La privation sensorielle : les cabines de flottaison

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Répondre
Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 29

La privation sensorielle : les cabines de flottaison

Message par korosion » mar. 6 mars 2018 15:30

Je n'ai rien vu à ce sujet, alors je me lance... J'ai testé pour la première fois samedi dernier une cabine de flottaison.

Une cabine de flottéquoi ?

Aussi appelé cabine de privation sensorielle, il s'agit d'un volume réduit, sous forme de pièce, loge, bassin ou baigneoire couverte géante, dans laquelle une personne seule peut s'isoler seule, à l'abri de tout son et lumière extérieure, flottant sans effort sur une solution aqueuse quasi-saturée en sel d'Epsom (sulfate de magnesium) ayant la même température que la peau (34.5°C).

Au fil de la séance, généralement d'une heure, l'air au-dessus se sature en humidité et prend la température de l'eau, ce qui amène à ne pratiquement plus percevoir les limites entre l'air, l'eau et le corps.

En d'autre termes, vous ne voyez plus rien, vous ne sentez pratiquement rien et vous n'entendez rien non plus, si ce n'est votre coeur et vos poumons (éventuellement des acouphènes).

Pour l'esprit, l'absence quasi-totale de stimulis favorise une relaxation intense et permet de plonger facilement dans un état méditatif.
Il peut aussi avoir des effets plus spectaculaires : résurgence de pensées refoulées, hallucinations, voire expérience de sortie du corps.

Cette méditation forcée aurait également des vertus sur le corps, la portance du liquide permettant de détendre totalement les muscles et articulations.
D'aucuns prétendent que les ions magnésium et sulfates pénètrent la peau avec leur multiples vertus.

Mon expérience

N'ayant fait qu'une séance, je ne peux pas prétendre en avoir un avis objectif ni même subjectif fiable. Je n'ai par ailleurs pas réussi à m'abandonné complètement, une partie de mon esprit étant restée focalisée sur l'estimation du temps qu'il me restait dans ce bain, une autre gênée par la digestion. Mais j'ai bien profité du moment et je pense recommencer dans quelques mois.

Je ne peux pas nier l'effet sur mon corps, puisque j'ai senti mes muscles posturaux brûler pendant de longues minutes (comme pendant un massage) avant de se détendre totalement.
Sorti de la séance, j'étais dans un niveau de relaxation physique et mental très élevé, quelque-chose qui rappelle l'état de fatigue et de détente qui peut suivre un bain de mer, ou le sexe, ou autre chose... En tous, cas, c'était plein d'endorphines :D

Est-ce que d'autre personnes ici ont essayé ? Quelle est votre expérience ?

Avatar du membre
Cyrielle
Messages : 1086
Enregistré le : mar. 24 sept. 2013 19:07
Présentation : En construction...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Sud-Ouest, entre autres
Âge : 46

Re: La privation sensorielle : les cabines de flottaison

Message par Cyrielle » mar. 6 mars 2018 17:34

Je crois lire dans ton témoignage une (relative) difficulté à atteindre l'état recherché.
Du coup je me demande ce qui a motivé ton choix pour cette méthode de modification de l'état de conscience par rapport à celles plus connues ? Si tu as envie de nous le dire, bien sûr :).

Je n'avais jamais entendu parler de ça... en cherchant je vois que l'effet recerché est celui d'une baignade dans la "Mer Morte". En effet ça parait sympa, je crois que ça me plairait si ça n'avait pas lieu dans une pièce close (gros bémol).

Mon expérience, c'est une très grande cabine de flottaison, dans laquelle j'oublie quasi instantanément les contingences techniques.
Conditions identiques à ton témoignage pour la température et la salinité (même si ce n'est pas le même sel), la seule différence sont les sensations visuelles :inlove:.
Mais je confirme qu'on en ressort totalement zen voire un peu stone :levi .
Image
Ca me manque et je recommande :).
Y'a trop de monde sur les gradins... Le spectacle du monde nous appartient !

Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 29

Re: La privation sensorielle : les cabines de flottaison

Message par korosion » mar. 6 mars 2018 18:32

La réponse courte est que c'est un essai que ma femme m'a offert pour me faire du bien.

Disons que la cabine de flottaison a plusieurs avantages. D'une part elle ne demande pas d'effort (la méditation est difficile à maîtriser) et elle est contraignante (tu peux ouvrir les yeux ou tendre l'oreille, rien ne se passera).

