Arrogance

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: l'effet barnum, un biais de connaissance de soi?

Message par Fabs le vaurien » ven. 8 juin 2012 13:35

bon flood digressif HS pour flood digressif HS....allons y gaiement
Joebar a écrit :dans le fait de faire passer l'autre pour un Mickey ok (mais ça c'est l'avis du recruteur), mais dans la moralité, je ne comprends pas ça.
bah je crois que c'est différent mes proches quand même. Evidemment que je ne voulais pas écrabouiller l'autre, mais l'un comme l'autre, j'ai sur cette expérience oublié que je dois aussi faire attention à l'autre, le prendre en compte parceque justement, tout protagoniste d'une interaction doit "garder la face".

Je ne l'ai pas pris de haut ça c'est sur, mais animé et gonflé par suffisamment de confiance pour ne rien avoir à prouver, j'en ai oublié les rudiments de toutes communications qui se veut bilaterale et réciproque.

c'est un peu comme si je m'autorisais à être mauvais sur scène lors d'une représentation de théatre parceque j'ai déjà récu 10 000 prix de la critique. Au final on juge sur quoi? sur la prestation ou sur qui la prodigue?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Sôsuke (惣右介)
Messages : 671
Enregistré le : sam. 28 janv. 2012 11:02
Présentation :
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: l'effet barnum, un biais de connaissance de soi?

Message par Sôsuke (惣右介) » ven. 8 juin 2012 13:50

C'est tout le problème de savoir comment s'ajuster dans ce genre d’interaction il faut arriver à mettre ses compétences, capacités, talents en valeur tout en restant suffisamment modeste ou humble pour ne pas écraser l'autre, ni trop se dévaloriser au risque de voir la place partir pour un autre.

Comme sa psy l'expliquait à mon frère, il n'y pas énormément de place pour la franchise dans un entretien d'embauche, on juge moins les compétences réelles que l'attitude. Et les supérieurs qui engagent quelqu'un pour un poste subalterne ont rarement envie de se voir pris en défaut.
"Ego sum qui sum."

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: l'effet barnum, un biais de connaissance de soi?

Message par Fabs le vaurien » ven. 8 juin 2012 14:00

peut être que nos échanges auraient leur place ici : http://adulte-surdoue.fr/philosophie/na ... t2189.html
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Arrogance

Message par Zyghna » ven. 8 juin 2012 14:05

Trop tard c'est déplacé dans "arrogance" ^^
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Jue
Messages : 250
Enregistré le : mar. 5 juin 2012 14:00
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS

Re: l'effet barnum, un biais de connaissance de soi?

Message par Jue » ven. 8 juin 2012 14:21

Joebar a écrit :dans le fait de faire passer l'autre pour un Mickey ok (mais ça c'est l'avis du recruteur), mais dans la moralité, je ne comprends pas ça.
Bon avant de rendre Rose complètement maboule et vite fais : j'avoue moi-même que je me suis souvent "rabaissé" volontairement pour ne pas blesser les autres (c'est plus fort que moi), mais en même temps... l'humiliation, je connais (bien) et je préférerais encore me traîner volontairement dans la boue plutôt que de faire subir cela à quelqu'un d'autre (et quand ça arrive par ma faute, j'en suis malade).
"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions."
Confucius

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: l'effet barnum, un biais de connaissance de soi?

Message par Fabs le vaurien » ven. 8 juin 2012 14:28

Jue a écrit : j'avoue moi-même que je me suis souvent "rabaissé" volontairement pour ne pas blesser les autres .
merde, ce que tu dis aurait sa place là http://adulte-surdoue.fr/societe-vous/a ... t1236.html

:1cache: de quoi parle t on???? tout est lié !!!
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
moza
Messages : 273
Enregistré le : mar. 14 févr. 2012 17:28
Présentation : lien
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Scandinavie
Âge : 33

Re: Arrogance

Message par moza » sam. 9 juin 2012 07:41

C'est pas justement intéressant de s'apercevoir que c'est lié?

L'arrogance, c'est une de mes plus grandes peurs, et comme Jue, oui, se rabaisser est un moyen simple de ne pas se sentir arrogant. Bon, bien sûr à la place tu tombes dans l'auto-dévalorisation. J'ai des fois l'impression - pas tout le temps hein - qu'à certains moments, je n'ai pas d'autre choix. Quand on me demande des choses qui vont clairement me faire passer pour "ayant plus de capacités" que mon interlocuteur, j'ai le choix de dire les choses comme elles sont, sans me rabaisser, et que l'autre me perçoive comme arrogante, ou bien de me rabaisser (avec les souci de confiance en soi et d'image de soi abimée qui se construisent au fil du temps).

Peut être qu'il y aurait un moyen d'être à la fois non-arrogant et "juste" envers soi, mais je ne sais pas si on s'éloigne de l'auto-dévalorisation. J'ai parfois énoncé le point "positif" dans le domaine demandé, en rappelant qu'à côté j'ai beaucoup de défauts et de soucis (genre dans l'adaptation sociale ou Être bien dans ma peau). C'est pas faisable tout le temps - il faut replacer dans un autre contexte et les discussions de café n'en laissent pas le temps. Et ça ne garantit pas qu'on ne tombe pas dans l'auto dévalorisation, vu qu'au final je pense avoir aussi construit une conscience sur-aiguë de tous mes défauts pour pouvoir les porter en étendards dès que je me suspecte arrogante...

