CNAHP

Répondre
shunbabyx

CNAHP

Message par shunbabyx » mer. 26 déc. 2012 21:49

Voici le le CNAP Centre national d'aide aux enfants et aux adolescents à haut potentiel ici. Ce centre est situé à Rennes, et leur site est assez bien fait. Je vous invite à y jeter un œil, car visiblement ils sont assez actifs, notamment dans la sphère médicale et para médicale.

Je dois recevoir un article d'une revue médicale consacré à leur action.

Si jamais ce centre a déjà été présenté ailleurs, j'invite la modération à supprimer mon post.

Avatar du membre
amalia
Messages : 935
Enregistré le : ven. 11 nov. 2011 12:11
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/pres-equipe/bo ... t1011.html
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : Au sud de la banquise
Âge : 50

Re: CNAHP

Message par amalia » ven. 28 déc. 2012 19:27

merci !
Je ne parle pas aux cons, ça les instruit ( M Audiard)

shunbabyx

Re: CNAHP

Message par shunbabyx » ven. 28 déc. 2012 19:29

je vais poster un article tiré d'une revue médicale sous peu, mais c'est un peu long parce que je fais 20 trucs en même temps.

Avatar du membre
soazic
Messages : 1359
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: CNAHP

Message par soazic » sam. 29 déc. 2012 22:01

merci pour ce lien!

shunbabyx

Re: CNAHP

Message par shunbabyx » dim. 30 déc. 2012 19:31

Solenn Kermarrec et Sylvie Tordjman pôle hospitalo-univeristaire de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent CNAHP 35200 Rennes. Centre hosptalier Guillaume Régnier Université Rennes 1.
cnhap@ch-guillaumeregnier.fr
Enfants à haut potentiel
Faire de la différence une source d'épanouissement et non d'isolement.
Le thème de l'intelligence est un sujet d'actualité suscitant un intérêt croissant, y compris pour le ministère de l'Éducation nationale, qui a annoncé son projet de mettre en place une prise en charge pédagogique adaptée à ces enfants.
Comment les nommer ?
La multiplicité des terminologies (don, précocité intellectuelle, potentiel, etc.) qui varient selon les concepts théoriques associés est une difficulté à laquelle nous sommes d'emblée confrontés et sur laquelle nous nous sommes déjà longuement penchés (1). Ainsi, le terme surdoué renvoie, d'une part à un trop, un excès, une compétence surdimensionnée, et d'autre part au don que l'on reçoit et à la dette qu'il peut engendrer, en particulier vis-à-vis de la famille (parents, fratrie). Initialement, nous avions choisi d'utiliser cet adjectif, en nous intéressant aux conséquences psychopathologiques de ce trop chez les enfants accueillis dans notre Centre national d'aide aux enfants et adolescents à haut potentiel (CNAHP, encadré 1) et qui avaient tous des difficultés psychologiques, affectives et/ou scolaires. Mais avec le temps et plus de 500 enfants et adolescents reçus au CNAHP nous avons pris conscience que le terme surdoué posait problème du fait d'un glissement dans son utilisation : d'adjectif dans enfant surdoué, il devenait rapidement le principal qualificatif de l'enfant, voire même un substantif et son nom, le surdoué. Le risque majeur pour l'enfant (et aussi son environnement familial, scolaire ou social) est qu'il n'existe et ne soit défini qu'au travers de sa surdouance. Ces enfants à haut potentiel, souvent d'emblée, au premier contact, mettent en avant leurs capacités intellectuelles, et tentent d'entrer avec l'autre dans une joute intellectuelle, verbale, faite de jeux de mots (mots d'esprit), testant l'autre et le renvoyant à ses failles. Ces comportements peuvent irriter les enseignants et les autres enfants ; et pourtant, ils témoignent aussi du manque de confiance en soi, du désarroi et des difficultés de ces enfants à entrer en relation. La construction de l'identité de l'enfant à partir de sa surdouance aide probablement à consolider, voire à réparer ses assises narcissiques, mais ne peut se limiter à cette seule compétence. Nous avons pu nous rendre compte des dégâts pour l'enfant et sa famille, de cette identité de surdoué, avec notamment de véritables effondrements dépressifs de l'enfant, et aussi parfois des parents, lorsque, avec le temps, le haut potentiel fluctuant, l'enfant ne répond plus aux critères de surdouance. C'est l'ensemble de ces raisons qui nous ont amenés à définitivement abandonner le terme surdoué. Par ailleurs, la précocité intellectuelle renvoie quant à elle à un décalage entre le rythme du développement cognitif de l'enfant et celui proposé dans le cursus scolaire classique correspondant à l'âge chronologique. Ce terme est largement employé dans le milieu scolaire et répond à une logique de saut de classe, solution qui peut soulager l'enfant mais qui n'est pas toujours pleinement satisfaisante. En effet, s'il rend bien compte de l'avance du développement cognitif de l'enfant, il ne prend pas en considération ce qui se joue également sur le plan affectif. De plus, comment parler d'un adolescent, d'un jeune adulte, ou d'un adulte de 50 ans qui a un haut potentiel intellectuel ? Le terme de précocité intellectuelles ne paraît plus alors adaptés ...
Enfin, le haut potentiel intellectuel est intéressant et pertinent, car il rend compte des capacités cognitives de ces enfants, mais aussi du fait que le potentiel (comme son nom l'indique) peut s'exprimer ou au contraire être inhibé par leurs difficultés psycho-affectives et comportementales. Ce concept met en exergue la différence entre une aptitude ou une capacité, pouvant s'exprimer ou non en fonction de l'environnement, et une performance, qui est la concrétisation d'une aptitude dans la réalisation d'une activité (2). Le risque que le potentiel intellectuel puisse ne pas s'exprimer sous-tend la possibilité, certes paradoxale, mais fréquemment observée chez les enfants accueillis au CNHAP, de difficultés scolaires (73%) voir d’échec scolaire avec redoublement (4% encadré 2).