De plus, tu payes assez cher (60 euros de l'heure) pour résister à la tentation, en plus de se passer dans un endroit neutre.

Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 29

Re: La privation sensorielle : les cabines de flottaison

Message par korosion » jeu. 8 mars 2018 11:19

Tenez, j'ai trouvé un super compte-rendu de séance dans une cabine de flotaison.

Extrait :
Image
Je m'oublie. Je ne sais absolument pas ce que j'ai fait pendant une heure. Je me suis laissée aller. J'ai pensé sans penser. Mon cerveau a fait sa vie tout seul. J'ai fait le vide. J'ai perdu toute notion de temps et d'espace. Je ne savais plus vraiment dans quel sens je me trouvais. J'ai eu l'impression de partir à la dérive dans l'eau, mais de façon extrêmement agréable. Je ne crois pas avoir dormi, j'ai fait des rêves lucides. J'ai rarement ressenti une telle sensation de confort, comme une sorte de retour dans le ventre maternel. La sensation d'être protégée de tout, dans un calme absolu.

L'impression de vivre, mais sans subir la vie. En fait, je n'avais jamais vécu la simple sensation "d'être". Réussir à "être" sans "faire", c'est ça que j'ai vécu à l'intérieur de cette bulle. Quand les lumières se sont rallumées, une heure après, j'ai eu l'impression que la séance avait duré 15 minutes seulement. Et après des années de recherche et d'échecs, j'ai enfin compris ce que voulait dire "méditer" ou "rentrer en soi". Chose que je n'avais jamais jamais jamais réussi à faire.
http://www.konbini.com/fr/inspiration-2 ... nsorielle/

Avatar du membre
baptiste
Messages : 336
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: La privation sensorielle : les cabines de flottaison

Message par baptiste » jeu. 8 mars 2018 11:50

Il paraît que ce truc pourrais avoir été (notez le conditionnel) comme méthode de torture en alternant des phases de privation sensorielle (en caisson) avec des phases de surexitation sensorielle (musique forte, lumières stromboscopiques et température désagréable). Du coup ça crée un stress de l'organisme qui deviens intolérable et on avoue tout. Et ça laisse aucune traces.

Tout ça pour dire que je me demande ce qui se passe quand on sort D'un caisson comme ça et qu'on se retrouve en ville avec des voitures, du bruit, des phares et une température froide ? Ça dois faire un choc non ?
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 29

Re: La privation sensorielle : les cabines de flottaison

Message par korosion » jeu. 8 mars 2018 13:19

Ces centres sont conçu pour la détente et pas la torture :D
De ce que j'ai pu en lire, ces cabines n'ont pas été conçues dans un but de torture, mais de recherche pure des effets de la privation sensorielle sur les personnes. Les conclusions ont en effet été que passer plusieurs heures ou plusieurs jours peut être désastreux sur l'équilibre mental, et je ne doute pas qu'il n'ait pas été utilisé ou envisagé comme outil de torture.

J'imagine qu'être placé de force dans ce type d'appareil même pendant une heure serait une expérience très désagréable. Mais c'est comme beaucoup d'expérience intense : être poussé dans le vide n'est pas la même chose que sauter de son plein gré, et je n'ose pas parler de la différence entre sexe consenti et subi.

D'une manière générale, la clé ici est la durée : passer 4 ou 5 heure dans ce type de cabine ne serait pas agréable à mon avis. Il faut bien 15 minutes pour s'habituer aux sensations et s'acclimater, donc une durée de séance de 45 à 60 minutes semble idéal pour pouvoir se détendre et s'évader sans développer d'effet délétères.

Pour te répondre, le réveil est un tout petit peu brutal, malgré les efforts apporté à sa douceur. La musique douce et la lumière douce qui nous accompagne dans les 5 premières minutes nous apparaît comme puissante et presque aggressive à la fin de la séance, car notre sensibilité est décuplée. Mais cela ne dure qu'une petite minute. Puis ensuite, il faut (re)prendre une douche pour éliminer le sel de la peau, s'habiller avant de boire si l'on souhaite une tasse de thé ou de café dans le salon d'accueil.

Le retour dans le tumulte de la ville est assez spécial, mais au fond il n'est pas plus violent qu'en sortant d'une séance de cinéma, par exemple.

Répondre