Page 2 sur 3

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 18 août 2014 00:05
par Sand
C'est un des bouquins que j'ai lu dès que j'ai su que j'en "faisais partie". Mon amie qui m'avait "initiée" à cette notion de douance m'en avait parlé quelques temps avant mais je n'avais pas ressenti le besoin de le lire.
Puis j'ai eu le résultat du test et j'ai eu grand besoin de lire tout ce que je pouvais trouver sur la douance (y compris ce forum ;))
Je dois avouer que je n'ai pas tellement aimé ce livre. Il m'a fait un drôle d'effet. Il m'a plutôt déprimée en fait. Je l'ai trouvé assez défaitiste, il décrit beaucoup tous les tracas et soucis auxquels sont confrontés les surdoués, et il n'y a pas assez de contrepoids positif à mon sens.

Je veux bien croire (et je suis la première concernée) que la douance va avec tout un lot de "prises de têtes" et questionnements et difficultés d'adaptation dans une société qui est plus faite pour les gens dans la norme... mais dans ce cas la, il aurait été intéressant à mon sens de dédramatiser la situation et de donner des clés pour se sentir mieux en sociétés et mieux gérer cette émotivité et hypersensibilité que beaucoup connaissent.

Même le titre du livre donne le ton : Cette question : "Trop intelligent pour être heureux?" On la transforme quasiment en postulat de départ en fait.

Enfin, ce n'est que mon opinion, qui n'engage que moi.
J'ai préféré le bouquin de Monique de Kermadec.

Je n'ai pas encore lu le bouquin de Cecile Bosc, d'ailleurs, si qqun habitant sur Paris l'a a dispo et veut bien le prêter, je suis preneuse. (je lis plutot rapidement, ne vous inquiétez pas).

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mer. 20 août 2014 14:35
par raphie17
J'ai acheté le livre 3 mois après avoir passé le test wais...Ce "haut potentiel" confirmé ne voulait rien dire pour moi, je ne voyais pas tellement comment il prenait corps et ce que cela changeait. J'ai donc lu "Trop intelligent pour être heureux" comme un outil d'approche de ce que j'étais. Ca m'a rassuré. Enfin, quelqu'un pouvait expliquer avec des mots simples et sans tourner autour du pot ce qu'était un adulte surdoué...!!!J'ai enfin, je crois, compris CE que j'étais et pourquoi. Il y a effectivement quelques passages déprimants et j'avoue ne pas avoir lu toute la dernière partie sur les femmes et le "surdouement"( genre ce serait encore plus difficile..pfff).J'ai aussi laissé trainé le livre que z'hom à lu (à mon grand étonnement!). Z'hom est désormais beaucoup plus compréhensif et a enfin intégré cette notion comme il le fallait, loin des clichés évoqués par TF1 ou W9...Bref, c'est un livre à faire lire aux proches de surdoués.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 11 sept. 2014 03:34
par Mael
C'est le livre de la découverte , pour moi comme pour beaucoup.

C'est lui qui m'a amené ici.

La découverte de la dynamite relevait, je crois, d'une excellente intention. Mais qu'en a-t-on fait ?

Point d'interrogations obligatoires, après la lecture du TIPEH ? ? ? ?, point de psychanalyse obligée, quand bien même pour certains, c'est un passage incontournable.

Point d'interrogations obligatoires pour des maux qui sont peut-être uniquement du fait "de la vie".

Points d'interrogation obligatoires après des mots qui peuvent amener à utiliser ce livre comme un alibi.

TROP INTELLIGENT POUR ETRE HEUREUX ? ? ? ?

Ce livre n'est, je crois, qu'une indication, pas une bible.