CNAHP : 1 centre, 3 missions
Le CNAHP*, créé en décembre 2005, est le seul centre réfèrent national d'aide aux enfants et adolescents en difficulté à haut potentiel en France. Ce centre public, intégré au pôle hospitalo-universitaire de psychiatrie de l'enfant et l'adolescent de Rennes 1, peut recevoir des familles venant de tout l'hexagone. Il répond à trois missions :

- Mission d'évaluation du haut potentiel intellectuel et des difficultés de l'enfant (voir plus loin).

- Mission de prise en charge thérapeutique adaptée au profil de chaque enfant à partir du bilan préalable.
Les prises en charge proposées peuvent être individuelles ou groupales, et utilisent des outils thérapeutiques très diversifiés :
- psychothérapie individuelle (de soutien, d'inspiration psychodynamique,thérapie brève solutionniste, thérapie cognitive et comportementale),
- art-thérapie, psychomotricité, orthophonie, psychodrame, scénodrame.

Cette prise en charge thérapeutique peut proposer également un accompagnement de la famille (parents et fratrie) avec guidance parentale, groupe parents ou thérapie familiale.

- Mission de recherche et de formation.

Des études épidémiologiques sont menées chez les EHP en difficulté (prévalence de l'anxiété, dépression, TDA-H, dyslexie....), ainsi que des recherches sur des thèmes comme l'image du corps. Chaque année, une formation est organisée pour les équipes soignantes et les équipes pédagogiques.

