Page 1 sur 1

Les noeuds

Posté : lun. 12 févr. 2018 09:52
par Osia
:$ Je fais et défais des nœuds par nécessité dans la pratique de mes activités autant que pour la satisfaction que ça m'apporte lorsque je réussis à faire un "beau" nœud.
Et comme je fais des activités en rapport avec l'océan, j'ai envie de vous proposer de découvrir des nœuds utilisés par ceux qui naviguent.
Dans le jargon naval, on ne parle pas de ficelle ou de corde, on parle de bout (prononcez le “t”) et de cordages (en fait, il existe une seule corde sur le pont d’un bateau: celle qui permet de sonner la cloche :clin: ).
Avant de faire un noeud, il faut savoir à quoi il va servir. En fonction de l'utilisation, les besoins vont varier: le cordage sera adapté, le sens du cordage également. Un des autre éléments à connaître: la résistance des noeuds, autant au sujet des forces de frictions qu’à celui des forces de tractions.
Sur un bout, il y a un courant et un dormant. Le courant, c’est l’extrémité libre d’un cordage, le dormant, c’est l’extrémité (supposée rester) fixe. En fonction de ce que l’on veut en faire, le choix du nœud est important. Il existe des nœuds pour chaque utilisation: bloquer un bout, accrocher un élément ou plusieurs objets entre eux, avoir un point d’appui, réparer un cordage, créer une boucle,...
Voilà ! Je préfère vous proposer quelques images des nœuds que j’utilise le plus souvent. Ce sont des nœuds très simples, je pourrais vous présentez des nœuds plus complexes à réaliser si vous en avez envie. Et attendu que les nœuds se retrouvent dans de nombreux domaines et que plein de gens en utilisent, j’espère que vous pourrez compléter mon petit exposé par ceux qui vous servent dans vos activités (escalade, jardinage, chirurgie, informatique, couture, cravate,.......).

Au plaisir d'échanger avec vous :honte:

Le noeud de chaise: Image un des plus utilisés par les marins: résistant, facile à faire et à défaire, aux applications multiples. Souvent associé à l’histoire d’un serpent de mer qui tourne autour d’un bateau avant de replonger. Il sert d’attache ou pour mettre à l'abri de tension une zone de cordage usée. Son inconvénient: il ne se défait pas lorsqu’il est en tension.
Le noeud plat: Image un des plus pratiques pour réunir deux cordages de diamètres identiques. A l'utilisation, si les quatre brins ne sont pas en tension, il est souvent nécessaire de le sécuriser pour éviter que les deux bouts glissent.
Le noeud de cabestan: Image Aussi appelé "demi-clés à capeler", il sert le plus souvent à l'amarrage. Rapide à faire, très résistant en tension, sécurisable facilement. Ce nœud peut s'avérer difficile à défaire s'il est serré autour d'un support irrégulier et/ou qu'il est resté longtemps en tension.

Le noeud jambe-de-chien: Image Il permet de raccourcir un bout ou d’en renforcer une zone abîmée sans le couper ni détacher ses extrémités. Par quelqu'un d'assez fort, il peut être réalisé pendant que le bout est tendu. Il présente l’inconvénient principal de se défaire seul lorsqu'il y a relâchement de la force de traction qui s'exerce sur lui.
Le noeud d’amarage: Image C’est celui qui est le plus souvent utilisé pour amarrer un bateau à un ponton. Il est simple à faire, il ne glisse pas, c’est un chevauchement de boucles dont le brin en tension est positionné dessous.
La pomme de touline: Image On retrouve ce nœud pour son aspect décoratif en dehors du domaine du matelotage. Pour les marins, c'est un nœud servant à lester une amarre. Son inconvénient principal est la difficulté de réussir à le faire "beau et régulier" !
Pour ceux qui auraient envie de s’essayer à la réalisation d’une pomme de Toulinne, un très bon tuto proposé par la Corderie Royale sur YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=6tHy4_1EuOk

Re: Les noeuds

Posté : lun. 12 févr. 2018 21:12
par Obsidian
Image

Ça, c'est le noeud que je fais avec mes chaussures. Très technique, mais facile à faire et à défaire, il ne tient pas et nécessite de s'y reprendre à plusieurs reprises dans la journées. Les meilleurs ont employés la technique dites du "double noeud", consistant à faire un genre de pâté bien dégueulasse, mais qui tiens sur la longueur.