Je n'oublie pas les points d'interrogation. (point final)

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 11 sept. 2014 04:21
par Esprit-libre
Perso, je n'ai pas du tout accroché à ce livre (le premier que j'ai lu sur la question). Son seul mérite a été de me présenter pour la première fois des "spécificités" du surdoué dont je n'avais jamais entendu parler (déficit d'inhibition latente, cerveau droit, etc). Outre que je découvre après coup que ces dits-spécificités sont contestées par plusieurs scientifiques (ou reposent sur trop peu d'étude scientifique plutôt), je n'ai pas du tout aimé le ton racoleur du livre, cette façon d'alpaguer le lecteur à coup de point d'exclamation et de ton mielleux (je n'ai pas d'extrait en tête mais des fois, j'avais l'impression de me faire flatter la croupe comme un chienchien, genre "pauvre surdoué...... mais t'inquiète pas, je te comprends moi..". :roll:
Ce livre me fait plus penser au style des bouquins de développement personnel. Pour 5 lignes sur les surdoués, il y a 20 lignes de coaching bien-être ("il faut positiver !", "femmes, surdouée, croyez en vous !" et autres psychologie de comptoir). J'attendais un truc bien documenté, rigoureux, dense, je suis donc ultra déçue.
Peut être en tant qu'ouvrage d'ultra vulgarisation, pour des personnes qui ne connaissent pas du tout le sujet, ça peut être un point d'entrée. A la limite...

PS : Mael, je n'ai pas compris ton message. Tu trouves que le livre est bien ou pas ?

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 11 sept. 2014 13:36
par Mael
Mael a écrit :C'est le livre de la découverte , pour moi comme pour beaucoup.

C'est lui qui m'a amené ici.
Oui Esprit-Libre, ce livre est très bien, en tant que révélateur, pour moi comme pour beaucoup.

Je regrette toutefois le titre, et l'accent qui est mis sur le côte douloureux de la douance.

En prenant ce livre seulement comme un révélateur, et non pas comme "vérité absolu",il y aurait je crois plus de chance pour un surdoué de se découvrir sereinement.

Je pense que c'est comme un colorant qui permet de découvrir le volume d'un liquide ( de E quelque chose ). Ce n'est pas le colorant qui fait toute la matière.

Du reste, JSF n'a pas tout inventé, elle a simplement formalisé certaines idées, à sa façon.

J'ai découvert récemment une interview du Pr Chauvin. En 1975, il avait déjà une bonne idée de la douance, incomplète certes, mais Terrassier et Adda (entre autres) étaient également à défricher le terrain. C'est dans"les tribulations d'un petit ###Charcutier-zingueur en reprise d’études ###".

Ce livre est bien car avec toute la médiatisation dont il fait l'objet, il fait découvrir une autre facette des surdoués. C'est là son plus grand mérite. Il vulgarise.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 2 oct. 2014 20:40
par Lmsm
C'est le deuxième livre que j'ai lu sur le sujet (après celui sur les enfants de la même JSF).

Et je dois dire que j'ai eu un arrière goût désagréable après lecture.

Je recherchais un ouvrage sur les adultes, après les questions suscitées par la lecture et les recherches que j'ai pu faire sur les enfants.

Je l'ai trouvé défaitiste et déprimant.
Et un peu trop "globalisant", comme si tous les surdoués étaient une même entité, un nouveau moule. Le côté très appuyé des "caractéristiques" comme par exemple la synesthésie je n'ai plus la phrase exacte mais en gros on "devait" lire le passage avec des couleurs si on était HP. C'est quelque chose qui me choque d'autant plus, depuis le bilan.

Autre point, j'ai beau ne pas être à l'aise avec le mot "surdouée", me faire appeler "###Charcutier-zingueur en reprise d’études ###" (potentiellement à l'époque) me gênait.

J'hésite à le faire lire à l'homme de la maison, j'aurai peur qu'il se fasse une fausse idée de moi. Je pense que je vais le relire avec un regard plus "clair" et moins embourbée dans mes interrogations pour confirmer ma première impression.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 2 oct. 2014 21:30
par Tipiak
Pour l'hésitation à faire lire le bouquin à autrui : Il est clair que le livre de JSF est critiquable sur de nombreux points, mais dans la foultitude de tout ce qui est disponible comme bouquin, celui de JSF m'a parut le plus facile à aborder quand on ne connait pas du tout la thématique de la douance.

Les gens à qui je l'ai fait lire m'ont dit que ça leur avait permit de mieux me comprendre. (Bon, c'était pas mon but, je voulais leur glisser l'idée sur eux-même de façon fourbasse, mais apparemment j'ai fail.) (Pis je trouve ça surprenant un peu quand même : moi je me suis pas du tout reconnu dans le bouquin de JSF.)