* 154 rue de Chatillon 35200 Rennes - 02 99 32 91 75 - http://www.cnhap-web.com

Le paradoxe de l'échec scolaire
La réussite scolaire des EHP paraît évidente. Cependant, elle implique attention, persévérance et intégration au milieu. L'échec scolaire n'est pas rare. Différents mécanismes sont incriminés. Certains enfants vont minimiser leur potentiel intellectuel, afin de correspondre aux représentations de l'enseignant et ne pas se marginaliser. Ce comportement risque d'entraîner un désinvestissement scolaire, voire même un échec. Par ailleurs, l'absence de méthode de travail ou d'apprentissage de l'effort intellectuel peut être la source d'un fléchissement scolaire à certains moments de la scolarité, par manque de persévérance chez cet enfant, habitué à réussir sans effort. Dans d'autres situations, l'ennui l'amène à basculer dans son imaginaire, bien plus stimulant que certaines activités scolaires. Les résultats sont alors hétérogènes et parfois mauvais dans les tâches les plus simples, car les plus ennuyeuses.
Enfin, l'échec peut aussi être en lien avec des difficultés psychologiques, notamment des troubles anxieux majeurs, responsables de refus scolaire.
Comment définir le haut potentiel intellectuel ?
La définition Internationale (reconnue par l'OMS) du haut potentiel est un quotient intellectuel (QI) supérieur ou égal 130 (3). Il correspond à deux écarts types au dessus de la moyenne. Ainsi, les enfants à haut potentiel intellectuel (EHP) représentent environ 2,3 % des enfants scolarisés de 6 à 16 ans (3). Le choix de ce seuil (130) repose sur l'analyse de la distribution du QI de Wechsler sur une courbe de Gauss, la moyenne se situant à 100 avec un écart type de 15. Mais d'autres auteurs, comme Terrassier(4), tiennent compte de l'intervalle de confiance du WISC-IV de ± 6 points et parlent de haut potentiel intellectuel quand le QI est supérieur à 125. Certains considèrent que le QI doit être au moins de 135 et même au- dessus de 140, comme c'est le cas en Chine où le nombre d'enfants ayant un QI de 130 à 140 est si élevé que le seuil a du être monté au dessus de 140 afin de pouvoir mettre en place des programmes adaptés aux EHP.
Le QI est en fait un indicateur relatif du potentiel intellectuel, dont la validité peut être questionnée quand les enfants ont un profil cognitif hétérogène. Le critère intellectuel ne devrait pas être exclusif, d'autres secteurs des fonctions cognitives étant tout aussi pertinents, comme celui de la créativité.
Ainsi, un test de créativité (comme EPoC, tableau) est réalisé dans les évaluations du fonctionnement cognitif proposées par le CNAHP. Enfin, il semble important de rappeler que les échelles du fonctionnement cognitif ne mesurent pas directement le potentiel réel de l'enfant mais seulement son expression, à savoir les compétences observées qui dépendent aussi des facteurs d'environnement et de la motivation de l'enfant. Les échelles de mesure de QI sont et doivent rester des outils, certes précieux, mais dont les scores sont à replacer, à partir d'un travail de clinicien, dans le contexte environnemental du sujet (familial, social et scolaire) et dans son histoire singulière(5).
Comment le repérer ?
Il n'existe pas de signe pathognomonique du haut potentiel intellectuel(6). En revanche, l'association de plusieurs signes mineurs et leur chronologie d'apparition permettent d'objectiver un développement cognitif précoce et d'évoquer un haut potentiel intellectuel.
Le développement du langage est un bon indicateur de la précocité intellectuelle : il peut apparaître tôt ou être d'emblée élaboré et riche avec souvent une recherche quasi-impérieuse du mot juste et précis. Par ailleurs, l'acquisition de la lecture est souvent précoce - avant l'âge de 4 ans - et autodidacte. De nombreux parents d'EHP ont remarqué, dès les premières années de vie de leur enfant, sa réactivité rapide et sa grande vivacité.
Par sa curiosité intellectuelle, la complexité de ses jeux et ses questionnements existentiels, il paraît décalé par rapport aux préoccupations de ses pairs. Il recherche d'ailleurs souvent le contact avec des enfants plus âgés et les adultes ou peut aussi adopter une attitude maternante, voire pédagogique auprès de ses puinés. Il fait souvent preuve d'une imagination particulièrement fluide et débordante et d'un humour singulier, mêlant jeux de mots et associations d'idées (pensée dite en arborescence). Les rêveries sont parfois en réalité des moments de créativité intense.
Certaines spécificités cognitives, fréquemment décrites par les enseignants sont également des signes d'appel. L'EHP traite les problèmes de manière globale et simultanée au détriment d'une démarche séquentielle. Ainsi, il peut donner des réponses très rapides mais être incapable d'en expliquer la démarche, la solution s'imposant à lui. Le raisonnement est fait sans effort, et les demandes académiques d'apprentissage par répétition peuvent entraîner un blocage. Les tâches impliquant rigueur et persévérance sont susceptibles d'échouer par défaut de méthode et ennui. Cela retentit sur l'écriture et l'investissement scolaire en particulier en fin de cursus (école primaire, collège, lycée). C'est dire l'importance de l'aider à se confronter très tôt à l'effort (apprendre à apprendre), en maintenant son plaisir intellectuel par le challenge.
Quels troubles psychopathologiques ?
Les EHP ne sont pas systématiquement des enfants en difficulté sur un plan psychologique ou scolaire (un quart à un tiers aurait, selon les associations de parents, des difficultés scolaires(3) mais ces résultats nécessiteraient de plus amples études épidémiologiques). Inversement, les enfants en difficulté ne sont pas tous à haut potentiel. En revanche, des difficultés et des particularités observées chez les EHP sont parfois en lien avec leur haut potentiel.
Les dyssynchronies entre le développement cognitif (acquisition des performances intellectuelles) et différents autres domaines du développement ont été décrites par Jean-Charles Terrassier ; ce décalage serait responsable du profil hétérogène des EHP et des possibles troubles psychopathologiques associés (4).