Sinon, il m'arrive d'avoir l'estomac noué, mais je n'ai malheureusement pas d'image pour vous montrer ça. :glasses:

Très bon post, en tout cas. J'ai toujours admiré les différents noeuds qui existent, et me suis toujours demandé comment on avait réussi à les inventer. Comme quoi, faire de bons noeuds peut être un art !
Merci de partager un bout de ta passion avec nous ;)

Re: Les noeuds

Posté : mar. 13 févr. 2018 09:33
par Za
Tiens, je me suis déjà demandée quand est-ce qu'on aurait un sujet sur les nœuds :) merci !
En plus mathématiquement parlant il y a des choses à dire (auxquelles je ne connais rien d'ailleurs).

Je te pose ici une petite question : ne peut-on pas dire, pour le nœud de chaise, que l'inconvénient de sa tenue en tension est aussi sa principale qualité ? Pour moi c'est précisément ce qu'on recherche avec le nœud de chaise, et la raison pour laquelle c'est le nœud roi des attaches de voile.
... Et ça explique aussi l'opprobre qui tombe sur les pauvres matelots débutants quand ils n'arrivent pas à le maîtriser rapidement et tombent dans le faux-nœud de chaise qui n'a pas cette remarquable qualité (autrement dénommé nœud de p...) :D

Re: Les noeuds

Posté : mar. 13 févr. 2018 16:43
par Osia
Obsidian, le noeud que tu présentes est une version à deux ganses d'un nœud plat, connu des amateurs sous le joli nom de noeud de rosette.
Za a écrit :
mar. 13 févr. 2018 09:33
Tiens, je me suis déjà demandée quand est-ce qu'on aurait un sujet sur les nœuds :) merci !
En plus mathématiquement parlant il y a des choses à dire (auxquelles je ne connais rien d'ailleurs).
:honte: je ne pouvais pas résister, ça me détend ! Et comme toi, j'aimerais beaucoup que des matheux viennent nous parler des nœuds qu'ils rencontrent.

Pour revenir à ta question, ce qui est un inconvénient pour moi est peut-être un avantage pour toi :) Je ne sais pas si tu utilises ce nœud mais si oui je suis curieuse que tu expliques pour quel utilisation il te convient.

J'ai souvent besoin d'amarrer un bateau à un anneau de bouée en mer, j'opte pour le nœud de chaise justement parce qu'il est résistant: en cas de houle ou de courant, le bateau reste accroché. Quand j'ai besoin de bouger le bateau dans les mêmes conditions, je suis obligée de déployer ma force de wonder-woman pour défaire ce :swear: nœud !
(j'utilise le nœud de cabestan sécurisé pour attacher une voile à la mature et même pour amarrer un bateau au bollard d'un quai, j'opte pour la version des demis-clefs à capeler (le "nœud sans nœud")).
Za a écrit :
mar. 13 févr. 2018 09:33
... Et ça explique aussi l'opprobre qui tombe sur les pauvres matelots débutants quand ils n'arrivent pas à le maîtriser rapidement et tombent dans le faux-nœud de chaise qui n'a pas cette remarquable qualité (autrement dénommé nœud de p...) :D
:D
https://www.youtube.com/watch?v=atcv47Z9D9g
Les yeux fermés même !

Re: Les noeuds

Posté : mer. 14 févr. 2018 07:33
par Za
4aorOsia a écrit :
mar. 13 févr. 2018 16:43
J'ai souvent besoin d'amarrer un bateau à un anneau de bouée en mer, j'opte pour le nœud de chaise justement parce qu'il est résistant: en cas de houle ou de courant, le bateau reste accroché. Quand j'ai besoin de bouger le bateau dans les mêmes conditions, je suis obligée de déployer ma force de wonder-woman pour défaire ce :swear: nœud !
:o
Mince, j'oubliais l'essentiel pour ce génialissime nœud de chaise : non seulement il tient mais il n'est (dans mon souvenir) pas du tout difficile à défaire : il suffit de décaler sa "boucle", enfin son "pli" quoi... une ganse je crois ? celle qui permet d'apprécier qu'on a bien fait un nœud de chaise et qu'on va pas se faire enguirlander par le skipper :
Image
Ici donc la première boucle en bas à gauche sur le courant, avec ses deux bras bien alignés.
Tu la mobilises légèrement sur le bout, et normalement la tension se relâche suffisamment pour le défaire sans encombre. Il me semble que ça marche même si la tension a été très forte. Par contre, si c'est encore sous tension, là c'est moins sûr... quelqu'un sait ??

