Article dans Cerveau & Psycho mai-juin 2012

Répondre
Avatar du membre
yogi content
Messages : 78
Enregistré le : mer. 11 avr. 2012 11:58
Présentation : pourquoi ici et maintenant
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Âge : 57

Article dans Cerveau & Psycho mai-juin 2012

Message par yogi content » mar. 8 mai 2012 17:27

J'ai noté un article de 7 pages dans le dernier numéro de Cerveau & Psycho.
http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages ... -29725.php

Le titre est très "journalistique" : "L'intelligence repousse la mort" ! Mais c'est bien le sujet, et les conclusions de plusieurs études sur des populations importantes sont présentées, qui montreraient que l'intelligence modifie la longévité de diverse manières.

L'article m'a semblé sérieux, et explique notamment les "facteurs de confusion" en épidémiologie. Certes, il montre plus les risques liés à un faible niveau intellectuel que les caractéristiques des plus hauts niveaux, donc tout cela est peut-être à vos yeux hors sujet... Mais les études exposées me semblent intéressantes, et cela peut donner lieu à débat d'ailleurs : on peut se demander si les corrélations valables sur les QI faibles à forts restent valables pour les HQI et THQI.

Je recopie l'encart "en bref" :
- Des études sur de larges populations ont montré que l'intelligence est directement liée à la santé physique et mentale.
- Plus une personne a des scores faibles aux tests d'intelligence, plus elle risque de développer des troubles de la personnalité, une dépression et différentes maladies cardio-vasculaires


Et les chapitres :
- De multiples intelligences (où il est expliqué que le facteur G est le plus lié à la santé)
- Santé mentale et longévité (où il est dit que c'est lorsque l'intelligence est la plus faible que le risque de suicide est le plus important, contradictoire avec ce que dit Cécile Bost dans son livre "difficultés et souffrances de l'AS" mais son observation était-elle scientifique ?)
- Discuter ou frapper ? (où le lien entre intelligence et agressions est analysé, les habiletés verbales et le raisonnement permettant d'argumenter plutôt que d'en venir aux mains)
- Risques élevés d'infarctus et de démence.

En conclusion :
Les tests d'intelligence ne reflèteraient pas seulement l'efficacité du cerveau, mais aussi celle de l'organisme entier qui serait mieux préparé à réagir aux défis de la vie. Les temps de réaction, qui reflètent l'efficacité du traitement de l'information, prédiraient la longévité.

PS : il y avait un numéro spécial de cette revue Cerveau & Psycho (L'essentiel) de Février-Avril sur "L'intelligence - Comment la cultiver", avec plusieurs articles sur la définition (et la mesure) de l'intelligence, sur les supports biologiques de l'intelligence (les gènes, les neurones, un article qui m'a passionnée sur la substance blanche), un article sur les enfants surdoués, puis des articles sur les capacités acquises, dont un sur le rôle des parents. Malheureusement, je l'ai acheté le 30 avril, et il ne doit plus se trouver dans le commerce. Éventuellement dans les médiathèques bien pourvues... ou par Internet.
http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages ... 9038&num=9

Répondre