Avatar du membre
Jue
Messages : 250
Enregistré le : mar. 5 juin 2012 14:00
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS

Re: Arrogance

Message par Jue » sam. 9 juin 2012 08:13

Ceci dit, ce n'est pas toujours de "l'auto-dénigrement" : moi, il m'est souvent arrivé de me taire, parce que je disais effectivement n'importe quoi (bon en fait, je voulais dire des choses, mais ça faisait "plouf" parce que je n'arrivais pas à formuler correctement), donc pas forcément pour m'auto-dénigrer.

Petite anecdote à ce sujet : en licence, je traînais avec un pote (c'est devenu mon meilleur pote, même ;-) ) et en cours, il m'a dit une fois - alors que je brûlais de prendre la parole : "T'as réfléchi à ce que t'allais dire cette fois ?"... ça m'a coupé net (je n'avais justement PAS réfléchi à ce que j'allais dire :/ ).

Et puis il faut aussi être conscient des autres ; il m'arrive souvent d'être vraiment ch***t (ça commence à se voir un peu, non :D ?), à pinailler sur des détails, à faire la gueule pour pas grand chose ou à vouloir à tous prix avoir le dernier mot. Donc des fois, je me dis qu'il faut mettre le frein et laisser un peu les autres s'exprimer, non ?

Enfin, il y a les représentations : quand j'étais plus jeune, le "surdoué" c'était une sorte de petit génie péteux, arrogant et condescendant - j'aurais préféré crever plutôt que de ressembler à cela...
"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions."
Confucius

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Arrogance

Message par Zyghna » lun. 11 juin 2012 08:28

Une petite citation entendue ce week-end et qui me fait encore beaucoup réfléchir. Je vous la mets, j'y reviendrai plus tard quand j'aurai fait le point dessus, parce qu'elle m'a particulièrement touchée:

"Sans la peur, nous serions des monstres d'arrogance"
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Jue
Messages : 250
Enregistré le : mar. 5 juin 2012 14:00
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS

Re: Arrogance

Message par Jue » lun. 11 juin 2012 11:59

On pourrait tout de même aussi ajouter que sans la peur, l'humanité aurait disparue de la surface de la terre depuis vilaines lurettes...

Edit : cf. supra

@moza : je me demande si au fond, ce n'est pas aussi une question de forme. Je m'explique : je crois qu'il faut être assez habile en fait, comme par exemple ne pas donner stricto-sensu la réponse, mais en y ajoutant des questions qui impliquent les autres - et donner ainsi "le change". Des trucs tout bête, du genre "et vous, qu'est-ce que vous en pensez ?" ou "c'est mon idée, mais qu'est-ce que les autres en pensent ?". J'ai l'impression que ça permet d'enrayer le cercle vicieux - et du coup on montre notre volonté de faire participer les autres à la réflexion.
C'est à dire que j'ai en tête l'image du fayot : le problème, c'est qu'il veut tout pour lui et montre très clairement qu'il n'a pas l'intention de partager ; alors qu'en affichant une réelle volonté de partage (même si elle n'aboutit pas, au moins on montre qu'on a essayé), je pense que ça a tendance à désamorcer la jalousie.
Ceci dit, c'est mon ressenti : peut-être que je me plante sur toute la ligne :^)
"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions."
Confucius

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Arrogance

Message par Zyghna » lun. 11 juin 2012 12:08

Je vais compléter la pensée pour que ça ne dévie pas sur d'autres expressions de la peur. La phrase est partie de la croyance selon laquelle la bonté est inhérente à l'être humain mais que la peur l'empêche de l'exprimer pleinement (la peur de l'autre, la peur de soi, la peur d'accepter le monde tel qu'il est, sans prise).
Sauf que sans l'acceptation pleine de ce que nous sommes, de ce qu'est la vie, le délaissement de la peur ne peut que conduire à l'arrogance et au développement encore plus prégnant de l'ego.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
deliloo
Messages : 30
Enregistré le : mar. 5 juin 2012 15:53
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: Arrogance

Message par deliloo » lun. 11 juin 2012 15:00

Jue a écrit :je crois qu'il faut être assez habile en fait, comme par exemple ne pas donner stricto-sensu la réponse, mais en y ajoutant des questions qui impliquent les autres - et donner ainsi "le change". Des trucs tout bête, du genre "et vous, qu'est-ce que vous en pensez ?" ou "c'est mon idée, mais qu'est-ce que les autres en pensent ?". J'ai l'impression que ça permet d'enrayer le cercle vicieux - et du coup on montre notre volonté de faire participer les autres à la réflexion.
C'est à dire que j'ai en tête l'image du fayot : le problème, c'est qu'il veut tout pour lui et montre très clairement qu'il n'a pas l'intention de partager ; alors qu'en affichant une réelle volonté de partage (même si elle n'aboutit pas, au moins on montre qu'on a essayé), je pense que ça a tendance à désamorcer la jalousie.
Oui je pense comme toi. Enfin, c'est ce que j'essaie de faire afin d'éviter que l'ambiance ne retombe et qu'on ne me prenne pour une extra-terrestre. Je sais pas si ça marche, mais au moins on le tente et les choses sont (semblent?) adoucies.
Bien sûr, des fois je ne me contrôle pas, et ça me rappelle à l'ordre car les réactions (ou plutôt les non-réactions) surviennent instantanément... :-?

Avatar du membre
Monsieur Noir
Messages : 442
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 00:42
Présentation : Back in Black
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IRL
Âge : 42

Re: Arrogance

Message par Monsieur Noir » ven. 15 juin 2012 20:52

Tournesol a écrit :Pour le fond des choses, si tu es perçue comme arrogante par plusieurs personnes, dans plusieurs milieux, ben désolée de te décevoir, mais ça ne vient pas d'eux, ce n'est pas LEUR problème, mais le tien. Que tu ne saches pas réagir, c'est une chose, que tu en sois venue à appréhender quand tu sens que ça arrive et à faire encore plus de conneries, possible, mais ça ne veut pas dire que ça vient des autres.
C'est aller un peu vite en besogne dans l'autre sens.