Après je n'ai été que matelote sur un voilier de manière épisodique, et ça remonte à quelques années, alors les infos ne sont pas forcément super fraîches dans ma tête ! En tout cas nous on s'en servait pour tous les nœuds de voile. Parfois pour l'amarrage (sur les anneaux seulement, pas les bittes).
Et pour ma part, pleine de nostalgie, je m'en sers pour mes cordes à linge !! (je fais le nœud à part, puis j'accroche la boucle au crochet : la tension renforce le nœud).

Re: Les noeuds

Posté : mer. 14 févr. 2018 07:46
par baptiste
Cool ce sujet.

J'aime beaucoup les noeuds moi aussi et j'ai appris le minimum syndical : le double noeud de 8 qui tiens bien au baudrier et le noeud de coeur (aussi appelé demi cabestan je crois) qui te sauve la vie quand tu te rend compte au milieu d'une voie que tu à oublié ton descendeur...

Quand j'était plus jeune j'étais éclaireur (comme scout). C'est la que j'ai appris le froissartage, pour ceux qui ne connaissent pas c'est l'art de construire sans utiliser de clous ni de vis. Ça va de la construction légère (trépied pour marmite, vaisselier...) à des constructions lourdes (cabanes, tentes surélevées. ..) le tout en utilisant uniquement des assemblages à l'aide de noeuds et de mi-bois.
Les constructions ainsi réalisées sont solides et souples à la fois, rapides à mettre en oeuvre et durables. J'ai eu l'occasion de voir une table construite il y a 15ans et qui servais encore, avec quelques rafistolages toutefois.

Pour en savoir plus : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Froissartage

Re: Les noeuds

Posté : mer. 14 févr. 2018 19:40
par Pimprenelle
Ah tiens, souvenirs de quelques années passées de voile à l'adolescence, merci pour ce sujet !
donc ça date un peu et moi aussi le nœud de chaise trouve toujours une application dans mon quotidien même très éloigné du milieu marin maintenant.
n'importe quelle ficelle, corde à tendre, c'est le top à faire et à défaire
Za a écrit :
mer. 14 févr. 2018 07:33
Par contre, si c'est encore sous tension, là c'est moins sûr... quelqu'un sait ??
je dirais que c'est impossible à défaire si c'est encore sous tension (la partie enroulée, entrelacée autour des 2 boucles est trop serrée), c'est je crois d'ailleurs tout l'intérêt de ce nœud

Re: Les noeuds

Posté : jeu. 15 févr. 2018 05:32
par Osia
”Za” a écrit : il suffit de décaler sa "boucle"
Pimprenelle a écrit :
mer. 14 févr. 2018 19:40
je dirais que c'est impossible à défaire si c'est encore sous tension (la partie enroulée, entrelacée autour des 2 boucles est trop serrée), c'est je crois d'ailleurs tout l'intérêt de ce nœud
La technique que je connais comme étant la plus utilisée: chercher à arrondir le nœud pour permettre de détendre la zone d’étranglement du bout et réussir à ouvrir le nœud. Lorsque la ganse est en traction, plier suffisamment cette partie du nœud pour la desserrer peut demander d'être vraiment musclé.
Sur une aussière, faire jouer ce nœud reste assez simple parce que le diamètre de l’amarre permet la mobilisation facile de ses brins. Mais quand un nœud est formé sur une amarre depuis plusieurs années, qu'il a été soumis à de nombreuses tractions, dont les brins ont été mouillés par les embruns et séchés par soleil, les fibres du bout peuvent donner l’impression d’être soudées entres elles et rendre le nœud difficile à défaire sans les casser.

Et puis ça dépend aussi du diamètre du cordage: sur un cordage gainé de fin diamètre, la gaine de la garcette (c’est de la ficelle mais dans le milieu marin on n’emploie pas le mot “ficelle”) va le rendre plus glissant et permettre de mobiliser le nœud plus facilement qu’avec une garcette dont les fibres sont à nu (une garcette gainée, c'est par exemple celle qui est vendue dans le commerce et qui sert à accrocher le linge à faire sécher).