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : ven. 10 oct. 2014 14:10
par Kailiana
Il s'agit du premier livre que j'ai lu sur le sujet, après avoir lu quelques trucs sur internet et avoir pas mal parcouru le forum. A noter que je n'avais aucune connaissance préalable sur le sujet (à part "un surdoué c'est quelqu'un de plus intelligent"...) et que lire quelques précisions sur internet, puis sur le forum, m'avait déjà fait un drôle d'effet.

Voulant en savoir plus, j'ai décidé de commencer par TIPEH, mais j'avais déjà vu sur le forum que certains ne s'y retrouvaient pas, et que chaque HP est différent, qu'il faut tout prendre avec des pincettes, etc. Je pense que cela a fortement influencé ma lecture.

Autant l'avouer, au début de TIPEH, je ne m'y suis pas du tout retrouvée et j'ai eu l'impression que je m'étais complètement plantée, c'était pas moi ça : l'image du surdoué, au début, est bien sombre et avec tous ses mauvais côtés.
C'est ensuite, lors des chapitres "de la difficulté d'être un adulte surdoué", et "ceux qui vont bien", que j'ai reçu de grosses claques. D'abord en revoyant et réanalysant une bonne partie de mon enfance, comme si ce livre m'apportait un éclairage différent, qui m'avait manqué jusqu'alors, et qui permettait d'un coup aux pièces de mon puzzle déjà presque fini de s'imbriquer (bon en vrai c'est encore loin d'être parfait mais ça a bien progressé :D ). Puis en me rendant compte que j'allais bien, au jour d'aujourd'hui en tout cas, et que j'avais eu pas mal de chance.
A noter un paragraphe qui m'a beaucoup marquée car il me correspondait beaucoup, et qui je pense aurait mérité de figurer plus tôt, à la toute fin de "du côté des femmes", où il est dit, en gros, que les filles ont tendance à s'adapter davantage pour faire plaisir et être aimées.

Au final, la première lecture m'a fait un énorme effet, mais je crois que j'ai sélectionné les chapitres qui me concernaient en passant plus rapidement sur les autres ; c'est sans doute pour ça que je n'ai pas eu l'impression qu'il soit vraiment négatif (ça et mon naturel généralement optimiste :wasntme: ). Je pense que c'est un bon livre lorsqu'on ne connait rien au sujet, car il ratisse large et essaie de tout dire sur tout, d'évoquer tous les cas possibles, mais reste de ce fait peu profond. A la relecture (rapide), j'ai eu l'impression d'avoir déjà presque épuisé ce qui m’intéressait. Le livre de Cécil Bost, que j'ai lu une semaine plus tard, m'a paru beaucoup plus proche de ce que j'étais, plus "correct", mais en même temps je ne sais pas vraiment quel effet il peut faire lorsqu'on n'a aucune connaissance du sujet.

Mais je pense que de toute manière, il faut lire plusieurs livres sur le sujet pour avoir vraiment une idée, car chaque auteur l'aborde d'une manière différente ; je ne regrette vraiment pas d'avoir commencé par TIPEH puis continué par celui de Cecile Bost, je trouve que les deux se complètent très bien.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mer. 18 févr. 2015 10:34
par Alice in Wonderland
Bonjour à tous et à toutes,

Je suis en train de terminer le livre et voici mon ressenti.

Mais d'abord je tiens à préciser que je ne suis pas "dépistée" ;) donc de là va partir aussi mon jugement.

(Je suis certaine maintenant que je suis surdouée, pas par des livres mais bien après que m'a psy surdouée me l'ait dit, puis sur lectures de multiples posts sur ce forum plus plusieurs soirées HP qui ont été concluantes.)

Donc, je ne me reconnais pas dans tout, sûrement comme beaucoup mais quand on est pas diagnostiqué c'est plus anxiogène.

Une forme caricaturale, comme certains l'ont dit, l'impression que tout le monde est dans le même panier.

Si je me mettais à la place de quelqu'un non surdoué qui voudrait s'y intéresser, j'aurais l'impression qu'on me parle d'extra terrestres, enfin disons plutôt de personnes absolument inadaptées et dans l'impossibilité de l'être.
De ma petite expérience des autres et de moi je pense qu'on est assez peu à "paraître" totalement inadaptés.

