mon Auvergne

Répondre
Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3495
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

mon Auvergne

Message par madeleine » sam. 5 avr. 2014 22:09

J'ai vécu dans bien des endroits, mais ce coin du Puy-de-Dôme est le premier où je m'installe, où je suis propriétaire officielle d'un petit bout de terre avec une maison dessus. J'y crois sans y croire, mais mes racines volantes ont goût pour ce terroir unique. Je voudrais donc partager avec vous une petite partie de sa beauté et de son caractère, et vous donner - qui sait - l'envie d'y passer un brin de vie.

Alexandre Vialatte, chroniqueur fameux, débute ainsi, en 1964, sa "racontée" du pays :

"L’Auvergne produit des ministres, des fromages et des volcans. Il n'y a rien de plus chauve qu’un volcan. C’est un spectacle extraordinaire que d’en voir trente autour du puy de Dôme, avec leur trou en haut de la tête, comme un nid-de-poule, comme une fontanelle mal soudée. On dirait un morceau de la lune. On en revient marqué pour la vie. La chèvre broute sur leur profil une espèce de pierre ponce poreuse, mais de faible valeur nutritive, qui donne à son lait un peu rêche un petit goût de secousse tellurique apprécié par les géologues. La foudre en boule roule aisément sur ces pentes raides et dénudées, poursuivie par les petits bergers. À Tazenat, à l’Auberge du Gour, qui vit, dit-on, les enfances d'Arletty, le tonnerre a ses habitudes, la foudre tombe sur la radio, passe sous la table entre les pieds de la clientèle, sort dans le jardin et descend jusqu’au lac, chassée par l'hôtelier, qui secoue derrière elle une serviette, en faisant « brrrou-brrrou » comme pour effrayer une mouche bleue. On voit par là que, depuis les Gaulois, les Auvergnats ne craignent plus que le ciel tombe sur leur tête. C’est parce qu’ils ont inventé le parapluie. Ils ne le lâchent plus. Ils ont pour lui une superstition britannique. Surtout dans le train, où ils le serrent entre leurs jambes. Ils le surveillent comme le lait sur le feu. Ils savent qu'il ne faut rien laisser perdre. C’est une de leurs plus sages maximes. Tels sont les progrès de l'industrie."

Si cela vous convient, je tenterai la chronique par épisodes - si je ne tente pas un peu d'organisation ça va dépasser les frontières de l'arborescence. Et comme il faut bien commencer par un bout du monde auvergnat, je voudrais d'abord vous parler de l'eau, des eaux et de leurs noms en auvergnat (la plus nordique des langues d'oc) :



Chapitre 1
Fons, gours et couzes.

Au fond de mon jardin passe, vive, rapide et silencieuse, une petite rivière nommée l'Auzon (grâce à laquelle nous arr'Auzon :lol: )
Image

Tous les ans au début de l'été, nous sommes invités à rejoindre la dream team qui nettoie les berges et le cours, en papotant des nouvelles locales, nationales et régionales dans les premières chaleurs qui transforment les rives en jungle endormie. On gagne un apéro mémorable !

Une voisine me fait découvrir René Crozet, et son répertoire des "sources miraculeuses", me promène dans les petits recoins de notre paysage proche où ces "fons" se cachent, ici et là.

"D'après la carte des eaux minérales du Docteur Petit, dressée au siècle dernier (19éme) on peut compter plus de quatre cents sources dans le département du Puy-de-Dôme ; c'est dire qu'il bat tous les records. Il le doit à ses structures volcaniques.

Le Massif Central, à l'encontre d'idées reçues, s'il est bien un centre de dispersion des eaux n'est pas un immense réservoir. Il paraît peu logique d'en rencontrer dans des massifs granitiques alors que sous des couches sédimentaires ces réserves naturelles d'eau semblent plus à leur place. Par contre grâce à ses innombrables failles géologiques par où montent les eaux juvéniles, nos extraordinaires sources de vie, notre Massif serait plutôt une pompe à pression poussant l'eau au travers de cribles fins qui auraient le Puy-de-Dôme comme centre de gravité. Nous serions donc générateur d'eau et non réservoir; Mais peut-être ne verrez-vous là que des subtilités de spécialistes ou autres géologues et il ne m'appartient pas de résoudre quelque théorie que ce soi : je constate.

