement qui me stabilise à peu prêt dans mes consos, mais au niveau psychologique, ça n'avançait pas, ça tournait en rond, la psy évoquait de possibles troubles de l'humeur sans trop y croire, j'ai eu des anti-dépresseurs inutiles, j'ai failli être mis sous cyclothymique également. Et j'ai pu parler et à mon addictologue et à ma psy du CSAPA de ce souvenir d'avoir été diagnostiqué HP. Ils n'ont pas été surpris ni choqué, et m'ont semblé agréablement surpris de ce net progrès dans mes démarches. Tout en me disant clairement que même si ça peut donner une clé pour déchiffrer des choses, ça ne règlerait pas la chimie que j'ai mis en place au fil des années dans mes pauvres synapses ni mes réflexes acquis de régler immédiatement les émotions négatives. C'est ma psy qui m'a conseillé de demander mon dossier au CMP si je le voulais, et de pourquoi pas refaire un test, tout en disant que c'était tout frais et qu'il fallait que je prenne du temps avant de savoir si je voulais vraiment être fixé ou non... Et, très sympa et très pro de sa part, elle m'a dit qu'elle se renseignerait sur le sujet, car son domaine c'est plutôt l'addiction pure et dure.

J'espère pas être trop impudique. En face à face, c'est vrai que je suis beaucoup moins loquace sur mon passé et mon présent, j'ai plutôt honte de mes faiblesses et de mes sentiments... Si besoin, je peux éditer le message (j'ai d'ailleurs retiré des détails qui ne feront certainement pas avancer le schmilblick, peut-être par excès de pudeur, mais bon...)

Youpla
Messages : 218
Enregistré le : sam. 8 déc. 2018 00:50
Présentation : boum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Youpla » mar. 19 mars 2019 18:18

Personnellement, je ne trouve pas que tu sois impudique et ton parcours est très intéressant et atypique (et même mystérieux avec ce diagnostic perdu vieux de 20 ans !).

Pour les personnes HP qui ne vont pas plus mal que les autres, ça n'est pas forcément parce qu'elles auraient été testées et pourraient ainsi s'accepter en toute connaissance de cause.
Mais parce qu'une grande partie des HP n'ont pas de problème particulier, pas de sentiment de décalage plus gros que n'importe quel quidam, pas de problème relationnel prononcé etc. Et ne se font pas tester car ils ne consultent pas parce qu'ils vont bien !

Ceux qui parlent de leurs problèmes et les lient à leur surdouement sont ceux qui sont testés et pour une grande partie, ceux qui ont eu des problèmes et ont eu besoin de consulter pour tenter de les surmonter... D'où le biais !

Babayaga
Messages : 18
Enregistré le : sam. 9 mars 2019 14:10
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Babayaga » mar. 19 mars 2019 18:45

Haaaa mais ça tombe sous le sens quand c'est dit : c'est une sorte d'effet cigogne qui donne l'impression qu'être HP fait souffrir, parce que les HP qui vont bien n'ont, ça va de soi, aucun besoin de consulter. Très intéressant comme point que tu soulignes ! Et effectivement ce serait un sujet d'étude sociologique intéressant de creuser la face cachée de l'iceberg de la douance, où seuls les plus malheureux émergent à la surface visible.

Du coup, se pose la question de l'honnêteté des ouvrages consacrés à la douance, la liant à toute sorte de problème. Peut-être est-ce le même filon commercial du "bien-être" et du développement personnel que tous les ouvrages qu'on voit fleurir en tête de gondole, avec toute cette philosophie du "pour être heureux, soyez heureux"...