Nos interlocuteurs ont aussi leurs insécurités. En communication il y a deux interlocuteurs et si malentendu il y a, les deux sont en cause. Celui qui émet de travers et celui qui reçoit de travers.

D'autre part, j'ai le sentiment que beaucoup ici cherchent à pouvoir communiquer avec tout le monde. Je l'ai fait aussi, longtemps, et j'ai arreté. Ca ne sert à rien, et je sais que je ne peux pas avoir une discussion à bâtons rompus avec n'importe qui, sans m'épuiser et en sortir frustré. Et donc, il y a un paquet de gens qui peuvent bien me trouver arrogant, je m'en tamponne le coquillard, je leur donne même raison, tiens. Parce que la relation que je pourrais, en faisant un effort d'adaptation, avoir avec eux n'en vaut pas le coût : eux y trouvent leur compte, moi pas. Quand j'etais masochiste, je m'en contentais. Maintenant, je ne le fais plus, et je coupe court. Na !

Pendant des années j'ai mal choisi mes interlocuteurs, j'essayais de maintenir une relation coûte que coûte, sans doute pour me prouver que je le valais bien. Maintenant plus. Et j'apprécie d'autant plus quand ça passe bien. Et ça se passe souvent bien, plus souvent que quand je faisais semblant de ne pas être arrogant. :angel4:
A la recherche de l'imperfection parfaite.

Avatar du membre
Jue
Messages : 250
Enregistré le : mar. 5 juin 2012 14:00
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS

Re: Arrogance

Message par Jue » sam. 16 juin 2012 11:14

Ce que je trouve curieux, et qui ressort ici, c'est l'idée que "se mettre au niveau des autres" demande un effort et coûte de l'énergie.
Pour moi, c'est un peu l'inverse : me mettre au niveau des autres me permet, au contraire, de mettre mon cerveau "en pause" et de me concentrer sur la communication elle-même.
Du coup, j'ai un peu de mal avec cette idée de "je perds mon temps" ou "je gâche de l'énergie"... moi, j'aime bien observer les autres et voir comment ils réagissent en fonction de ce que je leur dit (et de comment je leur dit) et ils ne sont pas toujours aussi prévisibles qu'on peut le croire (il y a des nuances : certains le sont tout à fait, d'autres moins, et il y en a qui sont carrément irrationnels). Mon côté scientifique, peut-être (je crois que je vais me reconvertir dans la psycho :P) ?
"Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions."
Confucius

Avatar du membre
BRG
Messages : 60
Enregistré le : dim. 18 mars 2012 16:43
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t1794.html
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 28

Re: Arrogance

Message par BRG » dim. 17 juin 2012 13:59

Je crois que ça dépend de ce que tu recherches à ce moment-là... C'est vrai que des fois je suis disposée à écouter les gens me parler d'eux, de leurs problèmes, je suis attentive à leurs réponses et je les emmène doucement à une conclusion qui moi me semble évidente étape par étape et avec patience... Et d'autres fois je suis trop "en manque" de profondeur, de conversations solides et de nouveauté et me mettre à leur niveau, les prendre par la main et accompagner leur raisonnement me donne juste envie de tout casser ou de maudire l'univers et le décalage qui nous sépare...

Et pour ce qui est de l'arrogance pure, je suis d'accord avec Mr Noir, si les gens me trouvent arrogante, tant pis pour eux et grand bien leur fasse. J'ai passé énormément de temps et d'énergie à me cacher et à leur dissimuler l'espèce de grosse machine que j'ai dans le cerveau pour ne pas qu'ils m'en veuillent, et la simple idée qu'ils interprètent mal actions et propos me mortifiait. J'aurais même eu honte de moi si j'avais pu leur donner l'impression d'être arrogante. Mais au bout du compte je suis arrivée à la conclusion que penser pouvoir être au dessus de l'arrogance ne vaut vraiment pas mieux, et peut être qu'il m'arrive aussi de mal interpréter l'attitude de gens que je juge "arrogants"... Alors maintenant j'agis, vite, lentement, bien, mal, j'atteins mon objectif du premier coup ou pas, et si les gens ont choisi de ma cataloguer "arrogante" c'est leur problème et pas le mien. Après tout, l'étiquette que je me suis choisie n'est peut être pas la bonne non plus... :angel4:

Orbital11
Messages : 9
Enregistré le : jeu. 12 sept. 2013 20:10
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 36

L'arrogance, le mépris

Message par Orbital11 » ven. 2 mai 2014 17:37

Bonjour,

Je vais parler de mon cas personnel, mais je pense qu'il fera écho chez d'autres personnes. Si mon topic fait doublon avec une discussion qui existe déjà, veuillez m'en excuser.

Ayant été malmené, maltraité durant mon enfance & adolescence, j'ai trouvé comme mode de défense l'intellectualisation et le mutisme d'abord (timidité), quelques progrès en terme d'affirmation de moi plus tard combiné à un besoin que j'ai ressenti d'exploser après de nombreuses années de ressentiment accumulé, je suis entré dans une phase de colère puis de mépris (là en ce moment c'est envers la bureaucratie et la politique du monde de l'Entreprise, tout du moins celle où je bosse, mais quelques semaines plus tôt c'était autre chose).

