Les angoisses disproportionnées

Modérateur : Bradeck

Avatar du membre
ZeBrebis
Messages : 217
Enregistré le : ven. 19 sept. 2014 11:59
Présentation : Mes bleus de brebis en vitrine
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Âge : 32

Les angoisses disproportionnées

Message par ZeBrebis » mer. 5 nov. 2014 15:09

Plusieurs indices m'ayant donné à penser que mon enfant sera concerné, j'aimerais parler de ces angoisses qu'ont plus ou moins tous les enfants...mais donc du côté de ceux "plus". J'aimerais savoir si des aides peuvent être apportées face à de multiples angoisses qui peuvent perturber le quotidien.

Cela devient compliqué pour mon fils d'être dans la rue par exemple, entre la peur de se faire sauter à la gorge par un chien aboyant (même derrière un portail) et celle de voir une voiture faire une embardée et l'écraser alors qu'il est sur le trottoir. Traverser la route est très long : il regarde encore, encore et encore si une voiture arrive et s'il en aperçoit une au loin refuse de traverser. Quand il ne craint pas l'accident de voiture ou la simple panne sur le bord de la route, les fois où nous sommes dans un véhicule.

J'essaie de parer sur le moment mais je sens que tout ça monte en puissance et il est parfois tétanisé, que je le rassure, que je lui donne la main ou que je propose un détour, rien à faire...

Peut-être la solution serait dans le psychologue, mais il n'a que bientôt 3 ans et je ne me vois pas lui faire faire une thérapie à cet âge. Si vous avez des solutions, je suis preneuse. S' il faut qu'il vive avec, eh bien, on fera mais ses angoisses commencent à m'angoisser.
Il se trouve que j'étais très craintive aussi, donc j'entre en résonance et je me souviens comme les angoisses me prenaient aux tripes. :worried:

Avatar du membre
Boby
Messages : 219
Enregistré le : mer. 3 sept. 2014 21:21
Présentation : Ne pas cliquer ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : A la campagne y'a toujours un truc à faire...
Âge : 37

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Boby » mer. 5 nov. 2014 15:31

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
Nous verrons cela... Destinée ... ou PAS !

Avatar du membre
Korydween
Messages : 799
Enregistré le : sam. 24 août 2013 09:03
Présentation : Par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : À mi-chemin de l'horizon
Âge : 29

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Korydween » mer. 5 nov. 2014 16:25

Je ne peux pas tellement donner de témoignage vis à vis d'un enfant, seulement ces angoisses là je les connais très bien pour les avoir vécues moi-même, mais plus âgée (presque adulte). J'ai mis des années à comprendre qu'elles ne se formaient que s'il y avait un terrain anxieux de base. Je m'explique : ma tête, pour tourner, à besoin d'une base. Elle va inventer des histoires, se faire des scénarios, à partir de cette base. Si la base est faite de joies, de calme et autres émotions positives, les histoires seront agréables. Si cette base est faite de stress, d'un chagrin, d'une peur refoulée, ça va créer une angoisse parfois extraordinairement absurde. La seule solution qui fonctionne pour moi, c'est de me faire parler. De quoi j'ai peur exactement, ce que je ressens précisément... Tout est dans la précision.
Peut-être que ton fils a effectivement quelque chose qui le tracasse, même inconsciemment, et ce soucis se traduit par des angoisses. Peut-être qu'il s'agit là d'un manque de confiance en soi, comme le dit boby, d'une question qu'il se pose à laquelle il n'a pas la réponse...

Le mettre en thérapie, je suis d'accord que 3 ans c'est peut-être un peu jeune. Mais en as-tu parlé à un pédiatre ?
Never tell a young person that anything cannot be done. God may have been waiting centuries for someone ignorant enough of the impossible to do that very thing.
- John Andrew Holmes -

Avatar du membre
Zéphyr
Messages : 444
Enregistré le : lun. 1 sept. 2014 09:15
Présentation : Ma petite histoire
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Yvelines
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Zéphyr » mer. 5 nov. 2014 21:42

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Avatar du membre
Pier Kirool
Messages : 2321
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 10:50
Présentation : Start me up
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Bordeaux
Âge : 56
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Pier Kirool » mer. 5 nov. 2014 22:15