Une vision comme le disent certains très pessimiste, on fait quoi avec de lourd fardeau qu'on ne peut pas lâcher???

De plus, et j'ai retrouvé cela aussi dans le livre l'Adulte Surdoué de Monique de Kermadec, une prise en compte unique de la douance.
Alors que quand je lis le livre, je me demande bien ce qui fait partie de mon mal être du à ma douance, ou bien des maltraitances psychologiques subies.
Je ne suis pas la seule à avoir eu des problèmes de vie hors douance, et ils agissent bien sûr eux aussi fortement sur le comportement.
C'est dangereux de ne jamais parler de cela dans ce genre de livre car beaucoup de personnes "uniquement" dépressives ou traumatisées peuvent se retrouver dans beaucoup de caractéristiques de mal être décrites dans le bouquin...
Et vice versa, les personnes surdouées et dépressives peuvent se dire que finalement tout est lié à la douance et ne plus aller creuser le reste...

Une dernière chose, qui m'a "soulagée", c'est de voir que Mme Siaud Facchin qui a l'air de tellement œuvrer pour les surdoués pratique des tarifs très élevés dans ces centres cogito'z... aider les surdoués... qui ont les moyens?

Je pense que ce livre peut être un bon révélateur pour la personne dont c'est la première approche, je l'ai lu car il m'a été conseillé plusieurs fois par des surdoués, qui ont été très touchés car cela les a soulagé et a éclairé pas mal de points.

Pour finir, je vais suivre les conseils de ma psy qui m'a proposé de lire Différences et souffrances de l'adulte surdoué de Cécile Bost. Vu qu'elle est surdouée, j'espère m'y reconnaître plus, sinon je m'en tiendrai à tirer mes conclusions à travers les ressentis des HP, qui ne sont pas clichés et très diversifiés, pleins de questions et d'analyses.

Voilà, voilà.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mer. 18 févr. 2015 17:37
par Riffifi
Hors-sujet
Alice, comme tu le soulèves bien, il peut être difficile d’identifier ce qui relève de la douance ou d’autre chose dans un parcours de vie. La lecture d’ouvrages comme celui-là peut effectivement faire l’effet d’un révélateur, qui permet ensuite de se confronter à une réalité concrète.
Il est important, surtout en phase de questionnement, d’avoir une base solide pour pouvoir avancer ; le passage du test permet d’offrir cette base et d’évacuer une partie du questionnement (j’en suis, j’en suis pas ? je suis sûre, je suis pas sûre ?...) au lieu de tourner en rond en hésitant (à raison) à se fier au seul jugement d’une personne (même éventuellement éclairée), ou à ses discussions ou lectures (mêmes bonnes).
Il est dommage de s’en priver en se limitant à un seul élément, d’autant que c’est l’ensemble (test+analyse/diagnostic du professionnel) qui permet d’établir qu’une personne est surdouée ou non. Si ta psy est professionnelle, elle doit te proposer cette approche en complément de son opinion, pour la confirmer ou l’infirmer.

Tu trouveras par là des sujets qui pourront t’intéresser :
Premières découvertes : attention aux pièges
Peut-on se suffire du diagnostic clinique ?

Nous te conseillons aussi d’aller voir des ouvrages qui présentent un aspect moins « sombre », comme celui de Gauvrit par exemple « Les surdoués ordinaires » que madeleine a résumé ici.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mer. 6 janv. 2016 01:13
par Mercador
Bonjour,

Question d'ajouter mon grain de sel de "pas-connaisseur-du-tout".

J'ai appris il n'y a même pas une semaine ce qu'était la douance, je ne crois pas que c'est vraiment connu ici du côté de l'Atlantique. Ça eu l'effet d'une bombe. Pratiquement à chaque paragraphe, ça remontait un souvenir d'enfance et ça me permettait de comprendre ci et cela. J'étais surchargé de souvenirs et en même temps, j'ai tellement peur de me faire de fausses histoires que je l'ai lu en 3 coups (j'aurais facilement passé la nuit dessus mais j'étais quasiment mal à l'aise de m'associer à ce problème [pour moi, c'est un problème]).

Je passe mon test demain, il était évident pour moi que je ne peux pas rester avec le doute, ça me rend malade, il aurait fallu que j'aie le test la journée même (et encore, faudra bien que j'attende les résultats).