Dans ma façon de m'exprimer, je ne donne pas vraiment de leçons mais je suis facilement sourd aux messages que les autres veulent me faire passer (je les comprends souvent, mais à posteriori, quelques jours, semaines voire quelques mois plus tard). J'emploie beaucoup le je dans ma façon de parler, tout discours que je ressens comme du jugement ou visant à me donner des leçons est systématiquement rejeté, et beaucoup de gens me perçoivent comme quelqu'un d'arrogant.

Y'a-t-il des personnes qui ont connu cette phase ? Si oui, comment en sont-elles sorties ?

Merci

Avatar du membre
Loubel
Messages : 482
Enregistré le : ven. 16 août 2013 00:08
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t3920.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Land
Âge : 34

Re: L'arrogance, le mépris

Message par Loubel » ven. 2 mai 2014 18:31

Sans vouloir te vexer, mais les réactions que tu récoltes (cad reproches d’être arrogant, sont "compréhensibles") face à l'échange que tu imposes. Je ne veux pas du tout négliger le fait que tu as fait des mauvaises expériences antérieurement et qui expliquent ton attitude d'aujourd'hui. Je pense que beaucoup de membres ici font/ ont fait ce genre d'expériences, malgré eux, mais aussi parce qu'il manque peut être tout simplement ce qui est nécessaire à un vrai échange (et ceci arrive pour tous les échanges, hp ou pas...)

On pense souvent d'avoir vraiment tout fait pour que ça se passe bien et de 'jouer le jeu" pour pouvoir communiquer avec l'autre...et malgré tous ces efforts, aucun retour et rarement un échange réussi (selon notre avis). Personnellement, j'ai constaté que c'est loin d’être le cas, car rien que le fait de s'imaginer qu'on sait ce qui est nécessaire à cet échange et à l'autre, fait preuve de connaissances qui sont que des présuppositions, car pour vraiment le savoir il aurait fallu le cerner et savoir à l'avance cad en tenant compte de l'autre et de cet échange dans sa globalité.

Et ce qui est nécessaire c'est l'écoute, le respect de l'autre (aussi de son opinion peut être diamétralement opposé au notre) et l'idée d'accumulation/création de savoir via l'échange.
Qu'est ce que je veux dire avec ça? C'est peut être parfois pas si important d'avoir raison ou de trouver la vérité et/ou de se faire valoir à travers l'acceptation de ce qu'on a exprimé (ou mis en avant) pour convaincre! C'est en fait (souvent) imposer sa vérité, même si elle semble "scientifiquement fondée" ou démontrée/bien recherché ou reflechi/etc...Peut être il devrait être parfois juste plus intéressant/enrichissant/utile de réunir (d'abord) "tous les vérités" afin d'avoir une vue complète de tous les vérités existants^^

Car (et je dérive dans la philo^^), qui détient la vérité sur un sujet (à moins qu'il est rendu "vérité absolue par certaines domaines de la science)? et est ce possible de tout savoir sur quelque chose? Donc, que t'as des topics qui t'énervent un jour, qui te font agir, qui te préoccupent et qui t'intéressent et que tu recherches...c'est bien à la base car ça prouve plusieurs choses: de un, t'es pas indifférent et tu montres de l'intérêt pour quelque chose/-un ;
puis, en faisant des recherches, tu acquiers des connaissances sur ce sujet car tu veux le comprendre (entièrement ou pour toi assez pour te sentir satisfait et expert/connaisseur), et enfin, tu alimente ton savoir actuel et en faisant cela tu dis en même temps, que tu ne sais pas tout et que c'est pour cela que tu te renseignes/discutes, lis etc; but est d'être à jour (et probablement à jour pour en discuter/débattre/se créer un avis un jour, face à une autre opinion, ou en ayant tous les opinions possible^^).

Donc en gros, personne ne connaît tout sur quelque chose et n'a donc, selon moi, le droit de faire des vérités absolues de "topics" qui ne le permettent pas. Toi non plus... Par contre, rien parle contre une mise à jour des infos, un débat d'opinions/avis/savoir faire etc...dans le but de s'enrichir,à la place d'un désir de sortir d'un débat comme gagnant du "combat" à gagner.

Pour moi, t'u attends peut être une attitude des autres, qui n'est pas possible avec "l'échange" que tu imposes, ni avec le personnage que tu représentes à cet instant '(un peu inatteignable et distant, indifférent face à l'autre; humiliant aussi car tu ne le considère pas digne d'attention, même minime, en ce qui concerne les choses que lui il a à (te) dire (et ne se voit pas octroyé ce droit) face à toi, qui se venge de mériter tour cela.

Il ne s'agit pas d'un échange...ni d'une communication...donc, qu'on traite cela d'arrogance, c'est compréhensible. Je pense, si tu veux éviter cela et que tu te sens à l'heure actuelle dans une phase "f*** the world", peut être il serait bien que t'aies d'abord un peu de temps pour toi afin de trouver la solution qui te permet de redevenir copain avec le "monde" :lol: et puis tester, si ça ne va pas mieux avec les autres qui veulent s'exprimer sur qqch qui concerne ce "monde" et toi, et nous, et tout le monde.

Amen :P
Travelling - it leaves you speechless, then turns you into a storyteller (Ibn Battuta)

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Arrogance

Message par Zyghna » ven. 2 mai 2014 18:37

 ! Message de : Zyghna
Jai fusionné avec un topic déjà existant dans la même section. Il faut penser à effectuer une recherche avant de poster, cela évite les doublons.
Je t'incite à relire entièrement le sujet,cela te donnera sans doute matière à réflexion et des réponses à certaines de tes interrogations.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Malkovitch
Messages : 83
Enregistré le : lun. 23 juin 2014 07:33
Présentation : CLIK
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : La belle province de Québec
Âge : 63

Re: Arrogance

Message par Malkovitch » ven. 11 juil. 2014 22:57

Ce thème "l'arrogance" évoque des ressentis bien particuliers chez moi. Je le situe dans une gamme d'impressions telle que la condescendance, le mépris et le paternalisme. Je les ai déjà ressentis en rapport à certaines personnes tout autant qu'il est arrivé qu'on m'en ait fait la remarque.