Je constate que nous sommes les plus riches détenteurs d'eaux merveilleuses et, qu'hormis nos stations thermales où elles ont leur emploi, nous laissons se perdre un capital santé inestimable.
[...]
Un autre coup de fil de M.Caneparo, des Martres de Veyre, me joint. Mon interlocuteur me demande si je peux passer le voir.
- Nous avons plusieurs sources minérales sur la commune mais les eaux des Saladis sont extraordinaires. Il y a deux jours ma mère est tombée, tête en avant sur le bitume. Sa figure n'était qu'un hématome. On est allé lui chercher de l'eau du Petit Saladi, le soir elle était totalement décongestionnée, il ne lui restait plus qu'un bleu. L'eau de nos Saladis est un remède souverain dans toutes les dermatoses.
Le fils de la maison veut bien m'accompagner.
Nous prenons le chemin des Cavaliers. Pourquoi des Cavaliers ? M. A..., au Sail l'autre jour, m'en a donné une explication :
- Les Romains, pas fous, qui mieux que personne connaissaient bien les vertus de nos eaux, y conduisaient leurs chevaux qui avaient été blessés au cours de combats. Et peut-être au siège de Gergovie ! Ces sources sont profondes, les chevaux pouvaient y entrer en entier, après quoi ils guérissaient très vite.
J'ai trouvé, au soleil couchant, deux bassins : un grand et un petit, d'un magnifique vert, entourés d'un dépôt blanchâtre. Ils s'étalent en rase campagne dans la plus parfaite nudité. Comme au Sail, rien ne pousse alentour, on n'y voit ni oiseaux ni insectes. J'y suis encore revenu le lendemain où un magnifique soleil, tout le jour, me permit de prendre quelques clichés et de connaître encore : le Cornet, le Tambour, la Font de Blé et Saint-Martial. Cette dernière source jaillit dans le lit même de l'Allier ; on la devine aux bulles de gaz qui viennent s'éclater en surface.
[...]
Déjà, en 430, Sidoine Apollinaire en faisait l'éloge comme, en 595, Grégoire de Tours. Sous Louis XIV, François Pommerol, capitaine aux gardes, nous dépeint, tel un autre Brantôme, les belles et honnestes dames qui buvaient les eaux mélangées à de l'anis et du coriandre. On voit encore, tout près des anciens fours de poteries gallo-romaines, une croix en pierre, portant les armes de Diane de Poitiers, érigée le long du chemin des Cavaliers qui mène des Martres aux Saladis ; nous ignorons malheureusement la nature des humeurs peccantes dont la maîtresse de Henri II se trouva guérie. Son témoignage de reconnaissance est là, défiant les siècles, comme le moulin de la Reine rappelle le passage aux Martres de Catherine de Médicis. Un certain Raulin, en 1774, affirme que Colbert dut aux sources Sainte-Marguerite, le rétablissement de sa santé. "

Par un beau matin d'été dernier, donc, ladite voisine nous emmena découvrir les fonts proches et bénéfiques des Saladis, Tambour et Cornet, que de discrets panneaux signalent à ceux qui savent où les chercher. Ma voisine mentionna la rude lutte qui se fit il y a peu entre des pouvoirs publics peu désireux d'y voir un patrimoine à protéger, et des usagers amoureux fermement décidés à protéger les sites et à les garder publics. Ils l'ont emporté, par chance !
J'ai tenté l'eau salée du petit Saladi sur un petit eczéma tenace qui s'en est allé définitivement ... La source du Tambour reste ma préférée, son eau a un goût délicieux de terre, de feuilles, de pluie, elle contient plein de fer et est réputée pour soigner les dépressions.
Image
Prise d'une vraie passion pour ces lieux secrets, discrets où naissent les sources, je me suis baladée dans tous les environs avec les descriptions de M. Crozet, ce qui m'a permis de goûter des eaux exquises au milieu des abeilles et des pâturages, dans un calme absolu, avec la bénédiction des vaches et de leurs propriétaires amusés.
Et, accessoirement, de remonter tous mes taux de minéraux sanguins et de péter la forme comme jamais !
Enfin, juste à côté, sont exploitées très localement les sources de Sainte-Marguerite, qu'on trouve en bouteille dans les supermarchés du coin, et sur ma table car elle est délicieuse.
http://www.eauvergnat.fr/une-belle-deco ... marguerite