PS : je viens de lire ta présentation Youpla, tu ne m'en sembles qu'encore plus sympathique car nos parcours ont quelques petites similitudes :-)

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Rianne » mar. 19 mars 2019 19:32

Le marketing de la douance... rhalalala
Il me semble que ca marque d'être diag HPI, quelque soit l'âge. Donc c'est peut être pour ca que ca t'as marqué mais en même temps ca marque aussi autant l'entourage et particulièrement les parents donc compliqué ton histoire :p

Babayaga
Messages : 18
Enregistré le : sam. 9 mars 2019 14:10
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Babayaga » mar. 19 mars 2019 19:58

Après, en terme de marquage, on a vu pire hein, j'ai mis presque 20 ans avant de m'en rappeler, quand à mes parents, ils se rappellent de moins de choses que moi encore !

EDIT : Et c'est justement le peu de souvenirs autour de cet "évènement" qui me fait penser que peut-être, les tests étaient négatifs, ou du moins n'ont rien remarqué de significatif. J'ai le souvenir de la psychologue, blonde, cheveux lisses, lunettes sévères, je me rappelle des tests, certains chronométrés, d'autres avec des objets à assembler, ou des suites dont il fallait deviner un morceau logique. Mais pour le bilan... je crois me rappeler qu'on m'a parlé de capacités très hétérogènes selon les domaines, de douance, mais bon après toutes les années.... Enfin peu importe, j'ai demandé à récupérer mon dossier, je serai fixé dès que l'établissement aura réagi à ma demande :D les dés sont jetés !

Youpla
Messages : 218
Enregistré le : sam. 8 déc. 2018 00:50
Présentation : boum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Youpla » mar. 19 mars 2019 22:41

Le biais des HP qui consultent, c'est le gros problème des études en général sur les HP.
Parce que si on veut tirer des conclusions un peu étayées sur les HP, on a besoin d'un échantillon représentatif.
C'est là que la galère commence !
Les diagnostiqués, c'est ceux qui vont mal (pour caricaturer hein :P ), du coup, pas très représentatif l'échantillon.
Alors il y a tout un tas de façons de faire, plus ou moins acceptables.

Ça :

https://www.youtube.com/watch?v=OlLvLE_Cy6I

c'est un lien que m'a envoyé ma psy quand, après la dernière séance, je ressortais assez dépitée lui ayant dit que le diagnostic ne servait à rien si aucune étude scientifique sérieuse n'existait sur les traits communs aux HP. Je n'apprendrais rien de nouveau sur moi, n'aurait aucune piste nouvelle à explorer...

Ça explique, au début de la vidéo je crois, les problèmes pour l'échantillonnage.
Toute la vidéo est très intéressante je trouve et j'aime le positionnement très scrupuleux de Nicolas Gauvrit.
Je n'ai pas cherché mais j'imagine que cette conférence doit déjà être présente quelque part sur le forum...

Ps : Merci pour la sympathie :$ mais ce n'est pas moi qui ai eu l'idée de ce biais d'échantillonnage.
Re PS : Tu m'intrigues avec nos quelques petites similitudes de parcours...

Babayaga
Messages : 18
Enregistré le : sam. 9 mars 2019 14:10
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Babayaga » lun. 25 mars 2019 15:23

Nicolas Gauvrit, il va falloir que je prenne le temps de m'intéresser à ce personnage. Il a l'air de ressortir comme un des tenants de l'esprit critique et de la science dans la nébuleuse HP.

Je découvre le milieu, je me rends compte qu'il y a un gros marketing bien-être & développement personnel sur le sujet, avec pleins de croyances qui ont l'air solidement établies... Moi qui me revendique de l'esprit critique, j'ai d'ailleurs plongé à deux pieds dans le biais de confirmation : à la lecture d'un ouvrage, je me disais "Bon, ça doit être vraiment vrai, ça m'arrive tout le temps. Mais c'est quand même dommage qu'elle ne cite pas ses sources". Ce sont les méthodes pour aller mieux qui ont éveillé mes soupçons : une soupe de pseudo-sciences et de placebos.

Formidable... Comme quoi nul n'est à l'abri de se faire piéger à condition qu'on flatte son égo et qu'on le déculpabilise assez.