Je n'ai pas toujours eu la même interprétation de ce phénomène, car mon premier réflexe fut pendant un temps d'en faire porter aux autres l'entière responsabilité. Si je les trouvais abrutis c'est qu'ils devaient l'être et si eux me trouvaient hautain c'est qu'il me toisaient d'en dessous. Bref j'étais indélogeable au sommet de ma tour, jusqu'à ce que le vernis se mette à craquer et que mon inconfort se fasse sentir.

J'aurais pu tout laisser en friche si ça n'avait été de mon inclinaison à aimer les rapports humains qui m'a incité à tenter quelque chose pour assainir le climat. J'ai le cerveau configuré comme une excavatrice; équipé pour creuser, alors je creuse. Un tas à gauche pour la matière simple et un tas à droite pour ce qui semble précieux. Je vous fais grâce des détails. :lol:

Au mieux de ce que j'ai pu comprendre à ce jour, j'en suis arrivé à voir les relations saines dans un rapport égalitaire. Sain ne veut pas dire plat, ça peut aussi être parfois houleux. Égalitaire ne veut pas dire symétrique, bien sûr qu'il persiste des supériorités et des infériorités. Sain et égalitaire signifie pour moi d'humain à humain. Quoi qu'il se passe dans la communication, je suis prioritairement en contact avec une personne égale en droits, ni plus ni moins valable que je puis l'être. En conséquence, je lui dédie naturellement la base de respect que je m'accorde, ce n'est plus un choix, mais un réflexe.

Il n'en reste pas moins que, question de goûts personnels, on peut être ou non digne d'intérêt puisque les rapprochements se tissent par affinités. Mais ce ne sont que des intérêts et par expérience je sais que c'est plus stable que les humeurs, mais moins stable que l'intelligence. Alors ça peut toujours changer, à mon âge je m'en découvre encore. :P
Lorsque ta vie te semble toute à l'envers, modifie ton angle de visée, essaie la tête en bas.

Truc

Re: Arrogance

Message par Truc » ven. 22 août 2014 15:14

fanny a écrit :Bonjour à tout le monde,

Je répond à ce post parce que son titre me parle, je pourrai y rajouter "agressivité". Mon problème me paraît être que c'est la confrontation à la bêtise qui me rend agressive, je pense que j'ai une telle frustration de ne jamais être en contact avec des personnes de "mon niveau intellectuel" qu'être obligée dans mon travail de devoir faire semblant d'être en phase avec des personnes que je trouve inintelligentes me rend agressive.
Je ne suis pas à ma place, alors devoir m'identifier et être en relation avec des gens que je n'apprécie aucunement me rend agressive. Comme le dit Tournesol, le problème vient de moi, et après avoir passé des années à m'excuser régulièrement auprès de personnes que j'avais agressées, aujourd'hui je ne le fais plus, car comme le dit je ne sais plus qui : "ce que l'on te reproche, cultive-le c'est toi" et puis s'excuser ne sert à rien, si c'est pour recommencer.
Alors je me soigne, en me disant que la seule alternative à me forcer à m'intégrer serait la solitude, ce que j'ai connu et qui ne m'attire pas du tout. Il y a des périodes où je me sens très agressive, ces jours-là j'évite les confrontations, et des jours, plus rares, où je sens que je peux tout supporter....
Je pense que de manière générale, l'intelligence d'un individu, un esprit brillant et éclairé, agresse les esprits plus médiocres et c'est finalement l'individu intelligent qui est réellement agressé par la horde des imbéciles qui essaient de reprendre le pouvoir sur lui. Il n'est qu'à voir par exemple comment un Eric Naulleau à la télé, se fait lyncher en retour, uniquement parce que son intelligence est taxée de "méchanceté".
Difficile d'appréhender le groupe dès lors que l'on est véritablement intelligent.
En revanche je me défie de parler comme beaucoup le font de manière incroyable, de parler des "cons", pour moi il n'y a rien de plus con que de voir des cons partout, c'est pour moi le summum de la bêtise lorsque j'entend ces gens dire des inepties comme : "comment travailler avec des cons" ou encore "je ne supporte pas les cons" et ce style de déclamations, je pense que l'on peut toujours être le con ou la conne de quelqu'un....
Je ressort un peu un vieux dossier parce que ce post en particulier m'a fait tilter. Je n'ai pas pu lire tous les autres (qui avaient l'air super intéressant aussi, mais je suis en accueil... donc pas tout à fait attentive, j'espère éviter les redites avec d’éventuels autres post à côté desquels je serais passée) mais pour le coup j'trouve que vous avez été archi durs avec elle.

J'vais peut-être me faire lyncher aussi, mais je peux comprendre sa façon de voir les choses. Le sentiment qu'on a du mal à refouler par moment de se dire "bon dieu, mais c'est pas possible d'être aussi con tout de même !"
On a beau se répéter sans cesse qu'il faut faire acte de tolérance et de respect, non, sérieusement, des fois, on se dit que c'est pas possible d'avoir l'impression d'être entourée de gens à l'illogisme flagrant, à l'intellect nébuleux, des "boeufs" irrespectueux, d'invétérés irresponsables. On craque et on les traite "de cons".