Plein de légendes, sûrement très anciennes pour certaines, sont attachées aux sources du département. Il y a de beaux geyser à voir aussi, certaines de ces sources remontent de près de 4000 m pour remplir nos verres et sont chaudes, totalement stérilisées, très minéralisées et parfois ... imbuvables ! Dans les dépôts qui entourent certaines sources, des vestiges d'offrandes remontant à l'époque néolithique ont été retrouvés, on imagine avec quelle gratitude certains chasseurs-cueilleurs fourbus et frigorifiés se sont réfugiés auprès de ces sources de chaleur invariables pour soigner leurs engelures.

Née d'une source elle aussi, ma jolie Auzon a un débit puissant qui ne se tarit jamais, même au plus fort de l'été.
Mais elle n'est qu'une petit fille des eaux ; la prochaine fois je vous parlerai des couzes.
Aujourd'hui, auprès des sources, on ne croise pas grand monde, mais ... on n'y est jamais longtemps seul ; rien ne s'oublie vraiment :-)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
cléo
Messages : 1192
Enregistré le : mar. 19 févr. 2013 22:06
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: mon Auvergne

Message par cléo » sam. 5 avr. 2014 22:50

J'y suis née, mais j'ai tout à en apprendre !

Je n'en sais que les odeurs, les sons et les couleurs, l'épaisseur de l'air et le mouillé des matins d'avril, avant les oiseaux.

Merci !

Avatar du membre
Za
Messages : 2944
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: mon Auvergne

Message par Za » dim. 6 avr. 2014 05:40

Alors là, madeleine, j'adore !! Ça n'augure que du bon pour la suite.
Merci de t'être lancée !

Et au fait :
madeleine a écrit :Au fond de mon jardin passe, vive, rapide et silencieuse, une petite rivière nommée l'Auzon (grâce à laquelle nous arr'Auzon :lol:
C'est mon rêve depuis toujours ! Vivre au plus près d'un cours d'eau... rien que la photo m'enchante, un vrai coin de paradis à mes yeux. Bon en fait, si tu nous parles de cours d'eau, tu n'es pas près de me voir tarir d'éloges - tu as trouvé un des trucs pour me séduire à coup sûr !!
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3495
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: mon Auvergne

Message par madeleine » jeu. 17 avr. 2014 18:32

Dans et autour des gours …
Un gour c’est un lac et ça vient de l'occitan gorg [gur], « gouffre », « mare », lui-même du latin gurges, « gouffre », « gosier », mais c’est un genre un peu particulier de lac ; on y mettait autrefois le chanvre à rouir, mais on s’en méfiait. Aujourd’hui encore, on s’y baigne du bout des orteils, difficile de s’abstraire des légendes de disparitions corps et biens, de tourbillons, de fantômes et de villes maudites englouties, dont on entend sonner le glas au clocher la nuit de Noël.