Juste un truc ; on a eu besoin de "montrer" mes deux fils à une psychiatre (ou l'inverse ?) pour des troubles du comportement (par majeurs) à l'école. En deux ou trois séances, "ça s'est" réglé. Tout ça pour dire qu'on n'en prend pas nécessairement pour "une thérapie". Si les signes vous inquiète, si ça le gène (ou l'inverse), allez-y... Vous aurez déjà le délai pour trouver quelqu'un "de bien", celui de passer le coup de fil, celui d'avoir le rendez-vous... Donc vous aurez le temps de murir la démarche avant... et si le contact ou "le plan de soins" ne vous plaît pas, vous n'êtes pas obligés d'y retourner, mais ça serait dommage de rater quelques séances "salvatrices" par peur d'une thérapie qui n'est pas forcément au programme.... Enfin, il me semble...
J'allais dire...pas d'angoisse disproportionnée... ;)
"La vraie science est une ignorance qui se sait" (Voltaire)

Avatar du membre
ZeBrebis
Messages : 217
Enregistré le : ven. 19 sept. 2014 11:59
Présentation : Mes bleus de brebis en vitrine
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par ZeBrebis » mer. 5 nov. 2014 22:35

Merci pour vos réponses et pour ces deux pistes que vous offrez aux parents angoissés par les angoisses de leurs enfants. :whew:

L'idée d'un mélange d'imagination et de manque de positivité me parle, et si on ne peut agir sur le premier point (ce n'est d'ailleurs pas souhaitable), il existe certainement des leviers pour permettre un regard optimiste.
Je vais réfléchir aux méthodes possibles pour rendre mon fils moins impressionné par le monde, et pour cela il doit se sentir plus affermi comme vous le disiez.

C'est un cercle vicieux : son imagination lui montre les risques, il ne voit plus que cela, il ne se lance pas dans le monde et ne prend pas sa place et confiance en lui. Et ce depuis sa naissance ; il a toujours été en retrait par rapport aux choses qu'il ne maîtrise pas, le genre à ne pas oser entrer dans un endroit inconnu ou jouer avec les autres enfants, à regarder fixement (et laisser traîner une oreille) les adultes sans leur dire un mot...

Bref, il y a du boulot et j'ai de quoi me faire des noeuds au cerveau je sens. ;)

Edit : Oh, je viens de voir qu'en tapant tout doucement le sujet s' est enrichi de deux autres réponses ! Merci pour la correction Pier Kirool, c'est vrai que le psychologue peut provoquer un déclic en peu de séances, ou bien nous donner des solutions à appliquer au quotidien comme pour Zéphyr.

J'ai testé la technique qui t'était conseillée Zéphyr, de moi-même (je me la flambe), mais quand je lui demande de quoi il a peur à propos du chien enfermé c'est de se faire manger. Et pourtant il admet volontiers que le chien doit pouvoir approcher de nous pour pouvoir mordre et plus encore manger, mais soit c'est une faille logique soit il imagine qu'il y en a une dans la clôture...Du coup j'avoue que j'ai l'impression d'essayer de boucher chaque trou d'un tuyau qui en est constellé, et je crois que je suis plus sensible à l'idée de pouvoir couper l'eau plutôt.

Nan mais quand même, il n'a pas voulu entrer par la portière côté siège auto parce que la place était libre à côté et qu'il craignait que quelqu'un arrive (et l'écrase, évidemment), puis il a eu peur que j'aie oublié de prendre le téléphone portable au cas où on tomberait en panne sur la route...Qu'est ce que ça sera dans quelques années si ça continue comme ça ?! :x

J'espère que ta fille va continuer comme ça à surmonter ses peurs par contre Zéphyr ! C'est positif qu'une de ses peurs soit bien derrière elle...je trouve que c'est très encourageant pour la suite.

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4696
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 39
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Kayeza » mer. 5 nov. 2014 22:41

J'ai vu passer pas mal d'articles sur le prétendu "terrible two" et les "crises du biscuit cassé". Ils concluent tous sur le fait que l'âge que vous évoquez, à partir de deux ans, est une phase délicate pour les petits : ils commencent à prendre de plus en plus d'autonomie mais ils n'ont pas encore forcément les moyens de la gérer et surtout, comme il a été dit, ils n'ont pas encore l'expérience que nous avons pour faire face au monde. Le coup de la mouche me semble révélateur : mettre des mots sur la peur et favoriser l'apprentissage par la suite (c'est ok d'avoir peur d'une mouche, mais une fois qu'on a vu et qu'on a compris qu'on pouvait la faire partir au moindre geste, on peut se détendre). Je pense que ça doit être un apprentissage assez long, mais accueillir et mettre en mots peuvent sans doute aider les petits à surmonter leurs peurs.
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
Boby
Messages : 219
Enregistré le : mer. 3 sept. 2014 21:21
Présentation : Ne pas cliquer ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : A la campagne y'a toujours un truc à faire...
Âge : 37