Difficultés émotionnelles

Anxiété. Dès 3 ans, les questionnements existentiels (autour de la vie et de la mort) peuvent les envahir. Leur hypersensibilité exagère leur ressenti vis-à-vis des situations relationnelles mais aussi sociales qui sont anxiogènes. Confrontés à une pression de réussite, certains montrent une réactivité exacerbée vis-à-vis de l'échec. Cela peut évoluer vers une anxiété de performance à haut risque d'auto-dévalorisation et d'effondrement scolaire. L'EHP est susceptible de se replier dans une hyper-intellectualisation pour satisfaire un idéal d'intelligence, mettant à distance toute forme d'émotion. Un fonctionnement obsessionnel peut être observé, associant rigidité psychique et méticulosité. Enfin, une anxiété de performance avec échec scolaire et/ou exclusion du groupe des pairs entraîne parfois une phobie scolaire à haut risque de déscolarisation. À cela s'associent souvent des troubles du sommeil.
Cliniquement, la dépression des EHP n'a pas de caractéristique spécifique par rapport à celle d'enfants du même âge. On souligne cependant la place qu'occupe la faible estime de soi dans ce tableau clinique. Il convient de considérer les différentes dimensions (sociale, familiale, scolaire mais aussi physique) où elle peut être dégradée. L'estime de soi, y compris sur le plan scolaire, est souvent significativement altérée chez l'EHP. Dans ce contexte, il est intéressant de remarquer que la dépression est plus fréquente chez ces enfants. Les causes en sont multiples. D'une part, les difficultés relationnelles (familiales, sociales) peuvent être favorables à l'émergence d'un tel état. D'autre part, de nombreux enfants expriment leur sentiment d'avoir perdu leurs facilités d'apprentissage à l'entrée dans l'adolescence. Habitués à la réussite, ils se retrouvent confrontés à une évolution de la demande scolaire au collège et au lycée davantage axée sur l'approfondissement des cours et le travail personnel. Certains EHP ont des difficultés pour faire face à ce changement et vont constituer une population à risque. Le deuil des facilités d'apprentissage et des idéaux est susceptible d'évoluer vers l'auto-dépréciation et la culpabilité.