Dans la région un peu sauvage des Combrailles, au nord-ouest de Clermont-Ferrand, pays d’une grande beauté où le mot solitude et celui de silence ont encore le sens d’autrefois, j’ai vécu trois ans et on y trouve un gour splendide, le Gour de Tazenat ; voici la description qu’en faisait Maupassant :

« Après une longue route dans les montagnes, nous apercevons soudain un admirable petit lac, tout rond, tout bleu, clair comme du verre, et gîté dans le fond d’un ancien cratère. Un côté de cette cuve immense est aride, l’autre boisé. Au milieu des arbres une maisonnette où dort un homme aimable et spirituel, un sage qui passe ses jours dans ce lieu Virgilien. Il nous ouvre sa demeure.
Une idée me vient. Je crie :
« Si on se baignait !...
« Oui, dit-on, mais… les costumes ? »
« Bah, nous sommes au désert… ! »
Et on se baigne… Si j’étais poète, comme je dirais cette vision inoubliable des corps jeunes et nus dans la transparence de l’eau ! La côte inclinée est haute et enferme le lac immobile, luisant et rond comme une pièce d’argent ; le soleil y verse en pluie sa lumière chaude ; et le long des roches, la chair blonde glisse dans l’onde presque invisible où les nageuses semblent suspendues. Sur le sable du fond on voit passer l’ombre de leurs mouvements… (Extrait de : Mes 25 jours de Guy de Maupassant).
Image 650 m de diamètre et 66 m de profondeur quand-même ... On en fait le tour par un joli sentier de chèvres, plein de rochers et d'arbres à sieste.

Ces lacs de cratère proviennent d’une géologie un peu particulière :
"Le contact d'un magma avec de l'eau issue d'infiltrations à travers les fissures du socle est à l'origine des explosions dites phréatomagmatiques. L'eau est vaporisée lors du mélange avec le magma chaud. La pression de vapeur s'oppose alors violemment à la pression hydrostatique qui dépend de la profondeur du phénomène. Il en résulte une explosion dirigée dans le sens du conduit éruptif qui fragmente tout le sous sol, en expulse les matériaux, ainsi que des éléments volcaniques. Le cratère se forme alors par effondrement de la cavité béante. Les dépôts retombent à la périphérie, selon la direction des trajectoires et des vents pour les plus légers. Dans le cas du gour de Tazenat, l'alimentation continue en magma et en eau, conféra un caractère rythmique aux explosions. Les cycles cessent dès qu'un des composants disparaît." Image "Les dépôts de l'anneau pyroclastique, s'organisent en strates, dont on peut déduire la nature des explosions successives qui l'ont composé. On trouve en mélange, les fragments du socle, granits, micro granits, et les fragments basaltiques issus de l'appareil éruptif. Souvent les blocs de basalte comportent des inclusions de roches cristallines, enrubannées lors de l'expulsion. 70% des dépôts proviennent du socle.

Le lac est alimenté en grande partie par le réseau hydrographique existant dans les fissures du soubassement. Le fond, ou la température de l'eau est de 4 à 5°C, est composé de sédiments lacustres recouvrant les éboulis du cratère explosif. »

Le lac Pavin, qui se situe lui dans les Monts Dore, au sud-ouest de Clermont-Ferrand, est plus grand et plus profond encore ; c’est un lac très surveillé, du fait de sa constitution particulière. Je vous propose d’en faire d’abord le tour en musique, si vous avez cinq minutes,
[BBvideo 425,350]http://www.youtube.com/watch?v=KcTl3eqW9tE[/BBvideo] – et si quelque gentil mélomane reconnaissait la musique, merci de me donner la référence, je n’arrive pas à l’extraire de ma mémoir et ça m'agace …

Ensuite quelques explications de nature plus scientifiques ici, que je n'ai pas voulu résumer car elles méritent toute votre attention :-) :
http://www.franceculture.fr/blog-globe- ... pavin.html
Maintenant que nous avons déménagé en plaine chez les civilisés, le lac le plus proche pour les joyeuses baignades d’été (il peut faire TRÈS chaud l’été en Auvergne), c’est le Lac d’Aydat, en haut là, légèrement à gauche, oui : vous y êtes !