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Boby » mer. 5 nov. 2014 22:52

Mais lol, dans quelques annees tu fera comme avec le mien :
- mon grand, fais moi penser a poster ma lettre en rentrant de l 'ecole ce soir...
Et hop ! Juste avant de passer devant en voiture...
- papa ! Faut poster la lettre !
- ah ! Euh ... Oui oui j 'y pensais justement !
- mais tu t'es trompé de route...
- ......... :1cache:
Nous verrons cela... Destinée ... ou PAS !

Avatar du membre
Pier Kirool
Messages : 2321
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 10:50
Présentation : Start me up
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Bordeaux
Âge : 56
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Pier Kirool » jeu. 6 nov. 2014 08:10

Mon second a eu un temps une angoisse disproportionnée qu'on se trompe de route ou qu'on nous enferme dans le ciné si on regardait le générique. C'est pas pour ça qu'on l'a emmené consulter. Mais je pense que j'ai "géré" ça en lui expliquant que ce n'était pas son problème à lui, mais le mien...Rassurer donc, que tout ce dont ils prennent conscience n'est pas à leur charge... Enfin, c'est plus facile à dire qu'à faire...
"La vraie science est une ignorance qui se sait" (Voltaire)

Avatar du membre
ZeBrebis
Messages : 217
Enregistré le : ven. 19 sept. 2014 11:59
Présentation : Mes bleus de brebis en vitrine
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par ZeBrebis » jeu. 6 nov. 2014 09:20

Ah tiens, ça me semble une très bonne idée de dire que ce sont les adultes qui gèrent les dangers à son âge et qu'il lui suffit de me faire confiance. Grand merci pour cet éclairage Pier Kirool, je vais l'appliquer au plus vite. :-)

Avatar du membre
Phenixa
Messages : 52
Enregistré le : mar. 19 août 2014 05:29
Présentation : Par ici.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Toulouse
Âge : 40

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Phenixa » jeu. 6 nov. 2014 23:48

Mon fils de 3 ans peut avoir des angoisses inexpliquées. Il est suivi par une psy depuis qu'il a été dépisté, une fois toutes les 3 semaines. Ca veut dire qu'il l'a vu 5 fois pour le moment, et ça va déjà mieux. Je pense qu'il ne faut pas se barrer le recours à l'aide extérieure par peur de l'enfermer dedans. Quelques séances peuvent permettre de remettre les choses en ordre. La psy ne prévoit pas de l'avoir en longue durée d'ailleurs, juste le temps de poser certaines choses, puis ensuite de le revoir à la demande.
Les conseils donnés pour gérer ça, c'est de ne surtout pas nier l'angoisse, s'il la ressent, c'est qu'elle est importante pour lui. Et surtout, essayer de verbaliser les causes de ses angoisses. S'il peut mettre des mots dessus, il peut les intellectualiser, et donc les calmer.
C'est pas toujours facile de trouver les bons mots, mais quand on réussit, on sent un soulagement et un apaisement immédiat.
"Ce n’est pas tant l’intelligence qui nous distingue les uns des autres que le temps passé à réfléchir."

Avatar du membre
ZeBrebis
Messages : 217
Enregistré le : ven. 19 sept. 2014 11:59
Présentation : Mes bleus de brebis en vitrine
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par ZeBrebis » ven. 7 nov. 2014 10:45

Merci pour ta réponse Phenixa, mais j'avoue que dans le cas particulier de mon fils certaines angoisses semblent ne pas pouvoir être traitées ainsi, ou alors je ne vois pas comment.
Phenixa a écrit : Les conseils donnés pour gérer ça, c'est de ne surtout pas nier l'angoisse, s'il la ressent, c'est qu'elle est importante pour lui. Et surtout, essayer de verbaliser les causes de ses angoisses. S'il peut mettre des mots dessus, il peut les intellectualiser, et donc les calmer.
C'est pas toujours facile de trouver les bons mots, mais quand on réussit, on sent un soulagement et un apaisement immédiat.
Je ne minimise jamais, mais lorsqu'on met des mots dessus cela peut mener à un blocage. Il a peur en général de tomber malade, de se faire manger ou écraser, de tomber, et d'avoir très mal voire de mourir suite à ça. Bref des peurs ancestrales qui me semblent indépassables en elles - mêmes. Et comme monsieur a l'imagination fertile il voit des dangers partout (se basant sur les microbes dont la maîtresse lui a parlé -grrr-, voitures, escaliers, baies toxiques dans les buissons... toutes choses dont on a dû le prévenir pour sa sécurité).