Si le nœud résiste, on peut toutefois glisser un épissoir (ou la pointe d'un crayon dans le cas du fil à linge par exemple) dans la boucle et faire jouer le nœud pour que les brins se desserrent.

Hors-sujet
baptiste a écrit :
mer. 14 févr. 2018 07:46
le froissartage
Ho, un nouveau mot ! Merci baptiste :)
J'avais pu découvrir ce fil mais je ne connaissais pas le nom de cette technique. Ce serait vraiment sympa de partager ce que tu en connais. Est-ce que tu as des exemples de réalisations simples à faire pour ceux qui voudrait s'y initier ?
Pour en revenir aux noeuds dont tu parles:
Je n’utilise pas beaucoup le double 8. La perte de résistance du bout est importante (de mémoire, un nœud de chaise diminue la résistance d’un bout de 18%, un nœud de 8 de 30%), ce qui fait qu'il n'est pas un nœud privilégié par les marins. En plus je pense qu'il doit être difficile à défaire non ?
Son aspect visuel est vraiment agréable je trouve.

Image
Celui que tu appelles nœud de cœur est effectivement aussi appelé nœud de demi-cabestan ou nœud italien.

Image Je comprends que son côté auto-bloquant soit particulièrement utile à un grimpeur qui perd son descendeur. Il a l’avantage de bien absorber l’énergie dans le cas où l’équipier chute. Il faut faire attention au sens dans lequel on le réalise et il a tendance à se retourner en cas d’inversion des tractions, ce qui peut le rendre dangereux :worried:
Bon, pour jouer à faire des nœuds, il faut reconnaître qu’il n’est pas particulièrement intéressant puisque, comme le nœud de cabestan, il s’agit d’un “nœud sans nœud" et il nécessite un support autour duquel s'enrouler.

Un noeud de coeur simple à faire: Image
Za, une ganse est la portion de brin qui forme la boucle maintenue à l'écart du bout par un nœud, comme celle que tu vas suspendre au crochet de ton étendoir à linge.

:) J'essayerai de venir vous proposer quelques autres nœuds.

En attendant, je vous propose un nœud de chaise qui sort du domaine marin: Image

Re: Les noeuds

Posté : jeu. 15 févr. 2018 07:48
par baptiste
En fait dans le froissartage tu a peu de noeuds de base qui servent à tout et ensuite tu n'est limité que par ton imagination. Toutefois pour les assemblages lourds (gros morceaux de bois pour cabane on utilise quelques techniques de charpente mais toujours aucun clou)

Les noeuds de base sont :
- noeud de tête de bigue qui sert à fabriquer un trépied. On peut l'utiliser par exemple pour faire un support de marmite au dessus du feu, assembler les perches d'un tipi, faire les pieds d'une table couverte, faire la structure d'un fauteuil indien...)
- noeud de brelage qui sert à assembler des morceaux de bois en angle. Par exemple une plateforme de tente suspendue, le plateau de la table, un égouttoir pour vaisselier...

Quand on arrivais sur un camp de longue durée chaque patrouille construisait son camp et passais le séjour à l'améliorer. Le but était, hormis d'être installé confortablement, d'avoir le coin le plus beau à présenter aux visiteurs et ainsi d'augmenter le prestige de sa patrouille. À ce jeu là patrouille des écureuils (la mienne) était la meilleure car nous étions quelques ingénieurs.

Les incontournables du camps étaient la table couverte pour manger à l'abris, la table à feu pour cuisiner à hauteur, le vaisselier et le coin salle de bain. Ensuite on rajoutais des fioritures avec une salle de détente avec bar et canapé, tente surélevée (avec passerelle suspendue pour les relier)...

Le tout construit uniquement avec du bois ramassé en forêt et des kilomètres de ficelle.

Avec un peu d'entraînement et de matériel ça va très vite. En gros pour une table avec banc et support de bâche tu peux compter 3h à deux personnes.

Pour les noeuds d'escalade, je sais que le double noeud de 8 à remplacé le noeud de chaise à l'assurance car il ne peu pas se défaire en tension (donc quand tu grimpe ou que tu prend un vol) mais qu'il peut se défaire d'une seule main (avec un peu d'expérience) quand tu dois faire la manip de fin de voie pour passer en mode descente.

En pièce jointe un doc sur le froissartage avec quelques exemples et tuto