Troubles du comportement
Le lien entre haut potentiel et TDA-H (trouble déficit attentionnel-hyperactivité) est au centre de nombreux débats(7). Les signes évocateurs d'hyperactivité sont la logorrhée, l'instabilité motrice ou des difficultés à respecter les règles. Répondre avant la fin d'une question est souvent associé à l'impulsivité. Le déficit attentionnel est suspecté devant une incapacité à focaliser son attention et par conséquent à achever une tâche, ce qui peut entraîner l'échec scolaire.
Chez l'EHP, les troubles varient en fonction de l'environnement (école, domicile), alors que dans le TDA-H classique, ils sont indépendants. L'hyperactivité des EHP souffrant de TDA-H est orientée et focalisée, contrairement à celle des autres enfants. De même, leur impulsivité est dite fonctionnelle, puisqu'ils répondent correctement aux questions. Les principales hypothèses quant à l'apparition de TDA-H chez l'EHP ont été développées précédemment par notre équipe(7).
L'opposition est plus souvent observée chez les garçons et peut apparaître très tôt avec une fréquente intolérance à la frustration et un besoin particulier d'être dans la maîtrise. Chez le jeune enfant, l'identification du haut potentiel rassure certains parents en leur permettant de mieux comprendre le comportement de leur enfant. Les EHP de 8 à 10 ans sont susceptibles d'aborder l'adolescence plus tôt, du fait de leur maturité intellectuelle. Les comportements d'opposition inhérents au processus d'individualisation surviennent alors plus précocement et sont à risque d'être vécu comme une agression par la famille.
L'agressivité peut émerger de différentes situations (railleries, insultes ou exclusions). Elle est également à relier à l'anxiété en cas de frustration dont le passage à l'acte agressif serait la seule issue. Les modifications corporelles de l'adolescence bouleversent un équilibre psychologique souvent précaire. Ce corps peut être source de souffrance, notamment du fait de la dyssynchronie intelligence/psycho-motricité. Enfin, la période du lycée est à risque d'échec scolaire et de dépression, qui peuvent s'exprimer alors par une impulsivité et des passages à l'acte itératifs. QUELLES ÉVALUATIONS CHEZ UN ENFANT A HAUT POTENTIEL EN DIFFICULTÉ?
[tabs: ]Cognitive
Psychoaffective et comportementale
Investissement scolaire
Autres évaluations

[tabs: ]Outils d'évaluation
Échelles de Wechsler mesurant le QI (WPPSI, WiSC-IV ou WAIS en fonction de l'âge; Ed. ECPA)
EPoC (évaluation du potentiel créatif par Lubart, Besançon et Barbet; Ed. Hogrefe)
Programme Discover (théorie des intelligences multiples de Cardner)

[tabs: ]Evaluation psycho-affective et comportementale
Échelles d'anxiété et de dépression
Échelle toulousaine d'estime de soi
Tests de personnalité (tests projectifs, questionnaires adaptés du Big Five)
Évaluation de l'hyperactivité (DSM-IVTR et échelles de Conners avec différentes sources d'observation : père, mère, enseignant et enfant)
Évaluation des capacités attentionnelles (comportementales avec les critères DSM et cognitives avec le TEA-Ch)

[tabs: ]Évaluation de l'investissement scolaire
Entretien scolaire avec un professeur des écoles en binôme avec un psychologue
Auto-questionnaires : plaisir d'aller à l'école, théorie implicite de l'intelligence, attitude scolaire (questionnaire de Betsy McCoach)*