« Le lac d’Aydat est le plus grand lac naturel d’Auvergne. Il s’agit d’un lac de barrage volcanique. L’émergence de la coulée de lave (la cheire d'Aydat), longue de 15 km, du puy de la Vache et du puy de Lassolas a verrouillé la rivière de la Veyre, bloquant le cheminement des eaux et créant ainsi une retenue naturelle. L’île située près de la rive nord s’appelle Saint-Sidoine, en souvenir de l’évêque Sidoine Apollinaire qui possédait une villa romaine au bord du lac. »

Personnage éminent des derniers temps de l’Empire Romain, Sidoine Apollinaire a fourni bien des versions latines aux petits auvergnats … et reste une source passionnante d’informations sur la période très bouleversée où il a vécu et écrit.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sidoine_Apollinaire
Le site que j'offre à votre curiosité ci dessous présente un état des lieux des campagnes à la fin de l’époque romaine, qui a le mérite de sortir un peu cette période riche et passionnante des clichés : http://www.academia.edu/5418089/La_ques ... _recherche Image Le lac d’Aydat n’est pas réservé à la baignade, loin de là, il est depuis bien plus longtemps un paradis de pêcheurs et d’ornithologues, en témoignent les puces de canard qui colonisent joyeusement le sable et les jambes des baigneurs ! Les canards, d’ailleurs, ne sont pas craintifs, et lorsque le soir tombe, ils poussent placidement les derniers vacanciers à regagner leurs pénates, c’est assez drôle …
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
cléo
Messages : 1192
Enregistré le : mar. 19 févr. 2013 22:06
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: mon Auvergne

Message par cléo » jeu. 17 avr. 2014 21:33

– et si quelque gentil mélomane reconnaissait la musique, merci de me donner la référence, je n’arrive pas à l’extraire de ma mémoir et ça m'agace
C'est dans les Scènes d'enfant de Schumann, mais je ne sais plus quelle pièce.

De rien :-)

Avatar du membre
Kan
Messages : 703
Enregistré le : mar. 10 juil. 2012 10:39
Présentation : :noitatnesérP
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: mon Auvergne

Message par Kan » sam. 19 avr. 2014 12:56

Bonjour madeleine,
Merci pour ces beaux exposés.
Je passerais bien quelques jours fin juillet dans ta belle région avant d'aller dans les Landes.
Connais tu une petite cabane à louer planquée toute seule au milieu d'une forêt au bord d'une rivière ?

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3495
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: mon Auvergne

Message par madeleine » sam. 19 avr. 2014 13:15

Mais bien sûr ! Un MP et tu es logé :-)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3495
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: mon Auvergne

Message par madeleine » dim. 25 mai 2014 13:34

Le petit coin d'Auvergne où j'ai posé mes racines volantes jouit d'un climat agréable et d’une histoire géologique mouvementée ... A première vue quand on arrive on se dit : tiens, une plaine alluviale et des petites montagnes bien noires de sapins ! Et on se retrouve avec une faille et des volcans ...
La plaine de la Limagne tirerait son nom du mot gaulois "lemo" qui signifie "boue, marais", et Jules César l'évoque dans la Guerre des Gaules sous le nom de Limania ; il est amusant pour l'Helvète d'adoption que je suis de découvrir à cette occasion que le nom du lac Léman viendrait de la même racine étymologique, qui dériverait en llyn (eau) dans les langues celtiques.
La Limagne d'aujourd'hui est un paradis d'agriculteur et d'ornithologues, avec sa terre noire généreuse, ses roselières et canaux de drainage, et ses haies qui coupent le vent de fâne et de lombarde (et oui, les vents aussi parlent auvergnat :-) le vent de fâne vient du sud et s'appelle ailleurs le foehn, et le vent de lombarde vient ... de Lombardie, pardi !). On tâche d'y maintenir l'Allier dans son lit, mais il a ses coups de colère qui prennent au dépourvu les habitants d'aujourd'hui, qui bâtissent un peu trop bas ou un peu trop près des rives, contrairement aux aïeux plus méfiants. Mais la rivière s'épanche dans une vallée bien plus ancienne que son cours ...
La géologie étant une science complexe, je m'en voudrais de mal résumer une si belle histoire, et vous confie donc aux soins des spécialistes :

[web 100%,100]http://www.chainedespuys-failledelimagn ... e-limagne/[/web]

C'est ainsi que les petits reliefs qui bordent mon village, et que j'appelle "la colline" sont bien antérieurs aux Puys qui rythment l'horizon :-)
Je vais chercher de l'eau à la source du Tambour, que je vous ai déjà présentée, et je vous propose de lever les yeux et de monter au Puy de Corent, juste là.

