Ces mots qui vous touchent...

Le lieu de Culture, comme le titre de la rubrique l'indique. Ici il s'agira d'Oeuvres et d'Auteurs du vaste paysage culturel. Textes, photos, vidéos...
Rappelons que vos propres créations ont leur lieu consacré!
Répondre
Avatar du membre
VictorMenard
Messages : 477
Enregistré le : ven. 15 sept. 2017 10:32
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8807.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 50

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par VictorMenard » lun. 5 mars 2018 16:28

enufsed a écrit :
ven. 2 mars 2018 22:35
J'avais une discussion récemment au sujet des voyages, je n'arrivais pas à définir pourquoi j'avais un sentiment mélangé relativement à ça, la peur d'être dans une consommation et d'y chercher les mauvaises choses.
Réminiscence de Nicolas Bouvier, dans L'usage du monde je crois mais il faut tous les lire, où il explique que pour réellement faire un voyage, on doit accepter la possibilité d'être défait par le voyage.
Autrefois j'étais indécis, mais à présent je n'en suis plus aussi sûr.

Avatar du membre
Nelea
Messages : 619
Enregistré le : dim. 5 mars 2017 15:05
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 29

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par Nelea » mar. 16 oct. 2018 20:17

Brrr...

Barbara

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vus qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N’oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l’arsenal
Sur le bateau d’Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé
C’est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent commes des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.
Jacques Prévert
"The only real conflict you will ever have in your life won't be with others, but with yourself", Shannon L. Alder
"Nous avons peur de nous-même et de ce que nous apercevons de nous chez les autres." Henning Mankell

Répondre