Je pense qu'il y a arrogance et "arrogance" :
- entrer dans un magasin, poser une question, voir le vendeur arquer un sourcil et esquisser un sourire moqueur, avoir l'impression d'être pris pour un con alors qu'on voulait juste avoir une info. Là, le type est arrogant (et on a le droit d'avoir envie de le tarter).
- être en pleine conversation avec quelqu'un, remarquer que l'autre se la raconte et qu'il ne sait pas de quoi il parle, lui faire gentiment remarquer, le vexer. Là, on peut passer pour un arrogant.
- Parler d'un truc qui nous tient super à coeur mais qui a l'air de n'intéresser personne, arrogant.
- Lever la main comme Hermione Granger en classe quand on connait la réponse, arrogant.

Vous, vous savez que vous ne l'êtes pas... Mais, celui qu'on appelle "le lèche-boule" au boulot, celui qui arrive toujours à l'heure, avec une cravate accordée à sa chemise, toute repassée, cheveux gominés et sourire colgate. Le mec, tu le vois, tu le sens pas, parce qu'il te paraît bizarre, il réagi pas comme toi, il sait toujours tout, t'explique comment te servir de la photocopieuse, te souris pas souvent ou alors essaie, mais de façon toujours un peu étrange.
Au mieux, on l'ignore, tant qu'il ne nous décrédibilise pas en tant qu'employé, au pire, il nous agace foncièrement, et on finit par se moquer de lui avec les collègues et le trouver pompeux et coincé.
Ben j'imagine qu'on doit ressembler à ce type par moment quand les gens nous traitent d'arrogant alors qu'on a rien demandé ni fait de mal. Juste, c'est pas normal d'être aussi carré, aussi irréprochable, ou aussi rapide, aussi plein de trucs qui font que, non, c'est pas humain tout ça, il est louche ce type, pour qui il se prend ?

Il y a aussi, je ne sais pas si vous l'avez déjà éprouvé, ce sentiment de déception quand vous apprenez que quelqu'un pour qui vous aviez de l'intérêt regarde TF1, les Ch'tits à Mikonasse, W9, etc. Ou bien joue au foot, enfin, j'sais pas, tous les trucs qui font que vous avez de petits a priori (c'est pas toujours évident d'accepter les gens absolument tel qu'ils sont, soyez honnêtes hein...) ça peut paraître arrogant d'avoir des a priori, mais celui qui n'en a pas, je l'appelle Jésus...

Et puis, je pense surtout que Fanny s'énerve parce qu'elle en a marre d'être incomprise sur plein de choses. De ne pas savoir s'exprimer aux autres.
Perso, ça m'est arrivé bien souvent de vouloir parler d'un sujet de ouf guedin de taré qui me plaisait trop et de voir qu'en face, on pigeait rien, on préférait jouer à Fifa plutôt que de réfléchir avec moi ou même feindre le moindre intérêt.
Une fois, t'es dépité, deux fois, tu encaisses, trois fois, t'en as marre et tu t'isoles et quand l'autre veut parler de son Fifa, tu lui dit que t'as même pas envie de faire l'effort de t'y intéresser ou de comprendre pourquoi ça lui zobinise la cervelle et qu'il a l'air d'aimer ça.
Le sentiment de différence, d'injustice, ça peut mettre en colère oui. On exige de nous de tolérer, amour bonheur, cuicui et troulolol, mais on a parfois envie de ne pas avoir à se justifier sans cesse, juste être compris et accepté tel quel. Que ce soit fluide et agréable, sans avoir besoin de partir en croisade pour traduire nos émotions et réflexions.

Je crois qu'on a tous une part d'arrogance, plus ou moins exacerbée. Mais j'imagine qu'elle doit surtout servir à combattre le manque de confiance en soi. C'est avant tout une défense, un perchoir duquel on a juste besoin d'être descendu par plus malin que nous pour retrouver nos pieds dans nos chaussures.
L'arrogance, c'est la traduction même du sentiment de différence. ça rend malheureux d'être différent (pour la plupart hein), ça isole.
Pour moi, c'est juste un pansement un peu maladroit, qu'on met sur la plaie du malheur infligé par la solitude.
Celle que les autres semblent percevoir de nous, c'est la traduction de leur manque de confiance en eux face à quelqu'un qui semble plus "intelligent", qui répond plus vite, mieux qu'eux.

En soit, l'arrogance c'est pas top, mais c'est humain et ça protège jusqu'à ce qu'on se sente compris et qu'on ai plus besoin de se protéger, s'isoler ou s'expliquer.

Cookies de la paix.

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: Arrogance

Message par Cyrano » ven. 22 août 2014 18:03

Il me plait ce post. Qui n'a jamais eu les sourcils en l'air devant certains comportements ? Moi je te comprends quand t'es déçu quand les gens regardent TF1. Moi ça me fait pareil. J'ai beau me raisonner, je trouve pas mal de comportements débiles. Appelez ça de l'arrogance...J'y vois du décalage.