Pour vous dire que je me reconnais, j'avais petite une peur bleue de passer à côté de ces buissons aux baies rouges. J'avais peur de perdre le contrôle de moi-même et de m'intoxiquer dans une pulsion de mort. Et peur encore après avoir passé les buissons d'avoir fait ce que je redoutais dans un état second que ma conscience n'aurait pas saisi, et d'être en train de mourir (dans l'indifférence générale, snif).

Je sais donc qu'on peut avoir peur de tout ou presque de manière absurde en réalité. Si je lui parle météorite il y a fort à parier qu'il craigne qu'il lui en arrive une sur la tête (il a déjà peur que la maison s'écroule sur lui).

Et dans ces cas que faire ? Ce n'est pas absolument impossible qu'une voiture soit incontrôlable et vienne l'écraser sur le trottoir ou qu'il y ait un trou dans une clôture et que le chien sorte et lui saute à la gorge. C'est juste hautement improbable.
Mais si on concède que c'est une possibilité mais que la vie est en effet pleine de risques je ne sais pas si on va lui faire avancer son schmilblik...Je n'ai pas envie qu'il se sente encore plus angoissé en sachant que j'ai conscience des dangers qui l'inquietent, qu'ils existent, mais que je parie sur des probabilités et prends ce risque.

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3123
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par madeleine » ven. 7 nov. 2014 12:47

J'avais utilisé en son temps avec mon fils - grand anxieux depuis toujours - une balance à deux plateaux : sur l'un on déposait les "ça pourrait arriver", après avoir convenu que, comme c'était juste une idée, c'était tout léger, et sur l'autre le "ce qui s'est passé envrai", bien lourd, lui, et c'était lui qui gagnait ! On a fait des paris, aussi, chacun mise sur son "ça pourrait" et on voit ... On a fait des pesages de "ça pourrait" pour de faux, avec des choses qui font pas peur, ou vraiment peur ...
D'autres choses encore, que j'oublie, mais l'idée générale était qu'il comprenne que ce n'est pas parce qu'il peut l'imaginer que ça a une chance d'arriver (c'est un peu comme la pub pour orangina :D ).
En gros, à 8,5 ans, il est toujours de tempérament anxieux, il anticipe toujours le pire mais ça le perturbe beaucoup moins, et on parvient à le convaincre d'essayer voire de changer d'avis ;)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
ZeBrebis
Messages : 217
Enregistré le : ven. 19 sept. 2014 11:59
Présentation : Mes bleus de brebis en vitrine
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par ZeBrebis » ven. 7 nov. 2014 13:03

Oh, formidable idée aussi le renforcement de l'expérience pour contrer les effets de l'imagination et remettre les pieds sur terre ! Je te remercie vivement madeleine, et bravo pour cette idée qui me semble (et semble être au vu des effets) complètement adaptée à l'état d'esprit de petits anxieux.

Je culpabilisais un peu d'ouvrir un topic plutôt perso, mais je suis certaine que ce sera utile à d'autres que moi...Et je suis ravie d'avoir été débloquée sur ce problème que je pensais insoluble.

L'union fait la force pour dire une platitude. Mais quand je suis enthousiaste je suis moins regardante sur ce que je dis :clap:

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4696
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 39
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Kayeza » ven. 7 nov. 2014 13:08

Il est des platitudes qu'on a tendance à ne plus voir parce qu'elles ne prennent pas trop de place dans notre champ de vision. Mais leur donner un peu de volume de temps en temps est certainement une bonne idée.
(Au passage, ce principe de confrontation imaginaire / réalité fonctionne aussi pour les grands anxieux, même au-delà de huit ans et demi...)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
Mei Run
d'obédience britannique
Messages : 776
Enregistré le : mar. 30 sept. 2014 19:11
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Âne & cie
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Mei Run » jeu. 13 nov. 2014 08:26

Pour les petits que je suis, (et même mon ex-beau-fils), dès tout jeune, je n'ai jamais hésité à suggérer une consultation ponctuelle chez quelqu'un de spécialisé, quitte à décider de continuer une fois tous les 2-3 mois pour faire le point si besoin. Ça a vraiment permis de dédramatiser certaines choses, et d'au moins commencer à leur apprendre à "gérer" leurs angoisses...