Image

Dans la vaste cuvette du cratère, on a une impression de sécurité, de château dans le ciel ... et ce site a été utilisé comme refuge depuis très, très longtemps, comme en attestent les trouvailles et les campagnes de fouilles. Une petite partie du site gallo-romain a été reconstituée et mise en valeur récemment, le reste du cratère est occupé par des champs, on a l'impression d'être sur une île et à suivre les chemins qui s'en vont vers les bords, on s'attend presque à entendre la mer ... C'est un endroit qui n'est pas souvent envahi de touristes, qui permet de prendre une grande bouffée d'ailleurs et de solitude bénie.


[web100%,100]http://traces.univ-tlse2.fr/accueil-tra ... HPA-traces[/web]

Et si vous aimez les infos précises, la géologie du Puy de Corent a été étudiée et publiée. A bientôt
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

YohannD
Messages : 9
Enregistré le : mar. 10 juin 2014 19:07
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Haute-Loire
Âge : 32

Re: mon Auvergne

Message par YohannD » jeu. 12 juin 2014 17:21

Coucou !

Super sympa tes chroniques :okayg: , ça rend vraiment hommage à notre belle campagne, à la fois si paisible et pleine de vie !
A cette période de l'année en plus les forêts sont magnifiques et pour se mettre au frais c'est top !

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3495
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: mon Auvergne

Message par madeleine » jeu. 12 juin 2014 22:35

Merci voisin ! Et d'ailleurs j'hésite pour la prochaine : volcans ou filière bois ? Ou châteaux ? Ou Révolution? Ou llittérature ? Ou .... ?
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

YohannD
Messages : 9
Enregistré le : mar. 10 juin 2014 19:07
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Haute-Loire
Âge : 32

Re: mon Auvergne

Message par YohannD » ven. 13 juin 2014 17:30

Ouep !

Tellement de merveilles à découvrir, choix difficile, j'ai un petit penchant pour les volcans, j'ai envie de dire c'est un peu "l'incontournable" de nos régions et de la formation de ses reliefs ! (et ça collerait bien avec le déroulement de tes chroniques ;) )

Avatar du membre
Riffifi
Messages : 1210
Enregistré le : sam. 20 avr. 2013 15:35
Présentation : riffifi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'Ouest
Âge : 38

Re: mon Auvergne

Message par Riffifi » dim. 23 août 2015 11:35

Je squatte brièvement ce chouette sujet (si c'est déplacé madeleine tu me dis et je le mets ailleurs :) )
pour parler du chemin Fais'Art (situé au Chateix, à Chapdes-Beaufort, au Nord-Ouest de Clermont-Ferrand) rencontré par hasard et par chance au cours d'une vadrouille en Auvergne.
C'est un chemin de sculptures en pierre (volcanique bien sûr) disséminées en plein air.

Le côté émerveillant du lieu c'est que les sculptures se laissent découvrir, on oublie qu'on est sur un chemin tracé, on oublie que ce sont des sculptures, et on imagine que ces lieux sont comme ça depuis très très longtemps, que leur histoire est plein de symboles et de magie, on se perd et on rêve.