Ce livre m'a rendu incroyablement triste (je pense car je ne pleure pratiquement jamais, mais il m'a fait ressentir des choses étranges, je ne sais pas si c'était de l'excitation, le tournis ou un mélange de tout) et ça m'a pas mal ébranlé sur mes fondations.

Je n'ai aucune idée si mon test sera positif ou négatif mais chose sûre, le livre a complètement changé ma perception des choses. Même si ça s'avère négatif, c'est comme si le livre m'avait donné le droit d'être moi-même, c'est d'ailleurs pourquoi je me suis inscrit sur le forum car peu importe le résultat, je pense que je vais trouver des réponses ici.

tldr; très bon pour un adulte qui ne sait pas encore, aucune idée pour un confirmé.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mar. 2 févr. 2016 22:52
par Traum
Pour ma part… bien que ça ait été le premier livre que j'ai lu sur la douance, je ne l'ai pas aimé. Le titre m'avait interpellée suite à une conversation avec mon père qui m'avait dit en substance l'énoncé du titre même : « tu es peut-être un peu trop intelligente pour être heureuse ».

Mais, outre que je n'aime pas la manière dont elle écrit (bien trop familière à mon goût et peu élégante (pardon… — même si, au moins ça a le mérite de se lire bien et vite (et pour moi de s'oublier presque tout aussi sec)), je n'aime pas la manière dont elle présente les surdoués : comme des héros tragiques des temps modernes.
Je ne l'aimais pas quand j'étais en questionnement, je ne l'aime pas plus maintenant que je sais. Parce que le couplet du pauvre « ###Charcutier-zingueur en reprise d’études ### » incompris, ça va bien deux minutes, et ensuite ça (m')énerve. — Peut-être aussi parce que je n'ai pas encore complètement digéré pour le coup mon « diagnostic » et que je pres-sens qu'il va me falloir bien du temps encore… et qu'à lire toute cette « typologie » qui voudrait m'expliquer « qui » je suis censée être, eh bien… ça a de quoi me perdre quand même beaucoup.
Et cette notion de toujours plus, plus, plus… ça m'agace aussi.

On sent du soucis de sa part, on sent qu'elle défend une cause… Un peu trop… Et puis c'est trop elle, elle, elle qui sait tout, et mieux que tout le monde d'abord… Alors qu'elle n'est même pas seule sur ce créneau, mais il faudrait presque penser comme elle… (Je caricature, certes…)

Elle a cela de bien cependant qu'elle est déculpabilisante dans ses écrits, presque un peu trop. Puisque l'on peut presque tout rabattre sur la douance, eh bien, pourquoi ne rabattrais-je pas mon mauvais caractère et mon côté caractériel sur mon hypersensibilité de surdouée ? (C'est un peu facile, n'est-ce pas…)

Et le plus terrible, c'est que sur bien des choses, je me suis quand même en partie reconnue. Et que j'ai apprécié, juste après le diagnostic, de retrouver les lignes qu'elle a couché quant aux réactions que l'on peut éprouver, ressentir… parce que c'était les miennes et que cela m'a permis au moins de commencer à tisser un embryon de recul.

Est-ce à dire que ça en ferait un bon livre ? Non, pas nécessairement. Est-ce que cela me suffit ? Pas du tout.
Aussi parce que c'est trop péremptoire.

Certains l'ont dit : c'est davantage un livre pour le grand public que pour les surdoués eux-mêmes. Les mots de M. de Kermadec m'ont bien plus parlé (ne serait-ce que dans sa manière de décrire les surdoués), ceux-là ainsi que ceux de C. Bost (que je découvre). (Même si je ne suis pas parvenue à lire celui de de Kermadec jusqu'à la fin parce que l'usage important d'hyperboles me gênait quand même aussi et que je picore dans celui de C. Bost.)

Bref, on voit que la dame connaît quelque chose, mais ça aurait pu être dit avec plus de finesse, plus d'intelligence (re-pardon), plus de subtilités et de précisions, sans en faire un ouvrage pour les spécialistes, et tout en gardant le livre accessible.