Mon beau-fils, dès 3 ans, était ultra angoissé sur le temps qui passe. Au point de dormir tout habillé pour pas perdre de temps le matin, refuser obstinément de déjeuner, et attendre tout prêt dans l'entrée qu'ils soient enfin tous prêts à partir pour l'école. Et la simple évocation classique d'un "dépêche toi, on va être en retard" suffisait à le faire fondre dans une crise de l'arme qui pouvait durer des heures... Y'a fallut lui apprendre à lire l'heure, lui mettre un réveil et une montre, pour qu'il sache se réguler là-dessus, ça a calmé n peu le jeu mais c'était pas encore ça...
Et y'a plein plein d'autres choses, qui font qu'à 8 ans, il est toujours aussi noué, des pleurs d'angoisse en permanence. Mais les consultations lui font du bien, il se sent vraiment "pris en compte", sans jugement sur la stupidité ou l'incohérence des sources de peur...
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4696
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 39
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Kayeza » jeu. 13 nov. 2014 17:03

Hors-sujet
Mei Run a écrit : le faire fondre dans une crise de l'arme
C'est joliment dit, même si c'est certainement involontaire. Je pense aussi que nos pleurs sont bien souvent nos dernières armes...
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
Mei Run
d'obédience britannique
Messages : 776
Enregistré le : mar. 30 sept. 2014 19:11
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Âne & cie
Âge : 32

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Mei Run » jeu. 13 nov. 2014 17:52

Hors-sujet
Kayeza a écrit : C'est joliment dit, même si c'est certainement involontaire. Je pense aussi que nos pleurs sont bien souvent nos dernières armes...
:1cache:
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."

Avatar du membre
Pivoine
Messages : 14
Enregistré le : mer. 12 nov. 2014 14:20
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Pivoine » ven. 14 nov. 2014 17:48

Hello!
Je rajoute ma pierre à l'édifice en témoignant ici à propos de ma fille. Nous avons consulté une psy quand elle avait 3 ans. Ce sont des colères terribles qui nous ont amenés. C'était tellement disproportionné que c'en était impressionnant (des crises invraisemblables parce qu'il faut se brosser les dents, parce que l'élastique de la chaussette gêne, parce qu'on ne peut pas sortir en robe d'été en plein hiver, ça pouvait durer une heure...). Cette psy a suivi nous a suivi quelques temps (nous allions mon mari et moi tous les 15 jours pour recevoir des conseils et parler de notre fille avec elle et en présence de notre fille). Au fil du temps, c'est la psy qui a évoqué l'idée qu'elle soit HP.

Quand elle a eu 4 ans, elle a pu être suivie seule sans que nous soyons présents (si, mais en salle d'attente). Là sont apparues de fortes angoisses par rapport à la mort et à la maladie.

Le suivi s'est arrêté vers ses 5 ans (et un test WIPPSI +). Le fait d'avoir fait le test a vraiment apaisé notre puce. Nous avons compris que son profil très hétérogène la mettait en difficulté. Comment, en effet, accepter d'être au volant d'une Ferrari à certains moments et d'une Twingo à d'autres? Nous avons aussi mieux compris son hypersensibilité et son hyperesthésie. Ca nous a permis d'être plus patients avec elle.

Nous avons revu quelque fois cette psy quand le besoin se fait sentir. Aujourd'hui, elle est encore angoissée de façon disproportionnée mais nous arrivons à mieux gérer. Nous savons que nous pouvons compté sur la psy si jamais elle en a besoin.

Voila pour mon expérience. Personnellement, avoir rencontré cette psy a été très bénéfique pour toute la famille. J'avoue cependant que nous avons eu énormément de chance de tomber directement sur une psy avec une expérience des enfants HP, alors que nous ne consultions pas pour cela au départ.