Pas de valeur à y mettre. Je me sens juste différent c'est tout. Et oui j'ose le dire : Différent dans le bons sens.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
raphie17
Messages : 31
Enregistré le : lun. 3 mars 2014 14:38
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : From LE COTEAU 42
Âge : 43

Re: Arrogance

Message par raphie17 » lun. 25 août 2014 17:03

Ahhh..L'arrogance !!!Eloa, je crois que j'aurais pu écrire ce que tu as écrit! En plus il a y plein de pointes d'humour, ce qui ne gâche rien...
Le problème, c'est l'arrogance que j'appellerai la "mine de rien", celle qu'on génère sans s'en rendre compte...
Exemple : Tes amis trentenaires ont des enfants, vont en avoir, ont cassé le PEL pour acheter l'appart ou la maison de leurs rêves ( et de leurs dettes surtout)...Tu es globalement dans la même situation, enfant, maison, prêt, rentrée à l'école, cartable et frigo à remplir, prix des carottes et inflation du prix des noisettes qui va faire baisser ta conso de nutella, etc, etc...blabalablabla
On échange tous sur le dernier mitigeur absolument "fantaaaaastique de Casto, sur la couleur mur de "soie-de sable fin-du Sahara-satiné" de Dulux-Valentruc, sur les fringues ou le lit à acheter au petit dernier, sur l'achat d'un studio pour du locatif...Un poil de politique...Tu écoutes, t'es patiente, y a même des fois où ça t'intéresse et où ça te concerne...Tu fais des "ah d'accord, et ah bon? et ah oui !".. très souvent... Puis, il y a le moment fatidique où indéniablement tu décroches parce que "OUI" le catalogue IKEA c'est quand même pas le roman le plus intéressant à lire ( surtout pendant 60mn..) ...Et toi, d'un seul coup, tu sais pas pourquoi, mais tu parles complètement d'autre chose .Tu as besoin de "corps ", de contenu dans la conversation...Tu as besoin de savoir comment ils sont fait "dedans" tes potes, à cet instant là...précis.
Illustration:
- Copine : Je ne sais pas si on va opter pour du parme ou du rose pour la chambre de la petite, t'en penses quoi? qu'est qui va le mieux avec du gris souris et qui est "pas-vu-mais-top-tendance?"
- Moi: heu..je sais pas les deux vont bien ensemble. Dis donc ça me fait penser à un truc.! J'ai relu le Petit Prince qui arrose sa fleur comme on abreuve son amour...oN devrait toujours entretenir son couple comme un petit jardin...C'est super beau à relire ! Faut absolument que je te le passe ?
copine : silence +dédain....: Ah mouais...Ou bien du jaune? c'est bien le jaune non?....

Bon bah là, je suis passée pour "The arrogante"...Ma pote n'a pas pris en considération les 3 heures (j'exagère) que nous venions de passer ensemble à disserter sur l'utilité d'un lit extensible pour bébé, mais elle n'a vu que l' affront fait à son mur gris souris-anthracite à la Valérie Damidot...

Bah oui, y a des fois ou j'ai envie de philosopher ou de parler de choses légères mais pas futiles ...

Un mitigeur, c'est utile, mais c'est futile !

Un roman qui vous touche, c'est tout sauf futile !

Bref, je suis Arrogante comme tout le monde...Mine de rien
"Délaisse les grandes routes, prends les sentiers. » Pythagore

Avatar du membre
Number Nine
Messages : 143
Enregistré le : jeu. 16 janv. 2014 15:59
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Nantes
Âge : 51

Re: Arrogance

Message par Number Nine » mar. 26 août 2014 16:37

Question de départ :
La Magicienne a écrit :
Qu'est ce qui fait que les autres perçoivent de l'arrogance dans les comportements de ceux qui les entourent

Pour moi tout était dit dès la première page, dans le début de la réponse de lady space :
lady space a écrit : Je crois que le problème de l'arrogance se pose quand on tombe sur des personnes pour lesquelles tout échange relève d'un jeu de pouvoir. Si on rentre dans ce jeu et on a le malheur d'avoir les arguments les plus fort, on se fait reprocher d'être arrogant. Par contre, si on a identifié ce problème de pouvoir, si on refuse de rentrer dans la lutte, on a droit au même reproche, ayant privé l'autre de son combat et donc de la possibilité de gagner.
Arrogance vient de "s'arroger", c'est donc bien en lien avec le pouvoir, avec ce qu'on s'attribue comme rang, comme valeur ou comme droit.

Mon expérience et mon ressenti :
Chaque fois qu'on m'a regardé comme arrogant, la personne était en lutte permanente pour maintenir ou acquérir son pouvoir (hiérarchique, financier, moral, pouvoir de séduction, peu importe...)
Pour des personnes non-prisonnières de cette lutte, pour un comportement (de ma part) équivalent, j'étais perçu comme drôle (tendance caustique) ou malin, ou transparent, ou en désaccord. Jamais comme arrogant.

À propos de cette même première page, je trouve le sandwich Tournesol/fraises/Moderator assez injuste pour fraises.
Mais c'est vieux et peut-être que des posts ont disparu.
Do, mi, sol, do do, sol, mi, do. Les Aristochats

Avatar du membre
emmanuelle47
Messages : 174
Enregistré le : dim. 18 mai 2014 11:07
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Âge : 40

Re: Arrogance

Message par emmanuelle47 » mar. 26 août 2014 17:14

lady space a écrit :Tiens, voilà un questionnement qui me travaille aussi en ce moment...

Je crois que le problème de l'arrogance se pose quand on tombe sur des personnes pour lesquelles tout échange relève d'un jeu de pouvoir. Si on rentre dans ce jeu et on a le malheur d'avoir les arguments les plus fort, on se fait reprocher d'être arrogant. Par contre, si on a identifié ce problème de pouvoir, si on refuse de rentrer dans la lutte, on a droit au même reproche, ayant privé l'autre de son combat et donc de la possibilité de gagner.

On m'a toujours reproché de couper la parole aux autres; et c'est vrai que ça m'arrive - surtout quand je sais ce que l'autre est sur le point de dire. Par contre, j'ai identifié ce comportement, et maintenant quand je sens l'impatience prendre le dessus, je me tais. Changement qui visiblement n'a soit pas été remarqué soit qui ne va pas encore assez loin.