Si je devais faire lire un livre à mes proches, si tant est que j'en aurais un jour envie, eh bien, je ne choisirais peut-être pas celui-là… (Ensuite, ça dépendrait de la personne à qui je destinerais le livre, certainement.)

Voilà ma critique un peu rude sur les restes de digestion mentale de TIPEH…

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mar. 2 févr. 2016 23:50
par Mercador
Traum, avec du recul et après avoir lu celui de Kermadec, je dois admettre que celui de Kermadec a plus de valeur à mes yeux que celui de JSF. Ceci dit, celui de JSF m'a ouvert les yeux sur la douance alors du coup, il aura toujours un impact important pour moi.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mer. 3 févr. 2016 00:19
par Traum
Je me souviens qu'effectivement, pour toi, Mercador, ce livre avait soulevé une tempête sous un crâne… Et c'est ça qui est important : c'est ce que ce livre a convoqué chez toi.

Je n'ai pas lu les autres livres de JSF, j'ignore si elle écrit toujours ainsi… je ne pourrais pas dire en soi que TIPEH est la pire introduction qui soi, je n'en sais rien. C'est une introduction qui m'a servie, qui me sert un peu en ce moment (pour lui rendre justice), mais ce n'est pas une introduction que je trouve élégante.
Ceci dit, c'est une introduction que j'ai récemment proposée à quelqu'un parce que sa manière de formuler ses questionnements et sa souffrance pouvait peut-être trouver de quoi « s'apaiser » dans les propos de JSF. Parce que cette manière incisive d'écrire peut, je pense, faire du bien à qui se sent très en souffrance. Du moins, j'ai pensé que ça pourrait peut-être accompagner dans son cheminement cette personne-là. (À voir ce qu'il en retourne ensuite.)
JSF, c'est un peu la voix de stentor du prof d'amphi qui alpague l'attention de tout le monde. C. Bost et de Kermadec sont plus « mesurées » (bien qu'elles sachent très bien se faire entendre), elles n'ont pas a priori dans leurs mots le charisme de JSF mais elles ont pour elles plus de puissance et de corps dans leurs écrits.

Il y a aussi quelques partis pris professionnels (pourrait-on dire) avec lesquels je ne suis pas nécessairement (ou pas toujours) d'accord, mais je n'ai aucunement la prétention d'avoir « raison »…
Faut-il absolument « diagnostiquer » tous ceux que l'on pré-suppose, pres-sent surdoué, même ceux qui n'en manifestent pas de souffrance (pas apparence) et / ou dont le questionnement ne porte (a priori) pas sur cette veine-là ? C'est discutable (au sens premier).
Est-ce qu'il n'y a que quelques manières d'accompagner les surdoués, celles que JSF évoque (C. Bost a aussi ce travers, mais de manière moins directive, il me semble.)
En tout cas, je trouve le livre un peu trop tranché sur ces sujets, et ça me dérange. Peut-être encore plus d'ailleurs parce qu'il s'agit d'un livre grand public (et que je n'aime pas ce qui risquerait de s'apparenter, pour moi, à des recettes un peu toutes faites*…)

* Oui, je suis vraiment terriblement méchante envers JSF.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 4 févr. 2016 16:01
par SylDa
C'est aussi le premier bouquin que j'ai lu (un ex me l'avais passé en me disant "tiens tu devrai lire ça ça te concerne") et j'ai ressenti à la fois une claque "ben ouai ça me ressemble quand même pas mal j'avais encore jamais lu de description d'un mode de fonctionnement qui se rapproche vachement du mien" et un agacement certain car j'aime pas trop trop les câlins et la victimisation. J'avais un peu l'impression qu'elle s'adresse aux surdoués comme à des gosses et ça m'agace car je déteste l'infantilisation.

Sa manière d'écrire est une déformation je pense car elle est plus habituée aux enfants tout simplement. Ou alors elle déborde d'émotion mais ça ressort un peu trop, il n'y a pas assez de neutralité dans son bouquin (c'est pour ça que j'en ai acheté d'autres, pas encore lus mais j'y pense^^)

Néanmoins ça reste un bon premier pas vers la découverte et la vulgarisation de mais-au-fait-un-surdoué-c'est-quoi-?