[tabs: ]Autres évaluations
Évaluation systématique de l'image du corps (dessin du bonhomme et figure de Rey) complétée d'un bilan de psychomotricité si nécessaire
Bilan d'orthophonie (si nécessaire)
l'essentiel
Il est important de repérer le plus tôt possible un enfant à haut potentiel intellectuel ayant des difficultés psychoaffectives (anxiété, dépression), comportementales (hyperactivité et conduites d'agression) et/ou scolaires (désinvestissement, voire échec).
Le bilan cognitif est une photographie de son fonctionnement cognitif à un moment donné.
Il est nécessaire de l'appréhender dans sa globalité en prenant en considération son développement cognitif, socio-affectif et physique, et en le replaçant dans son environnement familial, social et scolaire.
Quelles évaluation et prises en charge ?
Lorsque des signes évoquent un haut potentiel chez un enfant en souffrance, il est important d'évaluer son fonctionnement cognitif mais aussi ses difficultés psychoaffectives, comportementales et scolaires dans une approche intégrée et globale, prenant en compte son développement cognitif, socio-affectif et physique. De telles évaluations sont réalisées au CNAHP (8) (tableau). Si ce bilan confirme le haut potentiel et les difficultés psychopathologiques, les possibles prises en charge sont discutées avec l'enfant et ses parents, et peuvent être très différentes en fonction des symptômes, de son environnement et de la pratique clinique du ou des thérapeutes (8). Un accompagnement des parents, voire une guidance parentale, sont volontiers indiqués en parallèle.
Ce bilan global est souvent le premier contact du jeune et de sa famille auprès d'une équipe de soins pédopsychiatriques. La reconnaissance du haut potentiel, associé à la problématique psychologique, peut alors initier ou renforcer l'alliance thérapeutique avec les soignants, chez des parents jusqu'alors réticents à consulter dans un lieu de soins pédopsychiatriques (centre médico-psychologique [CMP], centre médico-psychologique et pédagogique [CMPP], psychologue ou psychiatre libéral). Il est important de savoir poser, au bon moment, l'indication d'une prise en charge thérapeutique.
En revanche, une identification sans adaptation thérapeutique et/ou pédagogique peut avoir des effets délétères. Il faut considérer l'enfant dans sa globalité, sans se restreindre à une évaluation strictement cognitive. L'image du corps, à l'interface entre les aspects physiques et psychologiques, est ainsi systématiquement évaluée. Prendre en compte plusieurs dimensions dans les procédures d'évaluation du haut potentiel, c'est mieux comprendre le profil psychologique de chaque enfant et disposer de plus d'informations pour le choix de son éventuelle prise en charge ultérieure. Cette approche globale nous amène à travailler en réseau pluri-professionnel sur les liens, y compris ceux qui existent entre l'intellect et le corps, avec un travail sur la cohésion émotionnelle et corporelle. Quelles perspectives ?
Il apparaît important d'apporter aux EHP en difficulté, à partir d'un dépistage précoce, un soutien psychologique en articulation avec une aide pédagogique adaptée et un accompagnement familial, afin que leur haut potentiel soit utilisé avec une ouverture sur l'environnement extérieur (vers une créativité et une amélioration des interactions sociales), et ne devienne pas un handicap.
Enfin, notre propos peut être élargi à tous les enfants quel que soit leur potentiel. Ce que nous apprennent les EHP en difficulté peut en effet être appliqué à chaque enfant : il est essentiel, à un niveau familial, scolaire et sociétal, de faciliter l'expression de son potentiel, de le valoriser dans ses compétences et de l'aider à lever ses inhibitions. Le paradoxe de l'échec scolaire chez certains enfants à haut potentiel intellectuel souligne l'importance de soutenir la motivation et l'investissement scolaire de l'enfant, à partir d'un projet pédagogique individualisé et adapté à ses centres d'intérêt et de désintérêt comme réalisé dans les programmes d'enrichissement scolaires avec la pédagogie différenciée (Montessori, Freinet, etc.). L'acceptation de la singularité et de la différence peut être mise au service de la tolérance et du développement de la créativité, dans l'intérêt du sujet et de la société.
► Afficher le texte

Les auteurs déclarent n'avoir aucun conflit d'intérêts.
LA REVUE DU PRATICIEN MÉDECINE GÉNÉRALE I TOME 26 I N° 892 I DÉCEMBRE 2012

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2246
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 36

Re: CNAHP

Message par Napirisha » lun. 30 janv. 2017 12:58

Nouvelle adresse : http://cnahp.fr/
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Riffifi
Messages : 1210
Enregistré le : sam. 20 avr. 2013 15:35
Présentation : riffifi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'Ouest
Âge : 38

Re: CNAHP

Message par Riffifi » lun. 7 août 2017 15:20

Merci !
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)

Répondre