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4696
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 39
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Kayeza » ven. 14 nov. 2014 19:05

Merci pour ce témoignage, Pivoine.
Pivoine a écrit :Aujourd'hui, elle est encore angoissée de façon disproportionnée mais nous arrivons à mieux gérer.
Aurais-tu quelques exemples pratiques de cette "gestion" que vous êtes arrivés à mettre en place ?
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
Pier Kirool
Messages : 2321
Enregistré le : lun. 14 mai 2012 10:50
Présentation : Start me up
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Bordeaux
Âge : 56
Contact :

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Pier Kirool » ven. 14 nov. 2014 19:37

Bref, on se remet aux probabilités et on se forme en analyse des risques svp, et plus vite que ça... :rofl:
"La vraie science est une ignorance qui se sait" (Voltaire)

Avatar du membre
Pivoine
Messages : 14
Enregistré le : mer. 12 nov. 2014 14:20
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Pivoine » ven. 14 nov. 2014 19:47

Kayeza a écrit :Merci pour ce témoignage, Pivoine.
Pivoine a écrit :Aujourd'hui, elle est encore angoissée de façon disproportionnée mais nous arrivons à mieux gérer.
Aurais-tu quelques exemples pratiques de cette "gestion" que vous êtes arrivés à mettre en place ?
Hello Kayeza,
Si je prends la dernière en date: c'était par rapport à un incident grave dont elle avait été témoin dans la cour de récré: nous avions décidé d'en parler à l'instit concernée car l'enfant se mettait en danger. Dès le moment où il a été question d'en parler: grosse angoisse, difficultés à respirer, pleurs à chaudes larmes, supplications pour ne rien dire, etc... Ca a duré près de 45 minutes.
Si je dois être honnête avec moi-même et avec vous :$ , avant, il y a un moment où après avoir essayé de rassurer, j'aurais essayer d'y couper court (faute d'arguments pour la convaincre), pire je me serais peut-être fâchée. :worried:

A présent, je sais que la puce est hypersensible, qu'elle vit tout avec une grande intensité et j'ai beaucoup plus de patience.
Lors de cet épisode, je lui ai demandé fermement de me regarder et de m'écouter. J'ai essayé de maintenir le contact yeux dans les yeux et j'ai expliqué encore et encore, cajolé, consolé, mis des mots sur son angoisse, reconnu que ça pouvais lui faire peur mais que c'était pire si on ne disait rien.

C'est rien d'extraordinaire en somme, mais savoir que ses crises d'angoisses c'est pas du "cinéma", et ne pas gérer ça comme du "cinéma" (et tant pis pour le regard des autres :roll: ), c'est vraiment plus efficace parce que je suis plus dans l'action réfléchie que dans la réaction.

Avatar du membre
Loefen
Messages : 111
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 17:51
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Loefen » lun. 1 déc. 2014 18:15

Ma fille a commencé ses grosses crises d'angoisse à la maternelle après qu'une camarade ait menacé de tuer sa petite soeur. Cela revenait souvent dans ses cauchemars. Elle a consulté un psy pendant un et demi pour cette raison plus le reste (stress, isolement scolaire...) cela n'a pas fait grand chose. Ses craintes sont restées, se focalisant tantôt sur une possible tempête au moindre coup de vent, un tremblement de terre en vacance à la montagne...
Patience, écoute et dialogue sont un bon trio pour évacuer une partie des angoisses... sans parler, pour contrer les cauchemars récurrents, des séances de chasse-cauchemar ou de mange-cauchemar rigolotes.
En grandissant, les angoisses sont différentes (elle a maintenant 11 ans) mais toujours bien présentes : la peur quotidienne et prégnante d'arriver en retard au collège, ce qui amène des crises de larmes si louloute n'arrive pas à lacer ses chaussures ; peur panique de se faire remarquer ; peur panique de ne pas respecter les codes, les règles en société.
Je me demande si cela disparait en grandissant ou prend encore un autre visage ?

Avatar du membre
Boby
Messages : 219
Enregistré le : mer. 3 sept. 2014 21:21
Présentation : Ne pas cliquer ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : A la campagne y'a toujours un truc à faire...
Âge : 37

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par Boby » lun. 1 déc. 2014 19:04

Tous les soirs avec mon premier on fait 'ouste les cauchemars'
Il crie ouste! Suivi de tous ce qui lui fait peur.
Ca aide bien.
En grandissant cela peut prendre differentes formes, en passant par l'hypercontrole... Mais l'experience aide aussi a relativiser... (Ouais je parle pour moi la... :emo: )
Nous verrons cela... Destinée ... ou PAS !

Avatar du membre
soazic
Messages : 1152
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : presentations/presentation-t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Les angoisses disproportionnées

Message par soazic » lun. 1 déc. 2014 22:36

Mon aînée de bientôt 10ans s'angoisse de l'adolescence, en particulier des changements physiques. Elle a lu en large et travers, j'ai expliqué et elle est bien plus au courant des choses que je ne l'étais à son âge. Mais cette crainte de "changer complètement" est très dure à apaiser.

Répondre