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : ven. 5 févr. 2016 01:09
par Mercador
Je suis d'accord avec les deux derniers posts, JSF a un ton infantilisant qui fait en sorte qu'on peut avoir de la misère à la prendre au sérieux à prime abord. Mais du même coup, si on souffre beaucoup dans notre tête, c'est également un baume de sentir qu'une personne semble concernée (que ça soit vrai ou non), c'est peut-être là que ça m'a fait beaucoup de bien.

Avec du recul et avoir lu Kermadec après, c'est vrai que le livre de Kermadec me semble plus abouti. Mais un genre de Surdoués pour les nuls, celui de JSF fait bien le travail. Je n'ai pas lu celui de Bosh encore, je vais prendre un peu de recul vis-à-vis la douance et toi ce qui en gravite le temps que j'aille mieux car là je suis trop mélangé pour être capable de trier le faux du vrai.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 13:14
par SylDa
J'aime bien l'idée "les surdoués pour les nuls" :rofl:

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 13:36
par Bradeck
Hors-sujet
Mercador a écrit :Je n'ai pas lu celui de Bosh encore, je vais prendre un peu de recul vis-à-vis la douance et toi ce qui en gravite le temps que j'aille mieux car là je suis trop mélangé pour être capable de trier le faux du vrai.
Pourtant, si tu es tout mélangé, Bosh peut aider :D
► Afficher le texte

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 15:23
par Mercador
► Afficher le texte
► Afficher le texte

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 15:27
par Mercador
► Afficher le texte

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 15:30
par Coralie352
Mercador...

"Différence et souffrance de l'adulte surdoué" de Cécile Bost

Son site web est bien aussi...

;)

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 15:32
par Mercador
► Afficher le texte

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : lun. 8 févr. 2016 15:38
par TourneLune
 ! Message de : TourneLune
Petit extrait de la section fonctionnement et esprit du forum

Manuel du posteur cool http://adulte-surdoue.fr/politique-ethi ... m-t80.html
sait trouver le bon équilibre entre apport de signal et bruit : le bruit, il y en a toujours un peu, c'est normal, et c'est bien de pouvoir aussi être spontané et de pouvoir se marrer, il y a d'ailleurs des sections conçues spécialement pour ça, mais cela ne constitue généralement pas l'essentiel des messages du posteur coul ;)
le posteur coul utilise des règles personnelles simples et basiques comme "réfléchir avant de poster", "j'exerce mon esprit critique", "je poste pour partager du sens et des infos, pas pour montrer que j'existe".
Donc voilà, merci d'essayer d'envoyer un peu plus de signal et de ne pas profiter de chaque excuse pour raconter sa vie, surtout dans cette section.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : mer. 23 mars 2016 22:20
par Hypo-tête-hic
Je viens de finir ce livre de JSF... et je suis déçu ...

Aucune consistance.Contrairement à celui concernanr les enfants.

Ayant débutée par celui de Kermadec, un peu trop technique.

Je trouve celui de Cecile BOST absolument genial.

Re: Livre : Trop intelligent pour être heureux

Posté : jeu. 24 mars 2016 10:34
par Rachel
Comme beaucoup d'entre vous : c'est le livre de la découverte, celui qui m'a amenée ici et premier livre que j'ai lu sur le sujet.
Je trouve que c'est un livre utile de part justement sa simplicité qui permet une bonne première approche. On peut le lire même si on est tout à coup rendu super fébrile par ce qu'il nous apprend sur nous mêmes, à travers des mises en situation de la vie quotidienne qui font tilt. Je l'ai lu personnellement le cœur battant, mon œil sautant d'une ligne à l'autre pour en apprendre encore plus, le plus vite possible, quitte à bouffer des mots mais pas grave, je comprends, je continue... Si l'écriture avait été plus riche, l'émotion suscitée par les révélations qu'il contenait pour moi en aurait rendue la lecture plus compliquée et l'effet flash n'aurait peut être pas été au rendez-vous.
Je trouve aussi que le principal y est dit et que ça peut suffire pour certains. Ceux qui souhaitent fouiller plus peuvent aller regarder du côté d'autres ouvrages. J'ai lu celui de Cécile Blost, plus riche mais même contenu et j'en cherche un autre, différent...
Sinon, le bouquin de JSF peut servir aussi comme approche pour l'entourage qui voudra bien le lire.