Ensuite, on me reproche de me sentir supérieure et là, ça me pose un énorme problème car ce n'est pas du tout ce que je ressens. Je connais très bien mes faiblesses, mes points forts beaucoup moins et je ne vois pas au nom de quoi je serais supérieure à quiconque. Il doit donc s'agir plutôt d'un sentiment d'infériorité chez l'autre, je m'efforce de garder ça en tête et je fais très attention à ne pas alimenter ce type de ressenti, sans toutefois y parvenir systématiquement. Car je rencontre souvent des réactions émotionnelles là, où je pensais développer une réflexion factuelle en bonne et due forme, et ça me surprend, je n'arrive pas toujours à anticiper.

Puis, je me perds parfois dans un décalage entre ce que je ressens dans la personne en face, ses motivations, ses émotions, le côté inconscient en gros que la personne ne veut ou ne peut pas admettre. Ce qui nécessite un acte d'équilibriste permanent à réagir à deux niveaux en parallèle: tenir compte de ce que la personne dit éprouver (genre: "non non j'ai beaucoup de confiance en moi") en même temps de ce que je ressens en-dessous ("cette assurance n'est que façade" p.ex.). Donc forcément, ça foire par moments et ça me fatigue beaucoup. Et surtout, ça fait que j'en arrive à douter de mes propres perceptions, étant tout sauf infaillible. Il y a des périodes où je n'ai aucun retour qui me confirme dans mon ressenti, où je ne rencontre que du silence qui se rajoute aux classiques qui sont rejet et hostilité par des gens qui ne savent pas gérer la différence, qui ont peur de ce qu'ils ne comprennent ou ne connaissent pas. Je sais tout ça et j'essaie de ne pas trop me laisser affecter par les doutes que ça cause mais c'est difficile.

Ce que je cherche est un équilibre entre deux choses: 1) toute vérité n'est pas toujours bonne à dire et 2) le besoin d'être authentique. Il faut donc de la bienveillance envers la personne en face, l'accueillir comme elle est, avec ses émotions du moment, tout en m'autorisant la même chose à moi-même. Ce qui me conduit à faire attention à ce que l'autre est en mesure d'entendre sans pour autant verser dans le small-talk et autre faux-self, arbitrage difficile et pas toujours réussi, mais je progresse.

C'est alors que des moments magiques de communication vraie se produisent, intenses et enrichissants. Des moments qui me redonnent de l'énergie pour continuer dans cette direction, la force de supporter mes doutes et de retenter à entrer en contact.
C'est très ancien comme message mais tant pis, j'avais besoin d'écrire à quel point je me reconnais dans cet écrit.

Couper la parole, l'impatience qui pointe quand l'autre n'en finit pas alors que je sais ce qu'il voulait dire dès la 1ere seconde, le jeu de pouvoir, la tentative consciente de ne pas entrer dans le jeu... la difficulté de l'équilibre entre se taire et être soi.

C'était même étrange à lire ;)
"Dolto avait raison au fond... Le problème c'est qu'on vit en surface" C. Alévèque.

Avatar du membre
Melvill
Beau Contre-Exemple
Messages : 221
Enregistré le : ven. 29 nov. 2013 12:07
Présentation : Melvill
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Au four quand elle doit être au moulin et vice-versa
Âge : 41

Re: Arrogance

Message par Melvill » lun. 1 sept. 2014 18:08

Décidément ce topic est passionnant.

Concernant le fait que la douance n'est pas la norme comme le signale Cyrano, c'est justement l'origine du malentendu dans bien des cas à mon avis. Je m'explique : notre fonctionnement intellectuel représente généralement (en tout cas pour moi) une "norme interne" que l'on a spontanément tendance à attribuer aux autres même lorsqu'elle est en décalage avec la norme effective. (En bref, une théorie de l'esprit à la ramasse)

Je suis en revanche d'accord avec Tournesol : si plusieurs personne nous jugent arrogants dans des contextes différents c'est que quelque chose dans notre attitude doit être rectifié. Même si nos intentions et nos cœurs sont purs les gens ont probablement une raison de s'agacer. Work in process...

Quelques pistes me concernant (mais p* que c'est dur) :
- Ne pas couper la parole aux gens même quand on sait ce qu'il vont dire
- "C'est une évidence" n'est pas couramment perçu comme une marque d'approbation appropriée :^)
- Eviter le ton coupant et définitif dans ses affirmations, renoncer parfois à avoir raison quand le débat n'en vaut pas la chandelle.
- Dans un conflit, éviter d'utiliser son aisance verbale comme arme de destruction massive permettant tous les syllogismes, injures voilées et images coup de poing qui étourdissent l'adversaire et le réduisent au KO même s'il avait raison en fait. (sauf s'il l'a mérité et qu'on a passé une mauvaise journée ?)
- De manière générale éviter d'étourdir l'interlocuteur avec sa logorrhée (mais p* que c'est dur)

Encore plus difficile pour moi, essayer de contrôler ma tendance à "déconnecter", à dire "bonjour" à des gens que j'ai déjà salué 10 mn avant et à oublier systématiquement les noms. Tendances qui ne s'atténuent pas avec les gens que j'apprécie et estime comme quoi... A bosser quand même parce qu'objectivement ce n'est pas correct.

Créer un groupe des "arrogants anonymes" sur le forum pour se soutenir dans toutes ces bonnes résolutions ? :lol:
Hors-sujet
Sinon Raphie je suis totalement Ikea adict, catalogues, magasins, site, pt'its bidules et meubles à monter, rhââaa ! Mais j'ai honte des fois.
There's no one to beat you, no one to defeat you except the thoughts of yourself feeling bad (Bob Dylan)

Répondre