Quelques images et un lien pour la route
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3495
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: mon Auvergne

Message par madeleine » dim. 23 août 2015 20:35

Au contraire ! Merci Rififi de remettre un peu de vie dans ce sujet :)
Je n'ai pas trop le temps de l'alimenter, aussi tous ceux et celles qui peuvent y contribuer sont les très bienvenus :ensoleillé:
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
Esperluverte
Messages : 40
Enregistré le : lun. 4 janv. 2016 10:55
Présentation : clic clic
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Auvergne
Âge : 31

Re: mon Auvergne

Message par Esperluverte » mer. 6 janv. 2016 16:27

Je tombe par hasard sur ce chouette sujet hyper-documenté sur ma région chérie... beau boulot madeleine !
Je suis née et j'ai grandi dans les Combrailles, puis Clermont pour la fac, puis exportation (Irlande, Lille, Paris) et bien vite revenue à la verdure... re-Combrailles, et maintenant Thiers, complètement par hasard, mais je suis tombée amoureuse de ses escaliers tortueux, usines en ruines et de la Durolle qui glougloute en bas ! J'ai acheté (une ancienne usine, du coup), c'est bon, je bouge plus.

Et maintenant, quand les copains du Nord viennent me rendre visite en vacances, ils tombent amoureux aussi et n'ont plus envie de repartir... Déjà 4 néo-Auvergnats à mon crédit :lol:

Tout ça pour dire que je viendrai aussi contribuer un peu par ici à l'occasion :)

Avatar du membre
cherubim
Messages : 121
Enregistré le : lun. 12 mars 2018 10:26
Présentation : Bonsoir les zamis!
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : tout près d'ici...
Âge : 41

Re: mon Auvergne

Message par cherubim » mer. 25 avr. 2018 21:29

J'ai déjà remercié, mais merci de mettre en valeur cette belle région qu'est l'Auvergne! Un peu de chauvinisme ne peut pas faire de mal, surtout quand l'ASM perd beaucoup de matches!
You float in my new pool
Deluxe and delightful

Avatar du membre
Nelle
Messages : 1116
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 13:05
Présentation : presentations/presentation-t7904.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : En bas, tout en bas, à gauche
Âge : 45

Re: mon Auvergne

Message par Nelle » mer. 25 avr. 2018 23:19

Merci cherubim de faire remonter ce sujet que je ne connaissais pas.
madeleine, l'Auvergne que tu nous contes semble magnifique, mystérieuse dans sa diversité. J'ai des racines auvergnates du côté du Bourbonnais, mais ce coin, rattaché administrativement à cette région, en fait-il vraiment partie, sur les plans géologique, territoriaux, culturels... ? Tu donnes envie d'aller découvrir ces paysages que je connais si mal en fait.
;)
si si, les couleurs parlent

Avatar du membre
cherubim
Messages : 121
Enregistré le : lun. 12 mars 2018 10:26
Présentation : Bonsoir les zamis!
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : tout près d'ici...
Âge : 41

Re: mon Auvergne

Message par cherubim » mar. 1 mai 2018 20:58

@ Nelle: Ce que tu dis est vrai: le Bourbonnais fait partie de l'Auvergne (grosso modo, c'est le département de l'Allier), mais il s'en distingue sur différents plans:
- géographique: il est en grande partie constitué de zones de plaine, comme la Limagne, ou de forêts d'assez basse altitude. Le reste de l'Auvergne est surtout constitué de zones de moyenne montagne.
- culturel: Il semble qu'une partie du Bourbonnais parlait la langue d'oil (commune au nord de la Loire et qui a donné naissance au français actuel) alors que l'Auvergnat est une variante de l'Occitan. De plus, l'habitat du Bourbonnais diffère de celui d'une bonne partie de l'Auvergne, souvent appelée Haute-Auvergne, et qui est clairement un habitat de montagne (murs épais, toits en lauze, par exemple).
Pour donner un exemple, ma famille du côté paternel vient du Cantal, il s'agit clairement d'une zone de moyenne montagne, longtemps isolée, au climat plutôt rude. C'est beaucoup moins le cas du Bourbonnais.
Le Bourbonnais est aussi une terre de châteaux, qui nous a donné, entre autres, la famille des Bourbons dont sont issus bon nombre de nos têtes couronnées de France et d'Europe.
C'est également une région de thermalisme avec Bourbon l'Archambault ou encore Vichy, une ville passionnante à visiter.
Ceci est bien entendu un résumé, mais il existe une abondante documentation sur la Haute et Basse Auvergne.
You float in my new pool
Deluxe and delightful

Répondre