Bon, désolé pour les délais de réponse. Je ne suis ni assidu, ni très disponible, et puis je suis plein de questionnements et de remises en question sur vous/nous/moi et le reste.

PS : je t'enverrai un MP :)

Avatar du membre
soazic
Messages : 1528
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par soazic » lun. 25 mars 2019 22:59

le debat heureux /malheureux parce que oui/non /peut être est en train de prendre énormément de place sur les réseaux avec deux clans qui s'opposent, et la douance qui se perd dans la stratosphère, et c'est bien dommage je trouve. Pour être du côté soignant et soigné, je remarque des points qui convergent, concernant le décalage, le harcèlement, les conduite addictives et la douance. Rien de théorique là dedans, juste des observations, pas d'effet Barnum, des questionnements . Un jeune homme (detecté) qui m'a déclaré prendre du cannabis pour éteindre son cerveau qui va trop vite et trop loin au point que s'en est une souffrance il y a quelques mois, une jeune fille anorexique et detectée, un plus âgé harcelé au point de finir en phobie sociale, mes filles qui ont souffert de harcèlement -l'âinée en particulier perçue comme différente ," intello", et j'en passe (alors qu'elle était juste elle-même)-, qui supportent très mal l'agressivité qui scolairement les entoure. Et de mon côté un sentiment d'être en décalage dont j'avais conscience dès mon plus jeune âge, l'impression de venir d'une autre planète et de ne rien comprendre au fonctionnement attendu . Plus ça va, plus je trouve des exemples, mais aussi des théories variées, comme quoi le mal être viendrait de l' éducatif par exemple (lu ce jour). Bref. Plus on avance, moins on sait j'ai l'impression...

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12591
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Birthday
Âge : 40

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par TourneLune » lun. 25 mars 2019 23:30

Ben oui mais tu évolues dans un milieu où il y a forcément un biais. Que certains surdoués vont mal, c'est certain. Peut être même qu'ils le font mieux que les autres et avec plus d'intensité. De là à en déduire que les surdoués vont plus mal que les autres ...

On reste sans trop de nouvelles de ceux qui vont bien et vivent leur vie sans l'aide des professionnels du soin....
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
soazic
Messages : 1528
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par soazic » lun. 25 mars 2019 23:35

oui, je suis dans le biais ;-) , je ne comprends pas pourquoi les pros ne s'écoutent pas les uns les autres alors que dans l'absolu chacun est dans le vrai je pense, je lis beaucoup d'avis trop tranchés qui ne sont pas en lien avec la réalité vécue. Il n'y a pas qu'une réalité pour moi mais plusieurs.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12591
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Birthday
Âge : 40

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par TourneLune » lun. 25 mars 2019 23:46

Je te rejoins dans le sens où pour celui qui est en souffrance, ça ne fait pas grande différence que la majorité aille bien et que ce qui est valable au niveau des "populations" et des grand nombre n'a pas forcément beaucoup d'utilité pour l'individu, qui est un cas particulier.
Et que si tout ce monde écoutait l'autre au lieu de chercher à convaincre à tout prix, on pourrait présenter un tableau autrement plus juste, crédible et nuancé que juste le surdoué maudit ou le surdoué chanceux.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3835
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par madeleine » mar. 26 mars 2019 07:25

Le surdoué ordinaire, quoi :)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Babayaga
Messages : 18
Enregistré le : sam. 9 mars 2019 14:10
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Que vaut un souvenir de diagnostic de près de 20 ans?

Message par Babayaga » dim. 14 avr. 2019 20:00

Je reviens avec un dossier récupéré et un Wisc, passé en fait à 12 ans et demi, plus tard que ce que je pensais. J'ai déserté le forum entre temps.

Un profil très éclaté comme je pensais bien me rappeler : 143 en QIV et 108 en QIP. Mais franchement, à la lecture du dossier, je pense avoir eu une psy assez incompétente. Donc pas grand chose à en sortir, rien de bien concluant. Tant pis, un coup pour rien.

Répondre